Navigation – Plan du site
L’École de Marbourg et les sciences humaines

Le primat du pratique chez Paul Natorp

Jean-François Goubet
p. 195-205

Résumés

Natorp a affirmé à de nombreuses reprises le primat du pratique. Dans un premier temps, nous considérons les sources de cette conception et la signification qu’elle reçoit primitivement. Dans un second temps, un nouvel élément est pris en compte, à savoir la redéfinition critique de sa propre systématique philosophique par Natorp. Le primat du pratique continue en effet d’être avancé après la Première Guerre mondiale, mais en tant que primat relatif. C’est maintenant une nouvelle direction, dénommée poétique, qui obtient la haute main. Les causes et les conséquences de ce revirement sont examinées. Enfin, quel lien l’idée de primat pratique, qu’il soit absolu ou relatif, entretient-elle avec celle de classifications des sciences ? Nous nous demandons si cette préséance favorise ou non les sciences morales comprises en opposition avec les sciences de la nature.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Der "Primat der praktischen Vernunft" als Vollendung der Kritik zum System, Inaugural-Dissertat (...)

1Dans sa thèse de doctorat soutenue en 1918 devant Paul Natorp, Anita Riess rappelle comment l’école de Marbourg a frayé la voie menant à la philosophie se comprenant comme tournée vers le monde (den Weg zum Weltbegriff der Philosophie), la voie de l’idéalisme éthique. Après que Hermann Cohen eut ouvert le chemin, Ernst Cassirer, dans son essai de 1916 Liberté et forme, a souligné comment le primat pratique fut l’idée dominante de la spéculation kantienne, non seulement en tant que terme final mais aussi en tant que point de départ et origine1. Dans ces conditions, demeure à se poser la question de la position qu’a adoptée la troisième grande figure de l’école de Marbourg vis-à-vis du primat du pratique.

  • 2 Le revirement de Natorp pourrait être daté plus tôt, à partir de ses recherches sur la psychologie (...)

2Natorp a affirmé à de nombreuses reprises le primat du pratique. Il s’agira pour nous, dans un premier temps, de voir les sources de cette conception et la signification qu’elle reçoit primitivement. Dans un second temps, un nouvel élément devra être pris en compte, à savoir la redéfinition critique de sa propre systématique philosophique par Natorp. Le primat du pratique continua d’être avancé après la Première Guerre mondiale2, mais en tant que primat relatif. Les causes et les conséquences de ce revirement demanderont à être examinées. Enfin, quel lien l’idée de primat pratique, qu’il soit absolu ou relatif, entretient-elle avec celle de classifications des sciences ? Il conviendra de déterminer si cette préséance favorise ou non les sciences morales comprises en opposition avec les sciences de la nature.

1. Origine et sens de la suprématie pratique

  • 3 Cf. Dans quelle mesure la philosophie est pratique. Fichte, Hegel, M. Bienenstock et M. Crampe-Casn (...)
  • 4 Cf. Descartes’Erkenntnistheorie. Eine Studie zur Vorgeschichte des Kriticismus, Marbourg, 1882, rep (...)

3Dans la présentation qu’elle fit pour le volume collectif Dans quelle mesure la philosophie est pratique, Myriam Bienenstock a rappelé que, selon Cassirer, on pourrait trouver chez Descartes l’idée d’un primat du pratique3. Ce commentaire ne laisse pas d’être séduisant, quand on se rappelle comment, par exemple, le doute cartésien est avant tout affaire de volonté ou comment la philosophie en son entier est occupée fondamentalement à régler la conduite de la vie. En la matière, il est intéressant de remarquer que l’attribution à Descartes d’un primat du pratique ne se trouve pas dans l’œuvre que Natorp, l’un des maîtres marbour-geois de Cassirer, a consacrée à Descartes. Pour ne parler que de l’établissement du cogito ergo sum ou des raisons du doute, ce qui mobilise l’attention de Natorp dans son Descartes’Erkenntnifitheorie consiste plutôt en le caractère analytique ou synthétique du principe de la philosophie et en la validité intrinsèque ou non de la démonstration mathématique4. C’est donc ailleurs qu’en ces pages, consacrées avant tout, conformément au dessein de l’ouvrage, à la théorie de la connaissance qu’il faut trouver les racines et le sens du primat du pratique chez Natorp.

  • 5 Cf. Platos Ideenlehre. Eine Einführung in den Idealismus, Hambourg, 2 0043, par ex. p. 22.

4Le regard doit se porter du côté de Platon pour y découvrir le point de départ recherché. Les dialogues socratiques ne cessent de mettre l’accent sur la vertu, comme de poser une adéquation entre vertu et connaissance5. Ainsi, on pourrait déjà voir en eux les ferments de ce qui trouvera plus tard son expression comme primat du pratique. Toutefois, des prémices ne font jamais une conception philosophique achevée. Et, par suite, c’est davantage vers les développements plus mûrs que doit se tourner l’attention. Comme on le sait, la République a proposé d’unir logique, éthique et esthétique en donnant la haute main à la direction éthique ; en termes plus platoniciens, le vrai, le bon et le beau ont trouvé leur unité sous l’Idée du bien. Ici, le primat du pratique ne doit donc pas se comprendre uniquement en termes d’importance, d’excellence ou de dignité. Il ne s’agit pas seulement d’affirmer que l’activité humaine en général est ce qui vaut le plus. Car c’est également, et surtout, en termes systématiques que le primat du pratique se décline. C’est parce qu’une Idée centrale est posée, à partir de laquelle se comprennent toutes les autres Idées, qu’il y a unité, cohérence d’un tout sous une loi fondamentale. Si l’on met en relation l’agir humain avec la fonction systématique dévolue à l’Idée, on peut alors, comme le fait Natorp, ramasser en une formule la pointe doctrinale :

  • 6 "Gewiß : es gäbe nicht ein Ziel des menschlichen Strebens, wenn es nicht ein Ziel gäbe", dans « Übe (...)

« Assurément, il n’y aurait pas un but de l’effort humain s’il n’y avait pas un but »6.

  • 7 Cf. Platos Ideenlehre, p. 191-195.

5L’Idée la plus haute ne se contente pas de tenir ensemble agir humain et finalité architectonique. Bien plus, elle possède un sens transcendantal fondamental : elle est d’autant plus importante qu’elle est epekeina, ce qui est élevé au-dessus de l’être et du savoir, et en même temps loi a priori générant l’être et le savoir7.

  • 8 Cf. Principales œuvres pédagogiques, trad. A. Pinloche, Paris, Lille, 1894, p. 33, 9 et 57s.
  • 9 Cf. « Über Philosophie », pp. 168-170.

6Que le pratique représente le but le plus élevé, ce qui permet de lier les diverses sciences, ne signifie pas qu’il faille abandonner l’idée que chaque science trouve en elle-même sa finalité. Ceci appert dès que l’on porte le regard sur un domaine fondé par la totalité de la philosophie, à savoir la pédagogie. Herbart posait comme disciplines rectrices de la pédagogie la psychologie, à même de déterminer les moyens et les obstacles, et l’éthique, capable de fixer le terme de l’éducation. La doctrine herbartienne ne laissait planer aucun doute sur la double fondation de la pédagogie, même si elle affirmait en même temps qu’il n’y a pas d’éducation sans instruction, pas de formation du caractère sans formation de l’entendement, et si elle proposait, parmi les moyens de l’instruction, la culture multiple de l’intérêt8. De son côté, Natorp rejette la préséance de la psychologie, ne discrimine pas aussi simplement entre moyen et but et, en outre, refuse qu’il y ait finalité unique là où autant de directions différentes sont présentes9. Les deux premiers points, pour significatifs qu’ils soient, ne ressortissent pas au présent propos. Seul la troisième affiche sa pertinence : c’est à la logique de fixer le terme de la culture de l’entendement, à l’éthique celui de la volonté et à l’esthétique celui afférent au goût et à l’art. Une finalité propre des deux directions extrêmes, partant une autonomie relative sous l’égide de la direction centrale, est mise en avant.

  • 10 Cf. F. Marty, L’homme, habitant du monde. À l’horizon de la pensée critique de Kant, Paris, 2004, n (...)
  • 11 Cf. Sozialpädagogik. Theorie der Willenserziehung auf der Grundlage der Gemeinschaft, Stuttgart, 18 (...)
  • 12 Sur cet épisode, cf. par ex. F. Medicus, Pestalozzis Leben, Leipzig, 1927, p. 119-120.
  • 13 « [C]e qui n’est pas veritablement un estre, n’est pas non plus veritablement un estre », lettre à (...)

7Le primat du pratique que prône Natorp se réclame également d’une autre origine que Platon. Comme cela était déjà visible dans l’accent mis sur la connaissance, la volonté et le goût, cette préséance se dit, en termes kantiens, primauté de la raison morale. L’architectonique kantienne unissait, elle aussi, sous la notion de fin dernière les fins essentielles de la raison humaine ; les domaines philosophiques épars retrouvaient leur unité en la destination cosmopolite de l’homme10. Le primat pratique, une fois encore, apparaît sous les deux aspects déjà envisagés, une fois comme ce qui intéresse tout homme et l’autre comme clef de voûte de la raison. Toutefois, il faut se garder de ramener Natorp dans les seuls parages de Kant, comme si l’histoire de la pensée s’était arrêtée avec lui. Car c’est bien aussi l’idéalisme de Pestalozzi que Natorp a en tête lorsqu’il esquisse une unité de la philosophie sous l’égide de la doctrine morale11 ou, en termes pédagogiques, une entièreté de la personne gouvernée par la formation du caractère. Pestalozzi avait, il est vrai, été assuré par Fichte de la conformité de ses pensées avec celles de Kant12. Dès lors, l’accord principiel entre les deux penseurs se conçoit aisément. Si Pestalozzi ne fut pas un logicien, un maître dans l’analyse du concept, il n’en demeure pas moins que sa pédagogie a reposé sur un principe fondamental. Glosant une nouvelle fois la formule de Leibniz dans sa correspondance avec Arnauld13, Natorp écrit à cet égard :

  • 14 "[W]o nicht ein Prinzip, da ist im strengsten Sinne auch nicht ein Prinzip erreicht", Pestalozzi. S (...)

« là où on n’a pas atteint un principe, on n’a pas atteint, au sens le plus strict, un principe »14.

  • 15 Cf. « Über Philosophie », p. 163.
  • 16 Sur le parallèle entre unité kantienne de la philosophie et unité dans la formation de l’homme, cf. (...)

8On pourrait s’étonner d’entendre parler à cet endroit de pédagogie. En quoi cette discipline spécifique est-elle révélatrice de ce qu’est la philosophie ? En fait, dans son statut de philosophie appliquée, la pédagogie révèle, comme en une projection, la structure de ce en quoi elle s’origine. En d’autres termes, la figure idéale de l’homme à former manifeste l’unité des diverses directions de la philosophie. Pestalozzi recherchait l’harmonie entre des pouvoirs fondamentaux (Grundkräfte), ceux résumés par la triade que constituent la tête, le cœur et la main. La main ne coïncide, il est vrai, pas tout à fait avec le pouvoir artistique, mais plutôt avec l’habileté technique, elle-même susceptible d’un enseignement élémentaire, d’un ABC. Quoi qu’il en soit, l’importance n’est pas tant, en la matière, dans le détail des pouvoirs élémentaires qu’en leur unité harmonique. L’éthique donne le son fondamental (Grundton) réalisant l’accord15, comme le mentionne le musicien averti qu’était Natorp. La pédagogie néo-humaniste transpose dans son élément l’unité de la philosophie, elle en est l’image figurée. Comme chez Pestalozzi, le principe de la nature humaine permettait de régler la cohésion de la tête, du cœur et de la main, le principe d’unité sous une loi, principe qui ne fait qu’un avec la philosophie en tant que telle, permet qu’il y ait interrelation réglée entre théorie, pratique et art16.

2. Primat pratique ou primat poétique ?

  • 17 Dans sa définition trifocale, non dans sa définition bifocale habituelle.
  • 18 Ce point est rappelé dans la Philosophische Systematik, p. 361.

9L’idée que la philosophie est une demeure dans l’œuvre tardive de Natorp. Cette unité fondamentale de la philosophie la rend semblable à une courbe à plusieurs foyers. En ce sens, la philosophie, qui se veut omnicompréhensive, tient paradoxalement davantage de l’ovale ou de l’ellipse17 que du cercle embrassant tous ses moments. La philosophie, disposant d’un centre et de deux autres points centraux, est proprement trifocale, c’est-à-dire fondamentalement une malgré les diverses expressions qu’elle est capable d’adopter lorsque c’est tel foyer plutôt que tel autre qui occupe l’attention. Le primat du pratique, en son origine kantienne, continue d’être prôné, même si ce n’est plus qu’en un sens relatif. Ce n’est que dans son rapport à la théorie que la pratique affirme une préséance. En effet, le philosophe de Marbourg reste ici fidèle à l’orientation générale de son école : la théorie trouve son achèvement dans la détermination continuée de l’objet, dans la recherche scientifique18. Avec l’être pris seul, on en resterait au statique, au fini, sans espoir d’en sortir jamais. Toutefois, cet être, justement parce qu’il est fini, ne se comprend qu’en rapport à l’infini, à l’Idée. De manière constitutive, le théorique appelle le pratique qui le met en mouvement et l’achève. Le point fixe ne peut devenir point mobile le long d’une ligne que si un point de fuite est posé ; une vue plus haute, intégrant les acquisitions du connaître, est fournie par la perspective de l’action.

  • 19 Cf. Platos Ideenlehre, par ex. p. 306-307.
  • 20 Cf. C. Maigné, introduction à J.-F. Herbart, Les points principaux de la métaphysique, Paris, 2005, (...)
  • 21 Ce reproche se trouve en particulier dans les « Neue Untersuchungen über Herbart », Gesammelte Abha (...)
  • 22 Sur l’image de la spirale, cf. Philosophische Systematik, p. 63-64.

10Le devoir-être n’est pourtant pas premier au sens où le normatif précéderait le descriptif, où l’être serait devoir-être avant de proprement être. C’est plutôt le devoir-être qui, à la manière du non-être platonicien19, primitivement est. Ainsi, la logique enseigne au premier chef les lois du penser, ce que le vrai et le faux sont. Pas plus que les règles mécaniques ne sont une prescription pour l’artisan, les règles logiques ne sont primitivement indication de ce qui doit être. La logique n’est donc pas l’éthique de la pensée qu’un Herbart aurait voulu qu’elle soit20 ; inversement, l’éthique ne saurait, comme chez le même Herbart, être ravalée à la description de ce qui est pour perdre de vue ce qui est à atteindre21. Pour emprunter le vocabulaire de la métaphysique classique, nous pouvons dire que le pratique est la ratio essendi du théorique, et celui-là la ratio cognoscendi de celui-ci. Être et devoir-être, dans cet ordre, pénètrent toutes les directions de la philosophie ; lesdites directions, à leur tour, reprennent en les portant à une expression supérieure celles qui survenaient auparavant. À ce dernier égard, le déploiement des catégories est semblable à une spirale qui donne à ces dernières concrétion et détermination, en resserrant toujours davantage le maillage des relations logiques22.

  • 23 Cette notion, dont l’origine remonte à Cantor, avait déjà été travaillée en son sens mathématique d (...)
  • 24 Cf. Praktische Philosophie, Erlangen, 1925, p. 14-15.

11Avec l’être et le devoir-être, cependant, la philosophie est loin d’être épuisée. Car il faut, en fait, compter également avec ce qui est au-delà de l’infinité ainsi exprimée. Le devoir-être demeure en effet constamment affecté d’opposition, de conflit ; il est lutte incessante pour surmonter ce qui l’empêche d’atteindre à sa destination. Une nouvelle fois, les développements de Natorp prennent de nets accents hégéliens. L’infini pratique est mauvais infini en ce qu’il n’est jamais infini actuel, qu’il est toujours, en dernière analyse, approche finie. À l’approche asymp-totique du point extrême d’une série, il ne faut pas préférer un infini conçu comme espace vide, pure possibilité, mais bien un « transfini », un au-delà du fini et de l’infini23. La convocation du terme mathématique issu de la théorie des ensembles ne laisse pas d’être problématique, ainsi que Natorp veut bien l’admettre lui-même24. Elle est tout de même valide en un sens bien précis : de la même façon que le cardinal de l’ensemble des entiers naturels ne peut absolument pas être mis en bijection avec celui des réels, l’infini de l’approximation n’est pas celui de la pleine présence, de l’effectivité totale. Il existe plusieurs types d’infini, et l’Unendliche ne se confond pas avec l’Uberendliche.

  • 25 Cf. Philosophische Systematik, p. 339-340.

12L ’infinité propre au sens du « transfini » est la plénitude d’être concentrée en un point, l’accomplissement localisé, l’individuation conçue en même temps comme parousie. Ce qui est au-delà du fini et de l’infini se dit proprement comme effectivité, présence ou création. Le poétique se tient plus haut que le pratique justement au sens où la création l’emporte sur le travail, où la figuration (Gestaltung) de l’effectivité nouvelle, ainsi qu’elle se produit dans l’art, est supérieure au savoir-faire, à la maîtrise technique25. Le pratique laisse constamment subsister l’opposition et la lutte, la résistance et la contradiction, là où le poétique est engendrement dans la plénitude, œuvre en tant qu’émanation sans heurt de la source d’être, de l’« il y a » primitif.

  • 26 Sur l’éros, cf. par ex. l’annexe métacritique de 1920 « Logos - Psyche - Eros », Platos Ideenlehre, (...)
  • 27 Cf. « Logos - Psyche - Eros », p. 462-463.
  • 28 Cf. Der Idealismus Pestalozzis. Eine Neuuntersuchung der philosophischen Grundlagen seiner Erziehun (...)

13C est une nouvelle fois sous le signe de Platon que Natorp se place pour faire entendre la reformulation de sa systématique personnelle. L’éros platonicien lui sert à expliciter le mouvement incessant de production culturelle, comme il se rencontre dans l’art notamment mais non exclusivement26. De même, l’epekeina est mise à profit pour signaler 1 ’innovation spéculative des dernières années : 1 ’Idée ultime est auteur, cause de la lumière et de la vie, père du processus de figuration, sans participer de la moindre façon à la lumière et à la vie27. En outre, c’est une nouvelle fois sous le signe de Pestalozzi, rattaché, bien plus qu’au seul Kant, à la culture allemande telle qu’elle s’est développée de Luther à Goethe, que Natorp vient se ranger. L’harmonie des forces de l’âme, leur équilibre, tient au principe de la plénitude vitale de l’intuition, de l’infinité interne, de l’acte (Tathandlung), terme que Pestalozzi utilisait déjà bien avant sa rencontre avec Fichte28.

  • 29 Cf. Praktische Philosophie, p. 51s.
  • 30 Voir la note (S. 8) de H. Knittermeyer à la Philosophische Sytematik, p. 410.
  • 31 Cf. Praktische Philosophie, pp. 81-82, où sont mis en relation chez Cohen le désir d’égalité ou de (...)
  • 32 "[D]ie echteste Freiheit ist nicht da, wo Kant sie gesucht hat, im Wollen und Handeln", Philosophis (...)

14La notion de vie se montre de toute première importance pour entendre convenablement ce que Natorp signifie avec son primat poétique. La singularité possède en elle-même la vie pour autant qu’elle est dynamique, active par elle-même ; l’individu pleinement déterminé n’est pas énumération de relations tombant l’une en dehors de l’autre mais est plutôt leur imbrication, leur interpénétration, leur continuité. Le mérite revient à Leibniz d’avoir compris que la substance n’était pas un fond indifférent à des accidents séparés. Avec ce dernier, la monade s’est montrée comme unité indivisible, activité en laquelle l’agent et l’agi ne font qu’un29. Qui plus est, la vie déborde de la singularité ainsi comprise pour caractériser non pas tant l’individu humain que la communauté unique des hommes. Je sais ce qu’est l’être car je suis moi-même un être, écrivait Leibniz à De Volder30. Dans le cas présent, la vie déborde de la monade pour se dire de la monade des monades, de l’unité intrinsèque rassemblant en sa simplicité leurs entr’expressions. La communauté la plus haute n’est pas à proprement parler action réciproque, interrelation de sujets tour à tour moyen et fin. Certes, la relation morale est de toute première importance, et Cohen a eu raison d’insister sur la notion de communauté comme instance où culmine le pratique comme deuxième des trois phases de la philosophie31. Toutefois, « la liberté la plus véritable n’est pas là où Kant l’a cherchée, dans le vouloir et l’agir »32.

15La liberté en son sens propre réside au contraire dans le troisième terme que forme, après le théorique et le pratique, le poétique. La vie est l’unité du regard théorique considérant le fini statiquement et de la progression graduelle pratique qui lui fait suite.

  • 33 Cf. Praktische Philosophie, p. 92.

16Affirmer un primat pratique serait renoncer à donner un sens à la philosophie. Cela reviendrait en fait à condamner l’homme à l’inquiétude et à la lutte. En outre, cela consisterait à affirmer une scission irrémédiable, une dualité originelle insurmontable. Dans son désir d’unité systématique, alors qu’il en était arrivé à la dernière catégorie de l’individuation sous la perspective pratique, Natorp s’est souvenu de la Doctrine de la Science pour souligner son accord avec la théorie fichtéenne de l’unité absolue du théorique et du pratique. Sans aucun doute ne s’agit-il pas d’un Moi dans lequel tombent ensemble direction centripète théorique et direction centrifuge pratique33. Seulement, il n’en demeure pas moins que c’est dans l’individuation de l’absolu, dans sa ponctualisation, que repose l’Idée qui reprend et achève les deux premières directions. L’idéalisme de Natorp trouve dans le point de vue poétique ce qui lui permet de soustraire l’être à la finitude, et le devoir-être à l’insatisfaction. Le transfini permet de retrouver l’infini à même le fini ou, autrement dit, de faire fond sur l’infini actuel ; l’être n’est plus, dès lors, fixité abstraite, point s’élevant sur une ligne, mais présentation concrète, acte entier. En la personne de Fichte, ici placé sous le signe de l’absolu plutôt que taxé d’idéalisme moral, Natorp mobilise une figure classique lui permettant de revendiquer fortement l’unité des directions théorique et pratique.

3. L’absence de séparation tranchée entre sciences morales et sciences de la nature

  • 34 Cf. Philosophie. Ihr Problem und ihre Probleme. Einführung in den kritischen Idealismus, Göttingen, (...)

17Affirmer qu’il existe un primat, qu’il soit pratique ou poétique, a, ainsi qu’on l’a vu, une incidence systématique. En effet, Natorp n’a pas uniquement en vue l’importance d’un domaine ou, pour reprendre la langue plus tardive, d’une direction mais bien aussi son rôle de fondement philosophique ultime, sa fonction de clef d’un ensemble. Il est intéressant de constater que le passage d’une primauté pratique à une suprématie poétique a été concomitant à une autre transformation d’envergure de la doctrine. Là où la notion de Wechselbezùglichkeit, de relation ou de rapport entre déterminations, se présentait comme indépassable34, elle en vient à trouver, dans les dernières années de la vie du philosophe, une unité plus haute ou, pour le dire en termes sans doute plus métaphysiques, à s’abîmer dans une simplicité originelle.

  • 35 Terme que nous reprenons à l’avant-propos à l’édition de 1921 de l’ouvrage Die logischen Grundlagen (...)
  • 36 Sur le rapport à Hegel, cf. les premières pages de J. Stolzenberg, « Selbsterkenntnis und Systemphi (...)

18Ce que le réseau de catégories tisse, en parcourant le chemin de la spirale ou en se potentialisant pour acquérir une seconde puis une troisième dimension, est identique à l’« il y a » premier, à la facticité indépassable. De la même manière que la logique de Hegel partait de l’être indéterminé pour le déployer entièrement, la systématique de Natorp commence et s’achève avec un fieri, un se donner, pour le déterminer le plus qu’il est possible de le faire grâce au système des fonctions logiques de base (System der logischen Grundfunktionen)35. Assurément, le logique ainsi considéré est primitivement au-delà du sujet et de l’objet, et même du sujet-objet. En outre, puisque le maillage des fonctions de base ne peut jamais être aussi serré qu’il épouse la singularité, la progressivité du travail philosophique n est pas abolie, et il faut encore compter avec la tâche infinie de détermination de l’objet et du sujet36. Ces différences avec Hegel, tout importantes qu’elles soient pour sauver le caractère critique de l’entreprise de Natorp, n’en laissent pas moins subsister une forte parenté en matière de structure systématique.

  • 37 Cf. Philosophie. Ihr Problem und ihre Probleme, p. 25.
  • 38 Idem, p. 21.
  • 39 Cf. l avant-propos à la première édition de l ouvrage Die logischen Grundlagen der exakten Wissensc (...)

19Une formule simple, présente à la fois dans un écrit d’avant-guerre et un ouvrage d’après-guerre, permet de comprendre aisément l’approfondissement opéré. « Im Anfang war die Tat » écrit Natorp en 1911 pour désigner un fait très précis, pour mieux dire un acte très précis, à savoir celui de la connaissance37. Ce sur quoi opère la philosophie est la genèse de la connaissance, la création du savoir, comme l’écrit l’auteur, qui joue sur la langue en écrivant « Wissen-schaffen » là où on aurait attendu « Wissenschaften »38. En s’appuyant sur ce que la science produit, sur ce qu’elle se fait, s’il est permis de s’exprimer ainsi, c’est la totalité de la culture qui devient accessible. La culture se divise en plusieurs Hauptprovinzen, en domaines séparés quoique toujours rapportés les uns aux autres. Ainsi, le domaine du pratique devrait, lui aussi, recevoir sa logique ou, comme Natorp le disait ailleurs en 1910, les sciences sociologico-historiques recevoir leur fondement39. Le point de départ de la philosophie, le fait de la science comme l’exprimait Cohen, conditionne le terme de la philosophie, la recherche de l’unité de domaines interdépendants.

  • 40 Cf. Philosophische Systematik, p. 12.

20« Im Anfang war die Tat » répètent des cours de 1922/23, en rappelant l’importance toujours affirmée du caractère actif du fait premier. Il s’agit d’un factum comme fieri, d’un Sich-tun plutôt que d’un Getanes. Toutefois, le fait premier est à chercher ailleurs que dans ce que Kant a fixé et en même temps fait pâlir sous les traits du fait de la science, du fait de la communauté morale et du fait de l’art. Tout cela était en effet demeuré dans l’élément de la simple coordination, de l’extériorité réciproque, sans parvenir à l’union intime de la vie40. Natorp approfondit les tendances qui se dessinaient dans son œuvre d’avant-guerre, et la nouvelle systématique qu’il exprime, si elle rend définitivement impossible la séparation entre différents types de sciences, divers domaines de connaissances, ne marque cependant pas de rupture avec une orientation initiale.

  • 41 Cf. Philosophie. Ihr Problem und ihre Probleme, p. 16-17.

21Il serait ainsi outré de soutenir que la dernière philosophie de Natorp veut rompre en conscience avec celle de Cohen. Si les différences entre sciences de la nature et sciences morales ne deviennent que des différences de points de vue, de perspectives, de directions, là où il s’agissait plutôt auparavant de différences entre provinces ou entre domaines, c’est que Natorp est allé au bout de sa recherche d’unité philosophique. S’il avait maintenu un primat pratique, son idéalisme aurait été idéalisme de l’idéal ; en continuant d’affirmer « le chemin est tout, le but rien » (der Weg alles, das Ziel nichts)41, il aurait cependant privé le but de son infinité actuelle. Si Natorp, en outre, avait conservé des provinces corrélatives, son idéalisme aurait été idéalisme des Idées, ne voyant pas que les catégories sont toutes des rayons lumineux émanant d’un centre unique. Ce que, sur le tard, Natorp reconnut ne fut rien d’autre que ceci : il n’est d’idéalisme que de l’Idée.

22Le refus de démarquer nettement sciences de la nature et sciences de l’homme n’est pas tant dirigé contre Cohen que contre d’autres contemporains.

  • 42 "Nichts ist falscher, als wenn man, mit Rickert, Gesetzlichkeit überhaupt starr und darum den Berei (...)

« Rien n’est plus faux que lorsqu’on pense, avec Rickert, la légalité en général de manière rigide et, pour cette raison, le domaine de la nature, comme précisément celui de la légalité rigide, en opposition franche avec celui de la culture ou de l’histoire, comme celui de ce qui seul vit ; comme s’il n’y avait que là que se trouvât et que fût à chercher en général l’individuité et la spiritualité libre, mobile, créatrice »42.

23On ne peut opérer de telles distinctions au niveau de la loi, car toute légalité est en même temps détermination individuelle. Natorp s’inscrit en faux contre une séparation gnoséologique qui s’appuierait sur des modalités ou des quantités objectives différentes, celles de la nécessité ou de la contingence, celles de l’universalité ou de la singularité.

  • 43 Pour un aperçu des discussions sur ce couple, comme sur la différence entre sciences de la nature e (...)

24Que les catégories de la relation, l’avant-dernière série des catégories, s’achèvent avec celles de l’individuation n’est pas sans importance en la matière. Car c’est bien dans la confrontation avec la singularité que veut culminer toute la philosophie de Natorp. On ne saurait alors radicalement trancher entre appréhension de la singularité, réservée aux sciences de l’esprit ou de la culture, et saisie de la légalité, propre des sciences de la nature. C’est ce que Natorp signifie très clairement en revisitant le couple explication/compréhension, au centre de bien des discussions depuis Dilthey43.

  • 44 Cf. Philosophische Systematik, pp. 221-222.

25Pour le penseur marbourgeois, il est impossible d’identifier l’explication au mode d’appréhension de la nature et la compréhension au mode de saisie de l’esprit. L’explication et la compréhension combinent différemment les mêmes éléments, et si l’une va de la loi à la singularité, l’autre, qui vise la détermination de la singularité, remonte pour ce faire à la généralité. Kant était d’ailleurs à deux pas de la découvrir avec son jugement réfléchissant, qui concerne également, comme on le sait, la nature. Toutefois, puisque, chez ce dernier, le jugement réfléchissant trouvait sa plus haute expression dans les individuations que constituent la personnalité morale, le génie et le symbole, la compréhension doit bien davantage concerner le pratique que le théorique et, en outre, le poétique que le pratique44. Dès lors, quoique Natorp se refuse à séparer nettement des secteurs d’objectivité ou des modes d’accès subjectifs, il n’en doit pas moins concéder que la philosophie prend d’autres accents selon qu’elle concerne les sciences exactes ou le domaine de la culture. Sa dernière philosophie, en ne faisant plus autant fond sur la science, met ainsi sans doute davantage l’accent sur les formes collectives de création.

Haut de page

Notes

1 Cf. Der "Primat der praktischen Vernunft" als Vollendung der Kritik zum System, Inaugural-Dissertation, Marbourg, p. 4 et 6.

2 Le revirement de Natorp pourrait être daté plus tôt, à partir de ses recherches sur la psychologie et la logique générales de 1912 (cf. H.-G. Gadamer, « Die philosophische Bedeutung Paul Natorps », p. XII-XIII, dans P. Natorp, Philosophische Systematik, Hambourg, 20 002). H.-L. Öllig met davantage en avant le fait que le développement de l’œuvre tardive a eu lieu après la mort de Hermann Cohen, à savoir 1918 (cf. Neukantianismus. Texte der Marburger und der Südwestdeutschen Schule, ihrer Vorläufer und Kritiker, Stuttgart, 1982, p. 11). Sans nous prononcer sur ses causes personnelles, nous prenons acte du revirement qui se manifeste dans l’œuvre tardive, et que l’on constate notamment dans le portrait que Natorp dressa de lui-même (Die deutsche Philosophie der Gegenwart in Selbstdarstellungen, R. Schmidt (dir.), vol. 1, Leipzig, 1921, p. 150-176).

3 Cf. Dans quelle mesure la philosophie est pratique. Fichte, Hegel, M. Bienenstock et M. Crampe-Casnabet (dir.) avec la participation de J.-F. Goubet, Fontenay-aux-Roses, 2000, pp. 9-10.

4 Cf. Descartes’Erkenntnistheorie. Eine Studie zur Vorgeschichte des Kriticismus, Marbourg, 1882, reprise Hildesheim, 1978, p. 29s et 45s.

5 Cf. Platos Ideenlehre. Eine Einführung in den Idealismus, Hambourg, 2 0043, par ex. p. 22.

6 "Gewiß : es gäbe nicht ein Ziel des menschlichen Strebens, wenn es nicht ein Ziel gäbe", dans « Über Philosophie als Grundwissenschaft der Pädagogik », Pädagogik und Philosophie. Drei pädagogische Abhandlungen, édité par W. Fischer et J. Ruhloff, Paderborn, 1964, p. 162.

7 Cf. Platos Ideenlehre, p. 191-195.

8 Cf. Principales œuvres pédagogiques, trad. A. Pinloche, Paris, Lille, 1894, p. 33, 9 et 57s.

9 Cf. « Über Philosophie », pp. 168-170.

10 Cf. F. Marty, L’homme, habitant du monde. À l’horizon de la pensée critique de Kant, Paris, 2004, notamment p. 159-162.

11 Cf. Sozialpädagogik. Theorie der Willenserziehung auf der Grundlage der Gemeinschaft, Stuttgart, 1899, p. 272 (19256, p. 301).

12 Sur cet épisode, cf. par ex. F. Medicus, Pestalozzis Leben, Leipzig, 1927, p. 119-120.

13 « [C]e qui n’est pas veritablement un estre, n’est pas non plus veritablement un estre », lettre à Arnauld du 30 avril 1687, C. J. Gerhardt, Die Philosophischen Schriften von Gottfried Wilhelm Leibniz, vol. II, p. 97 (Hildesheim, New York, 1978).

14 "[W]o nicht ein Prinzip, da ist im strengsten Sinne auch nicht ein Prinzip erreicht", Pestalozzi. Sein Leben und seine Ideen, Leipzig, Berlin, 19193, p. 39.

15 Cf. « Über Philosophie », p. 163.

16 Sur le parallèle entre unité kantienne de la philosophie et unité dans la formation de l’homme, cf. par ex. « Allgemeine Grundlagen der Erziehungslehre Pestalozzis », Gesammelte Abhandlungen zur Sozialpädagogik (Erste Abteilung : Historisches), Stuttgart, 1907, pp. 289-291.

17 Dans sa définition trifocale, non dans sa définition bifocale habituelle.

18 Ce point est rappelé dans la Philosophische Systematik, p. 361.

19 Cf. Platos Ideenlehre, par ex. p. 306-307.

20 Cf. C. Maigné, introduction à J.-F. Herbart, Les points principaux de la métaphysique, Paris, 2005, p. 49 s. Ce type de conception normative de la logique se retrouve également chez un Beneke, par ex. dans son System der Logik als Kunstlehre des Denkens, Berlin, 1842, reprise Hildesheim, Zurich, New York, 2005, vol. 1, p. 9.

21 Ce reproche se trouve en particulier dans les « Neue Untersuchungen über Herbart », Gesammelte Abhandlungen, p. 411 : "Das Sollen ist bei Herbart offenbar herabgezogen in das Sein" (« Le devoir-être est, chez Herbart, manifestement ravalé à l’être »).

22 Sur l’image de la spirale, cf. Philosophische Systematik, p. 63-64.

23 Cette notion, dont l’origine remonte à Cantor, avait déjà été travaillée en son sens mathématique dans Die logischen Grundlagen der exakten Wissenschaften, Leipzig, Berlin, 19212, reprise Vaduz, 2002. Son acception philosophique se trouve développée dans la Philosophische Systematik, p. 219.

24 Cf. Praktische Philosophie, Erlangen, 1925, p. 14-15.

25 Cf. Philosophische Systematik, p. 339-340.

26 Sur l’éros, cf. par ex. l’annexe métacritique de 1920 « Logos - Psyche - Eros », Platos Ideenlehre, p. 472s. Dans son ouvrage Platon in Marburg. Platonrezeption und Philosophiegeschichts-philosophie bei Cohen und Natorp, Wurzbourg, 1994, p. 314n, Karl-Heinz Lembeck rappelle combien l’ancrage platonicien, voire néoplatonicien, de la philosophie tardive de Natorp empêche d’identifier sa Poietik avec la théorie de la création artistique chez Kant. Une telle interprétation ne tarderait pas à tourner court car elle ne rendrait nullement compte du statut de « dernier fondement logique » ("letzter logischer Grund") dévolu au poétique.

27 Cf. « Logos - Psyche - Eros », p. 462-463.

28 Cf. Der Idealismus Pestalozzis. Eine Neuuntersuchung der philosophischen Grundlagen seiner Erziehungslehre, Leipzig, 1919, p. 39-40.

29 Cf. Praktische Philosophie, p. 51s.

30 Voir la note (S. 8) de H. Knittermeyer à la Philosophische Sytematik, p. 410.

31 Cf. Praktische Philosophie, pp. 81-82, où sont mis en relation chez Cohen le désir d’égalité ou de justice, la direction centrifuge du vouloir et l éthique « issue du sommet de la prophétie juive » ("aus dem Höchsten der jüdischen Prophetie gewachsen").

32 "[D]ie echteste Freiheit ist nicht da, wo Kant sie gesucht hat, im Wollen und Handeln", Philosophische Systematik,, p. 340.

33 Cf. Praktische Philosophie, p. 92.

34 Cf. Philosophie. Ihr Problem und ihre Probleme. Einführung in den kritischen Idealismus, Göttingen, 1911, p. 23-24.

35 Terme que nous reprenons à l’avant-propos à l’édition de 1921 de l’ouvrage Die logischen Grundlagen der exakten Wissenschaften, p. VII.

36 Sur le rapport à Hegel, cf. les premières pages de J. Stolzenberg, « Selbsterkenntnis und Systemphilosophie : Hegel und der späte Paul Natorp », Systemphilosophie als Selbsterkenntnis. Hegel und der Neukantianismus, H. F. Fulda et Ch. Krijnen (dir.), Wurzbourg, 2006, p. 95-111.

37 Cf. Philosophie. Ihr Problem und ihre Probleme, p. 25.

38 Idem, p. 21.

39 Cf. l avant-propos à la première édition de l ouvrage Die logischen Grundlagen der exakten Wissenschaften, p. IV.

40 Cf. Philosophische Systematik, p. 12.

41 Cf. Philosophie. Ihr Problem und ihre Probleme, p. 16-17.

42 "Nichts ist falscher, als wenn man, mit Rickert, Gesetzlichkeit überhaupt starr und darum den Bereich der Natur, als den eben der starren Gesetzlichkeit, schroff entgegenstehend denkt dem der Kultur oder der Geschichte, als des allein Lebendigen ; als ob da allein Individuität und freie, bewegliche, schöpferische Geistigkeit zu finden und überhaupt zu suchen sei", Philosophische Systematik, p. 198. Sans doute aurait-il fallu dire, eu égard à Rickert, Gesetzmässigkeit, à savoir caractère nomologique ou nomicité.

43 Pour un aperçu des discussions sur ce couple, comme sur la différence entre sciences de la nature et de la culture de Windelband à Weber via Rickert, cf. W. Feuerhahn, « Max Weber et l’explication compréhensive », Philosophie, 2005/85, pp. 19-41.

44 Cf. Philosophische Systematik, pp. 221-222.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Goubet, « Le primat du pratique chez Paul Natorp », Revue germanique internationale [En ligne], 6 | 2007, mis en ligne le 18 octobre 2010, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/1098

Haut de page

Auteur

Jean-François Goubet

Maître de conférences à l’IUFM du Nord-Pas-de-Calais.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page