Navigation – Plan du site
Vers une histoire anthropologique des transferts culturels

L’influence du philosophe allemand F. Krause dans la formation des sciences sociales en Espagne

Pierre Bidart
p. 133-148

Résumés

L’influence du philosophe allemand Karl Christian Friedrich Krause (1786-1832) dans la formation des sciences sociales en Espagne s’est exercée de manière plutôt surprenante. Ignorée de son vivant en Allemagne, son œuvre a connu, après son décès, un succès considérable à l’étranger et en particulier en Espagne, avec la traduction faite en 1860 par le philosophe juriste Julian Sanz del Rio, d’un de ses ouvrages, sous le titre de Ideal de la humanidad para la vida.
Cette influence en Espagne a produit ce que la critique savante a appelé le krausismo ou le krausisme, lequel inspirera la genèse de bien des projets institutionnels, culturels et scientifiques, au sein de cette Espagne du xixe siècle.
La compréhension de cette influence ne semble possible qu’en rappelant l’appartenance franc-maçonnique de Krause et en soulignant la marque nettement maçonnique de son œuvre. La pensée de Krause va servir de faire-valoir à tous ceux qui cherchent à réformer culturellement une Espagne conservatrice. La réalisation la plus significative de cette pensée sera la création en 1876 de la Institución Libre de Enseñanza, dont les adhérents vont travailler au sein de plusieurs universités d’Espagne à innover la pensée scientifique en promouvant en particulier de nouveaux concepts, de nouveaux points de vue, de nouvelles méthodes, de nouvelles théories – inspirés directement par l’œuvre de Krause et utilisés surtout pour l’analyse des sociétés dans leurs évolutions historiques et leurs formes culturelles. C’est ainsi que prennent forme la sociologie, l’anthropologie, les sciences politiques, entre autres sciences sociales, les rénovateurs espagnols intégrant les influences étrangères à travers le prisme du krausisme.
Lié à la pensée libérale, le krausisme estime que les sciences sociales naissantes doivent servir à renforcer une nation espagnole fragilisée par l’inculture et le manque d’ambition. En cela, le krausisme a été un projet politique au même titre qu’une intention scientifique.

Haut de page

Texte intégral

1En matière de transfert culturel, le destin de l’œuvre du philosophe allemand Karl Christian Friedrich Krause (1786-1832) constitue un sujet d’étude bien stimulant par les paradoxes qui le caractérisent.

2Ignorée de son vivant dans son propre pays, l’œuvre de Krause a accédé à une forte notoriété internationale, sensible en particulier en Espagne, mais aussi au Portugal, en Belgique et en Amérique latine. Cette notoriété s’est construite pour l’essentiel sur un seul ouvrage, L’idéal d’humanité pour la vie – qui n’était pas l’œuvre la plus remarquable – traduite en espagnol imparfaitement, en réalité expurgée de ses formules les plus significatives signant son appartenance maçonnique (en effet, le titre allemand comporte la mention « Excellent pour les Francs-Maçons » qui n’a pas été reproduite et qui n’a jamais été mentionnée par les différents experts de son œuvre !).

3Et c’est dans une Espagne monarchiste, fortement imprégnée d’un catholicisme réactionnaire, dans un contexte culturel crispé, que cet ouvrage provoquera un véritable séisme culturel, grâce au travail de traductions réalisé en 1860 par Julian Sanz del Rio. Cette histoire peu ordinaire de l’œuvre de Krause met en jeu, simultanément, les questions de la réception d’un ouvrage hétérodoxe, de la traduction, de la médiation intellectuelle, des dynamiques suscitées par une pensée qui s’incarne dans des débats, des infrastructures culturelles telles que des institutions, des revues, des correspondances et qui initie et organise des cohortes d’élèves et de disciples. La circulation de la pensée se fait ici réactive et cumulative, mais aussi disjonctive par les fonctions opérées. Nous sommes également, ici, devant l’œuvre-événement par le nombre des interactions, des stratégies (concurrence, opposition et complémentarité), des commentaires qu’elle a entraînés.

4La réception en Espagne, de même que la compréhension de l’intérêt pour son œuvre traduite sous le titre de Idéal de Humanidad para la vida doivent être rapprochées de son appartenance à la franc-maçonnerie à laquelle il a consacré deux de ses publications : Die drei ältesten Kunsturkunden der Freimaurerbruderschaft et Höhere Vergeistigung der echt uberlieferten Grundsymbole der Freimaurerei. En effet, nombre de ses disciples espagnols qui appartenaient eux-mêmes à la franc-maçonnerie n’eurent pas de mal à faire l’éloge d’un ouvrage dont l’inspiration maçonnique est, comme on le verra, certaine.

  • 1  Pour n’avoir cu aucun écho en France, l’œuvre de Krause ne bénéficie d’aucune traduction et les tr (...)

5L’influence de Krause en Espagne a été telle qu’elle a donné lieu à la formation de ce que l’on appelle le Krausismo, terme désignant le mouvement de pensée se réclamant de Krause, et à la figure du krausiste, individu personnifiant l’adepte, l’admirateur, le disciple, l’exégète de l’œuvre de Krause. Son œuvre jouit encore aujourd’hui d’une faveur certaine si l’on en juge par les ambitions scientifiques de l’Instituto universitario de investigación sobre liberalismo, Krausismo y masonería fondé au sein de l’Université jésuite madrilène Pontifica de Comilla. Le programme de recherche du groupe signale des études sur la pensée esthétique de Krause, sur la correspondance entre les Krausistes allemands et l’universitaire espagnol Francisco Giner de los Rios, la réception de l’œuvre de Krause en Europe, le projet éducatif de la Institución Libre de Enseñanza, sur sa théorie musicale et sa philosophie du droit. La pensée de Krause a suscité nombre de travaux1, à cause, notamment, de son rôle dans la naissance en 1876 de la Institución Libre de Enseñanza, structure intellectuelle de grande importance qui se dédiera à la diffusion de la pensée laïque et positiviste dans le domaine éducatif (institution qui fait écho à la fondation, en France, en 1866, de la Ligue française de l’enseignement et de l’éducation permanente, par Jean Macé, en vue de l’instruction des couches populaires).

  • 2  Dans son ouvrage consacré à Karl Chnstian Friedrich Krause and his influence in die hispanic world (...)

6Les quelques travaux évoquant le rôle de l’œuvre de Krause dans la naissance des sciences sociales en ce milieu du xixe siècle espagnol omettent d’aborder le versant maçonnique de cet auteur. Il en est ainsi des articles de Eloy Gómez Pellón sur La Contribución del Krausismo al desarrollo de la antropología en España : el protagonismo de la Universidad Oviedo2et La antropología españa en las decadas finales del siglo xix(voir plus loin).

La vie et l’œuvre de Krause

7K. Krause naît à Eisenberg, dans une famille protestante dont le père est pasteur et professeur, le 4 mai 1781 ; il décédera à Munich le 27 septembre 1832, après une vie semée de difficultés et d’échecs. Une fois terminées ses premières études dans sa ville natale, il va à Iéna, où il suit les enseignements de philosophie de Hegel, Fichte et de Schelling ; ses relations avec ce dernier sont mauvaises, il sera à l’origine de sa disgrâce et l’empêchera d’accéder à un poste d’« Honorar-Professor » à Munich, vers la fin de sa vie. Il se marie en 1802 et consacrera ses années à des activités diverses et à l’enseignement, allant de ville en ville. En 1806, son idéal de cité-monde universelle le pousse à adhérer à la franc-maçonnerie dont les principes rejoignent ses préoccupations. Mais ses travaux sur la franc-maçonnerie déplaisent aux autres franc-maçons qui entrent en conflit avec lui. En 1817, il entreprend plusieurs voyages qui le mènent en France et Italie.

8Aspirant à enseigner à l’Université, il n’obtiendra que des fonctions toujours provisoires et modestes d’« enseignant privé », selon les usages des universités allemandes, malgré trois habilitations philosophiques défendues devant les universités d’Iéna (1802), de Berlin (1814) où il n’arrive pas à obtenir la chaire de philosophie, vacante à la suite de la mort de Fichte, de Göttingen (1824).

9A la fois théologien, philosophe et historien, K. Krause aspire, de manière résumée, à réconcilier les idées de Dieu connu par la foi et par la conscience, et le monde appréhendé par les sens. Intuitivement connu par la conscience, Dieu n’est pas une personne (ce qui signifierait des limites) mais une essence (Wesen) englobante qui. contient l’univers en lui-même. Cette construction prend le nom de panentheism, une combinaison de théisme et de panthéisme. Sa théorie d’un monde gorgé d’humanité est universelle et idéale. Le monde lui-même et la présence humaine – sa composante la plus noble – constituent un organisme (Gliedbau) tandis que l’univers est un divin organisme (Wesengliedbau). Au sommet du processus de développement des unités, le monde s’identifie avec Dieu. La forme de ce développement s’illustre selon Krause, dans le Droit et la Loi parfaite. Le Droit n’est pas la somme des conditions d’une liberté externe mais celle d’une liberté absolue, et couvre les existences de la nature, de la raison et de l’humanité. La réalité de la nature et de la raison se retrouve dans la réalité de l’humanité. Le Droit fonde la dynamique et la sécurité du profacettes religieuse, éthique, esthétique, anthropologique, scientifique, philosophique, juridique et historique de son œuvre dont l’influence sera grande non seulement en Espagne, mais aussi au Portugal et en Amérique latine, et notamment au Brésil. En Allemagne, l’intérêt pour l’œuvre de Krause reste vif : Enrique M. Urena, K. C. F. Philosoph, Freimaurer, Weltburger ; due Biographie, Stuttgart-Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog, 1990, 690 p. ; Wolfgang Forster, Karl Christian Friedrich Krause frühe Rechtsphilosophie und ihr gastesgeschichtlicher Hintergrund, Ebelsbach, Aktiv Druck & Verlag, 2000, 383 p.

10grès. La société idéale résulte de l’opération organique de ce principe depuis l’individu jusqu’aux petits groupes d’hommes, et finalement jusqu’à l’espèce humaine entière. On peut invoquer deux arguments pour expliquer la faiblesse de l’influence de Krause en Allemagne : d’une part, la grandeur du rayonnement de Hegel, et d’autre part, le caractère mystique de sa pensée qui la rend souvent hermétique, auquel il faut ajouter le recours à une terminologie sophistiquée fondée sur l’usage des mots étrangers germanisés difficilement intelligibles pour le sens commun. Ses œuvres principales sont : Entwurf des Systems der Philosophie (1804) ; System der Sittenlehre (1810) ; Das Urbild der Menscheit (1811) ; Vorlesungen über das System der Philosophie (1828). Il devait laisser à sa mort un grand nombre de documents non publiés dont certains furent réunis et édités par ses disciples, Ahrens, Leonardi, Tiberghien et d’autres.

Le rôle de Sanz Del Rio

11On doit en Espagne la connaissance de l’œuvre de Krause au séjour à Heidelberg, en 1843, du philosophe juriste espagnol Sanz del Rio, envoyé ainsi en Allemagne pour se former à la philosophie allemande, en vue d’une réorganisation des études philosophiques au sein de l’Université centrale de Madrid qui devait lui permettre d’occuper la chaire d’histoire de la philosophie. D’aucuns considèrent Sanz del Rio comme la figure intellectuelle la plus influente de cette Espagne du milieu du xixe siècle, par la force de ses ambitions scientifiques, par le courage qu’il a manifesté à défendre son projet de rénovation de l’Université espagnole. Ses deux grandes traductions que furent El ideal de la Humanidad para la vida et Sistema de la filosofia. Metafísica. Primera parte, analysis seront les œuvres majeures qui vont féconder les innovations philosophiques, sociales et éducatives du Krausisme espagnol. Sanz del Rio ne se contente pas de traduire ces livres, il introduit et commente le premier et expose le second ouvrage. La critique contemporaine a mis en évidence certaines libertés prises par Sanz del Rio dans la traduction des ouvrages afin, comme il le dit lui-même, de les « ajuster » à l’opinion publique de son pays. Ces ajustements visaient, d’une part, à faciliter la compréhension d’un langage facilement obscur, d’autre part, à atténuer les possibilités de critique à l’égard des théories philosophiques de Krause, suspectées de véhiculer l’athéisme derrière le concept de « panthéisme ». Cela n’empêchera pas la mise à l’index de Ideal de humanidad, vite après sa publication, au cours d’une période de grande tension universitaire. Il avait signifié ses intentions philosophiques, auparavant, dans sa thèse de doctorat La cuestion de la filosofia novísima (1856) et dans son Discurso de inauguración del año académico 1857/1858 de la Universidad Central. Rafael Orden Jimenez note que ses deux traductions ont été les deux seules publications philosophiques importantes du promoteur du krausisme espagnol. Aussi l’autorité, la position et la réputation intellecmelles de Sanz del Rio tiennent-elles pour l’essentiel à son rôle de médiation dans la connaissance et la diffusion de la pensée de Krause en Espagne. Il reste que sa contribution par l’intermédiaire des textes d’accompagnement des traductions a, néanmoins, permis la formation d’un mouvement philosophique proprement espagnol, appelé le Krausismo. Et c’est l’Ideal de Humanidad qui connaît le succès le plus important aux yeux de tous les réformistes espagnols du moment.

12Avant d’arriver en Allemagne, il note dans ses propres correspondances qu’il passe par Paris, où il rencontre Victor Cousin dans le cadre d’un entretien peu fécond, par Bruxelles, où il s’entretient avec Ahrens dont il connaissait certains de ses travaux et qui l’oriente vers Heidelberg (Ahrens assurera à Paris un cours de philosophie du droit naturel avant de terminer sa carrière à Leipzig). Là, il fait la connaissance d’un gendre de Krause, le baron von Léonhardi, et de Charles Roeder, qui tous deux enseignaient le krausisme, et d’autres personnalités.

  • 3  Cité par l’abbé Jobit : 44, extrait de Boletin ILE, année 1898, 193.

13Sanz del Rio organise autour de lui une véritable cour intellectuelle dont les membres iront, ensuite, dans nombre de cas, occuper des postes dans les universités provinciales et constituer, comme on le verra, autant de noyaux de diffusion de la pensée krausiste et de rénovation scientifique. On peut citer notamment Frederico de Castro, Salmeron, Romero Giron, Azcarate, Linares, Giner de los Rios, Tapia, Sales y Ferré, Ruiz Chamorro, mais aussi d’autres personnages comme le prêtre Fernando de Castro, des ingénieurs, des Athénéistes, des personnes attirées par les mouvements de pensée qui animent l’Université centrale de Madrid. Ce groupe d’amis et d’élèves appelés à devenir des disciples constituent en 1860 ce que l’on appellera le circulo filosófico. Rationalistes et catholiques libéraux s’y retrouvent et « discutent fraternellement les plus graves problèmes »3.

Les réactions devant une pensée hétérodoxe

14À peine édité, l’Idéal de l’humanité est mis à l’index le 25 septembre 1865 tandis que l’influence croissante de son traducteur ne cesse d’inquiéter : les thèses de doctorat citant Krause, mais aussi Ahrens et Sanz del Rio, se multiplient.

  • 4  Cité par l’abbé Jobit : 46.

15Francisco Giner de los Rios, éminent juriste et représentant le plus célèbre de la deuxième génération de krausistes, met en exergue l’engouement de ses amis pour Krause : « Nous les jeunes d’alors lisions avec délices les Commandements de l’humanité de Krause suivant Tiberghien et l’Idéal de l’humanité de Krause aussi mais suivant Sanz del Rio, le Maître du Maître. »4

16Le succès du krausisme inquiète surtout l’Église à laquelle un concordat récent (1851) avait donné un droit de regard sur l’enseignement. Des universitaires, tel Juan Manuel Orti y Lara, professeur de philosophie à l’Université centrale, participent à la coalition anti-krausiste. A côté de l’Eglise, un mouvement politique catholique extrémiste, qualifié par les krausistes de « néo-catholique », entreprend de susciter la suspicion des autorités publiques à l’égard les cercles krausistes. En 1860, ce mouvement, lance la revue El Pensamiento español qui, pendant quatorze ans sera le fer de lance de la critique de la pensée krausiste. Décelant du pur panthéisme derrière les considérations métaphysiques, la revue entend dénoncer ces hommes « qui professent des doctrines anticatholiques (...), répandent un enseignement hétérodoxe capable de vicier le cœur de la jeunesse » (numéro du 5 avril, 1867).

17À partir de 1865, les attaques contre les universitaires se précisent et annoncent des destitutions tant à Madrid qu’en province. Tour à tour, Figuerola, professeur de droit politique comparé et Fernando de Castro, professeur d’histoire à l’Université centrale, Esperaba Lozano de l’Université de Salamanque, et Sanz del Rio, entre autres, sont dénoncés comme « textos vivos », appellation métaphorique des positions krausistes. Deux ans plus tard, ils sont destitués par le gouvernement. Une pétition de 60 signatures de soutien venant de Heidelberg (émanant des docteurs de l’Université de cette ville) est destinée à Sanz del Rio. Puis, la Révolution de 1868 les rétablit dans leurs droits.

Des modes d’institution scientifique et sociale de la pensée krausiste

18Le rôle des krausistes au sein de la société espagnole va évoluer selon le rythme des changements des conditions de diffusion des réflexions krausistes et de réception des influences étrangères, françaises et allemandes en particulier, par les élites intellectuelles espagnoles. De manière sommaire, on peut distinguer deux phases historiques correspondant à deux modes particuliers d’institution sociale de la pensée krausiste.

19La première phase s’illustre dans les actions pionnières entreprises par Sanz del Rio avec les conséquences déjà évoquées en matière de répression intellectuelle. Cette première génération de krausistes reste fortement sensible à l’influence germanique : l’Allemagne en effet, apparaît sous les aspects favorables d’une société respectueuse des valeurs familiales et religieuses, contrastant avec une France associée à l’irréligion et au césarisme.

  • 5  Voir, à ce propos, A. Jimenez Garcia, 1986, El krausismo y la Institución Libre, de Enseñanza, Mad (...)

20Ce que l’on nommera la deuxième génération de krausistes, dont la figure la plus représentative est sans doute Francisco Giner de los Rios, par ailleurs représentant éminent de la franc-maçonnerie espagnole, se fera l’interprète de l’influence française en Espagne. C’est elle qui met en place, en 1876, la fameuse Institución Libre de Enseñanza (ILE) dont l’ambition est d’incarner cette philosophie de l’action pratique et cette morale du progrès si fondamentales de la philosophie krausiste, par la mobilisation de tous les types de savoirs5.

21Les initiateurs du projet avec, à leur tête, Francisco Giner de los Rios ambitionnent, selon les termes de l’objet de la nouvelle structure qui prend la forme juridique de l’association, de « fundar en Madrid una Institución Libre de Enseñanza, consagrada al cultivo y propagación de la ciencia en sus diversos ordenes, ajena a todo espíritu e interés de comunión religiosa, escuela filosófica o partido político ». Elle s’apparente à une sorte d’université ouverte, mais sans statut officiel d’université, marquant une double distance à l’égard de l’Église et de l’État. On pense à l’Université libre de Bruxelles, créée vers les années 1830, qui s’inspirait du même esprit. L’institution sera déclarée illégale par le décret du 17 mai 1940 du ministre de l’Éducation nationale, en exécution de dispositions appliquées aux partis politiques et groupes sociaux opposés au Movimiento nacional, ses actes étant considérés comme contraires à la philosophie du nouvel État. Son patrimoine lui est confisqué et affecté au ministère de l’Éducation nationale. En réalité, des inconnus s’introduiront dans les locaux à Madrid détruisant le mobilier et les laboratoires. Malgré tout, les activités continuent, en semi-clandestinité, grâce au concours de quelques personnes qui n’hésitent pas à mettre leurs espaces privés au service de la cause. A partir de 1960, un nouveau patronage se constitue pour officialiser l’existence de l’association ; parmi les promoteurs de cette démarche, une figure bien connue, celle Julio Caro Baroja. Elle continue aujourd’hui ses travaux de réflexion autour des questions liées à l’école et à la pédagogie. Dès sa fondation, elle publie le Boletín de la Institución Libre de Enseñanza dont la parution, interrompue par la Guerre civile reprendra en 1987.

  • 6  F. Giner de los Rios, 1987, « Discurso inaugural del curso 1880-1881 en la Institución Libre de la (...)

22Francisco Giner de los Rios tient à préciser que l’institution n’entend pas se limiter seulement à l’instruction mais souhaite œuvrer à la formation de « hombres utiles al servicio de la humanidad y de la patria »6. La praxis de la Institución repose sur une méthode pédagogique qui se veut novatrice et subordonnée à une mission civilisatrice, celle de l’édification de la nation espagnole. Pour cela, Giner de los Rios développe une conception globalisante de la formation des élèves comprenant à la fois l’attention donnée à la mise en évidence des qualités potentielles du corps et de l’esprit, par le recours à tous les savoirs possibles, dont, en particulier, la littérature, les sciences techniques et sociales. C’est ainsi que Giner de los Rios entendait illustrer cette notion de « rationalisme harmonique », épicentre de la pensée krausiste. D’où l’introduction de la gymnastique qui doit viser à « améliorer les conditions d’une race appauvrie » (id.) ; du dessin qui développe l’esprit d’observation, l’amour de la nature et de l’art ; du chant qui initie le sens de l’esthétique chez l’enfant dans son espace familial ; des travaux manuels confortant les tendances plastiques et le pouvoir créatif de la fantaisie ; des voyages ; de l’éthique de l’épargne qui forme à l’usage rationnel des biens.

  • 7  Voir à ce propos, P. Martin Luis (sous la dir. de), 2000, Les francs-maçons dans la cité. Les cult (...)

23Les préoccupations culturelles majeures de Giner de los Rios se nourrissent du constat douloureux et insupportable de l’inculture de la nation espagnole qui reste malheureusement « indifférente à sa ruine » (ibid., p. 8). Et il espère que cette nation comprendra « un jour » l’intérêt de la formation des esprits dans le renforcement du sentiment national et de son corollaire, la fierté de la patrie. L’arrimage des conceptions culturelles et politiques de Giner de los Rios, franc-maçon, rappelons-le, au projet explicite de travailler à la (re)constrution de la nation espagnole renvoie de manière plus générale au rôle de la franc-maçonnerie, en Europe, au xixe siècle, dans la formulation et l’édification des idéologies nationales7. Aussi, dans ce contexte, doit-on considérer la Institución Libre de Enseñanza, au-delà de son rôle dans l’élaboration et la diffusion des sciences sociales, comme l’institution scientifique et culturelle la plus travaillée, au sein de la société espagnole, par les considérations liées à l’examen critique des impuissances et du devenir de la nation espagnole.

24C’est en effet sous le parrainage de cet outil intellectuel novateur que symbolise la ILE que s’opère un essaimage disciplinaire à travers l’Espagne qui illustre la naissance et la diffusion des sciences sociales en Europe : le large front des sciences humaines et sociales représenté par l’économie politique, la psychologie (notamment celle de l’enfance), la sociologie, l’ethnographie, l’anthropologie s’organise avec ses animateurs, ses centres, ses universités, ses musées, ses revues. Deux villes, Séville et Oviedo, se distinguent nettement par leur rôle particulièrement actif et visible dans la traduction culturelle et scientifique des principes krausistes, chacun de ces sites cultivant un étroit réseau relationnel avec les deux institutions les plus prestigieuses de Madrid, la ILE et Y Ateneo. Les contacts avec l’extérieur, notamment avec la France, y tiennent une place cardinale. Ainsi, pour l’anthropologie, on vénère et commente les travaux du docteur Paul Broca, fondateur en France de l’anthropologie physique ; Anton va étudier à Paris sous la direction de Quatrefages dont les conférences sont traduites en espagnol ; Darwin est professeur honoraire de la ILE ; le D’Gonzales Velasco, ancien disciple de P. Broca à Paris, sera l’un des initiateurs de la Sociedad Antropológica Española fondée en 1865. À partir des années 1880, à la faveur de l’impulsion donnée par l’anthropologie physique et naturaliste, émerge un intérêt nouveau pour la saisie ethnographique du folklore d’Espagne.

  • 8  Voir A. Guichot y Sierra, 1922, Noticia histórica del folklore. Orígenes en todos los países hasta (...)
  • 9  Voir l’article de A. Jimenez Garcia, 1989, « Los Machado y el Krausismo », dans BILE, n° 8, juin, (...)

25Les animateurs de la ILE et de l’Ateneo de Madrid occupent une place singulière dans la promotion des études folkloriques avec, notamment, le lancement en 1901 d’un questionnaire sur les usages populaires destiné à recueillir « les matériaux indispensables pour la connaissance et la reconstitution scientifiques de l’histoire et de la culture espagnoles »8, associant ainsi intention de connaissance et visée politique. En réalité, l’initiative vient d’Andalousie, terre profondément travaillée par les idées et les initiatives de krausistes. Si la grande figure du krausisme en Andalousie se trouve en Federico Castro, le second personnage illustre est Antonio Machado y Nunez (dont l’unique fils sera le futur folkloriste Antonio Machado y Alvarez), qui se remarque par ses travaux dans les domaines de la zoologie, de la géologie, des sciences naturelles et de la paléontologie, menés dans une perspective évolutionniste (celui-ci avait complété ses études en médecine par un séjour à Paris, à la Sorbonne), autour de sa chaire d’histoire naturelle à l’Université de Madrid9.

  • 10  Voir D. Nunez, 1977, El darwinismo en España, Madrid, Castalia, 24-25.

26Pour Diego Nunez, il est celui qui évoqua le premier dans ses cours, en Espagne, vers les années 1860, la nouvelle théorie transformiste10. En 1871, Machado y Nunez et Castro, aidés par le philosophe hégélien Francisco Escudero y Perosso, fondent la Sociedad Antropológica de Sevilla organisée autour de trois sections : la première, d’anthropologie physique, sous la direction d’A. Machado, dédiée à l’étude de l’homme comme être naturel ; la seconde, d’anthropologie psychique, sous la direction de F. Escudero, traitant de l’homme considéré comme être spirituel ; la troisième, sous la direction de F. Castro, d’anthropologie sociale, consacrée à l’homme dans sa double composante matérielle et spirituelle. Lors du discours inaugural prononcé par Machado y Nunez, l’accent est mis sur la remise en cause de la conception dualiste de l’anthropologie et la nécessité de comprendre l’homme dans une même totalité significative. Mais leur dynamisme ne s’arrête pas là. Ils entreprennent de créer peu après une Biblioteca Científico-Literaria qui deviendra conjointement la plate-forme éditoriale de penseurs krausistes et d’auteurs positivistes, et un espace de publication pour des œuvres d’origine étrangère. Ainsi Federico Castro y traduit l’ouvrage de R. Dozy (1877-1878, 4 vol.) la Historia de los musulmanes españoles, tandis que Sales y Ferré y publie sa Prehistoria.y origen de la civilización. Tomo 1. Edad paleolítica (1880) de même que El hombre primitivo y las tradiciones orientales (1881) ; le même traduit divers ouvrages comme la Historia de la geografía y de los descubrimientos geográficos (1878) de Saint-Martin, El darwinismo. Lo verdadero y la falso de esta teoría (1879) de E. von Hartman. D’autres traductions de titres d’auteurs étrangers importants se remarquent également : Lecciones de Fisiología general y Medicina Experimental, de Claude Bernard ; Estudios políticos y sociales. Educación fisica, intelectual y moral y Fundamentos de la Moral, de Spencer ; El gobierno representativo, de Stuart Mill ; El Cristianismo y la Revolución francesa et El genio de las Religiones, de Quinet ; Psicología alemana contemporánea, de Th. Ribot ; El nihibismo de Arnaud. Cet apparent éclectisme atteste de la volonté explicite des animateurs de la Biblioteca Científico-Literaria d’être les acteurs de la rénovation scientifique et culturelle en Espagne, en restant attentifs aux avancées les plus significatives des connaissances observées dans les pays voisins, et aux élaborations épistémologiques les plus critiques et les plus prometteuses du moment, représentées par le positivisme et le darwinisme, dans un contexte de violente confrontation entre les partisans et les détracteurs de ces théories. Les mêmes continuent leur travail de structuration de la vie culturelle sévillane en fondant, en 1879, l’Ateneo Hispalense, organisé autour de trois sections : celle des sciences morales et politiques, sous l’autorité de Federico de Castro, celle de la littérature et de l’art avec Claudio Boutelou, celle des sciences exactes, physiques et naturelles, sous la présidence de Machado y Nunez.

  • 11  A. Machado y Alvarez, 1883, Poesia popular, Francisco Alvarez y Cia, Sevilla, 17 ; cité par A. Jim (...)
  • 12  Voir, à ce propos, l’article de A. Jimenez Garcia, 1986, « La implantación ciel krausopositivismó (...)

27Son fils, le folkloriste Antonio Machado y Alvarez, de formation philosophique et juridique, se dédiera lui à l’étude de la poésie populaire et du folklore andalous, donnant à ces sujets une notoriété qui gagnera toute l’Espagne. Dans l’introduction de son ouvrage sur la Poesía popular, il reconnaît une double dette intellectuelle : pour une part, à l’enseignement krausiste qui a influencé plutôt le contenu et la forme intérieure de sa poésie que sa forme extérieure ; pour l’autre part, il sait gré à l’écrivain don Agustin Duran d’avoir compris que l’émancipation de la pensée en littérature est la condition de l’indépendance et le signe le plus expressif de la nationalité11. Plus précisément, Machado y Alvarez a bénéficié d’un double héritage intellectuel : celui de son père, ardent positiviste et l’un des premiers introducteurs en Espagne de la doctrine de Darwin, et celui du juriste Federico de Castro, interprète du krausisme orthodoxe en Andalousie. Les analystes de la philosophie krausiste ont pu observer et mettre en relief les subtiles évolutions intellectuelles de certains krausistes qui réexaminent leurs principes krausistes en fonction des innovations scientifiques du moment, le positivisme et l’utilitarisme spencérien, entre autres. Ainsi on parle de krausopositivismó12pour qualifier ce type de glissement intellectuel, notamment chez Machado y Alvarez, sensible de surcroît à ses nombreuses amitiés intellectuelles, dont celles du juriste Joaquin Costa. Celui-ci avait fondé ses travaux consacrés au droit coutumier sur les recherches ethnographiques menées sur la poésie et les coutumes populaires, comme le montrent certains de ses titres d’ouvrages : Estudio del derecho consuetudinario (1876), Derecho consuetudinario del Alto Aragon (1880), Derecho consuetudinario y economía popubar de España (1902), et enfin La poesía popular española y mitología celtó-Hispana. Introducción a un tratado de política sacado textualmente de los refraneros, romanceros, y gestas de la Península (1881).

28Lors d’un débat en 1880 sur la place de la littérature et des beaux-arts dans la culture des peuples, l’Ateneo Hispalense raisonnera de la diatribe verbale entre A. Machado y Alvarrez, convaincu de la fécondité du positivisme et son maître Federico de Castro, avocat du point de vue krausiste. Des polémiques similaires avaient eu lieu, quelques années auparavant, à l’Ateneo de Madrid, entre krausistes et positivistes, marquant le recul de la position des premiers.

  • 13  B. Sesé, 1980, Antonio Machado (1875-1939). El hombre. El poeta. El pensador, version espagnole de (...)
  • 14  A. Machado y Alvarrez, 1981, Et Folk-Lore Andaluz, edición conmemotariva del centenario, Madrid, É (...)

29Dans une étude que lui consacre Bernard Sesé, celui-ci résume ainsi les traits fondamentaux de la pensée du poète : scepticisme ou rationalisme en matière religieuse, libéralisme en politique, sens de la fraternité et de la justice, culte de la vérité, tout cela converge vers un idéal que l’auteur désigne par la formule de « misticismo laico »13. Pour notre part, nous y verrions plutôt les indices de la philosophie maçonnique dont les concepts structurants recouvrent, notamment, ceux d’harmonie, de raison, de progrès, de liberté, d’humanité, de vérité, de fraternité, et dont on a pu noter l’usage récurrent dans la terminologie des krausistes les plus engagés. À la faveur de ce glissement vers une sorte de postkrausisme, il réserve ses éloges pour Darwin, « l’un des hommes les plus savants des temps modernes », et Herbert Spencer, qualifié, lui, de « premier penseur d’Europe », pour conclure que « la teoría de la evolución, señora hoy del mundo, resulta verdadera en todos los hechos estudiados hasta el día »14. Et c’est fort de ces parrainages intellectuels que Machado y Alvarez s’engage dans l’ethnographie du folklore andalou à la suite d’un événement marquant de l’histoire des études folkloriques, la création en 1871, à Londres, de la Folklore Society. Devenu membre de ladite société, il décide de fonder en 1881 une structure jumelle, Folk-Lare Andaluz, dont les effets mimétiques à travers toute l’Espagne sont immédiats : El Folk-Lore Frexnense (1882), El Folk-Lare Castellano (1883), El Folk-Lore Riojano (1884), El Folk-Lore regional Gallego (1884), El Folk-Lare Vasco-Navarro (1884), El Folk-Lare Catalan (1 885), etc. Alors que la société londonienne conçoit le folklore dans une perspective plutôt passéiste, comme une simple accumulation de traces du passé, Machado l’envisage dans une optique dynamique, se proposant d’observer la présence et l’opérativité des survivances du passé dans le présent, y décelant la condensation de l’esprit du peuple (à la manière de l’idée du Volksgeist présente dans l’Allemagne du xixe siècle), et invitant à dilater le regard ethnographique des zones rurales vers le monde urbain. La revue du même nom de la société andalouse se chargera de publier de nombreux articles de Machado lui-même, manifestant même une ambition scientifique nationale en créant une Biblioteca de bas tradiciones populares españoles qui aura à son actif la publication de onze volumes entre 1884 et 1888.

30Parmi les travaux les plus significatifs de Machado, on retiendra les titres suivants : Colección de enigmas y adivinanzas en forma de diccionario (1880), Titiny las primeras oraciones. Estudio sobre el lenguaje de los niños (1883), œuvre de large écho européen grâce à ses traductions en allemand, portugais, français, italien et anglais ; Estudios sobre literatura popular (1884). Auteur mais aussi traducteur, Machado traduit en effet la Antropología de Éd. Bur-nett Tylor (1887) et la Medicina popular de W. George Black (1889).

  • 15  Voir à ce propos E. Gómez Pellon, « El krausismo y los origines de la antropología social en Españ (...)

31À côté de la ILE, les krausistes mettent en place, à Oviedo, la Escuela Práctica de Estudios jurídicos y sociales, structure calquée sur le modèle de l’École pratique des hautes études et s’inspirant également des séminaires de l’Université allemande, grâce à l’action du juriste Adolfo Posada. Le dénommé « grupo o movimiento de Oviedo », selon l’expression de J. Costa, composé de juristes, avait en effet effectué des déplacements dans ces pays sous la conduite de Francisco Giner de los Rios, et ils en étaient revenus très favorablement impressionnés. Cette Escuela Práctica comptait trois sections : celle de politique et de sociologie, animée par Posada et A. Alvar-rez-Buylla ; celle de l’histoire sous la houlette de l’historien et archéologue R. Altamira dont les travaux auront un écho majeur en Espagne ; celle des relations internationales. Dans la première qui nous intéresse particulièrement, on y étudie les théories sociologiques de la dernière décennie du xixe siècle, la méthodologie et les techniques des nouvelles sciences sociales ; on y insiste sur l’importance de l’enquête, dans le prolongement des enquêtes de Frédéric Le Play ; on y étudie également les œuvres de Comte, de Marx, de Darwin, de Spencer, mais aussi les premiers travaux de Durkheim. Les publications réalisées par Posada abordent de près les grandes questions développées par l’anthropologie naissante, à savoir le statut du matriarcat primitif, la nature des sociétés primitives, les théories modernes sur l’origine de la famille, de la société et de l’État, le rapport des sauvages au politique, et comportent les références aux œuvres de E. B. Tylor, de H. Summer Maine, de J. Bachofen et d’autres15. De nouveaux outils de diffusion de la pensée scientifique, telles les revues, apparaissent, parfois pour une durée limitée, structurant et officialisant les nouveaux champs disciplinaires et les contours des cercles de réflexion : Aux Anales de la Universidad de Oviedo ouvertes à tous les travaux de la Escuela Práctica, s’ajoutent La Nueva Ciencia Jurídica, elle-même remplacée par Antropologiay Sociología continuée par la Revista de Derecho y Sociología qui se signale par la présentation des différents ouvrages de Summer Maine, de Spencer et de Engels. Mais Posada utilise abondamment les pages du Boletín de la Institución Libre de la Enseñanza pour aborder les thèmes comme « El concepto de Estado » (1890), « El problema del origen del Estado » (1892), « La descripción del hombre primitivo según Spencer » (1892) ; « El colectivismo agrario de Costa » (1899), « Sobre la idea sociológica del Estado » (1899), ou « Sobre el materialismo histórico » (1908).

Conclusion

32Cet examen rapide du contenu des débats scientifiques dans ces deux villes permet de préciser la nature des configurations scientifiques spécifiques qui s’y constituent : à Séville, la thématique folklorique constitue le point de convergence d’une bonne partie des recherches menées localement. Mais les études folkloriques ne sont pas une originalité sévillane : elles connaissent un grand succès dans toutes les différentes régions d’Espagne, sous la poussée des régionalismes romantiques qui revendiquent diversement l’appellation du Resurximento gallicien, ou de la Renaixença catalane. Mélanges de régionalisme et de nationalisme, ces idéologies insistent sur la réappropriation symbolique de l’histoire locale, notamment à travers la langue érigée en signe distinctif de toute structuration identitaire et sur le retour de l’expression littéraire populaire. Ainsi, en Catalogne, cette Renaixença sera à l’origine de la restauration des jeux floraux en 1859 et de la production de nombreux travaux sur la chanson traditionnelle, et de la culture « excursionniste » qui propose la re-découverte de la terre catalane par la marche comme modèle d’éducation de la jeunesse du pays. Dans les îles Baléares et le Pays Valencien, la Renaixença sera fortement marquée par le costumbrismo, terme désignant ce mouvement culturel et littéraire très espagnol animé par l’éloge de la coutume.

33Si le krausisme inspire d’une manière relativement neutre les études folkloriques en Andalousie, il n’en était pas ainsi dans les autres régions d’Espagne où la perspective krausiste et la démarche régionaliste ne pouvaient que se heurter et se repousser mutuellement. Les krausistes, portés par leur volonté de régénérer la nation espagnole à leurs yeux déclinante, mettent en avant clairement et spontanément la dimension nationale de leur mouvement culturel, de même que le rôle national des nouvelles sciences sociales dans cette entreprise. Et ce type d’affirmation prenait une résonance particulière non pas tant auprès de la sociologie qu’auprès de l’anthropologie et de l’ethnographie dont les objets d’étude étaient fournis pour l’essentiel par les spécificités culturelles de chacune des provinces d’Espagne. On aura noté l’originalité de la vie scientifique d’Oviedo où s’élaborent les fondements de la future anthropologie sociale pour l’Espagne. Si les ethnographes régionalistes aspirent à concevoir une ethnographie régionaliste, ceux qui se réclament peu ou prou de la dynamique krausiste visent plutôt à l’élaboration d’une anthropologie et d’une ethnographie espagnoles, en cherchant à inscrire les singularités régionales dans cette totalité significative qui, seule, compte pour eux, l’Espagne. Les tensions entre de puissants régionalismes fortement mobilisés autour de leur patrimoine historique et linguistiques (basculant dans certains cas, à la fin du xixe siècle, dans le nationalisme) et très critiques devant les visées centralisatrices de l’État libéral traversent donc naturellement le champ des sciences sociales, surtout anthropologiques. Cela contribue à expliquer au moins partiellement le fait de la focalisation de l’ethnologie en Espagne sur l’analyse des traits culturels des régions d’Espagne et l’ignorance manifestée à l’égard des colonies espagnoles en Amérique latine ! Pourtant, là encore, les krausistes ont bien tenté de bousculer le schéma des représentations culturelles entre l’Espagne et les pays latino-américains.

34Le rappel sommaire des conditions d’introduction et d’usage de la pensée krausiste en Amérique latine permet d’en préciser les enjeux. À l’occasion d’un symposium international organisé à Chinchón, en 1988, par l’Instituto de Cooperación Ibero-americana, la Fondation Friedrich Ebert et l’Instituto Fe y Secularidad, autour du thème du Krausismo en Latinoamérica, l’accent a été mis sur le constat que la présence de la pensée de Krause sur le continent sud-américain était due principalement à l’influence du krausisme espagnol et de l’œuvre du juriste Ahrens, disciple de Krause, connu pour ses Nociones de derecho natural. En effet, les voyages de deux représentants éminents du mouvement krausiste, l’historien Altamira et le juriste Posada, les deux d’Oviedo, ont largement contribué à diffuser la pensée krausiste mais aussi à l’examen critique des relations entre l’Espagne et l’Amérique latine : le premier insistant sur la méconnaissance espagnole du monde latino-américain et sur le hiatus regrettable qui en résultait ; le second proposant une nouvelle conception des relations culturelles en considérant que l’Espagne et le monde latino-américain appartiennent à la même entité. Quant au destin du krausisme en Amérique du Sud, celui-ci a connu tous les usages possibles, à la faveur de traductions manipulées, tantôt au service de la cause libérale, tantôt, et le plus souvent, au service de la cause conservatrice.

35Au terme de cette courte introduction à l’analyse de l’influence du philosophe Krause dans la formation des sciences sociales en Espagne, un premier constat doit être établi quant à la position stratégique de la philosophie du droit qui, grâce au krausisme, s’affirme comme l’épistémé en cette deuxième moitié du xixe siècle. Les réflexions autour de la nature et de l’importance de l’ordre juridique (Hegel qualifiait le droit, dans ses Principes de la philosophie du droit de « quelque chose de sacré en général ») ont profondément animé l’Allemagne du xixe siècle, faisant de la philosophie du droit la science souveraine pour l’analyse des formes sociales, et influençant fortement les conceptions organicistes, considérées comme contraires à la civilisation, taxée elle de mécanique. Aussi la fécondité scientifique de cette philosophie du droit en Espagne constitue-t-elle l’un des faits culturels majeurs à mettre au crédit du krausisme. Les élites krausistes réalisent ainsi un subtil compromis entre les influences allemandes et les influences françaises, chacune agissant dans un domaine qui lui était propre.

36Une deuxième observation générale doit être faite quant à la contribution attendue des sciences sociales pour constater et déplorer les retards de la nation espagnole par rapport à sa propre histoire et par rapport aux autres nations de l’Europe. La morale du progrès et de l’action, fondement de la philosophie krausiste, reste subordonnée à la défense et à l’illustration d’une nation espagnole, affaiblie par les conservatismes et par les régionalismes actifs qui tiraillent cette Espagne de la seconde moitié du xixe siècle. Le krausime, en secouant les conformismes culturels et institutionnels, apporte aux élites espagnoles la matière première pour la relecture critique du passé de l’Espagne et sa refondation future : pour assumer cette œuvre, les sciences sociales sont perçues et utilisées comme les sciences de la modernité contre la décadence, de la modernisation contre les enkystements, de la reconquête contre la dépossession, de l’ouverture contre la fermeture.

37Le dernier enseignement réside, à la fois, dans la saisie partielle, souvent intuitive de notre part, du rôle des idées et de la fraternité maçonniques dans la diffusion de la philosophie krausiste, et dans le silence, la cécité volontaire ou involontaire qui semblent prévaloir dans tout ce qui a trait à la compréhension du krausisme et à ses réalisations. Ces non-dits constituent en réalité un immense chantier qui mériterait fortement d’être investi, car il mettrait en évidence, très probablement, nombre de clés de compréhension des modalités de circulation des idées et des connaissances par des voies qui échappent au regard extérieur parce qu’elles sont organisées sur des logiques confidentielles, difficiles à décrypter, et qui n’en sont pas moins très efficaces. Le rôle particulier de la franc-maçonnerie dans la naissance et la diffusion des sciences sociales de même que l’élaboration des idéologies nationales nous apparaît en effet comme une forte intuition, à transformer en évidence par les investigations sur un plan international. Le krausisme fournit à cet égard un excellent prétexte.

Haut de page

Notes

1  Pour n’avoir cu aucun écho en France, l’œuvre de Krause ne bénéficie d’aucune traduction et les travaux sur son œuvre restent rares. Il s’agit pour l’essentiel d’une évocation de son œuvre dans les manuels d’histoire de la philosophie (Alfred Fouillée, Histoire de la philosophie, Delagrave, 1981 ; Emile Bréhier, Histoire de la philosophie, t. 2 : La philosophie moderne, t. 3 : Le xijc siècle. Période des Systèmes (1801-1850), Alean, 1932) ; une exception doit être relevée avec l’ouvrage, important de l’abbé Pierre Jobit sur Les éducateurs de l’Espagne contemporaine, I. Les Krausistes (Bibliothèque de l’Ecole des hautes études hispaniques, Éd. de Broccard, 1936). En réalité, deux textes de langue française ont été publiés au cours de la première moitié du xixe siècle, écrits par deux disciples de Krause, Henri Ahrens et Guillaume Tiberghicn. Il s’agit d’abord du Cours de Droit naturel fait d’après l’état actuel de cette science d’Ahrens (lre éd., Bruxelles, 1837), ensuite de l’Exposition du système philosophique de Krause de Tiberghien (candidat en philosophie et en droit, élève de l’Université de Bruxelles) – extrait de l’Essai théorique et historique sur la génération des connaissances humaine dans ses rapports avec la morale, la politique et la religion. Mémoire couronné par le jury – du concours universitaire institué par le gouvernement (Paris et Leipzig, Brokhaus et Avcnarius, 1844).

2  Dans son ouvrage consacré à Karl Chnstian Friedrich Krause and his influence in die hispanic world (Éd. Boehlau, Colonia, 1998, 548 p.), l’auteur, O. Carlos Stoetzer, relève la mtiltiplicité des

3  Cité par l’abbé Jobit : 44, extrait de Boletin ILE, année 1898, 193.

4  Cité par l’abbé Jobit : 46.

5  Voir, à ce propos, A. Jimenez Garcia, 1986, El krausismo y la Institución Libre, de Enseñanza, Madrid, Cincel.

6  F. Giner de los Rios, 1987, « Discurso inaugural del curso 1880-1881 en la Institución Libre de la Enseñanza pronunciado por D. Francisco Giner de los Rios », dans Boletín de la Institución Libre de Enseñanza (BILE), n° 1, secunda época, p. 3-9, 7.

7  Voir à ce propos, P. Martin Luis (sous la dir. de), 2000, Les francs-maçons dans la cité. Les cultures politiques de la Franc-maçonnerie en Europe. xixe-xxe siècle, Presses Universitaires de Rennes.

8  Voir A. Guichot y Sierra, 1922, Noticia histórica del folklore. Orígenes en todos los países hasta 1890. Desamollo en España hasta 1921, Sevilla, p. 155.

9  Voir l’article de A. Jimenez Garcia, 1989, « Los Machado y el Krausismo », dans BILE, n° 8, juin, p. 72-85.

10  Voir D. Nunez, 1977, El darwinismo en España, Madrid, Castalia, 24-25.

11  A. Machado y Alvarez, 1883, Poesia popular, Francisco Alvarez y Cia, Sevilla, 17 ; cité par A. Jimenez Gracia, article déjà cité, 81.

12  Voir, à ce propos, l’article de A. Jimenez Garcia, 1986, « La implantación ciel krausopositivismó en España », dans Adas del IV Seminario de Historia de la filosofia española, Ed. Unisersidad de Salamanca, 649-658 ; voir aussi J. Garcia Cué, 1985, Aproximación al estudio del krausismo andaluz, Madrid, Tecnos.

13  B. Sesé, 1980, Antonio Machado (1875-1939). El hombre. El poeta. El pensador, version espagnole de Soledad Garcia Mouton, Madrid, Gredos, vol. 1, 34-35.

14  A. Machado y Alvarrez, 1981, Et Folk-Lore Andaluz, edición conmemotariva del centenario, Madrid, Éd. Tres, Catorce, Diecisiete, 4, cité par A. Jimenez Garcia, ouvr. déjà cité, 84.

15  Voir à ce propos E. Gómez Pellon, « El krausismo y los origines de la antropología social en España : la influencia de Adolfo Posada », Actas del III congreso de historia de la antropología y antropología aplicada, Pontevedra, 14-16 novembre 1996, publiés par Lintituto des Estudios Gallegos « Padre Sarmtiento » (SCIC), t. 1, 79-95.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Bidart, « L’influence du philosophe allemand F. Krause dans la formation des sciences sociales en Espagne », Revue germanique internationale, 21 | 2004, 133-148.

Référence électronique

Pierre Bidart, « L’influence du philosophe allemand F. Krause dans la formation des sciences sociales en Espagne », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2004, mis en ligne le 19 septembre 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/1004 ; DOI : 10.4000/rgi.1004

Haut de page

Auteur

Pierre Bidart

Professeur d’anthropologie à l’Université de Bordeaux II

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org