Navigation – Plan du site
Les sources allemandes du formalisme russe

Viktor Maksimovič Žirmunskij (1891-1971) passeur de cultures entre Russie et Allemagne

Roger Comtet
p. 111-125

Résumés

Tout au long du xxe siècle le savant philologue Viktor Žirmunskij a occupé une place de premier plan dans les transferts culturels entre Allemagne et Russie ; grâce à son génie de la synthèse et à une formation encyclopédique acquise avant 1914 à Saint-Pétersbourg et dans les meilleures universités d’Allemagne ainsi qu’à ses dons d’animateur et d’organisateur, il a été un médiateur exceptionnel entre les deux cultures et a illustré tous les domaines du comparatisme russo-germanique. Žirmunskij a su ici tirer parti aussi bien de la tradition russe (les linguistes slavophiles, Potebnja, le Romantisme, le Symbolisme, Veselovskij) que de la science germanique (Herder, Wenker et Wrede, la Geistesgeschichtliche Schule, Dilthey, Dibelius, Walzel) pour créer une œuvre profondément originale et multiforme : histoire de la littérature avec Le Romantisme allemand et le mysticisme russe (1915), théorie littéraire (rapport entre forme et contenu), dialectologie et ethnographie des îlots de colonisation germanique en Russie puis des cultures d’Asie centrale, sociolinguistique (La Langue nationale et les dialectes sociaux, 1936), linguistique générale et allemande.

Haut de page

Texte intégral

Les années de formation

  • 1 Teniševskoe učilišče.
  • 2 Voir son édition de A. Veselovskij, Istoričeskaja poètika [Poétique historique], Leningrad, 1940.

1Dans la longue saga des transferts culturels entre les pays germaniques et la Russie, Viktor Maksimovič Žirmunskij occupe une place éminente. Les circonstances semblaient le prédestiner à cette vocation de passeur ; il naquit en 1891 à Saint-Pétersbourg, ville certainement la plus cosmopolite de tout l’Empire russe, créée par Pierre le Grand pour être la « fenêtre sur l’Occident » de l’Empire. Sa famille était par ailleurs typique de l’intelligentsia juive éclairée de l’époque, avec un père médecin connu pour ses recherches. Après de bonnes études secondaires à l’École Tenišev1, Žirmunskij entre en 1908 à la faculté de philologie et d’histoire de l’université de Saint-Pétersbourg dans le département de philologie romano-germanique ; l’enseignement y était encyclopédique, axé sur les langues et littératures aussi bien romanes qu’allemandes. Le maître de Žirmunskij est le germaniste Fedor Aleksandrovič (Friedrich) Braun (1862-1942) qui, dans son séminaire sur le romantisme allemand, s’affirmait comme disciple du grand théoricien de la littérature Aleksandr Veselovskij (1838-1906). Ce dernier appliquait au matériau littéraire la méthode historico-comparative née en Allemagne au début du xixe siècle avec Franz Bopp, Jakob Grimm, Friedrich Diez, et qui avait révolutionné la linguistique en triomphant du modèle de la grammaire philosophique générale. En même temps, Veselovskij restait fidèle aux idées du romantisme allemand relayées par Humboldt qui posaient que le milieu culturel est inséparable de toute œuvre littéraire ; il avait donc mis en œuvre une méthode d’analyse littéraire combinant histoire littéraire, histoire de l’art, philologie et sociologie, qu’il appliquait aussi bien à Boccace, à Molière ou au poète romantique Žukovskij qu’à l’antique littérature orale russe (les “bylines”, récits épiques en vers). Žirmunskij restera sa vie durant fidèle à ce modèle initial2, ce qu’on ne se fera pas faute de lui reprocher.

  • 3 Voir E. Sievers, Grundzüge der Lautphysiologie, Leipzig, 1876.
  • 4 Voir Altgermanische Verslehre, Bonn, 1893 ; Altgermanische Metrik, Halle, 1893 ; Rhytmisch-melodisc (...)
  • 5 Voir Deutsche Romantik, Leipzig, 1908.
  • 6 Voir Die klassische Kunst, eine Einführung in die italienische Renaissance, Munich, 1899.

2Dans la suite de son cursus universitaire, Žirmunskij sacrifie ensuite au rite du stage d’études à l’étranger dont l’Empire russe, depuis Pierre le Grand, faisait systématiquement bénéficier ses étudiants les plus doués. Žirmunskij va ainsi séjourner en Allemagne de 1912 à 1913. À Berlin, il suit les cours de Georg Simmel, connu pour ses travaux sur Goethe, et ceux d’Erich Schmidt, spécialiste du Sturm und Drang. Ensuite il fréquente à Munich les cours du linguiste Hermann Paul qui appliquait les théories des néo-grammairiens (Junggrammatiker) à la langue allemande : lois phonétiques absolues, historicisme, psychologisme. Žirmunskij se rend ensuite à Leipzig, où, sur le conseil de Braun, il suit l’enseignement d’Eduard Sievers, le premier à avoir appliqué les méthodes de la physique, de la physiologie et de la médecine à la phonétique3 ainsi qu’à la mélodie de la langue et à la métrique4. Partisan d’une étude subjective, musicale, des sons, Sievers soutenait que chaque poète imprimait une intonation spécifique à ses œuvres, ce que révélait une étude statistique des réalisations de divers récitants (méthode dite des “réactions de masse”). C’est encore à Leipzig que Žirmunskij fait la connaissance d’Oskar Walzel, spécialiste du Romantisme allemand5, qui classait les œuvres, selon des critères purement stylistiques, en trois grandes catégories, classique, impressionniste et expressionniste. On retrouvait là l’influence diffuse du critique d’art suisse Heinrich Wölfflin qui, dans l’histoire de l’art, ne distinguait que baroque et classicisme d’après des critères uniquement formels, ce qui, faisant abstraction des artistes eux-mêmes, aboutissait ainsi à une “histoire anonyme”6.

  • 7 Žirmunskij, Nemeckij romantizm i sovremennaja mistika, Saint-Pétersbourg, 1914. Cette édition est p (...)

3Au cours de ce séjour allemand, Žirmunskij accumule donc les contacts, parfait ses connaissances et ne tarde pas à en tirer profit en écrivant une synthèse ambitieuse. Avant même de revenir en Russie, il termine en effet à l’automne 1913 la rédaction de sa thèse de doctorat qui fut immédiatement publiée à Saint-Pétersbourg : Le romantisme allemand et le mysticisme moderne7. Il n’a que vingt-trois ans et sa thèse est profondément novatrice. Jusqu’alors, on rattachait le romantisme allemand de l’École de Iéna (les frères Schlegel, Wackenroder, Tieck, Novalis) à la philosophie de Kant et de Fichte. Žirmunskij envisage une tout autre problématique, celle du “Réalisme mystique” : derrière les réalités empiriques, les realia, se dissimulent des réalités supérieures, les realiora (super-réalités), auxquelles l’art nous permet d’accéder par la médiation de symboles, surtout des métaphores :

  • 8 Ibid., p. 41.

« Les métaphores ne sont pas le fruit de combinaisons arbitraires que nous opérerions entre des éléments mis en relation afin de concrétiser l’un par le truchement de l’autre ; c’est comme si à travers elles nous était révélée l’âme de la nature8. »

  • 9 Russkie simvolisty, Moscou, 1894-1895.

4On se rend compte ici que le romantisme allemand est appréhendé à travers le prisme du symbolisme russe, ce qui est un bel exemple de lecture plurielle et de synthèse interculturelle. On sait que le symbolisme russe, né en 1894-1895 avec les célèbres almanachs Les Symbolistes russes,9 a connu son apogée dans les années 1900-1910 avec une seconde génération de poètes tels que Andrej Belyj, Aleksandr Blok, Vjačeslav Ivanov, Brjusov, Xodasevič. Il concerne avant tout la poésie, comme le rappelait Jakobson :

  • 10 R. Jakobson, Notes marginales sur la prose du poète Pasternak, in R.J., Huit questions de poétique, (...)

« Les positions les plus avancées de la littérature russe des premières décennies de notre siècle relèvent du domaine poétique ; c’est précisément la poésie qui est alors ressentie comme la manifestation canonique, non marquée de la littérature, comme sa pure incarnation. Le symbolisme, comme le bouillonnement littéraire apparu peu après et que l’on regroupe fréquemment sous l’étiquette du futurisme, furent tous deux dans leur quasi-totalité l’apanage de poètes […]10. »

  • 11 Neofilologičeskoe obščestvo en russe.

5C’est ce qu’on appelle l’“Âge d’argent” de la poésie russe après le mythique “Âge d’or” pouchkinien du début du xixe siècle. Il est surtout le fait des cercles littéraires de Saint-Pétersbourg. Encore lycéen, Žirmunskij baigne dans cette ambiance, il compose même alors des poésies symbolistes qu’il tente, sans succès, de faire publier et participe aux séances de la Société néophilologique,11 cercle étudiant qui se passionne pour la poésie, fondé par Veselovskij en 1889.

La théorie littéraire

6 Lorsque Žirmunskij revient d’Allemagne en 1914, il trouve son ouvrage accueilli très favorablement par les symbolistes. Le grand poète Blok à qui il l’a envoyé, couvre le volume d’annotations et lui envoie un message d’encouragement. Nommé comme maître de conférences à l’Université de Petrograd la même année, Žirmunskij enseigne aussi bien la philologie allemande que la littérature anglaise avec Byron. Dans ses recherches, il continue cependant de se consacrer au romantisme allemand en conservant la même perspective, ce qu’attestent ses articles qu’il publie aussi bien dans des publications universitaires que dans des périodiques orientés vers un large public. Désormais, il s’intéresse aussi au préromantisme allemand, le Sturm und Drang, dont il oppose le mysticisme au rationalisme desséchant de l’Aufklärung et de Kant : pour Johann Georg Hamann, la poésie, « langue maternelle de l’espèce humaine » (Muttersprache des Menschengeschlechts), était le moyen d’accéder à Dieu.

  • 12 Groupe de jeunes poètes de Saint-Pétersbourg (1815-1819) qui s’opposaient au conservatisme littérai (...)
  • 13 Abréviation pour Obščestvo dlja izučenija poètičeskogo jazyka [Société pour l’étude de la langue po (...)

7On voit aussi à cette époque le champ des intérêts de Žirmunskij s’élargir à toute la poésie : Villon, Le Tasse, Aucassin et Nicolette, Deržavin, le Cercle de l’Arzamas12, sans oublier la nouvelle école de poésie russe de l’acméisme qui s’oppose au symbolisme par un retour au classicisme avec des poètes comme Anna Axmatova, Gumilëv, Vološin, Mandelštam. Žirmunskij fréquente alors activement le cercle poétique de Petrograd qui donnera naissance en 1916-1917 à l’OPOJAZ13, qui fut lui-même à l’origine du formalisme russe après son rapprochement avec le Cercle linguistique de Moscou fondé en 1916. Y interviennent de jeunes universitaires comme Eichenbaum [Èjxenbaum] (condisciple de Žirmunskij), des poètes acméistes ou futuristes. De ce bouillonnement émerge peu à peu l’idée qu’il convient de privilégier la forme en poésie en faisant abstraction de tout contenu, qu’il soit historique, biographique ou sociologique. On pense ainsi pouvoir constituer une authentique science du fait littéraire qui privilégie ce qui était jusque là relégué dans les traités de versification ou de rhétorique.

  • 14 Allemand de Saint-Pétersbourg, Vasmer (1886-1962) s’établira en Allemagne en 1921 ; on lui doit un (...)
  • 15 Voir sur le sujet R. Comtet, « Les Allemands de Russie à la croisée des chemins », in La Revue russ (...)
  • 16 Religioznoe otrečenie v istorii romantizma. Materialy dlja xarakteristiki Klemensa Brentano i Gejde (...)
  • 17 Valerij Brjusov. Opyt sravnitel‘nogo-stilističeskogo issledovanija, Petrograd, 1922.

8 C’est alors que commence un nouvel épisode dans la vie de Žirmunskij : il est nommé en 1917 comme professeur de “philologie romano-germanique” à la toute nouvelle université de Saratov, sur la Volga. Il y retrouve son ancien condisciple, le slavisant Max Vasmer14, avec lequel il restera toujours en relation. Il enseigne la poésie anglaise et allemande mais on peut penser aussi que ce germaniste a pu s’intéresser à la très importante colonie allemande installée aux environs, les fameux “Allemands de la Volga” (Wolga-Deutschen)15. Il termine alors un nouvel ouvrage qui paraîtra à Saratov en 1918 et sera réédité l’année suivante à Moscou, Le Renoncement religieux dans l’histoire du romantisme : matériaux pour caractériser Clemens Brentano et les romantiques de Heidelberg16. Ici, l’auteur s’intéresse au second pôle du romantisme allemand, celui de Heidelberg, alors qu’il n’avait jusque là traité que de l’école de Iéna. Cela lui permet de proposer une interprétation globale du mouvement à travers son arrière-plan philosophique, esthétique, voire religieux. Mais Žirmunskij travaille aussi sur le symbolisme russe avec un ouvrage consacré au poète Brjusov qui ne sera publié qu’en 1922, Brjusov et l’héritage de Puškin. Essai d’étude comparée et stylistique17. On a donc l’impression que, pour lui, romantisme allemand et symbolisme russe sont par nature très proches, qu’ils s’éclairent l’un l’autre ; mais perce également ici une nouvelle approche, plus formelle et stylistique, de la littérature.

Entre formalisme et germanistique

  • 18 C’est un grand ami de Eichenbaum qui avait suivi avec lui les cours de Braun.
  • 19 “Zadači poètiki”, Žizn’ iskusstva, 314, 315, 316, 317, 1919.
  • 20  Trotski, « L’école formaliste de poésie et le marxisme », in Id., Littérature et révolution, Paris (...)

9L’année 1919 voit Žirmunskij réintégrer l’Université de Petrograd où on lui confie deux chaires, l’une de germanistique et l’autre d’étude des littératures d’Europe occidentale, qu’il conservera jusqu’en 1939. Par ailleurs il est nommé doyen de la Faculté des arts de la parole de l’Institut d’histoire des arts (Gosudarstvennyj institut istorii iskusstv). Cette institution prenait la suite d’un institut privé fondé en 1912 par le comte Zubov (d’où son surnom d’“institut Zubov”), fonctionnant comme un centre de recherches et de publications. Dans ces fonctions, Žirmunskij sera très utile aux formalistes dont il se sent alors très proche18 et l’institut Zubov va devenir un centre de ralliement, un bastion et une sorte de vitrine institutionnelle pour leur nouvelle poétique. On retrouve là en effet Boris Eichenbaum, Viktor Šklovskij, Jurij Tynjanov, Tomaševskij, Jakubinskij, le linguiste Sergej Bernštejn, le stylisticien Viktor Vinogradov. L’institut publie le périodique Poètika qui est l’organe officiel du mouvement, ainsi que la série Problemy poètiki [Problèmes de poétique] qui paraît de 1923 à 1929. Žirmunskij s’intéresse alors beaucoup au formalisme, trouvant qu’il rénove l’analyse littéraire. Il publie même en 1919 un article intitulé “Les tâches de la poétique”19 qui sera ensuite repris dans les éditions des formalistes. Il leur est donc alors assimilé, comme dans la charge célèbre de Trotski : “Qu’est-ce que l’école formaliste ? Telle qu’elle est actuellement représentée par Šklovskij, Žirmunskij, Jakobson et autres, elle est d’abord un avorton insolent20.”

  • 21 Kompozicija liričeskjix stixotvorenij [La composition des poésies lyriques], Petrograd, 1921 ; Rifm (...)
  • 22 L’Introduction à la métrique a été rééditée à Leningrad en 1975 ; voir aussi les recueils Théorie d (...)
  • 23 Voir Poètika sjužetov [La poétique des sujets], Saint-Pétersbourg, 1897-1906 ; Tri glavy iz istorič (...)
  • 24 Voir A. Dmitriev, « Le contexte européen (français et allemand) du formalisme russe », in Cahiers d (...)

10On peut se demander cependant quelle est la position exacte de Žirmunskij face aux formalistes. Il est certain qu’à cette époque il multiplie les études sur la versification à partir de la poésie russe des xviiie et xixe siècles21 et que La Composition des poésies lyriques est publiée dans un recueil de l’OPOJAZ. Mais sa manière reste traditionnelle, ce qui explique peut-être que ces études, loin de vieillir, soient devenues des classiques du genre22. On peut penser que sa formation de germaniste lui inspire une certaine réserve, un certain recul par rapport aux outrances formalistes. En fait, dans ses études de poétique, il ne fait que suivre la tradition de son maître spirituel Veselovskij qui avait consacré plusieurs études à ce domaine23. Or celui-ci, dans son approche plurielle de la littérature, s’appuyait en grande partie sur l’héritage de l’historien de la littérature Wilhelm Scherer, positiviste et représentant de l’école historico-culturelle24. Jusque dans ses références russes apparaît donc un Žirmunskij héritier de la science allemande.

  • 25 Chaque peuple du monde devait en effet trouver une entité correspondante, idéalisée, en URSS. (voir (...)
  • 26 Viktor Schirmunski, Linguistische und ethnographische Studien über die alten deutschen Siedlungen i (...)
  • 27 Savant allemand à qui Catherine II avait confié de grandes missions d’exploration en Russie ainsi q (...)
  • 28 Roman Jakobson a participé aux premières expéditions de ce Cercle dans la région de Moscou et en a (...)
  • 29 À partir des années 1840 on voit les linguistes russes se passionner pour les Kachoubes (Gil’ferdin (...)
  • 30 Voir V.M. Žirmunskij, « Problemy kolonial’noj dialektologii » [Problèmes de dialectologie coloniale (...)
  • 31 Voir les travaux d’Einar Haugen sur le norvégien parlé en Amérique, sa théorie de l’« écologie ling (...)

11De fait, ses intérêts de l’époque dépassent largement la problématique formaliste. Il publie une série d’études consacrées au poète symboliste russe Blok, à Byron et Puškin, au Faust de Goethe. En même temps, il se découvre une vocation d’ethnographe-linguiste peut-être préparée par ses études formelles en poésie. À cette époque le nouveau pouvoir soviétique met en pratique, par opposition à l’ancien régime, une politique de soutien aux minorités ethniques et linguistiques. Parmi elles, figurent de façon privilégiée25 les Allemands de Russie, tout spécialement ceux qui vivent dans des colonies rurales : les Allemands de la Volga, les colonies d’Ukraine, du Caucase, des environs de Leningrad (ancienne Ingrie). Il est donc créé en 1924 à Leningrad un institut pédagogique destiné à former les enseignants allemands de Russie où intervient Žirmunskij. C’est ce qui l’incite à aller étudier sur le terrain le folklore et la langue de toutes ces communautés germanophones perdues dans l’immensité russe. Il œuvre essentiellement en Ukraine, en Crimée, en Transcaucasie et dans la région de Leningrad, laissant à Georg Dinges (son ancien collègue de Saratov) l’étude des Allemands de la Volga. De 1926 à 1930 il a ainsi accumulé une vingtaine d’études publiées en allemand, aussi bien en URSS qu’en Allemagne, qui ont été récemment rassemblées dans un recueil26. Ces expéditions ethnographiques s’inscrivent dans la continuité de la dialectologie et de la géographie linguistique allemandes, systématisées à la fin du xixe siècle. Pour identifier les parlers étudiés, du bas-bavarois jusqu’au prussien occidental, sans oublier les “parlers mixtes” (Mischmundarten), Žirmunskij n’a eu qu’à utiliser le catalogue des différents dialectes allemands établi par Georg Wenker, Ferdinand Wrede et leurs élèves avant la guerre. Pour l’enquête dialectologique, on utilise le questionnaire mis à au point par Wenker (Wenkersätze) mais en distinguant entre traits dialectaux primaires et secondaires. Žirmunskij étudie aussi le folklore en privilégiant la chanson populaire dont il rassemble toute une collection. Mais dans tout cela il s’inscrit aussi dans une vieille tradition ethnographique russe qui, depuis Pallas27 jusqu’à la Commission ethnographique du Cercle linguistique de Moscou fondé en 191528, avait systématisé ces expéditions aux quatre coins de l’Empire. Il s’y ajoute une problématique russo-slave : celle de la quête romantique des origines, plus ou moins mythique et obsessionnelle tout au long du xixe siècle, surtout à compter des débuts du mouvement slavophile qui a conduit à se passionner pour les îlots slaves isolés en Europe, envisagés comme des conservatoires de l’antique culture slave, de la langue ancienne, propres aussi à justifier des revendications nationalitaires ou panslavistes29. Žirmunskij s’inscrit également ici dans la tradition de Veselovskij qui avait étudié la littérature orale russe. Il est fascinant de voir comment Žirmunskij opère la synthèse de toutes ces traditions pour créer une méthodologie originale, celle des îlots linguistiques (Insellinguistik), spécifique aux régions de colonisation récente30, alors que les slavophiles cherchaient, dans une démarche plus archéologique, des sortes de buttes témoins de peuplements anciens. Rien d’étonnant donc à ce que la méthode de Žirmunskij ait été mise en œuvre dans des terres de colonisation comme les États-Unis31, ainsi d’ailleurs qu’en Sibérie et dans l’Extrême-Orient russe. Grâce aux traits distinctifs qu’il met en œuvre, il est aussi l’initiateur de la dialectologie structurale actuelle et un pionnier de la linguistique aréale en Russie.

  • 32 Voir B. Vauthier, « Les phases décisives dans le développement de la pensée de Bakhtine. K filosofi (...)

12Simultanément, Žirmunskij conserve des liens étroits avec les germanistes d’Allemagne, spécialement ceux qui se réclament en critique littéraire de l’École de l’histoire spirituelle (Geistesgeschichtliche Schule) de Wilhelm Dilthey et qu’il a rencontrés lors de son séjour en Allemagne. Dilthey, à la fois philosophe et critique littéraire dont on commence seulement à entrevoir l’influence qu’il a pu exercer sur Mikhaïl Bakhtine32, était fasciné par les Romantiques. Dans Die Entstehung der Hermeneutik (1900), ce précurseur proposait de réserver l’explication aux sciences de la nature et la compréhension aux sciences de l’esprit par opposition au positivisme : la critique littéraire devait donc s’attacher au monde imaginaire, créé par les écrivains. On voit tout ce que Žirmunskij trouvait ici à partager.

  • 33 O. Val’cel’, Impressionnizm i èkspressionizm v sovremennoj Germanii (1890-1920), Petrograd, 1922.
  • 34 O. Val’cel’, Problema formy v poèzii, Petrograd, 1923.
  • 35 R. Unger, « Novejšie tečenija v nemeckoj nauke o literature », in Sovremennyj Zapad, 2(6)/1924, p.  (...)
  • 36 Problemy literaturnoj formy, Leningrad, 1928 (réédition Munich, 1970).
  • 37 L. Šjukking, Sociologija literaturnogo vkusa, Leningrad, 1929 (avec préface de Žirmunskij). (L. Sch (...)
  • 38 Voir M.-J. Bott, « “Philologie” oder “Gegnerforschung” ? Die Rolle des Slavischen Instituts der Uni (...)
  • 39 V. Schirmunski, « Formenlehre in der russischen Literaturwissenschaft », in Zeischrift für slavisch (...)
  • 40 B. Tomaševskij, « La nouvelle école d’histoire littéraire », in Revue des études slaves, 8-3 et 4/1 (...)
  • 41 Voir V.M. Žirmunskij, « Novejšie tečenija istoriko-literaturnoj mysli Germanii [Les nouveaux couran (...)

13 Il cultive ainsi les contacts avec les héritiers de Dilthey, en premier lieu Oskar Walzel qu’il invite à Leningrad à la Faculté des arts de la parole à l’automne 1928. En 1922, il a publié la traduction de son livre L’impressionnisme et l’expressionnisme dans l’Allemagne contemporaine (1890-1920)33. L’année suivante c’est au tour du livre Le problème de la forme en poésie34 puis en 1924 d’un article de Rudolf Unger “Nouveaux courants dans la science littéraire en Allemagne”35. En 1928, c’est une anthologie de textes théoriques d’Oskar Walzel, Wilhelm Dibelius, Karl Vossler et Leo Spitzer intitulée Problèmes de la forme littéraire36. Il fait traduire aussi en 1929 la monographie de Levin Schücking Sociologie du goût littéraire37. Entre temps Žirmunskij fait élire Oskar Walzel, Eduard Sievers et Franz Saran comme membres d’honneur de la faculté des arts de la parole de l’Institut d’histoire des arts. Simultanément il se rend à plusieurs reprises en Allemagne : en 1925, il est invité à l’Université de Marburg où il fait la connaissance de Wrede et s’initie aux derniers développements de la dialectologie allemande qu’il mettra bientôt en pratique dans les colonies allemandes de Russie ; en 1927, invité par l’université de Bonn, il s’arrête à Berlin à l’Institut de slavistique de l’Université à l’invitation de Max Vasmer, son ancien collègue de Saratov pour faire un exposé sur ces colonies38 ; en 1928, il invite Oskar Walzel à la Faculté des arts de la parole ; puis, en 1929, il participe au Congrès de folkloristique de Berlin (il est en relations suivies avec le folkloriste John Meier). Il a aussi l’immense mérite de faire connaître le formalisme russe au public allemand par un article paru en 1924 dans la Zeischrift für slavische Philologie récemment fondée par Max Vasmer39. C’est de fait la première mention des formalistes hors de Russie alors que le public francophone devra attendre encore quatre ans pour que Tomaševskij les lui fasse découvrir40 et qu’il y a une différence de taille entre ces deux publications : l’exposé de Žirmunskij est critique, celui de Tomaševskij est un plaidoyer pro domo. À l’inverse, Žirmunskij a également informé le public russophone des derniers développements de la critique littéraire en Allemagne à la suite de son voyage de 192441.

  • 42 L. Trotski, « L’école formaliste en poésie et le marxisme », in Id., Littérature et révolution, op. (...)

14Il est clair ainsi que Žirmunskij prend de plus en plus ses distances par rapport aux formalistes russes. On connaît la critique sévère que formulait Trotski à leur égard en 1923 : « Il sont les disciples de saint Jean : pour eux, “au commencement était le Verbe”. Mais pour nous au commencement était l’Action42. »

  • 43 V. Šklovskij, « Iskusstvo kak priëm », in Sborniki po teorii poètičeskogo jazyka II [Recueils pour (...)
  • 44 Načala, 1/1921, p. 216-219.

15Effectivement, dans ses formulations les plus outrancières, dans sa recherche forcenée de “littérarité” (literartunost’) le formalisme excluait dans l’analyse de l’œuvre littéraire toute référence historique, sociologique, biographique. Son abstraction faisait qu’il était beaucoup plus orientée vers le signifiant des textes que vers leur signifié, vers la forme que vers le contenu comme dans la formule réductrice de Šklovskij “L’art comme procédé”43. Cela ne pouvait qu’inspirer à Žirmunskij des réserves qu’on voit se manifester dès 1919, dans un compte rendu qu’il consacre au second volume de Poètika44.Pour lui, l’œuvre d’art, loin d’être une collection de procédés empilés les uns sur les autres, est un “organisme vivant” (Živoj organizm) où chaque fait isolé participe à un système, à une totalité, un organicisme qui lui est de toute évidence légué par une tradition allemande qui remonte à Goethe et à Humboldt. Il relevait aussi une faille importante dans la théorie formaliste, celle-ci négligeant en effet d’expliquer pourquoi telle forme succédait à telle autre. Par ailleurs, ces changements étaient brusques, selon un modèle mutationniste, alors que Žirmunskij, comme Walzel, avait une vision évolutive, douce des choses. On peut relever aussi que les formalistes s’appuyaient sur l’élaboration d’une linguistique structurale à Prague avec Jakobson qui s’y trouvait depuis 1920 et où le célèbre Cercle linguistique sera officiellement fondé en 1926 par Matesius. Les deux quêtes d’éléments minimaux abstraits fonctionnels, en littérature et dans la langue, étaient en fait parallèles (Jakobson, associait d’ailleurs les deux sphères, linguistique et littéraire). On relèvera que Žirmunskij, bien que doté d’une solide culture linguistique et se réclamant de l’enseignement de Baudouin de Courtenay, n’introduira le phonème dans ses travaux que dans les années 1950.

  • 45 V.M. Žirmunskij, « Predislovie [Préface] », in id., Voprosy literatury [Questions de littérature], (...)
  • 46 V.M. Žirmunskij, « Dva napravlenija sovremennoj liriki », in Žizn’ iskusstva, 339, 340, 1920.
  • 47 On ne peut dire par contre que Jakobson partage la même honnêteté intellectuelle puisqu’il reprend (...)

16 Par la suite, le fossé ne cessera de grandir avec les formalistes, Žirmunskij écrivant en 1928 : « Šklovskij considérait l’œuvre d’art comme une “somme de procédés”, je lui opposais la notion de “système”45. » Conformément à la tradition germanique, il lie en effet l’évolution des procédés et des styles au développement général de la culture, au changement du “sentiment de la vie” (čuvstvo žizni), la forme étant liée au contenu qu’elle exprime. Ainsi, dès 1916, ses écrits affirment que le classicisme est lié à un style objectif qui privilégie la métonymie alors que le romantisme affectionne un style subjectif basé sur la métaphore. Le thème est identique en 1920 dans “Deux tendances de la poésie lyrique contemporaine”46 où sont soumis à une analyse contrastive deux poèmes : “Le soir” (Večerom) d’Anna Axamatova (acméiste) et “Au restaurant” (V restorane) de Blok (symboliste). Ce faisant, Žirmunskij reconnaît volontiers sa dette envers les théoriciens allemands, depuis Friedrich Schlegel jusqu’à Oskar Walzel, Georg Simmel, Wilhelm Dibelius et Fritz Strich en particulier qui allait écrire en 1922 Deutsche Klassik und Romantik47. Effectivement on retrouve aux sources de la dichotomie aussi bien l’opposition établie par Simmel entre Rembrandt et les peintres de la Renaissance italienne que celle de Walzel entre les cultures germanique (gothique et objective) et romane, analogue à celle entre l’impressionnisme et l’expressionnisme en littérature. Cette grille d’analyse lui permet de qualifier le symbolisme russe de “néo-romantisme” (neo-romantizm) alors qu’il rattache l’acméisme à la tradition classique. L’acméisme reflète en effet une vision du monde qui vise à l’objectivité, où le mot a sa sémantique propre et où les métaphores sont rares. Le modèle sous-jacent des acméistes est celui de l’art figuratif (sculpture pour Mandelštam, peinture pour Gumilëv) ou de la prose (Anna Axmatova et ses poésies construites à la manière de nouvelles en miniature). Le symbolisme au contraire cultive une vision subjective du monde qui est dépeint sous une forme mystique, transcendantale, par la verbalisation de l’infini et les métaphores ; l’impression dominante est celle du flou, de l’imprécision, tout à fait comme en musique.

  • 48 V.M. Žirmunskij, « O poèzii klassičeskoj i romantičeskoj [À propos de la poésie classique et romant (...)

17Peu à peu Žirmunskij en viendra à retrouver ces deux grands principes, classique et romantique, dans toute la littérature européenne en achronie parfaite. Le classicisme, bâti sur des lois, des règles, des canons qui délimitent strictement les genres, se retrouve chez Homère, Plaute, Shakespeare, Racine, Molière, Lessing, le Goethe de la dernière période. Le romantisme au contraire abolit les frontières, brasse les genres comme le fait l’opéra de Wagner : il est illustré par des auteurs tels que Byron, Musset, Rousseau dans la Nouvelle Héloïse, Herder ou les Russes Fet, Blok. Et Žirmunskij d’affirmer : « Le poète classique se donne une tâche objective : créer une belle œuvre d’art, finie et parfaite, un monde qui se suffit à lui-même, soumis à ses lois propres […]. Le sujet est ici ignoré : en quoi pouvons-nous être intéressés par la “personnalité” et la “psychologie” de l’architecte lorsque nous contemplons le bel édifice qu’il a construit ? Au contraire, le poète romantique s’efforce en son œuvre avant tout de nous parler de lui-même, de nous “ouvrir son âme”. Il se confesse et nous fait communier avec la profondeur émotionnelle et la spécificité humaine de sa personnalité48. »

  • 49 V.M. Žirmunskij, Poèzija Aleksandra Bloka, Petrograd, 1922. S’y ajoute “Metafora” [La -métaphore], (...)
  • 50 Voir A. Dmitriev, art. cit., p. 430 ; R.O. Šor, « Formal’nyj metod na Zapade [La méthode formelle e (...)

18On ne peut qu’admirer ici cette vaste synthèse digne des grands penseurs allemands, et parée des brumes du subjectivisme germanique. Žirmunskij ira encore plus loin dans une brochure publiée en 1922, La poésie d’Alexandre Blok49. Le fossé ne fera dès lors que se creuser entre Žirmunskij et les formalistes de Leningrad. On fera grâce au lecteur des invectives dont ceux-ci l’abreuvent à l’exemple de l’“éclectisme académique” imaginé par Tynjanov ; ce sont effectivement toujours les bases académiques allemandes de sa vision qui sont mises en cause. De plus, Žirmunskij se trouve impliqué à son corps défendant dans le polémique interne qui, à compter de 1924-1925, opposa les orthodoxes de Leningrad (le trio Šklovskij, Tynjanov et Eichenbaum) à l’aile de Moscou. Après le départ de Jakobson et la fin du Cercle linguistique de Moscou en 1924, les activités s’y étaient regroupées autour de l’Académie des sciences esthétiques (GAXN) à orientation philosophique dominante, sous l’influence de G. Špet, induisant une rupture avec le futurisme et une évolution vers une esthétique néo-classique avec un retour à la philologie traditionnelle50. On trouve alors, en 1927, sous la plume d’Eichenbaum qui venait de lire les recueils moscovites ces lignes révélatrices :

  • 51 Voir A. Dmitriev, art. cit., p. 430.

« Mais comme tout cela est pitoyable, pauvre, prétentieux, suffisant ! Les références renvoient presque exclusivement à la science allemande, les théoriciens moscovites ne reconnaissent que Špet… et les Allemands. Ils n’ont pour nous que mépris, ironie, comme si nous étions des enfants ! Quel toupet ! pas une référence à Šklovskij, à Tynjanov, à moi. Une fois ou deux, on voit passer Žirmunskij, lui on peut, puisqu’il est “doktor”. Alors qu’ils ont tout raflé chez nous, ces malotrus51 ! »

  • 52 Voir sur ce sujet V. Erlich, Russian Formalism. History – Doctrine, The Hague – Paris, 31969, p. 23 (...)
  • 53 Voir G.V. Ramišvili, « Vil’gel’m. fon Gumbol’dt – osnovnopoložnik teoretičeskogo jazykoznanja [Wilh (...)
  • 54 Th. Meyer, Das Stilgesetz der Poesie, Leipzig, 1901.
  • 55 Voir A. Dmitriev, art. cit., p. 431.
  • 56 Ibid., p. 433.

19Il est ainsi évident qu’il s’agissait là d’un débat russo-germanique, où la pensée russe comme bien souvent était pétrie de références allemandes, le plus souvent à son insu. Rappelons ici, par exemple, que Žirmunskij rejetait l’idée de forme interne du mot empruntée par les formalistes à Potebnja (1835-1891), linguiste et théoricien de la langue poétique52. Potebnja soutenait que les mots avaient à l’origine une structure motivée, qu’ils étaient basés sur une image (voir son exemple du podsnežnik russe = notre “perce-neige”) ; le pouvoir de cette forme s’usait sous l’effet de l’habitude, ce qui fait qu’on passait de la poésie à la prose. Šklovskij avait récupéré cette idée d’automatisation pour en faire le noyau de la doctrine formaliste avec la nécessité de “défamiliariser” le langage (russe ostranenie, allemand Verfremdung) pour lui rendre sa “littérarité”. Au contraire, Žirmunskij soutient que ce concept ne saurait s’appliquer à la littérature classique qui vise l’objectivité à travers la métonymie. Or il se trouve que cette fameuse “forme interne” avait été empruntée par Potebnja à Humboldt53. En polémiquant avec le Potebnja des formalistes, Žirmunskij remet en fait en cause une certaine lecture de Humboldt et s’appuie là encore sur un Allemand, Theodor Meyer54. Quant aux reproches faits parfois au formalisme de ne faire qu’imiter ce qui paraissait déjà évident en Allemagne, ils devaient bien receler une part de vérité55. Il est en effet troublant de voir les formalistes se situer sans cesse par rapport à la science littéraire allemande, comme dans le journal d’Eichenbaum : “Cela produit une impression étrange, comme si les Allemands avaient pris du retard sur nous56.” Ils suivaient en effet attentivement ce qui s’écrivait à l’étranger du fait de leur connaissance des langues étrangères (à la seule exception de Šklovskij).

  • 57 Voir M. Aucouturier, op. cit., p. 112-118 et la célèbre étude de Pavel Medvedev, Formal’nyj metod v (...)
  • 58 Il paraît donc abusif de lui donner l’étiquette de formaliste (voir V. Erlich, op. cit., p. 294). V (...)
  • 59 Son ouvrage Das Problem der Form in der bildlichen Kunst, Strasbourg, 1893, est traduit en russe en (...)
  • 60 Voir Ju. N. Tynjanov, Poètika. Istorija literatury. Kino [Poétique. Histoire de la littérature. Cin (...)
  • 61 Ibid.
  • 62 Voir A.N. Dmitriev, « Nemeckaja filologija i russkaja formal’naja škola » [La philologie allemande (...)
  • 63 Voir R. Comtet, « L’apport germanique à la réflexion sur la langue en Russie : des origines aux sla (...)
  • 64 Ibid., p. 73.
  • 65 R. Šor, art. cit., p. 136.
  • 66 Voir A.N. Dmitriev, « Nemeckaja filologija i russkaja formal’naja škola », art. cit., p. 476.
  • 67 Voir pour les détails S. Tchougounnikov, « Les modèles allemands dans la genèse de la pensée formal (...)

20La situation va cependant vite changer vers la fin des années vingt avec les débuts de l’ère stalinienne. Les formalistes tenteront de prendre un tournant sociologique en 1927-1928 mais l’OPOJAZ finira par disparaître sous les attaques des marxistes, du cercle de Bakhtine57 et suite à l’hostilité officielle. Tout au long de sa brève histoire, le mouvement n’aura cessé d’être interpellé, provoqué, aiguillonné par Žirmunskij, qui avait l’avantage de se situer à la fois à l’intérieur et en dehors du mouvement58. Porteur de l’altérité de la philologie germanique, il n’a cessé de les contraindre à affiner leur théorie autour d’une sorte de fond commun où rentraient aussi bien des représentants de la pensée morphologique germanique en histoire de l’art comme Heinrich Wölfflin, Konrad Fiedler, Adolf Hildebrand59, Alois Riegl60 que l’école néo-kantienne de Marburg avec Hermann Cohen, Ernst Cassirer, Paul Natorp. On pourrait citer aussi l’influence de la phonétique du vers de Sievers, des théories esthétiques de Wilhelm Pinder sur un Eichenbaum61 formé comme Žirmunskij par Braun, et bien d’autres points de contact62. Les formalistes se situaient ainsi, nolens volens, par rapport au paradigme germanique omniprésent dans la culture et la linguistique russes depuis le xviie siècle et qui n’avait fait que se renforcer63. Tynjanov situait le mouvement expressément par rapport aux Allemands qu’il identifiait à la fois comme adversaire privilégié et comme pierre de touche : « Nous y sommes arrivés sans le Geist des Allemands et, semble-t-il, avons compris de quoi il s’agissait64. » Dans un article perfide, Rozalija Šor suggère que les formalistes n’ont rien inventé par rapport aux chercheurs d’Occident (allemands, bien sûr !)65. Il est vrai que Walter Benjamin lors de ses contacts avec le monde littéraire dans l’URSS des années 1925-1926 fut tout étonné de la place qu’y occupait Walzel66. Le débat autour du formalisme russe a ainsi souvent pris l’allure d’un dialogue inter-allemand67.

Nouveaux horizons, nouvelles tranches de vie

  • 68 V.M. Žirmunskij, Nacional’nyj jazyk i social’nyje dialekty, Leningrad, 1936.
  • 69 Ibid., p. 117.
  • 70 Voir B. Gasparov, « La linguistique slavophile », in P. Sériot (éd.), Une familière étrangeté : la (...)
  • 71 Gëte i russkaja literatura, Leningrad, 1937.
  • 72 Voir « Sravnitel’naja grammatika i novoe učenie o jazyke [La grammaire comparée et la nouvelle théo (...)

21Jusque là les activités de Žirmunskij avaient bénéficié de la symbiose culturelle traditionnelle germano-russe en même temps que du climat de complicité entre l’URSS et l’Allemagne, les deux grands perdants du système instauré par le traité de Versailles. La situation va radicalement changer avec l’ère stalinienne qui inaugure en Russie une période de repli sur soi-même et de suspicion générale vis-à-vis de l’étranger. Les Allemands y furent spécialement éprouvés par la collectivisation et les épurations. C’est le début d’une période troublée dans la vie de Žirmunskij. Il renonce à ses études de dialectologie allemande en Russie, évitant ainsi le sort du malheureux Georg Dinges, Allemand de la Volga, qui mourra du typhus dans un camp sibérien. Il coupe les contacts avec ses collègues allemands, John Meyer, Friedrich Gundolf et autres et doit diriger de 1931 à 1935 le cabinet de dialectologie sociale auprès de l’Institut de linguistique, puis il entre à l’Institut de la langue et de la pensée de l’Académie des sciences en 1934, qui était dominé par les marristes, où il écrit un ouvrage de commande, La langue nationale et les dialectes sociaux68, l’un des premiers essais d’application de la théorie marxiste à la description linguistique. Plusieurs thèses y sont avancées : la langue nationale, liée à la formation des sociétés bourgeoises, ne peut la précéder et elle se forme par “concentration” des dialectes et patois féodaux du Moyen-Âge. Il y a là l’image fameuse de la pyramide : à la base, les dialectes ruraux, à un étage intermédiaire les parlers de la ville, au sommet la langue nationale, celle de la bourgeoisie69. Žirmunskij a mis là en pratique la sociologie vulgaire fort en vogue à l’époque ainsi que les idées de Marx, Engels et Lénine, mais dans le souci qu’il a du rapport entre langue et nation on perçoit paradoxalement encore comme un lointain écho du romantisme allemand, de Herder à Humboldt, pour qui il y avait adéquation entre les deux entités (la langue comme incarnation du peuple), ce qui a profondément marqué la tradition linguistique russe, de l’époque romantique aux slavophiles70. Žirmunskij continue malgré tout d’écrire des ouvrages de littérature comparée, comme son monumental Goethe et la littérature russe71, il accumule aussi responsabilités et distinctions, ce qui ne lui évite pas d’être inquiété (plusieurs arrestations en 1933, 1935, 1941 sous le soupçon d’être un espion allemand suite à ses contacts). Il a malgré tout le courage de s’opposer aux partisans de Marr en 1940 : suite à une introduction de I. Meščaninov, il rappelle, dans un recueil de l’Institut Marr du langage à Leningrad, que les faits communs à plusieurs langues ne prouvent pas forcément leur parenté mais peuvent s’expliquer aussi par le jeu général des processus syntaxiques, d’où l’intérêt des études typologiques72.

  • 73 On trouvera l’essentiel de ces études dans les volumes suivants : V.M. Žirmunskij, Uzbekskij geroič (...)
  • 74 W. Radloff, Proben der Volkslitteratur der türkischen Stämme Südsibiriens, vols. 1-10, Saint-Péters (...)
  • 75 Voir par exemple son article « Èpičeskoe skazanie ob Alpamyše i Odisseja Gomera [Le dit épique de A (...)
  • 76 R. Étiemble, « Faut-il réviser la notion de Weltliteratur ? », in Essais de littérature (vraiment) (...)
  • 77 V.M. Zhirmunsky, « On the Study of Comparative Literature », art. cit, 11.

22 Quand la guerre éclate, Žirmunskij est évacué en novembre 1941 de Leningrad à Tachkent, au cœur de l’Asie centrale ; il étudie l’ouzbek, puis le kazakh et le kirghize, ce qui lui permet de s’illustrer très vite dans l’étude des épopées d’Asie centrale en mettant ses talents de passeur au service de nouvelles cultures, sachant qu’il s’était toutefois déjà intéressé à la turkologie auparavant73. De fait, lorsqu’il étudie l’épopée légendaire du Manas des Kirghizes, ou le livre de Korkut (Kitabi-Korkuk) des anciens Oguz, il ne fait que poursuivre ses investigations sur la littérature orale commencée vingt ans auparavant dans les villages allemands de Russie. On remarquera aussi qu’en Asie centrale il suit les traces de Vasilij Radlov [Wilhelm Radloff], Allemand russisé de Berlin, devenu un éminent turkologue, directeur du Musée asiatique de Saint-Pétersbourg, qui avait déjà recueilli sur le terrain en Kirghizie en 1837 et 1869 plusieurs versions du Manas (voir ses monumentales Proben der Volkslitteratur der türkischen Stämme Südsibiriens74). Même sur ce terrain exotique on voit donc Žirmunskij rester fidèle à une science allemande qui est ici celle de la pléiade d’orientalistes d’origine germanique qui s’étaient illustrés dans l’Empire russe : Georg Steller, Oskar Lemm, Otto Böhtlingk, Johannes (Boris) Dorn, Viktor Rosen, Franz (Anton) Schieffner, Isaak (Jakob) Schmidt, Christian Frähn, Wilhelm (Vasilij) Barthold, Karl Salemann, Friedrich Knauer et jusqu’au linguiste danois Wilhelm Thomsen qui avait étudié les inscriptions turk anciennes en Sibérie. Mais Žirmunskij dépasse un orientalisme étroit : comme le japonisant N.I. Konrad, il ne tardera pas à tenter de prouver l’unité profonde de toutes les épopées, où qu’elles soient nées75. Il est là encore un précurseur qui affirme bien avant Étiemble76 la nécessité pour la littérature générale de sortir de l’espace littéraire européen afin de prendre une respiration planétaire, mais en n’oubliant pas de préciser que c’est Goethe qui le premier a formulé cette idée de Weltliteratur77.

  • 78 V.M. Žirmunskij, Nemeckaja dialektologija [Dialectologie allemande], Moscou-Leningrad, 1956.
  • 79 Plusieurs rééditions de son Istorija nemeckogo jazyka, Leningrad, 1938, en 1948, 1956, 1978. Il par (...)
  • 80 Il dirige le recueil Legenda o Doktore Fauste [La légende du docteur Faust], Moscou-Leningrad, 1958 (...)

23En octobre 1944 il revient à Leningrad où il retrouve ses fonctions universitaires. Il ne tarde pas à affronter la tempête du jdanovisme, cette chasse aux sorcières des intellectuels déclenchée à l’instigation de Staline en 1946. On l’accuse d’idéalisme en tant que disciple de Veselovskij, de “cosmopolitisme bourgeois”, de “formalisme” ou encore de ne pas avoir pleinement accepté la nouvelle théorie du langage de Marr. Avec les anciens formalistes survivants (Tomaševskij, Eichenbaum, Propp…) il perd sa chaire et, pendant quelque temps, le droit d’être publié. La disparition de Staline signifie pour lui le retour à la normale, et il peut de nouveau travailler selon ses intérêts multiples. Membre correspondant de l’Académie des sciences, il dirigera le département occidental de l’Institut de littérature, puis le secteur des Langues indo-européennes de l’Institut de linguistique. Il est aussi l’un des responsables (aux côtés de N.I. Konrad et V.V. Vinogradov), puis le directeur en 1969 (à la mort de ce dernier) de la revue de linguistique Voprosy jazykoznanija [Questions de linguistique] dont la fondation en 1952 répond au besoin de remettre à niveau la linguistique soviétique en la purifiant des scories marristes. On verra vers 1962-1964 la revue s’ouvrir à une discussion sur la notion de langue poétique, comme si l’on voulait reprendre le débat laissé jadis en suspens par les formalistes. Žirmunskij publie en linguistique générale mais ne néglige pas pour autant la germanistique, avec des sommes en dialectologie78 ou en histoire de la langue79, il reste fidèle au préromantisme et au romantisme allemands80, s’illustre aussi en littérature générale et en théorie de la littérature comparée, cumule les honneurs. La mort le surprendra en 1971, alors qu’il préparait une réédition des poésies d’Anna Axmatova. Jusqu’au bout ce travailleur infatigable (480 ouvrages publiés de son vivant) doté d’une culture colossale, grand passeur de cultures devant l’Éternel, grand maître de la germanistique russe, aura cultivé la nostalgie de l’Âge d’argent, du symbolisme russe et du monde enchanté du romantisme allemand qui étaient pour lui indissociables.

Haut de page

Notes

1 Teniševskoe učilišče.

2 Voir son édition de A. Veselovskij, Istoričeskaja poètika [Poétique historique], Leningrad, 1940.

3 Voir E. Sievers, Grundzüge der Lautphysiologie, Leipzig, 1876.

4 Voir Altgermanische Verslehre, Bonn, 1893 ; Altgermanische Metrik, Halle, 1893 ; Rhytmisch-melodische Studien, Leipzig, 1912. Žirmunskij suit aussi les cours de Franz Saran qui, comme Sievers, pratiquait une étude acoustique subjective des sons (Ohrenphilologie), en particulier en poésie (voir Deutsche Verslehre, Munich, 1907).

5 Voir Deutsche Romantik, Leipzig, 1908.

6 Voir Die klassische Kunst, eine Einführung in die italienische Renaissance, Munich, 1899.

7 Žirmunskij, Nemeckij romantizm i sovremennaja mistika, Saint-Pétersbourg, 1914. Cette édition est post-datée, elle fut en fait réalisée dès 1913. Trad. allemande : Deutsche Romantik und moderne Mystik, Saint Ingbert, 1996.

8 Ibid., p. 41.

9 Russkie simvolisty, Moscou, 1894-1895.

10 R. Jakobson, Notes marginales sur la prose du poète Pasternak, in R.J., Huit questions de poétique, Paris, 1977, p. 52 (trad. du russe, première parution en 1935).

11 Neofilologičeskoe obščestvo en russe.

12 Groupe de jeunes poètes de Saint-Pétersbourg (1815-1819) qui s’opposaient au conservatisme littéraire et linguistique du groupe rival “archaïsant” de la Beseda.

13 Abréviation pour Obščestvo dlja izučenija poètičeskogo jazyka [Société pour l’étude de la langue poétique].

14 Allemand de Saint-Pétersbourg, Vasmer (1886-1962) s’établira en Allemagne en 1921 ; on lui doit un célèbre dictionnaire étymologique de la langue russe.

15 Voir sur le sujet R. Comtet, « Les Allemands de Russie à la croisée des chemins », in La Revue russe, 3/1992, p. 5-30.

16 Religioznoe otrečenie v istorii romantizma. Materialy dlja xarakteristiki Klemensa Brentano i Gejdel‘bergskix romantikov, in : Izvestija Saratovskogo universiteta, Istoriko-filologičeskij fakul’tet, Saratov, 1/1918.

17 Valerij Brjusov. Opyt sravnitel‘nogo-stilističeskogo issledovanija, Petrograd, 1922.

18 C’est un grand ami de Eichenbaum qui avait suivi avec lui les cours de Braun.

19 “Zadači poètiki”, Žizn’ iskusstva, 314, 315, 316, 317, 1919.

20  Trotski, « L’école formaliste de poésie et le marxisme », in Id., Littérature et révolution, Paris, 1964, 190.

21 Kompozicija liričeskjix stixotvorenij [La composition des poésies lyriques], Petrograd, 1921 ; Rifma, ee istorija i teorija [La rime, son histoire et sa théorie], Petrograd, 1923 ; Vvedenie v metriku : Teorija stixa [Introduction à la métrique : Théorie du vers], Leningrad, 1925.

22 L’Introduction à la métrique a été rééditée à Leningrad en 1975 ; voir aussi les recueils Théorie du vers. Recueil d’articles [Teorija stixa. Sbornik statej], Leningrad, 1968, Théorie de la littérature. Poétique. Stylistique [Teorija literatury. Poètika. Stilistika], Leningrad, 1977 et Poétique de la poésie russe [Poètika russkoj poèzii], Saint-Pétersbourg, 2001.

23 Voir Poètika sjužetov [La poétique des sujets], Saint-Pétersbourg, 1897-1906 ; Tri glavy iz istoričeskoj poètiki [Trois chapitres de poétique historique], Saint-Pétersbourg, 1899.

24 Voir A. Dmitriev, « Le contexte européen (français et allemand) du formalisme russe », in Cahiers du Monde russe, 43-2 et 3/2002, p. 224 (trad. du russe).

25 Chaque peuple du monde devait en effet trouver une entité correspondante, idéalisée, en URSS. (voir R. Comtet, « Les Allemands de Russie à la croisée des chemins », art. cit.)

26 Viktor Schirmunski, Linguistische und ethnographische Studien über die alten deutschen Siedlungen in der Ukraine, Rußland und Transkaukasien, Munich, 1992 (compte rendu par R. Comtet, Revue des études slaves, Paris, 48-4/1996, p. 581-588).

27 Savant allemand à qui Catherine II avait confié de grandes missions d’exploration en Russie ainsi que la constitution d’un répertoire des langues de l’Empire.

28 Roman Jakobson a participé aux premières expéditions de ce Cercle dans la région de Moscou et en a laissé des souvenirs pittoresques (voir R. Jakobson, Une vie dans le langage. Autoportrait d’un savant, Paris, 1984, p. 79-84).

29 À partir des années 1840 on voit les linguistes russes se passionner pour les Kachoubes (Gil’ferding), pour les Sorabes (Sreznevskij et Ščerba), les Slovènes de la vallée de Resia dans les Alpes italiennes (Sreznevskij et Baudouin de Courtenay). Cette quête est de même nature (retrouver le paradis perdu) que celle des antiques manuscrits slaves ; si besoin est, on en fabrique même de toutes pièces (les faux manuscrits tchèques de Hanka, 1791-1861, par exemple).

30 Voir V.M. Žirmunskij, « Problemy kolonial’noj dialektologii » [Problèmes de dialectologie coloniale], in : Jazyk i literatura [Langue et littérature], Leningrad, 3/1929 ; et R. Comtet, « Allemands de Russie et théorie des ilots linguistiques dans la tradition russe et chez Viktor Žirmunskij (1891-1971) », Slavica occitania, 20, 2005, p. 303-325.

31 Voir les travaux d’Einar Haugen sur le norvégien parlé en Amérique, sa théorie de l’« écologie linguistique », ou Uriel Weinreich (Languages in contact. Findings and problems, New York, 1951).

32 Voir B. Vauthier, « Les phases décisives dans le développement de la pensée de Bakhtine. K filosofii postupka, premier chaînon de l’architectonique de l’esthétique de la création verbale. Révision et renversement du débat Husserl/Dilthey », in R. Celis, J.- Madou et L. Van Eynde (éds.), Phénoménologie(s) et imaginaire, Paris, 2004, p. 143-194.

33 O. Val’cel’, Impressionnizm i èkspressionizm v sovremennoj Germanii (1890-1920), Petrograd, 1922.

34 O. Val’cel’, Problema formy v poèzii, Petrograd, 1923.

35 R. Unger, « Novejšie tečenija v nemeckoj nauke o literature », in Sovremennyj Zapad, 2(6)/1924, p. 144-160.

36 Problemy literaturnoj formy, Leningrad, 1928 (réédition Munich, 1970).

37 L. Šjukking, Sociologija literaturnogo vkusa, Leningrad, 1929 (avec préface de Žirmunskij). (L. Schücking, Soziologie der literarischen Geschmacksbildung, Leipzig, 1931. Le livre, bien éloigné des thèses du marxisme vulgaire d’alors sur l’idéologie de classe, étudiait les questions du mécénat et du goût du lecteur en littérature.

38 Voir M.-J. Bott, « “Philologie” oder “Gegnerforschung” ? Die Rolle des Slavischen Instituts der Universität Berlin für die Entwicklung des Faches 1925-1932 in Deutschland », in A. Bernard (éd.), Histoire de la slavistique. Le rôle des institutions, Paris, 2003, p. 91.

39 V. Schirmunski, « Formenlehre in der russischen Literaturwissenschaft », in Zeischrift für slavische Philologie, Leipzig, I, 1-2, p. 117-152. Relevons que Žirmunskij s’est illustré aussi comme médiateur en recevant en 1923 et en faisant connaître en Russie le texte du Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure (voir N.A. Sljusareva et V.G. Kuznecov, « Ob istorii sovetskoj lingvistiki. Rukopisi S.I. Bernštejna o F. de Sossjure » [Sur l’histoire de la linguistique soviétique. Manuscrits de S.I. Bernštejn sur F. de Saussure], Izvestija AN SSSR. Serija lit. i jazyk., 35-5/1976, p. 443.

40 B. Tomaševskij, « La nouvelle école d’histoire littéraire », in Revue des études slaves, 8-3 et 4/1928, p. 226-240, qui reprend un exposé fait à Moscou en 1927 en présence du slavisant français André Mazon (voir A. Dmitriev, art. cit., p. 434).

41 Voir V.M. Žirmunskij, « Novejšie tečenija istoriko-literaturnoj mysli Germanii [Les nouveaux courants de la pensée historico-littéraire en Allemagne] », in Poètika, Leningrad, 2/1927, p. 5-27.

42 L. Trotski, « L’école formaliste en poésie et le marxisme », in Id., Littérature et révolution, op. cit., p. 213.

43 V. Šklovskij, « Iskusstvo kak priëm », in Sborniki po teorii poètičeskogo jazyka II [Recueils pour l’étude de la langue poétique II], Petrograd, 1917, p. 101-114.

44 Načala, 1/1921, p. 216-219.

45 V.M. Žirmunskij, « Predislovie [Préface] », in id., Voprosy literatury [Questions de littérature], Leningrad, 1928, p. 10.

46 V.M. Žirmunskij, « Dva napravlenija sovremennoj liriki », in Žizn’ iskusstva, 339, 340, 1920.

47 On ne peut dire par contre que Jakobson partage la même honnêteté intellectuelle puisqu’il reprend cette idée sans indiquer ses sources dans son article de 1937 consacré à Pasternak : la poésie de celui-ci est basée sur la métonymie alors que celle de Majakovskij privilégie la métaphore. (« Randbemerkungen zur Prosa des Dichters Pasternak », in Slavische Rundschau, VII/1935, p. 357-374 ; trad. française : Notes marginales sur la prose du poète Pasternak, in : R. Jakobson, Huit question de poétique, Paris, 1977, p. 51-75). Il récidive en 1940-1942 : “[…] on se rend généralement compte que le romantisme est étroitement lié à la métaphore, tandis que le lien tout aussi intime du réalisme avec la métonymie n’est généralement pas remarqué.” (R. Jakobson, Langage enfantin et aphasie, Paris, 1969, p. 117, trad. de l’allemand). Il paraît hautement improbable que Jakobson, qui fut un acteur important du formalisme jusqu’à son départ à Prague en 1920, ait pu ignorer la paternité russe de ces idées. On notera par contre que ses analyses purement formelles de ces deux figures (la métonymie basée sur la contiguïté, la métaphore sur la similarité selon les deux axes saussuriens syntagmatique-paradigmatique) sont aux antipodes de celles de Žirmunskij.

48 V.M. Žirmunskij, « O poèzii klassičeskoj i romantičeskoj [À propos de la poésie classique et romantique] », art. cit.

49 V.M. Žirmunskij, Poèzija Aleksandra Bloka, Petrograd, 1922. S’y ajoute “Metafora” [La -métaphore], qui ne sera publié qu’en 1999.

50 Voir A. Dmitriev, art. cit., p. 430 ; R.O. Šor, « Formal’nyj metod na Zapade [La méthode formelle en Occident] », in M.A. Petrovskij (éd.), Ars poetica, Moscou, 1927, p. 136.

51 Voir A. Dmitriev, art. cit., p. 430.

52 Voir sur ce sujet V. Erlich, Russian Formalism. History – Doctrine, The Hague – Paris, 31969, p. 23-26 ; M. Aucouturier, Le formalisme russe, Paris, 1994, p. 13-15. L’intérêt pour Potebnja se marque alors par une troisième édition de La pensée et la langue (A. Potebnja, Mysl’ i jazyk, Kharkov, 1926).

53 Voir G.V. Ramišvili, « Vil’gel’m. fon Gumbol’dt – osnovnopoložnik teoretičeskogo jazykoznanja [Wilhelm von Humboldt fondateur de la linguistique théorique] », in V. fon Gumbol’dt, Izbrannye trudy po jazykoznaniju [Œuvres linguistiques choisie], Moscou, 1984, p. 19-22.

54 Th. Meyer, Das Stilgesetz der Poesie, Leipzig, 1901.

55 Voir A. Dmitriev, art. cit., p. 431.

56 Ibid., p. 433.

57 Voir M. Aucouturier, op. cit., p. 112-118 et la célèbre étude de Pavel Medvedev, Formal’nyj metod v literaturovedenii [La méthode formelle dans la science de la littérature], Leningrad, 1928.

58 Il paraît donc abusif de lui donner l’étiquette de formaliste (voir V. Erlich, op. cit., p. 294). Viktor Vinogradov (1894-1969) a souffert du même malentendu.

59 Son ouvrage Das Problem der Form in der bildlichen Kunst, Strasbourg, 1893, est traduit en russe en 1924.

60 Voir Ju. N. Tynjanov, Poètika. Istorija literatury. Kino [Poétique. Histoire de la littérature. Cinéma], Moscou, 1977, p. 536.

61 Ibid.

62 Voir A.N. Dmitriev, « Nemeckaja filologija i russkaja formal’naja škola » [La philologie allemande et l’école formelle russe], in G.I. Smagin (éd.), Nemcy v Rossii : tri veka naučnogo sotrudničestva [Les Allemands en Russie : trois siècles de collaboration scientifique], Saint-Pétersbourg, 2003, p. 463-466.

63 Voir R. Comtet, « L’apport germanique à la réflexion sur la langue en Russie : des origines aux slavophiles », in Slavica occitania 4/1997, p. 25-69. On a pu affirmer aussi que le “contexte allemand [fut] le plus important pour le développement de la philologie nationale dans le premier tiers du xxe siècle”, (A.N. Dmitriev, « Polemika V.M. Žirmunskogo s formal’noj školoj i nemeckaja filologija [La polémique de V.M. Žirmunskij avec l’école formaliste et la philologie allemande] », in L. A. Verbickaja (éd.), Materialy konferencii, posvjaščennoj 110-letiju so dnja roždenija akademika V.M. Žirmunskogo [Actes du colloque consacré au 110e anniversaire de la naissance de l’académicien V.M. Žirmunskij], Saint-Pétersbourg, 2001, p. 66.

64 Ibid., p. 73.

65 R. Šor, art. cit., p. 136.

66 Voir A.N. Dmitriev, « Nemeckaja filologija i russkaja formal’naja škola », art. cit., p. 476.

67 Voir pour les détails S. Tchougounnikov, « Les modèles allemands dans la genèse de la pensée formaliste et structuraliste russe », in Slavica occitania, 17/2003, p. 225-247.

68 V.M. Žirmunskij, Nacional’nyj jazyk i social’nyje dialekty, Leningrad, 1936.

69 Ibid., p. 117.

70 Voir B. Gasparov, « La linguistique slavophile », in P. Sériot (éd.), Une familière étrangeté : la linguistique russe et soviétique, Histoire Épistémologie Langage, 17-2/1995, p. 139-140.

71 Gëte i russkaja literatura, Leningrad, 1937.

72 Voir « Sravnitel’naja grammatika i novoe učenie o jazyke [La grammaire comparée et la nouvelle théorie du langage] », Izvestija AN SSSR, Otd. lit. i jaz., 3/1940, p. 28-61.

73 On trouvera l’essentiel de ces études dans les volumes suivants : V.M. Žirmunskij, Uzbekskij geroičeskij èpos [L’épopée héroïque populaire ouzbek], Moscou, 1947 ; N. K. Chadwick et V. Zhirmunsky, Oral Epics of Central Asia, Londres, 1969 ; V.M. Žirmunskij, Tjurkskij geroičeskij èpos [L’épopée héroïque turk], Leningrad, 1974.

74 W. Radloff, Proben der Volkslitteratur der türkischen Stämme Südsibiriens, vols. 1-10, Saint-Pétersbourg, 1866-1896 (réédité à Leipzig en 1965).

75 Voir par exemple son article « Èpičeskoe skazanie ob Alpamyše i Odisseja Gomera [Le dit épique de Alpamyš et l’Odyssée d’Homère] », in Izvestija AN SSSR, Otd. lit. i jazyk., 16-2/1957 ; ou la parenté qu’il pose entre les ballades des Minnesinger et la poésie arabo-andalouse (V.M. Zhirmunsky, « On the Study of Comparative Literature », in Oxford Slavonic Papers, 13/1967, p. 5.

76 R. Étiemble, « Faut-il réviser la notion de Weltliteratur ? », in Essais de littérature (vraiment) générale, Paris, 1974.

77 V.M. Zhirmunsky, « On the Study of Comparative Literature », art. cit, 11.

78 V.M. Žirmunskij, Nemeckaja dialektologija [Dialectologie allemande], Moscou-Leningrad, 1956.

79 Plusieurs rééditions de son Istorija nemeckogo jazyka, Leningrad, 1938, en 1948, 1956, 1978. Il participe aussi de 1962 à 1966 à l’élaboration collective d’une Grammaire comparée des langues germaniques [Sravnitel’naja grammatika germanskix jazykov], Moscou, 1-5.

80 Il dirige le recueil Legenda o Doktore Fauste [La légende du docteur Faust], Moscou-Leningrad, 1958 ou édite J. Herder : I.G. Gerder, Izbrannye sočinenija [Œuvres choisies], Moscou-Leningrad, 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roger Comtet, « Viktor Maksimovič Žirmunskij (1891-1971) passeur de cultures entre Russie et Allemagne  », Revue germanique internationale [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 28 avril 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/118

Haut de page

Auteur

Roger Comtet

Professeur au département de slavistique de l’Université de Toulouse-Le Mirail

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page