Navigation – Plan du site

Introduction

Céline Trautmann-Waller
p. 5-9

Texte intégral

  • 1 Donatella Ferrari-Bravo, Nota a A.A. Potebnja, in La cultura nella tradizione russa del XIX e XX se (...)
  • 2 Serguei Tchougounnikov, Du « proto-phénomène » au phonème : le substrat morphologique allemand du f (...)

1Lorsqu’en germaniste on étudie les différentes « écoles » linguistiques du monde slave et leurs travaux concernant le folklore, les formes poétiques ou encore, plus largement, les systèmes culturels, on ne peut qu’être frappé par certaines survivances de la philologie et de la philosophie allemandes, certains côtés grimmiens, humboldtiens, herdériens qui transparaissent dans l’identification de la langue à la nation, le rôle du folklore, les schémas historico-génétiques ou typologiques et qui expliquent que la philosophie et la linguistique allemandes du début du xixe siècle aient pu être définies comme un humus1 ou un substrat2 sur lequel auraient germé différentes pratiques et différentes théories russes de la langue et de la culture.

  • 3 On peut d’ailleurs très bien envisager les transferts entre l’Allemagne et la Russie en y intégrant (...)

2Cela peut s’expliquer tout d’abord par les séjours que nombre de philologues, linguistes ou philosophes russes firent dans des universités allemandes, ce séjour en Allemagne ayant acquis au xixe siècle un statut quasi rituel. Rappelons simplement que parmi les théoriciens de la langue et de la culture ou les philosophes abordés dans ce volume, nombreux furent ceux qui acquirent une partie de leur formation en Allemagne : Potebnja fut envoyé par le ministère de l’Éducation russe à Berlin, Baudouin de Courtenay fut formé à Leipzig auprès des néo-grammairiens, Ÿpet fut l’étudiant de Husserl à Göttingen. Žirmunski fit une partie de ses études à Berlin, Munich et Leipzig et, étant un germaniste, il était peut-être plus prédisposé encore que d’autres à une longue carrière de passeur entre l’Allemagne et la Russie (Roger Comtet). Outre ce contact direct, il existait une circulation intense des œuvres, que ce soit en langue originale ou en traduction. Tout cela explique l’importance que la pensée du langage et la philologie allemande du début du xixe siècle eurent pour un grand nombre de théories linguistiques et culturelles russes, la revendication et l’élaboration de formes propres de modern Professeur en études germaniques à l’Université de Paris III et les enjeux du contexte russe ayant donné naissance ensuite à des pratiques et à des théories originales. L’enjeu d’une enquête concernant l’héritage allemand des linguistes russes au sens large n’est donc pas d’opérer une sorte de récupération germanique mais de situer ce qui se passe en Allemagne et ce qui se passe en Russie dans une évolution épistémologique chronologiquement et géographiquement plus large. La connaissance des intermédiaires relativise les césures temporelles (postulées parfois comme de véritables « révolutions ») ainsi que les frontières géographiques, mettant en évidence la participation à un débat ou à un processus historique qui engage plusieurs pays3. Les chemins ainsi reconstruits sont souvent doublement révélateurs : l’évolution qu’a pu prendre en Russie le concept de « forme interne », de l’humboldtisme de Poteb-nja aux idées d’« énergie du mot » et de « nom ontologique » de Florenskij ou à l’interprétation phénoménologique de Ÿpet, éclaire autant certaines particularités du contexte russe que certaines tensions propres au champ allemand.

3Interrogeant de manière générale l’apport allemand dans les théories linguis-tiques et plus largement dans la théorie de la culture en Russie, ce volume se concentre cependant sur les vecteurs privilégiés que furent l’humboltisme russe d’un Potebnja, les nombreuses variations autour de la notion de « forme interne » ou encore les sources allemandes du formalisme et du structuralisme russe. Tout un pan de la réflexion russe sur la langue est effectivement marqué par l’influence de Humboldt et par ses développements sur le rapport entre langage et mentalité, entre langage et culture (Donatella Ferrari-Bravo). Certes l’Introduction à l’œuvre sur le kavi paraît en russe en 1859, mais l’un des principaux vecteurs du passage de Humboldt en Russie n’en est pas moins fourni par les liens, encore assez peu explorés, entre l’œuvre du linguiste ukrainien Potebnja et celle de l’humboldtien allemand Steinthal.

4Moins connu en France que les grandes figures du formalisme ou du structuralisme russe, Potebnja révèle tout particulièrement l’importance de transferts entre l’Allemagne et la Russie au xixe siècle. Le virage psychologique que représente sa lecture de Humboldt avait été initié précédemment par Steinthal. Grand défenseur de l’œuvre de Humboldt tout au long d’un xixe siècle marqué surtout par le triomphe de la grammaire comparé, Steinthal mêle dans sa linguistique psycho-logique et dans ses tentatives pour esquisser une anthropologie culturelle (psychologie des peuples) des éléments de la philosophie du langage humboldtienne et de la philosophie anti-idéaliste de Herbart qui eut une influence décisive pour l’émergence de la psychologie en Allemagne. Figure fondatrice de l’humboldtisme russe, Potebnja étendit très largement les réflexions sur la forme interne au domaine poétique, ce qui explique l’importance de ses travaux pour la théorie littéraire russe en général, non sans une série de malentendus. Le symboliste russe Belyj tira la théorie potebnienne de la poésie comme « pensée par images » vers une réflexion sur le symbole empreinte de néo-platonisme, ce qui explique que Ÿklovskij ait jugé utile de commencer son célèbre texte sur l’art comme procédé, sans doute un des textes les plus célèbres du formalisme russe, par une critique des théories de Potebnja qu’il déforme d’ailleurs ici assez nettement (Jacqueline Fontaine). Une dizaine d’années plus tard Ÿpet passe par la critique de Potebnja, l’accusant d’avoir compromis la notion humboldtienne de forme interne de la langue en la psychologisant, pour donner une interprétation éidétique de cette dernière. Et c’est encore aux amorces de Potebnja que recourt le psychologue Vygotskij lorsqu’il élabore son propre projet d’une psychologie de l’art (Brigitte Bartschat). Un des anciens étudiants de Potebnja, Ovsjaniko-Kulikovskij, réinterprète pour sa part l’« energeia », concept central de la philosophie du langage humboldtienne, en termes physiques et élabore des calculs pour prouver que les langues indo-européennes sont celles qui permettent la plus grande économie d’énergie de la pensée et disposent ainsi d’un potentiel d’évolution plus important (Elena Simonato).

  • 4 Voir Alexander Haardt, Husserl in Russland. Phänomenologie der Sprache und Kunst bei Gustav Spet un (...)

5Le concept de « forme interne » (innere Form) offre un deuxième angle d’analyse permettant de mettre en lumière les élaborations originales construites en Russie à partir d’un complexe théorique allemand. Venu de Plotin et de Shaftesbury, avant d’être repris par Humboldt,4 ce concept fut considérablement amplifié par Steinthal qui y voyait une des intuitions géniales de Humboldt insuffisamment développée par ce dernier. Discrète chez Humboldt, la « forme interne du langage » (innere Sprachform) prend alors une ampleur nouvelle. Si Steinthal cherche à la décomposer psychologiquement, elle n’en hérite pas moins de tous les débats de la philosophie allemande, et plus largement européenne, sur la forme et la substance et n’en véhicule pas moins des réminiscences du néo-platonisme, de la monadologie leibnizienne, de la morphologie goethéenne ou de l’organicisme romantique. Ce concept hybride fut encore longuement développé par Anton Marty dans sa philosophie du langage mais devint ensuite à nouveau plus discret sur la scène allemande où il ne fut presque plus utilisé durant la première moitié du xxe siècle que par les néo-humboldtiens ou Oswald Spengler. Il connut en Russie une fortune d’une toute autre mesure, aussi bien dans le domaine de la linguistique que dans celui de la poésie, de l’esthétique ou de la culture en général. Si Potebnja peut être considéré comme l’introducteur du concept en Russie, il le psychologise moins nettement que Steinthal et en accentue très nettement la dimension poétologique. Par la suite deux tendances se détachent assez nettement : l’une plus historique où la notion de « forme interne » sert à envisager le texte comme articulé et discontinu, avec des points forts et des ruptures structurelles, l’autre franchement métaphysique, voire théologique, qui mène à une substantialisation de la forme ou à une spéculation esthétique ; deux tendances qui indiquent aussi combien ce concept fait le lien entre les synthèses métaphysiques du xixe siècle et la rationalité scientifique du xxe siècle (Zenkine). La lecture que fait Ÿpet de la « forme interne », critiquant l’humboldtisme de Potebnja, est à lire en rapport avec la théorie de la « structure du mot et de l’expression » élaborée dans son livre de 1914, Le Phénomène et le Sens, consacré à Husserl (Maryse Dennes).

  • 5 Déjà dans le livre de Victor Erlich, Potebnja et Veselovski étaient présentés comme deux précurseur (...)
  • 6 Lubomír Doležel, Occidental Poetics. Tradition and Progress, University of Nebraska Press, 1990. et (...)
  • 7 Voir Aleksandr Dmitriev, « Le contexte européen (français et allemand) du formalisme russe », in Co (...)
  • 8 Il existe évidemment des strates encore bien plus anciennes. Signalons simplement ici les liens ent (...)

6La circulation de ce concept à elle seule tend à relativiser les ruptures avec les traditions philologiques russes revendiquées parfois par les Cercles de Moscou, de Saint-Pétersbourg (OPOJAZ) et de Prague, formalistes et structuralistes5. Il est évidemment possible de mettre en évidence les différences notables entre philo-logues du xixe siècle, formalistes et structuralistes, mais ceux-ci n’en renvoient pas moins avec une certaine continuité, mise en évidence précisément à travers l’étude de l’utilisation qu’ils font des sources allemandes, à un substrat morphologique commun d’origine en grande partie germanique. Si l’histoire « inclusive » du formalisme russe, dont se réclame par exemple Lubomír Doležel, a intégré l’apport de la philologie allemande à son champ d’étude et a entre autres mis en lumière l’influence de la poétologie narrative allemande sur la narratologie russe6, ou l’importance de la « philologie acoustique » (Ohrenphilologie) d’Eduard Sievers et de l’histoire de l’art de Heinrich Wölfflin pour tout le formalisme russe7, il s’agit à chaque fois de transferts entre des recherches quasi contemporaines. Ce qui est peut-être moins nettement perçu, c’est combien ces transferts s’appuient sur une première strate plus ancienne dont l’axe Steinthal-Potebnja n’est qu’un des moments forts8. Si l’on sait donc que les formalistes connaissaient très bien les recherches de Potebnja sur les récits populaires ou celles de Veselovskij sur l’épopée, on mesure moins combien ces dernières s’inspiraient de développements steinthaliens sur le mythe, les superstitions, les légendes, la poésie populaire (Céline Trautmann-Waller).

7Au-delà ce sont aussi le structuralisme de Jakobson, ou le dialogisme polyphonique de Bakhtine qui méritent d’être envisagés sous cet angle et qui apparaissent alors sous un jour nouveau. Ainsi examiner le rapport des développements de Bakhtine sur le roman et l’épopée à l’herméneutique et à la sociologie allemandes de son époque et à leurs théories de la communauté et du classique, permet de mettre en évidence combien la tentative de réconcilier le romanesque et l’épique dans son livre sur Rabelais relève d’un projet post-romantique (Galin Tihanov). Quant à Jakobson, la façon dont il a manié dans sa réflexion un axe convergence-divergence, révèle une nette préférence pour la convergence qui lui vient en partie de Polivanov mais qui, sous son apparence très scientifique, renvoie plus profondément aux théories allemandes des affinités électives (Serguei Tchougounnikov). La façon dont son approche de la culture hérite d’une d’une tradition humboldtienne inconsciente permet également de rapprocher Jakobson de Lévi-Strauss et de montrer combien la notion de culture apparaît ici encore comme le résultat d’une circulation, d’une errance (Michel Espagne).

8Les notions russes d’« idéologie » et de « nids sémantiques » développées dans les années 1920-1930, dans une ressemblance déroutante avec la théorie des champs sémantiques du néo-humboldtien allemand J. Trier, peuvent inciter elles aussi à poser la question d’une influence indirecte et souterraine de cet humboldtisme (Ekaterina Velmezova).

9 Quant au discours identitaire russe, des panslavistes à l’eurasisme, on peut y décerner également différentes strates de transferts qui participent à l’élaboration d’un « nationalisme sans racialisme ». La construction du discours affirmant la supériorité nationale impliquait ici, en même temps que des emprunts à des théories germaniques, la nécessité de se distancier et de se différencier du modèle racial, associé en Allemagne à une vision dépréciative des Slaves (Marlène Laruelle).

10 Qu’il soit abordé à travers des parcours singuliers, des filiations insoupçonnées dans l’histoire des sciences humaines ou des migrations de concepts, le champ de la langue et de la culture est donc marqué par d’incessants jeux de miroirs et une longue série de transferts entre Allemagne et Russie. L’Allemagne des linguistes russes esquissée ici n’est donc qu’une mosaïque forcément incomplète, une série d’instantanés appelant l’étude de dynamiques plus larges qui seule peut-être permettra d’élucider tout à fait son intensité particulière.

Haut de page

Notes

1 Donatella Ferrari-Bravo, Nota a A.A. Potebnja, in La cultura nella tradizione russa del XIX e XX secolo, a cura di D’Arco Silvio Avalle, Strumenti critici 42-43, 1980, p. 565.

2 Serguei Tchougounnikov, Du « proto-phénomène » au phonème : le substrat morphologique allemand du formalisme russe, Éditions de l’Université d’État de Kaliningrad, 2002.

3 On peut d’ailleurs très bien envisager les transferts entre l’Allemagne et la Russie en y intégrant une autre dimension, comme l’ont fait Katia Dmitrieva et Michel Espagne. Voir Katia Dmitrieva et Michel Espagne (éds.), Transferts culturels triangulaires France-Allemagne-Russie, Paris, 1996 ; et Michel Espagne (ed.), Russie France Allemagne Italie. Transferts quadrangulaires du néoclassicisme aux avant-gardes, Du Lérot, Tusson (Charente), 2005.

4 Voir Alexander Haardt, Husserl in Russland. Phänomenologie der Sprache und Kunst bei Gustav Spet und Aleksej Losev, Munich, 1993, p. 172 ; et plus particulièrement le chapitre « Der Begriff der inneren Sprachform », p. 180-186.

5 Déjà dans le livre de Victor Erlich, Potebnja et Veselovski étaient présentés comme deux précurseurs du formalisme. Voir Victor Erlich, Russian Formalism. History – Doctrin, La Haye/Paris, 31969.

6 Lubomír Doležel, Occidental Poetics. Tradition and Progress, University of Nebraska Press, 1990. et surtout le sixième chapitre, Formalist Poetics: from Germany to Russia.

7 Voir Aleksandr Dmitriev, « Le contexte européen (français et allemand) du formalisme russe », in Contacts intellectuels, réseaux, relations internationales Russie/France/Europe xviiie-xxe siècles, Cahiers du monde russe 43/2-3, 2002, p. 423-440.

8 Il existe évidemment des strates encore bien plus anciennes. Signalons simplement ici les liens entre la Russie et l’Université de Göttingen et ses savants : voir Elmar Mittler et Silke Glitsch, Russland und die Göttingische Seele, Göttingen, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Trautmann-Waller, « Introduction », Revue germanique internationale, 3 | 2006, 5-9.

Référence électronique

Céline Trautmann-Waller, « Introduction », Revue germanique internationale [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 28 avril 2009, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/101 ; DOI : 10.4000/rgi.101

Haut de page

Auteur

Céline Trautmann-Waller

Professeur en études germaniques à l’Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org