Navigation – Plan du site
Positions allemandes sur la pluralité des peuples

Histoire universelle, histoire globale, transfert culturel

Matthias Middell
p. 227-244

Résumés

Quand on considère la discussion sur l’histoire universelle dans l’Allemagne de 1800, on observe une remarquable affinité entre les auteurs de cette époque autour, de l’historien de Leipzig Karl Lamprecht, et l’idée de transfert culturel propre à la fin du xxe siècle. L’article tente d’expliquer qu’avec un écart d’un siècle des intérêts et sensibilités comparables se manifestent et qu’entre les deux conjonctures l’attention portée aux transferts culturels a plutôt diminué. La question est abordée sur l’arrière-plan des phases de développement de la globalisation et des moments correspondants dans l’histoire universelle du xxe siècle. On en déduit qu’une convergence de la global history et de la recherche sur les transferts culturels est souhaitable et nécessaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur ce point, voir M. Middell, M. Gibas, F. Hadler, « Sinnstiftung und Systemlegitimation durch his (...)
  • 2  Voir, à ce sujet, en rapport avec la situation allemande : M. Middell, « Territorialisierung und G (...)

1La science historique connaît depuis une quinzaine d’années une phase d’innovation comparable à celle que connut la discipline au moment de son institutionnalisation et de sa professionnalisation entre 1880 et 1914. Comme dans les années qui précèdent la Première Guerre mondiale, ce sont aujourd’hui des questions de principe concernant l’objet de la discipline, la relation à un cadre explicatif social large (métarécits ou master narratives), la scientificité des représentations de l’histoire et les conséquences de ces options théoriques pour la constitution institutionnelle de la discipline qui sont discutées1. Les deux conjonctures ont en commun l’intérêt pour la manière dont l’histoire universelle peut être conçue, explorée et écrite et dont chaque monde (autour de 1900 c’était la nation et aujourd’hui de plus en plus des ensembles transnationaux, c’est-à-dire Européens, Occidentaux, Asiatiques, Sud-Américains, Arabo-Islamiques ou Panafricains) entre en relation avec l’étranger, avec l’extérieur (dans un cas on parle du monde extra-européen, dans l’autre non occidental, dans le troisième du monde des puissances coloniales). Mais on ne peut pas penser ce monde des autres comme le négatif de sa propre histoire2. Le monde historique des Lumières pouvait encore clairement distinguer entre les civilisations et la sphère des sauvages et s’est d’abord timidement interrogé sur les aspects de l’interculturalité établis entre ces deux niveaux historiques. L’histoire des Deux Indes de l’abbé Raynal a une position éminente parce qu’elle a orienté de façon conséquente la volonté de systématisation propre aux hommes des Lumières sur le monde extra-européen. À la fin du xviiie siècle, les Amis des Noirs appliquèrent le postulat d’égalité de la Révolution française, dans une perspective abolitionniste, également aux esclaves des colonies et ouvrirent ainsi prudemment la voie à une prise en compte historique sérieuse du continent originel des travailleurs noirs employés dans les plantations.

2Sans en être impressionné, Hegel, dans son projet d’histoire universelle, a déclare sans se démonter que de larges parues du monde étaient la patrie des peuples sans histoire. C’est seulement grâce au contact avec le principe dynamique du progrès historique reconnu par Hegel dans la Révolution, que ces peuples seraient intégrés au maëlstrom de l’histoire universelle. Seule l’expansion européenne avait donné pour Hegel dans le monde extra-européen l’impulsion à un développement qui, auparavant, ou bien s’était arrêté ou n’avait pas encore saisi les territoires. Le philosophe allemand s’appuyait sur un maigre matériau pour évaluer la manière dont le monde européen et extra-européen se sont rencontrés et ce qui s’est effectivement passé au moment du contact. Enthousiasmé par la puissance de la Révolution dont il était témoin, il la généralisa en un concept téléologique qui le rendit aveugle aux faits observables dès son époque qui étaient en contradiction avec son interprétation.

  • 3  Y. Benot, La Révolution française et la fin des colonies, Paris, 1989 ; Y. Bénot, M. Dorigny (éds) (...)

3Si la révolution américaine de 1776 a encore pu sans difficultés être interprétée comme la transposition au nouveau monde du conflit entre une puissance coloniale européenne et des migrations européennes qui souhaitaient ébranler le joug des conditions anciennes, la révolution à Haïti, qui conduisit à la première fondation d’un État d’esclaves révoltés sachant utiliser les conflits des puissances européennes pour servir leurs buts, ne pouvait plus être réduite à ce modèle3.

  • 4 M. Kossok, Im Schatten der Heiligen Allianz. Deutschland und Lateinamerika, 1815-1830, Berlin, 1964

4La révolution qui éclata en Amérique du Sud en 1810 et mit des limites à la puissance coloniale de l’Espagne et du Portugal ou plutôt lui donna le coup de grâce, même si des résidus subsistèrent jusqu’à la fin du xixe siècle ou jusqu’au second tiers du xxe siècle, démontra fortement que Toussaint l’Ouverture, avec sa révolte insulaire, ne représentait en aucune façon une exception. L’Amérique latine, « à l’ombre de la Sainte Alliance » et de ses irréalisables idées de contrôle, s’éleva rapidement au rang d’important partenaire commercial des régions de l’Europe orientées vers l’exportation4.

  • 5  Naturellement à côté de bien d’autres qu’on ne saurait énumérer ici car les nuances dans leur argu (...)

5Sans s’arrêter à ce rejet, pourtant difficile à ignorer, de ses propres représentations du pouvoir, l’histoire universelle européenne du xixe siècle resta dans les traces de Hegel. Le discours de l’histoire universelle ne connaissait que la violence de l’expansion européenne — admirée à cause de son efficacité ou timidement critiquée à cause des victimes. Le zèle des missionnaires chrétiens, les argumentations téméraires en faveur de l’expansion coloniale et l’euphorie capitaliste à propos de l’élargissement des marchés et des sources de matières premières convergèrent. Dans la perspective d’une critique conséquente du capitalisme, telle que Karl Marx5 la formula au milieu du xixe siècle, l’eurocentrisme de l’histoire universelle perdura et fut paradoxalement renforcé dans la conviction du caractère incontournable de la supériorité européenne par le renvoi aux racines sanglantes de la modernité durant la phase dite d’accumulation primitive.

6Dans la perspective de la métropole, il n’y avait rien d’autre à reconnaître que l’énorme augmentation de puissance de l’Empire britannique et de son partenaire français qui non seulement tiraient de gigantesques ressources de leurs possessions d’outre-mer mais semblaient, avec leur avance technologique, pouvoir organiser le monde entier selon leurs idées : les temps de voyage s’abrégeaient en proportion de l’importance pour le centre des territoires éloignés, l’ouverture du monde aux réseaux d’information grâce au télégraphe et au câble suivait la logique des puissances coloniales dominantes. La livre anglaise était sans conteste la monnaie dominante dans les processus d’échange internationaux. L’histoire universelle du xixe siècle n’est donc nullement une erreur de perspective fondée seulement sur des manipulations idéologiques, mais elle correspondait à l’indéniable concentration de pouvoir économique, politique et militaire en Europe et au fait que l’histoire universelle était écrite par des historiens qui vivaient en Europe et jetaient à partir de là leur regard sur le monde.

  • 6  Les arguments pour et contre l’Eurocentrisme ont été récemment résumés par Sebastian Conrad, Shali (...)

7L’héritage de cette histoire du monde tient à l’idée que le développement se réalise grâce à la diffusion de techniques modernes de production, de répartition, de domination et de communication depuis le centre d’Europe du Nord jusque dans les zones périphériques (les périphéries pouvant à leur niveau révéler des différences, si bien que naît la représentation d’un grand nombre de rapports de domination de niveau subalterne se retrouvant à la périphérie). Quiconque veut participer au pouvoir qui caractérise la prétendue modernité doit s’aligner sur l’inévitable occidentalisation ou est condamné au déclin. La modernisation dans cette perspective signifie nécessairement la mise à l’écart des traditions qui, en tant qu’obstacle aux racines locales ou régionales, s’opposeraient à l’expansion rapide et égale des pratiques « occidentales »6.

  • 7 J. H. Bentley, « From National History toward World History », in M. Middell (éd.), Vom Brasilienwe (...)
  • 8 H. Bergenthum, « Weltgeschichten im Wilhelminischen Deutsehland :Innovative Ansätze in der populäre (...)
  • 9 Pim den Boer, History as a Profession. The Study of History in France, 1818-1914, Princeton, 1998.
  • 10 G. Lingenbach, Klio macht Karriere. Die Institutionalisierung der Geschichtswissenschaft in Frankre (...)
  • 11 M. Schalenberg, « Oxford und die deutsche Wissenschaft : Eine Wahlfremdheit des 19. Jahrhunderts », (...)
  • 12 Voir les contributions de Bianca Valota, Jan Havranek, Tibor Frank, Markus Krszoska et Frank Hadler (...)
  • 13  Introduction, ibid., p. 9-38.
  • 14  Cette question a fait l’objet d’un colloque organisé en juin 2003 à Trêves par A. Gestrich, G. Lin (...)
  • 15 G. G. Iggers, « The « Methodenstreit » in international Perspective. The Reorientation of Historica (...)
  • 16  Ch.-O. Garboneil, « La réception de l’historiographie allemande en France (1866-1885) : le mythe d (...)

8Quand l’histoire professionnelle se constitua et connut son institutionnalisation comme discipline académique – un processus qui part des années 1860 et avec de nombreuses variantes nationales en Europe de l’Ouest et de l’Est ou aux États-Unis se prolonge jusqu’à la Première Guerre mondiale —, elle s’orienta d’après deux références. La première fut donnée par l’État-nation qui dotait l’historiographie, en vue d’une intégration culturelle, qu’elle réalisait en soulignant la longue et commune histoire de la communauté nationale émergente, d’archives, de chaires et du statut prestigieux de fonctionnaires de l’État7. La seconde fut fournie par le discours de l’histoire universelle qui encadrait le récit consacré à l’histoire nationale. Cela explique la conjoncture rencontrée par les deux genres, l’histoire de chaque nation et l’histoire universelle, lors de l’avant-dernier tournant du siècle. Mais au même moment vinrent les premiers doutes sur le fait de savoir si la version reprise de l’histoire universelle était vraiment la seule possible et la seule utile. Le fait que ce doute se soit d’abord manifesté en Allemagne, dans une floraison d’histoires universelles8 diversement conçues et un débat correspondant sur les méthodes ne relève pas du hasard. Car, d’un côté, le processus de professionnalisation de l’histoire s’est réalisé dans l’espace germanophone par rapport à la France9, aux États-Unis10, à l’Angleterre11 et à l’Europe centrale et orientale12 quelques années plus tôt13. Il en résulta la reconnaissance d’éléments isolés de cette historiographie, comme la forme privilégiée d’enseignement du séminaire et des modes de recherche qu’il symbolise14, mais aussi de ses controverses méthodologiques15, modèle ou exemple pour d’autres pays. Cette utilisation comme modèle n’a naturellement – la littérature scientifique est de plus en plus claire sur ce point — que peu de choses à voir avec un véritable emprunt16. Le modèle a surtout été utilisé à des fins argumentatives pour faire peser sur chaque système national une pression d’innovation et seuls les aspects résistant au contact de l’étranger furent jugés viables et fusionnèrent avec les traditions autochtones. On fit ensuite disparaître les racines étrangères de procédures et d’arrangements institutionnels réinterprétés comme nationaux.

  • 17  C. Charle, La république des intellectuels, Paris, 1994.
  • 18  Aguirre Rojas, Los Annales y la historiografia francesa, Mexico, 1996, propose une perspective sur (...)

9Ce processus qui ne peut être reconstruit ici dans le détail aboutit à la reconnaissance et, en même temps, à la remise en cause17 d’une hégémonie allemande dans l’histoire internationale18. Même si ce statut s’est effrité dès avant 1914, les historiens allemands ont néanmoins mené leurs controverses, convaincus de débattre pour ainsi dire au nom de toute l’histoire internationale, et ils ont en revanche commencé bien plus fortement que pendant la renaissance de Ranke des années 1880 à prendre en compte les évolutions dans d’autres historiographies.

  • 19 R. Chickering, Imperial Germany and a World without War. The Peace Movement and German Society, 189 (...)

10Le contexte politique joua aussi un rôle décisif. L’augmentation du pouvoir de l’Allemagne après la crise de 1875 et sa croissance démographique purent nourrir l’idée selon laquelle elle aurait un droit légitime à « une place au soleil » parmi les puissances mondiales qui s’étaient déjà réparti les colonies. Cette ambition inspira un débat parmi les savants allemands sur les moyens appropriés, opposant les bellicistes et les culturalistes, les uns misant sur la force de l’armement, les autres spéculant sur la supériorité d’une politique culturelle étrangère19.

  • 20 Vgl. H. Gollwitzer, Geschichte des Weltpolitischen Denkens, Bd. 2 : « Zeitalter des Imperialismus u (...)
  • 21 J. Osterhammel, « Raumerfassung und Universalgeschichte im 20. Jahrhundert », in G. Hübinger, J. Os (...)
  • 22 H. F. Helmolt, « Gegenstand und Ziel einer Weltgeschichte », in Id. (éd.), Weltgeschichte, t. 1,Lei (...)
  • 23 Ibid., p. 3 sq.

11Le monde commença à se transformer à un rythme très rapide : l’Allemagne participait depuis 1898 à l’ouverture de la Chine avec des moyens parallèles à ceux de l’expansion coloniale20 et la guerre russo-japonaise de 1904-1905 avec la défaite de l’Empire tsariste, de même que l’avance des États-Unis en 1897-1898 vers Hawai, les Philippines et Cuba annonçaient de nouveaux concurrents pour les puissances coloniales européennes. Le résultat fut que la conscience du temps et la représentation des interactions entre le monde européen et extra-européen se transformèrent. « Pour la première fois se manifesta le sentiment de la clôture et de l’achèvement de la cohérence planétaire. »21 Et dans la perspective d’un promoteur innovant de l’histoire universelle, il s’agissait d’opposer à la spécialisation timide qui s’était affirmée dans l’histoire allemande, avec une tendance à choisir des objets micrologiques, la conviction que « l’universel était le terrain de l’homme cultivé »22, même s’il fallait toujours constater que « pour la spécialisation actuelle l’universalité est une transgression »23.

  • 24 Ibid., p. 4.

12Dans son histoire universelle présentée comme tout à fait neuve qu’il édita pour le compte de l’Institut bibliographique de Leipzig, Helmholt se réclamait moins des évolutions internes à la vie académique que des tendances pratiques à l’internationalisation, partout observables, des tendances qui procuraient à une historiographie tournée de nouveau avec courage vers l’histoire humaine une nouvelle légitimation : « De ce point de vue l’association postale internationale, l’accord de Bern pour la protection de la propriété intellectuelle et la mesure internationale de la terre méritent une attention particulière. Le monde est petit. »24

  • 25 G. Hübinger, « Geschichte als leitende Orientierungswissenschaft im 19. Jahrhundert », in Berichte (...)
  • 26  Voir supra, chap. 7, à propos de la controverse entre Brandenburg et Lamprecht et de la manière do (...)

13Un besoin d’orientation s’était fait jour, auquel l’historiographie devait trouver des réponses, si elle voulait un tant soit peu affirmer sa position de discipline dominante25 dans l’interprétation du monde moderne. Le voyage d’intellectuels allemands au congrès mondial de Saint-Louis contribua aussi à démontrer le besoin d’interprétation dans un monde soumis à une transformation rapide26.

  • 27 W. Bruchmüller, « Eine neue Weltgeschichte », in Nord, und Süd, 23-1899, vol. 89, p. 277-285, ici p (...)
  • 28 A. Tille, « Vorwort zur zweiten Auflage », in H. F. Helmolt (ed.), Weltgeschichte, vol. 1, Leipzig, (...)

14Walter Bruchmüller voyait dans sa recension des neuf volumes de l’histoire universelle paraissant à partir de 1899 sous la direction de Hans Helmolt l’annonce d’une nouvelle époque, et il jugeait l’œuvre avant tout sous l’angle d’une innovation urgente : « Il n’y a encore aucune histoire universelle. Et cette nouvelle histoire universelle n’est pas une nouvelle, mais la première histoire universelle. »27 Grâce aux traductions anglaise (1901) et russe (1902), l’efficience de cette nouvelle approche ne resta pas non plus réduite à l’espace germanophone28.

  • 29 H. Helbig, article « Helmolt, Hans Ferdinand », in Neue Deutsche Biographie, t. 8, Berlin, 1969, p. (...)
  • 30 H. F. Helmolt, Weltgeschichte, ibid., p. V.
  • 31 H. F. Helmolt, « Gegenstand und Ziel einer Weltgeschichte », in ibid., p. 3.
  • 32 Ibid., p. 5.
  • 33 Ibid.

15Hans Ferdinand Helmolt, né à Dresde en 1865, avait dès ses études de philologie, d’histoire et de géographie (1884-1892) qui le menèrent d’abord à Leipzig puis à Bonn puis de nouveau à Leipzig, noué un contact étroit avec l’historien de la culture Karl Lamprecht et le fondateur de l’anthropogéographie Friedrich Ratzel. À partir de 1894 et jusqu’à 1919, il fut éditeur des Vierteljahrshefte für Weltgeschichte [Cahiers trimestriels d’histoire universelle]29, et cette fonction le prépara à la grande entreprise d’une histoire universelle en plusieurs volumes qu’il organisa pour le compte de l’empire éditorial Meyer. La construction de l’ouvrage était le fruit d’une combinaison d’intérêt de l’éditeur pour les encyclopédies et d’un rapprochement de l’histoire et de la géographie. Dès l’introduction, Helmolt reconnaissait avoir choisi comme point de départ les développements anthropogéographiques de Ratzel dans l’introduction à sa Völkerkunde [ethnologie] car cela lui paraissait l’unique possibilité de répondre aux larges exigences d’intégration de tous les peuples et territoires de la terre « en s’écartant consciemment de toutes les œuvres antérieures de ce type », il fallait que naisse désormais une « histoire de toute l’humanité terrestre », pour laquelle seul « le regroupement d’après des principes ethno-géographiques » entrait en ligne de compte30. Tout eurocentrisme devait être évité de la sorte : « Très répandue est l’erreur consistant à prendre la partie du monde que l’on embrasse dans son propre horizon intellectuel comme le monde dans son ensemble. Pour le vieux Caton l’Empire romain était l’accomplissement de toute l’histoire, et le Chinois appelle son Empire l’empire du Milieu. Le chroniqueur allemand du xviie siècle ne rapportait rien à propos des Turcs, et même au xviie siècle il n’y a guère d’Européen de l’ouest cultivé qui reconnaîtrait la Russie comme un membre égal en droits », c’est pourquoi les anciennes histoires universelles se rapporteraient « à une véritable histoire universelle comme la description de la vie d’un homme à l’histoire de son époque »31. Il serait exclu de mettre entre parenthèses quelque peuple que ce soit dans cette histoire de l’humanité, car il n’y a pas de peuples sans histoire ni de peuples qui soient restés sans influence sur d’autres, et même en ce qui concerne l’Afrique longtemps décrite comme pauvre en influence on n’a jusqu’à présent jamais prouvé un tel isolement. Le programme de cette histoire universelle œcuménique se réclamait contre Hegel de la tradition des Lumières propre au xviiie siècle : « ... un Alexandre de Humboldt était rebuté par l’idée selon laquelle certaines races humaines seraient moins aptes à se développer que d’autres. »32 Helmolt était pleinement conscient que cela représentait une rupture avec les conceptions dominantes : « L’homme de culture européenne se plaît à parler des nègres comme de bâtards de l’humanité. » Et il avouait que les dissymétries de pouvoir actuelles étaient de nature à favoriser une telle hybris : « Il est de fait enivrant que, actuellement, presque toute la terre est dominée par le plus petit continent et que, sur ce continent, le plus petit royaume insulaire a à son tour le pouvoir le plus étendu. » De même la supériorité des Germains, des Français et des Prussiens comme des Slaves aurait déjà été évoquée par certains auteurs comme le suprême sommet du développement culturel. Mais il faudrait mettre en garde contre le fait de fonder une histoire universelle sur l’erreur « de présenter l’instant comme durable, le particulier comme universel »33.

  • 34 Ibid., p. 6.

16Pour l’image opposée d’une histoire visant à l’harmonie et à l’égalisation, on ne trouverait jusqu’à présent guère d’évidences empiriques et si « toute opposition s’interrompait, tout devrait décliner. Pour l’instant la réalité se moque de l’essai de rendre universellement les peuples heureux, de l’essai d’une égalité universelle » comme la prônaient des internationalistes engagés qui, toutefois, ne pouvaient se mettre d’accord sur le fait se savoir si le russe ou l’anglais devaient devenir la nouvelle langue commune34.

  • 35 Ibid., p. 6 sq.
  • 36 Ibid., p. 7.
  • 37  Ibid. Helmolt n’hésitait pas non plus à présenter toute philosophie de l’histoire comme produit de (...)

17Donc ni une histoire universelle centrée sur l’Occident, ni le « retour à l’unité originelle » ne pourraient vraiment donner le point de départ à une représentation adéquate à des époques de globalité croissante, mais seule l’attention à la diversité des mélanges, des influences et des interactions entre les cultures, attention qui devrait reposer sur une reproduction aussi globale que possible du « devenir de tous les peuples »35. La tradition éclairée des frères Humboldt, d’où Helmolt déduit une telle perspective, devrait désormais être déplacée de leur justification enthousiaste de l’interculturalité à un fondement scientifique. Car l’histoire, en raison de la contingence des événements, est une science empirique qui ne peut pas être confondue avec la philosophie : « Ce n’est pas l’affaire de l’historien que de donner une philosophie de l’histoire, car la philosophie, argumentant de façon rationnelle n’a rien à voir, comme Thomas Hobbes l’a bien reconnu, avec l’histoire fondée sur l’expérience. »36 Par conséquent, le chemin de l’histoire universelle ne passe pas par le développement d’un cadre spéculatif et conceptuel contraignant, mais par la collection du savoir connu et par sa présentation autant que possible exempte de préjugés37.

  • 38 Ibid., p. 14.

18Outre la philosophie de l’histoire, Helmolt a également rejeté les emprunts au mécanisme des sciences naturelles et aux théories populaires des orbes culturels telles que son maître Lamprecht les représentait aussi38.

  • 39 Ibid., p. 17.

19Helmolt réglait ses comptes avec la tendance de l’historisme au sens le plus large à dépasser la disposition purement chronologique des récits historiques pour produire inévitablement des mythes des origines, mais il voulait aussi en finir avec la division en Antiquité, Moyen Âge et Temps modernes qui ne pouvait articuler rien d’autre qu’un segment du monde. La solution proposée par la morphologie culturelle avec l’idée d’étapes que devaient nécessairement parcourir les cultures ou les peuples singuliers, il la rejetait comme un simple schématisme qui ne recouvrait aucune expérience empirique39.

20Ainsi tout ce que la science historique avait produit en guise de solutions jusqu’à la fin du xixe siècle était dans les faits plus ou moins sévèrement rejeté.

21De façon conséquente, Helmolt ne s’en prit pas seulement à l’historiographie traditionnelle dans les passages introductifs, mais il poussa la provocation à l’extrême dans la division de l’ensemble de l’œuvre. La décision de faire commencer la présentation avec l’histoire ancienne de l’Amérique opérait manifestement la rupture avec la téléologie hégélienne de l’histoire d’une expansion de la culture européenne sur le monde.

  • 40 H. F. Helmolt (éd.), « Vorwort », in Id., Weltgeschichte, t. 1, Leipzig, 1899, p. V.
  • 41 Ibid., p. VI.

22Helmolt avec Ratzel et en se réclamant des découvertes paléontologiques plus anciennes que les traditions de l’ancienne Egypte voyait l’espace américano-pacifique comme point de départ d’une évolution qui se développait lentement vers l’ouest : « De la sorte, nous donnons au vieux principe « Ex oriente lux » un nouveau contenu. »40 Il n’était nullement question de formuler de la sorte une nouvelle téléologie inversée, car en introduction « l’éditeur a essayé de rejeter l’application d’un critère de valeur à tout le développement culturel comme arbitraire et la définition d’une tendance comme peu scientifique ». Helmolt ne pouvait qu’en déduire la chose suivante : « N’ayons pas de théorie peu fiable sur les origines de l’humanité, mais la pratique est notre guide. »41 Ce point de départ inhabituel avait précisément été choisi pour détourner de toute idée d’une loi de l’histoire universelle : « Si nous commençons avec l’Amérique et arrêtons avec l’Europe, nous ne voulons pas dire qu’en Amérique il faut chercher l’origine profonde de toute l’évolution historique et que, à partir de là, il faut la suivre vers l’ouest (qu’on appelait jusque-là l’Orient). » Aucune hypothèse sur la plus ancienne culture ni aucune prophétie sur l’avènement d’une puissance mondiale n’étaient déterminants pour ce choix, mais seulement des points de vue pratiques.

  • 42 Ch. Bright, M. Geyer, « Globalgeschichte und die Einheit der Welt im 20. Jahrhundert », in Comparat (...)
  • 43 K. Uhlirz, « Rezension zu Helmolts Weltgeschichte », t. 6 et 9, in Historische Zeitschrist, 106-191 (...)

23Le procédé de présentation choisi rappelle sur bien des points les propositions actuelles d’histoire globale42, qui prennent également pour point de départ les effets de globalisation effectifs, dans les termes de Helmolt la pratique, au lieu de déduire l’ordre des choses d’une hypothèse universelle. Il y a un siècle, cette attitude était encore une entorse aux principes connus de l’historiographie car l’ordonnance de la matière historique était empruntée à une autre science comme l’observait Karl Uhlirz dans son compte rendu de la Historische Zeitschrift [Revue historique] de 191143.

  • 44 C. Marx, « Die « Geschichtslosigkeit Afrikas » und die Geschichte der deutschen Afrikaforschung im (...)

24L’histoire universelle de Helmolt n’était précisément pas représentative pour la corporation académique des historiens et ne voulait l’être que dans d’étroites limites. Elle était moins le fruit d’un développement interne à la discipline qu’une réponse, déterminée aussi par les intérêts commerciaux d’un éditeur clairvoyant, au besoin d’orientation de la société allemande qui, d’une nouvelle manière, entrait en relation avec un mouvement de globalisation. La découverte de la relation planétaire apparaissait dans cette perspective comme plus importante que les idées normatives de l’historisme. Dans la tradition des Lumières tardives, la grande attention prêtée aux phénomènes interculturels entre le monde européen et extra-européen a été reçue et mise en relation avec les nouvelles tendances de la géographie. On trouve certes dans la conceptualité qui oppose les civilisations aux peuples semi-cultivés ou aux peuples naturels les échos d’une foi dans le progrès revitalisée par le darwinisme et une anthropologie de l’arrogance raciale, mais la voie vers son dépassement a été largement ouverte sous forme de prémisses théoriques. Helmolt a réussi à esquisser une histoire de l’humanité véritablement englobante et à en finir avec le fantôme des peuples prétendument sans histoire44. Cette histoire universelle élargie sur ses marges a appréhendé les eskimos et les peuples d’Indonésie, de Sibérie, d’Australie et d’Océanie, d’Afrique, et les anciennes cultures d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud, ainsi que les héros habituels des narrations anciennes. Sans l’articulation dépourvue de préjugés de l’ethnologie et de l’histoire, cet énorme élargissement de la perspective ne se serait jamais produit. L’idée de la contingence des processus de l’histoire universelle et de l’impossibilité finale de prévoir à partir de considérations historiques a miné la querelle sur les lois de la science historique que le marxisme et le positivisme avaient déclenchée et qui, en Allemagne, avait fait l’objet d’un débat particulièrement vif avec la polémique autour de Karl Lamprecht.

  • 45 H. F. Helmolt, « Gegenstand und Ziel einer Weltgeschichte », in Id. (éd.), Weltgeschichte, t. 1, Le (...)

25Il est vrai que la réalisation du programme de Helmolt présentait encore de nombreuses difficultés et l’organisateur de toute l’entreprise prévoyait clairement la principale. L’histoire universelle ne devait précisément pas, à ses yeux, être une accumulation de monographies sur les espaces ethniques particuliers, bien que ce résultat allât de soi dans un groupe d’auteurs aux a priori différents et avec un fondement non normatif mais seulement géographique de l’œuvre, dont le plan ne fournissait guère aux auteurs des sections particulières de schéma. Pour Helmolt, il était clair que l’ancienne histoire des idées n’offrait rien de valable pour appréhender les cohérences, car les concepts particuliers comme le combat confessionnel pour le xvie siècle ou l’élan vers l’unité politique au xixe siècle n’avaient pas de valeur fédératrice45.

26Ainsi seules les interactions entre les peuples pouvaient fonder une cohérence mais les acquis scientifiques pour accéder à celle-ci étaient plus que lacunaires. Pour cette raison, Helmolt renvoyait à une unité fondée sur le plan géographique qui résulterait des flux de la circulation maritime. L’avantage de la disposition choisie venait avant tout de la possibilité d’apprécier « la signification historique des océans qui séparent et rassemblent les peuples ».

  • 46  Voir aussi H. Böhme, « « Der Dämon des Zwiesvegs ». Kurt Breysigs Kampf um die Uni-versalhistorie  (...)
  • 47 K. Breysig, « Formen der Weltgeschichtsschreibung », in Die Zukunft, 7-1903, vol. 45, p. 399-409.

27Ce principe, qui pour le premier volume mettait encore en avant les influences réciproques, passa au second plan dans les volumes suivants où il était bien davantage question de l’évolution interne des ethnies et où donc les éléments de séparation étaient mis en avant. L’historien universaliste Kurt Breysig46 remarquait cette faiblesse qui avait des causes conceptuelles mais était aussi bien due à des niveaux scientifiques hétérogènes, et il soulignait que les grandes réalisations culturelles dans l’histoire du monde pouvaient plus souvent être attribuées à des peuples immigrés qu’à des peuples autochtones, de telle sorte que l’exposé devait être organisé autour de la multiplicité des influences au lieu de déduire d’un point de vue purement géographique que l’histoire d’un peuple est l’effet du sol sur l’homme et ainsi le traiter à bon droit de façon séparée47.

  • 48  Outre Bergenthum c’est surtout R. Chickering, « Karl Lamprechts Konzeption einer Weltgeschichte », (...)
  • 49  Pour le détail voir sur ce point M. Middell, Das Leipziger Institut für Kultur– und Universalgesch (...)
  • 50  Sur la « découverte » par Lamprecht, au cours du voyage en Amérique de 1904/1905 de ce que l’histo (...)

28Dans l’ensemble, l’histoire universelle de Helmolt reste une géniale tentative d’utiliser le besoin d’histoire englobante de l’humanité pour un programme innovant, une tentative qui ne voulait pas seulement rendre justice aux « limites de l’histoire universelle » mais d’une certaine manière restait elle-même en marge de l’histoire universelle et jusqu’à aujourd’hui n’a guère été reconnue comme étape annonciatrice de perspectives actuelles48. On renoncera ici à mettre en relation la version de Helmolt avec les autres histoires universelles récemment parues49. Elle n’était nullement un exemple isolé, mais elle s’intégrait, avec l’idée de devoir attribuer un rôle, nouveau au monde non européen, avec l’orientation sur l’histoire des relations, des influences et des impulsions réciproques dans un mouvement plus large50.

  • 51  F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, 2 vol., Paris, 19 (...)
  • 52  F. Braudel, Civilisation matérielle, Economie et Capitalisme, 3 vol., Paris, 1979.

29Cette conjoncture s’est d’abord de nouveau affaiblie avec la Première Guerre mondiale ; les armes avaient succédé à la lutte des idées. Marc Bloch reprit le sujet en 1927 dans son grand article sur l’historiographie comparée et développa les thèses d’Henri Pirenne qui, avant la guerre de 1914, avait été en contact étroit avec la conjoncture allemande. Bloch plaidait pour que, en dehors d’une comparaison contrastive de sociétés éloignées les unes des autres dans le temps ou l’espace, l’histoire des relations entre des sociétés voisines devienne l’objet de considérations systématiques. A partir de là un pont peut être établi avec les travaux impulsés en France par la Méditerranée de Braudel51, des travaux qui après 1945 déterminèrent une nouvelle conjoncture de l’historiographie. Des liens économiques et les traces de longues influences culturelles constituèrent la base de la notion d’économies-mondes52.

  • 53 W. McNeill, The Rise of the West, Chicago, 1963. Voir, sur ce point, le bilan dressé par l’auteur u (...)

30Mais l’imbrication du monde passa à l’arrière-plan. Le principal axe d’explication fut l’essor de l’« Occident », dans la mesure où les États-Unis dominaient sans nul doute mais cherchaient à s’assurer de leurs racines transatlantiques53. Dans la concurrence entre un camp oriental sous domination soviétique et un camp occidental sous domination américaine, le premier légitimait son projet par le modèle d’une succession de formations sociales (couronné par son monde, le monde socialiste exempt de répression) et l’autre camp fonda sa supériorité sur l’idée de stades de modernisation (s’achevant dans un état d’économie de marché généralisée aux effets prometteurs). La ressemblance des figures théoriques était dissimulée par des argumentations politiques diamétralement opposées.

31Dans les faits, les deux côtés étaient réunis par la tentative d’expliquer l’essor du capitalisme. Dans un cas il s’agissait de le dominer (ce qui faisait de lui un inévitable présupposé), dans l’autre il s’agissait de sa stabilisation définitive. Les grands et féconds débats de cette période tournaient donc de façon conséquente autour des acteurs, des moments et des chemins pour affirmer différentes manifestations historiques du capitalisme.

  • 54  Le problème qui se dissimule ici est déjà clairement désigné par F. H. Tenbruck, « Was war der Kul (...)

32La comparaison contrastive apparut à bien des historiens comme le procédé adapté. La multiplication de travaux empiriques s’émancipait ainsi du danger de l’isolement inhérent à des résultats disparates, et le rattachement aux sciences sociales promettait en même temps une dignité supérieure54.

  • 55  Un cas particulier est celui des historiens soviétiques qui ne purent ignorer le fait que leur pay (...)
  • 56 I. Wallerstein, The Modem World System, 3 vol., San Diego, 1974-1989.

33Dans les conditions de production des historiens peu de choses avaient changé, la grande majorité d’entre eux regardaient encore vers la périphérie55 du point de vue des métropoles. Immanuel Wallerstein résuma cette perspective dans un ambitieux essai de présenter en un tableau critique l’essor d’un système mondial sous domination occidentale56.

  • 57 A. Eckert, « Historiker, « nation building » und die Rehabilitierung der afrikanischen Vergangenhei (...)

34Ce n’est que la vague massive de décolonisation des années 1950 et surtout des années 1960 qui changea considérablement la situation. L’autonomie asiatique et africaine cherchèrent une représentation historique adéquate d’abord en édifiant des historiographies nationales dans les pays qui venaient d’être libérés et dans le cadre des area studies de l’Occident57, mais bientôt aussi dans des remises en cause plus fondamentales de l’eurocentrisme. Ces perspectives postcoloniales rencontrèrent nombre de transformations de la pensée historique occidentale, inspirées par des bouleversements dont les événements de 1968 furent le symbole. L’histoire des marginalisés d’antan et la compréhension de la fonction de domination remplie par les images de l’histoire entraînèrent le développement de nouveaux domaines comme l’histoire des femmes, l’histoire des minorités ethniques ou religieuses et l’histoire, critique vis-à-vis de l’impérialisme, des relations coloniales. En même temps s’affirmèrent des doutes concernant la scientificité des « métarécits ». La fragmentation apparut comme la stratégie subversive adaptée pour rompre la domination grâce à l’histoire. Les années 1970 et 1980 furent tout autre chose qu’une bonne conjoncture pour l’histoire universelle, qui, à cette époque, était soupçonnée de cimenter culturellement la prédominance de l’Occident.

  • 58  Les deux ouvrages les plus lus sur la question à l’ouest furent les fantaisies de Francis Fukuyama (...)

35La situation devait se modifier dans la seconde moitié des années 1980. C’est alors qu’intervint le mot clé de mondialisation et qu’il inspira nombre de recherches sur les imbrications transnationales et transcontinentales. Le bouleversement de 1989-1991 inspira un large débat sur le nouvel ordre du monde après la fin de la bipolarité de la Guerre froide58 et donna en même temps à l’européanisation une nouvelle perspective à laquelle les historiens essayèrent maintenant de contribuer en légitimant la logique de l’unification européenne ou en accentuant la multiculturalité d’un continent qu’on ne saurait identifier à de l’« occidentalisme ».

  • 59 C. Bright, M. Geyer, « Globalgeschichte und die Einheit der Welt im 20. Jahrhundert », in Comparati (...)
  • 60 B. Mazlish, R. Buultjens (éds), Conceptualizing Global History, Boulder/Golorado, 1993.
  • 61 M. Geyer, M. Middell, « Weltgeschichte vor den Herausforderungen der Globalisie-240 rung », in Beit (...)

36Dans ces conditions se manifesta l’appel d’une nouvelle histoire mondiale qui ne songeait plus à anticiper sur la mise en place d’une société mondiale par occidentalisation des esprits, mais devait suivre la voie effective, contradictoire de la mondialisation59. Venant des États-Unis, l’histoire globale60 s’affirma comme la caractérisation d’un nouveau style d’histoire universelle qui se distinguerait de l’ancienne histoire universelle — d’un côté en tenant compte des effets globalisants, par exemple des problèmes d’environnement, d’un autre côté en reconnaissant l’imbrication de toutes les histoires. Dans la dialectique que produit l’histoire globale, il y a d’un côté l’intégration de toutes les régions du monde dans une économie mondiale fondée sur le marché, et par voie de conséquence une concurrence s’exprimant par des moyens politico-militaires comme économiques et culturels. C’est seulement là où réussit à se former une position culturelle propre sur la mondialisation qu’un rôle constitutif peut s’imposer61.

  • 62  Pour un aperçu sur le débat théorique : Ph. Pomper, R. H. Elphick, R. T. Vann (éds), World History (...)
  • 63  Pour une comparaison des civilisations élargie à l’histoire des relations, voir le plaidoyer de J. (...)
  • 64  C’est un leitmotiv de l’histoire mondiale de J. Bentley, H. Ziegler, Traditions and Encounters. A (...)
  • 65  C’est ainsi que, dans les dernières années, les récits de voyages, les descriptions de rencontres (...)
  • 66  A preuve l’œuvre monumentale de Manuel Castells sur « l’âge de l’information », qui, ce n’est pas (...)

37Cette fois-ci et par comparaison avec le premier essor donné il y a un siècle, les tentatives de rénovations de l’histoire globale par rapport aux versions plus anciennes de l’histoire universelle téléologique se révèlent plus stables, l’innovation n’est plus, comme vers 1900, fondée seulement sur des suppositions théoriques, mais elle est nourrie par un flux de plus en plus large d’enquêtes empiriques62. Dans ces recherches, ce n’est plus la comparaison contrastive63 qui domine, mais l’examen des rencontres culturelles64, des processus d’échange économique, du rôle des médiateurs65 et une attention de principe à l’imbrication globale au caractère de réseau d’un monde en voie de globalisation66.

38Naturellement, il s’agit seulement d’une tendance dans une vague en perpétuel mouvement de nouvelles et d’anciennes perspectives sur l’histoire universelle qu’on remarque non seulement sur le marché des publications mais qui, venant des États-Unis, pénètre aussi l’enseignement universitaire. Je souligne ici l’importance de ce mode d’accès de plus en plus établi à l’histoire globale moderne et ses racines vieilles de plus d’un siècle dans une rupture marquée avant la guerre de 1914, car les parallèles avec une autre forme d’innovation sont frappants.

  • 67  Voir, à ce sujet des comptes rendus de recherche plus anciens comme K. Middlell, M. Middell, « For (...)
  • 68  M. Espagne, M. Middell (éds), Von der Elbe bis an die Seine. Kulturtransfer zwischen Sachsen und F (...)
  • 69  M. Espagne, Bordeaux baltique. La présence culturelle allemande à Bordeaux aux xviiieet xixesiècle (...)
  • 70  K. Middell, Hugenotten in Leipzig, Leipzig, 1998 ; K. Middell, « Brody, Leipzig, Lyon : les relati (...)

39La recherche sur les transferts culturels, dont l’histoire n’a pas à être présentée ici en détail67, n’avait tout d’abord aucun lien avec le débat autour de l’histoire universelle. Elle apparut dans un milieu d’historiens de la culture fortement lié aux disciplines philologiques et s’est péniblement ouvert une voie dans les débats méthodologiques fondamentaux des historiens pendant une décennie. D’abord orientée vers un assouplissement des comparaisons entre deux nations, elle s’est bientôt tournée vers des relations spatiales asymétriques (par exemple entre une région et un État national)68 et des relations triangulaires (par exemple entre la France, la Russie et l’espace germanophone). Dans le projet d’étudier des « régions européennes » pensées davantage comme des réseaux que comme des espaces homogènes autour d’un centre, s’exprimait le désir de rendre plus flexibles encore les relations spatiales. Les négociants bordelais avaient davantage en commun avec les négociants hambourgeois et de façon générale avec les références culturelles allemandes qu’avec l’arrière-pays de la métropole atlantique69. On pourrait observer la même chose pour les huguenots de Leipzig et leurs relations en direction de Lyon à l’ouest et de Brody à l’est70. D’un style de recherche observant les relations culturelles entre des espaces préexistants, les enquêtes passèrent à l’analyse de la construction d’espaces socialement pertinents grâce aux transferts culturels.

  • 71  Un projet de recherche de l’Université de Graz de même que le Zentrum für die Geschichte Ostmittel (...)
  • 72  Une typologie peut-être constituée à partir de la collection déjà existante d’esquisses biographiq (...)
  • 73  Voir le projet déjà ancien de bibliothèque franco-allemande des traductions, concentré sur les déc (...)

40La concentration sur un petit nombre de territoires que la recherche sur les transferts culturels n’a dominée que ces dernières années grâce à l’extension à l’Europe centrale et orientale ainsi qu’aux territoires extraeuropéens71 a présenté un indéniable mérite : la précision méthodologique était due essentiellement à la densité des enquêtes empiriques. C’est ainsi que se développa une typologie différenciée des intermédiaires qui n’étaient pas tous liés par l’admiration d’une culture étrangère mais, médiateurs paradoxaux, importaient des éléments étrangers précisément dans leur refus. A côté d’eux intervenaient des médiateurs poussés par le calcul économique et finalement le type du médiateur professionnel72. La reconstruction des réseaux de ces différents médiateurs a fourni le point de départ d’une histoire sociale des transferts culturels et d’une histoire des médiations qui nous met partiellement aussi en situation de moduler l’intensité des procédures d’échange et les points forts de la réception73.

  • 74  Pour une présentation des deux orientations, de leurs rapports et de leurs accentuations respectiv (...)

41Passée de France en Allemagne, la recherche sur les transferts culturels rencontra encore au début des années 1990 une forte résistance de la part des historiens comparatistes74. Grâce au cultural turn, elle est entre-temps devenue un procédé reconnu même au sein de la science historique. A l’exception de quelques tentatives dans d’autres domaines, il semble toutefois qu’elle soit provisoirement limitée à l’espace germanophone et francophone. Un débat avec les notions de métissage, d’hybridité tels qu’ils sont développés dans les théories historiques postmodernes et postcoloniales manque encore, comme d’un autre côté les recherches de cultural encounters qui ont animé le débat récent sur l’histoire universelle d’Amérique du Nord ne se référent pas explicitement au concept de transfert culturel.

  • 75 G. Hopkins (éd.), Globalization in World History, Londres, 2002.

42Pourtant toutes ces orientations pourraient profiter les unes des autres car elles ont développé des points forts spécifiques et adoptent une perspective sinon identique du moins comparable. Alors que, dans l’histoire universelle, l’introduction de cultures parfois très éloignées impressionne et établit le lien avec les processus actuels d’une globalisation diverse et pas seulement économique75, on observe dans le modèle culturel de l’hybridité et du métissage un meilleur développement des fondements théoriques et une diversité d’enquêtes particulières qui se rapportent souvent à des dimensions particulières du social, littéraires ou liées à la culture quotidienne. La provocation appelant à prendre en compte le « regard étranger » a sans nul doute dépassé les limites de la science occidentale grâce à l’extension de la scientific Community, et elle s’exprime de façon très diverse dans les théories historiques postmodernes inspirées moins par les sciences sociales que par l’anthropologie. La recherche sur les transferts culturels se confronte en revanche intensément au « nationalisme méthodologique » qui pénètre toujours les sciences humaines modernes, et elle a préparé une série de catégories analytiques qui ouvrent de nouveaux champs de recherche empirique et décrivent aussi bien la construction de l’espace dans l’échange que les transformations des constellations de réception comme processus historiques concrets.

43La communication entre les deux courants semble cependant jusqu’à présent bloquée et une reconnaissance réciproque manque encore.

44Cela a sans doute à voir avec l’insuffisance communication transnationale des historiographies dont la mise en réseau au-delà des frontières s’est certes accrue mais reste freinée par des barrières linguistiques. Un second empêchement réside dans la réserve avec laquelle les confrontations avec l’ancienne histoire nationale sont intégrées dans les perspectives de l’histoire globale et inversement.

45Des essais de synthèse historique mondiale et de comparaisons transnationales de civilisations se manifestent encore comme autant de travaux particuliers mais ambitieux, entrepris sur les marges de l’historiographie européenne, tandis que l’histoire mondiale ou globale en Amérique du Nord a pénétré le noyau de la discipline, mais le fait souvent aux frais de l’intérêt pour l’histoire européenne.

46Un troisième empêchement réside finalement dans la tension entre l’élargissement culturel de l’historiographie au niveau intellectuel et un reflet tout à fait insuffisant de ce processus dans la constitution institutionnelle de la discipline qui, face aux sciences littéraires, à l’anthropologie et aux area studies orientées vers le postcolonialisme, s’ouvre certes de façon méthodologique, mais reste attachée à des frontières institutionnelles qui rendent également la communication difficile.

47Les trois courants historiographiques sont certes, ici, considérés dans leur convergence, mais jusqu’à présent ils n’ont guère eu de place assurée dans le paysage scientifique européen pour leur institutionnalisation au sein de l’historiographie. Il en résulte une dynamique qui autorise facilement à identifier de nouveaux domaines pour des recherches concrètes, mais en même temps manque l’incitation à une communication permanente (institutionnalisée) et à la constitution d’un arsenal stratégique de méthodes, de concepts, et de types de narration.

Haut de page

Notes

1 Sur ce point, voir M. Middell, M. Gibas, F. Hadler, « Sinnstiftung und Systemlegitimation durch historisches Erzählen. Überlegungen zu Funktionsmechanismen von Repräsentationen des Vergangenen », in Comparativ, 10-2000-2, p. 7-35.

2  Voir, à ce sujet, en rapport avec la situation allemande : M. Middell, « Territorialisierung und Geschichtsschreibung : Welchen Raum erfassen die master narratives der Zukunft ? », in K. H. Jarausch, M. Sabrow (éds), Die historische Mastererzählung. Deutungslinien der deutschen National geschichk nach 1945, Göttingen, 2002, p. 214-252.

3  Y. Benot, La Révolution française et la fin des colonies, Paris, 1989 ; Y. Bénot, M. Dorigny (éds), 1802. Rétablissement de l’esclavage aux origines de Haïti, Paris, 2003 – cf. les contributions au cahier 2003-2 des Annales.

4 M. Kossok, Im Schatten der Heiligen Allianz. Deutschland und Lateinamerika, 1815-1830, Berlin, 1964.

5  Naturellement à côté de bien d’autres qu’on ne saurait énumérer ici car les nuances dans leur argumentation sur le problème de la structuration téléologique et universaliste de l’histoire sont limitées. Marx a une position éminente seulement parce qu’après le projet hégélien complexe de philosophie de l’histoire, il a synthétisé de la façon la plus large les résultats de disciplines diverses et a posé des critères scientifiques exigeants visant à dépasser une position longtemps considérée comme difficilement dépassable. On ne pouvait plus désormais se contenter de soumettre dans un petit essai des propositions concurrentes. Avec son étonnante force de travail, Marx n’a pas seulement remis l’hégélianisme sur ses pieds, mais il a également contribué à sa stabilisation dans une série de disciplines scientifiques sans pour autant que leurs représentants partagent ses déductions politiques.

6  Les arguments pour et contre l’Eurocentrisme ont été récemment résumés par Sebastian Conrad, Shalini Randeria, « Einleitung », in Id. (éds), Jenseits des Eurozentrismus. Postkoloniale Perspektiven in den Geschichts– und Kulturwissenschaften, Frankfort-sur-le-Main / New York, 2002, p. 9-49.

7 J. H. Bentley, « From National History toward World History », in M. Middell (éd.), Vom Brasilienwertrag zur Globalgeschichte, Leipzig, 2002, p. 169-182.

8 H. Bergenthum, « Weltgeschichten im Wilhelminischen Deutsehland :Innovative Ansätze in der populären Geschichtsschreibung », in Comparate, 12-2002-3, p. 16-56.

9 Pim den Boer, History as a Profession. The Study of History in France, 1818-1914, Princeton, 1998.

10 G. Lingenbach, Klio macht Karriere. Die Institutionalisierung der Geschichtswissenschaft in Frankreich und den États-Unis in der zweiten Hälfte des 19. Jahrhunderts, Höningen, 2003.

11 M. Schalenberg, « Oxford und die deutsche Wissenschaft : Eine Wahlfremdheit des 19. Jahrhunderts », in Id. (éd.), Kulturtransfert im 19. Jahrhundert, Berlin, 1998, p. 109-122.

12 Voir les contributions de Bianca Valota, Jan Havranek, Tibor Frank, Markus Krszoska et Frank Hadler, in M. Middell, G. Lingelbach, F. Hadler (éds), Historische Institute in internationalen Vergleicha, Leipzig, 2001.

13  Introduction, ibid., p. 9-38.

14  Cette question a fait l’objet d’un colloque organisé en juin 2003 à Trêves par A. Gestrich, G. Lingelbach et L. Taphael et dont la publication est en cours.

15 G. G. Iggers, « The « Methodenstreit » in international Perspective. The Reorientation of Historical Studies at the Turn from the Nineteenth to the Twentieth Century », in Storia della Storiografia, 6-1984, p. 21-32 ; L. Raphael, « Historiker kontroversen im Spannungsfeld zwischenBerufshabitus, Fäherkonkurrenz und sozialen Deutungsmustern :Lamprecht-Streit und französischer Methodenstreit der Jahrhundertwende in vergleichender Perspektive », in Historische Zeitschrift, 251-1990, p. 325-363.

16  Ch.-O. Garboneil, « La réception de l’historiographie allemande en France (1866-1885) : le mythe du modèle importé », et C. Charle, « L’élite universitaire française et le système universitaire allemand », in M. Espagne, M. Werner (éds.), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (xviie-xixe siècle), Paris, 1988, p. 327-344 et 345-358 ; M. Espagne, Le paradigme de l’étranger. Les chaires de littérature étrangère au xixe siècle, Paris, 1993.

17  C. Charle, La république des intellectuels, Paris, 1994.

18  Aguirre Rojas, Los Annales y la historiografia francesa, Mexico, 1996, propose une perspective sur l’historiographie internationale telle qu’une hégémonie allemande a été relayée par une hégémonie française, celle-ci étant elle-même relayée dans les années 1980 par un système multipolaire.

19 R. Chickering, Imperial Germany and a World without War. The Peace Movement and German Society, 1892-1914, Princeton, 1975.

20 Vgl. H. Gollwitzer, Geschichte des Weltpolitischen Denkens, Bd. 2 : « Zeitalter des Imperialismus und der Weltkriege », Göttingen, 1982 ;M. Fröhlich, Imperialismus. Deutsche Kolonial– und Weltpolitik, 1880-1914, Munich, 21997, et J. Osterhammcl, Imperialismus, Munich, 1995. Évocation des conséquences pour l’histoire universelle allemande dans : A. Pigulla, China in der deutschen Weltgeschichtsschreibung vom 18. bis zum 20. Jahrhundert, Wiesbaden, 1996.

21 J. Osterhammel, « Raumerfassung und Universalgeschichte im 20. Jahrhundert », in G. Hübinger, J. Osterhammel, E. Pelzer (éds), Universalgeschichte und Nationalgeschichten. Ernst Schulin zum 65. Geburtstag, Freiburg, 1994, p. 51-721.

22 H. F. Helmolt, « Gegenstand und Ziel einer Weltgeschichte », in Id. (éd.), Weltgeschichte, t. 1,Leipzig, 1899, p. 4.

23 Ibid., p. 3 sq.

24 Ibid., p. 4.

25 G. Hübinger, « Geschichte als leitende Orientierungswissenschaft im 19. Jahrhundert », in Berichte zur Wussenschaftsgeschichte, 11-1988), p. 149-158 — à propos de la nécessité vers 1900 de renforcer l’histoire mondiale contre l’histoire nationale, voir aussi I. Geiss, « Welt und Weltgeschichte 1991. Ein universalhistorischer Besinnungsaufsatz », in G. Diesener (éd.), Karl Lanuprecht weiterdenken, p. 421-443.

26  Voir supra, chap. 7, à propos de la controverse entre Brandenburg et Lamprecht et de la manière dont la science historique put répondre aux exigences.

27 W. Bruchmüller, « Eine neue Weltgeschichte », in Nord, und Süd, 23-1899, vol. 89, p. 277-285, ici p. 278.

28 A. Tille, « Vorwort zur zweiten Auflage », in H. F. Helmolt (ed.), Weltgeschichte, vol. 1, Leipzig, 21913, p. V.

29 H. Helbig, article « Helmolt, Hans Ferdinand », in Neue Deutsche Biographie, t. 8, Berlin, 1969, p. 502-503.

30 H. F. Helmolt, Weltgeschichte, ibid., p. V.

31 H. F. Helmolt, « Gegenstand und Ziel einer Weltgeschichte », in ibid., p. 3.

32 Ibid., p. 5.

33 Ibid.

34 Ibid., p. 6.

35 Ibid., p. 6 sq.

36 Ibid., p. 7.

37  Ibid. Helmolt n’hésitait pas non plus à présenter toute philosophie de l’histoire comme produit des conditions de production et d’une intention idéologique : « Chaque philosophie de l’histoire est le produit du passé, d’habitude du passé récent ; c’est pourquoi la dernière en date atteint quelque chose de différent de la précédente bien qu’elles se manifestent toutes avec l’ambition d’être des dogmes. » Elles ne sont précisément pas aptes à fournir la vérité absolue qu’elles promettent ni l’explication du monde dans son ensemble, « car chacune apporte pour répondre à ces questions sa conception propre. La philosophie de l’histoire trouble et gêne avec son subjectivisme la conception objective, la pure science du devenir des choses » (p. 8).

38 Ibid., p. 14.

39 Ibid., p. 17.

40 H. F. Helmolt (éd.), « Vorwort », in Id., Weltgeschichte, t. 1, Leipzig, 1899, p. V.

41 Ibid., p. VI.

42 Ch. Bright, M. Geyer, « Globalgeschichte und die Einheit der Welt im 20. Jahrhundert », in Comparativ, 4-1994-5, p. 13-45.

43 K. Uhlirz, « Rezension zu Helmolts Weltgeschichte », t. 6 et 9, in Historische Zeitschrist, 106-1911, p. 610-617.

44 C. Marx, « Die « Geschichtslosigkeit Afrikas » und die Geschichte der deutschen Afrikaforschung im späten 19. Jahrhundert », in W. Küttler, J. Rüsen, E. Schulin (éds), Geschichtsdiskurs, 236 t. 3 : Die Epoche der Historisierung, Francfort-sur-le-Main, 1997, p. 272-281.

45 H. F. Helmolt, « Gegenstand und Ziel einer Weltgeschichte », in Id. (éd.), Weltgeschichte, t. 1, Leipzig, 1899, p. 20.

46  Voir aussi H. Böhme, « « Der Dämon des Zwiesvegs ». Kurt Breysigs Kampf um die Uni-versalhistorie », in K. Breysig, Die Geschichte der Menschheit, Neuausgabe der 2. Aufl. von 1955, Berlin / New York, 2001, p. V-XLI.

47 K. Breysig, « Formen der Weltgeschichtsschreibung », in Die Zukunft, 7-1903, vol. 45, p. 399-409.

48  Outre Bergenthum c’est surtout R. Chickering, « Karl Lamprechts Konzeption einer Weltgeschichte », in Archiv für Kulturgeschichte, 73-1991, p. 437-452, qui a renvoyé à Helmolt, à vrai dire sans ajouter de nouvelles perspectives sur l’historiographie globale.

49  Pour le détail voir sur ce point M. Middell, Das Leipziger Institut für Kultur– und Universalgeschichte. Institutionalisierungsprozesse und methodelogische Problemlagen in der deutschen Geschichtswissenschaft, 1890-1 990, Habil.-schrift, Leipzig, 2002, chap. 19, 23 et 28.

50  Sur la « découverte » par Lamprecht, au cours du voyage en Amérique de 1904/1905 de ce que l’histoire du capitalisme nord-américain ne pouvait être conçue comme l’extension d’un modèle européen et que le croisement de diverses voies de développement historique devait bien plutôt être constituée en principe de modélisation d’une histoire transnationale, voir K. Lamprecht, Moderne Geschichtswissenschaft. Fünf Vorlesungen, Freiburg, 1905, und M. Middell, « Méthodes de l’historiographie culturelle : Karl Lamprecht », in Revue germanique internationale, n° 10, 1998 : Histoire culturelle, p. 93-116.

51  F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, 2 vol., Paris, 1949.

52  F. Braudel, Civilisation matérielle, Economie et Capitalisme, 3 vol., Paris, 1979.

53 W. McNeill, The Rise of the West, Chicago, 1963. Voir, sur ce point, le bilan dressé par l’auteur un quart de siècle plus tard : Id., « The Rise of the West after 25 years », in Journal of 238 World History, 1-1990, p. 1-21.

54  Le problème qui se dissimule ici est déjà clairement désigné par F. H. Tenbruck, « Was war der Kulturvergleich, ehe es den Kulturvergleich gab ? », in J. Matthes (éd.), Zwischen den Kulturen (= Soziale Welt, Sonderband 8), Göttingen, 1992, p. 13-35.

55  Un cas particulier est celui des historiens soviétiques qui ne purent ignorer le fait que leur pays revendiquait d’être une superpuissance politico-militaire et dans certains domaines économique mais que l’histoire de la Russie et plus encore de ses colonies intérieures en Sibérie et en Asie centrale était marquée du point de vue du capitalisme par un fort caractère périphérique. Il en résulta un durcissement dogmatique qui chercha de façon en partie aventureuse à se débarrasser du problème. Mais il y eut aussi des innovations comme la réflexion sur le mode de production asiatique.

56 I. Wallerstein, The Modem World System, 3 vol., San Diego, 1974-1989.

57 A. Eckert, « Historiker, « nation building » und die Rehabilitierung der afrikanischen Vergangenheit. Aspekte der Geschichtsschreibung in Afrika nach 1945 », in W. Küttler, J. Rüsen, E. Schulin (éds), Geschichtsdiskurs,, V : Globale Konflikte, Erinnerungsarbeit und Neuorientierungen seit 1945, Francfort-sur-le-Main, 1999, p. 162-190. Id., « Dekolonisierung der Geschichte ? Die Institutuonalisierung der Geschichtswissenschaft in Afrika nach dem Zweiten Weltkrieg », in Middell, Lingelbach, Hadler, ibid., p. 451-476.

58  Les deux ouvrages les plus lus sur la question à l’ouest furent les fantaisies de Francis Fukuyama sur la fin de l’histoire et les sombres pronostics de Huntington sur le choc des civilisations, tandis que l’analyse de l’occidentalisme proposée par Eduard Said suscitait davantage d’attention en dehors des centres occidentaux de pouvoir.

59 C. Bright, M. Geyer, « Globalgeschichte und die Einheit der Welt im 20. Jahrhundert », in Comparativ, 4-1994-5, p. 13-45.

60 B. Mazlish, R. Buultjens (éds), Conceptualizing Global History, Boulder/Golorado, 1993.

61 M. Geyer, M. Middell, « Weltgeschichte vor den Herausforderungen der Globalisie-240 rung », in Beiträge zur Historischen Sozialkunde, Vienne, 1998, p. 21-34.

62  Pour un aperçu sur le débat théorique : Ph. Pomper, R. H. Elphick, R. T. Vann (éds), World History. Ideologies, Structures and Identifies, Oxford, 1998 ;J. Osterhammel, « « Höherer Wahmnsinn ». Universalhistorische Denkstile im 20. Jahrhundert », in H. W. Blanke, F. Jager, Th. Sandkühler (éds), Dimensionen der Historik. Geschichtstheorie, Wissenschqflsgeschichte und Geschichtskultur heute. Jörn Rüsen zum 60. Geburtstag, Köln, 1998, p. 277-286.

63  Pour une comparaison des civilisations élargie à l’histoire des relations, voir le plaidoyer de J. Osterhammel, « Sozialgeschichte im Zivilisationsvergleich. Zur künftigen Möglichkeit komparativer Geschichtswissenschaft », in Geschichte und Gesellschaf, 22-1996-2, p. 143-164 ; Id., « Transkulturell vergleichende Geschichtswissenschaft », in H.-G. Haupt, J. Kocka (éds), Geschichte und Vergleich, Francfort-sur-le-Main, 1996, p. 271-314.

64  C’est un leitmotiv de l’histoire mondiale de J. Bentley, H. Ziegler, Traditions and Encounters. A global Perspective on the Past, Boston, 2000.

65  C’est ainsi que, dans les dernières années, les récits de voyages, les descriptions de rencontres entres différentes cultures ou civilisations, l’action d’experts venus d’ailleurs dans des contextes qui leur sont étrangers, les multiples formes d’hybridation en littérature, dans le théâtre et les arts sont étudiés en détail avec des méthodes de plus en plus précises mais que l’on a aussi engagé de vastes enquêtes sur le rôle des océans comme médiateurs entre les continents qui les bordent.

66  A preuve l’œuvre monumentale de Manuel Castells sur « l’âge de l’information », qui, ce n’est pas un hasard, commence par un volume sur « la société en réseau » : M. Castells, Der Aufstieg der Netzwerkgesellschaft, Opladen, 2001 (original américain, 1996, 2e éd. complétée, 1999).

67  Voir, à ce sujet des comptes rendus de recherche plus anciens comme K. Middlell, M. Middell, « Forschungen zum Kulturtransfer. Frankreich und Deutschland », in Grenzgänge Beiträge zu einer modernen Romanistik, H. 2, 1994, p. 107-122, enfin M. Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, 1999.

68  M. Espagne, M. Middell (éds), Von der Elbe bis an die Seine. Kulturtransfer zwischen Sachsen und Frankreich im 18. und 19. Jahrhundert, Leipzig, 1993, 21999 ; K. Middell, M. Middell, « La Saxe et la France :pour une histoire régionale interculturelle », in Revue germanique internationale, n° 4, 1995, p. 201-214 ; M. Espagne, Le creuset allemand. Histoire interculturelle de la Saxe, xviiie-xlxe siècles, Paris, 2000. Avec une même orientation mais sans référence explicite à la notion : E. Hexelschneider, Kulturelle Begegnungen zwischen Sachsen und Rußland, 1790-1849, Cologne/Weimar/Vienne, 2000.

69  M. Espagne, Bordeaux baltique. La présence culturelle allemande à Bordeaux aux xviiie et xixe siècles, Paris, 1990.

70  K. Middell, Hugenotten in Leipzig, Leipzig, 1998 ; K. Middell, « Brody, Leipzig, Lyon : les relations commerciales européennes et leurs acteurs (1780-1820) », in D. Bourel, G. Motzkin (éds), Les voyages de l’intelligence, Paris, 2002, p. 29-58.

71  Un projet de recherche de l’Université de Graz de même que le Zentrum für die Geschichte Ostmitteleuropas de Leipzig ont dans plusieurs publications utilisé la notion pour étudier les interactions culturelles. A Vienne, en 2001, Wolfgang Schmale a organisé une importante rencontre internationale sur les transferts culturels dans la Monarchie danubienne aux xvie et xviie siècles. Voir aussi P. Ther, « Deutsche als transnationale Geschichte. Überlegungen zu einer Histoire croisée Deutschlands und Ostmitteleuropas », in Comparativ, 13-2003-2. Nous avons déjà signalé les travaux de Gabriele Lingelhach concernant la France et les Etats-Unis.

72  Une typologie peut-être constituée à partir de la collection déjà existante d’esquisses biographiques. Voir M. Espagne, W. Greiling (éds), Frankreichfreunde. Mittler des französisch-deutschen Kulturtransfers (1750-1850), Leipzig, 1996.

73  Voir le projet déjà ancien de bibliothèque franco-allemande des traductions, concentré sur les décennies autour de la Révolution. H.-J. Lüsebrink, R. Reichardt (éds), Kulturstransfert im Epochenumbruch Frankreich-Deutschland, 1770-1815, 2 vol., Leipzig, 1997.

74  Pour une présentation des deux orientations, de leurs rapports et de leurs accentuations respectives : J. Paulmann, « Internationaler Vergleich und interkultureller Transfer. Zwei Forschungsansätze zur europäischen Geschichte des 18. bis 20 Jahrhunderts », in Historische Zeitschrift, 267-1998, p. 649-685 ; H. Kaelble, « Der historische Vergleich. Eine Einführung zum 19. und 20. Jahrhundert », Francfort-sur-le-Main, 1999 ;M. Middell, « Kulturtransfer und Historische Komparatist. Thesen zu ihrem Verhältnis », in Comparativ, 10-2000-1, p. 7-41 ;G. Lingelbach, « Eträge und Grenzen zweier Ansätze. Kulturtransfer und Vergleich am Beispiel der französischen und amerikanischen Geschichtswissenschaft während des 19. Jahrhunderts », in C. Conrad (éd.), Die Nation schreiben. Geschichtswissenschaft im internationalen Vergleich Göttingen, 2002, p. 333-359.

75 G. Hopkins (éd.), Globalization in World History, Londres, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthias Middell, « Histoire universelle, histoire globale, transfert culturel », Revue germanique internationale, 21 | 2004, 227-244.

Référence électronique

Matthias Middell, « Histoire universelle, histoire globale, transfert culturel », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2004, mis en ligne le 19 septembre 2011, consulté le 19 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/1015 ; DOI : 10.4000/rgi.1015

Haut de page

Auteur

Matthias Middell

Historien, responsable du Zentum für höbere Studien de Leipzig

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org