Navigation – Plan du site

Présentation

Michel Espagne et Sandrine Maufroy
p. 5-14

Texte intégral

1Une des plus frappantes caractéristiques de l’histoire intellectuelle allemande de la fin du XVIIIesiècle au début du XXe est l’affirmation et l’institutionnalisation d’une discipline, ancienne dans ses origines et nouvelle dans ses ambitions, la philologie, qui se développe notamment à Göttingen autour de Christian Gottlob Heyne après un épisode à Leipzig autour de Johann Friedrich Christ et Johann August Ernesti. Elle connaîtra d’autres lieux privilégiés de développement : Halle et Berlin avec Friedrich August Wolf, puis Bonn avec Friedrich Gottlieb Welcker et Hermann Usener. Il s’agit de procurer des éditions de textes antiques, mais aussi de fournir des éléments d’interprétation. Cette nouvelle discipline dépasse presque d’emblée le cadre académique dans la mesure où le travail philologique définit une sorte d’identité collective des élites prussiennes et assure l’efficience du modèle organique de la culture grecque dans la construction d’une identité allemande. Le passage de la philologie d’une technique à une forme d’identité collective, sommairement désignée par le terme de Bildung, a été impulsé par Wilhelm von Humboldt et son maître Friedrich August Wolf, l’auteur des Prolegomena ad Homerum. Car avec Wolf qui substitue à un auteur, Homère, une histoire de la culture grecque ayant produit l’Iliade et l’Odyssée, la philologie change de nature. Elle inspire notamment une recherche passionnée des épopées nationales fondatrices. Cette métamorphose ne cesse de se répéter durant tout le XIXesiècle. Il est vrai que la philologie est longtemps liée aux sciences de l’Antiquité dans un ensemble qui implique les débuts de l’archéologie et l’étude des religions et des mythes antiques, un ensemble qui connaît, au fil des décennies, une différenciation progressive. Entre les tenants d’une science des mots et les partisans d’une science des choses, entre les défenseurs d’une tradition laïque et les historiens de la symbolique religieuse, entre les essais de déduire la science philologique de catégories kantiennes et la quête mécanique d’un archétype, les controverses ont été nombreuses et le bilan de leurs retombées est tel que parler de la philologie dans l’Allemagne du long XIXesiècle reviendrait quasiment à en dessiner l’histoire intellectuelle. On ne concevrait pas l’émergence de cette science de la germanité qu’a voulu être, à ses débuts, la germanistique sans une transposition systématique de l’approche des textes antiques à l’approche des textes d’une Antiquité moderne, la littérature du Moyen Âge. La critique historique de la Bible, qui s’affirme dès Lessing et culmine avec la sulfureuse Vie de Jésus de David Friedrich Strauss, est directement liée à l’application au texte saint de la critique philologique des transmissions textuelles. L’histoire de l’art a tout particulièrement recours à l’investigation philologique des témoignages qui entourent les œuvres ou les inspirent pour se définir elle-même. Les recherches de Usener sur les noms des dieux ont été, on le sait, l’une des sources des réflexions d’Aby Warburg sur la mémoire. Parallèlement, dans un domaine comme la sociologie, qui se structure à la fin du XIXesiècle, on ne peut manquer d’observer l’utilisation massive faite des textes anciens et de l’interprétation qui en est donnée. Les durkheimiens autour de l’Année sociologique fournissent un exemple particulièrement éclairant de cette appropriation de la philologie. Un cas également notable est offert par l’orientalisme durant les premières décennies du XIXesiècle. La recherche sur les textes anciens (à l’origine ici le texte hébraïque de la Bible, comme chez Eichhorn) débouche sur une science de l’Orient dont les virtualités conduisent tant à l’ethnologie qu’à une préparation intellectuelle des entreprises de colonisation. La linguistique qui se détache péniblement du comparatisme ou l’historiographie qui s’enracine, par exemple pour la réalisation des Monumenta Germanica historica, dans l’édition de textes, fournissent un autre exemple d’une sorte de débordement de la philologie. Les échanges philologiques servent accessoirement durant tout le XIXesiècle de vecteur au développement d’une sociabilité savante franco-allemande.

2Si les usages de la philologie en Allemagne doivent légitimement donner lieu à une recherche historique, les prétextes fournis par la philologie à des extensions disciplinaires qui sont autant d’innovations méritent encore davantage l’attention. On a affaire à l’expansion continue d’une discipline et à la fécondation qu’elle opère de domaines intellectuels connexes.

3La méfiance avec laquelle est envisagée, dans un contexte francophone, le terme même de philologie, qui évoque généralement un jeu grammatical stérile avec les scories liées à toute tradition textuelle, correspond mal au rôle central joué par une discipline qui, en se définissant elle-même comme la « cognitio cogniti » (A. Böckh), comme la « reconnaissance du connu », revendiquait plus ou moins comme domaine l’approche critique de l’ensemble des savoirs transmis. Il y a là une sorte de malentendu franco-allemand d’autant plus étrange que les imbrications sont nombreuses entre une littérature romantique allemande si souvent célébrée et la science philologique (des frères Schlegel à Friedrich Creuzer). On doit tout particulièrement à l’École philologique de Lille, à son fondateur Jean Bollack et à ses élèves, d’avoir montré le rôle central d’une discipline qui en traversant systématiquement les strates interprétatives déposées par les générations d’herméneutes sur des textes fondateurs, de Parménide à Sophocle et d’Eschyle à Épicure, en renouvelait la compréhension d’une part et transformait d’autre part cette traversée en histoire intellectuelle commune.

4Cette histoire intellectuelle s’incarne dans des figures marquantes, héros de la pensée dont le souvenir s’est perpétué dans leurs œuvres et dans le genre particulier de la biographie (souvent hagiographique) de philologue, qui dessine des lignes de succession de maître à élève. L’idée de la Bildung et du rôle privilégié de l’étude des Grecs dans la formation de l’homme confère au philologue une responsabilité et une tâche de transmission de connaissances et, plus encore peut-être, de méthodes. D’où l’impression que chaque grand nom de la philologie est le fondateur d’une branche de sa discipline, voire de sa discipline elle-même. Ce sont ces figures fondatrices que le présent volume prend pour point de départ pour reconsidérer les moments importants de la philologie au cours du long XIXesiècle, une histoire qui est celle de la refondation théorique, de l’institutionnalisation et de la nationalisation d’une discipline dont l’autonomie et la spécificité allemande se sont affirmées à travers des échanges entre différents domaines scientifiques et culturels s’étendant bien au-delà de l’espace germanique.

5Si Christian Gottlob Heyne (1729-1812) n’est pas le plus connu des personnages évoqués ici, il n’en posa pas moins des jalons décisifs à un moment charnière entre la « polyhistorie » de l’époque baroque et des Lumières et la définition progressive de disciplines spécialisées. S’il put être considéré plus tard comme une sorte de dilettante, c’est sans doute que l’exigence scientifique qui caractérise son approche historique, sa méthode de critique textuelle et la rigueur conceptuelle de ses études mythologiques, mal comprise par quelqu’un comme Johann Heinrich Voss, était devenue un point acquis chez ses élèves et continuateurs. Sur la base d’une vision anthropologique qui justifie les rapprochements entre le passé et le présent, donnant un fondement à ses prises de position politiques, Heyne prépare l’historicisme des années à venir et anticipe des débats qui trouveront leur plein développement dans le courant du XXesiècle (Sotera Fornaro).

6Son élève et rival Friedrich August Wolf (1759-1824), dont la postérité retiendra l’image d’un autodidacte génial, développe pourtant des idées suggérées par Heyne dans les deux œuvres qui fondent sa réputation de « héros éponyme » de la philologie. Leur originalité réside dans la formulation claire d’une méthode historique et critique et dans l’établissement d’un programme pour une discipline qu’il baptise « science de l’Antiquité » (Altertumswissenschaft). L’importance de Wolf tient à la valeur symbolique d’un tournant de sa discipline dont il ne fut certes pas le seul instigateur et à la force inspiratrice de son œuvre, qui féconda la création littéraire et la réflexion sur l’histoire culturelle et littéraire, contribuant ainsi à la formation internationale des nationalités (Sandrine Maufroy).

7Le programme établi par Wolf et ses contemporains pour la philologie est mis en pratique de manière exemplaire à Bonn par Friedrich Gottlieb Welcker (1784-1868). Ami de Wilhelm von Humboldt et biographe de Jörgen Zoëga, Welcker étudia l’Antiquité tout autant à partir des textes qu’à partir des traces matérielles. L’accroissement des fonds de la bibliothèque et la fondation du musée de l’université de Bonn font de lui un des meilleurs représentants de la Bildung et l’un des acteurs principaux d’une sociabilité savante complexe. Ses travaux sur les trilogies tragiques et les cycles épiques ouvrent la voie à une science des mythes et des religions. Avec sa Götterlehre, il peut revendiquer d’avoir posé, par analogie avec la démarche linguistique de Humboldt, les bases d’une anthropologie religieuse vouée à une longue postérité. Si l’on accepte l’opposition entre philologie des mots et philologie des choses, c’est dans ce dernier camp qu’il faudrait placer Welcker, au côté du représentant principal de cette méthode, August Böckh (Michel Espagne).

8En écho à Hegel et par opposition avec F.A. Wolf dont il critique l’empirisme, August Böckh (1785-1867) a marqué son époque par son exposé systématique du rôle, des méthodes, de l’étendue et des objets d’étude de la philologie. Avec Böckh, la philologie devient très clairement une théorie permettant de reconstruire toute la vie historique d’un peuple –en l’occurrence celle du peuple grec–, mais la méthode pourra être transposée à d’autres civilisations. La philologie s’identifie ainsi d’une part à l’histoire, et d’autre part à la philosophie, par la perspective conceptuelle qui s’intéresse à l’idée à l’œuvre derrière le particulier, à l’« esprit » et au « génie » d’un peuple. Böckh est le théoricien d’une méthode dont les instruments sont l’herméneutique et la critique ; cette dernière étant privilégiée, elle s’affirmera comme un maître mot de la philologie au cours du XIXesiècle. Le langage acquiert comme un statut privilégié dans la construction théorique de Böckh, à partir duquel les philologues auront à choisir entre deux conceptions de l’herméneutique (Marc de Launay).

9Ce constat, paradoxal au premier abord, conduit à remettre en cause l’étiquette de « philologie des choses », qui sert surtout d’arme dans la querelle avec Gottfried Hermann (1772-1848). Ce dernier représente une autre manière philosophique d’aborder la philologie. Il étudie en profondeur la pensée de Kant et la prend comme base conceptuelle et comme point de départ de ses théories sur la métrique, la grammaire, la classification des arts et des genres littéraires, l’interprétation des textes et sa conception générale de la philologie. Ses travaux lui ont valu la réputation de fondateur de la métrique moderne, mais c’est aussi pour ses éditions de textes anciens et pour son enseignement à l’université de Leipzig qu’il est resté dans les mémoires. Au sein de la « société grecque » qu’il fonda en 1805 se formèrent en effet nombre de philologues influents durant la génération suivante comme Friedrich Thiersch, August Meineke, Friedrich Ritschl et Karl Lachmann.

10Une partie de l’œuvre de Hermann est de nature polémique, et l’on retient principalement la querelle évoquée plus haut avec Böckh, et celle qui l’opposa à Georg Friedrich Creuzer (1771-1858) suite à la publication par ce dernier de son ouvrage majeur, la Symbolique et mythologie des peuples anciens, particulièrement des Grecs. Alors que le but de Hermann était la compréhension des textes, Creuzer utilisait ses derniers comme des sources pour développer une conception de la religion grecque fondée, à l’inverse de l’approche de Hermann, sur la recherche d’analogies entre les phénomènes (Clémence Couturier-Heinrich). L’approche de Creuzer se caractérise par une prise en compte de toutes les sources possibles qui fait des récits mythologiques et des représentations figurées des dieux des objets d’étude philologique au même titre que les textes d’auteurs antiques, et par une méthode qui s’appuie sur une approche empirique historienne pour développer une conception spéculative du mythe. Sa théorie du symbolisme et son insistance sur la nature religieuse du mythe débouchent sur la recherche du principe explicatif à la base de toutes les religions. Si le moment creuzérien fut assez bref au sein de la philologie elle-même, sa réception par Hegel et Schelling lui a donné de vastes prolongements (Mildred Galland-Szymkowiak).

11L’intérêt accordé par Creuzer aux productions matérielles des civilisations antiques, en particulier pour l’histoire des religions, est partagé par Karl Otfried Müller (1797-1840). La correspondance de ce dernier avec Désiré Raoul-Rochette ouvre une fenêtre sur les relations entre communautés savantes de part et d’autre du Rhin et permet de mieux comprendre le jeu des particularités institutionnelles nationales et des transferts scientifiques dans la formation progressive de l’archéologie comme discipline autonome. K.O. Müller et D. Raoul-Rochette prennent position dans le débat provoqué par la Symbolique de Creuzer et défendent une approche résolument archéologique de l’histoire des religions, mais la pleine reconnaissance de leur apport scientifique ne surviendra qu’assez tardivement, peut-être du fait même de leur rôle pionnier dans le développement de l’archéologie comme discipline à part entière (Eve Gran-Aymerich).

12Parallèlement au développement de ce volet de l’Altertumswissenschaft centré sur l’étude des traces matérielles de l’Antiquité, l’étude des textes d’auteurs anciens et la critique textuelle conservent une certaine prééminence, qui tient à l’importance d’établir une version fiable et assurée des textes classiques pour le développement de la Bildung. Karl Lachmann (1793-1851) a donné son nom à une méthode qui répond à la nécessité d’établir des règles scientifiques pour l’édition de textes. Point d’aboutissement du travail de longues générations de philologues, la procédure mécanique et objective de sélection des manuscrits les plus autorisés, qui donna lieu à de grandes discussions au cours du XXesiècle, fut appliquée par Lachmann lui-même, de manière seulement partielle, voire contradictoire, à des domaines divers. Dans ses travaux sur les textes homériques, cherchant à s’affirmer par opposition à Heyne et s’inspirant en partie de Hermann, Lachmann se situe explicitement dans le sillage de Wolf alors même qu’il définit l’histoire du texte non plus comme la reconstitution de toute une histoire culturelle, mais comme la recherche mécanique de parentés manuscrites – un rationalisme qui n’est pourtant pas exclusif. S’efforçant de donner à la germanistique une dignité scientifique garantie par la communauté de méthode, Lachmann a contribué à la « philologisation » de cette discipline, par opposition au caractère critique et militant que voulait lui donner Jakob Grimm. L’idéal de pureté et de rigueur qui caractérise sa pratique textuelle se retrouve dans la discipline du séminaire philologique, qui contribue à imposer la figure du maître et sa méthode, à constituer une corporation élitiste de philologues qui se distinguent du reste de la bourgeoisie cultivée (Sotera Fornaro).

13Le rôle de la philologie comme facteur de distinction se retrouve chez Jacob Bernays (1824-1881), figure d’exception qui sut allier attachement à la tradition judaïque et découverte de nouvelles voies pour la philologie, qu’il s’agisse des études aristotéliciennes, de sa biographie de Scaliger comme contribution à l’historiographie de la philologie, de son travail sur Lucrèce qui ouvrit la voie à Lachmann, de son ouvrage sur Héraclite qui conduisit indirectement à la doxographie de Hermann Diels. Bernays partage avec ses contemporains la conscience de la nécessité de réexaminer et renouveler les éditions des textes anciens. Son intérêt pour les textes s’ancre dans sa volonté de reconstituer une tradition qui n’entre pas en contradiction avec l’avènement de la modernité, mais la rende possible. Une même vision historique caractérise son approche des textes bibliques et celle des textes d’auteurs anciens classiques comme témoignages d’une civilisation. Son effort pour montrer la part prise par les juifs dans l’Antiquité et par le dialogue entre culture grecque et civilisation orientale fait partie intégrante du cosmopolitisme qui marque sa conception d’une troisième voie pour le judaïsme, opposée à la fois à l’assimilation et à la dissimilation. Redéfinissant la norme à partir des marges, la figure tragique de Jacob Bernays montre la direction qu’aurait pu prendre l’apport des juifs si l’Université allemande les avait acceptés sans exiger d’eux une conversion (Perrine Simon-Nahum).

14Si Jacob Bernays n’a pas eu d’héritier officiel, ses conceptions novatrices fécondèrent cependant la philologie des décennies suivantes. Parmi ceux qui rendirent hommage à ce philologue longtemps absent des histoires de la philologie, mais dont on reconnaît désormais les mérites, se trouvent les deux auteurs dont nous avons choisi de publier ici en traduction des textes originaux : son collègue à l’université de Bonn Hermann Usener et le « prince de la philologie », qui fut son étudiant, Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff.

  • 1  Sur Hermann Usener, voir Michel Espagne, Pascale Rabault-Feuerhahn (éd.), Metamorphosen der Philol (...)
  • 2  Sur cette question, on peut consulter Manfred Landfester, Humanismus und Gesellschaft im 19. Jahrh (...)

15Hermann Karl Usener (1834-1905) représente un exemple majeur de la fécondité de la philologie une fois institutionnalisée et devenue la science reine de l’Université allemande, comme creuset où, dans la seconde moitié du XIXesiècle, s’élaborent de nouvelles disciplines1. Par ses travaux sur les noms des dieux, exposés dans son ouvrage célèbre Götternamen, Versuch einer Lehre von der religiösen Begriffsbildung [Noms des dieux. Essai d’une théorie de la constitution des notions religieuses, 1896], Usener marque le passage d’une philologie au sens le plus strict du terme à une science des religions enrichie d’une dimension anthropologique. Ses théories contribuent à l’évolution de la psychologie en Allemagne en direction d’une « psychologie des peuples », inspirent le néokantisme d’Ernst Cassirer et marquent un trait d’union entre les écoles sociologiques française et allemande. Si l’on a surtout retenu de Usener sa contribution à la formation de la science des religions, il fut d’abord un philologue très au fait des questions de critique textuelle. Étudiant de l’éditeur scientifique d’Aristote August Brandis, successeur de Friedrich Ritschl à l’université de Bonn, il édita lui-même Épicure et conseilla régulièrement Hermann Diels dans ses travaux sur les présocratiques. Le texte publié ici fut prononcé par Usener lorsqu’il prit ses fonctions de recteur de l’université de Bonn. Cette réflexion sur la définition de sa discipline et les relations de la philologie avec l’ensemble des sciences historiques peut se lire comme une prise de position dans les débats de la seconde moitié du XIXesiècle connus sous le nom de crise de l’historicisme. Dans le contexte de remises en question radicales de la valeur des sciences de l’esprit (Geisteswissenschaften) par rapport aux sciences de la nature et, par conséquent, de la place des études classiques dans l’enseignement, cet article représente un essai pour redéfinir, sur la base d’une étude historique, la place, les méthodes et le sens de la philologie dans le champ scientifique et plus largement, dans la société allemande et dans la culture européenne2. Usener y définit la philologie non comme une science en elle-même, mais comme une méthode, ou plus précisément comme la méthode des sciences historiques, celle qui fonde leur scientificité, de même que les mathématiques sont au fondement scientifique des sciences de la nature. Dans cette mesure, et même si « seule la philologie classique est parvenue à cultiver toute l’étendue de son domaine historique », cette méthode a vocation à s’appliquer à d’autres domaines (études bibliques, études médiévales, histoire du droit), dont elle seule peut garantir la rigueur scientifique.

  • 3  Pour une présentation de Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, on peut consulter Robert L. Fowler, « (...)
  • 4  Voir en particulier Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, « Der griechische Unterricht auf dem Gymna (...)

16Si les années 1880-1900 avaient été marquées par un vaste débat sur les sciences humaines et sur la domination du lycée classique, qui perdit finalement son monopole en Prusse par un décret de 1900, c’est une remise en question radicale des fondements de la civilisation européenne qui se développa dans les deux décennies suivantes, exacerbée par le traumatisme de la Première Guerre Mondiale. L’article d’Ulrich Wilamowitz-Moellendorff dont nous donnons ici une traduction s’inscrit dans ce contexte et réagit même explicitement au célèbre ouvrage d’Oswald Spengler sur Le déclin de l’Occident. Il s’adresse à un public large et pose la question de la place de l’Antiquité classique dans la culture européenne, et surtout en Allemagne, depuis la fin de l’époque romaine. En 1921, date de rédaction de cet article, Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff (1848-1931) était un philologue reconnu en Allemagne et à l’étranger comme l’un des maîtres de sa discipline3. Son choix de se vouer à l’aristocratie de l’esprit plutôt qu’à une carrière s’accordant mieux à l’aristocratie de sa naissance lui avait valu, après des études à Bonn et une brève période d’enseignement à Greifswald (1873) puis à Göttingen (1883), une chaire à l’université et un siège à l’Académie des Sciences de Berlin. Par ses monographies sur la littérature grecque, par ses vastes synthèses sur la culture, la religion, la philosophie et la littérature des Grecs et par son enseignement, Wilamowitz avait acquis célébrité et influence. Ce patriote conservateur qui avait combattu pendant la guerre de 1870 et encouragé les visées annexionnistes de la Prusse n’avait que mépris pour le régime démocratique de la République de Weimar – sans se tourner pour autant vers l’antisémitisme. Animé par une grande admiration esthétique pour l’Antiquité grecque, il s’efforçait, contre le morcellement de sa discipline en spécialités restreintes, de pratiquer et de diffuser une science de l’Antiquité totale et intégratrice. Dans le débat sur la réforme du système d’enseignement allemand, il s’était prononcé fermement pour le maintien du lycée classique et avait publié dans les années 1900 des articles dont certains annoncent celui que nous présentons ici4, parcours à vol d’oiseau de l’histoire culturelle européenne qui lui donne l’occasion de préciser sa conception de sa discipline et d’énoncer des idées qui lui tiennent à cœur, comme l’appartenance des Écritures Saintes à l’Antiquité ou sa vision critique du néoclassicisme fondé sur l’impératif de l’imitation des Grecs.

17Tout en prônant une conception large de la science de l’Antiquité, Wilamowitz donnait la priorité à l’étude et à l’édition des textes. C’est également ce qui caractérise le travail de son ami et collègue à l’université de Berlin Hermann Diels (1848-1922), qui avait rédigé sa thèse sur Galien sous la direction de Hermann Usener. L’œuvre majeure de Diels est la fondation de la doxographie sous sa forme moderne à partir d’une méthode où l’on retrouve la démarche généalogique d’un Lachmann, puisqu’il s’agit de lire les auteurs antiques pour remonter progressivement aux sources les plus anciennes. De même qu’Usener comparait philologie et mathématiques, de même Diels adopte la méthode stemmatique et la présentation des textes en tableaux synoptiques comme les techniques d’une science exacte. Ses travaux sur les opinions des philosophes antiques ont abouti à la création de la notion problématique, mais promise à une longue postérité, de « présocratiques » et à la définition de principes de classement des fragments – aujourd’hui remis en question – qui ont fourni des bases de travail aux philosophes et marqué ainsi de leur empreinte en particulier la pensée de Nietzsche et de Heidegger (Lucia Saudelli).

18Les débats de l’entre-deux-guerres dont Wilamowitz se fait écho dans son article de 1921 débouchent sur la recherche de méthodes pour remédier à la crise constatée. Le mouvement du Troisième humanisme de Werner Jaeger (1888-1961) se présente comme une tentative de régénération d’une époque « fatiguée de culture » dont les « valeurs » traditionnelles s’effritent. Refusant le postulat néoclassique d’une exemplarité de la culture grecque considérée comme un modèle esthétique intemporel et critiquant l’historicisme pour son incapacité à relier le passé au présent et à mettre la science au service de la « vie », l’auteur de Paideia cherche une nouvelle voie pour un humanisme qu’il veut aussi politique. L’étude de l’Antiquité sert la recherche de « valeurs » permanentes et le philologue se voit assigner le rôle de « passeur » d’une tradition qui révèle la « présence » vivante et permanente de l’Antiquité. En définitive, le programme du Troisième humanisme paraît bien succomber au classicisme qu’il rejetait, et la notion de « paideia », servir à sauver l’idée de Bildung au prix d’un manque de rigueur historienne (Anthony Andurand).

19L’histoire de la philologie en Allemagne (et plus généralement en Europe centrale) peut être décrite comme la cassure d’un continent humaniste où études antiques, orientales et bibliques coexistèrent jusque dans les années 1740, regroupées dans la même faculté de théologie. L’action conjuguée d’un schisme religieux, de la philosophie des Lumières, de l’accroissement des informations sur les langues et les cultures et de facteurs commerciaux et politiques provoqua au cours du XVIIIesiècle une division qui s’approfondit avec la définition par des hommes comme F.A. Wolf ou G. Hermann de nouvelles normes scientifiques nécessitant une spécialisation et un nouveau rapport à la religiosité. Des tentatives pour mettre en évidence des formes d’échanges entre cultures orientales et grecques comme celles de F. Creuzer ou de J. Bernays furent souvent de courte durée ou marginalisées, lorsqu’elles ne provoquèrent pas des débats houleux. La formation d’une philologie sécularisée excluant l’Orient trouva un appui décisif dans la création d’institutions publiques d’éducation qui donnèrent des débouchés professionnels aux philologues et conduisirent à la formation d’une classe sociale définie par son rapport à la Bildung, marginalisant ainsi les études orientales jusqu’à ce qu’à la fin du XIXesiècle, les orientalistes s’efforcent de reconfigurer le paysage scientifique à l’avantage de leurs disciplines (Suzanne Marchand). Les deux dernières décennies du XIXesiècle et les premières du XXe voient la remise en cause de la prédominance d’une science reine qui pourtant dans le même temps donne des résultats concrets et féconde d’autres disciplines. Les réponses apportées par des personnes comme Usener, Wilamowitz ou Jaeger soulignent encore une fois que l’histoire de la philologie allemande au XIXesiècle est celle de la recherche et de l’affirmation de paradigmes et de modèles d’action pour le présent : modèles scientifiques applicables au-delà de la science de l’Antiquité, modèles esthétiques et politiques créant des liens entre le passé et le présent.

Haut de page

Notes

1  Sur Hermann Usener, voir Michel Espagne, Pascale Rabault-Feuerhahn (éd.), Metamorphosen der Philologie. Hermann Usener und seine Folgen, Wiesbaden, Harrassowitz, 2011, et les références bibliographiques données dans l’introduction, p.7-16 (à paraître).

2  Sur cette question, on peut consulter Manfred Landfester, Humanismus und Gesellschaft im 19. Jahrhundert. Untersuchungen zur politischen und gesellschaftlichen Bedeutung der humanistischen Bildung in Deutschland, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1988 ; Stefan Rebenich, « Historismus », in : Der Neue Pauly 14, 2000, p.469–485 (et la bibliographie) ; Stefan Rebenich, « Philologie und Geschichtswissenschaft. Hermann Usener und Theodor Mommsen », in : Michel Espagne, Pascale Rabault-Feuerhahn (éd.), op.cit., p.89-105.

3  Pour une présentation de Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, on peut consulter Robert L. Fowler, « Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff », in : Wiliam M. Calder, Ward W. Briggs (éd.), Classical Scholarship.A Biographical Encyclopedia, New York, Londres, Garland Publishing, 1990, p.489-522 ; Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff Bibliography 1867-1990, Hildesheim, 1991.

4  Voir en particulier Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, « Der griechische Unterricht auf dem Gymnasium (1901) », « Der Unterricht im Griechischen (1902) » et « Offener Brief an J. Bidez (1901) », in : Kleine Schriften, éd. Wolfgang Buchwald, t. 6, Berlin, Amsterdam, Akademie-Verlag, Adolf M. Hakkert, 1972, p.77-119.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Espagne et Sandrine Maufroy, « Présentation », Revue germanique internationale, 14 | 2011, 5-14.

Référence électronique

Michel Espagne et Sandrine Maufroy, « Présentation », Revue germanique internationale [En ligne], 14 | 2011, mis en ligne le 24 octobre 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/1271 ; DOI : 10.4000/rgi.1271

Haut de page

Auteurs

Michel Espagne

Articles du même auteur

Sandrine Maufroy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org