Navigation – Plan du site
Race, Culture, Communauté : une lignée de transferts germano-russes

Regards sur la réception du racialisme allemand chez les panslavistes et les eurasistes russes

Marlène Laruelle
p. 145-155

Résumés

Le discours identitaire russe s’est construit, tout au long du xixe siècle, dans un jeu de miroir permanent avec le regard porté par les pays occidentaux, et tout particulièrement l’Allemagne, sur l’Empire tsariste. Le phénomène du nationalisme russe est bien connu sous sa forme littéraire ou essayiste mais il se révèle très peu étudié sous l’angle de ses postulats scientifiques et de son assise institutionnelle. Cet article se donne donc comme objectif de présenter les réactions des milieux panslavistes des années 1870 puis des eurasistes des années 1920 face au discours racialiste allemand : jugement porté sur le concept même de race, sur le classement des Slaves dans les groupes humains dits inférieurs et sur leur appartenance supposée à des peuples non aryens. De cette brève analyse ressort l’impression de multiples transferts intellectuels lors desquels les penseurs de la spécificité nationale russe ont tout à la fois voulu emprunter, rejeter et s’approprier les propos allemands.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur cette question, voir N. V. Riasanovsky, Russia and the West in the Teaching of the Slavophiles. (...)

1Le discours identitaire russe s’est construit, tout au long du xixe siècle, dans un jeu de miroir permanent avec le regard porté par les pays occidentaux sur l’Empire tsariste. Les mouvances slavophiles des années 1820-1840 se donnent en effet pour mission d’importer la nouveauté du sentiment national tout en effaçant son étiquette allemande : il faut doter d’une tradition antique ce qui est une nouveauté culturelle, se servir des arguments de l’Occident tout en les retournant contre ce dernier. Le but de cette importation-imitation est de transformer l’éloignement du centre, si durement éprouvé, en un messianisme, religieux, culturel ou politique. Si les slavophiles russes ne cachent pas leur dette envers les théologiens orientaux, ils dénient toute influence allemande alors que celle-ci est en réalité prépondérante. Comme l’ont montré N. Riasanovsky et B. Zenkovsky, ils ne font que transformer le terme de « Lumières » en « Occident » et celui de « romantisme » en « Russie ». Ainsi, ce qui était à l’origine une opposition intellectuelle devient une opposition exclusivement culturelle entre deux entités prédéterminées et réifiées, « Russie » et « Occident »1.

2Le phénomène du nationalisme russe est bien connu sous sa forme littéraire ou essayiste mais il se révèle très peu étudié sous l’angle de ses postulats scientifiques et de son assise institutionnelle. Ainsi, par exemple, aucun travail n’a jusqu’à présent réfléchi à la place du concept de race dans les débats scientifiques de l’époque alors que cette problématique est familière dans les recherches sur la France ou l’Allemagne du xixe siècle. La question de la race s’est pourtant posée dans différents États non pas de manière parallèle mais transversale, motivée par des jeux de miroir, des dynamiques et des renvois idéologiques entre pays. Les modèles institutionnels mais également intellectuels et cognitifs de la Russie de l’époque furent en grande partie empruntés à ceux en vogue en Allemagne, dans une moindre mesure en France. Puisque le savoir développé en Allemagne s’est révélé être la matrice, souvent inassumée, de la constitution des sciences en Russie, il est alors intéressant d’analyser comment l’idée raciale y a été reçue et comment elle a été ou non dissociée de son prisme germanique.

  • 2 E. Balibar, I. Wallerstein, Race, nation, classe. Les identités ambiguës, Paris, 1988, rééd. 1997, (...)

3L’hégémonie culturelle allemande en Russie semble dominante dans les usages du référent racial par les milieux scientifiques russes. Celui-ci met en lumière destransferts culturels multiformes entre ces pays et invite par exemple àse demander si le fait que les discours racialistes allemands incluent bien souvent les Slaves dans les races jugées inférieures a pu contribuer à une lecture spécifique de cette question en Russie. Une « communauté » (qu’elle soit pensée slave ou russe) en butte au racisme est-elle obligée de se percevoir, en en renversant les arguments, comme une race ou au contraire se détourne-t-elle de ce mode d’argumentation2 ? L’idée d’une « science nationale russe » s’est-elle constituée, au moins partiellement, en réponse au racialisme, perçu comme une science allemande par excellence ? L’intérêt d’une telle analyse est de s’interroger sur le caractère « importé » ou non de l’idée de race en Russie. Par ce biais, on pourra démontrer ou infirmer le postulat d’une lecture russe parcellaire et biaisée des concepts raciaux en vogue en Occident à cette époque.

4Ce court article se donne donc comme objectif de présenter les réactions des milieux panslavistes des années 1870 puis des eurasistes des années 1920 face au discours racialiste allemand : jugement porté sur le concept même de race, sur le classement des Slaves dans les groupes humains dits inférieurs et sur leur appartenance supposée à des peuples non aryens. De cette brève analyse ressort l’impression de multiples transferts intellectuels lors desquels les penseurs de la spécificité nationale russe ont tout à la fois voulu emprunter, rejeter et s’approprier les propos allemands.

La place des Slaves dans le discours racialiste allemand

  • 3 Sur le sujet, voir L. Poliakov, Le Mythe aryen, Paris, 1994 ; et M. Olender, Les Langues du Paradis (...)
  • 4 Le terme de Touran, venu des textes avestiques, se développe au xixe siècle en Europe pour définir (...)
  • 5 Pour plus de détails, consulter M. Laruelle, « La question du “touranisme” des Russes. Contribution (...)

5Les Slaves ont longtemps constitué une pièce maîtresse, aujourd’hui en partie oubliée, du discours identitaire et politique germanophone : la présence massive de Slaves dans l’Empire habsbourgeois, les partages successifs de la Pologne et le souvenir du Drang nach Osten médiéval ont contribué à une focalisation sur les relations Germains-Slaves, leur opposition étant pensée comme principielle. Au xixe siècle, un certain nombre d’intellectuels allemands ne cachent pas leur sentiment de supériorité envers le monde slave. Un même cliché se retrouve alors à l’œuvre, celui de la féminité, de la passivité, de la mollesse et de la malléabilité des Slaves. La Russie joue ainsi chez certains le rôle de repoussoir politique et de contre-modèle qui fut celui de l’Empire ottoman au xviiie et qui sera celui du « péril jaune » au début du xxe siècle. L’un des modes d’expression de cette russophobie se fonde sur la référence aryenne et sur l’assimilation entre Aryens et Germains. Si celle-ci est bien connue dans son opposition au monde sémite3, avec les développements historiques qu’on connaît, elle l’est beaucoup moins dans son rapport, là aussi conflictuel, avec le monde dit touranien4. Pourtant, tant au début qu’à la fin du xixe siècle ont existé en Allemagne des courants cherchant à démontrer l’infériorité des Slaves et/ou seuls Russes sous prétexte de leur origine dite touranienne5.

  • 6 Cité par V. I. Lamanskij, Ob istoričeskom izučenii greko-slavjanskogo mira v Evrope [De l’étude du (...)

6Au tournant des xviiie et xixe siècles, plusieurs linguistes allemands tentent par exemple de prouver que les langues slaves sont proches de celles dites tatares ou mongoles. Cette hypothèse linguistique mise à mal par Franz Bopp, il reste à la science anthropologique naissante à se mettre au service des exigences nationalistes allemandes. Le problème de l’appartenance des Slaves aux différents groupes humains, quel que soit leur mode de classification, n’a en effet cessé de poser problème : C. Meiners ou C. G. Carus définissent par exemple les Slaves comme une race asiatique et classent leurs crânes comme proches de ceux des Mongols, voire des Noirs. Gustav Ditzel affirme ainsi radicalement que, « bien que blancs, les Russes ont les qualités des Nègres6 ». Dans sa célèbre Histoire culturelle générale de l’humanité (Allgemeine Cultur-Geschichte der Menschheit) (Leipzig, 1843-1852) parue en dix volumes, Gustav Klemm, fondateur du Musée ethnographique de Dresde et bibliothécaire du roi de Saxe, divise quant à lui l’humanité en deux races principales, l’active et la passive. Alors que la première connaîtrait son épanouissement dans la virilité germanique, les Slaves se trouvent classés dans la seconde, aux côtés des Chinois, des Noirs, des Égyptiens et des Indiens.

  • 7 A. A. Retzius, Ethnologische Schriften, Stockholm, 1864, p. 8-12.
  • 8 Consulter par exemple K. Penka, Origines Ariacae. Linguistisch-ethnologische Untersuchungen zur ält (...)

7Dans ses Écrits ethnologiques (Ethnologische Schriften. Nach dem Tode des Verfassers gesammelt, 1864), le Suédois A. A. Retzius, professeur d’anatomie à l’Institut médical de Stockholm, va plus loin encore dans cette volonté de typologie des nations. Inaugurant « l’indice céphalique », il fait de la craniologie la science maîtresse des questions raciales, classifiant les peuples en dolichocéphales et brachycéphales. Il divise les Européens en deux races selon des critères exclusivement craniométriques : les Slaves se trouvent alors dans la catégorie des brachycéphales, bruns et à petite taille, comme les Tatars et les Mongols, et non dans celle, dolichocéphale, des Aryens7. Ces classifications s’accompagnent d’analyses historiques les justifiant. Ainsi, pour des figures comme le publiciste E. M. Arndt ou Karl Penka, théoricien de l’origine nordique des Aryens, les Russes sont avant tout les descendants des Scythes, assimilés à des Mongols8. Ces auteurs tentent donc de rejeter les Slaves hors d’Europe en ne les faisant arriver sur leur territoire actuel qu’au ive siècle, c’est-à-dire bien après les grandes invasions barbares et la chute de l’Empire romain d’Occident. Les Slaves seraient alors le dernier peuple à s’installer en Europe et auraient à ce titre conservé de leur patrie asiatique de nombreux traits culturels et physiques considérés comme inférieurs.

La condamnation du racialisme allemand mais non de la référence aryenne

8L’expérience d’une confrontation polémique avec les universitaires occidentaux va profondément influencer les mouvances slavophiles russes et leur descendance panslaviste, dont tout le discours identitaire se veut une réponse à leurs propos : la construction de l’identité russe s’effectue afin de répondre au regard occidental, aux clichés ou aux fantasmes projetés sur l’Empire tsariste. Les slavophiles russes ne peuvent en effet que refuser le processus de réification dont ils sont l’objet et sont profondément blessés des discours allemands les excluant de la fraternité européenne. Leur réponse au discours racialiste des Occidentaux sera ainsi parfaitement unanime et sans fausse note : parler de race n’a pas de sens, les Russes sont chrétiens et slavophones et ce sont là pour eux les seuls arguments recevables pour défendre leur européanité. Tout discours racialiste est donc condamné et ce refus s’étend tout au long du xixe siècle, sans évolution notable, du père du slavophilisme A. S. Khomiakov (1804-1860) au philosophe V. S. Soloviev (1853-1900), marquant ainsi une réelle constante de la pensée russe sur la question nationale.

9C’est dans les années 1870, en particulier chez le linguiste panslaviste V. I. Lamanskij (1833-1914), qu’on trouve la réponse la plus travaillée aux accusations occidentales. Diplômé de l’Université de Saint-Pétersbourg en 1854 et élève du linguiste I. I. Sreznevski, Lamanskij mène une brillante carrière de slaviste, de linguiste et de géographe. Il séjourne en Europe centrale de 1862 à 1864 et obtient l’année suivante une chaire à l’Université de Saint-Pétersbourg. Il est rapidement nommé secrétaire de la section d’ethnologie de la Société impériale de géographie, devient le fondateur et l’éditeur du journal ethnographique de la Société, Živaja starina, puis est élu à l’Académie des Sciences en 1899. Il contribue à créer une grande école de slavistes présente dans toutes les universités du pays. Sa thèse de doctorat, De l’étude du monde gréco-slave en Europe [Ob istoričeskom izučenii greko-slavjanskogo mira v Evrope] soutenue et parue en 1871, se focalise sur la vision occidentale du monde russe et se veut une réponse définitive aux « errements » allemands et français.

  • 9 V. I. Lamanskij, Ob istoričeskom izučenii greko-slavjanskogo mira v Evrope, op. cit., p. 276-277.
  • 10 Lamanskij affirme ainsi avoir l’« espoir que ces tribus africaines, semblables aux anciens Gaulois (...)

10Tout le deuxième chapitre est ainsi consacré à des citations et des commentaires de textes allemands sur les Slaves. Il y dénonce leur historiographie et leur linguistique ethnocentrées, toujours partisanes dans leur jugement sur les Slaves et promptes à affirmer la supériorité germanique : la thèse allemande du fonds celte des Slaves ne servirait qu’à présenter ces derniers comme encore à l’état premier du monde, au service de Germains assimilés aux civilisateurs romains. Il récuse également les classifications raciales de ses collègues occidentaux et insiste tout particulièrement sur celles de Retzius. La division opérée par ce dernier entre brachycéphales et dolichocéphales ne lui semble pas pertinente puisque ces deux critères craniologiques se retrouvent partout en Europe et ne sont spécifiques à aucun peuple : les brachycéphales forment peut-être une couche de la population européenne mais non une nationalité9. Pourquoi les crânes slaves, qui répondent presque aux mêmes mesures que ceux définis comme allemands, sont-ils alors classés dans des catégories différentes ? L’idée de races inférieures est de toute façon contraire au présupposé biblique d’une unité humaine et Lamanskij veut croire en la perfectibilité de tous, même, dit-il, des tribus africaines10.

  • 11 N. Ja. Danilevskij, Rossija i Evropa. Vzgljad na kul’turnye i političeskie otno•enija slavjanskogo (...)

11Le grand théoricien du panslavisme N. Ja. Danilevski (1822-1885) se consacre lui aussi à critiquer les discours allemands et accorde, dans son célèbre livre La Russie et l’Europe. Regard sur les relations culturelles et politiques du monde slave avec le monde germano-romain [Rossija i Evropa. Vzgljad na kul’turnye i političeskie otno•enija slavjanskogo mira k germano-romanskomu], paru en 1871, quelques paragraphes à la question raciale11. Il cherche à remettre en question les propos occidentaux, en particulier ceux de Retzius qui ne sait, selon lui, justifier ses taxinomies : comment les Slaves, classés brachycéphales, donc de race turco-mongole, pourraient-ils avoir adopté une langue aryenne et à quel moment de leur histoire ? Danilevski se dit prêt à distinguer, avec les Occidentaux, deux races parallèles, celles des Slaves brachycéphales et celle des Romano-germaniques dolichocéphales, à condition cependant de ne sous-entendre aucune hiérarchie entre elles et de ne pas accorder de suprématie particulière au critère physique. Or, les savants germaniques ne cherchent pas, selon lui, à découvrir les spécificités physiologiques des Slaves pour elles-mêmes mais à présenter ces derniers comme une race inférieure faite pour le travail au service des peuples supérieurs. Les traits ethnographiques et moraux semblent à Danilevski plus primordiaux : on en dirait plus selon lui sur les « Romano-germaniques » en insistant sur l’importance dans leur culture de la violence et de la primauté donnée à l’individu sur le groupe qu’en mesurant leurs crânes.

  • 12 K. Leont’ev, Vizantizm i slavjanstvo [Byzantinisme et monde slave] (1875), in : Vostok, Rossija i s (...)

12À la même époque, le penseur conservateur K. Leont’ev (1831-1891) ne voit dans ces discours germaniques que la confirmation de sa théorie concernant le paganisme du nationalisme moderne : comment peut-on encore préférer défendre des appartenances factuelles et non des idées ? La nation, création de Dieu, n’est qu’une illusion si l’on cherche à la définir comme une unité biologique. « Qu’est-ce qu’un peuple [plemja] sans son système idéologique et étatique ? Pourquoi l’aimer ? Pour son sang ? Mais le sang, d’un côté, n’est pur chez personne, et Dieu sait quel sang on aime parfois quand on aime son prochain. Et qu’est-ce qu’un sang pur ? Stérilité spirituelle ! Toutes les grandes nations ont un sang très mélangé12. » La pensée slavophile et sa descendance continuent en effet de s’affirmer dans le cadre du romantisme et ne participent pas de la phase de racialisation qui touche alors l’Allemagne : le Volkgeist herdérien est originellement une référence à la culture et non à la nature. Pour des intellectuels encore profondément chrétiens comme le sont ces penseurs de la spécificité nationale russe, tout déterminisme physique est païen et s’oppose au rôle de la Providence.

13Malgré ce rejet sans ambiguïtés des analyses racialistes en vogue à l’époque, les panslavistes n’en restent pas moins sensibles à l’argument aryaniste et espèrent eux aussi s’inclure dans cette prestigieuse filiation qui constitue l’une des références culturelles premières de l’Europe du xixe siècle. La thématique aryenne est par ailleurs la seule à offrir à la Russie à la fois une généalogie de la nation sur son territoire et une légitimation de son expansion impériale. Elle s’ancre en effet dans une lecture foncièrement biblique et joue d’arguments historiques et linguistiques pour affirmer l’aryanité originelle des Russes. Alors que l’aryanisme allemand se tourne vers le monde nordique ou hyperboréen, le russe va garder comme espace imaginaire et référent national l’Asie « blanche », celle de l’Iran, voire de l’Inde, qui était au cœur de la première phase du mythe.

  • 13 A. S. Khomiakov, Mnenie inostrancev o Rossii [L’opinion des étrangers sur la Russie], in Moskvitjan (...)
  • 14 A. S. Khomiakov, Zapiski o vsemirnoj istorii [Notes sur l’histoire universelle], Moscou, 1873, t. 2 (...)
  • 15 Ibid., t. 2, p.425.

14Dès 1845, c’est-à-dire seulement deux ans après la sortie du premier tome de l’œuvre de Gustav Klemm, Khomiakov pressent l’importance de l’argumentation raciale dans le rejet de la Russie et accuse les Occidentaux de partialité dans leur regard sur la Russie : « Il semble que nous soyons de sang indo-européen, de peau indo-européenne, de langue indo-européenne, et laquelle ! La plus pure, presque de l’indien ; et pourtant nous ne sommes pas les frères de nos voisins13. » De la même manière que les romantiques allemands insistent sur le parallèle entre sanscrit et langues germaniques, les savants russes intéressés par la référence aryenne jouent de l’argumentation linguistique : la compétition entre Germains et Slaves pour l’antiquité la plus ancienne est transposée dans la langue. Khomiakov affirme ainsi que la branche la plus connue des Aryens est celle de la « famille germanique », tandis qu’aux Slaves « appartient sans conteste la seconde place »14. Les futurs Allemands ne peuvent cependant aucunement faire partie du rameau le plus pur du monde aryen puisque « la langue allemande (…) ne contient pas les signes d’un complet développement intellectuel comme le sanscrit ou le slave15 ».

15Les opinions des panslavistes russes sont donc complexes et révélatrices de nombre d’ambiguïtés qui se poursuivront tout au long du xixe siècle, si ce n’est plus tardivement encore : il leur faut à la fois s’inspirer de la science allemande et la rejeter. Bien qu’ils soient directement attaqués par les discours racialistes les excluant de l’Europe, ils tentent de dissocier la question de la race de celle de l’aryanité et pensent pouvoir réfuter l’ensemble de l’argumentation raciale déployée en Occident tout en s’appropriant l’incontournable référence aryenne. La réception russe de l’idée de race se définit en effet à différents niveaux : le discours sur les spécificités nationales de chaque peuple est accepté mais dénué de tout déterminisme physiologique ; les classifications raciales et craniologiques sont parfois ouvertement critiquées mais le plus souvent passées sous silence tant elles semblent ineptes à une pensée slavophile romantique ; l’accusation de touranisme est quant à elle relevée par tous et très clairement condamnée en faveur d’une réhabilitation de l’aryanité des Slaves. Les panslavistes ne rejettent donc pas le mythe aryen occidental pour son affirmation d’une différence mais pour les critères raciaux que cette dernière suppose. Le mythe aryen russe s’exprime quant à lui dans des déterminismes autres que physiologiques, par exemple par la continuité linguistique, historique et spatiale présupposée de la nation.

La réponse eurasiste : continuités et discontinuités dans la réception du racialisme allemand

16Cette réception paradoxale de la question raciale venue d’Allemagne sera poursuivie, tout en étant modifiée sur certains points, par des courants de l’Entre-deux-guerres comme l’eurasisme. Durant les années 1920-1930, l’émigration russe en exil se retrouve en prise directe avec les cultures occidentales et doit apprendre à composer avec les pays d’accueil. De nombreux courants se constituent autour de l’exaltation d’un fort sentiment national que l’on estime brimé tout aussi bien par l’aventure bolchevique que par l’humiliation de se faire accueillir en Occident. Parmi les mouvances intellectuelles de cette émigration, les eurasistes se distinguent par leur haut degré de théorisation du thème national. Comme les autres courants dits des droites révolutionnaires, l’eurasisme est attiré par un certain modèle fasciste à l’italienne et intrigué par l’aventure bolchevique, tout en condamnant le nationalisme étriqué de Mussolini et le communisme, qu’il associe à l’Occident. Il affiche cependant sa différence avec ces courants occidentaux en affirmant une spécificité culturelle russe : la « troisième voie » n’est plus la solution d’une Europe coincée entre l’essor du communisme et « l’échec » du modèle libéral mais l’affirmation de l’irréductibilité culturelle de la Russie face à elle.

  • 16 A. P. Antipov, Novye puti Germanii [Les nouveaux chemins de l’Allemagne], in V.A. Pejl’ (éd.), Nova (...)

17L’eurasisme constitue donc une version originale de la révolution conservatrice en ce qu’il se considère comme un courant non européen et prétend s’exclure de toute problématique occidentale classique. Il ne reste toutefois pas insensible aux évolutions politiques de l’Europe de son temps. Le thème du nazisme apparaît cependant peu dans l’eurasisme, qui est déjà à l’agonie sur le plan institutionnel et intellectuel lors de la prise de pouvoir d’Hitler. Les dernières publications du mouvement, bien qu’en grande partie déjà ralliées à l’Union soviétique, le mentionnent pourtant à plusieurs reprises puisqu’il suscite l’intérêt en raison de ses questions, voire ses réponses à la fois sociales et nationales : l’idée de conjuguer socialisme sur le plan économique, autoritarisme sur le plan politique et communautarisme sur le plan national correspond pleinement aux attentes de l’eurasisme. Le nazisme reste toutefois nettement condamné pour son discours pangermaniste et pro-aryen : la vision de la Russie y est trop négative pour laisser entrevoir de possibles recoupements idéologiques et les eurasistes ne peuvent, même partiellement, s’y reconnaître16.

  • 17 Evrazijskie tetradi [Cahiers eurasiens], Prague, n° 4, 1935, p. 16.
  • 18 P. Sériot, Structure et totalité. Les origines intellectuelles du structuralisme en Europe centrale (...)
  • 19 R. Jakobson, Evrazija v svete jazykoznanija [L’Eurasie à la lumière de la linguistique], Paris, 193 (...)
  • 20 Ibid., p. 4.

18Les grandes figures du mouvement comme le prince N. S. Troubetzkoy (1890-1938) et P. N. Savickij (1895-1968) prennent de toute façon ouvertement position, au nom des enseignements chrétiens, contre le racisme et ce qu’ils analysent comme la « barbarisation de l’Europe »17. Tout comme ils décrient l’ancienne politique antisémite de la Russie tsariste, ils condamnent la radicalisation raciste contemporaine d’une partie de l’émigration russe, en particulier celle installée en Allemagne, et y voient la main mise du pouvoir nazi. Les approches raciales se révèlent en effet à l’opposé de l’idée fondatrice de l’eurasisme, celle de la prééminence du milieu sur les origines, version annonciatrice du structuralisme russe et centre-européen18. Pour les eurasistes, il est plus important de savoir « vers où » vont les peuples et leurs langues que d’« où » ils viennent. « L’unité de l’effort phonologique constant vers un but, le mouvement dans une seule direction commune est ce qui unit les langues eurasiennes l’une à l’autre19. » Ainsi, si les langues de l’espace eurasien sont d’origine hétérogène, elles vont toutes dans le même sens : entre en jeu non pas leur parenté linguistique mais uniquement leur contiguïté géographique. « L’origine du lieu de développement prédomine sur l’origine de la proximité génétique20 », l’affinité entre les langues n’est pas un état mais un processus dynamique par contact spatial. Toute volonté d’expliquer le monde et les identités nationales par un principe généalogique ou génétique est alors considéré comme inadaptée puisque tournée vers un passé de toute façon révolu.

  • 21 N. S. Troubetzkoy, O rasizme [Sur le racisme], in : Evrazijskie tetradi 5/1935, republié in N. S. T (...)
  • 22 P. N. Miloukov, Russkij rasizm, in : Poslednie novosti, 16 décembre 1926, republié dans M. G. Vanda (...)

19Ces postulats, au fondement des théories eurasistes, sont illustrés sur un mode culturaliste par une définition asiatique de l’identité russe : les Russes seraient culturellement, linguistiquement et ethniquement très métissés avec les populations turciques du vieux continent, l’orthodoxie serait en réalité proche des religions orientales et non des autres confessions chrétiennes, la Russie tsariste serait l’héritière légitime de l’Empire mongol. Le touranisme, auparavant accusation venue d’Occident, devient alors un élément fort du discours identitaire russe, assumé et même revendiqué. Malgré un certain déterminisme géographique et une dévalorisation de l’individu, les eurasistes gardent un discours exempt de tout racialisme : le peuple russe est vanté en tant que peuple métisse, composé de Slaves tout autant que de Juifs, de Roms, de Noirs et de Caucasiens21. Les accusations de racisme qui ont alors pu toucher les eurasistes de la part de leurs opposants, par exemple P. N. Milioukov22, ne signalent en réalité que le rejet des conceptions culturalistes du mouvement et une mauvaise formulation conceptuelle, due aux enjeux de l’époque, de ces éléments qui dérangent les libéraux russes.

  • 23 N. S. Troubetzkoy, O rasizme, op. cit., p. 457.

20L’antisémitisme racialiste de l’Europe est en effet dénoncé par Troubetzkoy comme un matérialisme anthropologique extrême : l’homme ne peut être libre si du déterminisme coule dans ses veines. La prédestination divine n’a plus de sens si la génétique la détrône dans la constitution du destin de l’homme. « Le racisme allemand est fondé sur le matérialisme anthropologique, sur la conviction que la volonté humaine n’est pas libre, que toutes les actions de l’homme dépendent en fin de compte de ses spécificités physiologiques (…). L’eurasisme, parce qu’il rejette le matérialisme économique, ne voit aucune raison d’accepter le matérialisme anthropologique, dont le fondement philosophique est encore plus faible. Dans ces questions de culture, qui constituent l’un des domaines d’expression de la liberté humaine, le dernier mot doit être donné non pas à l’anthropologie mais à des sciences de l’esprit comme la sociologie et la psychologie23. » Cependant, le discours eurasiste sur le monde juif prête parfois à discussion : ainsi, dans son texte sur le racisme (1935), Troubetzkoy réaffirme que les spécificités dont il juge porteurs les Juifs ne sont pas de nature génétique mais culturelle. Il reprend alors à son compte un antisémitisme culturaliste qui dissocie des Juifs « positifs » dits eurasiens et des Juifs « négatifs » assimilés à l’Occident.

  • 24 N. S. Troubetzkoy, Pensées sur le problème indo-européen, in L’Europe et l’humanité, op. cit., p. 2 (...)
  • 25 Ibid., p. 223.

21Les eurasistes poursuivent donc la condamnation panslaviste des théories raciales mais y associent dans un même rejet la référence aryenne. Celle-ci est pensée non seulement comme inopérante pour comprendre la Russie – puisque cette dernière est très nettement affirmée touranienne – mais est remise en cause dans son principe même. La situation politique de l’Europe contemporaine ne permet plus, en effet, de dissocier les deux thèmes : face à l’instrumentalisation de la référence aryenne par le nazisme, il n’est plus possible pour les eurasistes de condamner le racialisme tout en restant ouvert sur l’aryanité comme le souhaitaient leurs prédécesseurs. Ainsi, en 1936, au Cercle linguistique de Prague, Troubetzkoy tient une conférence sur « le problème indo-européen »24. Pour lui, cette notion est purement linguistique et ne peut avoir d’arrière-plan ethnique ou culturel : l’existence d’une peuple primitif indo-européen est indémontrable et les recherches archéologiques ou ethnologiques sur cette question sont superflues. Il soutient également la thèse qu’il n’a jamais existé de langue indo-européenne une et que cette famille linguistique s’est formée par convergence, influence mutuelle de langues à l’origine dissemblables. Jugement de valeur culturel anti-occidental et arguments linguistiques se confortent donc mutuellement : pour lui, les langues agglutinantes, turco-mongoles, seraient supérieures à celles à flexion, indo-européennes. Toute idée d’aryanité est alors fortement condamnée et Troubetzkoy récuse la possibilité d’un berceau primitif en Iran et Inde25 qui avait pourtant tant fait rêver certains de ses prédécesseurs slavophiles.

22L’absence de postulats racialistes dans la définition panslaviste et eurasiste de la nation russe ne sousentend pas l’inexistence de discours affirmant la supériorité nationale. Pour éclairer ce jeu ambigu de nationalisme sans racialisme, il peut être intéressant de revenir sur l’analyse théorique du racisme proposée par Pierre-André Taguieff. Selon lui, le racisme classique, tel que les idéologues allemands l’ont formulé, donne le primat à l’hérédité raciale dans la détermination des aptitudes et propose une théorie et une pratique de l’inégalité et de la domination. Il existe cependant un autre racisme, bien moins connu, que l’on pourrait nommer différentialiste et pour qui le classement des races sur une échelle de valeur est inintéressant : ce qui compte n’est pas leur inégalité mais leur incommensurabilité. Alors que le racisme classique est hétérophobe, le racisme différentialiste est hétérophile mais mixophobe.

23Taguieff, qui cherche à définir le néo-racisme de la Nouvelle Droite, donne également l’une des éléments matriciels pour comprendre la spécificité de la pensée nationaliste russe évoquée ici.

  • 26 P.-A. Taguieff, Sur la Nouvelle droite. Jalons d’une analyse critique, Paris, 1994, p. 96.

« Je distingue deux racismes en tant que formes de pensée idéologique. L’un, de type universaliste, postule l’existence d’une échelle universelle de valeurs entre races et civilisations, lesquelles sont repérées comme aptes, moins aptes ou inaptes, selon des critères variables. L’autre, de type communautariste, érige la différence ou l’identité du groupe en absolu : il est ici moins question d’inégalité que d’incommunicabilité, d’incommensurabilité, d’incomparabilité. Il s’ensuit que le genre humain est brisé en totalités closes sur elles-mêmes : l’impératif différentialiste est exigence de conserver telle ou de purifier l’entité communautaire propre. Si la hantise centrale du racisme inégalitaire est la perte du rang, l’abaissement des supérieurs, celle du racisme différentialiste est la perte du propre, l’effacement de l’identité propre du groupe26. »

24Les intellectuels russes appartenant aux mouvances slavophiles ne tiennent en effet aucun discours racial, ne conçoivent pas les cultures comme hiérarchisées en « supérieures » ou « inférieures », ne croient pas en des différences génétiques pertinentes entre les hommes ou entre les nations. Les peuples ne sont pas pour eux des entités biologiques mais des réalités culturelles, religieuses ou territoriales ; l’histoire est la réalisation d’idées, au sens hégélien, et non un sombre combat entre peuples pour la survie. Le refus de l’alignement culturel fait cependant partie intégrante de la culture russe. Le rapport amour-haine envers l’Occident se double d’un discours qui, des slavophiles aux penseurs du tournant du siècle, conjugue à des degrés divers l’affirmation d’une irréductible spécificité nationale, un relativisme extrême, l’autarcie des cultures, un messianisme religieux ou étatique, le rejet xénophobe du métissage et des emprunts. Cette peur de la symbiose avec l’Occident – car c’est bien évidemment lui qui est visé dans l’ensemble de ces discours – va cependant avec un éloge de la différence. Le nationalisme russe s’affirme en effet et cherche à se légitimer par son hétérophilie : que toutes les cultures, et donc la russe, restent elles-mêmes dans leur incommensurabilité. L’influence romantique herdérienne est première : c’est de la diversité concrète du monde et non d’une abstraction d’un homme partout semblable que naît l’universalisme ; c’est en cultivant leurs spécificités et en invitant les autres à cultiver les leurs que les Russes trouveront leur place dans le monde.

25Tous, au xixe siècle, partagent ainsi la même volonté d’affirmation de leur nation mais, alors que cette affirmation est avant tout racialisée en Allemagne, elle semble « culturalisée » en Russie. Elle peut alors susciter la volonté, par exemple chez les panslavistes évoqués ici, de dissocier race et aryanité, afin de rejeter la première tout en se référant à la seconde, ou au contraire de les associer dans la même condamnation, comme chez les eurasistes. Si le rapport au « touranisme » évolue entre ces deux mouvances intellectuelles, la première critiquant la supposée identité asiatique de la Russie, la seconde se l’appropriant comme un élément majeur en faveur de la spécificité russe, les deux courants n’en continuent pas moins à trouver le concept de race inepte à la réflexion nationale. Les débats scientifiques qui ont pu animer les milieux intellectuels russes sur la question raciale ne peuvent donc être dissociés d’une histoire des transferts culturels entre Allemagne et Russie : le rejet de l’idée raciale n’est compréhensible que parce qu’il est associé, en Allemagne, à une vision dépréciative des Slaves que les savants russes vont rejeter en bloc, sans tenter par exemple de reproduire à leur avantage un discours sur la supériorité raciale des Slaves.

26L’analyse du concept de race constitue alors un exemple pertinent de l’importance qu’ont eu les échanges intellectuels entre Allemagne et Russie. Il montre la nécessité d’une ouverture sur la Russie pour une histoire des courants politiques et intellectuels de l’Occident qui ignore trop souvent l’Europe de l’Est : l’intérêt de cet espace ne se limite pas à un petit cercle d’initiés spécialistes d’une « aire de civilisation » mais touche une grande partie des réflexions sur l’histoire de la pensée européenne. Ce qui apparaît trop souvent comme un débat scientifique interne à une seule communauté nationale ou professionnelle se révèle en fait inscrit dans un ensemble plus vaste de polémiques et invite à prendre conscience du caractère fondamentalement transeuropéen des enjeux scientifiques et politiques sous-tendus par ces questions, et dont l’actualité ne doit pas être négligée.

Haut de page

Notes

1 Sur cette question, voir N. V. Riasanovsky, Russia and the West in the Teaching of the Slavophiles. A study of Romantic Ideology, Harvard University Press, 1952, p. 244 ; B. Zenkovsky, Russkie mysliteli i Evropa. Kritika evropejskoj kul’tury u russkih myslitelej [Les penseurs russes et l’Europe. Critique de la culture européenne chez les penseurs russes], Paris, YMCA-Press, s.d.

2 E. Balibar, I. Wallerstein, Race, nation, classe. Les identités ambiguës, Paris, 1988, rééd. 1997, p. 28.

3 Sur le sujet, voir L. Poliakov, Le Mythe aryen, Paris, 1994 ; et M. Olender, Les Langues du Paradis. Aryens et Sémites : un couple providentiel, Préface de Jean-Pierre Vernant, Paris, 1989.

4 Le terme de Touran, venu des textes avestiques, se développe au xixe siècle en Europe pour définir l’ensemble des peuples d’Asie du Nord, en particulier deux groupes qu’on pensait alors d’origine commune, celui des langues finno-ougriennnes et celui des langues turco-mongoles. Les peuples parlant ces langues étant en grand nombre présents dans l’Empire russe, celui-ci se voit rapidement intégré aux débats entre savants européens sur l’unité culturelle ou non de cet espace.

5 Pour plus de détails, consulter M. Laruelle, « La question du “touranisme” des Russes. Contribution à une histoire des échanges intellectuels Allemagne-France-Russie au xixe siècle », in Cahiers du monde russe 1-2, 2004.

6 Cité par V. I. Lamanskij, Ob istoričeskom izučenii greko-slavjanskogo mira v Evrope [De l’étude du monde gréco-slave en Europe], Saint-Pétersbourg, 1871, p.97.

7 A. A. Retzius, Ethnologische Schriften, Stockholm, 1864, p. 8-12.

8 Consulter par exemple K. Penka, Origines Ariacae. Linguistisch-ethnologische Untersuchungen zur älteren Geschichte der arischen Völker und Sprachen, Vienne, 1883.

9 V. I. Lamanskij, Ob istoričeskom izučenii greko-slavjanskogo mira v Evrope, op. cit., p. 276-277.

10 Lamanskij affirme ainsi avoir l’« espoir que ces tribus africaines, semblables aux anciens Gaulois ou Bretons, pourront, dans des conditions plus propices (…), développer leur propre civilisation originale qui se distinguera par son plus grand génie, sa plus grande ouverture sur la nature et son absence de dureté et de sévérité », Ibid., p.138.

11 N. Ja. Danilevskij, Rossija i Evropa. Vzgljad na kul’turnye i političeskie otno•enija slavjanskogo mira k germano-romanskomu [La Russie et l’Europe. Regard sur les relations culturelles et politiques du monde slave avec le monde germano-romain],rééd. Saint-Pétersbourg, 1995, p. 147-148.

12 K. Leont’ev, Vizantizm i slavjanstvo [Byzantinisme et monde slave] (1875), in : Vostok, Rossija i slavjanstvo. Filosofskaja i političeskaja publicistika [L’Orient, la Russie et le monde slave. Essais philosophiques et politiques], Moscou, 1996, p. 108.

13 A. S. Khomiakov, Mnenie inostrancev o Rossii [L’opinion des étrangers sur la Russie], in Moskvitjanin, n° 4, Moscou, 1845, republié dans Polnoe sobranie sočinenij [Œuvres complètes], Moscou, t. 1, 1878, p.4.

14 A. S. Khomiakov, Zapiski o vsemirnoj istorii [Notes sur l’histoire universelle], Moscou, 1873, t. 2, p.13.

15 Ibid., t. 2, p.425.

16 A. P. Antipov, Novye puti Germanii [Les nouveaux chemins de l’Allemagne], in V.A. Pejl’ (éd.), Novaja èpoxa. Ideokratija. Politika. Ekonomija. Obzory [Nouvelle époque. Idéocratie, politique, économie. Aperçus], Narva, 1933, p. 35-43.

17 Evrazijskie tetradi [Cahiers eurasiens], Prague, n° 4, 1935, p. 16.

18 P. Sériot, Structure et totalité. Les origines intellectuelles du structuralisme en Europe centrale et orientale, Paris, 1999.

19 R. Jakobson, Evrazija v svete jazykoznanija [L’Eurasie à la lumière de la linguistique], Paris, 1931, p. 3.

20 Ibid., p. 4.

21 N. S. Troubetzkoy, O rasizme [Sur le racisme], in : Evrazijskie tetradi 5/1935, republié in N. S. Troubetzkoy. Istorija. Kul’tura. Jazyk [Histoire. Culture. Langue], Moscou, 1995, p. 457.

22 P. N. Miloukov, Russkij rasizm, in : Poslednie novosti, 16 décembre 1926, republié dans M. G. Vandalkovskaja. Istoričeskaja nauka rossijskoj èmigracii : « evrazijskij soblazn » [La science historique de l’émigration russe : la tentation eurasiste], Moscou, 1997, p. 331-335. Pour plus de détails sur les oppositions suscitées par les eurasistes, consulter M. Laruelle, Politique et culture dans l’émigration russe : les débats entre l’eurasisme et ses opposants, in La revue russe 17/2000, p. 35-46.

23 N. S. Troubetzkoy, O rasizme, op. cit., p. 457.

24 N. S. Troubetzkoy, Pensées sur le problème indo-européen, in L’Europe et l’humanité, op. cit., p. 211-230.

25 Ibid., p. 223.

26 P.-A. Taguieff, Sur la Nouvelle droite. Jalons d’une analyse critique, Paris, 1994, p. 96.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marlène Laruelle, « Regards sur la réception du racialisme allemand chez les panslavistes et les eurasistes russes », Revue germanique internationale, 3 | 2006, 145-155.

Référence électronique

Marlène Laruelle, « Regards sur la réception du racialisme allemand chez les panslavistes et les eurasistes russes », Revue germanique internationale [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 28 avril 2009, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/122 ; DOI : 10.4000/rgi.122

Haut de page

Auteur

Marlène Laruelle

Chercheur associée au Centre d’études du monde russe (EHESS)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org