Navigation – Plan du site

Présentation

Dédiée à l’histoire et la culture des pays de langue allemande, la Revue germanique internationale promeut une approche résolument pluridisciplinaire.
 
Chaque numéro, thématique, rassemble des contributions de spécialistes internationaux autour d’un aspect original de la littérature, de la philosophie, de la sociologie, de l’histoire culturelle ou de l’histoire de l’art de l’espace germanophone. Dans une perspective de transferts culturels, celui-ci est abordé à travers les points d’articulation avec les aires qui l’environnent et qui l’aident à se définir, de l’Angleterre à la Russie, des Pays Baltes à la Grèce.

Dernier numéro en ligne
19 | 2014
La romanistique allemande

Un creuset transculturel

Science allemande des langues romanes, la « romanistique » est une discipline qui, depuis ses origines et la Grammaire des langues romanesde Friedrich Diez jusqu’à nos jours, a pour objet principal l’articulation entre des domaines linguistiques, littéraires et culturels apparentés mais distincts. Forme de savoir historico-philologique, elle a connu au tournant du xixe-xxe siècle, une évolution vers une approche plus culturelle des traditions littéraires qui lui a permis de livrer une longue série de modèles aux analyses des relations transnationales. C’est sous cet angle que le présent volume aborde une discipline qui a longtemps été un creuset fondamental des théories littéraires dans les pays germanophones. Erich Auerbach, Karl Vossler, Leo Spitzer, Victor Klemperer ont parmi bien d’autres marqué des jalons dans l’histoire allemande de la théorie littéraire. Comprendre la romanistique implique aussi d’observer ses modes de fonctionnement : le rôle de l’édition, les procédures de consécration, les enjeux institutionnels. Mais surtout des notions comme l’interculturalité, la poétique du mouvement, la littérature-monde – qui concernent le coeur des réflexions sur les transferts culturels –, peuvent être abordées et définies à partir de la romanistique qui, à l’extérieur des limites des pays de langue allemande, des théories de Bakhtine jusqu’aux philologies de la péninsule ibérique en passant par les discours postcoloniaux ou les recherches sur le moyen âge latin, a su fournir à tous les discours européens sur les passages entre les cultures des impulsions majeures.