Navigation – Plan du site

Texte intégral

1En 2005, on commémorera le 200e anniversaire de la disparition de Friedrich Schiller, mort le 9 mai 1805 à Weimar. Chaque « année Schiller » porta la marque de l’époque et de ses préoccupations : les célébrations de 1859-1929-1955-1959 – pour ne nommer que quelques dates remarquables – offrirent à chaque fois une image différente du grand Weimarien. Qu’en sera-t-il en 2005 ? Nous le saurons bientôt. Gageons simplement que le Schiller du xxie siècle ne sera plus le porte-parole des aspirations libérales et nationales de 1859, ni même le chantre des valeurs humanistes éternelles après la catastrophe du national-socialisme.

2En attendant, et en avant-première en quelque sorte, la Revue germanique internationale présente un ensemble de contributions dues à des universitaires allemands et français, appartenant à des générations différentes de chercheurs. Les auteurs ont choisi librement le domaine qu’ils voulaient étudier, œuvre théâtrale, lyrisme, réflexion esthétique, réception, et restaient libres dans leur approche méthodologique. Il n’en est que plus remarquable de voir se dégager dans cet ensemble des lignes de force aussi nettes.

3Tout d’abord, les nombreux liens que Schiller entretient avec la pensée et la littérature françaises apparaissent une fois de plus. Rien d’étonnant à cela : Schiller, comme tous ses contemporains, connaît parfaitement ce qui se pense et s’écrit en France, et définit souvent ses propres positions idéologiques et esthétiques par rapport à une culture, certes perpétuellement contestée et suspectée, mais omniprésente. C’est dans un dialogue critique avec Jean-Jacques Rousseau (Pierre Hartmann) ou les « philosophes » matérialistes (Roland Krebs) que Schiller pense sa théorie esthétique ou compose ses drames de jeunesse. En retour, son œuvre dramatique a joué un rôle essentiel dans la naissance et le développement du drame romantique français, comme l’expose Bernard Franco. Non pas, comme on aurait pu le croire, par les pièces pouvant se rattacher au Sturm und Drang, mais par les œuvres de sa maturité. Le fait que le classique allemand ait pu servir de modèle à l’école romantique française n’est pas le moindre paradoxe de la réception de Schiller en France, alors que dans l’espace germanique même, Schiller s’inscrivit tout naturellement dans la tradition de la Renaissance et de la création d’un classicisme que l’Autrichien Grillparzer entendit continuer (Anne Wagniart).

  • 1  Thomas Mann, « Ist Schiller noch lebendig ? », in Gesammelte Werke in Einzelbänden, Frankfurt am M (...)
  • 2  Friedrich Dürrenmatt, « Friedrich Schiller », in Theater-Schriften und Reden, Zürich, 1966.

4Peut-être parce qu’il est devenu un classique après le long cheminement reconstitué par Günter Niggl que Schiller est parfois considéré comme vieilli. En 1929 déjà, Thomas Mann eut à répondre à la question qu’il jugea provocante : « Schiller est-il encore vivant ? »1, et en 1959, Friedrich Dürrenmatt fut visiblement tenté de répondre par la négative2. La modernité de Schiller apparaît cependant comme incontestable pour peu qu’on s’écarte des lectures conventionnelles. Elle est fondée pour une large part sur l’adoption de la perspective anthropologique qui imprègne toute l’œuvre. Elle est, bien entendu, au centre de sa production dramatique de jeunesse à laquelle l’auteur des Brigands a appliqué les acquis et les méthodes de la science nouvelle (Gilles Darras), mais elle inspire encore la réflexion esthétique de la maturité (Marion Heinz). Wolfgang Riedel montre même que Schiller se situe de ce fait dans une période de transition vers la modernité philosophique et littéraire dont il esquisse quelques traits caractéristiques.

5L’histoire et la politique ont toujours préoccupé Schiller bien au-delà de sa période « révolutionnaire » qui lui a valu le titre de citoyen français d’honneur. Une partie importante de son œuvre peut ainsi s’interpréter comme une réponse aux questions posées par la Révolution française, questions qui sont loin d’être toutes d’ordre strictement politiques, mais aussi anthropologiques une fois de plus, et aussi morales. Comment expliquer dans ces conditions certains de ces assourdissants silences concernant l’événement inouï qui inaugure l’ère contemporaine ? (Jean Mondot). En tout cas, le message éthico-religieux des ballades analysé par Helmut Koopmann, comme la notion d’éducation esthétique, se réfère à un temps de crise ouvrant sur la modernité (Gilbert Merlio). C’est aussi comme grand auteur politique que Schiller, autant qu’un de ses grands modèles, Shakespeare, mérite d’être nommé notre contemporain. Guillaume Tell analysé par Peter André Bloch se révèle être de ce point de vue d’une brûlante actualité, mais on peut aussi voir avec quelle acuité il analyse les mécanismes de l’exercice du pouvoir dans une monarchie absolue et sans doute au-delà (Gérard Laudin). La dimension politique de l’œuvre apparaît aussi dans l’histoire de sa réception dans l’ex-rda (Raymond Heitz) : qu’elle ait pu servir de caution idéologique au régime avant d’inspirer la dissidence est une preuve supplémentaire que Schiller est bien vivant !

Haut de page

Notes

1  Thomas Mann, « Ist Schiller noch lebendig ? », in Gesammelte Werke in Einzelbänden, Frankfurt am Main, 1982, p. 451-452.

2  Friedrich Dürrenmatt, « Friedrich Schiller », in Theater-Schriften und Reden, Zürich, 1966.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roland Krebs, « Présentation », Revue germanique internationale [En ligne], 22 | 2004, mis en ligne le 31 août 2011, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/1018

Haut de page

Auteur

Roland Krebs

Professeur à la Sorbonne (Paris IV)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page