Navigation – Plan du site
Humboldt et humboldtisme(s) en Russie

Langue et culture en Russie : dans les traces de la philosophie du langage humboldtienne

Donatella Ferrari Bravo
Traduction de Céline Trautmann-Waller
p. 25-33

Résumés

L’intention de l’auteur est d’insister sur certaines des thématiquesprincipales de la tradition linguistique russe en soulignant les analogies surprenantes avec les aspects principaux de la philosophie du langage de W. von Humboldt. De manière générale, l’influence (tant directe qu’indirecte) de W. von Humboldt est à envisager dans le contexte plus large d’une similarité indéniable entre les pensées russes et allemandes. L’aspect principal de cette consonnance théorique est le concept de langue comme entité dépositaire de l’identité nationale. Un survol rapide, depuis Potebnja jusqu’à Florenskij, est centré sur les éléments les plus importants des théories des linguistes russes (i.e. le rapport entre langage et mentalité, entre langage et culture, le concept de forme, le « mot » conçu comme « énergie », la nature antinomique du langage, etc.) avec l’intention de souligner spécifiquement le parallélisme conceptuel le plus important : une même orientation et un même lexique. L’auteur entend démontrer comment la Weltanschauung et la miroponimanie peuvent être reconstruites à travers l’élément linguistique conçu, dans les deux cultures, comme primaire et indispensable.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir G.O. Vinokur, Vnutrennjaja forma jazyka [La forme interne de la langue], Moscou 1925, p. 4.
  • 2 Voir G.G. Špet, Èstetičeskie fragmenty [Fragments esthétiques], Moscou, 1923, p. 143.
  • 3 Ibid., p. 7
  • 4 Voir E. Sapir, Culture et personnalité, trad. Christian Baudelot et Pierre Clinquart, Paris, 1995. (...)

1Selon Humboldt la langue d’un pays est le canal principal pour connaître un peuple et approfondir les aspects qui le caractérisent principalement. Elle en dessine le profil, en décrit les coutumes, les codes de pensée et de comportement, résume en elle-même en somme sa mentalité. La langue, dans ses deux dimensions fondamentales que sont la communication et la création, permet, comme aucune autre réalité, d’accéder aux profondeurs des mécanismes culturels d’un peuple, devenant de cette façon l’élément premier de décodification de son identité culturelle, qui pour les Russes signifie aussi et par dessus tout l’identité nationale. Or, dans la tradition philosophique russe la langue est également retenue comme point de référence incontournable. Être russes, cela signifie, avant toute autre chose, parler russe. En fait dans le concept d’identité russe le concept de langue russe lui-même est implicite, et la langue est le fondement de l’identité nationale. Selon G. Vinokur « […] ce n’est qu’à travers la langue que la culture est possible »1 et une position analogue se rencontre dans les paroles du philosophe G. Špet qui considère la langue comme le point de départ de tout fait culturel : « La langue est l’archétype de tout phénomène socio-culturel […] »2 et « le mot est l’archétype de la culture ; la culture c’est prendre soin du saisir (begreifen) et du comprendre (verstehen), et les mots sont l’incarnation de l’intellect »3. Aussi intéressantes que soient par ailleurs tant la thèse de Vinokur que celle de Špet, elles semblent rappeler avec quelques différences substantielles la thèse du grand linguiste Edward Sapir selon laquelle la langue est un « guide symbolique de la culture »4.

  • 5 O. Mandel’štam, O prirode slova [Sur la nature du mot], in Slovo i kul’tura [Mot et culture], Mosco (...)

2Il faut observer d’autre part que la langue, la langue russe, n’est pas seulement le métalangage de la culture russe, elle n’est pas seulement une valeur théorique. La langue russe a en effet également une autre dimension, concrète et réelle, celle qui l’identifie avec la grande tradition folklorique, ethnologique et littéraire. Celle-ci est une mine inépuisable pour la connaissance du monde culturel russe. Il suffit de penser à la langue de Puškin ou de Gogol, si éloignées l’une de l’autre, mais si proches en ce qui concerne la prégnancelinguistique de leurs poétiques réspectives. La lecture des textes du folklore et de la littérature russesest une expérience captivante et intense où les faits, les conceptions, les images, les symboles qui en constituent la substance, se traduisent en langue. Tout se transforme en langue qui est le patrimoine intellectuel même et dont la valeur est inestimable, une source pérenne de toute connaissance qu’elle soit concrète ou abstraite : « La langue russe, exactement comme la nationalité russe, a été formée par la rencontre d’éléments, de croisements, de greffes, de réflexes étrangers innombrables […] Dans la réalité historique la langue dépasse tout autre fait par la vitalité et la richesse de ses phénomènes […] Une langue hautement organisée, organique comme le russe ne représente pas seulement une porte vers l’histoire, elle est l’histoire elle-même. Etre séparé de la langue signifierait pour la Russie être exclue de l’histoire […] »5.

3Ce n’est peut-être pas un hasard que ces mots aient été écrits par un poète, car ce dernier, mieux que d’autres, perçoit la valeur onthologique de la langue puisque dans la pratique poétique tâtonnante, dans la suggestion sémantique opérée, tout comme dans la responsabilité existentielle du choix verbal, le poète vit la langue comme personne d’autre. Dans sa consience se fondent l’aspect théorético-logique du langage et celui de la vision sonore. La langue prend alors une dimension universelle. Et c’est en ce point qu’elle s’unit avec l’histoire, somme de nos innombrables et parfois déconcertants microcosmes. Tout ceci explique comment de la conception dynamique de la langue (celle qui considère l’εν ργεια comme dominante), la pensée russe passe à une conception plus vaste qui englobe aussi la réalité historique dont la langue est et reste l’élément cardinal. La langue est histoire, finalement, parce qu’elle « se dissout en événement ».

  • 6 Voir Mandel’štam, O pirode slova, op. cit., p. 58.
  • 7 Voir W. von Humboldt Über den Einfluss des verschiedenen Charakter der Sprachen auf Literatur und G (...)
  • 8 Ibid., p. 644 de l’édition allemande ; p. 125 de l’édition française.
  • 9 W. von Humboldt, Über die Verschiedenheit des menschlichen Sprachbaues und ihren Einfluss auf die g (...)

4La réflexion critique sur le rapport entre langue nationale (ou identité linguistique) et identité nationale, un thème riche de problématiques particulièrements intéressantes, tient beaucoup au cœur des Russes, et notamment aux poètes comme Mandel’štam. Selon lui « on ne peut considérer comme critère distinctif de l’unité conventionnelle de la littérature d’un peuple donné que la langue du même peuple, car tous les autres critères sont conventionnels, transitoires et arbitraires. La langue au contraire, même si elle change, ne se maintient jamais dans l’immobilité […] et pourtant […] elle reste une grandeur, elle reste intérieurement une6 ». Tout le monde percevra aisément combien les positions des Russes précédemment cités sont proches de la pensée de Humboldt, surtout en ce qui concerne la conception de la langue comme facteur d’unité et/ou de conscience nationale, comme activité continue et comme énergie, ou en ce qui concerne le lien entre langue et peuple, entre langue et mentalité. On pourrait même dire que ces thématiques linguistico-conceptuelles, malgré les différences existant entre les linguistes russes, ont leur origine directe ou mediatisée, dans la pensée linguistique de Humboldt. Ce dernier estimait que « les diverses langues constituent les organes des modes de penser et de ressentir propres aux nations »7 au sens où « la langue est la nation même, à proprement parler elle est bien la nation8 ». Il considérait comme on le sait que l’esprit, la pensée, la conscience et la sensibilité étaient liées de manière indéniable à la langue et que « … la langue est, si l’on veut, le phénomène extérieur de l’esprit des peuples (…)9 ». Mais ce qui nous intéresse surtout ici, c’est le lien entre langue et idée, dans la mesure où sur ce lien se fonde également une grande partie de la pensée linguistique allemande. Ce rapport y est envisagé à la fois en s’appuyant sur des catégories linguistico-cognitives et sur des catégories comportementales essentielles pour la compréhension de la mentalité.

La langue comme fondement de la réalité culturelle

5Dans l’analyse du rapport entre identité linguistique et identité nationale dans la pensée russe je voudrais mettre l’accent sur l’importance des mots et de leur force sémantique, c’est-à-dire sur les éléments qui, tout en appartenant selon les différents auteurs à une réalité concrète, celle de la « personalité nationale », reconstruisent les processus linguistico-cognitifs qui produisent le choix des mots ou des expressions linguistiques employées. En ce sens, plus qu’une sociolinguistique, c’est une perspective psycho-logiciste qui peut nous aider ici. Un exemple : quand un locuteur russe exprime un état d’âme de tristesse, il choisit le mot spécifique de toska en raison de critères variés, dont certains sont conscients, d’autres inconscients, leur mélange produisant comme résultat un binôme verbal-mental inclus dans ce mot ou dans cette expression ; un des deux termes ou éléments est purement linguistique et se réfère donc au rapport mot-concept, l’autre est de type psychologique et se réfère donc à la psychologie de la langue du locuteur isolé. Quand il s’agit par contre de mots comme par exemple istina, soznanie, sud’ba, svoboda (vérité, conscience, destin, liberté), c’est-à-dire de mots auxquels celui qui parle confère une valeur conceptuelle ou logico-conceptuelle particulièrement prégnante, et qui objectivement ont acquis au cours de l’histoire une stratification sémantique notable, le discours s’élargit parce que les implications culturologiques deviennent essentielles ; avant d’être culturologique, l’implication concerne le niveau conceptuel, au sens de la conception qui est impliquée par le mot. Dans la conscience du locuteur opère effectivement un ensemble stratifié ou un dépôt, comme dirait Potebnja, qui se nourrit d’éléments, de « substances » d’origines diverses : sociale, politique, folklorique, littéraire et ainsi de suite.

  • 10 Voir D. S. Lichačëv, Konceptosfera russkogo jazyka, in Russkaja slovesnost’, Moscou, 1997, p. 280-2 (...)
  • 11 Ibid., p. 282
  • 12 Ibid., p. 287. Le terme de “konzentrat” [concentré] rappelle de manière indubitable le concept anal (...)

6Ce dépôt ou bagage, fondé sur l’expérience intellectuelle et spirituelle est ce à quoi se réfère également le philologue D.S. Lichačev, quand il parle de konceptosfera10 : « L’ensemble des potentialités repérables dans le bagage lexical d’une seule personne, comme dans toute la langue dans sa totalité, nous l’appelons sphère conceptuelle11 » ; ou encore : « le concept de sphère conceptuelle est particulièrement important parce qu’il nous permet de comprendre pourquoi la langue n’est pas seulement un moyen de communication mais ce concentré [c’est nous qui soulignons] de culture, de culture de la nation et de son incarnation dans les diverses strates de la population jusqu’à la personne individuelle ». Lichačev accorde donc à la langue un rôle déterminant dans les processus culturels : « La langue d’une nation est, si l’on veut, l’expression algébrique de toute la culture de la nation12. »

7En somme il ne fait aucun doute que par l’intermédiaire des mots et surtout des mots conceptuels, nous retrouvons sédimentés dans la langue les informations, les impressions, les jugements (et les préjugés), les connaissances et les réflexions soit de l’expérience de l’individu singulier soit de l’élaboration de l’entière collectivité. La langue est tour à tourhistoire, réalité ou culture en vertu de sa potentialité inhérente réalisable et structurante. Dans ce sens nous pouvons affirmer en toute liberté que l’univers lexical (car ici nous n’entendons pas la langue comme structure mais plutôt la langue dans la concrétude des différents mots) n’est rien d’autre, comme le soutenait constamment Humboldt, que le fondement de la réalité culturelle, envisagée à travers ses diverses épiphanies.

  • 13 Voir D. Ferrari Bravo, Slovo. Geometria della parola nel pensiero russo tra ‘800 e ‘900, Pise, 2000 (...)

8Tout ce que nous avons dit montre donc de différentes façons la proximité entre les pensées théoriques russe et allemande. L’influence de Steinthal sur Potebnja n’en est qu’un exemple parmi d’autres13 et l’analogie entre la Russie et l’Allemagne fait partie en réalité d’un vaste horizon d’orientations et de correspondances culturelles que l’on pourrait définir comme appartenant au champ de l’esthétique et du goût. Nombreux sont les facteurs qui contribuent à rapprocher au début du xixe siècle la pensée critique russe de la pensée allemande ; ils sont historiques, littéraires et plus généralement culturels. Les guerres napoléoniennes, le romantisme littéraire allemand sont certainement les canaux à travers lesquels de nouvelles idées critiques ont pénétré en Russie, comme le démontrent les nombreuses lectures et les traductions d’hommes de lettres et de philosophes comme Kant, Schiller, Schlegel et Hegel. Certains des principes théoriques de leur pensée sont alors repris et soumis à une nouvelle élaboration sur le terrain philosophique russe. Comme le montre très nettement l’exemple de Belinskij, ces principes contribuent alors à la formation d’une nouvelle conscience nationale.

Le concept de forme

  • 14 Je me réfère ici en particulier aux travaux de V.V. Kolesov, Filosofija russkogo slova [Philosophie (...)
  • 15 Voir René Wellek, Caratteristiche essenziali della critica letteraria russa, in M. Colucci et R. Pi (...)
  • 16 W. Von Humboldt, Introduction à l’œuvre sur le kavi, op. cit., p. 185.
  • 17 Ibid., p. 186-187.
  • 18 Voir Silvio Avalle D’Arco (éd.), La cultura nella tradizione russa del XIX e XX secolo, Strumenti c (...)

9Si l’on veut ensuite passer d’un type de rapprochement ou de parallélisme assez général à un genre plus technique et plus spécifique, on peut citer des exemples concrets témoignant plus que d’une analogie d’esprit, de véritables analogies de concepts. On ne peut que partir ici de la théorie de la langue de Potebnja pour arriver à la philosophie logico-existentielle de Florenskij et aux nouvelles tendances culturologiques qui, à travers Lotman, aboutissent également aux études actuelles sur la mentalité russe14. Il serait trop long de suivre ici les filiations de la pensée humboldtienne dans les différentes théories ; rappelons donc simplement les différents concepts en jeu. Les concepts-clés de la philosophie du langage russe sont tous ou presque de matrice allemande, ou du moins se retrouvent à part égale dans la philosophie allemande de la période romantique et préromantique, à commencer par Herder. Je pense aux concepts de nationalité, d’organique, d’esprit de la nation, de créativité, d’individualité15. Mais il est intéressant surtout de voir comment sur chacun de ces concepts s’est greffée une philosophie propre. Le concept certainement le plus productif est celui de forme qui a été si important pour Potebnja, comme pour toute la pensée philosophique et linguistique russe jusqu’à nos jours. Ce concept de forme rassemble et absorbe chez Potebnja et chez Humboldt aussi bien les aspects strictement techniques que les aspects plus généralement anthropologiques et culturels (du langage) : « le travail de l’esprit, qui fait du son articulé le médiateur de la pensée, s’exerce selon une fonction continue et uniforme qui, assumée aussi complètement que possible et rendue de façon systématique, constitue la forme de la langue16. » Et plus loin : « Le concept de forme de la langue a une extension qui va bien au-delà des simples règles de la syntaxe du discours et même de la formation lexicale […]. Représenter la forme, c’est reconnaître la démarche originale suivie par la langue et, avec elle, par la nation dont elle relève, pour donner expression à ses pensées17. » C’est ainsi que Humboldt comprend la forme et c’est cette acception du concept de forme qui a déterminé la conception linguistico-culturelle de Potebnja18.

10Toujours pour ce qui concerne le concept de forme, il faut évoquerla définition spécique que donne Potebnja du mot, décrit comme une forme triadique (forme interne, forme externe, signification et/ou représentation). Rappelons ensuite des concepts qui, s’ils sont valides pour une analogie avec Potebnja, s’étendent aussi à d’autres chercheurs : l’opposition objectif/subjectif, la définition de la langue comme εν ργεια (dejatel’nost’), l’interrelation entre pensée et langue (idée et mot), le concept de représentation et d’imagination également en rapport avec la structure sémiotique du mot, le parallelisme entre art et langue (surtout pour tout ce qui concerne l’œuvre de l’imagination) et enfin la conviction que le langage est la condition de la conscience. Tous sont des thèmes fondamentaux de la linguistique humboldtienne.

Une pensée du mot

  • 19 Pour ce qui concerne le rapport pensée-langage il faut renvoyer à Potebnja, Iz lekcij po teorii slo (...)
  • 20 Dans le « formalisme » on peut trouver des références théoriques significatives au domaine de la ph (...)
  • 21 Parmi les exemples possibles, citons celui lié à un concept particulièrement important, celui de no (...)

11À partir de la théorie du mot de Potebnja, elle-même fortement inspirée de Humboldt comme nous l’avons vu, non seulement en ce qui concerne les concepts isolés, mais aussi en ce qui concerne le cadre général (voir surtout Mysl’ i jazyk)19, furent formulées en Russie diverses théories linguistiques, du symbolisme au formalisme20 et jusqu’à Bakhtine et aux sémiologues et aux culturologues d’aujourd’hui. Chacune de ces théories est donc reliée pour ainsi dire au deuxième degré, par l’intermédiaire de Potebnja, au penseur allemand, sans que soit exclue également une filiation directe. Une grande part de la pensée russe est imprégnée, consciemment ou inconsciemment, par la pensée de Humboldt, à tel point qu’il est difficile, en dehors de quelques cas spécifiques21 où la rencontre textuelle est évidente, de reconstruire la source comme source unique.

  • 22 Voir P. A. Florenskij, La natura magica della parola [La nature magique du mot],traduit en annexein (...)

12La théorie du théologien Pavel Florenskij est parmi les plus suggestives et les plus originales. En raison de sa formation technique et scientifique, ainsi que de son orientation spirituelle, ce dernier en vient à construire une théorie de la langue où les consonnances avec la pensée de Humboldt sont vraiment surprenantes. Citons un bref exemple : « À travers le mot je sors de mes confins limités et je me m’unis avec la volonté de tout le peuple […] qui s’est manifestée dans le cours de l’histoire et qui a laissé sa propre empreinte collective dans la formation précisément de ce semème, de ce mot donné […]. Dans le mot j’ai à ma disposition la volonté historique de tout le peuple concentrée en un unique point focal. Le mot est synergique : il est l’énergie22. »

  • 23 Pour d’autres précisions sur le concept de « forme interne », que ce soit en rapport avec Humboldt (...)
  • 24 Voir P.A. Florenskij, La struttura della parola [La structure du mot], traduit en annexe in D. Ferr (...)
  • 25 Voir Florenskij, Antinomija jazyka, op. cit., p. 62.

13Le présupposé théorique de la nature antinomique du langage (où opèrent de manière inévitable les oppositions subjectif/objectif, individuel/collectif, spirituel/matériel), la conception du mot comme vitalité et energie, sa définition à travers une dimension spirituelle, l’individuation de sa double dimension (phonique et sémantique), la « forme interne » comme centralité, sont tous des moments particuliers de la philosophie du langage de Florenskij. Comme c’était déjà le cas pour Potebnja, le concept de forme, et plus spécifiquement celui de forme de la langue, est essentiel pour Florenskij23. La proximité avec Humboldt est donc évidente, du moins en ce qui concerne les deux branches dans lesquelles se sous-divise sa pensée linguistique, la linguistique de la structure et la linguistique du caractère24.Le nom de Humboldt revient d’ailleurs très souvent dans l’œuvre de Florenskij qui cite, explique et paraphrase le linguiste allemand. Ainsi, insiste-t-il, dans un passage de L’antinomie de la langue, sur l’importance du concept de la langue comme εν ργεια qui, élaboré en premier lieu par Humboldt, a été ensuite repris et « étudié par A.A. Potebnja et toute son école25. »

Kartina mira [Image du monde]

  • 26 En ce qui concerne les différences entre les concepts de Weltbild, Weltansicht et Weltanschauung no (...)

14L’ampleur, la profondeur et la richesse des thématiques linguistiques et philologiques humboldtiennes sont telles qu’elles nourissent les divers fils théoriques qui se déploient dans la linguistique russe. Un lien fort et une analogie claire peuvent également être trouvés dans cette ligne de pensée linguistique russe que l’on peut définir à l’aide de l’expression kartina mira y compris dans la variante bakhtinienne de jazykovoe mirovozzrenie [conception linguistique du monde] qui à son tour rappelle de très près le concept de Lichačev konceptosfera dont il a été question plus haut. Cette expression, dont on peut dire qu’elle a fait l’objet, si ce n’est d’une inflation exagérée, alors du moins d’une canonisation dans la pensée russe, est le mot-clé d’une conception linguistique fondée encore une fois sur l’interdépendance entre langue et culture. Nous n’aurons pas de difficulté à y reconnaître facilement le concept humboldtien de Weltbild26.

15La thèse humboldtienne de l’interrelation entre langue et « conception du monde » ou bien entre particularité linguistique et mentalité, trouve son nœud spéculatif et son principe herméneutique dans le concept de forme (que ce soit dans le sens de relationalité ou dans celui de dynamicité). C’estprobablement avant tout cette centralité de la forme dans la conception humboldtienne qui a facilité l’absorbtion de sa pensée par les linguistes russes, la forme étant le point de vue privilégié de la tradition russe. Le concept de kartina mira qu’il nous paraît possible de considérer comme un calque de Weltbild, est le fondement de nombreses études linguistiques, psychologiques et logiques, où la condition du monde est vue à travers le prisme de la langue.

  • 27 La lecture du « vitalisme » bakhtinien sur fond de « dynamicité » ou de « dynamique » ou d’« activi (...)
  • 28 Voir T.V. Bulygina et A.D. Šmelëv, Jazykovaja konceptualizacija mira [La conceptualisation linguist (...)

16De la perspective vitaliste et créative défendue par Florenskij et par Bakhtine27, on est passé ensuite à une conception du mot (puis de tout le lexique) diverse, orientée plus vers le rapport du mot avec les idées, ou mieux du mot avec la culture, si ce n’est sur le mode interne du mot en lui-même. Le lexique conceptuel ou lingua mentalis (A. Wierzbicka) permet, d’après les linguistes russes, de reconstruire les délimitations de la mentalité d’un peuple. Parmi les nombreux et intéressants travaux de N.D. Arutjunova, V.G. Gak, T.V. Bulygina, A.D. Šmelëv, S.E. Nikitina et d’autres nous ne citerons qu’un bref passage où, précisément, conception du monde et specificité nationale se voient récupérées à travers l’élément linguistique : « Nous savons que la langue constitue un reflet clair de la Weltanschaung d’un peuple. […] L’analyse du lexique russe permet de tirer des conclusions précises sur la particularité de la vision russe du monde. »28On perçoit aisément combien on pourrait citer d’innombrables passages de Humboldt qui traduisent une pensée analogue. Certes, le concept de Weltbild relève d’un esprit « romantique » que nous ne retrouvons pas dans celui de kartina mira où, au contraire, se substituent de plus en plus aux concepts de peuple, de nation et de caractère, des concepts de type moins « idéologique » et antropologique et plus techniques, liés d’une manière ou d’une autre aux dimensions logique et comportementale du lexique.

  • 29 Sur le thème de l’identité, je me permets de signaler mon volume Identità russa fra lingua e storia(...)
  • 30 Voir à ce sujet le petit livre de V. Vannucci et F. Predazzi, Piccolo viaggio nell’anima tedesca, M (...)

17La tradition de la pensée linguistique russe représentée par G.G. Špet, G.O. Vinokur, V.V. Vinogradov et d’autres, l’acquisition d’instruments linguistico-sémiotiques élaborés, et les thèses de la logique linguistico-philosophique remontant à Leibniz, s’additionnent et se combinent en Russie en un ensemble complexe où la voix de Humboldt, avec ses concepts principaux, se détache avec beaucoup de netteté. Le dialogue entre individus, théorisé par Bakhtine (le « dialogue interne », variante de la « forme interne »), s’élargit à la culture, devenant dialogue entre cultures, dans ce cas entre la Russie et l’Allemagne, unies, et ce depuis longtemps, par un même esprit et par une même urgence dans la recherche d’une identité propre,29 laquelle peut d’ailleurs être décrite et comprise à l’aide de mots-clé particulièrement significatifs30. L’histoire de l’esprit russe, avec tous ses paradoxes, rappelle, et ceci de manière assez nette, celle de l’esprit allemand. De la philosophie en général, de l’histoire à la philosophie du langage, nombreux sont les croisements entre les deux cultures linguistiquement orientées et « prédisposées » à la précision et à l’abstraction conceptuelle. L’un d’entre eux est certainement le thème de la langue nationale en rapport avec la conscience collective car la langue, la philosophie, le folklore et la poésie ne sont pas seulement pour la Russie et l’Allemagne des domaines d’étude ou des disciplines mais bien plutôt des réalités vécues culturellement, et par dessus tout des réalités impregnées par les expériences subies.

Haut de page

Notes

1 Voir G.O. Vinokur, Vnutrennjaja forma jazyka [La forme interne de la langue], Moscou 1925, p. 4.

2 Voir G.G. Špet, Èstetičeskie fragmenty [Fragments esthétiques], Moscou, 1923, p. 143.

3 Ibid., p. 7

4 Voir E. Sapir, Culture et personnalité, trad. Christian Baudelot et Pierre Clinquart, Paris, 1995. Il faut distinguer ici en ce qui concerne le rapport langue-culture chez Sapir, deux facteurs différents, le facteur formel et le facteur du contenu.

5 O. Mandel’štam, O prirode slova [Sur la nature du mot], in Slovo i kul’tura [Mot et culture], Moscou, 1987, p. 58-60.

6 Voir Mandel’štam, O pirode slova, op. cit., p. 58.

7 Voir W. von Humboldt Über den Einfluss des verschiedenen Charakter der Sprachen auf Literatur und Geistesbildung, in Gesammelte Schriften VII, éd. A. Leitzmann, Berlin 1903-1936, p. 640. En français : De l’influence de la diversité de caractère des langues sur la littérature et la culture de l’esprit, trad. D. Thouard, in W. Von Humboldt, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, présenté, traduit et commenté par D. Thouard, Paris, 2000, p. 120-129, ici p. 121.

8 Ibid., p. 644 de l’édition allemande ; p. 125 de l’édition française.

9 W. von Humboldt, Über die Verschiedenheit des menschlichen Sprachbaues und ihren Einfluss auf die geistige Entwicklung des Menschengeschleckts, éd. D. Di Cesare, Paderborn etc., 1998, p. 171 ; en français : W. von Humboldt, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, trad. par Pierre Caussat, Paris, 1974, p. 143-420, ici p. 179.

10 Voir D. S. Lichačëv, Konceptosfera russkogo jazyka, in Russkaja slovesnost’, Moscou, 1997, p. 280-287.

11 Ibid., p. 282

12 Ibid., p. 287. Le terme de “konzentrat” [concentré] rappelle de manière indubitable le concept analogue exprimé par P. A. Florenskij avec le terme “kondensator”[condensateur] grâce auquel il explique la nature du mot.

13 Voir D. Ferrari Bravo, Slovo. Geometria della parola nel pensiero russo tra ‘800 e ‘900, Pise, 2000, p. 40, note 54.

14 Je me réfère ici en particulier aux travaux de V.V. Kolesov, Filosofija russkogo slova [Philosophie du mot russe], Saint-Pétersbourg, 2002.

15 Voir René Wellek, Caratteristiche essenziali della critica letteraria russa, in M. Colucci et R. Picchio (éds.), Storia della civiltà letteraria russa, Torino, 1997, p. 568-572.

16 W. Von Humboldt, Introduction à l’œuvre sur le kavi, op. cit., p. 185.

17 Ibid., p. 186-187.

18 Voir Silvio Avalle D’Arco (éd.), La cultura nella tradizione russa del XIX e XX secolo, Strumenti critici 42-43/1980, p. 525-539 et 563-584.

19 Pour ce qui concerne le rapport pensée-langage il faut renvoyer à Potebnja, Iz lekcij po teorii slovesnosti [Notes sur la théorie de la littérature], Kharkov, 1894, p. 127 et Iz zapisok po russkoj grammatike [Notes sur la grammaire russe], Kharkov, 1874, p. 68, mais surtout à Mysl’i jazyk [La Pensée et le Langage], Kharkov, 1913, où, dans la partie III précisément, Potebnja illustre la pensée de Humboldt concernant les antinomies du langage, un argument qui sera central aussi et surtout pour Florenskij. Voir Florenskij, Antinomija jazyka [L’antinomie du langage](1918), in : Studia Slavica Hungarica 32/1986, p. 117-165, repris in Sočinenija v četyrech tomach, Moscou, 1994-1999.

20 Dans le « formalisme » on peut trouver des références théoriques significatives au domaine de la philosophie et de l’esthétique allemande, comme par exemple à J.-F. Herbart, E. Husserl, B. Christiansen. Voir Victor Erlich, Russian Formalism. History – Doctrin, La Haye/Paris, 31969.

21 Parmi les exemples possibles, citons celui lié à un concept particulièrement important, celui de non compréhension. “(…) toute compréhension est en même temps une non-compréhension” , écrit Humboldt (Introduction à l’œuvre sur le kavi, op. cit., p. 203). À ce sujet voir chez Poebnia la leçon 8 des Notes sur la théorie de la littérature [Iz zapisok po teorii slovesnosti], Kharkov, 1905, p. 126-134 ; trad. italienne de D. Ferrari-Bravo, in La cultura nella tradizione russa, op. cit., p. 265-275, où à la page 266 Humboldt est directement convoqué, et aussi Mysl’ i jazyk, in : A. A. Potebnja, Slovo i mif, Moscou, 1989, p. 17-200, ici p. 124.

22 Voir P. A. Florenskij, La natura magica della parola [La nature magique du mot],traduit en annexein :D. Ferrari Bravo, Slovo. Geometrie della parola nel pensiero russo tra ‘800 e ‘900, op. cit., p. 165-211, ici p. 188.

23 Pour d’autres précisions sur le concept de « forme interne », que ce soit en rapport avec Humboldt ou avec les différentiations du concept dans le contexte de l’histoire du terme, nous renvoyons à la note d’Elena Treu relative à la traduction du texte de Florenskij, La struttura della parola, in : D. Ferrari Bravo, Slovo. Geometrie della parola, op. cit., note 4, p. 131.

24 Voir P.A. Florenskij, La struttura della parola [La structure du mot], traduit en annexe in D. Ferrari-Bravo, Slovo. Geometrie della parola, op. cit., p. 129-164.

25 Voir Florenskij, Antinomija jazyka, op. cit., p. 62.

26 En ce qui concerne les différences entre les concepts de Weltbild, Weltansicht et Weltanschauung nous renvoyons à l’introduction deD. Di Cesare, in W. Von Humboldt, La diversità delle lingue, Bari, 1991, p. L sq.

27 La lecture du « vitalisme » bakhtinien sur fond de « dynamicité » ou de « dynamique » ou d’« activité » de la langue telle qu’elles furent théorisées par Humboldt pourrait constituer un chapitre en soi. Les traces du philosophe allemand dans la théorie bakhtinienne du mot sont d’ailleurs nombreuses, à commencer par celles aparaissant dans le traitement du problème de la compréhension.

28 Voir T.V. Bulygina et A.D. Šmelëv, Jazykovaja konceptualizacija mira [La conceptualisation linguistique du monde], Moscou, 1997, p. 481.

29 Sur le thème de l’identité, je me permets de signaler mon volume Identità russa fra lingua e storia (Per un lessico intellettuale russo), à paraître prochainement.

30 Voir à ce sujet le petit livre de V. Vannucci et F. Predazzi, Piccolo viaggio nell’anima tedesca, Milan, 2004, consacré à quelques expressions allemandes qui ont une prégnance sémantique particulière pour l’identité allemande.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Donatella Ferrari Bravo, « Langue et culture en Russie : dans les traces de la philosophie du langage humboldtienne », Revue germanique internationale [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 28 avril 2009, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/106

Haut de page

Auteur

Donatella Ferrari Bravo

Professeur de littérature russe à l’Université de Pise

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page