Navigation – Plan du site

Friedrich Gottlieb Welcker à Bonn.
De la Bildung à l’histoire des religions

Michel Espagne
p. 41-54

Résumés

Friedrich Gottlieb Welcker a été de 1819 à sa mort (1868) le principal représentant des sciences de l’Antiquité à l’Université de Bonn. Disciple de Zoëga et fondateur du musée universitaire de Bonn, il s’intéressa autant à l’archéologie qu’à la philologie. Ses œuvres principales portent sur les trilogies dramatiques, sur les cycles tardifs et sur la théorie des dieux grecs (Götterlehre). La présente contribution éclaire les principaux moments de son évolution, le contexte de son enseignement et l’insertion de son œuvre dans une histoire de la philologie allemande.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Reinhard Kekulé, Das Leben Friedrich Gottlieb Welckers, 2vol., Leipzig, Teubner, 1880. Outre la bi (...)

1Le projet des sciences de l’Antiquité élaboré par Friedrich August Wolf exigeait d’être mis en pratique. C’est certainement à l’université de Bonn, fondée en 1819, que durant tout le XIXesiècle cette mise en œuvre fut conduite avec le plus d’opiniâtreté, et au rang des principaux artisans figure certainement Friedrich Gottlieb Welcker (1784-1868). Héritier tant de Wilhelm von Humboldt que de l’archéologue Jörgen Zoëga il réussit à maintenir ensemble l’exploration de l’Antiquité à travers les textes et à travers les traces matérielles, essentiellement les œuvres d’art. Si Hermann Usener a repris le flambeau de la recherche proprement philologique, Reinhard Kekulé von Stradonitz1, qui écrivit la principale biographie de Welcker et enseignait lui-même l’archéologie à Bonn, illustre sa postérité sur l’autre versant de ses recherches. Observer son parcours c’est aussi analyser les spécificités de l’université de Bonn où il enseigna pendant une quarantaine d’années. Les travaux de Welcker qui fut à la fois un érudit prolifique, un organisateur d’institutions, et l’inspirateur d’une génération sont des innovations dans plusieurs domaines. Mais ils sont surtout révélateurs des objets, méthodes et enjeux d’une discipline, la philologie, dans l’espace académique allemand du XIXesiècle.

La carrière d’un philologue

  • 2  Lettre de Humboldt à Welcker du 6 novembre 1821. Wilhelm von Humboldt, Briefe an F.G. Welcker, éd. (...)
  • 3  Lettre de Humboldt du 10 février 1826, ibid., p.134.

2Friedrich Gottlieb Welcker représente une sorte de trait d’union entre d’une part la génération des fondateurs de la philologie en Allemagne, ou du moins les figures qui lui donnèrent son rôle central dans la nouvelle Université allemande, Wilhelm von Humboldt et son maître Friedrich August Wolf, et d’autre part la génération des philologues les plus marquants de la fin du XIXesiècle Usener, Friedrich Wilhelm Ritschl ou même Nietzsche. On peut dire d’une certaine manière que les décennies passées par Welcker à enseigner la philologie à Bonn, de 1819 à 1861, correspondent à la mise en application du programme des philologues du début du siècle. Welcker a été précepteur dans la famille de Wilhelm von Humboldt à Rome entre 1806 et 1808. Un lien entre les deux hommes s’est alors noué et a donné lieu à des échanges de correspondance. Lorsqu’en 1814 Welcker annonce par exemple un voyage dans le Nord, Humboldt le prie de lui communiquer les nouveautés de la philologie scandinave. Il tient le jeune helléniste au courant de ses propres réflexions sur les caractéristiques des langues et leur hiérarchie, ainsi dans une lettre du 6 novembre 1821 sur les langues américaines : « Car à ce que je peux voir il apparaîtra que les langues [américaines] n’ont pas encore atteint le niveau de formation grammaticale qui leur permettrait de véhiculer une pensée formelle, aussi riches qu’elles puissent être en expressions et même en formes pour les matériaux de la pensée, même lorsqu’elle touche à des objets intellectuels. Sont aptes à véhiculer la pensée formelle, si l’on remonte des langues les plus élaborées aux plus originelles, d’abord le sanscrit d’où dérivent toutes les formes grammaticales des langues classiques et de nos langues. Mais entre le sanscrit et le grec il semble y avoir à nouveau un fossé. Car je considère que le sanscrit n’est pas apte à un usage achevé des idées »2. Humboldt confie à Welcker les étapes de son apprentissage du chinois et lui annonce une publication sur le japonais à venir dans le Journal asiatique. Ses incursions dans les langues les plus diverses le ramènent toutefois à la conviction première d’une supériorité du grec3. Proche de Humboldt, Welcker avait aussi rencontré Friedrich August Wolf à l’automne 1805 à Iéna et avait été impressionné par ce maître de Humboldt qu’il avait écouté parler du Nouveau Testament et d’Homère.

  • 4 Zoëgas Leben. Sammlung seiner Briefe und Beurtheilung seines Werks durch Friedrich Gottlieb Welcker (...)
  • 5 Ibid., I, p.354.

3Après Humboldt une source d’inspiration particulièrement importante pour Welcker fut Zoëga dont il publia, après un voyage à Copenhague destiné à rassembler des matériaux, une biographie intellectuelle en deux volumes4 au moment même où il entamait son enseignement à l’université de Bonn. Welcker relate la formation à l’université de Göttingen de ce premier archéologue qui suivit notamment l’enseignement de Heyne avant de partir pour l’Italie. Il se fait l’écho de son enthousiasme pour l’architecture des palais vénitiens ou de sa perception de Rome comme d’un lieu où les pierres, la stratification des ruines portent témoignage sur le passé des hommes. Il y a une dimension politique dans cette référence à l’Italie. Par exemple Venise : « C’est une chose magnifique que les mots d’État, de République que nous ne connaissons pas dans nos empires despotiques et qui, même s’ils ne sont rien en eux-mêmes, provoquent une certaine atmosphère dans laquelle les hommes qui se languissent de la liberté se sentent bien. »5. Mais surtout Welcker s’attache à présenter le contenu et la genèse des travaux archéologiques de Zoëga, de ce qu’il a écrit sur les monnaies égyptiennes ou sur les obélisques. Évoquant souvent Zoëga dans ses lettres de Rome adressées à sa famille, il traduisit en allemand dès 1811 son livre Li Bassi rilievi antichi di Roma. Zoëga qui en 1802 préféra rester en Italie plutôt que d’occuper la chaire qu’on lui offrait à Kiel, contribua à codifier les principes de base de l’archéologie comme science.

4Pour Zoëga les témoignages de la vie antique sont tout autant des objets, des éléments architecturaux, des monnaies que des textes. Cet élargissement de l’attention qui caractérise l’archéologie naissante marque profondément la perception qu’a Welcker lui-même de l’Antiquité. Durant toute la période de son enseignement à Bonn il réussit à maintenir cette unité fondamentale des sciences de l’Antiquité.

  • 6  Paola Ceccarelli, Friedrich Gottlieb Welcker e l’antiqua napoletana, San Severo, Gerni editori, 20 (...)

5Il est caractéristique que le principal biographe de Welcker ait été Reinhard Kekulé von Stradonitz, lui-même professeur d’archéologie à l’université de Bonn et spécialiste de statuaire grecque. Une filiation soulignée par la rédaction de biographies s’établit de Zoëga à Welcker, de Welcker à Kekulé von Stradonitz. Ce dernier évoque l’enfance de Welcker, né d’un pasteur de Hesse, ses études à Gießen et sa thèse sur Homère. Il décrit son premier séjour à Rome et la rencontre avec le sculpteur danois Thorwaldsen. Puis viennent les années d’enseignement à Gießen d’abord. Avec des étudiants de l’université il avait pris part aux Guerres de libération contre Napoléon, puis à partir de 1816 il enseigna à Göttingen tout à la fois l’archéologie, l’histoire littéraire et la mythologie. ÀBonn à partir de 1819 il va cumuler les fonctions de professeur, de bibliothécaire en chef et de directeur du Musée. Il faudrait au demeurant ajouter à partir de 1831 son rôle de rédacteur du Rheinisches Museum, où il succède à B.G. Niebuhr, Christian August Brandis et August Böckh. Àla vérité il fait partie des artisans de cette nouvelle université à laquelle il va donner sa forme propre. Il participe aux modes de sociabilité d’un milieu complexe où il rencontrera au fil des années August Wilhelm Schlegel, l’aristotélicien Brandis, le premier titulaire d’une chaire d’histoire de l’art Anton Springer, l’historien Friedrich Christoph Dahlmann qui avait refusé de prêter serment au roi de Hanovre et avait été chassé de Göttingen, Ritschl, le latiniste maître de Nietzsche. Fréquenta-t-il aussi Friedrich Diez, le fondateur de la romanistique ou le poète et quarante-huitard Gottfried Kinkel ? Toujours est-il que l’université de Bonn a été un lieu de rencontres nombreuses avec une part essentielle des représentants des sciences humaines du XIXesiècle. Cette densité de contacts n’empêcha pas Welcker de voyager. Àl’automne 1827 il va à Paris et y fait la connaissance de Guizot, de Claude Fauriel et de Silvestre de Sacy, discute longuement avec Victor Cousin. Il revient à Paris en 1850. Ses voyages à Berlin de 1839 et 1849, à Munich en 1840, ses hivers à Rome (1845-1846 et 1852-1853) sont autant de césures dans l’écoulement du temps. Welcker est une figure européenne et sa correspondance conservée à Bonn regroupe près de cent lettres d’érudits italiens parmi lesquels les antiquaires napolitains Agostino Gervasio et Giulio Minervini. N’a-t-il pas été dès 1829 membre fondateur de l’Institut de correspondance archéologique de Rome ?6 Welcker dont le frère Carl Theodor Welcker, professeur de droit et homme politique libéral, a publié avec Karl von Rotteck un célèbre Staatslexikon fut brièvement inquiété à Bonn pour ses opinions libérales.

6Affaibli et presque aveugle il a recours aux services d’un secrétaire pour écrire et lire à partir de 1862. Son œuvre principale la Götterlehre, publiée en trois volumes entre 1857 et 1863 est une œuvre de vieillesse que le biographe Kekulé von Stradonitz appréciait assez peu car il y voyait les survivances d’une langue trop marquée par les obscurités des années 1800. Et sans doute les développements de Welcker sur les dieux, accordant une place centrale au culte presque monothéiste de Zeus, s’étaient-ils trop écartés pour Kekulé des intérêts archéologiques du disciple de Zoëga.

  • 7  Friedrich Gottlieb Welcker, Tagebuch einer griechischer Reise, 2vol., Berlin, Wilhelm Herz, 1865.
  • 8 Ibid., I, p.178.

7Le principal voyage de Welcker fut celui qu’il accomplit en Grèce de 1841 à 1843, alors qu’il avait déjà 57ans. Vingt ans plus tard il publia en deux volumes le journal complet de ce voyage7. La première étape avait été Paris où il rencontra non seulement Cousin et Guizot mais aussi l’archéologue Raoul-Rochette, l’helléniste Lebas et l’ambassadeur grec, le général Koletti. Par Lyon, Marseille, Gênes, il gagna Rome puis par Ancône, Raguse, Corfou et Patras, finit par atteindre Athènes. Il y resta des mois interrompus par des randonnées à travers la Grèce. Il y cultiva les relations avec l’ambassadeur et orientaliste autrichien Anton Prokesch von Osten, avec le conservateur des Antiquités Kyriakos Pittakis. Deux érudits allemands établis en Grèce, Ludwig Ross et Heinrich N. Ulrichs, l’ont aidé dans ses explorations du pays. Parvenu sur le site de Marathon où se trouve un tumulus, Welcker s’interroge en archéologue sur la disposition exacte des troupes en présence et sur la stratégie des Perses dans leur marche vers Athènes. C’est encore un regard d’archéologue qu’il porte sur les colonnes du cap Sounion, et pour préparer un voyage dans le Péloponnèse il se plonge dans la lecture de Pausanias. Son passage à Mycènes, alors encore mal connue, suscite des réminiscences littéraires : « Car rarement quelque chose m’a autant surpris que ce tableau, et dès le premier instant j’ai fait un grand nombre de découvertes significatives. Ce qui à travers la poésie et l’interprétation des mythes restait indéfini, onirique, saute ici aux yeux avec une immense positivité– le caractère violent des descendants de Pélops, l’esprit belliqueux, à l’appareil gigantesque, d’une époque et d’une race »8. Welcker a parcouru la côte d’Asie Mineure. Il est passé à Péra et décrit longuement les rituels auxquels s’adonnent les derviches tourneurs. Il lui arrive d’être déçu, par exemple par la ville de Smyrne, aux maisons basses : elle ne monte guère sur les flancs de la montagne et on ne voit pas vraiment de coupoles ou de minarets. Mais il adopte le plus souvent la perspective de l’archéologue pour qui le diamètre des fûts de colonnes et la nature exacte des chapiteaux sont de la plus grande importance dans la présentation d’un site.

Trilogies et épopées

  • 9  Stefan L. Radt, « Welcker und die verlorene Tragödie », in : Friedrich Gottlieb Welcker, Werk und (...)
  • 10  Friedrich Gottlieb Welcker, Die Aeschylische Trilogie Prometheus und die Kabirenweihe zu Lemnos, D (...)
  • 11  Ibid., p.68.
  • 12  Ibid., p.86.
  • 13  Rappelons que Welcker a publié en 1865 une édition de la Théogonie accompagnée d’un essai sur la p (...)
  • 14  Friedrich Gottlieb Welcker, Die Aeschylische Trilogie, p.111.
  • 15  Friedrich Gottlieb Welcker, Nachtrag zu der Schrift über die Aeschylische Trilogie nebst einer Abh (...)

8Parmi les travaux proprement philologiques de Welcker, deux domaines, celui des trilogies tragiques et celui des cycles épiques, ont retenu plus particulièrement l’attention des historiens de la discipline. Welcker s’est intéressé de près à la structure du théâtre d’Eschyle et a développé l’idée selon laquelle ses tragédies avaient une structure ternaire, chaque pièce représentant un moment d’une action englobante9. Contre Gottfried Hermann, pour lequel les trilogies d’Eschyle n’avaient pas de lien essentiel, Welcker insiste sur le schéma d’une complémentarité. Son point de départ est un ouvrage paru en 1824 et consacré au Prométhée10. Dans ce travail il distingue trois phases du devenir de Prométhée : il y a d’abord celui qui donne le feu aux hommes. Ensuite vient le Prométhée enchaîné, la troisième phase étant celle du Prométhée libéré. « Prométhée est pour ainsi dire l’entendement originel opposé à la nature et à la nécessité, le principe spirituel avec tout ce qu’il a de bienfaisant et d’agonistique pour les hommes, une image de leurs actes et de leurs souffrances. Va et agis, dit-il, en tant que formateur d’hommes, à sa créature […] Un côté est contenu dans le premier Prométhée, la contradiction dans le second, la résolution et la médiation comme perspective fondamentale sur la destination de l’homme dont se réclame le grand philosophe poète est contenue dans le troisième Prométhée »11. Le Prométhée serait une représentation de la relation de l’entendement humain au reste de la nature humaine. Prométhée n’a pas seulement apporté aux hommes des arts émollients, mais le feu céleste qui peut être une source de destruction quand il est simplement dérobé sans marque de soumission aux dieux. Cette humilité, cette manière de composer avec le divin, de reconnaître les limites humaines permettra aux hommes, dans la troisième pièce, de garder le feu. « De la sorte la grandeur de la nature humaine est aussi célébrée et l’audacieuse révolte de l’esprit et de la liberté, une fois que ses limites éternelles ont été tracées, reçoit aussi son dû »12. Eschyle ne remettrait pas en question les dieux dans leur ensemble, mais une religion populaire dépeinte dans la Théogonie d’Hésiode13. Le Prométhée serait un plaidoyer contre le Zeus d’Hésiode : « Des auditeurs qui connaissaient tout ce contexte et étaient à l’avance familiers du caractère et de l’orientation d’Eschyle devaient facilement reconnaître dans ce Zeus non le dieu suprême mais la figure poétique de la Théogonie présentée pour le bien d’une poésie allégorique ou avec aussi une intention annexe satirique, davantage que ne l’exigeait même le plan de l’ancienne pièce »14. La trilogie ne serait pas un récit continu ni une juxtaposition mais un rythme atteignant son intensité maximale dans la partie médiane, le compromis avec les obligations morales et religieuses intervenant seulement dans la dernière partie. Une clef pour l’interprétation de la religion du feu que Welcker voit à la base de la trilogie ainsi reconstruite tient à son exploration de rituels religieux, propres à l’île de Lemnos. Les mystères des Kabires et du dieu mourant aident à la reconstruction de tragédies perdues et à la rationalisation d’un mythe. Welcker est revenu sur sa conception de la tragédie grecque dans deux autres écrits, un Complément à l’écrit sur la trilogie d’Eschyle (1826)15 et un ouvrage sur La tragédie grecque (1839-1841). Dans ce dernier volumineux travail sur les Tragiques, le fil directeur reste la question de leur relation aux cycles épiques appliquée cette fois moins à Eschyle qu’à Sophocle et Euripide ainsi qu’aux dramaturges oubliés qui précèdent l’époque d’Alexandre ou la suivent. Les drames des auteurs perdus longuement énumérés dans le troisième volume semblent en effet, autant qu’un titre conservé permet de le dire, se rapporter majoritairement aux cycles épiques et plus particulièrement au cycle troyen.

9Suivant le modèle du Prométhée, Welcker a ainsi reconstruit les trilogies disparues du théâtre d’Eschyle. Ces constructions reposent sur une interprétation de la religion et de la mythologie grecque. Il faut passer par l’analyse d’Hésiode pour accéder à l’horizon d’attente des contemporains d’Eschyle et reconstruire, au-delà des fragments transmis, le sens de ses pièces dans le contexte intellectuel grec. Il est frappant de voir que Welcker, pour expliquer le mythe de Prométhée, a aussi recours à la tradition hébraïque.

  • 16  Friedrich Gottlieb Welcker, Der epische Cyclus oder die homerischen Dichter, Bonn, Eduard Weber, 1 (...)
  • 17  Ibid., t.1, 2e édition, 1865, p.309.
  • 18  Ibid., t. 1, 2e édition, 1865, p.315.

10La reconstruction des tragédies grecques comme une part des interprétations de l’art grec repose sur une clef que le philologue Welcker s’est particulièrement attaché à utiliser : la clef des cycles épiques16. L’Iliade et l’Odyssée ne sont pas en effet pour Welcker des œuvres closes, mais le point de départ d’autres récits possibles. L’attachement du public pour les héros homériques invitait à s’informer de leur destin avant ou après les épisodes de l’Iliade. Une curiosité quasi anthropologique le poussait à s’intéresser aux figures secondaires. La constitution de cycles qui peuvent tout à la fois être conçus comme des entités autonomes et comme des branches latérales d’autres épopées livre des schémas explicatifs pour le théâtre, pour la littérature épique elle-même et pour l’exploitation artistique qui en a été faite. Les épopées perdues complétant l’Iliade et l’Odyssée peuvent au demeurant avoir été aussi les racines d’un arbre dont elles apparaissent à première vue comme les branches. La relation de l’Iliade avec l’Odyssée elle-même, qui sur bien des plans complète la première épopée, relève de cette dynamique des cycles que Welcker s’est attaché à décrypter dans deux volumes publiés en 1835 et 1849. Si l’Odyssée reprend et résume des moments de l’Iliade, on peut aussi y trouver les traces d’une Orestie : « Dans aucun autre cycle de poésies l’élément cyclique ne s’est manifesté et affirmé de façon si claire et féconde, n’a exprimé des effets plus forts et en même temps plus harmonieux que dans les cycles concernant la guerre de Troie en partie éloignés les uns des autres par plusieurs générations. L’Iliade et l’Odyssée n’ont pas été les premières à susciter cette tendance cyclique ; mais elles sont au milieu d’une dynamique qu’elles poursuivent et dominent puissamment »17. Le cycle de Dietrich ou du roi Artus ne sont pas différents dans leur structure de ce que Welcker considère comme un socle de la littérature grecque dans ses divers genres. Le cycle thébain, les Chants Cypriens, qui précédaient le récit de l’Iliade, la Télégonie qui clôturait l’Odyssée, l’Éthiopique qui suivait l’Iliade et a été attribuée à Arktinos de Milet, l’Iliupersis ou histoire du sac de la ville de Troie, le cycle des Retours suivant le sac de Troie, tous ces cycles, dont il ne reste en général que quelques fragments, délimitent un espace littéraire qui est en même temps un espace d’interprétations croisées des mythes. Si Nestor est si âgé dans l’Odyssée, c’est qu’il était déjà une figure centrale des Chants Pyliens, illustrant les combats d’Héraclès et associant deux strates mythiques. Une figure comme celle du devin Tirésias apparaît dans l’Odyssée mais aussi dans le cycle thébain, dans la geste d’Œdipe. Elle fait partie de ces personnages mythiques à la jonction de plusieurs cycles. Ces rencontres font que les cycles, en dépit de leur cohérence interne, doivent être analysés comme les éléments d’ensembles plus vastes auxquels Welcker intègre volontiers le théâtre : « Avec la translation du mythe la tendance profonde du cycle est aussi entièrement passée dans la tragédie »18. Welcker y voit même une structuration possible de la rhétorique et de la langue poétique, donc un cadre interprétatif très large pour aborder l’histoire culturelle de la Grèce. Le défaut de l’histoire littéraire aurait pu consister à trop cloisonner ce qui devait apparaître comme un développement continu. Il y aurait même là, et Welcker n’hésite pas à franchir le pas, une légitimation des interpolations qu’on rencontre dans les poèmes antiques. Des vers ajoutés pouvaient souligner les liens entre les cycles et, parallèlement à la revendication d’homogénéité des cycles épiques, mettre en évidence leur autre dimension, celle de l’imbrication. Si Homère a pu être compris comme un sujet collectif, Welcker, en disciple de Wolf, met en évidence un autre type de collectif, le milieu des auteurs considérés comme posthomériques qui complétèrent selon diverses dimensions l’Iliade et l’Odyssée. Il apparaît en tous cas qu’avec le traitement par Welcker des tragédies d’Eschyle ou des cycles épiques, la philologie se situe au-delà d’une simple restitution de la tradition textuelle la plus exacte et s’est engagée sur la voie d’une science des mythes et des religions.

La Götterlehre

11Welcker demeure dans l’histoire intellectuelle du XIXesiècle avant tout comme l’auteur d’un des grands travaux sur les dieux grecs. Il est à ce titre l’héritier de la Symbolique de Creuzer et l’annonciateur du traité de Hermann Usener sur les noms des dieux. Il s’agit d’une œuvre tardive, publiée de 1857 à 1863, et du bilan de quarante ans de recherches et de cours sur la relation aux dieux dans les textes antiques. Cet ouvrage en trois tomes est long (environ 2000 pages) et compact. Il est rédigé dans une langue dont Reinhard Kekulé observe que la limpidité n’est pas la qualité première. Il est vrai que Welcker a pu, avec sa dernière grande contribution aux études grecques, décevoir les élèves qu’il avait lui-même entraînés sur les voies de l’archéologie. Pourtant ce dernier travail, dont le premier tome paraît dans la 73eannée de Welcker, ne correspond pas à une réduction des sciences de l’Antiquité aux textes, mais plutôt à la découverte d’un domaine à l’arrière-plan de la philologie et de l’archéologie, celui de l’anthropologie religieuse. On doit penser aux travaux d’Edward Tylor dans la Civilisation primitive (1873-1874) et de James George Frazer dans Le rameau d’or (1911-1915). Cette spécificité explique sans doute les ambitions systémiques d’un travail qui se conçoit comme une réflexion tout à fait théorique, abandonnant parfois l’analyse des matériaux pour se risquer dans un espace de la spéculation, voire d’une imagination enflammée. Il aurait été affecté d’un défaut déjà reproché à Creuzer, une tendance à élaborer des constructions de nature théologique.

  • 19  Friedrich Gottlieb Welcker, Griechische Götterlehre, I, Göttingen, Dieterich, 1857, p.VII-VIII.

12Dès l’introduction du premier volume, Welcker insiste sur la nécessité d’étudier les dieux à partir des cultes et des rites auxquels ils donnent lieu : « Ils sont beaucoup trop riches, spécifiques et divers pour ne pas devoir être traités dans leur contexte propre et complet comme toute partie significative, développée d’après ses propres impulsions et conditions, de la riche vie antique »19. Il se réclame en introduction de la littérature existante sur les dieux grecs et notamment de Creuzer, mais il met l’accent sur l’interprétation élargie qu’en a apportée le traducteur et commentateur Joseph Daniel Guigniaut présenté comme un « ami de longue date ». Pour Welcker, qui souligne les progrès de la linguistique comparée, la reconstruction de la mythologie grecque implique une investigation comparatiste qui inclurait la mythologie d’autres peuples. Les mythes doivent être appréhendés à partir de parallélismes ethniques.

  • 20 Ibid., p 511.

13Il est vrai que Welcker, qui insiste sur l’existence d’un premier moteur, rappelle qu’Héra a pu être assimilée à l’élément de l’air, et tend à inscrire un monothéisme en filigrane de la mythologie grecque. C’est ce qui explique l’importance singulière accordée à la figure de Zeus : « La victoire de Zeus sur les dieux naturels était décidée quand Apollon et Artémis existaient comme ses enfants et que ce qu’ils avaient été et continuaient souvent à être aux yeux du peuple était attribué sous le savant nom de puissances, principes, forces errantes à un monde primitif et fabuleux de la théogonie »20.

14Un élément de méthode tient à l’usage des noms ou plutôt des attributs divins. Ces noms révèlent des connaissances issues des époques qui ignoraient encore tout des définitions et des traités religieux. L’interprétation exacte des noms divins comme porteurs de témoignage sur la réalité sociale et les représentations théologiques des locuteurs fait partie de la tâche que s’est fixée Welcker.

15D’un point de vue chronologique l’ouvrage n’accorde pas de place excessive aux origines, aux dieux homériques considérés comme relevant d’une époque où les représentations religieuses n’avaient pas encore atteint leur pleine maturité. Homère ne s’intéresse guère aux interprétations théologiques, et l’action de l’épopée est plutôt conduite par le destin des héros. Ce sont plutôt les dieux de l’époque classique, ceux qu’il avait l’habitude de fréquenter dans ses recherches sur le théâtre qui occupent aux yeux de Welcker une place centrale. Ensuite s’engage une période de décadence.

  • 21 Ibid., p.647.

16Il accorde une attention particulière à Dionysos en raison même des contradictions qui le traversent, puisqu’on peut le considérer tantôt comme un dieu du déchaînement orgiaque tantôt comme un Dieu chthonien et mystique. Le Dionysos thébain ou Dionysos dithyrambos est le fils de Sémélé, le petit fils de Cadmos. Mais il est aussi le dieu issu de la ville de Nysa en Thrace ou en Égypte. Il est encore l’époux d’Ariane qu’il entraîne avec lui sur l’île de Lemnos. Il est le dieu des spectacles de théâtre. Il incarne parfois le printemps et est souvent représenté sous la forme d’un taureau. C’est le dieu des fleurs et du vin qu’il mélange, d’où l’épithète de Kresios qu’on lui accorderait à Argos. Il semble avoir été confondu en certains lieux comme à Delphes avec Apollon. Partageant avec Héraclès une identité mixte entre la race des héros et celle des dieux il tend d’autant plus à s’en rapprocher que tous deux ont des racines thébaines. Dionysos est volontiers représenté sous la forme d’une colonne ou d’un pieu couvert de lierre. En Lydie Dionysos est barbu et porte un vêtement qui descend jusqu’aux pieds. Il est associé au lion dans un temple de Samos. Hérodote envisage un Dionysos égyptien, mais il y a eu aussi un Dionysos indien, proche du Dieu Shiva. La mort de Dionysos déchiré par les Ménades lui a valu les épithètes de Nyktelios et Isodètes. La mort du dieu précède toutefois une renaissance. Dionysos, auquel les Athéniens prêtaient une dimension de théologie naturelle, est perceptible dans le cadre des Mystères d’Eleusis. Welcker essaie de décrire les moments des fêtes en l’honneur de Dionysos et en revient à la présentation de rituels : « L’acte le plus solennel de toute la fête consistait en ce que l’épouse de l’archonte-roi, la reine, était mariée à Dionysos d’après l’usage si largement répandu de la représentation théâtrale des mythes lors des fêtes, parmi une assistance de quatorze femmes pures de tout contact avec les hommes et assermentées, nommées les vénérables (gerairai), auxquelles la contemplation du symbole sacré dans son écrin était permise »21. Quant aux représentations d’un Dionysos hermaphrodite, Welcker les attribue à une perversion du culte. Mélange d’enquête sur les épithètes fondée sur l’étude des textes et de considérations sur les rituels ou les représentations artistiques, l’approche du dieu Dionysos dans laquelle s’engage Welcker ignore les stratifications historiques. Tout se passe comme si Welcker tentait de cerner une réalité essentialiste de Dionysos à travers la pluralité de ses manifestations.

  • 22 Jahrbücher für Philologie, 1858, p.32-44.
  • 23  Friedrich Gottlieb Welcker, Griechische Götterlehre, III, Göttingen, Dieterich, 1862, p.XXXI.

17Le dernier volume de la Götterlehre, paru en 1863, est consacré aux démons et aux dieux de second plan. Il est surtout précédé d’une longue introduction assez largement consacrée à répondre à des reproches de son ami Ludwig Preller qui avait recensé le premier volume dans les Jahrbücher für Philologie22 et à une recension d’un autre philologue, son ami Konrad Schwenck. Il s’agit avant tout, pour Welcker, de se défendre contre le soupçon d’avoir voulu dégager un monothéisme primitif des Hellènes. Si le terme de monothéisme peut paraître simplificateur, Welcker n’insiste pas moins sur le fait que la plupart des peuples auraient eu une théorie du divin ramenée à des représentations matérielles pour répondre aux besoins du peuple de telle sorte que l’image aurait dissimulé le « Urgrund ». Au-delà de cette querelle, on doit observer que Welcker se réclame d’un modèle humboldtien. Après la découverte par Humboldt de la nature profonde du langage, il conviendrait désormais d’explorer une autre forme d’expression humaine : la croyance religieuse. La Götterlehre aurait donc répondu au besoin d’une anthropologie religieuse, les travaux préliminaires de l’anthropologue Theodor Waitz ayant, assure Welcker, garanti un préalable : l’unité fondamentale de l’espèce humaine. C’est encore de Humboldt que Welcker se réclame pour justifier qu’il n’analyse pas les phases successives d’émergence du sentiment religieux, une tâche aussi stérile que la recherche de l’émergence du langage, mais prenne la religion comme un système donné. En analogie avec la linguistique, Welcker veut avoir fourni les bases d’une anthropologie religieuse. Le lien avec la linguistique se reconnaît accessoirement au fait que Welcker propose comme méthode centrale l’étude des noms divins : « le système consistant à partir des noms dans la mythologie grecque, puisque ceux des grandes divinités, à quelques exceptions près, ou plus encore ceux des démons sont interprétables sans peine, a sur les techniques antérieures l’avantage qu’à partir des germes mis à jour les dérives et développements d’un sens fondamental se laissent mettre en évidence de façon plus déterminée, cohérente et claire »23. On se trouve ici au point d’articulation entre Humboldt et Usener, et la projection de catégories linguistiques sur les approches anthropologiques, surtout lorsqu’elles limitent la portée du devenir historique, a évidemment une longue postérité.

18Parmi les travaux préparatoires à cette œuvre bilan, il faut certainement évoquer les cinq volumes des Kleine Schriften qui paraissent de 1844 à 1867 et regroupent notamment des articles de Welcker extérieurs aux problématiques archéologiques. Le premier porte sur la littérature grecque, et notamment sur les poètes. On y trouve par exemple les recensions d’éditions de Sappho, Alcée, Stésichore. Le second traite toujours de la littérature grecque et met au centre Homère mais aussi la figure de Prodikos de Keos, considéré comme un prédécesseur de Socrate. Un troisième mêle les textes sur la médecine antique, sur l’épigraphie et l’histoire de l’art antique. Les deux derniers regroupent des articles sur l’ensemble des sujets intéressant Welcker dans la littérature et l’art grec. On y observe surtout l’étendue des curiosités de l’auteur, qui le conduisent à s’engager dans des débats concernant les domaines les plus divers. La philologie apparaît bien comme une science englobante conduisant aussi bien à l’histoire de l’art ou à la science des religions qu’à l’analyse de l’héritage littéraire, le tout sur l’arrière-plan d’une affirmation patriotique et de la conviction humboldtienne de la supériorité grecque.

Un milieu savant

19Welcker fut l’héritier d’une tradition pour laquelle une université consistait d’abord en une bibliothèque, enrichie de collections, l’enseignement se fondant sur cette documentation centrale et sur les exégèses auxquelles elle pouvait donner lieu. Le modèle latent restait celui de l’université de Göttingen, et Welcker reprenait à son compte la tradition de son bibliothécaire, l’helléniste Heyne. En moins de deux ans (d’octobre 1819 à mars 1821), la bibliothèque de Bonn passait de 30 000 à 44 000volumes dont la moitié provenait d’acquisitions dans des enchères et des ventes. Lorsqu’il cessa de s’occuper de la bibliothèque, 35ans plus tard, pour en confier la responsabilité au latiniste Ritschl, les collections comprenaient désormais 115 000volumes.

  • 24  Wolfgang Ehrhardt, Das Akademische Kunstmuseum der Universität Bonn, Opladen, Westdeutscher Verlag (...)
  • 25 Das akademische Kunstmuseum zu Bonn, von dem Vorsteher desselben, zweyte Ausgabe, Bonn, Weber, 2e é (...)

20La bibliothèque fut complétée dès 1819 par l’installation d’un musée académique ouvert deux fois par semaine, reprenant le modèle des collections d’œuvres antiques de Mannheim et de Göttingen et même le modèle plus lointain des collections de plâtres réunies à Dresde24. Il rassemblait des moulages en plâtre de marbres antiques qui tout à la fois illustraient les cours d’histoire de la littérature grecque et, en permettant le dessin d’après l’antique, confortaient l’enseignement de l’histoire de l’art et de l’archéologie. En même temps qu’il remettait la direction de la bibliothèque, en 1854, entre les mains de Ritschl, Welcker était remplacé à la direction du musée académique par l’archéologue Otto Jahn. Dès 1827 il avait pu publier un catalogue des collections du musée. Il insiste dans l’introduction sur le fait que les grands philologues du passé ont montré que la science de l’Antiquité incluait l’étude des arts plastiques et esquisse un programme d’étude des productions artistiques de l’Antiquité. Présentant les plâtres qu’il a collectés, il se réfère aux commentaires sur les originaux élaborés par Winckelmann, Raoul-Rochette ou même par des auteurs antiques. Il vise ainsi à intégrer l’objet d’art dans un commentaire philologique, à faire de l’objet d’art le complément naturel de l’étude des textes. Prenons l’exemple de la Junon Ludovisi : la Junon Ludovisi est peut-être parmi les œuvres de l’Antiquité celle à partir de laquelle on peut le plus profondément reconnaître ce qu’elle était capable de réaliser en matière de formation idéale des visages, « C’est comme un chant d’Homère » disait Goethe (XXVII, 244) ; –et « aucun de nos contemporains faisant face pour la première fois à la statue ne peut affirmer être à la hauteur de ce spectacle » (XXIX, 324). Seule l’arête du nez est complétée, quelques blessures à la joue droite et peut-être à l’œil gauche qui paraît un peu plus plat, sont sans inconvénient. Ce qu’invoque Winckelmann (V, 2, 7), la bouche autoritaire, le regard dominateur des grands yeux arrondis (de la Boôpis) ne suffisent pas à définir le caractère de cette statue »25. Le musée de Bonn servit à son tour de modèle pour d’autres universités allemandes.

  • 26 Alte Denkmäler erklärt von F.G. Welcker, I-V, Göttingen, Verlag der Dieterichschen Buchhandlung, 18 (...)

21Il faut mettre en relation directe avec le musée de Bonn la série de cinq ouvrages publiés de 1849 à 1864 sous le titre Alte Denkmäler26. Il s’agit ni plus ni moins de commentaires d’œuvres antiques relevant des arts plastiques. Le premier volume est consacré aux groupes et notamment aux frontons. Le second, qui commence par un article sur Zoëga, concerne les bas-reliefs. Puis viennent les vases peints, les peintures d’Herculanum et de Pompéi et finalement un dernier volume consacré indifféremment aux statues, aux bas-reliefs et aux vases peints. Il ne s’agit pas d’un texte suivi mais d’un recueil de contributions, le plus souvent parues ailleurs, où les descriptions à la manière de Winckelmann alternent avec des prises de position dans les débats archéologiques. On y discerne aisément les matériaux archéologiques qui permettront de nourrir les reconstructions d’histoire de la mythologie ou de la religion dans la Götterlehre. C’est une sorte de chantier ou plus exactement la part la plus archéologique du chantier de Welcker. Ces descriptions mettent en évidence la fonction d’un musée comme celui de Bonn et visent à légitimer l’approche descriptive dans l’histoire de l’art. Des gravures complètent d’ailleurs chacun des volumes.

  • 27  Reinhard Kekulé, Das Leben Friedrich Gottlieb Welckers , I, p.149.

22Reinhard Kekulé a rapporté assez précisément le contenu des cours de Welcker. ÀGöttingen son enseignement portait notamment sur l’archéologie et l’histoire de l’art dans l’Antiquité, sur l’histoire de la religion et de la mythologie chez les Grecs. Il parla de l’Iliade et de la poésie épique des grecs, aborda les antiquités allemandes, en particulier la Germanie de Tacite, traita des Euménides d’Eschyle, des Nuées et des Grenouilles d’Aristophane, dirigea un séminaire sur Theognis et Juvénal. C’est encore à Göttingen qu’il publia un commentaire des fragments d’Hipponax et Ananios (1817)27.

23Les enseignements abordés à Bonn, où les tout premiers collègues de Welcker furent les philologues Karl Friedrich Heinrich (1774-1838), éditeur d’Epiménide et d’Hésiode, élève de Heyne, et August Ferdinand Näke (1788-1838), spécialiste des Tragiques, élève de Gottfried Hermann, couvrent un domaine sensiblement plus large. Au-delà de l’histoire littéraire de Rome et de la Grèce, les enseignements portant sur l’histoire de la religion et des mythes et sur l’art antique font partie des thèmes récurrents. Welcker s’occupa aussi de numismatique et de paléographie. Son cours sur l’épigraphie fut fréquenté par son collègue Schlegel. Eschyle, Sophocle, Aristophane, Pindare, Theognis, Sappho et les lyriques, Théocrite, Platon et la poétique d’Aristote faisaient partie de ses références de prédilection. Dans la littérature latine, il privilégiait Horace, Tibulle, Properce, Juvénal et Lucrèce. En prose la Germanie de Tacite le retenait particulièrement, un sujet révélateur de la dimension nationale, voire patriotique des recherches philologiques.

24En matière proprement littéraire, Welcker, qui a édité dès 1826 les Fragments de Theognis de Mégare, s’intéressait davantage au lyrisme qu’à la prose, la poésie étant plus proche de la mythologie et donc de l’histoire de l’art qui représentaient les deux autres centres d’intérêt majeurs de Welcker. Lorsque Ritschl arriva à Bonn et lorsqu’Otto Jahn commença à y enseigner l’archéologie, une sorte de partage des rôles tendit à se dessiner, mais Welcker représentait la synthèse des diverses composantes d’une science de l’Antiquité. Si l’on adopte la distinction entre une philologie des mots, qu’incarnerait Hermann, et une philologie des choses, dont Böckh serait le représentant, il conviendrait de situer Welcker du côté de Böckh. Le biographe et traducteur de Zoëga a été aussi en 1848, rappelons-le, l’artisan d’une réédition du manuel d’archéologie d’Otfried Müller qu’il avait recensé dans le Rheinisches Museum en 1833.

25Si l’on cherchait à dresser un tableau des relations entretenues par Welcker durant ses années d’enseignement à l’université de Bonn, pendant une quarantaine d’années, il conviendrait de faire l’histoire générale de l’université en insistant sur la philologie et l’archéologie. Certaines figures comme celle d’Otto Jahn, qui lui succéda à la tête du musée universitaire et enseigna localement l’archéologie, devraient être plus particulièrement mises en lumière. Il est frappant que ses élèves les plus proches, Heinrich Brunn et Wilhelm Henzen, ont plutôt été des archéologues. Heinrich Brunn (1822-1894), après avoir travaillé à l’Institut archéologique allemand de Rome, occupa la première chaire d’archéologie de Munich. Quant à Wilhelm Henzen (1816-1887), il fut secrétaire de l’Institut archéologique de Rome et se distingua par ses travaux d’épigraphiste, en particulier sa participation au Corpus inscriptionum latinarum. Si la dimension archéologique des recherches de Welcker a visiblement marqué Reinhard Kekulé, spécialiste de statuaire grecque à l’université de Bonn qui s’est fait son biographe, ce sont plutôt ses recherches sur la mythologie grecque et l’histoire de la religion dans l’Antiquité qui transmirent à Hermann Usener une impulsion décisive. Il y a d’ailleurs un parallélisme frappant entre les conditions de rédaction de la Götterlehre, œuvre tardive, et la publication, à la fin de la carrière d’Hermann Usener, de son travail sur les noms des dieux. Usener se réclame volontiers pour ce dernier livre de sa dette vis-à-vis de Welcker. Wilamowitz, qui suivit ses cours à la fin des années 1860, fut probablement inspiré par lui dans son propre travail sur les dieux grecs.

26Fondateur d’un musée et d’une bibliothèque, Welcker est une des figures les plus représentatives de la Bildung dans l’Université allemande du XIXesiècle, où il réussit à transmettre l’héritage humboldtien aux historiens de la religion qui domineront le paysage académique à la fin du siècle. On lui doit une théorie de la trilogie au théâtre et des cycles épiques qui représente une des plus notables contributions à la recherche sur les mythes littéraires grecs. Car s’il a édité des poètes, son œuvre importante comporte surtout des monographies. On lui doit une théorie du divin, qui tout en sacrifiant à la conviction d’un monothéisme primitif a ouvert la voie à l’histoire des religions. Pour cet érudit libéral, la Grèce n’était pas seulement une construction intellectuelle mais un pays réel dont il a contemplé les ruines au cours d’un long voyage. Welcker se situe à un point de rupture dans l’histoire des études grecques en Allemagne, car après lui l’archéologie et l’histoire de l’art se sépareront de l’étude des textes, mais l’articulation qu’il incarne encore de ces deux dimensions a sans doute constitué un encouragement à l’étude des divinités sous toutes leurs formes et ouvert la voie à une approche anthropologique des études grecques qui s’affirme à la fin du siècle..

Haut de page

Notes

1  Reinhard Kekulé, Das Leben Friedrich Gottlieb Welckers, 2vol., Leipzig, Teubner, 1880. Outre la biographie fondamentale de Kekulé, un des principaux livres sur Welcker est William M. Calder III et al. (éd.), Friedrich Gottlieb Welcker. Werk und Wirkung, Hermes Heft 49, Stuttgart, Franz Steiner, 1986.

2  Lettre de Humboldt à Welcker du 6 novembre 1821. Wilhelm von Humboldt, Briefe an F.G. Welcker, éd. par R. Haym, Berlin, Verlag von Rudolph Gaertner, 1859.

3  Lettre de Humboldt du 10 février 1826, ibid., p.134.

4 Zoëgas Leben. Sammlung seiner Briefe und Beurtheilung seines Werks durch Friedrich Gottlieb Welcker, Stuttgart und Tübingen, Cotta, 1819.

5 Ibid., I, p.354.

6  Paola Ceccarelli, Friedrich Gottlieb Welcker e l’antiqua napoletana, San Severo, Gerni editori, 2006. Grâce à la médiation de Welcker des auteurs italiens publient dans le Rheinisches Museum für Philologie tandis qu’on note des publications allemandes dans le Bulletino Archeologico Napoletano.

7  Friedrich Gottlieb Welcker, Tagebuch einer griechischer Reise, 2vol., Berlin, Wilhelm Herz, 1865.

8 Ibid., I, p.178.

9  Stefan L. Radt, « Welcker und die verlorene Tragödie », in : Friedrich Gottlieb Welcker, Werk und Wirkung, Hermes Heft 49, éd. par William M. Calder III et alii, Stuttgart, Franz Steiner, 1986, p.157-178.

10  Friedrich Gottlieb Welcker, Die Aeschylische Trilogie Prometheus und die Kabirenweihe zu Lemnos, Darmstadt, Leske, 1824. L’ouvrage est dédié au philologue de Göttingen ami de Welcker Dissen.

11  Ibid., p.68.

12  Ibid., p.86.

13  Rappelons que Welcker a publié en 1865 une édition de la Théogonie accompagnée d’un essai sur la poésie d’Hésiode qu’il présente comme un appendice à sa Griechische Götterlehre, accordant ainsi à Hésiode la fonction de source dans l’exploration de la mythologie. Il remet au demeurant en question l’existence du poète lui-même selon le modèle de la négation de l’existence d’Homère.

14  Friedrich Gottlieb Welcker, Die Aeschylische Trilogie, p.111.

15  Friedrich Gottlieb Welcker, Nachtrag zu der Schrift über die Aeschylische Trilogie nebst einer Abhandlung über das Satyrspiel, Frankfurt am Main, Ludwig Brönner, 1826. Les 100 premières pages de ce nouvel ouvrage sont consacrées à une réfutation cinglante de la recension rédigée par Gottfried Hermann.

16  Friedrich Gottlieb Welcker, Der epische Cyclus oder die homerischen Dichter, Bonn, Eduard Weber, 1835-1849. Les deux volumes sont un supplément du Rheinisches Museum für Philologie édité par Näke et Welcker.

17  Ibid., t.1, 2e édition, 1865, p.309.

18  Ibid., t. 1, 2e édition, 1865, p.315.

19  Friedrich Gottlieb Welcker, Griechische Götterlehre, I, Göttingen, Dieterich, 1857, p.VII-VIII.

20 Ibid., p 511.

21 Ibid., p.647.

22 Jahrbücher für Philologie, 1858, p.32-44.

23  Friedrich Gottlieb Welcker, Griechische Götterlehre, III, Göttingen, Dieterich, 1862, p.XXXI.

24  Wolfgang Ehrhardt, Das Akademische Kunstmuseum der Universität Bonn, Opladen, Westdeutscher Verlag 1982.

25 Das akademische Kunstmuseum zu Bonn, von dem Vorsteher desselben, zweyte Ausgabe, Bonn, Weber, 2e édition, 1841, p.148.

26 Alte Denkmäler erklärt von F.G. Welcker, I-V, Göttingen, Verlag der Dieterichschen Buchhandlung, 1849-1864.

27  Reinhard Kekulé, Das Leben Friedrich Gottlieb Welckers , I, p.149.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Espagne, « Friedrich Gottlieb Welcker à Bonn.
De la Bildung à l’histoire des religions », Revue germanique internationale, 14 | 2011, 41-54.

Référence électronique

Michel Espagne, « Friedrich Gottlieb Welcker à Bonn.
De la Bildung à l’histoire des religions », Revue germanique internationale [En ligne], 14 | 2011, mis en ligne le 24 octobre 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/1275 ; DOI : 10.4000/rgi.1275

Haut de page

Auteur

Michel Espagne

Chercheur au CNRS (UMR 8547, Pays germaniques, transferts culturels)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org