Navigation – Plan du site
« Forme interne » : Histoire d’un concept de l’Allemagne à la Russie des années 1920

De la « structure du mot » à la « forme interne » chez Gustav Špet

Maryse Dennes
p. 77-92

Résumés

L’œuvre du philosophe russe Gustav Špet (1879 – 1937) reste encore très peu connue en Occident et son ouvrage sur la Forme interne du mot publié en 1927 a gardé jusqu’à ce jour un caractère hermétique, du fait qu’il était le plus souvent envisagé sans être mis en rapport avec le premier grand texte philosophique de Gustav Špet, Le Phénomène et le Sens, consacré à la phénoménologie de Husserl. Or c’est dans le dernier chapitre de cet ouvrage de 1914, que Gustav Špet énonce ce qu’il entend par la « structure du mot et de l’expression ». Cette découverte, réinterprétée de façons diverses selon les domaines du savoir envisagés, sera à la base de toutes les recherches et de tous les écrits ultérieurs de Gustav Špet. Ici, nous essaierons de montrer comment le concept de « forme interne du mot », tel qu’il est utilisé et interprété par G. Špet dans l’ouvrage de 1927, est une application, dans le domaine de la philosophie du langage, de la découverte qu’il avait présentée en 1914 sur la structure du mot, et comment de cette façon s’éclaircit la critique à laquelle il soumet, dans le texte de 1927, la conception humboldtienne de la forme interne.

Haut de page

Texte intégral

Vicissitudes d’une œuvre

  • 1 G. Špet, Vnutrennjaja forma slova (Etjudy i variacii na temy Gumbol’ta), [La forme interne du mot ( (...)
  • 2 Dans la suite du texte nous indiquerons entre guillemets anglais (“”) la traduction en français de (...)
  • 3 G. Špet, Estetičeskie fragmenty [Fragments esthétiques]in : G.G. Špet, Sočinenija [Œuvres], Moscou, (...)
  • 4 G. Špet, Vvedenie v etničeskuju psixologiju [Introduction à la psychologie ethnique], in G.G. Špet, (...)
  • 5 G. Špet, Javlenie i smysl. Fenomenologija kak osnovnaja nauka i ee problemy [Le phénomène et le sen (...)

1Le problème que nous voulons soulever ici a déjà été évoqué dans certains articles ou communications, mais n’a jamais été vraiment développé. Il s’agit de celui de la “forme interne du mot” dans le rapport qu’elle entretient avec l’ensemble de l’œuvre de Gustav Špet. Différentes raisons nous obligent, dans un premier temps, à poser et à exposer le problème. La première est liée à la nature de l’œuvre en question et à ses retentissements jusqu’à une époque encore toute récente. La Forme interne du mot (Vnutrennjaja forma slova) est en effet le titre de la dernière œuvre que Špet a publiée avant son arrestation en 1929. Parue à Moscou, en 1927, dans le cadre du GAXN (Gosudarstvennaia akademiia xudožestvennyx nauk, Académie d’État des sciences artistiques), son sous-titre, « Etjudy i varjacii na temy gumbol’dta »[Études et variations sur les thèmes de Humboldt]1, rendait cet ouvrage susceptible d’attirer en priorité l’attention des linguistes. Les chercheurs intéressés par les problèmes de linguistique ou de philosophie du langage se sont donc tournés vers cette œuvre, en essayant de comprendre ce que Špet entendait par “forme interne du mot”2, mais ils l’ont fait soit en se limitant à cette œuvre, soit en se tournant aussi vers certains passages de deux autres œuvres parues dans les années vingt : Les Fragments esthétiques (Estetieskie fragmenty)3 et L’Introduction à la psychologie ethnique (Vvedenie v etničeskuju psixologiju)4, connues pour avoir influencé Jakobson. Cependant l’exposé de Špet sur la “forme interne du mot” n’a pratiquement jamais été rapporté par les linguistes de formation à ses écrits antérieurs et, en particulier, à celui de 1914, Le Phénomène et le Sens (Javlenie i smysl), ouvrage réputé philosophique et traitant de la phénoménologie husserlienne5. Une telle situation était contradictoire : les linguistes s’intéressaient au philosophe russe à travers l’œuvre qui se rapportait apparemment le plus à la linguistique, mais, de ce fait, ils n’accédaient qu’à une œuvre qui ne correspondait, pour le philosophe russe, qu’à une application dans le domaine de la linguistique d’une découverte faite depuis longtemps déjà dans la sphère de la philosophie. En se limitant à cette dernière œuvre ou aux œuvres publiées dans les années vingt, on se privait des bases philosophiques de ce qui ne se présentait par ailleurs, dans ces œuvres, que sous la forme de « fragments » ou de « variations ».

  • 6 Cf. à ce sujet les publications qui arriveront à voir le jour, plus ou moins ouvertement, jusqu’en (...)
  • 7 Voir M. Dennes, Husserl-Heidegger, influence de leur œuvre en Russie, Paris, 1998.
  • 8 A. A. Reformatskij, Iz istorii otečestvennoj fonologii [De l’histoire de la phonologie nationale], (...)
  • 9 V.V. Ivanov, Špet G.G., in Kratkaja literaturnaja enciklopedija [Petite encyclopédie littéraire], M (...)
  • 10 V.V. Ivanov, Očerki po istorii semiotiki v SSSR [Essais sur l’histoire de la sémiotique en URSS], M (...)

2Une autre raison peut être invoquée pour insister sur la nécessité de mettre en valeur le rapport du contenu de la “forme interne du mot”et de la structure du mot telle qu’elle avait été exposée dans Le Phénomène et le Sens. Elle est directement liée à l’époque de l’écriture de La Forme interne du mot et aux circonstances historiques ayant conduit Špet à engager ce travail et à le publier en 1927. Il s’agit en effet d’une période où avaient déjà été interdits non seulement les écrits dits « idéalistes » mais aussi ceux qui entretenaient un rapport à la phénoménologie, l’une des rares orientations philosophiques ayant bénéficié, du fait de son aspect « scientifique », d’un sursis jusqu’en 1924. À côté de cela, la linguistique bénéficiait dans le domaine des sciences humaines d’une attention particulière et les linguistes d’une relative liberté d’expression. C’est l’époque où co-existent des pensées aussi diverses que celles de Marr, de Saussure, de Polivanov, de Vološinov, et où les références aux prises de position de Lénine en matière de linguistique n’excluaient pas, chez certains penseurs, l’approfondissement de questions marginales au marxisme-léninisme, comme celles de la “Glorification du Nom”6. Il serait possible de montrer comment Špet dût nécessairement s’adapter à un tel contexte, et c’est en partie à cause des circonstances historiques que sa démarche glissa de la philosophie pure à la philosophie du langage et à la linguistique, en passant par la psychologie, l’ethnologie, l’histoire et l’esthétique7. La troisième raison que nous pouvons invoquer est dépendante des précédentes. Elle concerne l’héritage de la pensée de Špet et la façon dont il a été diffusé. Après le long silence qui a entouré son œuvre (trente ans si on prend en compte la date où il a été fusillé à Tomsk, mais quarante ans si l’on part de la date de 1929 où il a été arrêté et où le GAXN a été fermé), c’est par l’intermédiaire de la linguistique ou par référence à la théorie littéraire et en particulier à la sémiotique, que l’on recommença à parler de son œuvre en Russie : en 1970 Reformatskij le mentionne dans son ouvrage sur l’histoire de la phonologie8 ; en 1975 V.V. Ivanov lui consacre un article dans la Petite encyclopédie littéraire9, et il le mentionne comme l’un des fondateurs de la sémiotique en 1976 dans ses Essais sur l’histoire de la sémiotique10, publiés à Moscou.

  • 11 R. Jakobson, A retrospect, in Selected Writings II, The Hague, 1971.
  • 12 E. Holenstein, Linguistik, Semiotik, Hermeneutik. Plädoyers für eine strukturale Phänomenologie, Fr (...)
  • 13 E. Freiberger-Sheikoleslami, Philosophical Linguistics : W. v. Humboldt and G.G. Shpet (A semiotic (...)
  • 14 H. Spiegelberg, The phenomenological movement. A historical introduction, The Hague/Boston/London, (...)
  • 15 A. Haardt, Phänomenologie und strukturelle Sprachanalyse bei Gustav Špet. Zur russischen Husserl-in (...)
  • 16 G. Špet, Appearance and Sense – Phenomenology as the Fundamental Science and its Problems, traduit (...)

3À l’étranger, ce fut à peu près la même chose. Là aussi c’est par des écrits sur la linguistique et la sémiotique que Špet devint connu dans les années 1970 et 1980. Nous pourrions citer le Retrospect de Jakobson en 197111, l’ouvrage de Elmar Holenstein sur la linguistique et la sémiotique de 197612, l’article de Erika Freiberger-Sheikoleslami intitulé Philosophical Linguistics : W. Humboldt and G. Shpet (A semiotic theory of inner form)13, qui sont très significatifs de ces débuts de la recherche sur Špet. Et si l’on trouve néanmoins, dans les années 1980, quelques approches de Špet en tant que philosophe et héritier de la phénoménologie, celles-ci demeurent minoritaires et, renvoyant au disciple de Husserl, elles laissent alors de côté la référence de Špet à Humboldt14. Cette diffusion limitée de l’œuvre de Špet à l’étranger est aussi indéniablement liée au manque de traductions. Si Špet est en effet cité par quelques spécialistes, l’œuvre par elle-même reste inaccessible et on se limite donc à l’image qui est donnée de Špet par les uns ou les autres. En tous cas, et pour ces différentes raisons, nous avons affaire à des circonstances qui ont empêché, en Russie ou en Occident, d’avoir une vue d’ensemble de l’œuvre de Špet et de rattacher son écrit sur Humboldt à celui de 1914 sur Husserl. Ce n’est qu’à partir de la fin des années 1980 qu’en Allemagne et aux USA, le contexte permit d’étudier plus profondément l’œuvre philosophique de Špet et de rattacher son analyse de la langue à son interprétation de la phénoménologie. Deux noms sont à retenir : Alexander Haardt qui publie articles et ouvrages allant dans cette direction (1988, 1991, 1993)15 et Thomas Nemeth qui publie en anglais, en 1991, une traduction de Le Phénomène et le Sens sous le titre d’Appearance and Sense16.

  • 17 G. Špet, Javlenie i smysl, op. cit.Le texte vient d’être republié dans : G. Špet, Mysl’ i slovo, Iz (...)
  • 18 G. Špet, Vnutrennjaja forma slova. Etjudy i variacii na temy Gumbol’ta [La forme interne du mot (Ét (...)
  • 19 G. Špet, Vnutrennjaja forma slova, op. cit.

4Un autre élément significatif peut également être souligné. En Russie, alors qu’à partir de 1988 certains écrits de Špet commencent à être de nouveau publiés et que la reconnaissance des œuvres du philosophe russe se fait plus importante et régulière dans les années 1990, ce ne sont pas les textes à caractère vraiment philosophique qui ont d’abord la préférence. Il faut attendre 1992 et 1994 pour en trouver quelques-uns sans qu’il ne s’agisse pourtant du plus important d’entre eux, c’est-à-dire Le Phénomène et le Sens. Publié à Tomsk en 1996, cet ouvrage est resté très difficile d’accès jusqu’à ces derniers temps. Pour engager la traduction de cet ouvrage en français, nous avons été obligées, en un premier temps, d’avoir recours à la photocopie du manuscrit de 191417. Quant à La Forme interne du mot, elle paraît en 1996, dans une édition très défectueuse18. Le texte de 1927 a été récemment republié, en 500 exemplaires seulement, non point à Moscou mais à Ivanovo19.

5Une dernière raison nous conduit encore à souligner la nécessité de revenir sur les interprétations de La Forme interne du mot, et de rattacher cette œuvre de 1927 au texte de 1914, à caractère plus ouvertement philosophique. Elle se trouve liée au fait que la situation de la dernière décennie n’a guère changé. Malgré les publications et les traductions que nous venons d’évoquer, les articles concernant cette œuvre restent marqués, en majorité, par les caractéristiques mentionnées plus haut. Ceux qui s’intéressent à ce texte sont, la plupart du temps, des linguistes qui portent un regard sur l’œuvre de Špet et essaient d’en tirer quelque chose en restant dans le seul cadre de la linguistique. Des éléments intéressants apparaissent mais l’essentiel est manqué : la signification profonde, quasi ontologique des énoncés qui se trouvent formulés dans le dernier ouvrage de Špet.

  • 20 M.A. Gur’janova, Vnutrennjaja forma slova v koncepcii G.G. Špeta [La forme interne du mot selon la (...)
  • 21 A.N. Portnov, Filosofija jazyka G.G. Špeta [La philosophie du langage de G.G. Špet], in Vnutrennjaj (...)
  • 22 Ibid., p. 290-291.

6Un article peut nous servir d’exemple : celui de M.A. Gourianova, paru, précisément, dans un recueil de linguistique, publié par le département de linguistique générale de l’Université de Saint-Pétersbourg en 199320. Comme dans d’autres articles également, nous avons affaire ici à une présentation – description du contenu de La Forme interne du mot. L’auteur colle au texte et reprend l’exposé de Špet en le résumant. De ce fait, Špet est présenté essentiellement comme héritier de Humboldt et de Potebnja, et les modifications critiques qu’il fait subir aux conceptions des deux linguistes qui l’ont précédé ne sont envisagées qu’à partir de problèmes propres à la linguistique. Par exemple, Špet est distingué de Potebnja en raison de son anti-psychologisme, mais Gourianova n’en renvoie pas pour autant aux travaux philosophiques de Špet qui fondaient cet anti-psychologisme, alors que si l’on en reste seulement à La Forme interne du mot, certains éléments peuvent apparaître à ce propos comme contradictoires. De façon générale, Gourianova ne va pas chercher dans les textes antérieurs de Špet, et en particulier dans Le phénomène et le sens, la raison des modifications que G. Špet fait subir à l’approche de Humboldt. Au contraire, elle ne se réfère à quelques autres textes qu’à partir de La Forme interne du mot. De cette façon, elle pose, chez Špet comme chez Humboldt et chez Potebnja, la linguistique comme science de base pour approcher la poétique et l’esthétique. Sa démarche, qui va en sens inverse de celle de Špet, ne lui permet pas de voir qu’il y a chez ce dernier une différence entre le domaine spécifique de la linguistique et l’approche de la langue à partir de la philosophie qui, indépendamment du contenu spécifique de chaque science humaine, a comme fonction de rendre plus évidente la structure de base qui permet leur fonctionnement. À côté de cela, le long paragraphe que Gourianova consacre à des éléments bibliographiques est, il est vrai, peut-être encore justifié en 1993, Špet n’étant pas encore bien connu à cette date, mais il n’empêche que ces éléments maintiennent l’auteur à l’écart d’une véritable problématique – une situation que l’on retrouve jusque dans des articles de la fin des années 1990. Cependant, c’est dans cette partie que Gourianova fait néanmoins allusion à l’héritage husserlien, sans que le lien possible avec la réflexion de Špet sur Humboldt ne soit toutefois établi. Rien ne permet de laisser supposer que la découverte principale de Špet a eu lieu en 1914, alors qu’il travaillait d’une façon tout à fait originale sur l’œuvre de Husserl, et qu’un lien étroit, mais caché, peut être établi entre la structure du mot telle qu’elle est énoncée dans Le Phénomène et le Sens et la définition que Špet donne de la “forme interne du mot” dans le texte de 1927. Pour entrer plus dans le détail, nous pouvons dire qu’il y a bien, chez Gourianova, des énoncés intéressants donnant le cadre d’une étude globale de l’œuvre de Špet, comme lorsqu’il parle de la structure de l’expression comme « lieu d’une complète objectivation », permettant de penser, autant en philosophie générale qu’en philosophie du langage, une suppression des frontières entre le subjectif et l’objectif ; ou bien lorsqu’il insiste sur le mot et l’expression comme “objets sémantiques” et renvoie à l’influence de Marty. Mais, dans tous les cas, on en reste au cadre de l’ouvrage de 1927 et aux caractéristiques de l’approche linguistique. Déjà, dans Le Phénomène et le Sens, la référence à Marty avait joué un rôle important dans l’approche critique de Husserl élaborée par Špet. C’est d’ailleurs cela qui permet à A.N. Portnov, dans sa postface à la réédition de La Forme interne du mot21, de montrer que la sémasiologie telle que l’entend Špet, ne correspond pas à ce qu’entendent habituellement les linguistes par ce terme (c’est-à-dire le domaine de la sémantique lexicale), mais qu’il faut comprendre par ce terme, chez Špet, ce que l’on entendra ultérieurement par sémiotique, c’est-à-dire l’usage du langage comme prototype de la science des signes, comme logique de l’expression du sens22.

7Il est clair qu’en partant du texte de La Forme interne du mot, Gourianova remonte de l’expression au mot. Il prend le mot comme un exemple de l’expression, alors que dans l’ensemble de l’œuvre de Špet, la démarche est conduite dans le sens inverse, du mot à l’expression, et c’est cela qui explique d’ailleurs toute la place attribuée dans La Forme interne du mot à la constitution des concepts. Malgré l’anti-psychologisme de Špet, le sujet garde une fonction en tant que c’est lui qui donne un sens au matériau dont il dispose et qu’il cherche à faire signifier [que ce matériau soit d’ailleurs indiqué par značenie (“signification”) dans Le Phénomène et le Sens, ou par l’ensemble phonique dans La Forme interne du mot]. C’est lui qui choisit ou non de modifier ce qui est déjà entendu par un mot ; c’est encore lui qui de toute façon laisse toujours une trace de son intervention dans l’expression qu’il donne de l’idée qu’il a d’une chose. Gourianova relève les termes de smysl (“sens”)et de značenie (“signification”)que Špet emploie aussi dans La Forme interne du mot, mais il est vrai que si l’on ne se réfère pas à la place primordiale que ces deux notions occupent dans Le Phénomène et le Sens, alors quelque chose échappe du travail de transfert auquel Špet s’est adonné pour tenter de définir la “forme interne du mot” à partir de ce qu’il avait déjà appréhendé en le formulant d’une autre façon, dans son écrit philosophique de 1914. Pour terminer avec cet exemple, nous pourrions dire que dans cette approche, comme dans d’autres similaires, les énoncés qui sont donnés sur la structure du mot, en tant qu’ils sont censés définir la “forme interne du mot”, continuent à apparaître comme secondaires ou dérivés, dans la mesure où ils ne se situent pas dans une perspective qui rassemble tous les aspects et les moments de l’œuvre de Špet. Ainsi, si la tentative de retrouver la pensée de Špet sur le mot, l’expression et la “forme interne”, se fait seulement à partir de la réflexion qu’il conduit en se référant à Humboldt, – à partir donc de ce qu’il emprunte à Humboldt et de ce qu’il critique et modifie chez ce dernier –, quelque chose d’essentiel nous manque qui est à la base de sa réflexion et qui justifie ses incursions dans différents domaines du savoir, y compris la linguistique : à savoir la structure de base qui lui permet précisément de faire un tel travail et qui se trouve, pour lui, au fondement de toute énonciation et de toute formulation d’un savoir, à savoir encore la structure du mot et de l’énonciation telle qu’il l‘avait formulée déjà dans Le Phénomène et le Sens.

  • 23 S. G. Syčeva, G.G. Špet. Dux i jazyk. Forma i smysl [G.G. Špet. L’esprit et la langue. La forme et (...)
  • 24 M.K. Guidini, Slovo i real’nost’. K voprosu o rekonstrukcii filosofii jazyka Gustava Špeta [Le mot (...)
  • 25 A. N. Portnov, Filosofija jazyka G.G. Špeta, op. cit.
  • 26 M. K. Guidini, Slovo i real’nost’. K voprosu o rekonstrukcii filosofii jazyka Gustava Špeta, op. ci (...)
  • 27 Ibid., p. 58.

8Le fait que Gourianova envisage La Forme interne du mot d’un point de vue principalement linguistique et ne se réfère pas aux écrits purement philosophiques de Špet, est en lui-même compréhensible puisque l’article est publié dans un ouvrage de pure linguistique. Cependant, les mêmes tendances se retrouvent dans plusieurs articles publiés sur Špet, et en particulier, sur La Forme interne du mot, dans les recueils des Špetovskie čtenija [Lectures špétiennes], publiés à Tomsk en 1997 et en 1999 et consacrés à l’héritage philosophique de Špet23. Quelques exceptions cependant sont à noter parmi les parutions des années 1990, dont, par exemple, l’article de Maria Guidini dans le recueil des lectures špétiennes de Tomsk de 199724 et celui d’A.N. Portnov en postface de l’édition de Vnutrennjaja forma slova, à Ivanovo en 199925. Il s’agit là de deux articles qui, à l’occasion de la présentation de la problématique de la “forme interne du mot”, ont le mérite de ne pas s’en tenir seulement à l’historique de cette problématique que Špet présente dans le troisième chapitre de son texte de 1927, mais de profiter de cette occasion pour revenir sur le parcours du philosophe russe et sur les influences subies : celle de la phénoménologie, mais aussi celle de la philosophie du langage telle qu’elle s’est développée en Angleterre depuis Ockham. Dans chaque article, par exemple, l’importance de la référence de Špet à la logique terministe des xiiie et xive siècles est clairement soulignée. Ainsi, par le biais des influences, le cadre donné à l’approche linguistique dans le texte de 1927 se trouve mis en correspondance avec le cadre initialement donné, dans Le Phénomène et le Sens, à l’approche philosophique des questions du langage déjà soulevées au sein de la querelle des nominalistes et des réalistes. Les auteurs n’en restent pas au contenu littéral de certains énoncés, mais essaient de dégager le sens profond qui les habite. Ainsi, l’approche fondamentale du mot qui se trouve pratiquée dans l’article de Maria Guidini conduit à quelques conclusions intéressantes sur l’implication du sujet dans l’acte d’énonciation (et ceci, indépendamment des énoncés de Špet prônant l’anti-psychologisme). De même, le problème de la différenciation du “sens” et de la “signification” (plus que de la signification et du contenu), présent chez Špet autant dans l’œuvre de 1914 que dans celle de 1927, est relevé par l’auteur de l’article et présenté comme étant crucial dans la perspective špétienne. Sur cette base, il est vrai, les frontières strictes entre les domaines philosophique et linguistique ont tendance à disparaître. Il n’empêche que, lorsque l’auteur envisage plus particulièrement le texte de 1927 et le traitement par Špet de la “forme interne du mot”, si le problème reste sous-jacent, on ne voit pas très bien comment s’organise le passage des éléments de la structure du mot, tels qu’ils furent exposés en 1914, aux éléments constitutifs de la “forme interne” dans l’écrit de 1927 (et ceci, bien que Maria Guidini parle de cette “forme interne” comme d’une « reconstruction de la structure du mot »26). Or, L’analyse des changements de dénominations et des transferts de sens, sur la base de matériaux différents, nous semble ici d’une grande importance pour faire ressortir cette « imbrication interne de tous les moments de l’œuvre de Špet » dont parle M. Guidini27.

  • 28 O. G. Mazaeva (éd.), G.G. Špet/Comprehensio, ¢etvertye špetovskie čtenija. [Quatrièmes lectures špé (...)

9Ces tendances de la recherche sur Špet et la “forme interne du mot”, perceptibles seulement dans quelques rares articles de la fin des années 1990, semblent être actuellement en voie de développement. Preuves en sont quelques nouvelles études qui ont récemment trouvé leur place dans le recueil des dernières Lectures špétiennes publiées à Tomsk en 200328. C’est dans cette ligne de recherche et d’approfondissement que nous voudrions poursuivre.

Propositions pour une approche spécifique de La Forme interne du mot à partir de la démarche mise en place dans Le Phénomène et le Sens

10Notre perspective consiste à chercher à dégager l’horizon qui a permis à Špet de choisir l’œuvre de W. Von Humboldt pour en faire une approche critique et de s’intéresser à la “forme interne du mot”pour faire passer, en 1927, dans le cadre d’une science particulière, ce qu’il avait déjà énoncé en 1914, dans un cadre plus ouvertement philosophique. Il s’agira donc de resituer l’étude de Špet sur la “forme interne du mot” et sur Humboldt par rapport au livre Le Phénomène et le Sens et à la structure du mot telle qu’elle est déjà dégagée dans ce texte philosophique. De cette façon, nous essaierons de mettre en valeur ce phénomène de transfert qui a permis à Špet de matérialiser une même idée de façon différente selon les domaines du savoir (et donc les matériaux investis et les outils requis) à partir desquels il la prenait en considération. En cela, nous nous retrouverons aussi dans le cercle herméneutique que Špet annonçait lui-même dans Le Phénomène et le Sens comme ayant une fonction heuristique privilégiée, et qu’il avait conscience de parcourir lui-même au sein de sa propre démarche.

11Nous n’avons pas l’intention de développer une étude détaillée de la présentation que Špet fait de la pensée de Humboldt. Une telle approche, consistant à montrer comment et à quel moment Špet se détache de Humboldt pour introduire progressivement sa propre vision des choses, pourrait pourtant faire l’objet d’une étude spécifique et tout à fait intéressante, mais elle ne correspondrait pas à la perspective qui est la nôtre ici. Nous chercherons plutôt à relever les passages où Špet donne des indications méthodologiques, et à montrer comment, sur cette base, Le Phénomène et le Sens et La Forme interne du mot peuvent être rapprochées, et comment un tel rapprochement peut acquérir une fonction heuristique quant à la mise en valeur du rapport qu’entretiennent, d’une part, la structure du mot et de l’expression dans Le Phénomène et le Sens et, d’autre part, la “forme interne du mot” dans le texte du même nom.

  • 29 G. Špet, Vnutrennjaja forma slova, op. cit., p. 90.
  • 30 Ibid., p. 90.

12Pour entrer dans cette perspective et dégager l’idée dont Špet donne, tout au long de son œuvre, plusieurs formulations, nous pouvons déjà renvoyer à un bref passage de La Forme interne du mot où Špet donne des précisions sur la méthode qu’il faut utiliser dans l’étude de la pensée de Humboldt. Dans la quatrième étude, il écrit : « Les difficultés qu’ont rencontrées toutes les personnes ayant essayé de clarifier le concept de “forme interne” chez Humboldt, resteront toujours insurmontables si l’on s’en tient à la lettre des formules et des exemples de Humboldt, et non point au sens général de son analyse29. » Et Špet de souligner ici la difficulté essentielle consistant à travailler simultanément, d’une part, sur la distinction (trop nettement faite selon son avis par Humboldt) entre forme et contenu et, d’autre part, sur la notion de “forme interne”. Puis il ajoute : « Pour comprendre Humboldt, il faut poser devant soi cet objet qui se tenait devant lui, et suivre ainsi la pensée de Humboldt, en regardant cet objet et en précisant la terminologie là où, chez Humboldt, elle est encore approximative ; il faut, en s’appuyant sur les éléments fournis par l’objet lui-même, compléter de façon indépendante ce que Humboldt a laissé de côté30. »

13Un tel énoncé pourrait être appliqué à Špet lui-même, dans la mesure où nous pouvons éprouver certaines difficultés à faire coïncider les différentes formulations que le philosophe russe a attribuées tout au long de son œuvre à une même notion. Mais il nous intéresse en priorité parce qu’il nous permet d’être renvoyés immédiatement au texte de Le Phénomène et le Sens et à l’attitude que Špet requiert, non point pour étudier Husserl, mais pour comprendre ce qu’est réellement la phénoménologie et fonder ainsi une critique possible de certains aspects de la pensée de Husserl. Cette quête de l’essence de la phénoménologie est d’autant plus importante pour nous qu’elle donne à Špet le cadre qui lui permet de mettre en évidence la structure de base de tout énoncé se rapportant à la visée d’une essence. C’est cette démarche que Špet qualifie d’acte herméneutique”, et c’est cela qui lui permet de poser, dans le chapitre 7 du livre Le Phénomène et le Sens, une formule synthétique qui, tout en désignant les éléments constitutifs de l’énoncé d’une essence particulière, indique déjà les éléments constitutifs de toute expression-énonciation, mais aussi de tout mot en tant qu’il porte, restitue ou crée un concept.

  • 31 G. Špet, Javlenie i smysl, op. cit., p. 196.

14Malgré son caractère en un premier temps hermétique, nous présentons déjà cet extrait, afin d’avoir présent à l’esprit, dès le début de cette approche, l’énoncé contenu dont il importera de découvrir le sens. Ainsi participerons-nous simultanément à la démarche qui, pour Špet, et particulièrement dès Le Phénomène et le Sens, est précisément spécifique de l’“acte herméneutique” : « Nous pouvons donc considérer le positum (« položenie ») non seulement comme l’unité du sens (smysl) et des moments ayant un caractère positionnel, mais leur unité ensemble avec l’unité de l’entéléchie et des moments ayant un caractère herméneutique. C’est cette dernière unité qui assure entièrement l’unité de l’objet avec son sens intime31. »

15Dans cet énoncé synthétique, quelque chose d’essentiel se trouve formulé en ce qui concerne la démarche que Špet cherche à privilégier : le fait qu‘il existe, dans l’acte de connaître, une aptitude de l’homme à se retourner sur ce qu’il dénomme et perçoit de différentes façons, en le rapportant à la visée d’une essence, dont ce qui est dit n’est alors qu’une exemplification. Ce qui tient ainsi rassemblés tous ces éléments en une unité supérieure correspond à ce que Špet appelle « intelligibel’naja intuicija » et que nous proposons de traduire par “intuition intelligible” afin de distinguer nettement cette intuition de l’intuition intellectuelle, dans son sens kantien, et de laisser à ce concept, créé par Špet, toute son originalité. Cette “intuition intelligible” se distingue autant de l’intuition sensible que de l’intuition idéale par le fait qu’elle permet l’énonciation du vécu d’un objet concret à travers laquelle se trouve néanmoins véhiculée la dénomination de l’essence, et par rapport à laquelle les distinctions pratiquées à partir d’approches plus exclusivement empiristes (ou transcendantales) n’ont plus lieu d’être.

  • 32 Voir en particulier l’étude 4.
  • 33 Dans La Forme interne du mot, sur le fond de références implicites à la logique terministe, c’est l (...)
  • 34 G. Špet, Javlenie i smysl, op. cit., p. 211-212.
  • 35 Ibid., p. 212-213.

16Dans Le Phénomène et le Sens la spécificité de la démarche de Špet en ce qui concerne le sens véhiculé dans une énonciation, est qu’elle peut être non seulement récurrente – comme c’est d’ailleurs le cas déjà chez Husserl (remonter d‘énoncés à caractère général vers les noms les plus fondamentaux) –, mais aussi réversible : elle peut s’appliquer à la façon d’appréhender une “signification” (značenie) déjà existante autant qu’à la façon de produire une nouvelle “signification”. Ainsi, dès Le Phénomène et le Sens, Špet donne les bases de ce qu’il utilisera dans l’ouvrage de 1927 pour parler de la constitution des concepts. La distinction qu‘il établit, dans ce contexte, entre la “signification”, le “sens” et l’“entéléchie” est primordiale pour repérer déjà les éléments qui participent de cet acte d’énonciation, fondée dans l’unité de la vision “intelligible”. Une étude attentive du texte Le Phénomène et le Sens, révèle que la “signification”(značenie) est à rapporter au domaine de la logique, et, puisqu’il s’agit déjà du langage commun, au domaine de la grammaire. Dans La Forme interne du mot, il s’agira du domaine de la morphologie, qui sera, sur cette base, distinguée de la syntaxe32. Dans le cadre de la démarche phénoménologique de Le Phénomène et le Sens, la “signification” exprime le donné de l‘“intuition idéale”. Le “sens” (smysl), quant à lui, est à rapporter à l’intution sensible et plus exactement à l’acte de conscience en tant qu’il s’ouvre à la perception sensible33. De cette façon, c’est le “sens” qui se fonde, pour Špet, sur la structure noético-noématique de l’acte de conscience que Husserl décrit en détail dans les Ideen I. Mais, de la même façon que l’intuition sensible et l’intuition idéale sont rassemblées et se coappartiennent dans la vision de l’“intuition intelligible” (spécifique de l’acte herméneutique), de la même façon Špet désigne un troisième élément participant de la structure de l’énonciation, en rapport étroit avec l’“intuition intelligible”, et donnant un sens supérieur (disons une fonction ontologique et constituante) à l’unité du “sens” et de la “signification”. Il s’agit de l’“entélechie” (entelexija), ce qui exprime la chose, ou l’état de chose, dans sa finalité. Ici l’expression de l’intuition eidétique et l’expression de l’intution sensible se trouvent ensemble ressaisies et rassemblées en une intuition qui les englobe toutes deux et exprime l’être de la chose dénommée. Cela ne veut pas dire que la chose visée soit déjà existante. Elle peut être justement produite par l’énonciation et, dans ce cas, ce qui est visé doit être plutôt qualifié de “quasi-entéléchie”. En tous cas cela renvoie à la capacité qu’a le sujet qui énonce, d’agir sur un matériau signifiant initial et de le modifier. On voit comment, dès Le Phénomène et le Sens, à travers la détermination des éléments constitutifs de la structure de l’énonciation, une activité créatrice du sujet se trouve sous-entendue. Seulement, dans Le Phénomène et le Sens, elle est rapportée à l’activité de l’esprit (dux) qui renvoie Špet, bien que de façon discrète et même sibylline34, à la tradition religieuse russe, alors que dans l’écrit de 1927, se référant à Humboldt, Špet parlera plus précisément de l’energeïa. En tout cas, déjà dans Le Phénomène et le Sens, comme ce sera le cas dans La Forme interne du mot, La présence du sujet n’est pas posée comme transcendante (c’est d’ailleurs sur cette base que Špet adresse, dans Le Phénomène et le Sens, une critique voilée à P. Florenski35, comme il adressera, en 1927, une critique plus déclarée au transcendantalisme de Humboldt) ; elle se déduit de l’acte heméneutique nécessaire à la détermination des éléments constitutifs de l’énonciation. Elle est impliquée aussi par l’usage qui peut en être fait, mais il ne s’agit pourtant pas de psychologisme : du sujet rien n‘est jamais dit que ce qui perce de sa présence dans la façon d’user des éléments de l’énonciation. En ce sens le sujet est simplement le témoignage d’une “énergie” et l’on comprend comment la démarche de Le Phénomène et le Sens pouvait disposer Špet, si les circonstances l’exigeaient, à se tourner vers la prise en considération privilégiée de certains aspects de l’œuvre de Humboldt.

17Pour caractériser de façon essentielle la démarche de Špet dans La Forme interne du mot, on pourrait dire qu’il garde la même perspective « unifiante » que dans Le Phénomène et le Sens. C’est cette perspective qui lui permet d’envisager la chose étudiée non point à partir de points de vue extérieurs, mais à partir de l’expérience même que l’on peut avoir de cette chose lorsqu’elle est dénommée (ce qui ne signifie pas forcement désignée). Trois étapes fondamentales peuvent être dégagées (que nous illustrerons par la traduction de quelques brefs passages) :

181. En un premier temps, Špet détermine ce qu’il entend par langue en prenant soin de se libérer de toute approche ou de tout élément qui pourrait provenir de l’extérieur de ce domaine. Dans la troisième étude, consacrée à l’élaboration de la question de la « forme interne du mot », il écrit en cherchant à se distinguer de Humboldt :

  • 36 G. Špet, Vnutrennjaja forma slova, op. cit., p. 65.

« Une analyse sans présupposé suivrait une autre voie. Ce que nous constatons immédiatement autour de nous quand nous détachons la langue de ce milieu environnant et tentons de résoudre son énigme, c’est, bien sûr, notre expérience, nos vécus, et non points des « sons » vides, des « expressions », des « réflexes », mais des vécus orientés vers des choses réelles, des objets, des processus dans les choses et des rapports entre eux. Nous pouvons utiliser chaque chose qui nous entoure comme signe d’une autre chose – et alors nous n’avons pas affaire à deux sortes de choses, mais à l’un des nombreux moyens dont nous disposons pour utiliser les choses. Nous pouvons détacher un système particulier de « choses » que nous utilisons toujours dans ce sens. Un tel système est la langue36. »

192. En un deuxième temps et en rapport avec ce qui vient d’être dit, Špet continue à se démarquer de Humboldt, en montrant en particulier comment la perspective qu’il propose lui permet de résoudre les apories qu’il a décelées dans la démarche du linguiste allemand et de résorber dès l’abord des oppositions qui, selon la perspective prise, n’ont pas lieu d’exister (opposition forme/contenu ou “forme interne”/“forme externe”). Il écrit :

  • 37 Ibid., p. 64.
  • 38 Ibid., p. 50.

« Humboldt délimite les formes langagières de deux côtés et il renvoie ainsi à une matière possible du langage (…).  D’un côté c’est le son en général, d’un autre côté, la totalité des impressions sensibles et des mouvements indépendants de l’esprit, précédant la formation du concept à l’aide de la langue37. » « Humboldt a cherché une unité supérieure dans l’activité synthétique de la raison, sans avoir apprécié le fait que le concept de “forme interne” qu’il avait introduit résolvait déjà le problème. C’est ce concept qui crée précisément dans la langue un rapport constitutif entre la forme externe phonique et la signification objective particulière, le contenu sémantique des choses38. »

  • 39 Ibid., p. 64.

20Simultanément, Špet insiste sur le fait que « ce qui sous un certain rapport est la forme, sous un autre est le contenu39 ». Et il poursuit :

  • 40 Ibid., p. 64.

« Pour trouver le contenu dans le sens entendu ici, il faut prendre la langue en tant que tout “organique” (…)40. » Nous sommes donc bien toujours dans cette perspective holistique, totalisante et synthétique, fondée sur l’expérience du vécu de l’énonciation qui s’était déjà dégagée de l’approche critique de Husserl.

21Ici, après avoir montré comment Humboldt reste trop prisonnier des présupposés kantiens, Špet souligne de nouveau la perspective qui est la sienne dans la prise en considération de la “forme interne” :

  • 41 Ibid., p. 51.

« La forme interne nous donnera la possibilité de résoudre les problèmes réellement contenus dans la question soulevée. La forme interne, en tant que forme de formes, est la loi non pas d’une abstraction nue, mais du devenir de ce qui est plein de vie et de sens, du mot-concept, dans son immanence à une loi de constitution et de développement dialectique41. »

22En rapport avec cela, il indique aussi en quoi la distinction entre “forme interne” et “forme externe” n’est finalement que secondaire et qu’elle est liée à certains points de vue pris sur la langue :

  • 42 Ibid., p. 62.

« Les formes externe et interne ne sont pas des contradictions et n’exigent pas, l’une par rapport à l’autre, de dépassement ou de mise à l’écart. Elles sont séparables seulement dans l’abstraction, et ce n’est pas une synthèse finale qui est nécessaire, mais il faut reconnaître originellement une structure de base42. »

23C’est ainsi qu’en 1927, sur la base d’un exposé critique de la pensée de Humboldt, Špet préserve une perspective personnelle qui le renvoie aux conclusions qu’il avait tirées, en 1914, de son approche critique de la pensée de Husserl.

243. Enfin, en un troisième temps, Špet avance des approches et des définitions personnelles de la “forme interne du mot”. Il est bien sûr possible de les envisager et de les étudier dans le seul cadre du texte de 1927, et sur la base de l’analyse critique des énoncés de Humboldt ou des approches linguistiques de l’époque, auxquelles Špet se livre de façon détaillée dans la quatrième étude. Mais, comme nous l’avons évoqué lors de l’aperçu que nous avons fait des textes adoptant cette démarche, l’approche de ces énoncés se prive alors d’éléments fondamentaux qui surgissent de la confrontation avec les énoncés de Le Phénomène et le Sens.

25Nous nous proposons donc, pour terminer, de traduire ces passages en essayant de voir comment, dans le texte de 1927, ils entretiennent un rapport réel bien que caché avec le contenu du texte de Le Phénomène et le Sens. En quelque sorte, dans la quête du sens de ces énoncés, nous nous proposons de mettre en pratique consciemment la démarche que Špet a tenté tout au long de son œuvre de désigner comme structurant tous les actes d’énonciation, des mots les plus simples et les plus fondamentaux jusqu’aux textes les plus fantastiques.

  • 43 G. Špet, Vnutrennjaja forma slova, op. cit., p. 43.
  • 44 Ibid., p. 52.

26Le premier passage se situe à la fin de la deuxième étude. Il ne concerne pas encore la “forme interne du mot” proprement dite, mais, sur la base de l’analyse que Špet vient de faire de la démarche de Humboldt et de la difficulté à laquelle le linguiste allemand s’est trouvé confronté lorsqu’il a voulu « expliquer » comment pouvait être réunis, sous la forme d’une « unité de deux unités », deux domaines posés comme séparés (la “forme externe” et phonique, d’un côté, et la “forme interne” signifiante, de l’autre)43, il met en valeur l’approche qui déjà la nécessite : « Si, comme l’établit fermement Humboldt, la langue ou, pour parler empiriquement, le son, est nécessaire pour pouvoir former le concept (mais le son, à son tour, comme phénomène langagier, n’est rien d’autre que l’« incarnation de la volonté de le produire », et, en plus, avec la vocation précise d’exprimer une pensée), alors il est clair que dans cette volonté se trouve cette seule intention du mot en tant que tout – intention qui rassemble, dans la concrétude du mot, les aspects (de ce mot) qui ne sont séparables qu’abstraitement : “l’aspect sensible” et “l’aspect logique”44. »

27Il est particulièrement intéressant de remarquer ici comment Špet, travaillant sur les éléments de la pensée de Humboldt, renvoie, bien qu’implicitement, aux éléments de la structure du mot tels qu’il les avait dégagés dans Le Phénomène et le Sens. Dans la perspective d’une vision qui, dans la formulation de Le Phénomène et le Sens, est l’“entéléchie”, les deux autres éléments, qui se trouvent dès l’abord posés dans leur unité disons existentielle, ne sont autres que ceux qui, dans ce texte, sont caractérisés comme étant 1. le “sens” et 2. la “signification”. Le mot, dans sa concrétude phonique, et tel qu’il est ici défini, n’est rien d’autre, dans la perspective linguistique, que ce qu’était le “sens” avec sa forme noético-noématique, dans la perspective phénoménologique de Le Phénomène et le Sens.

  • 45 Ibid., p. 52.

28De même, quelques lignes plus loin, juste à la fin de l’étude, Špet écrit encore : « Le sens peut exister dans n’importe quelle forme ontologique, mais il se laisse penser nécessairement dans les formes du mot-concept, dont la nature doit être découverte comme étant celle d’un principe actif, constituant, porteur d’énergie, synthétique et unifiant. Ici, la synthèse relie non pas deux unités abstraites : celle de la pensée pure et celle du son pur, mais deux membres d’une unique structure concrète, deux termes d’un rapport : le contenu sémantique objectif, tel qu’il est [ntd : voir la “signification” dans Le Phénomène et le Sens] et la forme externe de son “incarnation-expression” dans le mot, telle qu’elle (l’incarnation-expression) apparaît dans les formes appréhendées par les sens [ntd : voir le “sens” dans Le Phénomène et le Sens], et qui, par l’intermédiaire de l’introduction d’un sens (smysl), sont tirées des formes naturelles qui réunissent la signification sociale des choses et le sens culturel des signes45. »

  • 46 Le travail d’analyse accompli par G. Špet dans la quatrième étude consacrée aux domaines de la morp (...)

29Nous le voyons, dans ce passage, les trois éléments de la structure du mot, tels qu’ils ont été définis dans Le Phénomène et le Sens sont continuellement présents dans l’esprit du philosophe russe, et leurs dénominations ont beau changer, du fait des mots et des concepts qui se trouvent ici privilégiés, il n’en demeure pas moins que Špet vise toujours l’expression de la même idée. Ainsi, une attention soutenue permet de comprendre que « predmetno-smyslovoe soderžanie » que nous avons traduit par « contenu sémantique objectif » correspond à ce que Špet désignait par « značenie » (“signification”) dans Le Phénomène et le Sens, et que « vnešnjaja forma ego slovesnogo vyraženija-voploščenija » correspond au “sens” (smysl), c’est-à-dire à ce qui, un peu plus haut, est considéré comme l’aspect sensible du mot (avec son contenu à la fois – et de façon indissociable – phonique et sémantique)46.

30Quant à la fin de la phrase, malgré sa difficulté, caractéristique des textes de Špet, elle devient signifiante à la lumière des œuvres antérieures de ce dernier : Le Phénomène et le Sens, mais aussi des textes qui ont suivi ce dernier et qui ont permis à Špet de préciser ses positions par rapport aux questions de la conscience (individuelle ou collective) et des liens que, par le mot, l’expression, le texte (c’est-à-dire tout ce qui se fonde sur la structure énoncée dans Le Phénomène et le Sens), l’homme entretient avec la société (en tant que conscience dépositaire des “significations”) et la culture (en tant qu’elle est, par le biais des sens nouveaux – et toujours individuels – que l’homme-créateur introduit dans les signes, un processus de constitution permanente).

31Cette même herméneutique du texte špétien pourrait être reconduite elle aussi de façon permanente. Pour terminer, nous proposons un dernier passage où, après ce qui a déjà été dit, elle aura à peine besoin de s’exercer pour que surgisse le sens caché du texte renvoyant, encore une fois, aux éléments de la structure du mot formulés dans Le Phénomène et le Sens, et véhiculés, ensuite, sous des formes et des dénominations diverses, dans tous les textes et à travers toutes les approches du philosophe. Il s’agit du passage crucial où, à la fin de la troisième étude, se trouve donnée la définition de la “forme interne”, qui, dans la perspective de l’herméneutique des textes de Špet, devient nécessairement la “forme interne du mot”.

32Špet écrit :

  • 47 G. Špet, Vnutrennjaja forma slova, op. cit., p. 69.

« Comme lignes directrices, adoptons les indications suivantes (préparées par l’exposé qui a précédé) :
1. une définition négative : la forme interne n’est pas une forme phonique sensible et n’est pas non plus la forme même de la pensée, comprise abstraitement, comme elle n’est pas la forme d’un objet – constituant le contenu pensé de n’importe qu’elle modification de l’être – (et donc) d’un objet compris aussi abstraitement,
2. une définition positive : mais la forme interne utilise la forme phonique pour désigner les objets et les liens entre les idées, selon les exigences de la pensée concrète. Pour cela, elle utilise la forme externe afin d’exprimer n’importe quelle modification du contenu objectif sur lequel se penche la pensée – contenu qui, dans ce cas, est appelé sens, dans la mesure où il est nécessaire que l’expression et les sons, dans la réalité concrète de leur être langagier, constituent non seulement une unité structurelle indissoluble, mais en soi l’identique sui generis de l’être (de type social et culturel)47. »

33La méthode pratiquée ici, qui pourrait être qualifiée de méthode comparative en philosophie, est en accord avec une exigence méthodologique issue de recherches cherchant à mettre en valeur les spécificités de certaines œuvres, dans les domaines de la philosophie, des sciences humaines et de la littérature. Une telle méthode s’est déjà avérée réellement efficace pour les approches des représentants de la culture russe du début du xxe siècle. Elle a été utilisée, en particulier, dans les deux cas suivants :

    • 48 À ce sujet voir l’approche proposée des œuvres de Pasternak, Losev, Bakhtine, in M. Dennes, Husserl (...)

    Pour confronter différentes œuvres d’un même philosophe et parvenir ainsi à saisir l’idée qui le guide dans ses différents travaux, et qui n’est jamais exprimée que sous forme analogique ou métonymique, par le recours à des procédés de transfert tout à fait conscients, dont la raison se trouve soit dans la présence contraignante de certains interdits politiques et culturels (Špet), soit dans le privilège accordée à certains domaines du savoir, compte tenu souvent des mêmes contraintes politiques et culturelles (G. Špet, A. Losev), soit dans la quête du genre ou du domaine le plus adéquat à l’expression de l’expérience de l’idée (B. Pasternak)48.

    • 49 M. Dennes, Nasledie V. Solovieva i russkoj religioznoj mysli v rabotax G. Špeta [L’héritage de Vlad (...)
    • 50 M. Dennes, « Vitesse de la parole et déploiement du discours : de la Glorification du Nom à un fond (...)
    • 51 M. Dennes, Problemy konstituirovanija material’nogo mira u V. Soloveva i A. Loseva [Problèmes de la (...)
    • 52 Voir à ce sujet : Maryse Dennes-Staroseltsev, Dualisme et principe de totalité. Recherche d’un fond (...)

    Pour confronter différents philosophes sur la base d’un travail sur les influences subies, de façon à dégager, dans la façon d’user de ces influences, et malgré certaines différences apparentes, des analogies de démarche, renvoyant à la participation de ces différents philosophes à un même horizon culturel. Dans ce cadre précis, la démarche comparative en philosophie s’est avérée particulièrement opératoire. Elle a favorisé, par exemple, le développement d’un travail sur la variation et la mobilité des frontières culturelles entre Russie et Occident comme entre culture russe et culture byzantine. À ce sujet, nous pouvons renvoyer à quelques articles récents mettant en jeu, dans le domaine de la culture russe, la confrontation de plusieurs philosophes (G. Špet / P. Florenski / V. Soloviev / S. et I. Troubetzkoy sur la base de la référence à l’idée de Sobornost’ 49 ; P. Florenski/A. Losev/G. Špet, sur la base de la référence à W. von Humboldt50 ; A. Losev/V. Soloviev sur la base de la référence au monde eidétique et à la problématique de la constitution51), mais aussi de façon plus fondamentale, au travail sur la confrontation entre Husserl et Heidegger nous ayant initialement permis, non seulement de nous dégager des présupposés qui pèsent habituellement sur les interprétations de l’histoire de l’Occident, mais aussi d’envisager la possibilité d’une co-existence des modes d’historicité de la Russie et de l’Occident, en faisant de leur complémentarité la base à la fois paradigmatique et archétypale du devenir de la culture52.

34Dans les deux cas, et en rencontrant de ce fait l’orientation de la démarche špétienne, nous avons mis en pratique une méthode qui renvoyait à une herméneutique des cultures et qui, bien qu’appliquée, en un premier temps, à la Russie, était susceptible d’être utilisée dans le cadre d’autres aires culturelles et à travers la confrontation d’autres cultures. En nous référant à Gustav Špet, nous avons pu reprendre progressivement l’idée de structure, en en soulignant non seulement l’aspect holistique mais aussi la nature existentielle, vivante et créatrice. Dans un tel contexte, l’idée d’une structure de base de la recherche en sciences humaines, présente dans toutes les activités de constitution, semble de nouveau pouvoir être reprise en considération. Quelques éléments de réflexions pour son élaboration peuvent déjà être avancés. Dans tous les cas, nous aurions premièrement un matériau donné, sélectionné pour l’expression d’une idée ; deuxièmement cette idée, énoncée de façon particulière du fait qu’elle passe nécessairement par une expérience subjective. Envisagée toujours comme le fruit d’une modification de la conscience intentionnelle (« modification de neutralité »), elle n’en témoignerait pas moins d’une vision qui ne se limiterait pas à ce qui serait exprimée. Elle serait ainsi susceptible de recevoir d’autres expressions. Troisièmement ce que cette idée signifie ne serait compréhensible que dans la mesure où celui qui la reçoit appréhenderait, à travers un contenu particulier, ce qu’elle est en elle-même, telle qu’elle peut être aperçue (intuitionnée) soit, pour un auteur, à partir de n’importe quel aspect de son œuvre, soit, pour un contexte culturel, à partir de chacun des représentants choisis pour dégager les spécificités de l’horizon culturel dont ils font partie. Enfin, dernier point, c’est la confrontation des textes (et/ou des œuvres) qui permettrait de faire ressortir, par une démarche de type herméneutique, l’idée qui les traverse tous (toutes) et dont chacun (chacune) n’est qu’une expression particulière et limitée.

Haut de page

Notes

1 G. Špet, Vnutrennjaja forma slova (Etjudy i variacii na temy Gumbol’ta), [La forme interne du mot (Études et variations sur les thèmes de Humboldt], Ivanovo, 1999 [reprint de l’édition de 1927, Moscou, GAXN].

2 Dans la suite du texte nous indiquerons entre guillemets anglais (“”) la traduction en français de termes ou expressions entendus, en russe comme dans la traduction française, dans une acception particulière.

3 G. Špet, Estetičeskie fragmenty [Fragments esthétiques]in : G.G. Špet, Sočinenija [Œuvres], Moscou, 1989, p. 345-474.

4 G. Špet, Vvedenie v etničeskuju psixologiju [Introduction à la psychologie ethnique], in G.G. Špet, Sočinenija [Oeuvres], Moscou, 1989, p. 475-574.

5 G. Špet, Javlenie i smysl. Fenomenologija kak osnovnaja nauka i ee problemy [Le phénomène et le sens. La phénoménologie comme science fondamentale et ses problèmes], Moscou, 1914 [Tomsk, 1996].

6 Cf. à ce sujet les publications qui arriveront à voir le jour, plus ou moins ouvertement, jusqu’en 1930 comme Dialektika mifa [La dialectique du Mythe]d’A. Losev.

7 Voir M. Dennes, Husserl-Heidegger, influence de leur œuvre en Russie, Paris, 1998.

8 A. A. Reformatskij, Iz istorii otečestvennoj fonologii [De l’histoire de la phonologie nationale], Moscou, 1970.

9 V.V. Ivanov, Špet G.G., in Kratkaja literaturnaja enciklopedija [Petite encyclopédie littéraire], Moscou, t. 8, 1975, p. 782-783.

10 V.V. Ivanov, Očerki po istorii semiotiki v SSSR [Essais sur l’histoire de la sémiotique en URSS], Moscou, 1976, p. 267-275.

11 R. Jakobson, A retrospect, in Selected Writings II, The Hague, 1971.

12 E. Holenstein, Linguistik, Semiotik, Hermeneutik. Plädoyers für eine strukturale Phänomenologie, Francfort/Main, 1976.

13 E. Freiberger-Sheikoleslami, Philosophical Linguistics : W. v. Humboldt and G.G. Shpet (A semiotic Theory of inner form), in Pen Review of Linguistics 7/1983, p. 85-105.

14 H. Spiegelberg, The phenomenological movement. A historical introduction, The Hague/Boston/London, 1982, p. 609-611 ; W. Goerdt, Russische Philosophie : Zugänge und Durchblicke, Munich, 1984.

15 A. Haardt, Phänomenologie und strukturelle Sprachanalyse bei Gustav Špet. Zur russischen Husserl-interpretation der Zwanziger Jahre, in Phänomenologische Forschungen 21/1988, p. 167-198 ; A. H., « Gustav Shpet’s Appearance and Sense and Phenomenology in Russia », in G. Špet, Appearance and Sense – Phenomenology as the Fundamental Science and its Problems, traduit par Th. Nemeth, Phaenomenologica 120, Dordrecht, 1991, p XVII-XXVI ; A. H., Husserl in Russland. Phänomenologie der Sprache und Kunst bei Gustav Špet und Aleksej Losev, Munich, 1993.

16 G. Špet, Appearance and Sense – Phenomenology as the Fundamental Science and its Problems, traduit par Th. Nemeth, Phaenomenologica 120, Dordrecht, 1991.

17 G. Špet, Javlenie i smysl, op. cit.Le texte vient d’être republié dans : G. Špet, Mysl’ i slovo, Izbrannye trudy [La Pensée et le Mot. Œuvres choisies], Moscou, 2005, p. 35-180.

18 G. Špet, Vnutrennjaja forma slova. Etjudy i variacii na temy Gumbol’ta [La forme interne du mot (Études et variations sur les thèmes de Humboldt], in Psixologija social’nogo bytija [Psychologie de l’être social], Moscou, Voronej, 1996.

19 G. Špet, Vnutrennjaja forma slova, op. cit.

20 M.A. Gur’janova, Vnutrennjaja forma slova v koncepcii G.G. Špeta [La forme interne du mot selon la conception de G.G. Špet], in : Iz istorii nauki o jazyke (Approches de l’histoire de la science du langage), en l’honneur du Professeur Ju. S. Maslov, Saint-Pétersbourg, 1993.

21 A.N. Portnov, Filosofija jazyka G.G. Špeta [La philosophie du langage de G.G. Špet], in Vnutrennjaja forma slova (Etjudy i variacii na temy Gumbol’ta) [La forme interne du mot (Études et variations sur les thèmes de Humboldt)], op. cit., p. 287-304.

22 Ibid., p. 290-291.

23 S. G. Syčeva, G.G. Špet. Dux i jazyk. Forma i smysl [G.G. Špet. L’esprit et la langue. La forme et le sens], in : G.G. Špet/Comprehensio, Vtorye špetovskie čtenija [Deuxièmes lectures špétiennes], Tomsk, 1997, p. 136-138 ; V. Gorbyleva, Struktura i rečevaja kontaminacija : vnutrennee i vnešnee [La structure et la contamination du discours : l’intérieur et l’extérieur], ibid., p. 138-145 ; S. ¢ernenkaja, Ponjatie vnutrennej formy W. Gumbol’dta i interpretacija G. Špet, in G.G. Špet/Comprehensio, Tret’i špetovskie čtenija [Troisièmes lectures špétiennes], Tomsk, 1999, p. 75-78. Ces trois articles ne présentent qu’un aperçu des énoncés du texte de 1927, parfois pertinents, mais privés de leur relation, même à base métonymique ou analogique, avec les énoncés de Le Phénomène et le Sens relatifs à la structure du mot et de l’expression.

24 M.K. Guidini, Slovo i real’nost’. K voprosu o rekonstrukcii filosofii jazyka Gustava Špeta [Le mot et la réalité. Question de la reconstruction de la philosophie du langage de Gustav Špet], in G.G. Špet/Comprehensio, Vtorye špetovskie čtenija [Deuxièmes lectures špétiennes], Tomsk, 1997, p. 51-98.

25 A. N. Portnov, Filosofija jazyka G.G. Špeta, op. cit.

26 M. K. Guidini, Slovo i real’nost’. K voprosu o rekonstrukcii filosofii jazyka Gustava Špeta, op. cit., p. 76.

27 Ibid., p. 58.

28 O. G. Mazaeva (éd.), G.G. Špet/Comprehensio, ¢etvertye špetovskie čtenija. [Quatrièmes lectures špétiennes], Tomsk, 2003. En particulier : T. N. Patraxina, O vlijanii G.G. Špeta na formirovanie strukturnoj lingvistiki v Rossii [Àpropos de l’influence de G.G. Špet sur la formation de la linguistique structurale en Russie], ibid., p. 249-253 ; G. M. Tarnapol’skaja, Problema smysloporoždenija v filosofii jazyka G. Špeta [Problème de la génération du sens dans la philosophie du langage de G. Špet], ibid., p. 268-272 ; A. A. Samojkina, Razvitie gusserlevskogo ponjatija smysla v filosofii G. Špeta [Évolution du concept husserlien de sens dans la philosophie de G. Špet], ibid., p. 240-243.

29 G. Špet, Vnutrennjaja forma slova, op. cit., p. 90.

30 Ibid., p. 90.

31 G. Špet, Javlenie i smysl, op. cit., p. 196.

32 Voir en particulier l’étude 4.

33 Dans La Forme interne du mot, sur le fond de références implicites à la logique terministe, c’est la syntaxe qui sera le champ ouvert de la manifestation du sens.

34 G. Špet, Javlenie i smysl, op. cit., p. 211-212.

35 Ibid., p. 212-213.

36 G. Špet, Vnutrennjaja forma slova, op. cit., p. 65.

37 Ibid., p. 64.

38 Ibid., p. 50.

39 Ibid., p. 64.

40 Ibid., p. 64.

41 Ibid., p. 51.

42 Ibid., p. 62.

43 G. Špet, Vnutrennjaja forma slova, op. cit., p. 43.

44 Ibid., p. 52.

45 Ibid., p. 52.

46 Le travail d’analyse accompli par G. Špet dans la quatrième étude consacrée aux domaines de la morphologie et de la syntaxe confirme de telles conclusions. Il mériterait à lui seul une étude exhaustive et approfondie.

47 G. Špet, Vnutrennjaja forma slova, op. cit., p. 69.

48 À ce sujet voir l’approche proposée des œuvres de Pasternak, Losev, Bakhtine, in M. Dennes, Husserl-Heidegger, influence de leur œuvre en Russie, op. cit., pour ce qui concerne, en particulier, les représentants de la culture russe.

49 M. Dennes, Nasledie V. Solovieva i russkoj religioznoj mysli v rabotax G. Špeta [L’héritage de Vladimir Soloviev et de la pensée religieuse russe dans les travaux de Gustav Chpet], in Solov’evskij sbornik, Actes du Colloque sur l’héritage de V. Soloviev (Moscou, 27 au 27 août 2000), Moscou, 2001, p. 135-144.

50 M. Dennes, « Vitesse de la parole et déploiement du discours : de la Glorification du Nom à un fondement de temporalité », in Modernités 2, Vitesse et Modernité, Lyon, 2000, p. 223-242 ; M. D., « Science du Logos et topologie du savoir », in Modernités 3, Lyon, 2000, p. 37-48 ; M. D., Imjaslavie i ego filosofskie proroki : ot substituta glossolalii k obosnovaniju vremennosti [La Glorification du Nom et ses prophètes philosophiques : d’un substitut de la glossolalie à un fondement de temporalité], in Voprosy filosofii, [Questions de philosophie], Revue de l’Institut de philosophie de l’Académie des sciences de Russie, Moscou, 12/2002, p. 93-104 ; M. D., Otnauki o Logose k topologii dvux vidov poznanija(De la science du Logos à la topologie du savoir), in Vestnik Moskovskogo Universiteta, série 7, Philosophie, 1/2003, p. 21-30 ; M. D., Pavel Florenski, « philologie du nom de Dieu et exégèse de son usage dans les traditions néo- et vétéro-testamentaires », in Eidôlon. L’Origine des textes 63/2003, Bordeaux, p. 29-40.

51 M. Dennes, Problemy konstituirovanija material’nogo mira u V. Soloveva i A. Loseva [Problèmes de la constitution de monde matériel chez V. Soloviev et A. Losev], à paraître in : Actes du colloque international « Vladimir Soloviev et la culture du siècle d’argent », organisé par la Maison Losev (Dixièmes lectures loseviennes), Moscou 14-17 octobre 2003.

52 Voir à ce sujet : Maryse Dennes-Staroseltsev, Dualisme et principe de totalité. Recherche d’un fondement de la différence entre la Russie et l’Occident, Thèse de doctorat, Paris X – Nanterre, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Dennes, « De la « structure du mot » à la « forme interne » chez Gustav Špet », Revue germanique internationale, 3 | 2006, 77-92.

Référence électronique

Maryse Dennes, « De la « structure du mot » à la « forme interne » chez Gustav Špet », Revue germanique internationale [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 28 avril 2009, consulté le 17 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/114 ; DOI : 10.4000/rgi.114

Haut de page

Auteur

Maryse Dennes

Professeur en études slaves à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux III

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org