Navigation – Plan du site
« Forme interne » : Histoire d’un concept de l’Allemagne à la Russie des années 1920

Forme interne, forme externe. Les transformations d’une catégorie dans la théorie russe du xxe siècle

Serge Zenkine
p. 63-76

Résumés

La question de la forme interne constituait un arrière-fond des débats sur la forme littéraire qui se sont déroulés en Russie durant premier tiers du xxe siècle. Leur précurseur avait été le grand philologue russe et ukrainien Aleksandr Potebnja (1835-1891), qui avait élaboré la notion de forme interne du mot à partir de la forme interne de la langue chez Humboldt. Un effet curieux de ce changement de niveau, c’est que des théoriciens d’orientations diverses ont tendu à extérioriser la forme interne, à la présenter comme une forme tantôt manifestée dans une construction dynamique, tantôt superposée à la sémantique historique du mot. L’auteur analyse de ce point de vue cezrtains écrits de Victor Šklovskij (1893-1984), Boris Griftsov (1895-1950), Gustav Špet (1879-1937) et Pavel Florenskij (1882-1937).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été publié en russe dans les actes du colloque « La Théorie russe des années 1920 et 193 (...)

1Dans les débats sur la « forme » littéraire, qui se sont déroulés en Russie au premier tiers du xxe siècle, la question de la forme interne n’était pas toujours posée explicitement ; elle n’en constituait pas moins l’arrière-fond – une sorte de forme interne précisément ! Ensuite, la mise en place d’un régime totalitaire après 1930 devait entraîner entre autres l’exclusion de cette catégorie « idéaliste » de l’horizon des discussions publiques. J’essaierai ici d’analyser, sans prétendre à l’exhaustivité, quelques épisodes du débat et de relever certains des aspects spécifiques sous lesquels le problème de la forme interne se présentait en Russie1.

Potebnja

  • 2 Grand philologue russe et ukrainien (1835-1891), continuateur de Humboldt, spécialiste de la poésie (...)

2L’idée de la forme interne d’une langue proposée par Humboldt avait deux composantes : la créativité et la totalité, réunies dans un discours syncrétique, philosophique et herméneutique à la fois, propre à la pensée de l’époque romantique. La langue était envisagée comme une totalité qui se développe d’elle-même, et cette totalité devait se décomposer au cours de l’élaboration ultérieure et strictement -scientifique de la catégorie humboldtienne. La totalité sans créativité a donné naissance aux études typologiques des langues, totales mais immobiles, en produisant déjà au xxe siècle l’idée de relativité linguistique (l’hypothèse de Sapir – Whorf) ; la créativité sans totalité a donné un nouvel essor aux études de l’acte créateur isolé, qui en Russie se sont bientôt déplacées de la philologie intégrale d’Aleksandr Potebnja2 vers la poétique et l’esthétique, d’une théorie de la langue vers une théorie de la poésie.

  • 3 Iouri Tynianov, Literaturnyi fakt, Moscou, 1993, p. 24 (citation du Problème du langage poétique, 1 (...)
  • 4 « On a peine à citer un manuel où la question de la forme interne de la langue ne soit pas examinée (...)
  • 5 Aleksandr Potebnja, Estetika i poètika, Moscou, 1976, p. 175.

3La conception de Potebnja, qui faisait autorité ou qui, du moins, avait encore de l’importance pour les théoriciens russes des années 1920, était « une tentative grandiose »3 de passer de la spéculation macrolinguistique dans le genre de Humboldt à l’analyse d’une dynamique microlinguistique de la parole. Au lieu de la forme interne d’une langue, Potebnja avait engagé l’étude de la forme interne d’un mot4. Dans son livre La Pensée et le Langage (1862) il procède à une division tripartite du mot : « Dans un mot, nous distinguons : une forme externe, c’est-à-dire le son articulé, un contenu, objectivé par l’intermédiaire du son, et une forme interne, autrement dit la plus proche signification étymologique du mot, la manière dont le contenu est exprimé5. »

  • 6 Ibid., p. 198. Potebnja lui-même s’occupait de la poésie populaire, anonyme et presque sans context (...)
  • 7 Ibid., p. 365.
  • 8 En revanche, la méthode formelle et structurale néglige les oppositions substantielles : « Toutes l (...)

4Entre les deux derniers termes de la tripartition, le contenu et la forme interne, un rapport dialectique semble s’établir, un rapport d’opposition et d’interversion. La forme interne (que Potebnja appelle aussi, fréquemment, « l’image » ou « la représentation ») est progressivement oubliée, dans la mesure où la langue, en évoluant, forme des concepts purs et non plus imagés, mais elle reste toujours capable de resurgir dans un acte de création poétique. Quant au contenu conceptuel, après avoir refoulé sa propre forme interne, il peut devenir lui-même la forme interne d’un nouveau contenu conceptuel. La création poétique va à l’encontre du processus général de l’oubli des formes imagées ou, pour utiliser des termes plus tardifs, la poésie est une augmentation locale d’information sur fond de croissance générale d’entropie. La langue, écrit Potebnja, n’est pas qu’un matériau pour la poésie comme le marbre l’est pour la sculpture, elle est la poésie elle-même, cependant la poésie y est impossible si la signification visible du mot est oubliée. C’est pourquoi la poésie populaire, située à un moindre degré de cet oubli, reconstitue le côté sensible des mots, qui excite l’activité de l’imagination, à l’aide des expressions dites épiques, c’est-à-dire de formules récurrentes où un mot indique la forme interne d’un autre mot6. Ainsi, le contenu et la forme interne sont-ils envisagés chez Potebnja dans une dynamique diachronique. En effet, ces deux composantes du mot ne se relient pas sur le plan systématique et synchronique, l’une d’elles est par définition plus archaïque que l’autre et constitue une survivance hétérogène dans le langage d’aujourd’hui. D’ailleurs, le concept et l’image ne s’opposent pas par des traits distinctifs comme les formes d’une langue selon Saussure, mais par leur substance même : le concept est intellectuel tandis que l’image est sensible ; autrement dit, la forme interne du mot chez Potebnja n’est pas à proprement parler une forme. À la différence de la forme interne chez Humboldt, également présente à toute l’étendue du langage, elle est concentrée en des points isolés, dynamiquement accentués, et se présente comme une unité mixte, formelle et substantielle, une coagulation sensible et intelligible à la fois, l’analogue d’un corps renvoyant à une idée abstraite. Ce n’est que par rapport à ces idées faisant corps, idées pleines et substantielles, que devient possible une anamnesis matérialiste qui constitue selon Potebnja l’être même de la création poétique. Dans l’ouvrage posthume de Potebnja Notes sur la théorie de la littérature, on trouve une comparaison sans ambiguïté qui éclaire son idée : « […] si la signification d’un mot pour la pensée en général, sans distinguer ses deux états, peut être comparée à l’emploi des valeurs conventionnelles dans le commerce, alors le mot imagé, c’est la monnaie, et le mot sans image, ce sont les assignats et lettres de change7. » Il est évident ici que la différence entre la « monnaie » et les « assignats et lettres de change » n’est pas formelle mais substantielle : le métal pesant et précieux s’oppose au papier léger et pour ainsi dire abstrait8. Ce caractère substantiel et corporel de la « forme interne du mot », lorsqu’elle n’est plus définie comme la forme totale d’une langue, il importe d’en tenir compte en examinant les transformations de cette notion dans la théorie russe du xxe siècle.

Šklovskij

  • 9 Écrivain, critique, l’un des premiers théoriciens du formalisme russe (1893-1984).
  • 10 Viktor Šklovskij, Voskrešenie slova [La résurrection du mot], in Viktor Šklovskij, Gamburgskij ščet (...)
  • 11 Viktor Šklovskij, Potebnja, in Poètika. Sborniki po teorii poetitšeskogo jazyka, I-II, Petrograd, 1 (...)

5La première de ces transformations est bien connue : les disciples de Potebnja, surtout Dmitri Ovsjaniko-Koulikovskij, ont simplifié la doctrine de leur maître en identifiant définitivement la forme interne avec « l’image » sensible que nous suggérerait la parole poétique. Au milieu des années 1910 leur vulgate, devenue une sorte de doxa pour l’enseignement et la critique, a été prise en charge par Viktor Šklovskij9. Dans son premier texte publié, La Résurrection du mot (1914), il se réfère encore à Potebnja et utilise ses catégories, en disant notamment que « les mots, employés par notre pensée au lieu des notions générales […] sont devenus familiers et leurs formes internes (imagées) et externes (sonores) ont cessé d’être ressenties10 ». Or, déjà en 1916, dans ses articles « Potebnja » et « L’art comme procédé » le jeune théoricien du formalisme va contester la réduction du poétique à l’imagé : « Le fait d’être imagé et symbolique n’est pas le caractère distinctif du langage poétique par rapport au langage prosaïque. Le langage poétique se distingue du langage prosaïque par sa structure sensible. C’est le côté acoustique, vocal, ou bien le côté sémasiologique du mot qui peut être sensible. Et quelquefois ce n’est pas la structure des mots mais leur -construction, leur disposition qui est sensible. L’image poétique est un moyen de créer une construction sensible, dont le tissu même se donne à l’expérience, mais ce n’est qu’un de ces moyens11. »

  • 12 Voir Victor Erlich, Russkij formalizm, istorija i teorija, Saint-Pétersbourg, 1996, p. 22-25 (entre (...)

6Le sens de cette polémique, qui avait une importance capitale pour le formalisme russe, semble négligé par les historiens de celui-ci, qui considèrent la théorie de Potebnja surtout comme une source de la théorie formaliste12. Il est vrai qu’en apparence le geste critique de Šklovskij n’est qu’une intégration, un dépassement dialectique de la thèse critiquée : entre l’imagé et le poétique un rapport nécessaire semble reconnu, simplement il serait plus complexe qu’une identité selon Potebnja et son école. En réalité, le geste de Šklovskij est plus radical : il ne se borne pas à élargir les ressources de l’expression poétique mais il décompose toute la structure du mot poétique telle qu’elle était traitée avant lui. À l’instar de Potebnja, Šklovskij parle d’une « résurrection » du mot, d’un rétablissement de la forme oubliée de celui-ci ; l’acte d’un poète ressemblerait à l’activité restauratrice d’un philologue. Or, rien qu’en rapportant les catégories de Potebnja, Šklovskij y introduit déjà une modification qui est lourde de conséquences : dans les mots, écrit-il, la « forme interne (imagée) et externe (sonore) ont cessé d’être ressenties ». Du coup la forme externe, qui chez Potebnja restait en dehors de la dialectique d’oubli et de remémorisation et n’avait pas de rapport direct au contenu, devient l’un des objets de restauration poétique, au même titre que la forme interne. Ce n’est pas seulement l’unité sémantique mais aussi l’unité sonore ou graphique d’un mot ou d’un texte qui peut être soit neutre soit sensible. Elle se divise nettement en substance (la matière sonore par exemple) et forme proprement dite (modulations de la matière sonore). Cessant d’être un corps, la forme devient forme au sens strict du mot. Or, une telle idée de la forme rend tout de suite non-pertinente et superflue la notion de « forme interne » qui, on vient de le voir, ne pouvait être pensée, par rapport au résultat d’un acte créateur isolé (un mot, une œuvre) qu’en tant qu’unité corporelle, substantielle et formelle à la fois. Et en effet, apparue une fois au début du tout premier texte de Šklovskij, la forme interne disparaît bientôt de ses réflexions ; le travail poétique de défamiliarisation (ostranenie) ne s’applique pas à elle mais aux formes externes, audibles ou visibles ; c’est vers elles que se déplace l’élément dynamique du langage, que Humboldt et Potebnja traduisaient par l’idée de forme interne.

  • 13 Viktor Šklovskij, Voskrešenie slova, in Gamburgskij ščet, op. cit.,p. 36. C’est moi qui souligne.

7Abandonnant la forme interne, Šklovskij rompait du même coup avec le substantialisme de Potebnja. Dans ses premiers écrits, « La résurrection du mot », « L’art comme procédé » et d’autres, il engageait les artistes à « ressusciter » non seulement les mots mais les choses, en les mettant au même rang : « […] nous avons cessé d’être artistes dans la vie quotidienne, nous n’aimons pas nos maisons ni nos vêtements et nous quittons facilement la vie sans la sentir. C’est la création des nouvelles formes de l’art qui peut seule rendre à l’homme l’expérience de l’univers, ressusciter les choses et tuer le pessimisme13. »

  • 14 Ibid., p. 63.
  • 15 Ibid., p. 120.

8Le substantialisme, que Potebnja plaçait au cœur même du mot, dans sa forme interne, se conserve chez le jeune Šklovskij comme une survivance, se rapportant au référent hors-linguistique. Dans « L’art comme procédé » on lit que le but de l’art est de « faire en sorte que la pierre soit en pierre »14, c’est-à-dire de rendre sensible la substance des choses ; or quelques années plus tard, dans « Rosanov » (1921), Šklovskij en vient à affirmer la nature purement relationnelle de la forme et, comme s’il faisait écho à lui-même, déclare que pour une pierre littéraire, l’essentiel n’est pas d’être en pierre mais d’être en relation avec quelque chose d’autre : « L’œuvre littéraire est une pure forme, elle n’est pas une chose ni une matière mais un rapport des matières […] les oppositions d’un monde à un monde ou d’un chat à une pierre sont égales l’une à l’autre15. »

  • 16 Aleksandr Potebnja, Estetika i poètika, op. cit.,p. 178. C’est moi qui souligne.

9La conception différentielle, et par conséquent discontinue, de la forme linguistique impliquait une rupture de continuité entre la forme ancienne et la forme nouvelle. Chez Potebnja, le contenu et la forme interne d’un mot poétique pouvaient être liés dans un passage ininterrompu ; c’était bien une condition du mot imagé, dans lequel l’image cesse d’être refoulée, usée par le concept. Ce dernier semblait croître à partir de la forme interne, au cours d’un processus continu de création sémantique. Analysant la structure d’une chanson populaire lithuanienne, Potebnja écrivait : « Un lien légitime entre l’eau et l’amour sera établi seulement lorsqu’une possibilité de passer sans saut d’une de ces idées à l’autre sera donnée, lorsqu’il y aura par exemple dans la conscience un lien entre la lumière, comme une épithète de l’eau, et l’amour16. »

  • 17 « L’histoire de la littérature progresse par une ligne discontinue, cassée ». – Viktor Šklovskij, R (...)

10La théorie de Šklovskij, par contre, exclut tout lien naturel entre la forme « ancienne » (usée, rendue automatique) et la forme « nouvelle » (défamiliarisée), parce que toutes les deux ont une nature différentielle, définie par des rapports à distance. À l’étape suivante de l’élaboration théorique, cette discontinuité paradigmatique se développe, comme l’a montré Aage Hansen-Löwe, en discontinuité syntagmatique et diachronique : ainsi, la narratologie formaliste donnera un rôle de première importance à la « construction graduelle », qui coupe le récit en tranches bien divisées, et la théorie formaliste de l’évolution littéraire privilégiera les déplacements et les renversements qui surviennent aux moments de « canonisation de la lignée cadette17 ». Plus tard encore, l’élaboration du même schéma dans la théorie anglo-saxonne d’après guerre devait produire l’idée des « lectures fortes » (strong lectures), négligeant le sens propre et externe d’un texte au profit d’un sens nouvellement construit qui, par sa nouveauté même, s’oppose à la forme interne, immanente au mot. Abandonner la catégorie de forme interne, c’était introduire des articulations nettes dans le mouvement d’un mot ou d’une littérature ; la première intuition d’un mot rendu « sensible » se projette et s’extrapole à d’autres domaines et situations, loin du mot isolé.

Griftsov

  • 18 Historien de la littérature française et italienne, traducteur éminent (1895-1950).

11La forme interne est considérée, sans mention du terme, dans le livre de Boris Griftsov18 Psychologie de l’écrivain, écrit en 1924 et publié bien après la mort de l’auteur, en 1988 ; elle y est traitée sous le nom de « mot vivant » (jivoe slovo), dans un chapitre portant le même titre.

  • 19 Boris Griftsov, Psixologija pisatel’a, Moscou, 1988, p. 93.
  • 20 Ibid., p. 92.
  • 21 D’autres chapitres de la Psychologie de l’écrivain contiennent des références à Šklovskij. A. Hanse (...)
  • 22 Boris Griftsov, op. cit.,p. 91-92.

12Ayant défini l’objet de son étude comme la « psychologie de l’écrivain », Griftsov ne s’occupe pas par conséquent des lois objectives de l’œuvre, mais de l’expérience de l’auteur qui la produit. Considéré de ce point de vue, le caractère sensible des formes verbales n’est plus un effet artistique délibérément recherché, mais un trait primordial de la psyché de l’écrivain : « L’écrivain est défini par son rapport particulier au mot »19. Ce « rapport particulier » peut se manifester entre autres par une sensibilité à l’étymologie : l’écrivain est celui qui entend par exemple (à la différence d’un médecin) dans le mot prophylactique le sens de « l’avant-garde », montée contre la maladie-agresseur, et dans le mot mélancolie, le sens de « l’humeur noire » inondant l’âme d’un individu. D’ailleurs, dans ce dernier mot l’écrivain perçoit encore quelque chose de plus, à savoir « un rythme languissant et une mollesse impuissante des sons »20. Il est donc sensible non seulement à la forme interne et étymologique (selon Potebnja) mais aussi à la forme externe et sonore (selon Šklovskij)21. Pour mieux faire valoir la distance entre Griftsov et Potebnja, il convient de remarquer que chez le premier, les exemples de « résurrection » des mots sont pris parmi les mots empruntés à une langue ancienne (grecque), et dont l’histoire est marquée d’une rupture brutale – de l’acte même d’emprunt, d’arra-chement à la tradition originelle et d’importation à un autre système linguistique. Dans ces conditions, le passage, sans saut, de l’image au concept dont parlait Potebnja ne peut plus se produire chez un peuple créateur de langue, mais seulement chez un écrivain, un intellectuel qui a fait des études classiques. À la diminution du rôle de la forme interne, correspond chez Griftsov une valorisation de la forme externe et sonore. Tout en reconnaissant l’importance de « l’image », l’auteur n’en estime pas moins que le but essentiel des efforts restaurateurs de l’écrivain est de rétablir la sonorité des mots : « Pour un artiste, la sémasiologie n’est jamais l’extraction d’un sens abstrait mais toujours le rétablissement d’une sonorité initiale, qui s’est fondue indissolublement avec l’image22. »

  • 23 Ibid., p. 93.
  • 24 La notion de « mot vivant », un lieu commun de la critique littéraire russe du début du siècle, se (...)
  • 25 Boris Griftsov, op. cit.,p. 95.

13Les formes sonores bien ressenties – la phonétique d’un nom propre, la structure rythmique d’un incipit – sont le cachet personnel d’un auteur, une « réaction spontanée du poète à l’impulsion extérieure »23 ; et, grâce à cette expérience de l’artiste, un mot saillant dans un texte devient un mot « vivant »24. En expliquant son idée, Griftsov renverse la métaphore courante des rapports entre la « forme » et le « contenu » d’une œuvre. L’élément verbal et sonore de la « forme » sert de « liqueur vive » qui vivifie le contenu conceptuel. Le critique évite d’utiliser le terme compromis de « forme interne », mais la forme qu’il décrit est bel et bien la forme interne et créatrice : « Or qu’est-ce que veulent dire : forme et contenu ? Les termes opposés sont choisis par analogie avec un vase et un liquide qui le remplit. Dans le vase, dont les parois sont faites de mots sonores, l’artiste verserait ses pensées. Voilà une représentation étonnamment abstraite de la création. Pour s’en tenir à cette analogie du vase et du liquide, la bonne interprétation sera l’inverse de l’interprétation courante. Il est évident que ce ne sont pas des idées abstraites mais des mots vivants et concrets qui auront pour l’artiste un caractère sensible et une primauté matérielle. La liqueur vive des mots d’abord, les parois artificielles du vase ensuite. Les mots vivants et polysémiques sont retenus dans les limites de la pensée, froides comme le verre. Les mots sonores et bariolés fournissent le contenu, la matière de l’œuvre, et ce sont les pensées qui en seront la forme, le vase aux parois transparents25. »

  • 26 Ibid., p. 101-102.

14Sans être nommée par son nom, cette forme interne possède jusqu’à une fonction anamnésique : un mot absurde, coloré mais incompréhensible, nous incite à « remémorer » son sens. Griftsov attribue une valeur exemplaire à l’épisode des « mots gelés » dans le Quart livre de Rabelais ; à partir des sons inintelligibles de tels mots, on peut deviner ce qu’ils voulaient dire autrefois : « Des mots gelés et qui se dégèlent, des mots bariolés, semblables à des dragées, palpables comme des objets matériels, voilà une image essentielle pour la psychologie de l’écrivain. Nous autres lecteurs, qui sommes à l’écart, nous pouvons en tirer des conclusions et des leçons. Peut-être l’écrivain se doute-t-il lui aussi de ce sens abstrait, mais avant tout il palpe le mot, toujours polyvalent grâce à sa nature concrète et finalement inépuisable26. » Ainsi, la forme externe récupère des fonctions de la forme interne. La théorie de Griftsov se présente comme un compromis méthodologique entre Potebnja et -Šklovskij, un compromis d’ailleurs justifié par la perspective spéciale de son étude, consacrée non pas à la poétique, mais à la psychologie de l’écrivain. Chez Griftsov, il y a aussi une hésitation entre la définition proprement formelle et substantielle de la forme : « le mot vivant » est tantôt entendu comme la structure minimale de l’œuvre (le rythme d’un vers, etc.), tantôt, métaphoriquement, comme une magique « liqueur vive » ou bien comme un « mot-dragée » rabelaisien, une sorte de monade linguo-poétique, pourvue d’un contenu et d’une forme en même temps.

Špet

  • 27 Philosophe, disciple de Husserl (1879-1937), mort au Goulag.

15Une tentative de redéfinition de la notion de forme interne a été entreprise par Gustav Špet27 dans les livres Fragments esthétiques (1922-1923) et La Forme interne du mot (1927). La théorie esthétique de Špet fait partie d’un projet philosophique plus vaste, qu’on ne peut pas discuter ici ; je me limiterai à une brève analyse de la catégorie de forme interne proprement dite.

  • 28 « La poétique psychologique, la poétique comme “psychologie de l’œuvre d’art” est dépassée. Notre a (...)
  • 29 Ibid., p. 409.
  • 30 Gustav Špet, Vnutrennjaja forma slova [La forme interne du mot], Moscou, 1927, p. 164.
  • 31 Gustav Špet, Sočinenija,op. cit.,p. 381. M.S. Grigoriev, l’auteur d’un long compte-rendu de la Form (...)
  • 32 Gustav Špet, Sočinenija,op. cit.,p. 400.
  • 33 Ibid.,p. 407.
  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid., p. 408. Cf. : « Si l’on peut parler de la « forme interne » comme rapport entre la forme ext (...)
  • 36 Gustav Špet, Vnutrennjaja forma slova, op. cit., p. 83.

16Špet se donne pour tâche de revenir aux fondements philosophiques de cette idée, de la dégager des simplifications philologiques et surtout « psychologiques » – autrement dit, de revenir à Humboldt par-dessus la tête de Potebnja28. Mais ce projet restaurateur ne semble pas réalisé, et l’auteur lui-même l’avoue : « En somme, je n’emprunte à Humboldt qu’un terme, et j’y mets mon propre sens29. » D’une part, Špet cherche à rétablir une définition rigoureusement « formelle », purement sémantique de la forme interne, en en éliminant toute charge substantielle, qui relèverait de l’image et du sensible ; c’est bien le but de sa lutte contre le « psychologisme » ; chez lui la forme interne n’est pas traitée comme une image mais comme une sorte de concept, comme un effet de l’activité intellectuelle et conceptuelle du langage. D’autre part, en déviant de l’idée humboldtienne de forme interne de la langue, Špet se range du côté de Potebnja pour s’occuper de la forme interne du mot, confor-mément au titre deson ouvrage de 1927, dont le sous-titre est pourtant « Études et variations sur les thèmes de Humboldt ». Comme Potebnja, il reconnaît dans le mot isolé « un représentant […] de toute la langue avec son passé idéal » ; il cite à l’appui les procédés d’identification entre le tout et la partie appliqués dans les sciences et dans les pratiques courantes (achat de tissu d’après un spécimen, du beurre « au goûter », etc.)30. Il est vrai que l’extension de la notion de mot devient chez lui presque illimitée : « Le lien syntaxique des mots est lui aussi un mot, et par conséquent la parole, le livre, la littérature, la langue universelle, toute la culture sont un mot. Sous l’aspect métaphysique, rien n’empêche de considérer jusqu’à l’univers cosmique comme un mot31. » Alors comment, dans le cadre de ce mot sans limites, qui dépasse même l’opposition entre l’énoncé particulier et la totalité linguistique (voire cosmique), comment y construire une théorie des formes internes qui soit purement intellectualiste et libre de tout substantialisme ? La solution sera la distinction de formes internes « logiques » et « poétiques ». Les formes internes logiques, d’un caractère général et systématique, relèvent d’une structure sémantique universelle, d’un niveau intermédiaire entre les formes « externes et morphologiques » de la langue et les formes « purement ontiques » des choses qu’elle évoque32 ; il s’agit à peu près de la même articulation du plan du contenu d’une langue que celle que Hjelmslev définira dans les années 40 comme « la forme du contenu » (tandis que les formes « externes » et morphologiques de la langue semblent équivaloir chez Špet à la « forme de l’expression » selon Hjelmslev). Quant aux formes internes poétiques, elles sont d’un caractère hors-systématique, occasionnel, et se rapprochent de la parole plutôt que de la langue (pour utiliser les termes saussuriens). Les formes internes poétiques, écrit Špet, sont « des formes internes syntagmatiques toutes particulières »33, elles se constituent par un rapport du « syntagme en tant que forme de l’expression […] aux formes externes »34 ; autrement dit, elles sont par nature uniques comme des événements : « Les syntagmes empiriques se produisent par un caprice du langage, ils sont ses sourires et ses grimaces, et c’est pourquoi ces formes-là sont versatiles, dégagées, labiles et dynamiques35. » Leur limite, « l’idéal » n’est pas d’épuiser le sens, mais de le dégager de ses liens objectifs et de l’insérer dans d’autres liens, plus ou moins arbitraires, subordonnés à la fantaisie plutôt qu’à la logique. Leur dialectique est leur jeu, les comprendre signifie apprendre ce jeu en s’y immergeant ou en s’y abandonnant ; ce jeu qui est si familier à chacun de nous par le sentiment particulier de plaisir qui l’accompagne36.

  • 37 Guéorgui Vinokur, Filologičeskie issledovanija, Moscou, 1990, p. 87.
  • 38 Gustav Špet, Vnutrennjaja forma slova, op. cit., p. 101.
  • 39 Gustav Špet, Sočinenija, op. cit., p. 442.
  • 40 Špet emploie le mot latin connotatio. G. Vinokur, essayant beaucoup plus tard (en 1947) de reconsti (...)
  • 41 Gustav Špet, Sočinenija,op. cit.,p. 464. Les métaphores d’écoulement continu du sens sont fréquente (...)
  • 42 Ibid., p. 471. Un essai d’herméneutique de ce mot-personne a été donné toujours par Vinokur dans so (...)

17Dans son compte rendu des Fragments esthétiques, le disciple de Špet Guéorgui Vinokur définissait la forme interne comme « une articulation interne de la structure verbale, constituée par un enchevêtrement des formes syntaxiques et des formes -logiques du mot et, en tant que telle, fondant notre expérience esthétique de la poésie37 ». Or, « enchevêtrées » dans l’acte isolé de création poétique, les formes internes « logiques » et « poétiques » divergent au niveau de la catégorisation abstraite. Si les premières forment, on s’en souvient, une instance intermédiaire entre les formes externes (les formes sonores des mots) et les formes purement ontiques (les formes des choses), les secondes semblent occuper une place hiérarchique plus élevée : ces « jeux » et « sourires » du langage « prétendent à une sorte de forme absolue, une forme de formes, supérieure et ultime dans le système et la structure des formes verbales et logiques38 ». La formule qu’on vient de citer se rapporte à la forme interne en général, mais Špet remarque par ailleurs que « les formes -logiques restent des formes internes fondatrices, et les formes poétiques – des formes internes fondées39 ». La forme interne poétique est peut-être plus « superficielle », secondaire par rapport à la forme interne logique qui la « fonde », mais de toute façon elle est la moins interne des deux. Comparée aux formes internes logiques, la forme interne poétique est une superstructure, une « connotation »40 qui se greffe sur la dénotation. Née d’un acte subjectif de création, elle se dégage des formes logiques et générales de la langue. « La structure objective est enveloppée, comme la terre de son atmosphère, d’un souffle de l’auteur, un souffle subjectif, personnel, biographique »41. Il y a plus : le sujet créateur ressemble lui-même à un mot et, en tant que tel, il possède une forme interne : « En somme la personne de l’auteur apparaît comme un analogue du mot. La personne est un mot et elle demande d’être comprise. Elle a ses propres formes sensibles, ontiques, logiques et poétiques42. »

18En consacrant les deux derniers chapitres de la Forme interne du mot à la théorie du sujet, Špet donne à lire en clair la nouvelle orientation que prend chez lui – comme chez d’autres – l’idée de forme interne. D’un élément universel et créateur du langage comme elle était entendue chez Humboldt, d’un sens étymologique, objectivement et historiquement préexistant au sens actuel comme elle était définie chez Potebnja, la forme interne devient une manifestation de la personne de l’auteur, un infléchissement individuel de la langue, et c’est en cette superstructure que la langue retrouve son sens ultime.

Florenskij

  • 43 Prêtre orthodoxe, théologien, philosophe, mathématicien et physicien (1882-1937) ; il a péri, exécu (...)
  • 44 Pavel Florenskij, Sočinenija, Moscou, 2000, t. 3 (1), p. 262-263.

19L’idée « personnaliste » de la forme interne s’exprime avec plus de vigueur encore dans les réflexions philologiques de Pavel Florenskij43. Chez lui, la théorie du mot fait partie d’un projet intellectuel d’une plus grande envergure encore que celui de Špet, un projet lié au courant théologique orthodoxe d’imiaslavie ; il est impossible de suivre ici toutes les implications de cette théorie. Il faut en tout cas toujours tenir compte du fait que pour Florenskij la « partie du discours » privilégiée et idéale est le nom propre, et en dernière instance le nom de Dieu, caractérisé par « une concentration exceptionnelle des déterminations de l’être et des relations de la vie » ; que « le mot, c’est celui-là même qui parle44.» Ces formules laissent déjà deviner quelle importance avait pour Florenski la plénitude du mot-personne ; or c’est la forme interne qui sera chargée de véhiculer cette plénitude.

  • 45 En russe U vodorazdelov doukhovnoi žizni, littéralement « Aux lignes de partage des eaux… ».
  • 46 Ibid., p. 213.

20Florenskij traite de la forme interne dans un chapitre intitulé « La structure du mot » (1922) et destiné à faire partie d’un ouvrage encyclopédique Aux cimes de la vie spirituelle45. Il oppose la forme interne et externe d’un mot comme l’élément général et individuel de celui-ci : « le mot en tant qu’un fait de langue, qui existe avant et indépendamment de moi, en dehors de tel ou tel emploi, et le mot en tant qu’un fait de vie spirituelle et personnelle, en tant qu’un cas de la vie spirituelle46 ». On est tenté d’interpréter cette opposition en termes saussuriens, d’assimiler la forme externe à la langue, et la forme interne à la parole ; mais, à la différence de Saussure, Florenskij est peu préoccupé du caractère systématique de la langue et préfère parler d’un mot isolé et autosuffisant.

  • 47 Ibid.
  • 48 Ibid., p. 218.

21La forme externe englobe, selon lui, tous les moments impersonnels d’un mot : sa structure sonore (le « phonème »), sa catégorisation grammaticale et conceptuelle (le « morphème »), bref son corps socialisé. Quant à la forme interne (le « sémème »), c’est l’âme du mot, dont la nature est individuelle, actuelle et événementielle : « Ainsi, le sémème d’un mot est toujours fluctuant, il respire, change de couleur, [il est] dépourvu de toute signification autonome, isolée de ce discours-ci, proféré par moi ici et maintenant, dans le contexte total de mon expérience, proféré en plus à cet endroit précis de ce discours. Que quelqu’un d’autre dise le même mot, et jusqu’à moi-même dans un autre contexte, son sémème serait différent ; plus encore, ses couches plus ténues seront modifiées même dans le cas où un discours identique est répété mot pour mot par une seule personne47. » Cependant cette âme du mot n’est pas subjective et arbitraire : en revenant aux recherches étymologiques de Potebnja, Florenskij (dont le discours philosophique accorde en général une part essentielle à l’étymologie du nom), envisage la forme interne du mot comme son étymologie intégrale, comme l’histoire cumulative de tous ses emplois précédents : « […] par son essence, l’âme du mot ne se laisse pas épuiser, même approximativement. Elle est tout ce qui s’est déposé pendant des siècles sur la forme externe, sans cependant laisser de traces objectives ou autrement enregistrables de l’extérieur48. »

  • 49 Le grand philologue contemporain Serguei Averintsev, en commentant ce texte de Florenskij, révèle d (...)

22Le sémème ( = forme interne) du mot russe berioza (bouleau) par exemple englobera les traditions mythologiques où figure cet arbre, les connaissances qu’en a la botanique contemporaine, les représentations imagées du bouleau venant de la littérature et des arts, les considérations linguistiques sur le mot berioza (par exemple celles que Florenskij lui-même expose à cette occasion…). La pensée de Florenskij n’est pas pure de contradictions, ou plutôt elle avance par zigzags : l’auteur a d’abord nettement opposé la forme interne à la forme externe, en l’associant à l’individualité du sujet parlant, et ensuite il en reconstitue peu à peu le contenu collectif, c’est-à-dire son histoire sémantique séculaire, qui dépasse de beaucoup les intentions conscientes du sujet parlant mais qui d’une manière obscure (« sans […] laisser de traces objectives ou autrement enregistrables de l’extérieur ») reste présente dans le mot proféré par lui ; une sorte d’anamnésis intégrale, qui ne vise pas un eidos primitif mais toutes ses manifestations historiques dans la culture49.

  • 50 Ibid., p. 215.
  • 51 Ibid., p. 216. Voir la formule de Špet citée plus haut : « La structure objective est enveloppée, c (...)

23Le plus curieux, c’est que cette forme interne, riche de l’histoire de la langue, se trouve située non pas en profondeur, mais à la surface du mot. Les métaphores de Florenskij ne laissent pas de doute sur ce point : la forme interne est « tout ce qui s’est déposé pendant des siècles sur la forme externe », la structure du mot peut être représentée « comme une série de cercles concentriques, et […] il est utile de figurer son phonème comme un noyau fondamental, emmailloté dans le morphème qui supporte à son tour le sémème »50. Mouvante et individuelle, la forme interne enveloppe le squelette immobile du morphème et du phonème, elle est l’âme mais elle est aussi la chair : « Enfin, ce corps vivant et raisonnable mais encore immobile comme un monument [il s’agit de la forme externe du mot. – S.Z.]acquiert de la souplesse lorsqu’il s’enveloppe de son âme […]51. »

24Il s’ensuit que la forme interne est en vérité externe, car elle est ajoutée de l’extérieur à la forme dite « externe ». Selon Florenskij, cette « âme » n’engendre pas la forme externe mais l’enveloppe, lui confère une mobilité vivante, l’individualise, la déforme. Florenskij semble se rapprocher plus ou moins consciemment de la théorie formaliste de « défamiliarisation » et de « résurrection du mot » par déformation de la forme externe de celui-ci ; mais il y a une différence entre Florenskij et Šklovskij, qui passe par le concept même de « forme ». Si « ténue », éphémère et insaisissable que soit, d’après Florenskij, « l’âme » du mot, elle n’en a pas moins une nature substantielle, héritée de Potebnja à qui Florenskij se réfère explicitement dans son texte. Tout en se développant en un éventail infiniment large de conno-tations historiques, « déposées pendant des siècles sur la forme externe », la forme interne n’est pas un paradigme purement relationnel, formé de pures distinctions. Elle est faite d’une substance particulière, « spirituelle ».

  • 52 La réduction de la forme interne s’accompagne de celle du sujet créateur, qui se réduit à ses geste (...)
  • 53 Dans La Forme interne du mot, Špet a renoncé par principe à tout exemple, et dans les Fragments est (...)

25Notre parcours délibérément incomplet, lui-même consacré surtout à l’analyse des « formes internes », des métaphores qui fondent la pensée des théoriciens, amène à penser que la réinterprétation de l’idée de forme interne du mot/langue, dans la théorie russe du premier tiers du xxe siècle, était liée à la recherche d’outils pour l’analyse des formes de présence de l’homme dans le langage. La philosophie romantique de création linguistique et poétique, qui animait la pensée de Humboldt et, en grande partie, celle de Potebnja, s’était usée dans l’éclectisme des élèves de ce dernier, dans leur vague théorie de « l’image » ; et lorsque, pendant et après la Première guerre mondiale, la tâche s’est imposée d’expliquer concrètement l’acte créateur individuel, non prédéterminé par les lois antérieures de la langue, alors c’est la catégorie de forme interne qui a servi d’expression de cet élément individuel et créateur ; mais pour cela il a fallu la transporter sur le plan subjectif, l’entendre désormais comme la forme d’un mot, d’un énoncé, d’un texte plutôt que d’une langue. Or les conséquences de cette mutation conceptuelle ont été grandes. Pour certains théoriciens, la meilleure solution semblait une réduction pure et simple de la forme interne52 et une attribution de ses fonctions à la forme externe ; pour d’autres, c’était l’individualisation de la forme interne et l’inversion de fait de ses rapports avec la forme externe, situant celle-là en dehors et au-dessus de celle-ci dans la structure du mot/énoncé. La première alternative est illustrée par des philologues et poéticiens (Griftsov, Šklovskij), la seconde par des philosophes (Špet, Florenskij). Dans l’étude historique des textes, c’est la première voie qui s’est avérée plus avantageuse, car le texte y est conçu comme articulé et discontinu, avec des points forts des « mots vivants » et des ruptures structurelles ; quant à la seconde voie, elle menait soit à la substantialisation de la forme à travers l’idée du nom ontologique chez Florenskij, soit aux spéculations esthétiques très subtiles mais historiquement inutilisables, chez Špet53.

26Le lien entre le problème de l’homme dans le langage et celui de la forme interne peut être montré aussi chez d’autres théoriciens russes des années 1920. Une corré-lation analogue se retrouve dans la métalinguistique de Mikhaïl Bakhtine/Valentin -Vološinov. Bien qu’ils n’emploient pas le terme de « forme interne » dans leurs ouvrages, leur projet de détecter sous la forme sémantique manifeste de l’énoncé (d’un acte de parole isolé, et non d’une langue entière) une autre forme latente, celle de la parole d’un autre à laquelle cet énoncé répond, se présente bien comme une tentative de poser de nouveau la question de sujet du discours, en faisant l’hypothèse d’une présence simultanée, dans l’énoncé, d’au moins deux instances subjectives en dialogue l’une avec l’autre.

  • 54 Après avoir terminé cet article j’ai pris connaissance du livre de Serguei Tchougounnikov, Du « pro (...)

27L’élaboration ultérieure de ce problème devait logiquement conduire à une nouvelle idée du sujet humain – par exemple dans l’esprit néo-hegelien ou existentialiste, en concevant le sujet comme porteur d’une négativité créatrice, déformant le continuum de l’en-soi et y introduisant un ordre rationnel (en dernier ressort, une structure à multiples niveaux, du type linguistique). En Russie, ce mouvement intellectuel a été bloqué, et l’histoire de la notion de forme interne s’est interrompue sans aboutir à la mise en place de nouveaux paradigmes. Cette catégorie, à mi-chemin entre les synthèses métaphysiques du xixe siècle et la nouvelle rationalité scientifique du xxe siècle, est restée pour ainsi dire en souffrance, comme une survivance, une espèce de forme interne d’une époque intellectuelle révolue, mais que la nouvelle époque n’a pas su investir d’un nouveau contenu54.

Haut de page

Notes

1 Ce texte a été publié en russe dans les actes du colloque « La Théorie russe des années 1920 et 1930 » (Russkaja teorija, 1920-1930-e gody, Moscou, RGGU, 2004).

2 Grand philologue russe et ukrainien (1835-1891), continuateur de Humboldt, spécialiste de la poésie populaire des pays slaves et est-européens.

3 Iouri Tynianov, Literaturnyi fakt, Moscou, 1993, p. 24 (citation du Problème du langage poétique, 1923).

4 « On a peine à citer un manuel où la question de la forme interne de la langue ne soit pas examinée, quoique souvent cette notion-là soit confondue avec la forme interne d’un mot isolé. En Russie, ce sont les ouvrages et l’autorité de A. Potebnja qui y ont contribué, car dans son interprétation de Humboldt il n’était pas libre de l’influence du psychologisme de Steinthal », lit-on dans une présentation des œuvres de Humboldt traduites en russe. – G.V. Ramishvili, « Wilhelm von Humboldt, fondateur de la linguistique théorique », in W. von Humboldt, Izbrannye trudy po lingvistike, Moscou, 1984, p. 19.

5 Aleksandr Potebnja, Estetika i poètika, Moscou, 1976, p. 175.

6 Ibid., p. 198. Potebnja lui-même s’occupait de la poésie populaire, anonyme et presque sans contexte historique : en cela, il suivait la conception humboldtienne de la langue comme processus total de création. Les disciples de Potebnja ont bientôt abandonné la position circonspecte de leur maître pour appliquer la théorie de « l’image » poétique à l’étude des auteurs modernes (poètes et prosateurs).

7 Ibid., p. 365.

8 En revanche, la méthode formelle et structurale néglige les oppositions substantielles : « Toutes les valeurs conventionnelles présentent ce caractère de ne pas se confondre avec l’élément tangible qui leur sert de support. Ainsi, ce n’est pas le métal d’une pièce de monnaie qui en fixe la valeur […] », Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, 1995, p. 164.

9 Écrivain, critique, l’un des premiers théoriciens du formalisme russe (1893-1984).

10 Viktor Šklovskij, Voskrešenie slova [La résurrection du mot], in Viktor Šklovskij, Gamburgskij ščet, Moscou, 1990, p. 36.

11 Viktor Šklovskij, Potebnja, in Poètika. Sborniki po teorii poetitšeskogo jazyka, I-II, Petrograd, 18 gos. tipografia, 1919, p. 4.

12 Voir Victor Erlich, Russkij formalizm, istorija i teorija, Saint-Pétersbourg, 1996, p. 22-25 (entre autres, l’auteur reproche aux formalistes d’être « ingrats à l’égard d’un confrère savant », c’est-à-dire Potebnja, et il explique cette ingratitude par une « irrévérence caractéristique du formalisme russe envers les autorités reconnues ») ; Aage Hansen-Löwe, Russkij formalizm, Moscou, 2001, p. 36-46.

13 Viktor Šklovskij, Voskrešenie slova, in Gamburgskij ščet, op. cit.,p. 36. C’est moi qui souligne.

14 Ibid., p. 63.

15 Ibid., p. 120.

16 Aleksandr Potebnja, Estetika i poètika, op. cit.,p. 178. C’est moi qui souligne.

17 « L’histoire de la littérature progresse par une ligne discontinue, cassée ». – Viktor Šklovskij, Rozanov, in Gamburgskij ščet, op. cit., p. 120.

18 Historien de la littérature française et italienne, traducteur éminent (1895-1950).

19 Boris Griftsov, Psixologija pisatel’a, Moscou, 1988, p. 93.

20 Ibid., p. 92.

21 D’autres chapitres de la Psychologie de l’écrivain contiennent des références à Šklovskij. A. Hansen-Löwe, ne connaissant pas encore cet ouvrage de Griftsov tardivement publié, et se fondant uniquement sur son livre La Théorie du roman (1927), qualifiait cet auteur d’ « historien de la littérature proche du formalisme » (A. Hansen-Löwe, op. cit., p. 15).

22 Boris Griftsov, op. cit.,p. 91-92.

23 Ibid., p. 93.

24 La notion de « mot vivant », un lieu commun de la critique littéraire russe du début du siècle, se rencontre également sous la plume du jeune Šklovskij : « Et maintenant, aujourd’hui, quand l’artiste a voulu avoir affaire à une forme vivante et à un mot vivant, pas mort […] », Viktor Šklovskij, Voskrešenie slova, in Gamburgskij ščet, op. cit.,p. 40.

25 Boris Griftsov, op. cit.,p. 95.

26 Ibid., p. 101-102.

27 Philosophe, disciple de Husserl (1879-1937), mort au Goulag.

28 « La poétique psychologique, la poétique comme “psychologie de l’œuvre d’art” est dépassée. Notre antipotebnianisme est un sain mouvement. À la suite des herbartiens en général et de Steinthal et Lazarus en particulier, Potebnja a compromis l’idée de “forme interne de la langue” », Gustav Špet, Sočinenija, Moscou, 1989, p. 447. Par « l’antipotebnianisme », Špet pouvait entendre le formalisme russe, qui contestait l’idée potebnienne de « l’image ».

29 Ibid., p. 409.

30 Gustav Špet, Vnutrennjaja forma slova [La forme interne du mot], Moscou, 1927, p. 164.

31 Gustav Špet, Sočinenija,op. cit.,p. 381. M.S. Grigoriev, l’auteur d’un long compte-rendu de la Forme interne du mot, signalait cette extension démesurée des catégories de Špet, tout en attribuant ses critiques à des « formalistes » non identifiés : « Aux formalistes, l’ouvrage de G. Špet ne plaira pas : ils diront (et ils le disent déjà) que la définition de la forme interne chez G. Špet est si large qu’elle laisse tout tomber à travers elle, de sorte qu’il ne reste plus rien du langage comme tel, en ses qualités spécifiques », M.S. Grigoriev, Vnutrennjaja forma slova [La forme interne du mot], in Literatura y marxizm 1/1928, p. 30-31.

32 Gustav Špet, Sočinenija,op. cit.,p. 400.

33 Ibid.,p. 407.

34 Ibid.

35 Ibid., p. 408. Cf. : « Si l’on peut parler de la « forme interne » comme rapport entre la forme externe et signifiante et la forme objective d’un contenu réel […] alors ce rapport doit aussi être entendu comme un mouvement, et la vie de la forme interne doit être entendue comme un développement qui s’effectue dans la manière de rapporter entre eux les deux termes de ce rapport », Gustav Špet, Vnutrennjaja forma slova, op. cit., p. 117-118.

36 Gustav Špet, Vnutrennjaja forma slova, op. cit., p. 83.

37 Guéorgui Vinokur, Filologičeskie issledovanija, Moscou, 1990, p. 87.

38 Gustav Špet, Vnutrennjaja forma slova, op. cit., p. 101.

39 Gustav Špet, Sočinenija, op. cit., p. 442.

40 Špet emploie le mot latin connotatio. G. Vinokur, essayant beaucoup plus tard (en 1947) de reconstituer cette théorie de la forme interne, identifie cette dernière avec le message connotatif du texte, au sens où la linguistique moderne entend cette notion après Hjelmslev : « Un contenu, exprimé par la forme sonore, sert de forme à l’autre contenu, qui n’a pas d’expression sonore particulière. Voilà pourquoi une telle forme est souvent appelée la forme interne », G. Vinokur, Filologičeskie issledovanija, op. cit.,p. 142. Chez Vinokur donc, la forme interne n’est plus un facteur « fondateur » ou générateur de la structure linguistique, mais un effet secondaire de la parole.

41 Gustav Špet, Sočinenija,op. cit.,p. 464. Les métaphores d’écoulement continu du sens sont fréquentes chez Špet : « Or le sens s’écoule dans les unes comme dans les autres [les formes internes logiques et poétiques. – S.Z.], c’est-à-dire du genre à l’espèce et inversement, de la partie au tout, de l’indice à l’objet, de l’état à l’action, etc. », Gustav Špet, Sočinenija, op. cit.,p. 419. Cf. supra l’expression de B. Griftsov « la liqueur vive des mots ».

42 Ibid., p. 471. Un essai d’herméneutique de ce mot-personne a été donné toujours par Vinokur dans son livre Biographie et culture (1927).

43 Prêtre orthodoxe, théologien, philosophe, mathématicien et physicien (1882-1937) ; il a péri, exécuté au camp de Solovki.

44 Pavel Florenskij, Sočinenija, Moscou, 2000, t. 3 (1), p. 262-263.

45 En russe U vodorazdelov doukhovnoi žizni, littéralement « Aux lignes de partage des eaux… ».

46 Ibid., p. 213.

47 Ibid.

48 Ibid., p. 218.

49 Le grand philologue contemporain Serguei Averintsev, en commentant ce texte de Florenskij, révèle dans son idée de forme interne des sources néoplatoniciennes, certainement connues de lui (ibid., p. 540). Il semble toutefois que le modèle cumulatif et paradigmatique, proposé dans « La structure du mot » et selon lequel le « sémème » se développe dans une multitude de « sédiments » historiques et contingents, ce modèle-là diffère considérablement de celui d’eidos unique.

50 Ibid., p. 215.

51 Ibid., p. 216. Voir la formule de Špet citée plus haut : « La structure objective est enveloppée, comme la terre de son atmosphère, d’un souffle de l’auteur, souffle subjectif, personnel, biographique ».

52 La réduction de la forme interne s’accompagne de celle du sujet créateur, qui se réduit à ses gestes intra-textuels et constructifs. Le formalisme de Šklovskij, c’est une véritable « mort de l’Auteur » avant la lettre.

53 Dans La Forme interne du mot, Špet a renoncé par principe à tout exemple, et dans les Fragments esthétiques les exemples littéraires ne lui servent pas d’objet d’analyse, mais plutôt de brèves illustrations ou de métaphores de sa pensée. Déjà M.S. Grigoriev regrettait que la notion de forme interne ainsi définie fût inapplicable en sciences historiques : « […] on ne s’imagine pas comment les linguistes et les critiques littéraires pourraient utiliser cette notion dans leur travail, essentiellement toujours historique ». – M.S. Grigoriev, art. cit., p. 38.

54 Après avoir terminé cet article j’ai pris connaissance du livre de Serguei Tchougounnikov, Du « proto-phénomène » au phonème : le substrat morphologique allemand du formalisme russe, Éditions de l’Université d’État de Kaliningrad, 2002 (en français), où la question de la forme interne du mot est posée dans plusieurs chapitres. Entre autres l’auteur analyse en détail (p. 62-71) l’emploi de cette catégorie chez Roman Jakobson : à la fin de son article « La nouvelle poésie russe » (1921) le grand linguiste et poéticien caractérisait les mots absurdes (zaum’) dans les poèmes de Khlebnikov comme des mots « à la recherche d’une signification » ou bien comme des mots « à la forme interne négative » – par analogie avec les éléments nuls (par exemple terminaisons) dans la structure morphologique des mots. En complément des commentaires de S. Tchougounnikov (et en développement de ma propre idée) on peut observer que Jakobson appelle « forme interne » un élément de structure dont l’absence est aussi signifiante que la présence. Son interprétation structurale aurait été impossible dans la théorie substantialiste de la forme interne, au xixe siècle : une structure qui inclut à titre égal des éléments patents et latents, neutralise de fait l’opposition entre la forme externe et interne ; cette idée de structure s’est imposée à une période tardive, après la Seconde Guerre mondiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Zenkine, « Forme interne, forme externe. Les transformations d’une catégorie dans la théorie russe du xxe siècle », Revue germanique internationale [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 28 avril 2009, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/112

Haut de page

Auteur

Serge Zenkine

Directeur de recherches à l’Université des sciences humaines de Moscou (RGGU)

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page