Navigation – Plan du site

Présentation

Dédiée à l’histoire et la culture des pays de langue allemande, la Revue germanique internationale promeut une approche résolument pluridisciplinaire.

Chaque numéro, thématique, rassemble des contributions de spécialistes internationaux autour d’un aspect original de la littérature, de la philosophie, de la sociologie, de l’histoire culturelle ou de l’histoire de l’art de l’espace germanophone. Dans une perspective de transferts culturels, celui-ci est abordé à travers les points d’articulation avec les aires qui l’environnent et qui l’aident à se définir, de l’Angleterre à la Russie, des Pays Baltes à la Grèce.

Dernier numéro en ligne
18 | 2013
Schelling. Le temps du système, un système des temps

Schelling. Die Zeit des Systems, ein System der Zeiten
Schelling. The Time of The System, a System of Times

Parmi les philosophes de l’idéalisme allemand, Schelling (1775-1854) fut exceptionnellement précoce et prolifique. Son oeuvre connaît depuis quelques années un regain d’intérêt important. Les textes réunis dans ce numéro de la Revue Germanique Internationale n’ont pas pour prétention d’englober la totalité de la recherche internationale, ni de dresser un panorama exhaustif des études schellingiennes contemporaines. Nous avons plutôt souhaité mettre l’accent sur des moments névralgiques d’une philosophie en devenir, selon le voeu de Schelling, ce qui signifie que nous avons été attentifs à la manière dont se côtoient des registres qui, loin de constituer une totalité, ou un système, ou de dessiner une unité homogène, tirent leur légitimité d’une nécessité inscrite dans la genèse d’une pensée. Nous avons donc privilégié des études qui permettront au lecteur d’appréhender le passage d’une philosophie de la nature et de l’art à une philosophie de la mythologie, en passant par l’idéalisme transcendantal et les recherches sur la liberté, afin de suivre les différentes phases d’une pensée qui ne tardera pas à s’imposer comme une philosophie de la Révélation comme interrogation de l’Absolu. Cette interrogation peut-être considérée comme un dénouement positif de la métaphysique occidentale dont nous sommes loin d’avoir épuisé le sens et l’énigme.