Navigation – Plan du site
Race, Culture, Communauté : une lignée de transferts germano-russes

Les recherches sémantiques en Allemagne et en URSS dans les années 1930 : influence ou air du temps ?

Ekaterina Velmezova
p. 157-163

Résumés

Cet article présente une analyse comparée des notions de sémantique idéologique, de nids sémantiques et de champ sémantique. Ces notions apparaissent durant les années 1930 dans les travaux des linguistes soviétiques et allemands et montrent combien l’intérêt principal des linguistes étudiant à cette époque le lexique et la sémantique se déplace graduellement de l’analyse sémantique des unités linguistiques particulières vers l’étude de la sémantique de la langue dans son ensemble, en tant que système. La réflexion sur la possibilité de l’influence mutuelle des théories correspondantes amène à l’introduction de paramètres typologiques dans l’étude de l’histoire des idées linguistiques.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les années 1930, plusieurs théories sont apparues dans différents pays indépendamment les unes des autres, révélant un changement significatif dans l’approche des études sémantiques et lexicales : à cette époque, l’intérêt principal des linguistes étudiant le lexique et la sémantique se déplace de l’analyse sémantique des unités linguistiques particulières vers l’étude de la sémantique de la langue dans son ensemble, en tant que système. En entreprenant dans cet article un essai d’analyse épistémologique des notions de sémantique idéologique, de nids lexicaux et de champ sémantique, nous essayerons de mettre au jour leurs sources linguistiques et philosophiques. L’attention principale sera portée sur les deux premières notions, élaborées par des linguistes et des pédagogues soviétiques, et jusqu’à maintenant inconnues en Occident. Pourtant, ce n’est qu’à travers leur comparaison avec l’une des interprétations de la notion de champ sémantique, élaborée en Allemagne dans les années 1920-1930, que l’on peut décider de leur caractère novateur ou traditionnel. La question qui se pose, quant à la ressemblance de ces notions, est la suivante : y eut-il influence directe ou non ? D’habitude, dans ce genre de cas, la réponse est claire. Pourtant, il ne faut pas oublier qu’à cette époque l’Union Soviétique devenait un pays de plus en plus fermé, où les livres de l’Occident n’arrivaient qu’au compte-goutte. En insistant sur une perspective comparative, nous verrons qu’une autre explication des grandes ressemblances entre les théories sémantiques soviétiques et allemandes est possible.

La « sémantique idéologique » de V. Abaev

  • 1 Sur la composante linguistique de l’intervention stalinienne, voir E. Velmezova, La « sémantique id (...)
  • 2 Sur l’héritage théorique d’Abaev dans le domaine des études iraniennes, voir M. Isaev, Patriarx ote(...)

2La notion de sémantique idéologique remonte directement aux travaux de N. Ja. Marr (1864-1934), linguiste soviétique et créateur de la « nouvelle théorie du langage » qui est restée dominante dans la linguistique soviétique entre 1920 et 1950 pour finalement être réfutée par le dictateur soviétique J. Staline en personne1. En fait, les deux concepts qui font partie de celui de sémantique idéologique, l’idéologie et la sémantique, constituaient les parties intégrantes du marrisme, la doctrine linguistique qui porte le nom de son créateur. Pourtant, bien que remontant aux théories de Marr, la notion de sémantique idéologique n’a été développée qu’après sa mort, avant tout, par son élève V.I. Abaev (1900-2001), spécialiste des langues iraniennes qui s’intéressait en même temps aux problèmes de la linguistique générale2.

  • 3 Voir V. Abaev, Jazyk kak ideologija i jazyk kak texnika [La langue comme idéologie et la langue com (...)
  • 4 V. Abaev, Ponjatie ideosemantiki [La notion d’idéosémantique], in Jazyk i myšlenie XI, Moscou, Leni (...)

3Selon Abaev, la forme linguistique est toujours technique. La sémantique, par contre, peut être soit technique, soit idéologique. Voici comment il établit cette distinction : « Le linguiste-historien peut étudier la sémantique du mot de deux façons différentes : d’une part, la sémantique en tant que minimum des fonctions sémantiques qui déterminent l’emploi moderne et communicatif du mot. C’est la “petite sémantique” qu’on peut également définir comme la sémantique “technique”. D’autre part, la sémantique en tant que somme de toutes les représentations cognitives et émotionnelles accompagnantes, dans lesquelles la vie intérieure et complexe du mot se reflète dans son passé et dans son présent. C’est de la “grande sémantique”, pour laquelle nous avons proposé3 le terme de “sémantique idéologique” »4.

4Si la « petite sémantique » du mot est exposée dans les dictionnaires, la « grande sémantique » du mot peut être présentée de deux manières différentes. Premièrement, dans l’étymologie du mot. Voici l’un des exemples que propose Abaev :

  • 5 Ibid., p. 16.

« Le mot ossète wacajrag signifie ‘prisonnier’. Son lien avec le mot pehlevi vacar ‘commerce’ est évident. Le suffix –ag signifie ‘destiné à quelque chose’, cf. bazajrag ‘destiné au commerce’, ‘marchandise’, dérivé du mot bazar ‘commerce’ […]. Donc le mot ossète wacajrag ‘prisonnier’ possède l’idéosémantique ‘destiné au commerce’, ‘l’objet d’achat et de vente’. En faisant référence aux faits historiques, nous constatons que, en réalité, chez les peuples montagnards du Caucase, y compris chez les Ossètes, les prisonniers ont jadis été utilisés comme des objets d’achat et de vente. À cause de l’état primitif de l’économie et de l’ordre social chez les Ossètes à cette époque, ils ne pouvaient en faire aucune autre utilisation économique, disons, les utiliser comme esclaves ou comme serfs. Ainsi l’idéosémantique du mot wacajrag devient pour les historiens un témoignage des conditions sociales et économiques de l’histoire ossète, qui est solide et digne de confiance dans la même mesure que les documents historiques les plus authentiques5 ».

5Deuxièmement, la sémantique idéologique du mot se découvre dans ses liens avec d’autres mots, qui ne doivent pas nécessairement être liés étymologiquement avec le premier :

  • 6 Ibid.

« Durant sa vie historique, le mot entre dans de nouveaux liens avec d’autres mots-concepts. Les changements radicaux qui ont eu lieu dans la vie et la vision du monde des Soviétiques pendant les trente dernières années, ont transformé “l’image” idéosémantique de nombreux mots et concepts usuels. Prenons le mot trud ‘travail’. Autrefois, les notions de ‘pauvreté’, ‘humiliation’, ‘souffrance’ constituaient son entourage sympathique. Maintenant il est entouré des notions d’‘honneur’, ‘gloire’, ‘vaillance’, ‘héroïsme’. En gardant sa forme extérieure, le mot a vécu une vraie révolution intérieure. Une grande révolution sociale, accomplie par notre peuple, s’est reflétée dans cette révolution idéosémantique du mot, tel “le soleil dans une petite goutte d’eau”6. »

  • 7 Ibid., p. 23.

6Ou, d’une façon encore plus générale : « Nous définissons l’idéosémantique comme l’ensemble des liens sémantiques sympathiques et antagoniques qui lient un mot-concept particulier avec d’autres. Dans d’autres mots, l’idéosémantique du mot se dévoile, d’une part, grâce à d’autres mots, avec lesquels il est ou était pensé comme apparenté, proche, interchangeable ; d’autre part, par les mots auxquels il s’oppose ou s’est opposé comme antagonique7. »

  • 8 Pour les définitions de ce concept, voir en particulier V. Toporov, Model’ mira [Le modèle du monde (...)

7L’absence d’une nette distinction entre la première et la deuxième composantes de la notion de sémantique idéologique, c’est-à-dire entre l’étymologie du mot et les liens logiques, conceptuels et non étymologiques entre les mots (ce que les chercheurs russes contemporains lient avec la notion de naivnaja kartina mira ‘vision naïve du monde’8) introduit dans la conception évolutionniste d’Abaev certaines contradictions.

  • 9 V. Abaev, Jazyk kak ideologija i jazyk kak texnika [La langue comme idéologie et la langue comme te (...)

8Abaev se représentait l’évolution linguistique comme le passage de l’« idéologie » à la « technique ». Au cours de l’histoire, la langue en tant que système idéologique se transformerait en une technique de communication : « L’idéologie exprimée dans la langue même (en tant que système idéologique) est remplacée par l’idéologie exprimée par la langue (en tant que système communicatif). Si, pendant qu’elle se crée, la langue est une idéologie en elle-même, avec le temps elle se transforme de plus en plus en une technique pour l’expression d’autres idéologies, une technique qui sert la communication sociale9 ».

9Ainsi, le complexe des fonctions idéologiques du système linguistique se rétrécirait petit à petit, tandis que l’ensemble des fonctions techniques s’élargirait. Cette interprétation du processus de l’évolution langagière correspond plutôt à la première composante de la notion sémantique idéologue, liée avec l’héritage étymologique du mot : l’étymologie des mots « s’oublie » au cours de l’histoire et l’« idéologie » du mot faiblit peu à peu, « perd son parfum » (vydyxaetsja), selon l’expression d’Abaev. Les liens sémantico-conceptuels des mots, au contraire, qui changent au cours de l’histoire linguistique, restent en même temps à peu près clairs à tout moment de l’évolution linguistique. C’est pourquoi, on ne peut guère parler d’« affaiblissement idéologique » des mots dans ce sens.

  • 10 V. Abaev, Lingvističeskij modernizm kak degumanizacija nauki o jazyke [Le modernisme linguistique e (...)

10Il semble que Abaev, même s’il ne le disait pas explicitement, devait se rendre compte du caractère contradictoire de sa conception « idéologique ». C’est pourquoi, si dans son article de 1934 il lie la notion même d’idéologie avec l’étape primaire de l’existence de tel ou tel mot dans la langue, il propose dans un article de 196510 de remplacer idéologie par conscience sociale (obščestvennoe soznanie) et refuse ainsi de considérer cette problématique dans une perspective purement préhistorique. Outre cela, c’est précisément la seconde conception, non-étymologique, de la sémantique idéologique chez Abaev qui oppose son approche à la conception sémantique de son maître Marr. Pour mieux illustrer cette thèse, nous allons envisager une autre notion élaborée dans les années 1930-1940, après la mort de Marr, par les pédagogues marristes en URSS. Il s’agit des nids lexico-sémantiques.

Les « nids lexicaux-sémantiques » de E. Petrova

  • 11 E. Petrova, Rabota nad slovom [Le travail sur le mot], in Russkij jazyk v škole 4/1937, p. 2-15 ; 6 (...)
  • 12 Ibid., 4/1937, p. 2.

11La notion de nids lexico-sémantiques apparaît pour la première fois en 1937 dans un article de la pédagogue marriste soviétique E.N. Petrova (1886-1961)11. La série de ses articles sur ce sujet, publiée en 1937-1939, a provoqué un grand intérêt chez d’autres pédagogues, à en juger par le volumineux courrier des lecteurs reçu par la revue. À la différence de bien d’autres disciples de Marr, Petrova était praticienne plutôt que théoricienne, et elle se donnait un but concret : apprendre aux écoliers à lire et à écrire sans fautes. Comme elle dit, « notre école doit être la meilleure au monde. Et nous devons enseigner mieux que tous les autres »12. En s’appuyant sur des données statistiques, Petrova affirme que les écoliers font le plus des fautes dans les racines des mots. Par conséquent, c’est avec les racines que les pédagogues doivent travailler le plus.

12Dans ce but, Petrova introduit la méthode qu’elle appelle la « méthode des nids lexico-sémantiques ». Elle consiste à rassembler des mots autour d’éléments principaux – les « racines ». Voici l’un des exemples – il s’agit du nid lexico-sémantique jar qui remonterait au “soleil” :

  • 13 Ibid., 4/1937, p. 4-5.

« Le soleil, sa lumière et sa chaleur donnent naissance à la vie sur terre, au printemps. Et d’après le nom du soleil, le printemps s’appelle jara dans les régions du nord, tandis que la crue des eaux printanières s’appelle jarovod’e. Le soleil et le printemps nous apportent la croissance printanière, d’où le mot jaročka ‘petite brebis’, la brebis étant liée au soleil dans toutes les légendes (en particulier, dans le mythe de la toison d’or) ; d’où aussi la végétation printanière, le blé, avant tout, jarovoj xleb ‘les blés de printemps’, d’où également les mots qui expriment la lumière et le bien : jarkost’ ‘éclat’, jarkij ‘éclatant’, jarče ‘plus vivement’. Et voici d’autres dérivations intéressantes : de jaročka ‘petite brebis’ provient le nom désignant son pelage, d’où pojarkovaja šljapa ‘chapeau en laine de mouton’, il s’agit nécessairement du pelage du jeune agneau ; de jarovoj xleb ‘blés de printemps’ est dérivé le nom désignant le premier pain qui en est produit et qu’on appelle dans le nord jarušnik. Enfin, on a le mot moderne jarovizacija ‘vernalisation’ […]. Et voici encore une série de mots : le soleil nous apporte non seulement la lumière, la chaleur et le bien, mais aussi la sècheresse, la mort, le mal, la colère. Ce sont les mots : jarost’ ‘la fureur’, jaryj ‘fervent’, jarit’sja, vz’jarit’sja, raz’jarit’sja ‘se mettre en colère’, raz’jarennyj ‘furieux’, jaro ‘viollement’, jarostnyj ‘violent’. Et voici encore un groupe de mots : krutojar, na jaru, na juru ‘le ravin’ et puis Jaroslavl, Krasnojarsk ou Jaropolk. Pourquoi a-t-on ces dérivations ? Ce sont des noms propres liés avec le soleil. Ce sont les vestiges des coutumes populaires : la rencontre du soleil en été dans un endroit haut, éclairé par le soleil dès le matin. Et voici un mot quotidien, presque argotique : najarivat’. Cela veut dire ‘faire quelque chose vite, obstinément, gaiement’. Dans ce groupe de mots nous trouvons les mots archaïques (Jar, Jarilo), les provincialismes (jara, jarovod’e, jarušnik) et les néologismes (jarovizacija)13 ».

  • 14 Ainsi, par exemple, si les mots jara ou Jarilo sont d’origine slave, d’autres ne le sont pas – comm (...)
  • 15 Voir la célèbre phrase du Cours de linguistique générale : « Le lien unissant le signifiant au sign (...)
  • 16 N. Marr, Pis’mo i jazyk [L’écriture et la langue], in N. Marr, Izbrannye raboty, Vol. I-V, Moscou-L (...)

13Selon quel principe Petrova rassemble-t-elle ces mots dans le même groupe ? C’est la forme des mots qui lui sert de critère. Petrova attribue la même étymologie aux mots ayant la même forme, ou de formes semblables, ce qui est parfois faux.14 Dans d’autres mots, il s’agit d’une violation du principe saussurien de l’arbitraire du signe linguistique15. Cela était typique des travaux de Marr, qui rapprochait souvent le sens de mots ayant la même forme ou des formes semblables. Ainsi, par exemple, en suivant le principe de l’étymologie populaire, Marr réunissait étymologiquement les mots Hund et Hundert, en établissant la chaîne sémantique suivante : ‘le chien en tant que totem’ → ‘le nom du collectif’ → ‘tous’ → ‘beaucoup’ → ‘cent’16.

  • 17 V. Abaev, Istoriko-ètimologičeskij slovar’ osetinskix jazykov [Dictionnaire historico-étymologique (...)
  • 18 V. Abaev, Ponjatie ideosemantiki [La notion d’idéosémantique], op. cit., p. 14.

14Réunir dans les mêmes groupes sémantiques les mots qui ont la même forme ou des formes similaires était typique également de la sémantique idéologique d’Abaev qui, dans ce sens, a été influencé par son maître Marr. Pourtant, à la différence de Marr, Abaev essayait d’éviter les fausses étymologies dans ses articles consacrés à la sémantique idéologique. L’auteur du dictionnaire étymologique des langues ossètes17 était très prudent. En même temps, tout en reconnaissant les fautes de Marr, Abaev refusait de réfuter les principes généraux de la doctrine marriste : « Même si 75 % des étymologies […] marristes sont fausses, les 25 % qui restent suffisent pour marquer le début d’une nouvelle étape dans l’évolution de la linguistique théorique18 ». On voit à quel point l’influence de Marr sur Abaev était importante.

15Beaucoup plus novatrice est l’idée d’Abaev de réunir dans des groupes sémantiques les mots avec des formes différentes et non liés étymologiquement (comme par exemple la réunion dans le même groupe des mots signifiant ‘travail’, ‘honneur’, ‘dignité’, etc., voir plus haut). Nous allons maintenant comparer sa notion de sémantique idéologique avec l’une des notions de champ sémantique (sprachliche Feld), développée dans la linguistique allemande approximativement à la même époque, au début des années 1930.

Le « champ sémantique » de J. Trier

  • 19 J. Trier, Sprachliche Felder, in Zeitschrift für deutsche Bildung 8/1932, p. 417-427, icip. 418-419 (...)

16La notion de champ sémantique a été introduite en linguistique déjà au xixe siècle. Pourtant c’est G. Ipsen qui lui a donné un nouvel essor dans les années 1920. Ensuite cette notion a été répandue en grande partie grâce aux travaux de Jost Trier qui reprit la célèbre définition d’Ipsen : « Les mots particuliers ne sont pas isolés dans la langue, mais sont organisés en groupes sémantiques. Nous n’entendons pas par là les groupes étymologiques, encore moins des mots regroupés autour de racines chimériques, mais plutôt des mots dont les contenus conceptuels sont liés. Ce lien n’est pas entendu comme un alignement le long d’une chaîne d’associations, mais de manière à ce que le groupe entier trace les contours d’un champ sémantique qui est structuré en lui-même. Comme dans une mosaïque, les mots s’assemblent ici les uns aux autres, chaque mot a des contours différents, mais ces contours s’ajustent les uns aux autres et, ensemble, loin de disparaître dans une abstraction douteuse, se résolvent dans une unité de sens d’un ordre supérieur19 ».

  • 20 J. Trier, Deutsche Bedeutungsforschung, in Germanische Philologie : Festschrift für Otto Behaghel, (...)
  • 21 Il faut dire que les marristes aussi, et surtout Abaev, tenaient en haute estime les théories de Hu (...)

17À première vue, il semble que cette approche ressemble à la sémantique technique d’Abaev. Pourtant, dans la conception de Trier, ainsi que chez Abaev, il s’agit de non seulement ce qui est désigné par tel ou tel mot, mais également de comment cela est désigné : « Chaque langue et chaque niveau de la langue structure le monde différemment […]. La communauté parlante et, à travers elle, chaque individu, conçoivent le monde selon la manière dont il est présenté par la langue correspondante20 » – une citation tout à fait humboldtienne21.

  • 22 W. T. Gordon, A History of Semantics, Amsterdam/Philadelphia, 1982, p. 68-69.

18À part W. von Humboldt, Trier devait aussi avoir été influencé par F. de Saussure. L’historien de la sémantique W. Gordon a étudié la ressemblance frappante des citations tirées, d’une part, du Cours de linguistique générale et d’autre part des travaux de Trier22. Voici ce qu’ écrit le linguiste allemand :

  • 23 J. Trier, Die Idee der Klugheit in ihrer sprachlichen Entfaltung, in Zeitschrift für Deutschkunde 4 (...)

« Ces expressions se trouvent là toutes prêtes, non pas comme une agglomération de mots, ni comme un arsenal organisé d’après des points de vue extérieurs (comme dans un dictionnaire alphabétique), mais dans un ordre sémantique, dans une organisation intérieure dont les membres se soutiennent et se délimitent mutuellement et qui est la première à donner à l’expression particulière son sens complet et défini23. »

19Et voici l’opinion de Saussure :

  • 24 F. de Saussure, Cours de linguistique générale, op. cit., p. 157.

« En outre l’idée de valeur, ainsi déterminée, nous montre que c’est une grande illusion de considérer un terme simplement comme l’union d’un certain son avec un certain concept. Le définir ainsi, ce serait l’isoler du système dont il fait partie ; ce serait croire qu’on peut commencer par les termes et construire le système, en en faisant la somme, alors qu’au contraire c’est du tout solidaire qu’il faut partir pour obtenir par analyse les éléments qu’il renferme24. »

20De la même façon, Abaev propose d’établir le sens du mot (sa sémantique non seulement technique mais aussi idéologique) à partir de ses liens avec d’autres lexèmes.

Vers une approche typologique dans l’histoire de la linguistique ?

21Comme nous l’avons vu, l’approche novatrice d’Abaev consistait, en comparaison avec la doctrine de Marr et de ses autres élèves (comme par exemple Petrova), à établir des liens sémantiques entre des mots ayant différentes formes, entre des mots qui n’étaient pas nécessairement liés étymologiquement. Ce principe rapproche la théorie d’Abaev avec les théories de Trier concernant le champ sémantique. Pourtant, il est très difficile, voire impossible, de parler de l’influence mutuelle de ces deux théories : elles apparaissent indépendamment l’une de l’autre. Il semble que l’on puisse, dans ce cas-là, introduire un paramètre typologique dans l’histoire de la linguistique. Dans ce sens, la situation dans l’histoire de la linguistique répète l’état des choses dans la linguistique même, où, avant l’élaboration de l’approche typologique, on expliquait les ressemblances entre les langues « génétiquement », c’est-à-dire, par l’existence d’une langue-mère commune. L’équivalent de cette approche en histoire de la linguistique est l’explication de la ressemblance entre des théories par l’influence de l’une sur l’autre. Or, une autre approche est possible qui explique les points communs des théories plutôt par leurs sources communes que par leur influence mutuelle. C’était le cas d’Abaev et de Trier. De plus, l’“air du temps” même des années 1930, avec son intérêt pour les études synchroniques et systématiques, y a aussi joué un rôle important. Et c’est la comparaison de la notion de sémantique idéologique avec celle de champ sémantique qui permet aux historiens de la linguistique de mettre en évidence l’approche novatrice d’Abaev, par rapport à la linguistique marriste.

Haut de page

Notes

1 Sur la composante linguistique de l’intervention stalinienne, voir E. Velmezova, La « sémantique idéologique » entre Marr et Staline, in Cahiers de l’ILSL, 17/2004, Lausanne, p. 315-335.

2 Sur l’héritage théorique d’Abaev dans le domaine des études iraniennes, voir M. Isaev, Patriarx otečestvennoj filologii (k 100-letiju so dnja roždenija V.I. Abaeva) [Le patriarche de la philologie russe (pour le 100e anniversaire de V.I. Abaev)], in Voprosy jazykoznanija 6/2000, p. 8-32 ; et dans le domaine de la linguistique générale voir T. Nikolaeva, Neskol’ko slov o lingvictičeskoj teorii 30-x : fantazii i prozrenija [Quelques mots sur la théorie linguistique des années 1930 : fantaisies et perspicacité], in Slovo v tekste i slovare. K semidesjatiletiju akademika Ju. D. Apresjana, Moscou, 2000, p. 591-607 et V. Alpatov, Vasilij Ivanovič Abaev – teoretik jazykoznanija [Vasilij Ivanovič Abaev, théoricien de la linguistique], in Izvestija Akademii nauk, serija literatury i jazyka60-5/2001,p. 53-58.

3 Voir V. Abaev, Jazyk kak ideologija i jazyk kak texnika [La langue comme idéologie et la langue comme technique], in Jazyk i myšlenie II, Moscou, Leningrad, 1934, p. 33-54. – E.V.

4 V. Abaev, Ponjatie ideosemantiki [La notion d’idéosémantique], in Jazyk i myšlenie XI, Moscou, Leningrad, 1948, p. 13-28, ici p. 15. Toutes les citations ont été traduites en français par nous. – E.V.

5 Ibid., p. 16.

6 Ibid.

7 Ibid., p. 23.

8 Pour les définitions de ce concept, voir en particulier V. Toporov, Model’ mira [Le modèle du monde], in Mify narodov mira, Moscou, Vol. I/1997, p. 161 et E. Jakovleva, Fragmenty russkoj jazykovoj kartiny mira (modeli prostranstva, vremeni i vosprijatija) [Fragments de l’image russe du monde (les modèles de l’espace, du temps et de la perception)], Moscou, 1994, p. 9.

9 V. Abaev, Jazyk kak ideologija i jazyk kak texnika [La langue comme idéologie et la langue comme technique], op. cit., p. 43.

10 V. Abaev, Lingvističeskij modernizm kak degumanizacija nauki o jazyke [Le modernisme linguistique en tant que « déshumanisation » de la science du langage], in Voprosy jazykoznanija 3/1965, p. 6-17.

11 E. Petrova, Rabota nad slovom [Le travail sur le mot], in Russkij jazyk v škole 4/1937, p. 2-15 ; 6/1937, p. 3-11 ; et 1/1939,p. 1-7.

12 Ibid., 4/1937, p. 2.

13 Ibid., 4/1937, p. 4-5.

14 Ainsi, par exemple, si les mots jara ou Jarilo sont d’origine slave, d’autres ne le sont pas – comme le mot jar que le russe a emprunté aux langues turques. Voir M. Fasmer, Ètimologičeskij slovar’ russkogo jazyka [Dictionnaire étymologique de la langue russe], Moscou, vol. iv/1987, p. 559.

15 Voir la célèbre phrase du Cours de linguistique générale : « Le lien unissant le signifiant au signifié est arbitraire, ou encore, puisque nous entendons par signe le total résultant de l’association d’un signifiant à un signifié, nous pouvons dire plus simplement : le signe linguistique est arbitraire », F. de Saussure, Cours de linguistique générale (1916), Paris, 1983, p. 100.

16 N. Marr, Pis’mo i jazyk [L’écriture et la langue], in N. Marr, Izbrannye raboty, Vol. I-V, Moscou-Leningrad, 1933-1937, ici Vol. II/1933, p. 379-392, ici p. 391.

17 V. Abaev, Istoriko-ètimologičeskij slovar’ osetinskix jazykov [Dictionnaire historico-étymologique des langues ossètes], Vol. I-IV, Moscou-Leningrad, 1958-1989.

18 V. Abaev, Ponjatie ideosemantiki [La notion d’idéosémantique], op. cit., p. 14.

19 J. Trier, Sprachliche Felder, in Zeitschrift für deutsche Bildung 8/1932, p. 417-427, icip. 418-419.

20 J. Trier, Deutsche Bedeutungsforschung, in Germanische Philologie : Festschrift für Otto Behaghel, Heidelberg, 1934, p. 173-200, ici p. 185.

21 Il faut dire que les marristes aussi, et surtout Abaev, tenaient en haute estime les théories de Humboldt. Selon Abaev en particulier, « la notion de “forme intérieure” est liée avec la meilleure étape de la linguistique indoeuropéenne, l’étape de sa jeunesse romantique et de ses recherches audacieuses », voir Abaev, Ponjatie ideosemantiki [La notion d’idéosémantique], op. cit., p. 15.

22 W. T. Gordon, A History of Semantics, Amsterdam/Philadelphia, 1982, p. 68-69.

23 J. Trier, Die Idee der Klugheit in ihrer sprachlichen Entfaltung, in Zeitschrift für Deutschkunde 46/1932, p. 625-635, ici p. 625.

24 F. de Saussure, Cours de linguistique générale, op. cit., p. 157.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ekaterina Velmezova, « Les recherches sémantiques en Allemagne et en URSS dans les années 1930 : influence ou air du temps ? », Revue germanique internationale [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 28 avril 2009, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/124

Haut de page

Auteur

Ekaterina Velmezova

Assistante à la section des langues et civilisations slaves de l’Université de Lausanne

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page