Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Dans l’article de Carola Hilfrich, Les écrits de Mendelssohn sur le langage et sur l’écriture : commencements oubliés d’un discours judéo-allemand moderne sur le langage (RGI, n° 17) la citation suivante n’avait malheureusement pas été reproduite p. 43 à la fin de l’avant-dernier paragraphe :

2« Cet ouvrage [Sefer ha-Yezira] prouve l’Unité et la Seigneurie de Dieu à partir de choses qui, sous un certain aspect, vont se diversifiant et se multipliant, mais qui, sous un autre aspect, s’unifient et se concertent. Contemplées sous l’aspect de l’Un qui les ordonne, elles se concertent. Sefar, sippûr, séfer font partie de ces choses. Par sefar, le Sefer ha-Tezira entend la mesure et la répartition dans les corps créés (...) il entend par sippûr le Verbe [la langue], mais c’est un verbe divin, le son des paroles du Dieu Vivant (...). C’est sfer que l’auteur entend dans le sens d’écriture. L’écriture de Dieu, ce sont Ses créatures, le discours de Dieu, c’est Son écriture, et la mesure de Dieu, c’est Son Verbe. En Dieu, sefar, sippûr et sfer sont une seule et même chose mais en l’homme c’en sont trois parce qu’il mesure avec son intelligence, parle avec sa bouche et écrit avec sa main ce discours (...). La mesure, l’écriture et le verbe humains sont des signes qui signifient la chose mais ne sont pas la chose elle-même. Mais la mesure de Dieu et Son verbe, c’est la chose dans son essence même et c’est Son écriture (...). Si, en disant le mot homme ou en traçant le corps nous pouvions faire apparaître sa forme, nous serions doués du même pouvoir que le verbe divin et l’écriture divine, et nous serions des créateurs, tout comme nous sommes doués de quelque capacité de représentation intellectuelle. Mais les langues et les écritures n’ont pas une égale dignité ; il en est dont les mots sont remarquablement adéquats aux objets qu’ils expriment et il en est qui en sont loin. La langue divine créée ex nihilo que Dieu a communiquée à Adam et qu’il a placée sur sa langue et dans son esprit est sans doute la plus parfaite des langues (...) » (Jehuda ha-Levi, Le Kuzari. Apologie de la religion méprisée, trad. Charles Touati, Louvain-Paris, 1994, p. 174-175.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Erratum », Revue germanique internationale, 18 | 2002, 234.

Référence électronique

« Erratum », Revue germanique internationale [En ligne], 18 | 2002, mis en ligne le 29 juillet 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/1201 ; DOI : 10.4000/rgi.1201

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org