Navigation – Plan du site
Vers une histoire anthropologique des transferts culturels

Les Incas sont-ils un peuple bon à penser ? Moïse, Platon, Rome et l’exotique apprivoisé

Carmen Bernand
p. 105-120

Résumés

Ce texte traite de trois formes de transfert. La première est politique et correspond aux idées sur la « translatio imperii » courantes au début du xvie siècle. La puissance du Saint-Empire Romain germanique se trouve désormais incarnée dans l’Espagne des Habsbourg, mais selon des attentes messianiques cette légitimité peut se déplacer dans le Nouveau Monde, notamment au Pérou. La deuxième forme de transfert est culturelle et se concrétise par une double traduction : celle que l’Inca Garcilaso, un métis Péruvien, fait des Dialoghi d’Amore, essai écrit par Léon Hébreu, inspiré à la fois par le néoplatonisme de la renaissance et la tradition juive, et celle que ce même Gardilaso fera plus tard, en rédigeant l’histoire des Incas et en « traduisant » l’altérité absolue de ce peuple en termes platoniciens, romains et bibliques. Enfin ce travail est rendu possible par un transfert psychologique que Garcilaso, métis mélancolique entre deux mondes, opère sur Léon, le juif errant.

Haut de page

Texte intégral

1À l’instar des animaux totémiques auxquels Claude Lévi-Strauss faisait allusion dans une phrase devenue célèbre, les Incas sont-ils bons à penser ? Il est tentant de répondre par l’affirmative et de verser au dossier des transferts culturels le cas étonnant d’un peuple incarnant une altérité totale, et qui devient, à son insu, matière à réfléchir sur le politique. A priori rien dans cette société théocratique ne la prédisposait à servir de modèle aux Européens de la Renaissance ni aux philosophes des Lumières ni, encore moins, aux penseurs socialistes du xixe siècle. Au demeurant, les Aztèques, riches de leurs codex, de leurs calendriers et de leurs cités monumentales, auraient dû frapper davantage l’imagination des Occidentaux. Et pourtant ce furent les anciens Péruviens et leurs souverains avisés qui connurent une postérité idéologique remarquable. « Découverts » et vaincus rapidement par les Espagnols au xvie siècle, les Incas, dès leur défaite, font l’objet d’un débat essentiel que l’on peut résumer ainsi : peut-on concilier la tyrannie et l’intérêt collectif ? Vaste question qui est toujours d’actualité. Une série de circonstances y concourent pour conférer à cet exotique royaume du Pérou une valeur d’exemple. Mais c’est surtout sous la plume de Garcilaso de la Vega que les Incas entrent dans le débat politique.

2Les « Commentaires royaux » constituent en fait la première partie d’un ouvrage plus ambitieux sur l’histoire du Pérou (Historia del Peru) consacré successivement aux souverains péruviens et aux conquistadores espagnols du xvie siècle. Dès sa parution en 1609, ce livre connut un réel succès comme en témoignent les multiples éditions parues dans plusieurs langues européennes au cours des siècles. Bien qu’il soit possible de suivre l’enchevêtrement des transferts suscités par cet ouvrage jusqu’aux spéculations contemporaines des adeptes du New Age, nous nous limiterons ici à l’époque de la gestation et de l’élaboration des « Commentaires », c’est-à-dire au xvie siècle.

3Pour suivre la complexité des transferts culturels qui précèdent et qui se développent sous l’empereur Charles-Quint, l’Espagne semble un bon point de départ puisque le royaume de Castille et toute la péninsule Ibérique constituent par excellence un espace de mélanges culturels, qui se poursuivent malgré la chute de Grenade et l’expulsion des Juifs en 1492. Encore faut-il s’entendre sur le terme de « culture ». Dans son acception générale et anthropologique, c’est-à-dire des modes de vie typiques (et on pourrait ajouter exotiques) de la péninsule Ibérique, les témoignages des contemporains ne manquent pas. Prenons par exemple celui de Hieronymus Münzer, médecin de Nuremberg, qui parcourt la péninsule en 1493, c’est-à-dire un an après la chute de Grenade et la découverte des Indes occidentales par Colomb. Envoyé dans ces royaumes par le roi Maximilien, élevé cette année-là au rang d’empereur du Saint Empire romain germanique, Münzer arrive à Barcelone où il est reçu par les marchands allemands installés dans cette ville depuis longtemps :

  • 1  Hyeronimus Münzer, « Viaje por España y Portugal en los años 1494 y 1495 », traduit du latín par J (...)

4« Nous avons mangé et bu selon les usages catalans ; au cours du banquet, des musiciens jouèrent continûment d’instruments divers [...] et dansèrent à la mauresque. »1 Ravi, notre voyageur se confond en éloges à l’égard de ses hôtes.

  • 2  Selon Alonso de Cartagena, convers du xve siècle et auteur de l’Anacephaleosis : « Ab Atha-naric (...)

5Cette mosaïque « multiculturelle » ne disparaît pas, même si, dès la fin du xve siècle, la diversité religieuse n’est plus tolérée. Musulmans, juifs, luthériens et idolâtres américains font les frais de l’homogénéisation hispanique. L’unification chrétienne du royaume et l’implantation des statuts de pureté du sang incite les « vieux chrétiens », ceux qui à tort ou à raison se vantent de ne pas avoir été souillés ni par les Maures ni par les Juifs, à revendiquer des racines « gothiques ». Le xvie siècle renoue ainsi avec le passé antérieur à l’invasion arabe de 711, effaçant d’un trait de plume huit siècles de présence musulmane et hébraïque et postulant la continuité des dynasties royales depuis Athanaric jusqu’aux Rois Catholiques2. Avant de se penser comme Espagnols, ces vieux chrétiens se proclament Goths (« Godos »), gage de noblesse (« hidalguía »), car les mélanges, pourtant innombrables, sont considérés comme déshonorants.

6Au début du xvie siècle, des différences sont encore perceptibles dans la péninsule Ibérique entre des modes de vie propres à chaque nation et entre des religions par principe incompatibles. L’inquisition va s’attaquer à ces expressions « superstitieuses » ou judaïsantes avec l’efficacité que l’on sait. Mais la découverte du Nouveau Monde, ainsi que les explorations maritimes du Portugal apportent un élément de modernité qui ne correspond pas tout à fait aux idéaux de la culture humaniste et érasmienne, présents dans la péninsule Ibérique bien que sous une forme moins flamboyante qu’en Italie. Les informations qui proviennent de ces contrées lointaines nourrissent une réflexion sans précédent en Europe sur les rapports entre la civilisation et la barbarie. D’où viennent les nations américaines inconnues dans les Saintes Écritures ? Est-il possible de construire un système universel de références susceptible de relativiser les différences culturelles ? L’Église et des hommes d’action laïques animent des débats importants sur ces questions. C’est dans ce contexte que les Incas vont prendre une place de choix.

  • 3  Il existe une bibliographie importante sur le thème impérial. Ambrosio de Morales est l’un des plu (...)
  • 4  Cité par Juan Gil, I, p. 240. Le texte de Meneses est Luz del alma cristiania, Valladolid, 1554.

7Que des questions sur le caractère universel des lois se posent à cette époque n’est pas pour nous surprendre. Les bouleversements politiques de l’Espagne expliquent cet engouement pour le droit et la justice, de même que quelques années plus tôt la sagacité de Ferdinand le Catholique et l’effondrement de la seigneurie de Florence avaient inspiré Machiavel. Le 28 juin 1519, Charles Ier roi d’Espagne, petit-fils des Rois Catholiques par sa mère et de Maximilien Ier de Habsbourg par son père, est élu empereur et roi des Romains, évinçant son rival François Ier. Cette même année, une flotte composée de cinq nefs sous le commandement de Ferdinand de Magellan quitte Séville pour l’extrême sud du continent américain, à la recherche d’un passage entre les deux océans. Le succès de cette entreprise fait de l’Espagne la première puissance « globale » du monde moderne. « Plus Ultra » devient la devise de l’empereur, nouveau César qui « dressa les colonnes d’Hercule à l’entrée d’un autre détroit, afin qu’elles pussent montrer clairement que pour sa détermination et pour celles de ses Espagnols, le monde n’avait ni limites ni fin »3. Ajoutons à cela la découverte et la conquête du Mexique par Hernan Cortés, en cette même glorieuse année de 1519, qui est encore celle de la condamnation de Luther à Cologne. L’entreprise américaine coïncide donc avec la fracture religieuse de l’Europe occidentale. Le dominicain Felipe de Meneses oppose en effet le « Plus Ultra » impérial et « la misère de l’Allemagne »4.

  • 5 Juan Gil, Mitos y utopías del Descubrimiento, I : Colón y su tiempo, Madrid, Alianza Universidad, (...)

8L’expansion planétaire de l’Empire de Charles-Quint éveille des espoirs millénaristes. Aussi bien le judaïsme que le christianisme, prenant leur inspiration dans les prophéties de Daniel, ont conçu le devenir historique comme une succession de quatre empires. Cela ne signifie pas qu’un empire meurt quand un autre naît. En fait, l’Empire est Un et se transmet comme une sorte de grâce d’une nation à une autre, de l’Orient en Occident. L’essence impériale est donc passée de Babylone en Perse, de Perse en Macédoine pour aboutir à Rome. Mais la position particulière de l’empereur des Romains qui, en tant que Charles Ier d’Espagne, est à la tête d’une expansion impériale sans précédent, introduit une rectification dans le schéma des Saintes Écritures que le grammairien et philosophe Antonio de Nebrija (auteur de la première grammaire vernaculaire de l’Europe publiée en 1492) exprime ainsi, dans un écrit de 1509 : « Bien que le titre impérial se trouve en Allemagne, l’Empire de fait se trouve aux mains des rois d’Espagne lesquels, étant déjà maîtres d’une grande partie de l’Italie et des îles de la Méditerranée, s’apprêtent à mener la guerre en Afrique et sont déjà arrivés sur des îles qui voisinent les peuples des Indes. Et non contents de cela, et après avoir exploré la plus grande part du monde, il ne manque plus que l’extrême occidental de l’Espagne et de l’Afrique ne s’unisse avec le cap oriental du globe terrestre. »5 Alors que l’abâtardissement du latin est lié à la décadence du Saint Empire, le triomphe du castillan, selon Nebrija, inaugure une ère nouvelle pour l’Espagne. Pour Pero Mexia, chroniqueur officiel de Charles-Quint, l’empereur Maximilien se situe à la fin d’une lignée césaréenne qui compte déjà (signe prémonitoire) des Espagnols, comme Trajan ou Adrien. Un nouvel empire se forme au xvie siècle, alors que le Saint Empire se rétrécit inexorablement.

  • 6  Mathieu, 21-43 : « Voilà pourquoi je vous dis que le royaume de Dieu vous sera enlevé et qu’il ser (...)

9Cette idée d’une translatio imperii se double d’une conception analogue, la translatio ecclesiae énoncée surtout par l’ordre des Dominicains. Car, si un empire aussi puissant que le Romain peut changer de maître sans perdre son essence, l’Église peut elle aussi se rénover pour mieux lutter contre l’extension luthérienne6. L’Église active, militante, écrivait le Milanais Isidoro de Isolanis, avait commencé sa tâche en Asie, puis elle s’était répandue en Occident et finalement elle devait gagner l’Extrême-Orient en occupant ces îles lointaines découvertes par Colomb. Le commissaire général des franciscains, Nicolas Herborn, après avoir entendu à Toulouse des récits incroyables sur les merveilles de la Nouvelle-Espagne, rédigea en 1532 une relation fantastique des terres récemment découvertes, dont les habitants ne connaissaient ni maladies ni pestes et vivaient cent ans et bien davantage, surtout les femmes, sans manquer de rien car le sol recelait des mines d’or et d’argent, les campagnes étaient vertes toute l’année et la nuit ne durait guère deux heures. Quel contraste avec l’Europe ! Le franciscain concluait :

  • 7  Gil, I, p. 239.

« Que l’Allemagne soit sur ses gardes car cette autre nation (celle des Indiens) pourrait recevoir le royaume et le sceptre, et elle, se trouver anéantie par le même fléau qui eut raison de l’aveugle obstination des juifs. »7

  • 8  Jean-Christophe Attias, Isaac Abravanel. La mémoire et l’espérance, Paris, Le Cerf, Judaïsme, (...)

10Ces considérations sur le transfert de l’Empire constituent le terreau des réflexions concernant les Incas et leur valeur de modèle. Par rapport à la conquête du Mexique, celle du Pérou est relativement tardive, puisqu’elle date de 1532. Cette date coïncide avec la période comprise entre 1531 et 1532 (5299 de l’ère de la Création) et qui, selon des calculs effectués par le philosophe juif ibérique Isaac Abravanel dans son commentaire du Livre de Daniel, correspond à la destruction à venir de Rome8. C’est dans ce contexte millénariste que les Incas font leur apparition dans l’histoire européenne.

Seigneurs naturels et double régicide

11Tout d’abord, il convient de se demander de quelle nature est l’information relative au Pérou qui parvient en Europe. Laissons de côté en dépit de leur importance, les récits, les expériences personnelles des conquistadores et autres aventuriers qui passent par Séville et qui colportent des nouvelles souvent magnifiées des grandeurs péruviennes. Encore que beaucoup ont pu voir dans ce port du Guadalquivir l’arrivée massive du trésor d’Atahualpa, l’« or du Pérou » qui fait tourner les têtes. Il y a aussi la controverse nourrie par Vitoria et Las Casas sur la légitimité de la conquête. Enfin des chroniques et des textes polémiques circulent sous forme manuscrite ou imprimée. Les textes les plus lus sont la Historia de las Indias y Conquista de Méjico de Francisco López de Gómara, qui connut 25 éditions en Europe, entre 1552 et 1605 ; la Historia del Descubrimiento y conquista del Perú de Agustín de Zarate fut rééditée sept fois entre 1555 et 1596. A travers ces auteurs le Pérou, sa forme de gouvernement et la conquête furent diffusés dans plusieurs cités européennes : Anvers, Londres, Paris, Perpignan, Amsterdam, Venise, Lisbonne, et espagnoles comme Madrid, Sevilla, Salamanca, Zaragoza, Barcelona, Cádiz.

  • 9  L’anthropophagie et les sacrifices humains étaient considérés comme des abominations qui justifiai (...)
  • 10  Pedro Cieza de León, Crónica del Peru (segunda parte), in Obras Completas, I, Madrid, CSIC, 1984. (...)

12En 1553 Pedro Cieza de León, le « prince des chroniqueurs », publie la première partie de la Crónica del Peru qu’il a rédigée treize ans plus tôt ; un an après deux éditions paraissent à Anvers, ainsi que plusieurs traductions en italien et en anglais. Pour cet auteur les Incas possèdent une forme de gouvernement rationnel et solide, qui a favorisé l’adaptation à un habitat très difficile. Ils pratiquent une diplomatie avisée qui leur évite souvent de recourir aux armes pour conquérir les peuples. Ils ne sont pas anthropophages, ce qui exclut d’une certaine façon le droit de la Couronne à intervenir, comme il avait été stipulé par les juristes de Salamanque9. La supériorité morale des Incas découle de la perfection de leur organisation sociale. La comparaison avec Charles-Quint s’impose « car il est clair que si l’Empereur dresse un camp en Italie et qu’il y rassemble des Espagnols, des Allemands, des Bourguignons et des Italiens, chaque nation parlera dans sa langue (comme les Indiens des différentes nations conquises qui n’ont jamais cessé de parler leur langue naturelle) ». Le territoire du royaume de Huayna Capac est vaste de « plus de 2 000 lieues depuis le rio Angasmayo (actuelle Colombie) jusqu’au Maule (Chii) ». L’Inca Huayna Capac est comparé aussi à Alexandre, puisque, comme lui, il étendit sa domination jusqu’aux confins du monde habité, ainsi qu’aux empereurs romains, rapprochement inspiré par le réseau routier andin et l’organisation administrative et militaire incaïque. Cependant, Cieza ne parle pas vraiment d’« empire » et conserve les termes de royauté et de royaume, ainsi que celui de « république », qui s’applique à la façon de gouverner10.

  • 11 Gonzalo Fernández de Oviedo, Historia general y natural de las Indias [1548], Madrid, Biblioteca de (...)
  • 12 Pedro Cieza de León Crónica del Perú (tercera parte), in Obras Completas, I, Madrid, CSIC, 1984, (...)
  • 13  Signalons le parallèle implicite qui s’établit, sur le plan symbolique, entre les Templiers et les (...)
  • 14  Contexte apocalyptique général, y compris pour le monde musulman, comme le montre l’article de San (...)
  • 15  Michel de Montaigne, Essais [1580], Paris, La Pléiade, Gallimard, 1962, liv. III, chap. VI, p. 888 (...)
  • 16  Platon, Lois, V-742.

13Le contraste est saisissant entre la grandeur attribuée à ces princes et le sort qui leur fut réservé. Se référant à l’exécution de l’Inca Atahualpa, le chroniqueur Fernández de Oviedo commente : « Ce ne fut pas un moindre délit que de tuer un seigneur pareil et surtout de cette façon-là. »11Pour Cieza de León, « ce fut le plus grand méfait commis par les Espagnols dans tout cet Empire des Indes et comme tel il est honni de tous et tenu pour un grand péché »12. D’ailleurs, précise-t-il, tous ceux qui participèrent au crime périrent de mort violente (murieron muertes desastradas)13. Cette exécution mécontenta le roi Charles et l’un des frères Pizarro fut retenu en Estrémadoure dans un château pendant plusieurs années. En 1572 le crime se répète avec la décapitation par le vice-roi Toledo de l’Inca Tupac Amaru, prince rebelle réfugié dans le Piémont amazonien. Cette mort s’inscrit dans un contexte apocalyptique général, et apparaît comme le signe d’un désastre à venir14. Au double régicide s’ajoute le scandale du sac du temple du Soleil et des résidences de la noblesse inca. C’est le début de la « légende noire » contre l’Espagne, alimentée notamment par les Anglais. En France, Michel de Montaigne vante la sagesse et la richesse des Incas : « Ny Graece ni Rome ni Aegypte ne peut, soit en utilité ou difficulté ou noblesse, comparer aucun de ses ouvrages au chemin qui se voit au Pérou, dressé par les Roys du pays depuis la ville de Quito jusqu’à celle de Cusco... Où ils ont trouvé des montaignes et rochers, ils les ont taillés et aplanis et comblé de fondrières de pierre et de chaux »15(1580). Les Incas sont à la fois connectés avec la richesse infinie (l’or) et avec l’utopie platonicienne d’une société idéale qui bannit l’usage corrupteur de la monnaie16.

14Tel est donc le capital de sympathie réuni par les Incas et corrélatif de l’indignation que soulèvent les exécutions de leurs seigneurs naturels et de l’envie que suscitent les richesses détenues par l’Espagne. Les « Commentaires » de Garcilaso de la Vega ne sont ni la première histoire écrite sur les Incas ni la plus proche des faits, mais sans doute la plus réussie parce qu’elle permet aux Péruviens de passer du rôle de victimes à celui de modèles.

Garcilaso de la vega

15Notre chroniqueur naît à Cuzco sept ans après la conquête du Pérou par Francisco Pizarro, fils naturel d’un conquistador issu d’un grand lignage (nécessairement « gothique ») et d’une princesse péruvienne. Son enfance, son adolescence et son éveil à la vie adulte se passent dans l’ancienne capitale de l’Empire inca, dans la maison de son père. A l’âge de 20 ans il quitte le Pérou – son père vient de mourir – pour l’Espagne, où il vivra jusqu’à sa mort, en 1616. Son départ pour l’Espagne coïncide avec la découverte par le corregidor Polo de Ondegardo des momies royales qui avaient été jusque-là soustraites aux enquêtes des Espagnols. La seconde partie de sa vie, la plus longue, est vouée à conserver et à valoriser le souvenir de la première. Sa séparation de son pays natal se traduit du reste par un changement d’identité. Gómez Suárez de Figueroa prend alors le nom de son père, Garcilaso de la Vega, auquel il ajoute le surnom « el Inca » en hommage à ses parents maternels.

  • 17  Jean-Christophe Attias, Isaac Abravanel. La mémoire et l’espérance, Paris, Le Cerf, 1992, p. 1 (...)

16Son existence espagnole est consacrée à la méditation et à l’écriture, à une seule exception digne d’être remarquée, une participation bien modeste dans la guerre des Alpujarras contre la guérilla des Morisques en 1570. En 1590 il publie une traduction des « Dialogues d’Amour » de Léon Hébreu, puis la généalogie du lignage paternel, Descendencia delfamoso Gard Pères de Vargas (1596), ensuite un récit remarquable de la conquête de la Floride par le conquistador Hernando de Soto, La Florida del Inca (1605), enfin, une « Histoire du Pérou » divisée en deux parties : l’une consacrée aux Incas, les « Commentaires » (1609), et la seconde aux conquistadores, parue à titre posthume en 1617. Ces ouvrages traitent d’événements finis : les Incas ont disparu, ainsi que les conquistadores et le monde mixte qu’ils voulaient créer. Garcilaso jette sur les Incas un regard absolu, embrassant la totalité de leur existence, depuis leur émergence chthonienne jusqu’à leur destruction bien concrète17.

  • 18  La liste de la bibliothèque de Garcilaso a été publiée par José Durand : « La biblioteca del Inca  (...)
  • 19  Index librorum prohibitorum mandato illustris ac reverendis D. D. Gasparis de Quiroga cardinalis a (...)

17Comment percer l’opacité du personnage ? Garcilaso a très peu parlé de lui, sauf par des allusions rapides dans ses livres. Mais pour comprendre un écrivain la connaissance de sa bibliothèque et des lectures est une bonne voie. L’évocation rapide de quelques titres essentiels de la bibliothèque18 révèle l’intérêt qu’il portait aux hétérodoxies, intérêt qui contraste avec son attitude réservée et discrète, voire conformiste, que ses biographes ont remarquée. Un certain nombre de titres figurent dans le Catalogue des livres prohibés de 1551, qu’il possédait dans ses rayons, dans le but de connaître les limites de l’orthodoxie, définie par le Saint-Office. Les auteurs juifs ont exercé un attrait certain, comme en témoigne sa traduction de Léon l’Hébreu malgré le climat d’hostilité générale contre le judaïsme qui régnait dans la péninsule à cette époque. Ledit catalogue interdit d’ailleurs toute l’œuvre du philosophe juif, ainsi que d’autres ouvrages y compris ceux d’auteurs chrétiens que « la malice de cette époque » rend susceptibles d’être utilisées par les ennemis de la foi19.

  • 20  Cecil Roth, Histoire des Marranes, Paris, Éditions Liana Lévi, 1990, p. 135-140 ; Bartolomé Bennas (...)
  • 21  Voir par exemple sur ce point David Brading : « The Incas and the Renaissance : The Royal Commenta (...)

18La nouvelle génération de ces Juifs marranes qui était habituée à la clandestinité ignorait le judaïsme officiel, car les livres avaient été détruits. Leurs connaissances religieuses découlaient largement de la tradition orale20. Garcilaso, coupé des métis de son Cuzco natal, bien qu’il ait entretenu avec ses amis une correspondance régulière, est lui aussi forcé de faire appel à ses souvenirs, raviver des traditions orales qui se sont éloignées de lui. L’exemple des conversos, bien plus que celui des Morisques et des renégats, qui étaient somme toute soit des laboureurs soit des infidèles, pouvait l’aider à penser son propre cas, avec la réserve et la prudence qui s’imposaient. Comme les marranes, le Péruvien oscillait entre deux pôles n’étant vraiment reconnu ni par les uns ni par les autres. L’Arioste, qu’il affectionnait, décrit dans Il nigromante un juif errant qui change de nom, d’habit, de langue et de patrie (si muta nome, abito, lingua e patria). L’infamie qui frappait les Juifs semblait peu conciliable avec le rayonnement de leur esprit. De même, la misère des Indiens de Cuzco en cette fin du xvie siècle avait peu de rapport avec les lumières attribuées aux Incas. Le judaïsme et son exclusion, la destruction du Temple et l’errance de son peuple semblaient plus aptes à restituer le passé incaïque que le triomphalisme ibérique. Mais un tel choix était dangereux, le rapprochement ne pouvait être fait qu’au prix d’un détour par le platonisme21.

Moïse, platon et les romains

  • 22  Flavius Josèphe, La guerre des Juifs précédée par « Du bon usage de la trahison » par Pierre Vidal (...)

19Nombreux étaient les auteurs juifs et conversas chez qui Garcilaso puisait son inspiration. Il n’était pas du reste le seul écrivain de son temps à valoriser les héritiers des traditions hébraïques. Les thèmes de l’exil, de la mélancolie et de la perte sont présents chez plusieurs auteurs importants de l’Espagne. Parmi ces sources, l’une des plus importantes est sans doute Flavius Josèphe, pièce majeure dans les remplois utilisés dans la construction du nouvel édifice incaïque. Josèphe, fils de Mathias, né en 37, juif de Jérusalem, passe au côté des Romains, transforme son nom en le latinisant (Titus Flavius) et rédige à Rome, en 93, les Antiquités juives précédées de La guerre des Juifs (rédigée entre 76 et 79). Les parallèles sont frappants entre le juif romanisé et l’inca hispanisé. « Il faut certes mépriser des maîtres qui vous sont inférieurs, mais pas ceux à qui l’univers est soumis ; en effet, quelle contrée avait échappé aux Romains, sauf celles que la chaleur ou le froid rendent sans intérêt ? »22 Seize siècles plus tard, la grandeur des Espagnols tant vantée par Garcilaso justifiait un comportement qui a été jugé néanmoins par certains comme une trahison.

  • 23  Ibid., p. 119.

20Dans les Antiquités, Josèphe traçait un parallèle entre Rome et les Juifs et se proposait d’enseigner aux sujets de Domitien comment Abraham reçut de Dieu l’ordre de sacrifier Isaac. L’empereur Titus finit par dompter les juifs mais Josèphe attribue la chute de Jérusalem aux « dissensions intestines qui ont détruit ma patrie », justification que Garcilaso énonce à son tour pour expliquer l’effondrement de l’Empire inca causé par les guerres civiles entre Atahualpa et son frère Huascar. Enfin, la préface de Josèphe à La guerre des Juifs ne pouvait pas laisser indifférent notre Inca. Après avoir critiqué la façon dont les Grecs écrivent l’histoire, Josèphe écrit : « C’est pourquoi moi, Joseph, fils de Matthias, Hébreu de race, natif de Jérusalem, prêtre, ayant moi-même fait la guerre contre les Romains dans un premier temps, et par la suite, ayant été obligé de suivre les opérations, j’ai décidé d’exposer la suite des événements au sujet de l’Empire romain en traduisant en grec l’œuvre que j’avais d’abord composée dans ma langue maternelle et envoyée aux peuples étrangers de l’intérieur de l’Asie. »23 Son texte est censé avoir été écrit en araméen et traduit par la suite en grec, de même que les « Commentaires » sont censés provenir d’un texte oral en quechua transcrit en espagnol par un « métis antarctique » qui connaît mieux que quiconque les faits « parce qu’il les a tétés dans le lait maternel ». C’est à travers Flavius Josèphe que Garcilaso fit la connaissance de Philon d’Alexandrie, philosophe néo-platonicien redécouvert à la Renaissance par Marsile Ficin, humaniste bien connu de l’Inca. Cette philosophie était née à Alexandrie, la ville où fut rédigée la Septante, où, plus tard, vécut Plotin, fondateur d’une école philosophique qui intégrait les catégories platoniciennes à des courants étrangers aux mondes grec et chrétien, comme l’hindouisme. Josèphe et les philosophes alexandrins incarnaient la synthèse de traditions apparemment inconciliables et permettaient à Garcilaso de surmonter la dualité de son héritage, incaïque et castillan gothique de la lignée de Garci Pérez de Vargas, son ancêtre.

  • 24  Ce point a donné lieu à un débat mais les arguments apportés par von Gebhart ainsi que ceux que Ga (...)
  • 25  Le titre de l’ouvrage est La traduzion del indio de los tres Diálogos de Amor de León Hebreo, hech (...)
  • 26  Descendant d’un juif portugais homonyme, médecin à la cour d’Affonso V et ami d’Isaac Abravanel.

21Ces courants néoplatoniciens trouvèrent en Léon l’Hébreu leur représentant le plus lu au xvie siècle, probablement en raison de la clarté de son style et de sa volonté de s’adresser à un vaste public. De son vrai nom Judah ben Ishaq Abravanel, ce philosophe et médecin juif d’origine espagnole était fils d’Isaac Abravanel, conseiller des Rois Catholiques avant l’expulsion et exilé en Italie. On comprend aisément que les « Dialogues d’Amour » rédigés en italien24 et publiés en 1535 constituent pour Garcilaso une véritable révélation, la synthèse des synthèses éclairant sa vie et son œuvre d’un jour nouveau25. La traduction de Garcilaso n’est pas la première faite en castillan. En 1568 paraît à Venise celle de Guedella Yahia (Gedaliah ibn Yahya)26. Ce traducteur juif invoque dans son prologue un engouement des Espagnols pour les nouveautés d’autant plus grand que l’auteur est lui-même Espagnol. En 1582 Carlos Montesa publie lui aussi sa propre traduction en langue espagnole. Bien que ces deux versions aient été connues par l’Inca, qui possédait aussi la traduction française de Pontus de Tyard (1551), Garcilaso apprend la langue toscane pour mieux s’imbiber de l’original et s’emploie lui aussi à rendre accessible à tous les « Dialogues » de l’Hébreu.

22Ce n’est pas une décision légère. L’Inquisition a mis à l’index toute l’œuvre de Léon, surtout celle qui est rédigée en langue vernaculaire. Des précautions s’imposent. Garcilaso dédie son travail à Philippe II et à Maximilien d’Autriche. Au premier il l’offre en guise de tribut : celui d’un Indien capable de s’élever vers ces pensées supérieures. Au second, petit-fils de l’empereur et oncle de Philippe, il lui demande d’en être l’intermédiaire : « Car il ne m’est pas licite de le faire moi-même, semblable en cela au peuple des Hébreux qui ne pouvait pas entrer avec ses offrandes dans le Saint des Saints et devait les déposer auprès du Grand Prêtre. » En recevant cet hommage des mains d’un homme de la maison impériale, le roi Philippe devrait le trouver à son goût. Malgré cet illustre parrainage sa traduction fut, elle aussi, mise à l’index deux ans plus tard.

  • 27  Traduzion, Dialogue III, f. 194 v.
  • 28  C’est le thème de l’histoire de Pedro Serrano, que l’Inca place curieusement dans le chapitre 8 du (...)

23Les « Dialogues d’Amour » de Léon l’Hébreu aidèrent Garcilaso à repenser son propre passé à travers les catégories universelles de l’amour et de l’allégorie. Selon le philosophe, le divin se confondait avec l’énergie solaire. De même que l’astre éclairait tous les êtres, de même l’entendement divin rayonnait sur tous. Moïse rejoignait Platon, ou plutôt c’est Platon qui devient kabbaliste et « mosaïque »27. La mythologie grecque relevait de l’allégorie, car il fallait faire comprendre les vérités profondes aux êtres rustiques. Cette idée permettait à Garcilaso de neutraliser le polythéisme des Incas et de replacer ses ancêtres maternels sur un pied d’égalité avec les peuples chrétiens. Les différences entre Péruviens et Espagnols émanaient fondamentalement de leur éducation et de leur mode de vie respectifs. Ce sont là des formes contingentes qui ne masquent pas les ressemblances profondes : le paganisme des Incas est moralement exemplaire et tend vers le monothéisme ; leur civilisation s’est développée grâce à l’exercice de la raison. Quant au catholicisme espagnol, il plonge ses racines dans le paganisme antique des grands philosophes. Sénèque n’était-il pas né en Espagne ? N’avait-il pas prophétisé, à la fin de l’acte II de Médée la découverte d’un nouveau monde dans les siècles à venir ? Sans compter que dans des circonstances exceptionnelles, comme par exemple un naufrage sur une île déserte, un homme policé peut régresser et acquérir une apparence animale28. En insistant sur l’importance du culte solaire au Pérou, Garcilaso transformait ses ancêtres maternels en des souverains éclairés. Comme pour les marranes, l’éthique prenait la place de la religion.

  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid., Dialogue II, f. 79-79 v.

24Car des liens multiples unissent les Incas de Garcilaso et la philosophie néo-platonicienne. Le cœur, siège de la vertu vitale de l’homme, selon Léon l’Hébreu est également, dans le monde andin et selon l’interprétation de Garcilaso, le réceptacle de la mémoire. Manco Capac, le premier Inca, figure mythique traitée au demeurant comme un véritable personnage historique, instaure le culte solaire. Ce monarque ordonne à ses sujets de vénérer l’astre en signe de gratitude pour les « bénéfices naturels qu’il leur faisait, en leur envoyant la lumière et la chaleur... Le Soleil et la Lune leur avaient envoyé deux enfants pour les sortir de leur sauvagerie... ». Le parallèle avec Jupiter, tel qu’il est décrit par Léon l’Hébreu est très clair. Comme son homologue péruvien, ce héros rencontra sur la route d’Athènes des êtres rustiques aux coutumes bestiales. Il leur donna « loi humaine » et leur enseigna le culte divin, c’est pourquoi il fut pris pour un dieu et on l’appela Jupiter29. Les éléments naturels ont été divinisés par les poètes, dit Léon, à cause de leur grandeur et de leur action dans le monde sublunaire et parce qu’ils croyaient que chacun d’eux était gouverné par la vertu spirituelle qui participe de l’intellect divine. Chez les Incas, la foudre, le tonnerre ou l’arc-en-ciel sont des manifestations subordonnées au Soleil et en aucun cas des divinités. Dans les « Commentaires » les campagnes militaires menées par les souverains successifs s’achèvent toujours par la reddition du vaincu, qui accepte volontairement le joug que lui imposent ces monarques éclairés. L’amour civilisateur des Incas guide leurs conquêtes30. Faut-il rappeler que, contrairement à ces déclarations, les Incas conquirent l’Equateur actuel en réprimant férocement la résistance locale ? En outre, contre toute évidence, Garcilaso nie l’existence de sacrifices humains.

  • 31 Ibid., Dialogue III, f. 138.

25Par le culte qu’ils vouent au Soleil, « simulacre de l’entendement divin » pour l’Hébreu31, les Incas prennent place dans la philosophie universelle néo-platonicienne dont ils n’étaient qu’une variante tropicale et andine, voire « antarctique » de l’Un. Garcilaso transposa également la notion d’âme – anima – dans le monde andin, ce qui lui permit de faire ressortir, derrière les croyances locales dans des entités telluriques, qualifiées par l’Église d’idolâtries, un monothéisme fondamental, dont le soleil était la manifestation évidente. Les huacas, terme quechua qui désigne toute chose singulière mais aussi des sanctuaires et des ancêtres momifiés pouvaient être pensés moins comme des forces telluriques que comme des manifestations singulières de la divinité.

26Les Incas de Garcilaso ont une relation intime avec la Torah. Au début de son texte (livre I-1), il recourt au « Prince des prophètes » (Moïse) pour répondre à la question de la rotondité de la terre, pourtant résolue depuis longtemps et confirmée par le voyage de Magellan-Elcano en 1521. Mais ce fait, qu’il mentionne pourtant, ne suffit pas et, citant la Vulgate, il rappelle que le ciel recouvre le monde comme une peau, extendens caelum sicut pellem. Ce détour biblique lui permet d’affirmer non seulement que le monde est rond mais surtout qu’il est un, même si l’on a parlé à tort de deux, l’Ancien et le Nouveau. D’autres traits rapprochent les Hébreux des Péruviens. Le fondateur de l’Empire, Manco Capac, a reçu de son père le Soleil un bâton d’or qui s’enfoncera là où ils devra arrêter sa pérégrination. Manco Capac exhorte les hommes à suivre « ses lois et commandements » (1-15). Pour les distinguer des autres peuples il leur impose une marque corporelle distinctive, qui n’est pas la circoncision mais la perforation et la dilatation du lobe des oreilles (1-23). A la cour du souverain Inca une armée de philosophes semblables à des rabbins, les amauta, dispensent leurs conseils et éclairaient le roi de leur sagesse. La force de la loi, dans l’ancien empire du Pérou, empêche que des crimes soient commis ; l’œil de l’Inca ou de ses subordonnés — le gouverneur d’une province s’appelle « Celui-qui-voit-tout » – posé sur les innombrables communautés interdit toute velléité de rébellion ou de désordre. Les Incas ne connaissent pas l’écriture, mais savent compter au moyen de cordelettes de nœuds ; l’organisation décimale des tributaires incaïques, divisés en groupes de 10, de 50, de 100, de 1 000, trouve son reflet dans l’Exode, 18-26 : « Moïse choisit des hommes capables, d’entre tout Israël, et il les plaça à la tête du peuple comme chefs de mille, chefs de cent, chefs de cinquante et chefs de dix... » De même, l’organisation du tribut par les Incas comporte de nombreux parallèles bibliques. Enfin, les Incas ont imposé une langue universelle, le quechua, mais les rois avaient la leur, une langue somme toute secrète. Seraient-ils kabbalistes à leur façon ? Le texte ne le dit pas.

  • 32  V. Abril Castelló, Francisco de la Cruz, inquisición, Madrid, CSIC, t. II, 1992, p. 28.

27Cette similitude entre Hébreux et Péruviens avait déjà été notée par d’autres avant Garcilaso. Pour beaucoup de religieux, les Indiens du Nouveau Monde devaient être rattachés à l’une des tribus perdues d’Israël, après le déluge, dispersion qui avait favorisé l’oubli de la loi et leur retombée dans le paganisme. Parmi ces visionnaires, il faut citer le dominicain Francisco de la Cruz dont le procès instruit par l’Inquisition de Lima fut ouvert en 1575, trois ans après son arrestation. Personnage ambigu en proie à la démence, Francisco de la Cruz disait tout haut ce que d’autres murmuraient, à savoir que les Indiens descendaient tous du peuple d’Israël et les Incas, de la tribu de Juda, et qu’ils étaient des « chevaliers ». Lui-même ainsi que d’autres frères monastiques se prétendait prophète des temps nouveaux. A la même époque, dans la ville de Cuzco, un curé converso célébrait des messes en l’honneur des Incas défunts32.

  • 33  Parmi les mythes que les Espagnols ont projeté sur le Nouveau Monde, il y avait celui d’Ophir, lie (...)

28Un autre point, et non des moindres, souligne encore le rapprochement : le sac du Temple du Soleil Coricancha de la ville de Cuzco par les conquistadores en 1535. Les descriptions que nous ont laissées les chroniqueurs, et que Garcilaso reprend à son tour font de ce monument la réplique américaine du Temple de Salomon33. Tous les deux ont été fabriqués grâce à des richesses incalculables : planches d’or qui recouvrent les parois, figures sculptées dans ce précieux métal, pierres précieuses, jardins artificiels dorés, encore que celles du Pérou dépassent de beaucoup celles qui furent accumulées par « toutes les maisons royales et impériales qui ont existé » (VI-1). Contrairement à d’autres historiens plus critiques, Garcilaso soutient que la maison (du Soleil) existe depuis la fondation de l’Empire. Les niches taillées dans la pierre sont des tabernacles où seuls les Incas peuvent s’asseoir. Certes, quelques différences entre les deux constructions sont inévitables, mais là elles paraissent minimes et toutes les transpositions sont possibles. A Cuzco il y a quatre enceintes, comme à Jérusalem, bien qu’elles ne soient pas concentriques, auxquelles il adjoint un lieu central, celui de l’emplacement du Soleil et du grand prêtre Vilaoma. Chacune de ces quatre maisons sont consacrées respectivement à la Lune, aux étoiles Vénus et Pléiades, au tonnerre-foudre et, enfin, à l’arc-en-ciel, blason des Incas. Dans le Saint des saints de Coricancha l’arche fait place à l’image du Soleil flanquée des momies des souverains. Cette représentation du temple d’or apparaît également un peu plus tard, en 1623, dans la description de la « Cité du Soleil » de Tommaso Campanella.

29Les spéculations sur l’organisation politique idéale s’inspiraient aussi de la célèbre Utopie de Thomas More, île située quelque part – et nulle part -au large du Nouveau Monde, sur le territoire de laquelle l’argent et la cupidité étaient inconnus. Le quadrillage de la population d’utopie rappelle celui que les Incas avaient plaqué dans tout l’Empire ; par ailleurs, le temps si l’on peut dire « achronique » de l’île imaginaire s’accordait avec une temporalité neutralisée propre aux Incas. Le philosophe anglais avait été du reste influencé par Plotin, traduit par Marsile Ficin, qui avait forgé le projet de fonder en Campanie une cité idéale, Platonopolis, dont les habitants auraient suivi les préceptes de Platon. Mais s’il est vrai que l’Empire des Incas rappelait l’Utopie, il avait sur elle l’immense avantage de ne pas appartenir au monde de la fiction. De surcroît, il pouvait se situer à la pointe des sociétés modernes et, en tous cas, servir encore de modèle. En effet, Louis Vives, qui intéressait tant notre auteur, avait développé aussi « une utopie » du travail, pour employer l’expression de Bataillon. Alors que Thomas More décrivait une société où le travail et les loisirs étaient réglementés de façon stricte, Vives cherchait à combattre la mendicité qui entachait les cités de son temps et proposait le travail obligatoire comme alternative à la charité, qui avait eu pour effet d’accroître le nombre de mendiants. Vives mettait en garde les gouvernements contre la paresse des pauvres, qu’il fallait forcer au travail, notamment dans l’industrie textile florissante des Flandres, où il résidait. Il y a dans l’insistance de Garcilaso sur les vertus du travail chez les Incas des échos de ce penseur ; l’empire des Incas devenait la société idéale, non seulement du passé mais aussi des temps modernes.

  • 34  Voir Carmen Bernand et Serge Gruzinski, De l’idolâtrie, une archéologie des sciences religieuses, (...)
  • 35  Claire et Jean-Marie Pailler : « Une Amérique vraiment latine : pour une lecture "dumézi-lienne" d (...)

30Au fil des pages, le paganisme des Incas s’estompe ; monothéistes sans le savoir, les souverains péruviens possèdent cette sagesse qu’à la fin du xvie siècle les jésuites prêtèrent aux Chinois décrits par Matteo Ricci34. Garcilaso pouvait se vanter d’avoir suivi la trace de Philon d’Alexandrie, qui avait concilié la Bible, la philosophie grecque et la cité romaine. Lui aussi avait transposé aux réalités des Andes les notions politiques de Rome : n’avait-il pas du reste écrit des « Commentaires », suivant ainsi l’exemple de Jules César ? Quand les termes quechua lui faisaient défaut pour décrire correctement l’Empire péruvien, il utilisait des notions latines comme décurions, vestales, matrones, triomphes, autant de marques de civilisation auxquelles s’ajoutait sa liste dorénavant canonique des douze souverains Incas, réplique des douze rois romains35.

  • 36  Margarita Zamora, Language, authority and indigenous history in die Comentarios reaies de los inca (...)
  • 37  J. Caro Baroja, Las moriscos del reino de Granada, Madrid, Istmo, 1976, p. 142.

31Dans la recherche de la vérité Garcilaso mobilisait tout le bagage d’émotions éprouvées durant ses premières années à Cuzco ; comme pour Léon Hébreu et les philosophes néo-platoniciens, l’amour était essentiel à l’intelligibilité du monde et des desseins divins. Margarita Zamora36 a montré les liens entre l’Inca et les travaux philologiques de Nebrija et de Fray Luis de León, deux auteurs conversos, qui stimulaient son désir de « traduire » de façon véridique l’histoire des Incas. La grille platonicienne et hébraïque l’aida à transférer un monde singulier dans un langage universel et solaire. Travail qui se fondait, comme beaucoup d’autres écrits de l’époque, dans l’idée que toute culture impliquait une circulation, une transmission d’une culture à une autre, d’une religion à une autre. Pérez de Hita, chroniqueur des Morisques, prétendait que la première partie de son histoire avait été écrite en arabe par un Maure naturel de Grenade, appelé Ben-Hamin, qui passa en Afrique après la reconquête. Un de ses petits-enfants, Argut Arfa, récupéra le livre et le remit à un Juif, Sabá Santo, qui le traduisit en hébreu et présenta le travail à don Rodrigo Ponce de León, qui lui demanda de le réécrire en espagnol37. Cervantès, contemporain de Garcilaso, introduit aussi une fiction dans sa fiction lorsqu’il prétend que le Don Quichotte est issu d’un manuscrit arabe trouvé par hasard dans une échoppe de Tolède. Traduire c’est apprivoiser la diversité, la rendre intelligible, l’introduire dans une unité fondamentale placée au-dessus de la vérité chrétienne, que l’Inca d’ailleurs met toujours en perspective de façon implicite. Travail d’ailleurs qui impliquait un véritable transfert psychologique, celui du métis solitaire, mélancolique et exilé sur le Juif errant qu’avait été Léon. Dans tous les avant-propos de ses livres, Garcilaso évoque sa condition marginale et se présente tantôt en « Indien antarctique » et autodidacte, tantôt en métis entre deux mondes, dernier témoin d’une société de chevaliers gothiques et de princes Incas qui avait déjà disparu.

Un cinquième empire ?

32Le Tahuantinsuyu, nom de l’empire inca, signifie bien « les quatre parties du monde » dont le centre est la ville de Cuzco. Si les « Commentaires » ont eu un destin révolutionnaire, dans la mesure où ils ont inspiré les Indiens éclairés du Pérou au xviiie siècle, peut-on dire qu’il y a dans cette œuvre des traces de messianisme ?

  • 38  L’importance dans la littérature et dans la poésie populaire du dernier roi des Goths qui causa la (...)

33On peut proposer une dernière interprétation des Commentaires, qui porte de façon cachée le germe d’un millénarisme. En décrivant le règne de Huayna Capac, Garcilaso raconta que l’Inca avait demandé à son peuple de se soumettre aux étrangers — les Espagnols – comme l’avaient exigé les signes astrologiques. Cette attitude de renoncement évoquait nécessairement, pour un lecteur de l’époque, le comportement de Rodrigo, vingt-quatrième et dernier roi gothique, qui avait livré l’Espagne aux troupes musulmanes, événement prédit par les astrologues38. La chute de l’Espagne dans les mains des Maures inaugura une longue période de reconquête qui s’acheva, comme on le sait, en 1492, avec la prise de Grenade. Or cette même date marque l’agonie de l’empire des Incas dans le Nouveau Monde – c’est ainsi du moins que les Commentaires se réfèrent à l’événement —, ouvrant une nouvelle période de l’histoire.

34Un dernier point : dans la tradition juive d’Espagne, les prophéties de Daniel annonçaient le triomphe du cinquième royaume, celui d’Israël. Garcilaso poursuit la vieille idée du transfert impérial vers l’ouest en faisant du royaume des Incas non pas une république mais un empire, « la grandeza del Imperio » (1-15). Le lecteur pouvait-il pousser plus loin une analogie dont les conséquences étaient dangereuses ? Le message implicite du livre signifiait-il que cette nouvelle période devait également se terminer par un espoir de « reconquête » ? C’est dans ce sens que les générations à venir comprirent l’œuvre de l’Inca Garcilaso.

Haut de page

Notes

1  Hyeronimus Münzer, « Viaje por España y Portugal en los años 1494 y 1495 », traduit du latín par Julio Puyol, Boletín de la Real Academa de la Historia, Madrid, 1924, t. LXXXIV, p. 50.

2  Selon Alonso de Cartagena, convers du xve siècle et auteur de l’Anacephaleosis : « Ab Atha-narico incipiens [...] usque ad insignem ac potentissimum Enriquum quartum hodie regnantem » (cité par Julio Caro Baroja, Los Judíos en la España moderna y contemporánea, Madrid, Ed. Arion, t. I, 1961, p. 154.

3  Il existe une bibliographie importante sur le thème impérial. Ambrosio de Morales est l’un des plus célèbres « antiquaires » espagnols du xvie siècle. La référence aux nouvelles colonnes d’Hercule provient de Pero Mexia : Histona impérial y cesàrea, Bâle, 1547. Depuis l’Antiquité, on croyait qu’Hercule avait élevé deux colonnes à la sortie du détroit de Gibraltar.

4  Cité par Juan Gil, I, p. 240. Le texte de Meneses est Luz del alma cristiania, Valladolid, 1554.

5 Juan Gil, Mitos y utopías del Descubrimiento, I : Colón y su tiempo, Madrid, Alianza Universidad, 1989, p. 238.

6  Mathieu, 21-43 : « Voilà pourquoi je vous dis que le royaume de Dieu vous sera enlevé et qu’il sera donné à une nation qui en fera les fruits. »

7  Gil, I, p. 239.

8  Jean-Christophe Attias, Isaac Abravanel. La mémoire et l’espérance, Paris, Le Cerf, Judaïsme, 1992, p. 43.

9  L’anthropophagie et les sacrifices humains étaient considérés comme des abominations qui justifiaient l’intervention militaire de l’Espagne. Ces conceptions précèdent de plusieurs siècles le principe controversé contemporain du « droit d’ingérence ».

10  Pedro Cieza de León, Crónica del Peru (segunda parte), in Obras Completas, I, Madrid, CSIC, 1984. Les références sont multiples.

11 Gonzalo Fernández de Oviedo, Historia general y natural de las Indias [1548], Madrid, Biblioteca de Autores Españoles, 1992, t. I, liv. VI, chap. XXXIII, p. 191.

12 Pedro Cieza de León Crónica del Perú (tercera parte), in Obras Completas, I, Madrid, CSIC, 1984, chap. LIV, p. 292.

13  Signalons le parallèle implicite qui s’établit, sur le plan symbolique, entre les Templiers et les Incas. Dans les deux cas il est question d’un trésor occulté et d’une vengeance.

14  Contexte apocalyptique général, y compris pour le monde musulman, comme le montre l’article de Sanjay Subrahmanyam : « Du Tage au Gange au xvie siècle : une conjoncture millénariste à l’échelle euro-asiatique », Annales HSS, janvier-février 2001, n° 1, p. 51-84.

15  Michel de Montaigne, Essais [1580], Paris, La Pléiade, Gallimard, 1962, liv. III, chap. VI, p. 888-894.

16  Platon, Lois, V-742.

17  Jean-Christophe Attias, Isaac Abravanel. La mémoire et l’espérance, Paris, Le Cerf, 1992, p. 17 fait cette remarque à propos de Isaac Abravanel, père de Léon l’Hébreu, que nous reprenons à propos de Garcilaso. Le regard « total » d’Abravanel sur l’histoire correspondait, selon la prophétie de Daniel, à l’avènement du cinquième royaume et, dans sa perspective, à la fin de l’histoire de la diaspora juive.

18  La liste de la bibliothèque de Garcilaso a été publiée par José Durand : « La biblioteca del Inca »,.Nueva Revista de Filologia Hispánica, II (1948), 239-264. Deux précisions sont nécessaires : bien entendu la totalité des livres lus par Garcilaso n’y figure pas et des auteurs qu’il mentionne dans ses livres manquent à l’inventaire. D’autre part, certaines transcriptions sont erronées. Cependant les titres de sa bibliothèque reflètent ses goûts et ses intérêts.

19  Index librorum prohibitorum mandato illustris ac reverendis D. D. Gasparis de Quiroga cardinalis archie-piscopi Toletani, ac in regnis Hispaniarum Generalis Inquisitoris, imprimé à Madrid en 1583.

20  Cecil Roth, Histoire des Marranes, Paris, Éditions Liana Lévi, 1990, p. 135-140 ; Bartolomé Bennassar, L’Inquisition espagnole, Verviers, Marabout Université, 1979, p. 285-287 : en 1554, seul le Conseil royal peut délivrer des licences d’impression. En 1558, « Quiconque imprimerait ou ferait imprimer aucun livre [...] sans notre autorisation [...] qu’il encoure la peine de mort et la perte de tous ses biens et que le dit livre soit brûlé publiquement. » Comme l’affirme très justement Bennassar : « Le Saint-Office définit le champ de l’orthodoxie. »

21  Voir par exemple sur ce point David Brading : « The Incas and the Renaissance : The Royal Commentaires of Inca Garcilaso de la Vega », Journal of Latin American Studies, 18, 1-23, 1986

22  Flavius Josèphe, La guerre des Juifs précédée par « Du bon usage de la trahison » par Pierre Vidal-Naquet, Paris, Éditions de Minuit, 1977, V, p. 366-367.

23  Ibid., p. 119.

24  Ce point a donné lieu à un débat mais les arguments apportés par von Gebhart ainsi que ceux que Garcilaso lui-même insère dans sa préface semblent convaincants. Léon a écrit en hébreu des poèmes mais l’analyse du style des « Dialogues » montre la présence d’hispanismes, ce qui indique qu’il a pensé son traité en cette langue et non pas en hébreu.

25  Le titre de l’ouvrage est La traduzion del indio de los tres Diálogos de Amor de León Hebreo, hecha de italiano en español por Garcilaso Inga de la Vega, natural de la Gran Ciudad del Guzco... [1590], édition fac-similé publiée à Séville, 1989.

26  Descendant d’un juif portugais homonyme, médecin à la cour d’Affonso V et ami d’Isaac Abravanel.

27  Traduzion, Dialogue III, f. 194 v.

28  C’est le thème de l’histoire de Pedro Serrano, que l’Inca place curieusement dans le chapitre 8 du livre 1 des « Commentaires ». En fait, ce Pedro Serrano perdu dans une île des Caraïbes développe une pilosité digne d’un cochon sauvage, ressemblant ainsi aux premiers hommes qui peuplèrent le Pérou, selon les mythes rapportés par les Incas.

29 Ibid.

30 Ibid., Dialogue II, f. 79-79 v.

31 Ibid., Dialogue III, f. 138.

32  V. Abril Castelló, Francisco de la Cruz, inquisición, Madrid, CSIC, t. II, 1992, p. 28.

33  Parmi les mythes que les Espagnols ont projeté sur le Nouveau Monde, il y avait celui d’Ophir, lieu d’où provenait l’or de Salomon et que certains chroniqueurs identifièrent avec le Pérou, en se fondant sur une étymologie fantaisiste.

34  Voir Carmen Bernand et Serge Gruzinski, De l’idolâtrie, une archéologie des sciences religieuses, Paris, Le Seuil, 1988, p. 138-142.

35  Claire et Jean-Marie Pailler : « Une Amérique vraiment latine : pour une lecture "dumézi-lienne" de l’Inca Garcilaso de la Vega », Annales ESC, janvier-février 1992, n° 1, p. 207-235.

36  Margarita Zamora, Language, authority and indigenous history in die Comentarios reaies de los incas, Cambridge University Press, 1988.

37  J. Caro Baroja, Las moriscos del reino de Granada, Madrid, Istmo, 1976, p. 142.

38  L’importance dans la littérature et dans la poésie populaire du dernier roi des Goths qui causa la « perte » de l’Espagne dépasse le cadre de cet article. On peut se reporter à la compilation de Ramón Menéndez Pidal, Rodrigo, et último godo, dans Floresta de leyendas heroicas españolas, t. I, Madrid, Espasa-Calpe, Clásicos Castellanos, 1942.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Bernand, « Les Incas sont-ils un peuple bon à penser ? Moïse, Platon, Rome et l’exotique apprivoisé », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2004, mis en ligne le 28 janvier 2011, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://rgi.revues.org/1002

Haut de page

Auteur

Carmen Bernand

Professeur d’anthropologie à l’Université de Paris X, Institut universitaire de France

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page