Navigation – Plan du site
Vers une histoire anthropologique des transferts culturels

Le monde renversé. Quelques expériences chinoises de la modernité européenne au xixe siècle

Michael Harbsmeier
p. 163-180

Résumés

Durant le long xviiie siècle nombre de voyageurs ont conquis leurs lecteurs européens par leurs observations des mœurs et des coutumes. Ce n’est que dans la seconde moitié du xixe siècle que s’est développé un intérêt systématique pour l’Europe et l’Occident qui s’est cristallisé dans de nombreux journaux et récits de voyage de diplomates chinois. Les observateurs chinois ont été tout particulièrement marqués par le grand nombre d’innovations en matière de technologies de la communication et de la représentation mais aussi par la situation, à leurs yeux particulièrement privilégiée, de la femme en Occident. Leurs journaux permettent de pénétrer la mentalité aussi bien des voyageurs que des gens qu’ils rencontrent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Un grand nombre d’Européens semblaient, au siècle des Lumières, avoir une certaine prédilection pour la Chine comme miroir offrant les réponses les plus prometteuses à leurs interrogations. Marco Polo et d’autres voyageurs du Moyen Âge avaient été avant tout charmés par la dimension, les richesses et la grandeur immenses de cet empire d’Extrême-Orient ; pourtant ce sont les relations des jésuites du xviie et du xviiie siècle qui ouvrent pour de bon les yeux des Européens à l’empire du Milieu comme représentation d’un autre monde : à une histoire qui dépasse la transmission biblique, à une écriture qui, au lieu de représenter la parole comme le fait l’écriture alphabétique, représente directement la réalité, à une constitution accordant le pouvoir aux savants et aux philosophes plutôt qu’à des guerriers et à des nobles, à une conception du monde respectant l’ordre terrestre de la nature et de la société plutôt que prônant la soumission à un dieu de l’au-delà, créateur prétendu.

2Le thème de la Chine revenait au siècle des Lumières entre autres dans quelques « lettres persanes », comme par exemple The Citizen of the World d’Oliver Goldschmidt, datée de 1762. Dans plusieurs « Lettres d’un philosophe chinois résidant à Londres à ses amis d’Orient » (de là le sous-titre) sont décrites les conditions de vie en Angleterre, comme elles devraient apparaître à un observateur chinois de nature curieuse et à l’esprit libre. En effet, longtemps avant l’apparition, dans la deuxième moitié du xixe siècle, des premiers vrais récits de voyages chinois sur l’Europe, l’Europe a été visitée et décrite par un nombre assez important de voyageurs chinois fictifs.

3Les rapports écrits par les ambassadeurs et d’autres diplomates chinois s’étant rendus plus ou moins volontairement en Europe après la soumission de la Chine aux puissances impérialistes étaient destinés non pas à un public européen, mais à leurs maîtres et à leurs lecteurs chinois. C’était une période où l’enthousiasme des Européens pour la Chine avait cédé à un sentiment de supériorité n’accordant aucun privilège en matière de connaissance à la Chine ou aux observateurs chinois. Enfin, quand les Chinois ont commencé eux-mêmes à raconter leurs voyages en Europe, les Européens objets de ces textes ne l’ont pratiquement pas remarqué. Et en effet, ce n’est que beaucoup plus tard qu’un petit nombre de ces textes ont été traduits en langues européennes et qu’ils ont fait l’objet d’ouvrages destinés d’ailleurs aux spécialistes plutôt qu’au grand public européen.

4Les « vraies » relations chinoises sur l’Europe s’offrent à de multiples lectures et elles ont effectivement été interprétées de différentes manières. Le plus commode serait probablement de comparer ces rapports chinois à leurs prédécesseurs d’origine européenne afin de dresser une image plus réaliste de l’impression que donnait l’Europe à un Chinois de cette époque. Pourtant le résultat d’une telle comparaison est relativement prévisible : si les lettres et les relations chinoises fictives en apprennent davantage sur l’autocompréhension des Européens et leur image de la Chine, les journaux intimes des diplomates chinois du xixe siècle apportent, au contraire, un témoignage sur l’image qu’ont les Chinois d’eux-mêmes et sur le monde dans lequel ils vivent. C’est pourquoi les premières sont étudiées par des chercheurs en littérature et en histoire des idées, tandis que les derniers font partie du domaine de la sinologie. La lecture proposée ici chercherait à éviter ce double piège en s’appuyant sur les sources chinoises (dans la traduction des sinologues) pour éclaircir des conditions de vie propres à l’Europe.

5Une autre lecture, qui est aussi évidente, consiste à rapprocher les relations chinoises sur les voyages en Europe des rapports européens contemporains ou anciens sur des voyages en Chine. Mais cette lecture est injustifiable, car, depuis Marco Polo et Rubruk, ou encore depuis Matteo Ricci et le début de la mission jésuite, les voyageurs et les missionnaires européens ont traité de manière systématique la Chine, son écriture, sa langue, son histoire, sa religion, sa philosophie et sa culture comme un objet d’étude et de recherche. Cela s’applique également à toute l’évolution de la sinologie. En revanche, en Chine, ce n’est que beaucoup plus tard que l’on a commencé, de manière plus ou moins contrainte, à étudier les conditions de vie en Europe. Ce rapprochement des voyages chinois en Europe, relativement rares et récents, des voyages européens en Chine, plus nombreux et plus anciens, semble incontestablement tourner à l’avantage des Européens. La lecture, orientaliste, au sens qu’a accordé Said à ce mot, des sources chinoises, ne permet pas de faire valoir ces textes comme des témoignages sur la Chine et sur l’Europe et comme des démonstrations des relations asymétriques entre ces deux mondes au siècle impérialiste.

6Il paraît d’autant plus évident — surtout si on considère le contexte dans lequel s’inscrit cet article — d’analyser les rapports sur l’Europe des voyageurs chinois comme des documents ethnologiques sur la modernité, vus par des observateurs venus de loin.

La rencontre avec l’Occident

  • 1  L’accord de Pékin du 24 octobre 1860 établissait les règles de la présence diplomatique française (...)
  • 2  « Du point de vue du gouvernement chinois les relations extérieures étaient simplement une extensi (...)

7Au milieu du xixe siècle, la révolte des Taiping et la série de guerres de l’Opium contre l’Angleterre et la France ont contribué à la dépendance et à l’impuissance croissantes de la Chine face aux grandes puissances impérialistes, augmentant sans cesse leur pouvoir politique et leur présence économique en Chine. À travers toute une série de crises, l’empire du Milieu, qui se situait seulement quelques décennies auparavant à l’extrémité la plus périphérique du monde, a été lentement, mais d’autant plus brutalement forcé à se tenir à sa place dans un ordre moral, qui semblait géré par des puissances occidentales. Progressivement à travers les traités désignés comme « traités inégaux », les ports se sont ouverts au marché et à la domination française et anglaise, et en 1860 les hommes de pouvoir chinois, sérieusement affaiblis, ont dû accepter la présence désormais permanente dans la capitale de représentants diplomatiques des grandes puissances1. Effectivement, d’un point de vue européen, il s’agissait d’une « normalisation » de l’autosuffisance sino-centrique de la Chine. D’un point de vue chinois, il était bien sûr question d’une catastrophe2 de grande ampleur, et certains faisaient tout leur possible pour s’adapter aux nouvelles conditions nouvelles.

  • 3  Lévy, 1986, p. 45.

8Un premier pas vers la participation au « concert » international des nations européennes a été franchi avec la fondation en 1862 d’une grande école de formation d’interprètes en anglais, en français et en russe (et en allemand à partir de 1872), à Shanghai et à Pékin où elle constituait les germes de ce qui allait devenir en 1876 l’Université de Pékin3.

9La résistance à la reconnaissance de ces étrangers « barbares » était tellement forte, notamment à cause de l’expérience de la répression des Taiping, qu’il a fallu encore quatorze années avant l’installation du premier poste diplomatique en Occident, plus exactement à Londres.

10L’élément le plus intéressant quant aux préparations à l’adhésion définitive de la Chine au système international des agents diplomatiques veillant aux intérêts nationaux résulte sans doute des quatre délégations officielles chinoises, qui, constituées de Chinois qui savaient écrire et qui avaient un mandat officiel, se sont rendues entre 1866 et 1876 en Angleterre, en France, aux États-Unis et dans d’autres contrées occidentales. Dans les chapitres qui suivent, on étudiera avant tout les journaux intimes et les rapports de ceux-ci et ceux de leurs descendants.

  • 4  Les réflexions suivantes se fondent sur Frodsham, 1974, p. XXVII sq.

11Les quatre premières explorations chinoises en Occident d’ordre officiel n’étaient pas le résultat d’initiatives chinoises4. Car, la première équipe de fonctionnaires, partant en 1866 sous la direction de Pin Ch’un, accompagnait le diplomate anglais Robert Hart à son retour en Irlande, tandis que l’autre expédition, à destination des États-Unis, qui a été entamée l’année suivante, semble avoir été motivée par la retraite du diplomate américain Ansom Burlinghame, qui, après de nombreuses années de service, allait de toute façon retourner chez lui. Les circonstances autour des deux délégations suivantes, toutes les deux résultant d’une demande directe de la part de l’Angleterre et de la France, étaient encore plus humiliantes : en 1871, le prétexte était l’excuse des diplomates chinois à Napoléon III pour des compatriotes ayant empiété sur les droits des citoyens français en Chine, tandis que le quatrième et dernier des voyages officiels a été effectué en 1875, à l’occasion du meurtre d’un officier à la frontière de Birmanie. Cette fois-ci, l’expédition de nature politique, débouchant sur la mise en place de la première légation à Londres sous la direction de Kuo Sung-t’ao (1818-1891), n’était apparemment pas provoquée par des intérêts et des ambitions chinois, mais par des demandes des grandes puissances.

  • 5  « Le gouvernement chinois pouvait difficilement s’attendre à trouver des gens désireux de souffrir (...)
  • 6  Les informations sur les rumeurs hostiles aux Francs proviennent de Chih (1962) et doivent être pr (...)

12Quant aux motivations des membres de ces délégations, il est probable qu’ils ne sont pas partis à leur demande. Dans un premier temps, il était plutôt dégradant de s’incliner personnellement devant les demandes des puissances ennemies. Dans un deuxième temps, en partant vers l’Occident, ils couraient le risque de mettre en jeu leur propre carrière en se laissant identifier à ces barbares, dont le but était de briser le fondement du véritable ordre mondial chinois5. Dans un troisième temps, suite aux luttes contre les Taiping, il y a eu des rumeurs qui circulaient concernant les chrétiens européens et qui n’invitaient pas à faire leur connaissance. L’attention quelque peu intéressée que portaient les jésuites et ensuite d’autres missionnaires aux orphelins laissés à leurs soins avait déjà, des siècles auparavant, alimenté l’idée que les Francs avaient une longue habitude de meurtres d’enfants afin d’en extraire des substances thérapeutiques. Les récits qui présentaient la messe et la Cène comme des cérémonies où les yeux des mourants étaient enlevés à des fins de magie et de guérison gagnèrent du terrain lors de la répression des Taiping6, qui étaient inspirés par l’idéologie chrétienne.

13Même après leur retour en Chine, les diplomates chinois, qui depuis 1866 avaient été envoyés d’office en Europe et en Occident, se sont retrouvés dans une situation précaire. Dans un climat extrêmement tendu, ils ont produit des rapports, des récits, des journaux intimes, des commentaires et des recommandations politiques. Ces documents ont ainsi été mêlés aux querelles politiques inévitables entre les différentes formations politiques qui tentaient de manière plus ou moins désespérée de garder ce qui restait de liberté d’action et d’indépendance face à un monde toujours supérieur en forces. En effet, en relatant leurs voyages, les diplomates prenaient forcément une position politique et ils mettaient par conséquent leur vie personnelle ainsi que professionnelle en jeu.

14Quant à l’exploitation et à la capitalisation des expériences privilégiées des Chinois en Europe et aux États-Unis, il pourrait être d’un grand intérêt d’étudier minutieusement les techniques et les stratégies personnelles, politiques et officielles des diplomates. Les circonstances particulières autour de ces expéditions et les demandes exigeantes et démesurées de leurs lecteurs réels ou potentiels ne leur laissaient que très peu de champ libre et de choix. Pour cette raison, il est intéressant d’étudier de plus près les choix faits par ces voyageurs, car cela pourrait nous éclairer sur les décisions politiques dont ils étaient victimes.

15Si dans les pages qui suivent on s’appuie davantage sur le caractère commun des images et des représentations de l’Europe et des Européens (et de l’Amérique et des Américains) rapportées par des observateurs chinois de tempéraments très différents, c’est tout d’abord parce qu’un petit nombre de ces voyageurs a déjà fait l’objet d’analyses portant sur leur contribution aux changements politiques dans des moments décisifs de l’histoire de la Chine. Ensuite, il est évident que sans accès direct à la multitude de sources primaires n’ayant pas été traduites, les microstratégies de différents envoyés ne se laissent pas expliquer. Enfin, la raison la plus importante de traiter des « représentations collectives » plutôt que des tactiques, des stratégies et des choix individuels est éclaircie dès le point de départ de l’analyse. Il s’agit de savoir si les tactiques et les stratégies « sino-centriques », caractéristiques de la manière dont les Chinois des siècles derniers traitaient des coutumes qui leur paraissaient alors étranges ou différentes, sont encore instructives ou si elles ont été rejetées et dévaluées par les expériences des diplomates chinois, arrivés pour la première fois dans l’histoire en Europe, en Occident.

16À regarder la très riche collection de récits de voyages et de journaux intimes publiés en Chine dans les années 1940 et à nouveau au début des années 1980, il est remarquable qu’il y ait eu relativement peu de traductions et notamment d’analyses des premiers témoignages des diplomates chinois séjournant en Europe ou en Occident. Knight Biggerstaff, le premier sinologue à s’occuper de l’histoire de la diplomatie chinoise, semble, comme D. J. Frodsham, le traducteur et éditeur de la première anthologie en anglais, s’être d’abord penché sur les enjeux politiques, qui se reflètent incontestablement dans les descriptions de l’Europe et de l’Occident.

17En revanche, André Chih avec sa vaste monographie de 1962, L’Occident « chrétien » vu par les Chinois vers la fin du xviiie siècle, avait des intentions de nature beaucoup plus polémique. Dans sa description des motivations derrière les expéditions chinoises, Chih se penche, comme on l’a déjà vu, d’abord sur les nombreuses rumeurs et préjugés à propos des chrétiens et des jésuites. Dans son interprétation de textes chinois traitant de l’Europe et de l’Occident, Chih s’efforce de souligner les passages qui critiquent la religion chrétienne et plus encore le matérialisme occidental. Vers la fin de son ouvrage se découvre l’objectif polémique qu’on devine déjà grâce aux guillemets autour de « Chrétien » dans le titre. Dans son ouvrage, André Chih laisse les diplomates chinois présenter sa propre critique du matérialisme et de la civilisation chrétienne fondamentaliste. Le fait que les textes chinois ne servent que de prétexte pour André Chih est mis en évidence par la référence très répandue à un Chinois apparemment fictif. En effet, l’anonyme As a Chinaman Saw Us : Passages from his Letters to a Friend at Home, préfacé par Henry Pearson Gratton et publié en 1962, est aussi peu chinois que The Citizen of the World d’Olivier Goldsmith.

18L’anthologie commentée d’André Chih qui date de 1986, Nouvelles lettres édifiantes et curieuses d’Extrême-Orient : par des voyageurs lettrés chinois à la Belle Époque, 1866-1906, est d’une plus grande utilité. André Lévy, qui a grandi en Chine et qui est célèbre pour ses traductions et ses éditions de littérature chinoise, a une conscience très précise de ce qu’attendent les lecteurs des textes chinois, ce qui se voit déjà au titre de son anthologie, et il a une connaissance profonde de l’histoire de la Chine. Cependant, en ce qui concerne cet ouvrage, il respecte peu les exigences scientifiques quant aux références aux datations aux délimitations précises entre ce qui est écrit et le sens qu’on peut prêter aux textes.

  • 7  Des passages supplémentaire des récits sur les États-Unis, faits par des différents auteurs, sont (...)

19Ces dernières années quelques ouvrages supplémentaires sont venus compléter les traductions qui existaient déjà : la collection de textes de Maria Rita Mascis de 1996, L’oceano in un guscio d’Ostrica, n’apporte rien de nouveau. L’ouvrage de Ying Sun, Ans dem Reich der Mitte in die Welt hinaus. Die chinesischen Gesandtschaftsberichte über Europa unter besonderer Berücksichtigung Deutschlands von 1866 bis 1906 [Sortir de l’empire du Milieu. Les rapports d’ambassadeurs chinois sur l’Europe et particulièrement l’Allemagne de 1866 à 1906], contient non seulement la première analyse du comportement des différents envoyés face aux règlements et aux instructions officiels, mais aussi un grand nombre de traductions d’extraits des récits et des journaux intimes concernant l’Allemagne. L’ouvrage plus récent et plus général de Feng Chen de 2001, Die Entdeckung des Westens. Chinas erste Botschafter in Europa, 1866-1891 [La découverte de l’Occident. Les premiers ambassadeurs de la Chine en Europe, 1866-1891], est beaucoup moins utile7.

Images de la Chine

20Ce qui semble avoir produit l’impression la plus profonde sur les Chinois, mais aussi sur d’autres voyageurs de pays non européens, qui sont venus en Europe et en Occident notamment au xixe siècle, mais aussi avant, est le grand nombre d’images et de représentations, de figures et de tableaux, d’objets d’exposition et d’ouvrages dans lesquels ils pouvaient se reconnaître et reconnaître leur pays et qu’on leur montrait pour cette même raison.

21Lors de leur arrivée à l’exposition mondiale à Paris en 1876, les membres de la délégation égyptienne ont été très impressionnés en voyant que, sur le bazar qui était monté pour l’occasion, non seulement les marchandises, les tentes, les ânes et les chameaux, mais également les vendeurs venaient de la ville d’où ils provenaient, notamment Le Caire. Pendant leurs séjours en Europe et en Occident, les délégués et les ambassadeurs chinois ont également été confrontés à des textes, à des images et à des objets d’origine chinoise. Quand ils visitaient des bibliothèques et des imprimeries, leurs hôtes à Berlin, à Londres ou à Paris s’efforçaient de leur montrer en priorité les livres, les caractères et les manuscrits chinois. Même s’il s’agissait d’une sorte de politesse, les hôtes visaient sans doute à provoquer un certain étonnement chez les visiteurs chinois. Chez Hsieh Fucheng, on peut lire :

  • 8  Hsieh Fucheng, 1993, p. 172.

La plus grande bibliothèque de Londres contient un large choix de classiques chinois. Tous les jours 300 personnes étudient dans la bibliothèque. Elles y arrivent tôt le matin et quittent l’immeuble tard le soir. Manifestement elles ont développé une authentique compréhension des dires de nos anciens sages8.

22Zhang Deyi, le plus assidu parmi les auteurs de journaux intimes, exprime également dans sa note concernant une visite dans une bibliothèque à Londres son enthousiasme quant à la faculté des Européens à reproduire la réalité chinoise avec tant d’inventivité :

  • 9  Zhang Deyi, 1992, p. 144.

Le temps était pluvieux et je me rendis à la bibliothèque, un grand édifice aux nombreuses entrées avec une grande collection d’ouvrages où je consultai China and its Customs (deux volumes) qui renferme d’excellentes illustrations et des notes détaillées sur les services bouddhiques, les fêtes de mariage, les chants au travail et les jouets. Il y avait aussi des ouvrages sur le confucianisme et le taoïsme, une traduction du dictionnaire Kangxi et un Vocabulaire croisé chinois-anglais. L’équivalent étranger du Livre des montagnes et des mers diffère beaucoup du chinois. Ses trois volumes de deux pouces d’épaisseur chacun ont de claires reproductions de toutes les sortes d’oiseaux et d’animaux, de bêtes et d’insectes aquatiques qui prennent vie presque à chaque page9.

23Avec leur visite dans le musée de figures de cire à Londres, le musée de Madame Tussaud, les voyageurs chinois suivaient le trajet touristique de beaucoup d’autres voyageurs non européens et encore plus de touristes européens. Leurs remarques sur le risque d’être soi-même, quand on ne bougeait pas, pris pour un objet de l’exposition venaient se rajouter aux commentaires de certains de leurs prédécesseurs et de leurs successeurs égyptiens, persans, africains ou japonais. Comme eux, les visiteurs chinois étaient plus particulièrement fascinés par les figures de leur propre histoire qu’ils reconnaissaient. Au sujet de la figure de Lin Tse-hhsu (1785-1850), envoyé Impérial à Canton avec le mandat d’arrêter coûte que coûte le commerce de l’opium, et dont les actes provoquaient en septembre 1839 le début des guerres nommées « les guerres de l’opium », Liu Hsi-hung dit :

  • 10 Liu Hsi-hung, dans Frodsham, 1974, p. 122-123.

Dans l’entrée la première statue à droite est celle de Lord Un Wen-chung (Lin Tse-hhsü)... Face à la statue de Lin il y a une petite table avec un livre ouvert : il renvoie aux clauses de la prohibition de l’opium. Les lignes supérieures sont en chinois, les lignes d’en bas en anglais. Lors de la prohibition de l’opium, Lin causa souvent des ennuis aux Anglais mais ils continuent à le respecter pour sa loyauté, sa droiture, son courage et sa détermination et parce qu’il était plein d’égards ne manquait pas de prévoyance et n’essayait pas de s’accorder de répit10.

24En dehors de la visite quasi obligatoire au musée de Madame Tussaud, la plupart des voyageurs non européens en Europe avaient sur leur programme une visite chez des experts de la langue, de la culture et de l’histoire de leur pays d’origine. Si les voyageurs arabes étaient surpris par la connaissance des orientalistes érudits de Paris, de Londres ou de Berlin de la littérature et de la transmission de l’arabe classique et d’autant plus étonnés par leur inaptitude à prononcer un mot en arabe moderne, les Chinois se montraient très impressionnés par la faculté des célèbres sinologues européens à lire et à écrire le chinois, et très surpris par leur incapacité à tenir une conversation en chinois.

25L’expérience des musées n’a pas toujours été sans peine, ce qui ressort d’un épisode survenu en automne 1878 à Londres, commenté en détail par Shang Deyi : après, une visite dans un musée, l’ambassadeur de Chine est si impressionné par la Madonna in preghiera de Sasoferrato qu’il fait appel à un peintre pour lui faire faire une copie de ce tableau. Cette copie le fascine à un tel degré qu’il lui demande de faire un portrait de lui-même. Pourtant, l’ambassadeur est apparemment incapable de se tenir droit quand il pose et on décide donc de le prendre en photographie, afin que le peintre puisse s’en servir comme modèle. Cela s’avère être une tâche très difficile pour le photographe : comme en Chine on reconnaît les criminels à leur oreille coupée, l’ambassadeur insiste sur le fait qu’à la fois son oreille gauche et son oreille droite doivent être visibles sur la photographie. Après plusieurs journées de tiraillements, ils arrivent à un accord et le portrait finit par être exposé à Liverpool. Le vrai scandale commence quand la presse apprend comment le portrait a été fait et comment le photographe a été contraint à photographier les deux oreilles. Les reportages satiriques dans la presse ont donné lieu à une lettre de réclamation officielle des autorités chinoises, dont on retrouve la teneur dans le journal intime de Zhang Deyi. Il n’était pas toujours facile pour les voyageurs non européens de se reconnaître dans les images qu’on leur présentait si souvent.

Expositions

26Tout comme les voyageurs égyptiens, dont la participation à l’exposition de 1876 a été analysée par Timothy Mitchell sous le très juste titre The World as Exhibition, les délégués et les ambassadeurs chinois, quand ils visitaient les métropoles européennes ou occidentales, se sentaient, selon leur journaux intimes et leurs récits de voyages, comme à une exposition. Dans leurs programmes très chargés, il n’y avait quasiment que des expositions.

27Par exemple, dès son départ de la Chine, le premier ambassadeur chinois en Occident, Guo Song Tao, s’est arrêté à Singapour pour visiter les célèbres jardins et il a fait plusieurs arrêts touristiques durant le trajet. Son compagnon Li Shuchang, qui allait, quelques années plus tard, fonder et inaugurer les ambassades de Berlin et de Madrid pour terminer sa carrière comme représentant de la Chine à Tokyo, a consacré un chapitre entier de son récit de voyage, qui n’est pas chronologique, mais systématique, à des expositions. Il décrit les corridas, les catacombes à Paris, les parcs, les musées d’arts, les panoramas, les expositions mondiales, les ascensions en ballon, les courses de canoë, les courses de chevaux, les courses de taureaux, les concours de patinage, les représentations au cirque, au théâtre et à l’opéra, les observations astrologiques, tous récits destinés à instruire, à divertir et à impressionner le public.

28Cette liste sur les expériences de voyageurs chinois ou d’autres voyageurs non européens pourrait être enrichie à l’infini. Il est inutile de présenter davantage de documentation pour constater qu’au xixe siècle les voyageurs non européens en Europe étaient, non seulement quand ils sont venus pour un congrès ou une exposition mondiale, presque toujours confrontés à des objets ou à des manifestations conçus dans le but d’être vus et vécus par un public. C’est seulement au xxe siècle que les historiens découvrent l’importance et l’extension qu’ont eues effectivement les panoramas et d’autres institutions du même genre. Au xixe siècle, les étrangers étaient presque forcés à comprendre que l’Europe, en tant que destination touristique, était constituée de toute une série de curiosités et de monuments. Les citations suivantes proviennent de l’expert administratif, Dai Hongci, qui, en 1906, avec un grand nombre d’experts, a été envoyé en Europe pour étudier les conditions de vie. Au sujet du musée ethnographique à Berlin, il note :

  • 11  Dai Hongci in Sun, 1997, p. 143.

29Nous avons visité le musée ethnographique. Dans ce lieu, les objets, qui ont une importance pour les études sur les coutumes de différents peuples du monde entier, sont exposés pour nous éclairer sur le passé et le présent. Par exemple, sont exposées des aiguilles du temps préhistorique, qui sont fabriquées en pierre ou en os. Elles sont épaisses comme des verges de saules et elles n’ont pas de trous. Ce n’est que plus tard que l’homme a commencé à tirer des fils et à percer des trous. Cela n’est qu’un exemple de l’histoire des objets. Les objets préhistoriques sont fabriqués d’os et plus tard de pierre, de bronze et de fer. On a donné des noms aux périodes historiques correspondant au matériel utilisé dans la période donnée. Probablement, chaque développement vers une nouvelle période a été provoqué par des guerres. Pour cela, des couteaux et des épées étaient parmi les premiers objets de chaque période. L’homme considère la sécurité comme étant primordiale et il était alors très inventif dans ce domaine. La volonté d’éviter des accidents et de chercher le bonheur les forcent à nouveau à être inventifs... En dehors de cela, les coutumes de la Chine, du Japon, de la Corée, de l’Inde et des Philippines sont montrées en détail : comme par exemple les rites des enterrements et des sacrifices, les cérémonies de mariage, les habillements des fonctionnaires, l’adoration de Dieu et de Bouddha... L’exposition montre que l’évolution est lente dans notre pays11.

Technologies

30Dans les études historiques modernes, le xixe siècle est plutôt connu comme le siècle de la révolution industrielle, que comme le siècle des panoramas. Rien de surprenant à ce que dans le programme des monuments à visiter en Europe figurât également toute une série d’usines, de grandes et moyennes entreprises, d’installations industrielles. Si ces visites étaient censées exciter l’admiration et la curiosité des visiteurs, elles demandaient aussi une prise de position sur l’introduction de ces éléments en Chine.

31Dans ce domaine, le récit de voyage de Li Shuchang peut également servir d’exemple. En dehors des monuments déjà mentionnés, son programme comportait des visites aussi bien dans des usines d’armes, de textiles, de porcelaine et des centrales d’électricité que dans des usines sidérurgiques et des verreries, par exemple à Sheffield ou à Birmingham. Dans le récit de Ying Sun qui se focalise sur les voyageurs qui ont visité notamment l’Allemagne, les voyages des Chinois semblent être des sortes de pèlerinages dans les usines de Krupp, une société qui est avant tout connue pour sa production d’armes modernes. Apparemment, pour un grand nombre d’observateurs chinois, l’acier et les armes allemands incarnaient leur espoir de voir un jour l’empire du Milieu imiter Bismarck et se faire respecter par des forces qui leur étaient supérieures.

32Mise à part l’admiration pour Krupp et pour Bismarck dans les journaux intimes les plus tardifs, les récits des diplomates chinois se caractérisent par un scepticisme vivement ressenti envers un grand nombre de symboles de l’évolution et du progrès, comme la navigation à vapeur et le chemin de fer.

  • 12  Zhang Deyi in Lévy, 1986, p. 65-68.
  • 13 Ibid., p. 69.

33Pour les voyageurs, il était indispensable de se laisser transporter sur un bateau à vapeur britannique ou américain lors des premières étapes de leurs voyages en Occident. Les bateaux ont été décrits avec une exactitude presque émue, comme s’il s’agissait d’une anticipation microcosmique de ce qui les attendait dans les métropoles, au bout du long voyage en bateau. Dans son ouvrage, Zhang Deyi dit, par exemple, que les systèmes sanitaires des bateaux étaient si développés qu’il n’était pas en mesure de les décrire12 et qu’on avait d’ailleurs l’impression d’être dans une ville animée ou dans une rue commerçante13.

  • 14 Kang Yu-wei in Lévy, 1986, p. 219.

34De Suez au Caire, de Marseille à Lyon, de Brindisi à Rome14, le voyage en train devenait également, à un moment ou un autre, une obligation. Cette expérience a été décrite dans le moindre détail. Mise à part la plainte de l’exilé Kang Yu-wei sur un prétendu chantage des conducteurs de train en Italie, les premiers voyages en chemin de fer offraient aux voyageurs chinois l’occasion de réfléchir activement sur les avantages et les désavantages de l’introduction de ce genre de transport en Chine.

35Liu Hsi-hung, à son retour de voyage en train de Suez au Caire en janvier 1877, se prononce ainsi :

  • 15  Liu Hsi-hung in Frodsham, 1974, p. 114, voir également Masci, 1996, p. 224.

Aujourd’hui j’ai vu pour la première fois un train... Le miracle d’un tel objet surpasse l’art magique de réduire les distances. Mais si nous l’appliquons à la Chine les gens qui dénudent leurs jambes et retroussent leurs manches, qui tiennent les cordes, qui font avancer les bateaux à la rame, qui tirent les charrettes pour transporter des gens ou des charges, tous perdraient leur travail. Les dynasties les unes après les autres ont évité de déranger le peuple15.

  • 16  Zhigong, dans Masci, 1996, p. 147.
  • 17  Liu Hsi-hung in Frodsham, 1974, p. 142-143.

36On retrouve des réflexions du même genre dans une conversation tenue dans une chambre d’hôtel par deux membres de la première mission chinoise : « Si on voulait construire des chemins de fer en Chine, par où passeraient-ils ? », demande un des hommes ; et il poursuit, que « s’il était possible de déplacer des maisons ou des villes, il était toujours inconcevable de déplacer des tombes, car en Chine, contrairement à l’Europe, les morts n’étaient pas ensevelis dans des endroits précis, mais là où la famille a souhaité avoir les tombes de leurs ancêtres16 ». Bien que certains diplomates chinois soient très préoccupés par le fait que le train pourrait à l’avenir servir à transporter des troupes en province pour combattre les révoltes, la grande majorité semble être plutôt sceptique. Liu Hsi-hung termine son argumentation par quelques réflexions d’ordre général, presque mélancoliques, sur l’irréversibilité du progrès et de la modernité17.

Les générations

37Quant à l’introduction des chemins de fer en Chine, la majorité des diplomates semble davantage préoccupée par les attentes de leurs maîtres que de leurs propres réflexions sur les avantages et les désavantages de cette nouvelle technologie. En revanche, les descriptions et les commentaires sur les conditions sociales et les relations humaines en Occident, qui se ressemblent beaucoup et qui témoignent en général d’un rejet et d’un étonnement, ne se laissent pas rapporter à leur volonté de plaire à leurs commanditaires. Quant aux relations entre les hommes et les femmes, les Chinois ne sont pas les seuls observateurs non européens à avoir l’impression d’être transportés dans un monde complètement différent de celui qu’ils connaissent ; pourtant les observateurs chinois se sentaient surtout choqués par la relation entre les générations, par la façon dont les enfants et les jeunes en Occident traitaient leurs parents, leurs grands-parents et leurs ancêtres.

38Dans son journal, Lui Hsi-hung aborde le sujet des générations :

  • 18 Ibid., p. 144-145.

39Les Occidentaux ne considèrent pas comme important d’avoir des descendants. Des millionnaires sur leur lit de mort renoncent souvent à tous leurs biens pour construire des écoles de charité ou des asiles pour les pauvres et les vieillards, disant qu’en ayant pris de telles dispositions ils peuvent mourir sans regret. Quand on leur demande qui leur offrira des sacrifices ils disent que puisqu’ils ont abandonné leur fortune à des œuvres de charité leur mémoire sera célébrée même après mille ans. Ainsi pourquoi se soucieraient-ils de ces sacrifices ? Quand on leur demande s’ils offrent de la nourriture à leurs ancêtres, ils disent : « C’est une superstition chinoise de dire que les fantômes ont encore besoin de nourriture. Quand un homme meurt son esprit vital se disperse au ciel et sur terre. Les esprits se réuniront bientôt pour produire un autre corps. Les fantômes n’existent pas. Puisque nos grands-parents sont morts il y a plusieurs décennies, leur principe vital s’est dispersé il y a longtemps et n’exige pas de nourriture. »18

40Les commentaires sont à peu près les mêmes chez d’autres critiques de la modernité chinoise, qui, de la même façon, cherchent les raisons pour lesquelles les Occidentaux négligent les générations qui les précèdent ou les suivent. « Les Occidentaux ne comprennent pas ce que signifie avoir des parents », peut-on lire dans le même ouvrage de Liu His-hung, et puis :

  • 19 Ibid., p. 147.

41Certains disent que la religion de Jésus considère le ciel comme l’ancêtre et supprime tout le reste. Si leurs fils grandissent, ils cherchent leur propre moyen d’existence sans rien demander à leurs parents. Certains qui servent comme fonctionnaires quittent leurs parents pour plus de dix ans et ne leur rendent même pas visite quand ils retournent dans leur ville natale19.

42Et inversement, c’est-à-dire du point de vue des parents, on peut lire par exemple chez Hsieh Fucheng :

  • 20  Hsieh Fucheng, 1993, p. 171.

43Leur idée du mariage n’est manifestement pas liée à la reproduction, et ils ne considèrent pas comme important d’avoir des enfants. La raison en est apparemment leur foi en Jésus dont la prédication atteste que les esprits n’ont pas besoin de nourriture20.

44Zhang Deyi, qui revenait toujours au sujet des générations, écrit sur un ton plus cru dans une note datée du 19 février 1869 à Paris :

  • 21  Zhang Deyi, 1992, p. 229.

45Manifestement certains Occidentaux sont contre le souci d’avoir des enfants. Ils achètent un fourreau de peau ou de soie qu’ils glissent sur leur membre viril et aussi vigoureux que soit le jeu de la poule et du coq, aucun poussin n’est engendré. Aussi ingénieuse que soit la méthode, c’est une pitié de voir que ces gens n’ont pas reçu l’enseignement de Mencius « l’absence de postérité est le plus grave manquement à l’esprit filial ». Ceux en particulier qui encouragent les autres à utiliser de telles méthodes et les privent ainsi de progéniture méritent un destin pire que la mort21.

  • 22  Par exemple Zhang Deyi, dans Lévy, 1986, p. 99-101, et encore en 1989 Zhang Deyi, p. 100.

46Les diplomates chinois ont abordé des questions très diverses, mais il est remarquable de voir avec quel enthousiasme ils traitent de l’âge adéquat pour une femme de chercher un mari22.

47Le ton dans la note de Liu Hsi-hung, datée du 8 août 1877, est très caractéristique des récits écrits par des Chinois, pour qui les relations entre les sexes paraissaient très bizarres :

  • 23 Liu Hsi-hung, dans Frodsham, 1974, p. 146.

48Hommes et femmes choisissent leur partenaire dans le mariage. Quand une femme aime un homme, elle l’invite chez elle et l’entretient. (Il me semble que les femmes sont encouragées ici à manquer de chasteté alors que les hommes n’en manquent pas. Quand une femme aime un homme elle lui demande souvent s’il est déjà marié. S’il ne l’est pas, elle a l’effronterie d’arranger un rendez-vous. L’homme n’ose pas faire le premier geste.) Ils ont souvent des conversations intimes à l’écart des autres et sortent ensemble. Leurs parents ne le leur interdisent pas. Après une longue période où ils font connaissance, s’ils se plaisent, ils en parlent à leurs parents. Puis ils examinent leur situation financière respective. S’ils sont inégalement assortis ils ne se marient pas... S’ils sont bien pourvus financièrement, ils s’en informent et sont autorisés à décider de se marier ou non23.

49Les notes de Zhang Deyi dans ses nombreux journaux intimes sont particulièrement détaillées et sincères. Il se préoccupe avant tout de la question des rôles masculins et féminins en Occident et en Europe moderne. Dans un rapport sur son séjour aux États-Unis, il note :

  • 24  Zhang Deyi, 1992, p. 105.

50NB. — Les femmes ne sont guère recluses aux États-Unis. Mariées ou non elles vaquent à leurs affaires en dehors de la maison... Même de jeunes femmes, je crois bien, restent seules dehors, s’associent librement à des hommes et les accompagnent en des lieux éloignés, situation vis-à-vis de laquelle les parents ont une attitude de laisser-faire. La poule ne reste pas attachée au nid ici, elle fait trop le coq pour cela24.

  • 25 Ibid., p. 211.

51« On n’exige pas lourdement des femmes outre-mer qu’elles soient chastes », note Zhang Deyi quelque part dans son journal intime, « et de fait beaucoup ne le sont pas »25. Dans un autre journal intime qui date du 11 décembre 1868, Zhang Deyi exprime de façon appuyée ses sentiments ambivalents, qu’il partage d’ailleurs avec la plupart des diplomates chinois :

  • 26 Ibid., p. 190.

52Les Occidentaux se marient principalement par amour. Le cas récent d’une jeune beauté qui épousa un invalide âgé n’était qu’une action visant sa fortune sous le prétexte de l’amour. Dans de tels cas l’homme est toujours le plus riche. Elle a seulement en vue les biens de son mari quelques années plus tard et quand elle s’est emparée de sa fortune elle va réaliser sa longue ambition de se trouver un époux conforme à ses goûts avec lequel elle peut achever sa vie terrestre dans la félicité et l’extase ininterrompues26.

53La plupart des voyageurs africains, arabes, persans et japonais en Europe ont également été choqués par les scènes presque obscènes dont ils étaient témoins aux nombreuses réceptions, dîners et d’autres genres de festivités où les hommes et les femmes se fréquentaient d’une manière pour eux totalement inaccoutumée. Pour les voyageurs chinois, ces scènes n’étaient qu’un exemple supplémentaire de ces coutumes tout au moins bouleversantes qu’il y avait entre les sexes et entre les générations dans les pays occidentaux et européens. Pourtant, les Chinois ne se contentaient pas de montrer leur réserve face à ces coutumes. Liu Hsi-hung, par exemple, explique comment un diplomate chinois, un certain Liu Fou-yi, a réussi à convaincre un de ses compagnons de voyage d’origine américaine nommé Bourne de la justesse de la critique chinoise :

  • 27 Liu Hsi-hung, dans Frodsham, 1974, p. 144.

54Bourne et Liu Fou-yi parlaient de la rigueur de l’éducation traditionnelle chinoise à propos des femmes. Bourne dit que les femmes sont des êtres humains et ne devraient pas être laissées seules dans des appartements sans autorisation de sortir. Liu ne savait que répliquer. Je dis à Liu qu’il aurait pu dire que la poitrine et le dos sont des parties d’un même corps. Pourquoi la poitrine est-elle devant et le dos derrière ? Parce que la poitrine est yang et le dos est yin. La tête est une part de ma peau comme la partie au-dessous de mon ventre. Pourquoi dois-je montrer la peau qui enveloppe ma tête et couvrir l’autre partie ? Parce que la tête est yang et que l’autre partie est yin. Plus tard Liu utilisa cet argument et Bourne ne savait que lui répondre27.

55Contrairement au politicien réformateur Kang Yu-wei, qui a dû demander l’asile en Europe, la plupart des délégués officiels de l’empire du Milieu ne doutaient pas de la supériorité de leurs normes et de leurs idéaux par rapport aux normes et aux idéaux occidentaux. Mais, il y avait des exceptions. Par exemple Li Gui, envoyé en 1876 à Philadelphie afin de participer à The American Centennial Exposition pour publier l’année suivante un ouvrage intitulé Nouvelle relation d’un voyage autour du monde, n’arrive pas à cacher son enthousiasme pour le pavillon des femmes de cette exposition :

  • 28  Li Gui in Arkush et Lee, 1989, p. 42.

56Des livres, des peintures, des cartes et des broderies réalisés par des femmes avec la démonstration des techniques afférentes, sont rassemblés ici. Une autre salle servait à présenter le matériel scolaire des femmes et l’équipement pédagogique ; même les personnes en charge du hall d’exposition étaient des femmes. Je fis le tour complet du hall et vis des livres d’astronomie, de géographie, de science, de mathématiques, de couture et de cuisine. Il y avait aussi beaucoup d’ingénieux outils et mécanismes. Chaque fois que j’ai posé une question chacun était heureux d’expliquer les choses sans peine, de façon ouverte. Ces femmes n’ont pas l’attitude de filles maintenues à la maison mais l’esprit des hommes. Je les respecte et les apprécie beaucoup. Des amis occidentaux qui m’accompagnaient me dirent que la coutume en Occident est de traiter les femmes en égales et de donner aux femmes la même éducation qu’aux hommes ; en outre les femmes sont pleinement aptes à exprimer des opinions sur de vastes questions et d’accomplir de grandes actions28.

Le monde à l’envers

  • 29  Gernet, 1982, p. 260.

57Déjà dans les textes polémiques du xviie siècle sur les jésuites et leurs activités de missionnaires en Chine, se manifeste une figure de pensée qui distingue les récits des voyageurs chinois des récits d’autres voyageurs non européens : l’idée de l’Europe comme le monde à l’envers. « Ils considèrent leur père comme un frère, leur maître comme un ami » peut-on lire dans une note sur les jésuites écrite par un moine bouddhiste en 1637, et « ils présentent leurs condoléances lors d’un accouchement et ils félicitent les survivants lors d’un enterrement »29.

58L’idée d’un monde à l’envers atteint son apogée dans la deuxième moitié du xixe siècle chez les diplomates, dont on connaît maintenant les expériences. Zhang Deyi, qui a décrit dans le moindre détail toutes sortes de curiosités, se tient également à cette idée de l’Europe et de l’Occident comme un monde à l’envers.

  • 30  Zhang Deyi, dans Frodsham, 1974, p. 171-172.

59Il n’y a rien ici qui ne soit le contraire de la Chine. En politique les gens discutent et les gouvernants obéissent ; dans la famille la femme propose et l’homme suit, dans l’écriture ils écrivent de droite à gauche [sic] ; dans les livres ils commencent la lecture par la fin et progressent vers le début ; quand ils mangent et boivent ils commencent par la soupe et prennent ensuite le riz ; les plats cuisinés d’abord, puis les fruits. Quand ils s’assoient celui qui est à droite est honoré et celui à gauche est considéré comme inférieur, l’hôte est honoré et l’invité placé à un niveau inférieur. D’où leur coutume intangible selon laquelle dans une réunion l’hôte doit être assis au centre tandis que les invités sont assis de chaque côté. La maison peut tenir à leur nature ou au fait que leur pays est situé du côté du monde opposé à celui de la Chine si bien que les coutumes et les systèmes sont précisément inversés. Tout cela reste un mystère à mes yeux30.

  • 31  Citation de la traduction dans la revue de l’Unesco, The Couriers, sur les « travellers’tales », d (...)

60S’il m’était permis, j’aurais cité un guide très abrégé de 1883 à destination des voyageurs chinois en Europe, où le thème d’un monde à l’envers est traité sur plusieurs pages et se termine par : « La liste de ces contrastes pourrait être élargie à l’infini. »31

Conclusion

61Dans l’ensemble, les observations et les remarques des diplomates chinois donnent une image assez critique et réservée de l’Europe et de l’Occident : quant aux chemins de fer et aux mines, ils étaient quasiment convaincus que ce n’était qu’une question de temps pour que ces symboles de la modernité soient introduits en Chine. Pourtant, ils ne voyaient pas cette introduction comme un progrès. Quant aux relations entre les hommes, entre les générations, entre les sexes, entre les souverains et les sujets, il n’y a pas de doute que la Chine définit les normes et les idéaux, que les européens ne sont d’ailleurs pas en mesure de suivre, et qu’ils ont une tendance à renverser. Comme les autres voyageurs non européens, les diplomates chinois avaient le sentiment d’assister constamment à une exposition. En revanche, seuls les voyageurs chinois résumaient sans cesse leurs observations et leurs expériences dans la même image : l’image d’un monde à l’envers, où tout est, à tous les égards, exactement à l’opposé de ce dont ils avaient l’habitude.

62L’idée que tout est inversé quand on atteint l’autre bout du monde, que les communautés et les cultures étrangères sont mieux décrites comme l’inverse de ce qu’on connaît, et l’idée que chaque coin de terre à une contrepartie comptent parmi les représentations les plus répandues dans les récits de voyage chinois, occidentaux et européens. Que je sache, l’exemple le plus systématique est un ouvrage portugais, qui est d’ailleurs d’une plus grande ampleur que les récits sur l’Europe et sur l’Occident d’origine chinoise. Dans cet ouvrage, écrit par le missionnaire jésuite Luis Frôis, le Japon est décrit comme un monde qui est à tous les égards à l’envers. La supposition, que les jésuites portugais soient à l’origine de cette idée d’un monde à l’envers et qu’ils aient introduit cette perspective en Chine, ne peut être étayée par les sources.

63Du point de vue des Chinois, l’Europe et l’Occident représentaient quelque chose de complètement différent de ce qu’ils connaissaient et de ce qui leur était familier. De temps en temps, les diplomates chinois trouvaient l’occasion de prendre position pour ou contre une éventuelle introduction de telle ou telle chose en Chine et ils pouvaient débattre sur les effets d’une éventuelle importation. Ce qui rend les témoignages chinois sur l’Europe et sur la modernité si uniques est justement le fait qu’ils sachent que tout peut être complètement différent sans pourtant représenter le passé ou l’avenir. Dans une optique moderne, la critique des observateurs chinois est de nature traditionnelle. Leurs critiques de la modernité et de la libre disposition des individus dans les relations hommes-femmes et dans les relations entre les générations sont tout simplement réactionnaires. En revanche, d’un point de vue chinois, les Occidentaux devraient apprendre à ne pas toujours être pour ou contre ; ils devraient apprendre que les communautés ne sont pas toujours des modèles de quelque chose à rattraper ou des épouvantails signalant quelque chose à surmonter.

Haut de page

Bibliographie

Arkush R. David et Leo O. Lee (red.) (1989), Land without Ghosts. Chinese impressions of America from die Mid-Nineteenth century to the present, Berkeley, Univ. of California Press.

Chen Feng (2001), Die Entdeckung des Westens. Chinas erste Botschafter in Europa, 1866-1891, Frankfurt, Fischer Taschenbuchverlag.

Chih André (1962), L’Occident « chrétien » vu par les Chinois vers la fin du xixe siècle, Paris.

Frodsham J. D. (1974), The First Chinese Embassy to the West. The Joumals of Kuo Sung-t’ao, Liu Hsi-Hung and Chang Te-yi, Oxford, Oxford University Press.

Frôis Luis (1955), Kulturgegensätze Europa-Japan (1585). Tratado em que se contem muito susintae abreviada-mente algumas contradições e diferenças de custumes antre a gente de Europa e esta provincia de Japâo, Erstmalige, kritische Ausgabe... mit deutscher Ubersetzung, Einleitung und Anmerkungen, von Joscf Franz Schütte, Tokyo, Sophia Universität (Monumenta Nipponica 15).

Fröis Lujs (1998), Européens et Japonais. Traité sur les contradictions et différences des mœurs (1585), Chandeigne.

Gernet Jacques (1982), Chine et christianisme. Action et réaction, Paris, Gallimard.

Goldsmith Oliver (1762), The Citizen of the World or Letters from a Chinese Philosopher Residing in London to his Friends in die East, London, Newbery [Ny udgave, London, The Folio Society, 1969].

Hsieh Fu-ch’eng (1993), The European Diary of Hsieh Fucheng : Envoy Extraodinary of Imperial China, traduit par Helen Hsieh Chien, introduction et commentaires de Douglas Howland, New York, St. Martin’s Press.

Lévy André (1986), Nouvelles lettres édifiantes et curieuses d’Extrême-Occident : par des voyageurs lettrés chinois à la Belle Époque, 1866-1906, Paris. Masci Maria Rita (red.) (1996), L’Oceano in un guscio d’Ostrica, Roma, Edizioni Theoria. Mitchell Timothy (1989), « The World as Exhibition », Comparative Studis in Society and History, vol. 31, 2, 217-236.

Sun Ying (1997), Aus den, Reich der Mitte in die Welt hinaus. Die chinesischen Gesandtschaftsberichte über Europa unter besonderer Berücksichtigung Dentschlands von 1866 bis 1906, Peter Lang (= Studien zur Neueren Literatur, 5).

Zhang Deyi (1992), Diary of a Chinese Dipbmat, Peking, Panda Books.

Haut de page

Notes

1  L’accord de Pékin du 24 octobre 1860 établissait les règles de la présence diplomatique française et anglaise à Pékin (Frodsham, 1974, p. XXV).

2  « Du point de vue du gouvernement chinois les relations extérieures étaient simplement une extension de l’autorité nationale. Donc si les barbares cessaient de se soumettre, la dynastie avait clairement trahi le mandat du ciel et s’achèverait bientôt sous les coups de la rébellion intérieure et de l’invasion extérieure. La présence d’ambassadeurs étrangers à Pékin serait interprétée comme le signe clair que la dynastie perdait prise » (Frodsham, 1974, p. XXIV).

3  Lévy, 1986, p. 45.

4  Les réflexions suivantes se fondent sur Frodsham, 1974, p. XXVII sq.

5  « Le gouvernement chinois pouvait difficilement s’attendre à trouver des gens désireux de souffrir l’humiliation d’être envoyés outre-mer – un destin considéré comme un bannissement » (Frodsham, 1974, p. XXV).

6  Les informations sur les rumeurs hostiles aux Francs proviennent de Chih (1962) et doivent être prises avec précaution.

7  Des passages supplémentaire des récits sur les États-Unis, faits par des différents auteurs, sont traduits et commentés dans Land Without Ghosts Chinese Impressions of Amerka from the Mid-Nineteenth Century in the Présent (Arkush et Lee, 1989). Cette anthologie est organisée sous les chapitres suivants : « Exotic America », 1848-188 ! ; « Menacing America », 1882-1903 ; « Model America », 1915-1928 ; « Flawed America », 1932-1948 ; « Familiar America : The View from Taiwan », 1946-1987 ; « America Rediscovered : Travelers from the People’s Republic », 1949-1987.

8  Hsieh Fucheng, 1993, p. 172.

9  Zhang Deyi, 1992, p. 144.

10 Liu Hsi-hung, dans Frodsham, 1974, p. 122-123.

11  Dai Hongci in Sun, 1997, p. 143.

12  Zhang Deyi in Lévy, 1986, p. 65-68.

13 Ibid., p. 69.

14 Kang Yu-wei in Lévy, 1986, p. 219.

15  Liu Hsi-hung in Frodsham, 1974, p. 114, voir également Masci, 1996, p. 224.

16  Zhigong, dans Masci, 1996, p. 147.

17  Liu Hsi-hung in Frodsham, 1974, p. 142-143.

18 Ibid., p. 144-145.

19 Ibid., p. 147.

20  Hsieh Fucheng, 1993, p. 171.

21  Zhang Deyi, 1992, p. 229.

22  Par exemple Zhang Deyi, dans Lévy, 1986, p. 99-101, et encore en 1989 Zhang Deyi, p. 100.

23 Liu Hsi-hung, dans Frodsham, 1974, p. 146.

24  Zhang Deyi, 1992, p. 105.

25 Ibid., p. 211.

26 Ibid., p. 190.

27 Liu Hsi-hung, dans Frodsham, 1974, p. 144.

28  Li Gui in Arkush et Lee, 1989, p. 42.

29  Gernet, 1982, p. 260.

30  Zhang Deyi, dans Frodsham, 1974, p. 171-172.

31  Citation de la traduction dans la revue de l’Unesco, The Couriers, sur les « travellers’tales », d’avril 1987, p. 29.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Harbsmeier, « Le monde renversé. Quelques expériences chinoises de la modernité européenne au xixe siècle », Revue germanique internationale, 21 | 2004, 163-180.

Référence électronique

Michael Harbsmeier, « Le monde renversé. Quelques expériences chinoises de la modernité européenne au xixe siècle », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2004, mis en ligne le 19 septembre 2011, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/1008 ; DOI : 10.4000/rgi.1008

Haut de page

Auteur

Michael Harbsmeier

Professeur à l’Université de Roskilde (Danemark)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org