Navigation – Plan du site
« Forme interne » : Histoire d’un concept de l’Allemagne à la Russie des années 1920

La « innere Form » : de Potebnja aux formalistes

Jacqueline Fontaine
p. 51-62

Résumés

Potebnja, figure importante et originale de la linguistique russe du xixe siècle, cherche à résoudre le mystère de la transformation de la pensée, activité intérieure et subjective, en mots, entités extérieures composées de sons. Pour cela, il a recours à la notion de « forme intérieure » qui constitue, à l’abri de la forme extérieure, le contenu objectif du mot relevant de l’ordre de la langue, par opposition au contenu subjectif qui, lui, relève de l’ordre du discours. L’idée de « forme intérieure » est indissociable de celle de représentation de la conscience, mais aussi de l’image plastique, ce que met en évidence le rapprochement fondamental que Potebnja fait entre le langage et l’art ; c’est pourquoi « l’image-symbole » apparaît comme la condition d’existence de la poésie conçue comme le premier des arts.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Accessoirement, je justifierai la traduction par intérieure plutôt que par interne de la façon suiv (...)

1Mon intérêt actuel pour la forme intérieure1 chez Potebnja m’est venu, ou plutôt revenu à l’occasion d’une étude sur les formalistes russes. Dans un travail antérieur sur Potebnja, j’avais été intéressée moins par la notion de forme intérieure que par la mise en place de la proposition théorique de Potebnja sur les rapports entre pensée et langage, dans lesquels, il est vrai, la notion de forme intérieure occupe un lieu d’articulation stratégique. Plus tard, amenée par la lecture du formaliste V. Šklovskij à confronter ce qu’il dit lui-même de l’image en poésie avec ce qu’il présente comme étant la conception de Potebnja, j’ai eu envie de faire le clair, autant que possible, sur ce qu’est la forme intérieure dans la réflexion de Potebnja, puis de comprendre ce qu’en avaient retenu les formalistes, eux-mêmes héritiers révoltés des poètes symbolistes.

2Aleksandr Potebnja (1835-1891) est ukrainien, originaire de Kharkov, où il a fait toute sa carrière de professeur à l’Université. Il n’en est pas moins une grande figure de la linguistique russe, membre correspondant, puis actif de l’Académie des Sciences de Saint-Pétersbourg. Il a suivi des études secondaires en polonais et en latin, pratiquant l’allemand chez l’oncle qui l’hébergeait pour aller ensuite étudier le sanscrit à Berlin. Ajoutons que son frère avait été tué du côté des insurgés dans le soulèvement polonais contre la Russie en 1863. Philologue, dialectologue, spécialiste des litté-ratures slaves populaires, surtout petite-russienne (c’est-à-dire ukrainienne) et – ce qui est remarquable chez les linguistes russes de cette époque – passionné de théorie du langage.

3J’énoncerai quelques précautions avant d’aborder mon sujet. D’abord, celle-ci concernant l’écriture même de Potebnja : la langue russe qu’il utilise est rocailleuse, parfois incertaine, et l’expression rapide, si bien que plusieurs lectures sont parfois nécessaires pour que l’on se croie capable d’éclaircir les obscurités du texte.En outre, l’œuvre de Potebnja est constituée par plusieurs volumes de recueil de notes, de facture sténographique, de présentation fragmentaire, tant pour les Notes sur la grammaire russe que pour celles concernant la littérature et la poésie, réunies sous les titres de Extraits des leçons sur la théorie de la littérature et Notes sur la théorie de la littérature, qui viennent compléter un ouvrage plus construit, La Pensée et le Langage [Mysl’ i jazyk], auquel je ferai souvent référence. Celui-ci, qui est, de fait, la transcription d’un enseignement oral, nous est livré sous une forme assez peu élaborée. Précisons également que ce sont des disciples qui ont préparé les textes des volumes de notes pour l’édition.

  • 2 Obraz, d’ailleurs, ne supporterait pas les déterminants équivalant à extérieur et à intérieur.

4Une autre remarque concernera la traduction du terme correspondant au concept qui est objet de l’examen : forma est le substantif qui a été choisi en russe, aux dépens de obraz, lequel traduit d’ordinaire forme, mais a l’inconvénient de signifier aussi image. Obraz2, comporte une référence plastiqueà la différence de podobie, qui est glosable par l’idée d’analogiedans le texte de la Genèse, la qualité d’abstraction de obraz entraînant la signification vers l’idée d’illusion visuelle, de figure. À la différence de forma, obraz rejoint l’idée d’épure, de modèle. Faisons remarquer qu’en Russie, l’image [obraz] est, par excellence, l’image sainte, l’icône, avec, dans cette acception, un pluriel différent. Or ce qui est donné à révérer dans l’image sainte, c’est ce qu’elle représente, ce à qui ou à quoi elle fait référence, quelle que soit sa réalisation plastique, cette réalisation plastique étant toujours supposée.

La forme intérieure chez Potebnja

  • 3 Aleksandr Afanas’evič Potebnja, Mysl’ i jazyk [La Pensée et le Langage], Žurnal Ministerstva narodn (...)

5Qu’en est-il maintenant de la notion de forme intérieure chez Potebnja ? Traçons d’abord le cadre de la pensée dans lequel elle vient prendre place. Dans La Pensée et le Langage, Potebnja déclare d’emblée s’appuyer sur les positions de W. von Humboldt à travers l’exposé qu’en a fait H. Steinthal. D’abord, si le langage n’est pas d’origine divine, il n’est pas non plus une création consciente des hommes : « Le langage est par essence quelque chose de constant, qui disparaît à chaque instant. Ce n’est pas un produit, une chose [ergon], mais une activité [energuéïa], c’est-à-dire un processus de production3. »

  • 4 Ibid.
  • 5 Ibid., p. 29.

6C’est cette définition dynamique du langage qui élève, aux yeux de Potebnja, la théorie de Humboldt au-dessus de toutes les autres. Le langage est pensé comme un effort constant pour faire de sons articulés le truchement d’une pensée. L’activité de langage est inséparable du combat de la vie, tout comme n’importe quelle autre activité humaine. Ceci n’empêche pas qu’une langue particulière se constitue en elle-même au cours du temps en réserve de vocabulaire et en système de règles de fonctionnement grammatical pour devenir une « force autonome »4. Faisons remarquer ici qu’en russe, comme en bien d’autres idiomes, jazyk correspond aussi bien à langage qu’à langue, dans sa définition générale aussi bien que pour désigner un idiome particulier. Nous devons en l’occurrence à Saussure un réseau de termes en français qui a cristallisé, autonomisé des concepts devenus précieux dans le débat linguistique. La langue n’est rien d’autre que l’ensemble [massa] des productions de discours. Humboldt n’explicite pas comment s’établissent les rapports entre pensée et langue, dit Potebnja, qui le juge trop métaphysicien, pas assez psychologue. Comment la pensée, activité intérieure et subjective, peut-elle être connue à travers des mots, c’est-à-dire des entités extérieures, perceptibles par tous, composés de sons ? La langue s’interpose entre l’homme et la nature qui agit sur lui, comme le mot s’interpose entre l’homme et l’objet. « L’homme est entouré du monde des sons afin de percevoir et d’élaborer en lui-même le monde des objets », « dans ces mots », commente Potebnja, « il n’est aucune exagération »5.

  • 6 Ibid.

En conséquence : « Comme le sentiment et l’activité de l’homme dépendent de ses représentations, et que les représentations dépendent de la langue, toutes les sortes de rapports de l’homme avec les objets extérieurs sont conditionnés par la façon dont ils sont représentés dans la langue. Une conséquence est que l’homme, ourdissant son idiome comme une toile avec ses propres ressources [vysnovyvaja iz sebja jazyk], se laisse prendre lui-même, ce faisant, dans ce qu’il a tissé [vpletaet sebja v ego tkan’] ; chaque peuple est cerné par son propre idiome [obveden krugom svoego jazyka] et ne peut sortir du cercle qu’en changeant d’idiome6. »

  • 7 Ibid., p. 28.

7En fait, la pensée ne prend forme que dans le mot, dans les mots ou encore dans le discours. Une nouvelle remarque terminologique s’impose : slovo chez Potebnja équivaut à mot, le plus souvent, mais aussi à discours, à la fois comme produit et comme processus, selon une acception courante au xviiie siècle, qui sera reprise plus tard, au début du xxe siècle : « Tout ce qui peut se trouver dans l’âme ne saurait être obtenu que par l’activité propre de celle-ci ; le discours et la compréhension sont les manifestations différentes d’une seule et même capacité linguistique ». Ce qui est délivré dans l’échange ne peut l’être « de la main à la main » ; « le contenu de l’échange, pour l’auditeur, comme pour le récepteur [ponimajuščij], doit se développer à partir de leur propre force intérieure ; ce que reçoit ce dernier, c’est seulement une incitation de la part du locuteur à adopter dans sa réponse une disposition en harmonie avec cette incitation7. »

  • 8 Ibid., p. 74.

8Dans cette représentation d’ensemble à quel moment intervient la forme intérieure du mot ? Elle intervient précisément dans la façon « dont le son reçoit sa signification8 ». Le mystère de la transformation des idées en sons hante la pensée de Potebnja, comme elle hantera celle de ses successeurs ; le recours à la notion de forme intérieure est là pour tenter de l’apprivoiser.

  • 9 « Ce qui est commun au locuteur et à l’auditeur est conditionné par leur appartenance à un même peu (...)
  • 10 Notons que znak et simvol sont équivalents pour Potebnja.

« Sous le mot okno [fenêtre], nous entendons habituellement un cadre avec des vitres, alors que, à en juger par sa ressemblance avec oko [œil], okno signifie “ce vers quoi on regarde” ou “ce par quoi la lumière passe”, sans contenir d’allusion au cadre ni au reste, ni même à l’idée d’ouverture. Donc, le mot a deux contenus : l’un, que plus haut nous avions appelé objectif et que nous pouvons maintenant appeler la signi-fication étymologique la plus proche de nous, (c’est-à-dire la plus accessible aux -locuteurs9) [bližajshee etimologičeskoe značenie] et qui ne contient qu’un seul trait [priznak] ; l’autre, le contenu subjectif, qui comporte une multitude de traits. Le premier est le signe [znak], le symbole10 [simvol] qui se substitue pour nous au second ».

9Laissons de côté le second contenu pour l’instant. Il poursuit :

  • 11 On doit comprendre que Potebnja éprouve lui-même un doute sur l’évidence de cette communauté de sen (...)
  • 12 A. A. Potebnja, Iz zapisok po russkoj grammatike, vol. 1, op. cit., p. 74.

« L’expérience peut nous convaincre qu’en prononçant un mot dans la conversation de signification étymologique claire pour tous11, nous n’avons d’ordinaire à l’esprit rien d’autre que cette signification : oblako, le nuage, par exemple, est seulement « ce qui couvre » [pokryvajuščee].Le premier contenu du mot est la forme dans laquelle le contenu de la pensée se présente à notre conscience. C’est pourquoi, si l’on exclut le second contenu, subjectif, il reste seulement dans le mot le son [N.B. entendons le son défini linguistiquement], c’est-à-dire la forme extérieure et la signification « étymologique », qui est aussi une forme, mais une forme intérieure. La forme intérieure du mot est le rapport du contenu de la pensée à la conscience ; elle montre de quelle façon se présente à l’homme sa propre pensée. C’est cela qui explique pourquoi dans un idiome il existe plusieurs mots pour désigner un seul et même objet et, à l’inverse, pourquoi un même mot, en conformité parfaite avec les exigences d’une langue, peut désigner des objets différents12. »

  • 13 Remarque: les exemples sont tirés d’idiomes divers.
  • 14 Ibid., p. 124.

10Un autre passage reprend plus précisément la distinction entre le contenu de la forme extérieure et la forme intérieure : « Dans le mot, nous distinguons la forme extérieure, c’est-à-dire le son articulé, [ = incluant] le contenu, objectivé au moyen de la langue, et la forme intérieure ou signification étymologique la plus commune du mot, autrement dit le moyen par lequel s’exprime le contenu ». Il insiste : « Avec un peu d’attention on ne peut confondre contenu et forme intérieure. » Par exemple, plusieurs termes signifiant la rémunération désignent un même contenu. Mais annuum concerne la rétribution annuelle, pensio la mesure du salaire ; gage renvoie à un contrat entre les parties, žalovanie est un acte d’amour, un don, žalovat’ étant proche de ljubit’. « La forme intérieure de chacun de ces mots13 dirige autrement la pensée14. »

  • 15 Ibid., p. 125.
  • 16 Voir J. Fontaine, Le Cercle linguistique de Prague, Mame, 1974, p. 172.

11La forme intérieure est en somme abritée par la forme extérieure ; elle ne peut se comprendre sans qu’on ait présente à l’esprit la forme extérieure. Encore celle-ci doit-elle être justement comprise : c’est une association de l’aspect phonique et de l’aspect qu’on pourrait appeler pré-sémantique, à savoir non pas l’association du son en soi défini physiquement, mais du son déjà en rapport avec le contenu du mot, c’est-à-dire façonné par la pensée « sans en être encore le symbole du contenu »15, dit Potebnja. La forme extérieure assure l’autonomie de chacun des mots, sur le plan formel comme sur le plan généralement sémantique, sans assumer la spécificité sémantique des mots, dont est chargée la forme intérieure. On est donc loin, pour l’aspect phonique, d’une description qui ferait référence à des critères établis par une discipline à objet autonome, comme la phonétique. On est proche, en revanche, du point de vue qui a fondé l’entreprise phonologique, plus exactement phonématique : la référence se fait, comme chez les phonologues classiques, aux préfigurations des mots selon des critères lexicologiques et non pas à des données, directement, de sémantique, comme on a pu le croire et réussi à le faire croire au Cercle linguistique de Prague16. Ce qu’on appellera plus tard le procédé de commutation n’atteint pas la sémantique propre des mots testés, mais opère dans un cadre de reconnaissance des « formes » linguistiques.

  • 17 Le mot est un moyen d’aperception, prise de conscience d’une perception. A. A. Potebnja, Iz zapisok (...)
  • 18 Répétons-le : dans la forme extérieure, le contenu objectif n’est que préfiguré, en somme indétermi (...)
  • 19 Ibid., p. 131.
  • 20 Ibid., p. 132.

« Le mot n’est pas l’expression d’une pensée toute faite. […] Au contraire, il l’est seulement dans la mesure où il est le moyen pour créer cette pensée17 ; la forme intérieure, contenu objectif unique18 [edinstvennoe] du mot, n’a de signification que parce qu’elle change d’apparence [vidoizmenjat’] et qu’elle réalise au mieux les assemblages de perceptions qu’elle trouve dans l’âme19. »
« La signification du mot ou, plus exactement, de la forme intérieure, de la représentation se réduit à ceci pour la pensée a) qu’elle unifie l’image sensible ; b) qu’elle conditionne la conscience qu’on en a20. »

  • 21 Attention au contre-sens : vnejazychnyj se traduira aujourd’hui, après Saussure, par extra-linguist (...)
  • 22 A. A. Potebnja, Iz zapisok po russkoj grammatike, vol. 1, op. cit., p. 47.

12Qu’est-ce qui sépare la forme intérieure de ce que Potebnja a appelé le second contenu, dit subjectif, qui comporte, quant à lui, une multitude de traits ? Avant toutes choses, répondons : l’objectivité du contenu de la forme intérieure et la sub-jectivité pour le second. En transposant dans une formulation plus moderne, je dirai que le premier contenu évoque ce qui est inscrit dans la langue, sorte de dénominateur commun de signification, germe de développement à noyau unique, alors que le second relève du plan du discours, regroupant les valeurs sémantiques démultipliées, apparues au cours des actes de discours produits par les locuteurs. Dans les Notes sur la grammaire russe Potebnja évoque d’ailleurs la forme intérieure comme « un moyen de représentation du contenu hors discours [vnejazyčnoe21 soderžanie]22 ».

  • 23 Ibid., p. 125.

13On comprend que l’image soit la métaphore qui vienne à l’esprit de Potebnja quand il parle de la forme intérieure, cette représentation commune à tous les -locuteurs d’une même communauté linguistique : elle est déjà la métaphore qui s’est imposée en psychologie. Potebnja écrit que, pour la langue : « […] en dépit de la grande variété des images, le contenu reste relativement stable. En revanche, une œuvre d’art, une image agit différemment sur des personnes différentes, et sur une même personne à différents moments, exactement comme un mot est compris par chacun d’une façon ou d’une autre23. »

  • 24 S. Karcevski, « Du dualisme asymétrique du signe linguistique », in Travaux du Cercle linguistique (...)
  • 25 Ibid.

14La production et la compréhension des images sont rendues possibles par le recours au tertium comparationis, c’est-à-dire à une idée commune aux deux termes d’une comparaison. Ultérieurement, S. Karcevski fera également usage de la notion pour expliquer la prolifération sémantique des mots dans le discours. Ce qu’il appelle une série homonymique reste ouverte « dans ce sens qu’il est impossible de prévoir où le signe peut être entraîné par le jeu des associations » ; « le centre de rayonnement des homonymes, c’est l’ensemble de représentations associées à la valeur du signe, ces éléments variant d’une situation à l’autre, et c’est la situation concrète qui fournit le tertium comparationis24 ». Exemple de tertium comparationis cité par S. Karcevski : « Supposons que dans une conversation quelqu’un ait été surnommé ryba, on a créé par là un homonyme de ryba [poisson] (un cas de transposition), mais en même temps on a ajouté un nouveau membre à la série synonymique : -flegmatik [flegmatique], vjalyj [mou], besčuvstvennyj [insensible], xolodnyj [froid] etc25. »

La forme intérieure en art

  • 26 I. Ivan’o et A. Kolodnaja (éds.), A. A. Potebnja – Estetika i poètika, op. cit., p. 131.
  • 27 « L’idée et le contenu, dans le cas présent, sont équivalents à nos yeux parce que, par exemple la (...)
  • 28 Ibid., p. 130.

15Poursuivons avec Potebnja s’aventurant dans le domaine de l’art en faisant un parallèle, posé d’entrée, entre le mot et l’œuvre d’art : « Pour ne pas faire de l’art un phénomène non indispensable, tout à fait superflu dans la vie des hommes, il convient d’admettre que l’art, tout comme le langage [slovo], n’est pas tant une expression qu’un moyen de créer de la pensée, que sa finalité, comme celle du langage, est de provoquer une certaine disposition subjective chez le producteur, comme chez l’auditeur ; l’art, tout comme le langage, n’est pas ergon, mais bien energuéïa, quelque chose en perpétuelle création26. Il poursuit : « c’est pourquoi, le contenu27 de cette dernière [l’œuvre d’art] (une fois terminée), ne se développe plus dans l’artiste, mais dans les récepteurs [ponimajuščie]28 ». Potebnja fait ce commentaire :

  • 29 Ibid., p. 130.

« L’auditeur peut saisir beaucoup mieux que le poète l’idée même de son œuvre. L’essence, la force de cette œuvre n’est pas dans ce qu’entendait dire l’auteur, mais dans la façon dont l’œuvre agit sur le lecteur ou le spectateur, donc dans l’inépuisable potentialité de son contenu. Ce contenu, qui est projeté comme sur un écran [proetsirovannyj] par nous, c’est-à-dire placé par nous à l’intérieur de l’œuvre même, est en fait conditionné par sa forme intérieure sans pour autant entrer dans le calcul de l’artiste qui crée en satisfaisant aux exigences du moment, parfois même tout à fait mesquines, de sa vie personnelle. Le mérite de l’artiste n’est pas dans le minimum de contenu qui lui est venu à l’esprit au moment de la création, mais dans une certaine souplesse de l’image, dans le pouvoir qu’à la forme intérieure de susciter le contenu le plus varié29. »

16C’est ce qui explique la perpétuation pendant des siècles, surprenante à première vue, de nombreuses créations populaires, qui mourront néanmoins un jour, « en dépit de ce qu’on dit de l’éternité de l’art », note Potebnja, par oubli de la forme intérieure du contenu du mot.

  • 30 A. A. Potebnja, Iz zapisok po teorii slovesnosti [Notes sur la théorie de la littérature], Kharkov, (...)
  • 31 Ibid., p. 97.
  • 32 Ibid., p. 154. L’interjection est, elle aussi, privée de forme intérieure, mais c’est d’origine, pa (...)

17Qu’en est-il de l’image en poésie particulièrement ? La poésie a le pas sur tous les autres arts, ne serait-ce que parce que le premier mot, c’est déjà de la poésie. Il n’y a pas de langue sans mise en œuvre du processus poétique. La poésie est immergée dans la langue. La profession de foi de Potebnja est proclamée dans les Notes sur la théorie de la littérature : « Sans image pas d’art, et en particulier pas de poésie30. » Or « la poésie, tout comme la prose, est d’abord et surtout un certain mode de pensée et de connaissance31 ». Pourtant l’image ne connaît pas le même traitement en prose et en poésie : elle est la vigueur de la poésie et sa mort est nécessaire à l’avènement de la prose : « Au fur et à mesure que la pensée au moyen du langage s’idéalise et se libère de l’influence pesante et morcelante des perceptions immédiates des sens, le langage perd peu à peu sa capacité imageante. C’est là le début de la prose32. » Au stade ultime, ce sera la prose scientifique dépouillée d’images, l’idéal de la prose dans toute son univocité.

  • 33 I. Ivan’o et A. Kolodnaja (éds.), A.A. Potebnja – Estetika i poètika [Esthétique et poétique], op.  (...)

18Le mode de pensée par images, opère, selon Potebnja, avec une certaine légèreté, représentant une économie des forces mentales, ce qu’il voit comme la cause du plaisir que fait ressentir la poésie. Dans La Pensée et le Langage, Potebnja écrit : « On peut de toute évidence considérer que le symbolisme de la langue est sa capacité poétique. Si ce rapprochement [sravnenie] est juste, la question de la modification de la forme intérieure du mot équivaut [okazyvaetsja toždestvennyj] à celle du rapport de la langue à la poésie et à la prose, c’est-à-dire à celle de la forme littéraire en général33. »

19Le problème est de déterminer quel est le rapport entre image-symbole et étymologie, marque de la forme intérieure chez Potebnja. Il faut comprendre que tous les étymons, dans la mesure où ils participent de la spatialité, dans celle aussi où ils ne comptent qu’un seul trait distinctif, sont représentables par des images, sorte d’images mentales douées de plasticité. La perte de la référence étymologique – ce que Potebnja appelle son oubli – conduit tout droit à la prose scientifique. Pour qu’il y ait possibilité de poésie, il faut que subsiste la forme intérieure du mot. C’est à cette condition seulement que peuvent fleurir dans l’ordre du discours les nouvelles valeurs d’images, qui contribuent, paradoxalement, à maintenir en place la représentation du mot pour tous qu’est en fait sa forme intérieure. On pourrait dire que dans l’ordre de la langue, tout se passe comme si la forme intérieure avait une fonction de mise en route de la langue, lui imprimant le mouvement, comme si elle s’effaçait ensuite pour confier la langue à l’aventure des actes de discours. Dans cette conception de la poésie, définie classiquement par rapport à une prose conçue comme engagée dans une course à l’univocité scientifique, un certain flou est jeté sur l’opposition entre prose et poésie, la poésie attirant de son côté tous les textes usant d’images.

  • 34 Ibid.

20Poursuivons l’analyse de l’image chez Potebnja en nous tournant vers une œuvre d’art autre que de poésie, et prenons par exemple la statue de la justice34. La statue de marbre, forme extérieure, d’une femme armée d’un glaive et d’une balance, forme intérieure, est une enseigne reconnaissable par tous malgré les différences d’exécution ; elle a une valeur objective, répértoriable, reproductible, parce qu’identifiable grâce à ses traits distinctifs. En quoi le symbole du glaive et de la balance est-il « étymologique » pour la justice ? Certes, le registre « alphabétique » n’est plus le même que pour le mot. Pourtant, il joue un rôle équivalent : l’image-symbole s’impose en art comme originaire parce qu’elle est immémoriale, anhistorique ; de ce fait, elle est reconnue par tous, accédant ainsi à l’objectivité indispensable à la forme intérieure, ouvrant la voie à toutes les créations subjectives potentielles. Ce que l’on perçoit ici chez Potebnja, c’est le souci de préserver l’idée d’une référence unique, qui sauve de l’errance incontrôlée la propagation sémantique inscrite dans la pratique du langage. L’art sculptural ou pictural lui fournit, par comparaison, cet appui plastique réputé originaire appelé à se brouiller, voire à disparaître dans le cas du langage verbal. La forme intérieure trouve ainsi dans l’étymologie refaite sa signature et le mot, dans la forme intérieure, sa condition d’existence poétique, son symbolisme dans l’acception retenue par Potebnja.

  • 35 A.A. Potebnja, Iz zapisok po teorii slovesnosti, op. cit., leçon 9.

21En ceci Potebnja est bien linguiste : sa construction théorique pare au plus pressé, qui est de sauvegarder la distinction entre les mots. Les mots sont bien des formes, qui servent à l’identification extérieure, mais, il nous le répète, les mots ne sont pas que ce type de forme : ils comportent aussi une forme intérieure, laquelle justifie, à la source, l’existence de mots différents cette fois au sens plein du terme, incluant la préfiguration sémantique, déjà abstraitement présente dans la forme extérieure. Avec la forme intérieure, chacun des mots reçoit sa consistance sémantique spécifique. Le concept de forme extérieure et celui de forme intérieure sont précieux, parce qu’ils verrouillent en quelque sorte morphologie et sémantique dans les mots eux-mêmes. La base étymologique, même comprise différemment d’une étymologie scientifique, comme confiée au symbole immémorial, doté de la caution collective et, comme telle, chargée d’autorité indiscutable, est le germe du mot, la garantie de son avenir poétique. Elle est, pour Potebnja, le lieu de la résistance à la disparition du mot et de l’œuvre d’art, en même temps que promesse de vie grâce à sa capacité d’accueillir, pendant longtemps, des valeurs nouvelles, à l’occasion de nouveaux actes de discours. Potebnja, influencé par le psychologisme de son époque, dit lui-même : « L’image est prédicat constant de sujets variables – moyen constant d’exercer une attraction sur des aperceptions changeantes35. »

Qui a revendiqué l’héritage de Potebnja ?

  • 36 Andreï Belyj, Mysl’ i jazyk (Filosofia jazyka A. A. Potebni) [La Pensée et le Langage (La Philosoph (...)

22Potebnja fera figure d’inspirateur des symbolistes. Pour Andreï Belyj, Potebnja a su tirer le mot du côté du mythe : dans un article de 1910 sur la philosophie du langage de Potebnja, Belyj écrit que « toute la diversité de ses travaux, tout le travail minutieux de ses gigantesques Notes sur la grammaire russe tendent à instaurer une analogie entre le mot et le mythe36 ». En disant cela, Belyj prélève dans la conception de Potebnja, le caractère d’immédiateté, le plus précieux aux yeux des symbolistes, mais pas à ceux de Potebnja qui y verrait une ignorance de la nature linguistique de l’image, d’un côté, et, de l’autre, pariant sur la parenté de l’image avec le mythe, Belyj réduit la conception du mythe, qui, chez Potebnja, comporte plusieurs variétés ; Belyj ne retient que celle, militante, où le symbole, certes inépuisable provision de sens, mais hors de perception particulière, ouvre une fenêtre sur un monde mystique infini et pérenne, situé au-delà du monde visible qui est conçu comme pâle reflet de ce dernier.

  • 37 À noter que la légitimité de cette distinction, contestable pour un linguiste contemporain, va fond (...)

23Les formalistes, quant à eux, critiqueront Potebnja. En particulier Viktor Šklovskij, un acteur principal de l’événement déclencheur du mouvement lors de la soirée de décembre 1913, où en adepte enthousiaste du futurisme, l’ancien étudiant du linguiste Jan Baudouin de Courtenay prend la parole sur l’estrade du « Chien errant », un café de Saint Pétersbourg. Sa causerie a pour titre « Place du futurisme dans l’histoire de la langue ». C’est de cette intervention que sera tirée en 1914 la brochure intitulée La Résurrection du mot, puis, en partie, l’article de 1917 L’art comme procédé. Si le lien fondamental avec le futurisme, détonateur de la réflexion formaliste, y est proclamé, il y est aussi déclaré explicitement que la langue est au centre des préoccupations du mouvement. C’est dans L’art comme procédé, que figure la critique, qui se veut sévère, de la pensée de Potebnja. La mésinterprétation est réelle. Comment, en effet, Šklovskij, s’il avait lu les écrits de Potebnja au lieu de recourir à ceux de son disciple Ovsjaniko-Kulikovskij, aurait-il pu dire que Potebnja ne distinguait pas la langue de la poésie de la langue commune37 ? Comment aurait-il pu affirmer que Potebnja cantonnait l’image dans sa fonction organisatrice et explicative ? Comment enfin aurait-il pu assimiler l’attitude de Potebnja à la position mystique des symbolistes ? L’explication est dans le statut même du texte de Šklovskij qui n’est pas le produit d’une analyse, mais, comme le révèle son ton offensif, participe des manifestes des poètes futuristes : Šklovskij s’y présente comme un militant de la cause formaliste.

24En revanche, Šklovskij explicite, dans le même article, pour sa part, le point de vue des formalistes sur les images. Il constate d’abord que :

  • 38 V. Šklovskij, « L’art comme procédé », in T. Todorov (éd.), Théorie de la littérature. Textes des f (...)

« Les images sont quasiment immuables ; de siècle en siècle, de pays en pays, de poète à poète, fluides, elles circulent sans connaître de changement. Les images ne sont à personne, elles sont à Dieu. Plus vous explorez une époque, plus vous vous apercevez que le poète à qui vous attribuiez la paternité de certaines images les a empruntées à un autre pour les utiliser presque inchangées. Tout le travail des écoles poétiques se réduit à une accumulation et à une mise au jour de procédés nouveaux destinés à l’agencement et à l’élaboration du matériau verbal, beaucoup plus à un agencement qu’à une création d’images. Les images sont données, et la poésie est beaucoup plus souvenirs d’images que processus de pensée par images38. »

  • 39 V. Šklovskij, Voskrešenie slova [La résurrection du mot] », in : Viktor Šklovskij, Gamburgskij ščet (...)

25C’est la fonction du poète de redonner vie à l’image réduite en soi à ce statut de pion pour qu’elle participe à la véritable création. À partir du constat que la perception est vouée à l’automatisation, il est demandé à l’art, qui est du côté de la sensation de la vie, de détruire l’automatisme perceptif. Le titre de la brochure de 1914 ne s’appelle pas pour rien La Résurrection du mot. Dans ce texte, Šklovskij écrit : « Nous n’éprouvons pas l’habituel, nous ne le voyons pas, nous le reconnaissons. Nous ne voyons pas le mur de nos chambres, il nous est difficile de voir les coquilles d’une épreuve, surtout lorsque celle-ci est écrite dans une langue bien connue, parce que nous ne pouvons pas nous obliger à voir, à lire, à ne pas reconnaître le mot habituel. Si nous voulons donner la définition de la perception poétique et même artistique, c’est celle qui suit qui s’impose inévitablement : la perception poétique est la perception dans laquelle nous éprouvons la forme (peut-être pas seulement la forme, mais au moins la forme)39. »

  • 40 V. Khlebnikov, en poète moderne, entreprend de réaliser une ambition plus radicale qui est de recom (...)
  • 41 V. Šklovskij, « L’art comme procédé ».

26La perception,en prise sur la sensation, doit être provoquée : c’est ce que font certains procédés artistiques. Le procédé de désautomatisation, d’étrangéisation [ostranenie] se double d’un autre, qui consiste à compliquer la forme pour faire durer la perception : « L’art est compris comme un moyen de détruire l’automatisme perceptif, l’image ne cherche pas à nous faciliter la compréhension de son sens, mais elle cherche à créer une perception particulière de l’objet, une vision et non une reconnaissance (identification)40. » Ainsi « c’est précisément pour rendre la sensation de la vie, pour que l’on sente les objets, pour que la pierre soit de pierre, qu’existe ce qu’on appelle l’art. L’art est là pour donner la sensation de la chose en tant que chose vue et non en tant que chose reconnue ; le mode de procéder de l’art, c’est celui de « la représentation insolite » des choses et de la forme « embarrassée », pleine d’embûches [zatrudnennyj], délicate à saisir, qui accroît la difficulté, donc allonge la durée de la perception, parce qu’en art le processus de perception est une fin en soi et qu’il doit être prolongé ». « L’Art est le moyen de vivre la chose en train de se faire, et en art ce qui est fait n’a pas d’importance41. »

  • 42 A. A. Potebnja, Iz zapisok po russkoj grammatike, vol. 1, op. cit.,p. 48.

27Un rapide éclairage rétrospectif des textes de Potebnja par la lecture de ceux de Šklovskij concernant l’image contribue à faire valoir l’originalité et la nouveauté du linguiste ukrainien et à le rapprocher en partie de la conception formaliste de l’image. Mais pour Potebnja, linguiste, l’enjeu théorique est autre : l’image est un intermédiaire qui retrouve la notion de forme intérieure. La forme intérieure a besoin de la forme extérieure pour exister, mais elle est travaillée, pour son compte, par un processus de symbolisation, qui ne connaît pas de fin ou presque en tombant dans le discours de tout locuteur. L’activation du pouvoir symbolique est entre les mains des poètes qui, plus inspirés que les autres locuteurs, peuvent entretenir la flamme vivante de la langue. Potebnja se situe comme un homme du xixe siècle : pour lui, seule la linguistique historique est scientifique. Il rejette hors du champ de la science la syntaxe qui, selon lui, est affaire de contexte et de combinaisons des mots. L’étymologie et la syntaxe sont, écrit-il, dans le même rapport que l’histoire et la description d’un état contemporain, le second s’expliquant par le premier : « Comme l’historicité [istoričnost’] est le trait essentiel de la linguistique et comme la syntaxe est un moment de l’histoire de la langue, la linguistique non historique comme science, l’étymologie non historique et la syntaxe non historique sont les unes et les autres dépourvues de sens42. »De la même façon, la poésie qui retient son attention est la poésie populaire, qui, comme la langue, est anonyme. Au début des temps, langue et poésie concentraient toute la vie esthétique du peuple, déclare-t-il, contenant en germe les autres arts. La culture, pour lui, renvoie nécessairement au passé, représentant un héritage que le présent a en charge d’aimer, de maintenir et d’étudier. La réussite de Gogol, cité au beau milieu d’un texte, est reconnue en somme parce que digne d’appartenir à un passé de légende.

28Cette poésie du passé s’inscrit tout de même dans l’évolution, mais l’ignorance du présent empêche Potebnja de penser au salut de la poésie moderne. Les symbolistes, d’un côté, qui placent la poésie sous le signe de l’éternité, et les formalistes, de l’autre, occupés à énoncer la nouveauté du désir futuriste ne sont pas vérita-blement les héritiers de Potebnja le linguiste, parce que leur intérêt est ailleurs : ni les uns, ni les autres n’étaient, comme Potebnja, soucieux de construire un montage théorique capable d’expliquer l’évolution de la langue.

Haut de page

Notes

1 Accessoirement, je justifierai la traduction par intérieure plutôt que par interne de la façon suivante : l’adjonction, à première vue incongrue, d’intérieure à forme est une indication qu’il ne s’agit pas de la forme dans son usage courant, c’est-à-dire comme conçue dans l’opposition à contenu ou à matière. La forme intérieure est nécessairement associée à une forme extérieure, mais l’opposition des deux adjectifs préserve une certaine autonomie de l’une par rapport à l’autre, alors que le choix de forme interne et de forme externe insiste, me semble-t-il, sur le point de vue qu’on a sur l’objet, évoquant le rapport du concave au convexe, gommant la complexité constitutive de l’objet, le privant de son caractère aléatoire. Le rapport d’interne à externe serait de l’ordre de la fusion, celui d’intérieur à extérieur, de l’ordre de l’association.

2 Obraz, d’ailleurs, ne supporterait pas les déterminants équivalant à extérieur et à intérieur.

3 Aleksandr Afanas’evič Potebnja, Mysl’ i jazyk [La Pensée et le Langage], Žurnal Ministerstva narodnogo prosveščenija [Revue du ministère de l’instruction nationale], Saint-Pétersbourg, 1862 ; cité d’après I. Ivan’o et A. Kolodnaja (éds.), A. A. Potebnja – Estetika i poètika [Esthétique et poétique], Moscou, 1976, p. 26.

4 Ibid.

5 Ibid., p. 29.

6 Ibid.

7 Ibid., p. 28.

8 Ibid., p. 74.

9 « Ce qui est commun au locuteur et à l’auditeur est conditionné par leur appartenance à un même peuple [N.B. pour Potebnja, le cercle peut être plus restreint]. En d’autres termes : la signifi-cation la plus proche d’un mot est collective, alors que l’autre signification, différente pour chacun à la fois par la qualité et la quantité des éléments, est personnelle ». Potebnja ajoute : « C’est de la compréhension personnelle que naît l’objectivité la plus haute de la pensée qui est l’objectivité scientifique, mais pas autrement qu’en se servant de la compréhension populaire. » Voir A. A. Potebnja, Iz zapisok po russkoj grammatike [Notes sur la grammaire russe] vol. 1, Voronež/Kharkov, 1874, p. 20.

 Cette sorte d’étymologie dite « la plus proche » peut être aussi qualifiée de populaire, parce qu’elle se distingue de l’étymologie savante.

10 Notons que znak et simvol sont équivalents pour Potebnja.

11 On doit comprendre que Potebnja éprouve lui-même un doute sur l’évidence de cette communauté de sentiment étymologique pour l’ensemble des mots.

12 A. A. Potebnja, Iz zapisok po russkoj grammatike, vol. 1, op. cit., p. 74.

13 Remarque: les exemples sont tirés d’idiomes divers.

14 Ibid., p. 124.

15 Ibid., p. 125.

16 Voir J. Fontaine, Le Cercle linguistique de Prague, Mame, 1974, p. 172.

17 Le mot est un moyen d’aperception, prise de conscience d’une perception. A. A. Potebnja, Iz zapisok po russkoj grammatike, vol. 1, op. cit., p. 79.

18 Répétons-le : dans la forme extérieure, le contenu objectif n’est que préfiguré, en somme indéterminé, mais il est déjà là, enfermé dans une forme dont les contours sont tracés du fait de sa co-existence avec les autres mots.

19 Ibid., p. 131.

20 Ibid., p. 132.

21 Attention au contre-sens : vnejazychnyj se traduira aujourd’hui, après Saussure, par extra-linguistique.

22 A. A. Potebnja, Iz zapisok po russkoj grammatike, vol. 1, op. cit., p. 47.

23 Ibid., p. 125.

24 S. Karcevski, « Du dualisme asymétrique du signe linguistique », in Travaux du Cercle linguistique de Prague I/1929, p. 91.

25 Ibid.

26 I. Ivan’o et A. Kolodnaja (éds.), A. A. Potebnja – Estetika i poètika, op. cit., p. 131.

27 « L’idée et le contenu, dans le cas présent, sont équivalents à nos yeux parce que, par exemple la qualité et les rapports entre les figures représentées sur le tableau, les événements et les caractères du roman etc. ne sont pas rapportés par nous au contenu, mais à l’image représentant le contenu ; ainsi, nous entendons le roman comme une suite de pensées, suscitées par des images dans le spectateur et le lecteur, ou bien servant à l’artiste de sol [počva] pour l’image pendant l’acte de création », in I. Ivan’o et A. Kolodnaja (éds.), A. A. Potebnja – Estetika i poètika, op. cit., p. 125.

28 Ibid., p. 130.

29 Ibid., p. 130.

30 A. A. Potebnja, Iz zapisok po teorii slovesnosti [Notes sur la théorie de la littérature], Kharkov, 1905, p. 83.

31 Ibid., p. 97.

32 Ibid., p. 154. L’interjection est, elle aussi, privée de forme intérieure, mais c’est d’origine, parce que son aspect phonique a quelque chose à voir directement avec l’objet, et non parce que sa forme intérieure se serait effacée.

33 I. Ivan’o et A. Kolodnaja (éds.), A.A. Potebnja – Estetika i poètika [Esthétique et poétique], op. cit. p. 124.

34 Ibid.

35 A.A. Potebnja, Iz zapisok po teorii slovesnosti, op. cit., leçon 9.

36 Andreï Belyj, Mysl’ i jazyk (Filosofia jazyka A. A. Potebni) [La Pensée et le Langage (La Philosophie du langage de A.A. Potebnja)], in Logos II/1910, p. 245.

37 À noter que la légitimité de cette distinction, contestable pour un linguiste contemporain, va fondamentalement de soi pour les formalistes, au rang desquels Roman Jakobson.

38 V. Šklovskij, « L’art comme procédé », in T. Todorov (éd.), Théorie de la littérature. Textes des formalistes russes, Paris, 1965, p. 75-97, ici p. 77.

39 V. Šklovskij, Voskrešenie slova [La résurrection du mot] », in : Viktor Šklovskij, Gamburgskij ščet, Moscou, 1990.

40 V. Khlebnikov, en poète moderne, entreprend de réaliser une ambition plus radicale qui est de recomposer la langue dans la matérialité des mots eux-mêmes.

41 V. Šklovskij, « L’art comme procédé ».

42 A. A. Potebnja, Iz zapisok po russkoj grammatike, vol. 1, op. cit.,p. 48.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Fontaine, « La « innere Form » : de Potebnja aux formalistes », Revue germanique internationale [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 28 avril 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/110

Haut de page

Auteur

Jacqueline Fontaine

Professeur émérite en études slaves à l’Université de Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page