Navigation – Plan du site

Philologie et sciences historiques (1882)

Hermann Usener
Traduction de Sandrine Maufroy
p. 155-178

Notes de la rédaction

Discours prononcé à l’occasion de sa nomination comme recteur de l’université de Bonn le 18 octobre 1882, édité sous le titre « Philologie und Geschichtswissenschaft » aux éditions de Max Cohen und Sohn (Fr. Cohen) en 1882 et réédité dans le volume : Hermann Usener, Vorträge und Aufsätze, éd. Albrecht Dieterich, Leipzig, Berlin, Teubner, 1907, p.1-35.
Les notes de bas de pages sont celles de cette édition, rédigées par Usener.
Entre crochets droits figurent des notes indiquées par Usener sur son exemplaire de travail, mais dont l’insertion n’est pas assurée.
Entre crochets obliques figurent les notes d’Albrecht Dieterich.
Les abréviations utilisées dans ces notes, en particulier pour les références bibliographiques, ont été complétées.
Les notes ajoutées par nous-mêmes, réduites au minimum, se trouvent à la suite de la traduction.

Notes de l'auteur

Je souhaite présenter à un cercle élargi les réflexions suivantes, qu’une cérémonie universitaire m’a donné l’occasion d’exposer publiquement sous une forme plus brève. Non que je croie avoir quelque chose de nouveau à dire. Au contraire, j’ai le sentiment d’exprimer ce que la majorité de mes collègues ressent et pense plus ou moins nettement. Je voulais seulement faire le bilan de l’évolution de nos sciences historiques jusqu’à aujourd’hui. Il me semble nécessaire et important qu’on le fasse de temps en temps. L’histoire d’une science ne se borne pas à recenser des résultats. Àtravers son histoire se déploie son concept, que les changements de génération affectent nécessairement. Le travail scientifique a besoin de se prendre lui-même comme objet de réflexion s’il ne veut pas errer sans but dans l’infini du particulier.

Bonn, 25 octobre 1882.

Texte intégral

1I.

2Si les sciences se sont séparées successivement de la philosophie des Grecs pour prendre leur indépendance une fois leurs conditions générales d’existence développées par leur mère commune, l’histoire de la philologie moderne offre quant à elle le spectacle mémorable du rajeunissement plein et entier de toutes les sciences par leur plongée aux sources revigorantes de la littérature antique, alors que seul un long détour par l’Orient avait permis au Moyen Âge de redonner quelque force à la tradition antique directe qui se tarissait. Les grands maîtres de l’Antiquité sous leur forme originelle furent les béquilles sur lesquelles les sciences, qui s’effondraient sous le poids de leur sénile faiblesse, s’appuyèrent pour se relever. Peu à peu, les unes plus rapidement, les autres plus lentement, au fur et à mesure qu’elles acquéraient la force de voler de leurs propres ailes, elles rejetèrent ces appuis et commencèrent à oublier leurs maîtres. Cette dimension générale des études antiques, qui étaient en la possession de tous les hommes cultivés quelle que fût leur profession, explique qu’elles furent beaucoup plus lentes à devenir une science accomplie que les disciplines qui avaient poussé sur leur sol. Il y avait des chaires de poésie et d’éloquence latines et grecques comme celles qui existent encore aujourd’hui en France ; l’introduction à la compréhension des modèles classiques de poésie et de prose (surtout latines, bien sûr), était tôt devenue une profession. Les premiers pas en direction d’une science de l’Antiquité n’avaient été effectués que par les efforts des grands savants français du XVIIesiècle pour parvenir à une connaissance concrète universelle de l’Antiquité sur la base d’une connaissance vivante de la langue. Mais la Nuit de la Saint-Barthélemy, comme une gelée nocturne au mois de mai, flétrit prématurément cette fleur délicate ; et l’encyclopédisme superficiel auquel leurs efforts donna naissance était tout le contraire de la concentration qui seule pouvait conduire à la fondation d’une science. La voie n’en fut tracée que lorsque le génie de Richard Bentley porta à leur perfection les méthodes de la critique, jeta les fondements de la métrique et enseigna comment se servir de celle-ci comme d’un outil d’une précision insoupçonnée autant pour la critique que pour l’observation grammaticale. Son ouvrage le plus célèbre, la dissertation sur les lettres de PhalarisI, brillant modèle de critique historique et littéraire, dévoila tout un ensemble d’illusions transmises par la tradition ; seule la connaissance entière et précise de la littérature antique, étayée par l’examen pénétrant des réalités antiques, put aiguiser à tel point sa perception des différences de styles et de façons de penser propres à chaque siècle que l’authentique et l’inauthentique se distinguaient à ses yeux avec tant de sûreté. Très en avance sur son temps, il laissa en héritage à notre siècle le fruit le plus admirable de sa méthode d’observation fondée sur la métrique, la découverte du digamma dans notre texte homérique. Ici dans le domaine linguistique, là dans le domaine historique, Bentley est un chercheur transcendant qui sait aller au-delà de la tradition et découvrir des faits assurés qui la dépassent.

3Aussi imposantes que soient encore aujourd’hui ces réalisations, il s’agissait làde premiers élans et de premières impulsions. Ce n’est qu’en Allemagne que l’étude de l’Antiquité classique s’est constituée en une science philologique bien délimitée.

  • 1  [M. Luther, dans sa lettre « aux conseillers de toutes les villes d’Allemagne », in : Gesammelte W (...)

4La lumière de la littérature classique tirée de son sommeil s’y était portée sur des âmes religieuses, et avec la connaissance d’une conception naturelle et plus libre de la vie s’était renforcée l’aspiration à se libérer des chaînes que le dogmatisme et la hiérarchie du Moyen Âge avaient fait peser sur la vie religieuse. En posant comme exigence suprême le retour à la parole non falsifiée de l’Écriture Sainte, la Réforme fit apparaître clairement que par elle, le processus de rajeunissement de toutes les sciences qui s’accomplissait alors sous la direction de l’humanisme s’étendait logiquement à la théologie. Mais parmi les conséquences majeures de la Réforme se trouvent les écoles protestantes, dont la fondation et l’aménagement devinrent, à partir de la lettre de Luther « aux conseillers de toutes les villes d’Allemagne » (1524), un objet de rivalité entre les princes et les villes de l’Allemagne réformée. Même si par la suite on renonça largement aux exigences d’un Melanchthon et d’un Camerarius, il fut de la plus haute importance que le but premier de ces écoles, former des ministres du culte capables d’interpréter par eux-mêmes les Écritures, ait assuré une place dans l’enseignement scolaire non seulement à l’hébreu, mais aussi à la langue du Nouveau Testament1. Ce sont les Réformateurs eux-mêmes qui ont rédigé les premiers manuels scolaires de grec, grammaires et livres de lectures. Leurs écoles sont parvenues à résister aux ravages de la Guerre de Trente Ans et à la détresse des époques suivantes. C’est à elles que nous devons d’avoir pu voir éclore au dix-huitième siècle une littérature allemande, une science allemande. Elles étaient restées les lieux où se cultivait une éducation plus élevée qui reposait sur la littérature antique, non seulement latine, mais grecque. Les fondateurs de notre littérature, un Klopstock et un Lessing, un Hamann et un Herder, en sont sortis. Avec leur aide, la disposition d’esprit idéaliste et pieuse du protestantisme d’Allemagne du Nord, qui ne se laissa pas fléchir sous la misère de l’existence terrestre, mais se trouva forcée de s’y endurcir, a aussi fécondé la science en lui donnant des hommes comme Winckelmann, Johann Jacob Reiske et Christian Gottlob Heyne.

5L’Histoire de l’art antique (1764) de Johann Joachim Winckelmann est le point de départ non seulement de l’archéologie, mais aussi de notre philologie allemande, et même, peut-on dire, en un certain sens, de la science historique moderne. L’exemplarité de cette œuvre lui confère une portée qui va bien au-delà de son objet. Plein d’enthousiasme pour la philosophie platonicienne, nourri d’Homère et des Tragiques, Winckelmann alla se placer devant les œuvres d’art antiques de Rome. Àson intuition prodigieuse se dévoila dans des copies romaines toute la beauté des originaux grecs perdus. Et voilà que, suppléant à la pauvreté des témoignages littéraires et leur donnant vie par la description poétiquement ressentie des statues conservées, il déploie devant nous un tableau de l’essor et de la décadence de l’art antique qui, dans ses grandes lignes, résiste encore aujourd’hui à l’épreuve. Pour la première fois, les lois de la vie organique étaient appliquées à un domaine de l’activité créatrice. L’œuvre d’art ne naît pas seulement d’un pur acte de la volonté de telle manière que sa valeur repose sur le degré de virtuosité technique, mais l’acte de donner forme est aussi dépendant de tout le mouvement spirituel, du goût de l’époque. La vie de l’art est donc indissolublement liée à la vie de la nation. En nous apprenant ensuite à comprendre la particularité et l’essence de l’art grec, Winckelmann a clarifié nos conceptions de l’art tout autant qu’il a levé le voile qui recouvrait la face la plus brillante de la civilisation hellénique.

  • 2  Über die neuere deutsche Literatur, II, p.273 sq.

6On sait comment le Laocoon (1766) de Lessing suivit presque immédiatement cette histoire de l’art. Dès 1767, dans son premier livre2, Herder appela de ses vœux une « histoire de la littérature et de la sagesse grecques » qui, suivant le modèle qu’elle présente, ne se contente pas de raconter, mais édifie aussi un système de connaissancesII. C’est en prenant Winckelmann pour guide que près de vingt ans plus tard (1786-1788), Goethe apprit en Italie à observer et à comprendre le monde de l’art antique ; c’est là qu’il trouva la forme de sa poésie et de sa prose, qui imprima pour la première fois au verbe allemand l’harmonie des proportions grecques.

  • 3  [Voir Goethe, Wilhelm Meisters Wanderjahre, « Aus Makariens Archiv » (Johann Wolfgang von Goethe, (...)

7Si la poésie moderne d’Italie et de France fut la fille des études humanistes, la littérature allemande entretient une étroite relation de sœur à sœur avec notre philologie. De même que cette littérature reçut ses impulsions les plus importantes de l’Antiquité grecque, le fait de vivre l’avènement d’une poésie nationale donna à la conscience allemande le contenu qui nous rendit humainement plus proches les phénomènes antiques correspondants, c’est-à-dire qui nous permit de les comprendre. Homère nous est devenu accessible grâce à la découverte faite par Herder de la poésie des chants populaires, et les tragédies attiques, grâce aux drames de Goethe mûris au soleil de l’Italie. La personnalité de poète de Goethe, et elle seule, amena nombre de penseurs de son époque vers la compréhension de la civilisation grecque. Schiller, Friedrich Schlegel, Wilhelm von Humboldt se rencontrent sur le même chemin. On vit dans la poésie et l’art grecs, dans le peuple grec lui-même, le plus haut degré de culture humaine authentique, l’équilibre harmonieux du contenu et de la forme, de l’esprit et des sens3. L’étude des Grecs acquit par là une valeur immédiate pour la formation de l’homme moderne. Ainsi se comprend le projet de Wilhelm von Humboldt de développer dans un exposé cohérent la signification exemplaire du peuple grec.

  • 4  Cf. Wilhelm von Humboldt, Wilhelm von Humboldt’s gesammelte Werke, éd. Alexander von Humboldt, t. (...)
  • 5 Museum der Alterthums-Wissenschaft (1807), I, p.124 sq.
  • 6 Ibid., I, p.9, cf. aussi p.115.
  • 7 Ibid., I, p.115 sq.

8C’est porté par les mêmes impulsions que les héros de notre littérature, mais d’abord indépendamment de ces derniers, que s’est formé le père fondateur de notre philologie, Friedrich August Wolf. Le 8 avril 1777, futur étudiant, il jeta à bas l’opinion alors commune parmi nous que les études philologiques étaient une annexe des études théologiques, et malgré toutes les objections du vice-recteur Baldinger, il se fit admettre au sein de la jeunesse universitaire de la Georgia Augusta en qualité de philologiae studiosus. Àdix-huit ans, il portait donc déjà en lui la représentation précise d’une science indépendante et unie qu’il avait la vocation de faire parvenir à la reconnaissance générale. Ce qui était nouveau, ce n’était pas le mot, mais sa signification. Le double sens du mot logos rendait l’expression apte à désigner aussi bien l’étude de la forme que celle du contenu d’une littérature ; il s’est conservé et a réuni en une même profession les représentants des différentes tendances. Durant l’été 1785, cinquième semestre de son activité d’enseignant à l’Université, Wolf donna à Halle pour la première fois une série de cours sur l’« Encyclopaedia philologica ». Ce qui parvint de plus en plus clairement à la connaissance de Wolf durant ces exposés atteignit sa maturité dans l’échange stimulant d’idées qu’il eut avec Humboldt dans les années 1792-17934 et reçut sa forme définitive dans le « Tableau systématique de la science de l’Antiquité » par lequel il ouvrit en 1807 sa revue philologique dédiée à « Goethe, le connaisseur et interprète de l’esprit grec ». La philologie est donc pour lui la science de l’Antiquité classique, et il définit son but comme la « connaissance de l’humanité antique elle-même, connaissance qui provient de l’observation, conditionnée par l’étude des restes antiques, d’une culture nationale hautement significative qui s’est développée de manière organique »5. Dans ces mots transparaissent à la fois le but pratique qu’est la « formation harmonieuse de l’esprit et de l’âme »6 et la fin théorique générale qui réside dans la connaissance de la nature humaine7. Il s’agit là des idées qui avaient été libérées par le développement de notre littérature et qui ont rempli et porté tous les efforts de Wilhelm von Humboldt dans le domaine scientifique.

9Plus encore que Wolf, un de ses élèves, le grand August Böckh, a, pendant de longues et heureuses années d’enseignement, contribué par ses cours sur l’« Encyclopédie et la méthodologie des sciences philologiques » et sur les antiquités grecques à implanter chez nous la représentation de la philologie comme science historique particulière. Alors que Wolf divisa ou plutôt décomposa sa science de l’Antiquité en un agrégat de disciplines assez lâche, la construction plus systématique et la définition plus précise des concepts de Böckh trahissent l’influence de Schleiermacher. Pour Böckh, la philologie est « reconnaissance du connu », « reproduction du produit » ; son but est la « reconstruction de l’Antiquité » ; elle se compose pour lui de la doctrine de l’acte de cette reconnaissance (critique et herméneutique) et de l’exposition de la compréhension acquise, les résultats matériels.

  • 8  Sur le livre Hellène projeté par Böckh dès ses années à Heidelberg (1807-1811), voir « A. Böckh’s (...)

10Cette exposition, qui est le véritable contenu de la science, et dont les éléments se rassemblent en un exposé de la vie antique prise dans son ensemble tel que lui-même avait eu l’intention de le réaliser pour la civilisation hellénique8, se divise en disciplines particulières qui soumettent les différents aspects de la vie antique à un examen particulier. Il s’agit de : 1) la vie publique, à traiter par les disciplines de la chronologie, de la géographie, de l’histoire politique, des antiquités de l’État ; 2) la vie privée (qui inclut aussi la métrologie et la numismatique) ; 3) « la religion extérieure » et l’art ; 4) « tout le savoir de l’Antiquité classique », c’est-à-dire la mythologie, la philosophie, les différentes sciences, la littérature et la langue, stylistique et métrique comprises.

11Relever les faiblesses logiques de cette division serait certes facile, mais aussi stérile. On a tenté depuis d’édifier de nombreux systèmes : aussi différents fussent-ils dans le détail, ils s’accordaient toujours avec celui de Böckh pour ce qui est de la détermination du but à atteindre et de la tâche à accomplir. Et cette conception s’est répandue de la philologie classique vers les philologies sémitique, germanique, indienne, romane, etc., qui ont grandi à côté d’elle et suivant son modèle ; chacune de ces philologies est spécifiquement centrée sur une littérature nationale, d’où elle part pour aider à étudier la vie de la nation concernée dans l’histoire ; si ce n’est l’état de la construction, alors ce vers quoi elle tend, du moins, peut la faire apparaître comme une science historique.

12II.

13Mais si la philologie est une science, alors les disciplines particulières qui la composent doivent nécessairement trouver leur fondement ultime et suffisant dans la nationalité qui les réunit en une unité scientifique. Ceci présuppose que la nationalité, tout comme chaque aspect de sa vie dans l’histoire, peut être considérée isolément sans dommage pour la connaissance. Ce présupposé et la conclusion qui en découle ne tiennent plus, nous ne pouvons pas nous le dissimuler plus longtemps.

  • 9  Karl Otfried Müller, Geschichte hellenischer Stämme und Städte. Erster Band. Orchomenos und die Mi (...)
  • 10  A. Böckh, Metrologische Untersuchungen über Gewichte, Münzfüße und Maße des Alterthums in ihrem Zu (...)

14Depuis Wolf et Böckh, la connaissance des faits s’est considérablement étendue. L’élève le plus éminent de Böckh, Karl Otfried Müller, pouvait encore croire qu’en démontrant que les légendes de Cécrops de Saïs, de Danaos et du Phénicien Cadmos n’étaient pas des traditions populaires mais des fictions à moitié savantes, on étayait le présupposé suivant lequel la vie des Grecs dans l’histoire n’aurait trouvé ses fondements qu’en elle-même et n’aurait jamais été touchée par des influences plus importantes venues de la civilisation orientale9. Aujourd’hui les restes de Babylone et de Ninive, comparés avec ce que l’on a trouvé dans des tombes grecques et italiques, montrent à tous ceux qui ont des yeux pour voir d’où cet art hellénique, qui semblait s’être élevé de ses propres forces d’une imitation enfantine et maladroite de la nature à la grandeur inégalée des formes qu’il a créées, a reçu ses impulsions extérieures et ses modèles restés longtemps influents. Le maître lui-même10 a percé la muraille protectrice en montrant, par son étude des poids et des mesures, le chemin qui mène vers la culture antique. Aucun peuple de l’histoire, même le plus talentueux, ne peut être étudié isolément. Chacun d’eux passe de l’existence statique à la vie dans l’histoire sous l’effet d’impulsions extérieures. On ne peut comprendre ni son histoire externe, ni son histoire interne si l’on ne suit pas les fils qui le relient à l’extérieur.

15Beaucoup plus décisif pour notre question est le changement que le concept et l’étendue de la science historique elle-même ont connu depuis lors. L’époque où l’on voyait en elle l’évolution pragmatique des principales affaires politiques des princes et des peuples est révolue depuis longtemps. Aujourd’hui elle englobe tous les domaines de la vie active, créatrice et concrète de l’humanité dans ses actions, ses créations. Apparus successivement avec une grande rapidité, l’intérêt pour la vie constitutionnelle des Anglais, la formation d’une doctrine économique, l’application des concepts historiques à l’activité créatrice et la géographie de C. Ritter avaient élargi l’horizon. La grande découverte qui, préparée par Hamann et Herder, fut formulée pour la première fois dans toute sa clarté par Wilhelm von Humboldt, à savoir que la langue, les croyances et les mœurs sont des formes d’expression directes, des créations en quelque sorte involontaires de l’esprit du peuple, redoubla pour ainsi dire l’étendue du domaine de l’histoire. Les barrières à l’intérieur desquelles l’histoire attestée évolue tombèrent, et le regard acquit le droit de se perdre dans le lointain infini d’une histoire avant l’histoire. Àla science qui existait jusque-là s’ajouta la recherche historique comparative. Car si avec la première existence sociale des hommes sont posés les débuts de la langue, des croyances et des mœurs, alors l’entrée d’un peuple dans l’histoire survient nécessairement après une longue évolution de sa vie culturelle, parcourue avec d’autres peuples, jusqu’à ce qu’avec la progression des embranchements et des ramifications des peuples d’une même souche, il se mette finalement à pousser ses propres feuilles et ses propres fleurs. Le patrimoine à partir duquel un peuple fonde pour ainsi dire son foyer historique doit donc nécessairement, avec une différence en plus ou en moins suivant ce qui a été acquis au cours du processus de séparation, avoir été le bien commun de tous les peuples d’une même souche. Pour les nations indo-germaniques, après que l’on eut si brillamment démontré l’unité de la construction linguistique et dissocié les pousses les plus jeunes du tronc commun, il n’y avait qu’un pas à franchir pour poursuivre aussi jusqu’à sa racine, par la recherche des concordances, l’histoire des représentations religieuses et des institutions morales, et en général de tout le cercle des représentations. Ces tâches difficiles touchent de très près l’analyse comparative du vocabulaire, dont il est impossible d’interpréter les éléments avec justesse sans une compréhension fine de l’emploi des mots, à laquelle seul le philologue se forme.

16Même si tout ce programme était réalisé, la science ne pourrait pas encore s’arrêter là. Depuis longtemps, l’existence des peuples sans histoire ou naturels avait elle aussi suscité le vif intérêt et l’observation attentive de voyageurs et de missionnaires dont les récits ont été soumis à un examen critique et résumés dans un exposé scientifique de grande valeur par Theodor WaitzIII. Ces peuples, comme des exemplaires vivants, nous donnent une idée concrète d’étapes préhistoriques que les peuples civilisés ont parcourues ou sautées à une époque reculée. Avec eux, le cercle des formes d’existence de l’humanité est désormais fermé, et l’on peut se placer à un niveau supérieur de comparaison pour passer à l’étude des lois générales d’après lesquelles les formes d’expression particulières de la vie des peuples se développent et se conditionnent mutuellement, à la connaissance de la nature humaine elle-même. Ainsi, la science historique s’applique maintenant à passer de l’individuel au général, s’attachant à déduire les concepts de l’abondance du savoir factuel et s’efforçant de remplacer la spéculation a priori, de l’envoûtement duquel elle se libère avec peine et progressivement, par la connaissance attestée empiriquement. Les peuples et groupes de peuples particuliers n’apparaissent à cette science générale et globale que comme différentes formes d’un type d’organisme dont elle étudie la constitution normale et les conditions de vie, tandis que leurs spécificités individuelles lui sont en elles-mêmes indifférentes et ne prennent de l’importance pour elle que comme correctif. La somme de notre savoir sur les peuples passés et actuels se réunit en une ethnologie, dont le rapport avec la science qu’on peut, si l’on veut, appeler anthropologie en un sens élevé n’est autre que celui qu’une science naturelle descriptive entretient avec l’anatomie et avec la physiologie de l’existence organique. La zoologie et la botanique ont cessé d’être seulement descriptives et ont commencé à être des sciences lorsqu’elles sont passées à la recherche anatomique et physiologique. Dans le domaine historique aussi, la science au sens propre du terme (je vous prie de ne pas confondre l’activité scientifique avec la science) ne commence qu’avec la recherche de lois générales valables pour l’humanité elle-même. Une étude menée sur un exemplaire permet déjà de trouver une loi ; mais pour être valable, cette dernière doit être mise à l’épreuve. De même, l’étude approfondie d’un peuple peut conduire à la découverte de lois historiques : mais il est nécessaire de procéder à une comparaison généralisée par étapes des autres peuples pour pouvoir reconnaître dans la modalité d’un phénomène particulier une véritable loi. Cette science historique se divise donc en disciplines qui, à peu près comparables aux différentes branches de l’anatomie et de la physiologie, étudient chacune un organe ou une fonction de la vie humaine, et non pas en disciplines qui offrent une sorte d’histoire naturelle descriptive de peuples particuliers. Chaque aspect essentiel de l’existence historique est appelé à former le contenu d’une discipline qui trouve son unité et son fondement ultime dans une prédisposition ou dans un besoin de la nature humaine : langue, croyances, mœurs et droit, organisation de la société et de l’État, poésie et science, etc.

17III.

  • 11  R. Westphal, « Zur vergleichenden metrik der indogermanischen völker », Zeitschrift für vergleiche (...)

18Construire la philologie comme l’a fait Böckh est aujourd’hui impossible. C’est comme si l’on voulait découper et mettre bout à bout tous les passages d’un livre qui traitent d’un peuple particulier sans se soucier du contexte de chacun d’eux. Aujourd’hui, un simple écolier a déjà fait cent fois l’expérience que la compréhension la plus simple d’un phénomène concret ne s’obtient souvent qu’après avoir ôté les œillères que le philologue se plaisait d’habitude à mettre à droite et à gauche de ses yeux. Pour la langue, les croyances et les mœurs, dont la possession s’est poursuivie depuis les temps préhistoriques, cela va de soi. La connaissance des lois phonétiques et flexionnelles, de la formation et de la signification fondamentale des mots particuliers, la compréhension des conceptions déposées dans les personnages divins et dans les légendes, celle des restes de mœurs anciennes seraient dans la plupart des cas impossibles si la comparaison ne nous permettait pas de prendre connaissance des phénomènes particuliers sous leur forme originelle, dégagés des éléments accidentels. La découverte faite par R. Westphal du vers originel indo-européen a éclairé le développement prodigieux des formes métriques chez les Grecs11. Même les créations artistiques et littéraires réalisées dans l’histoire nous conduisent, parce qu’elles s’enracinent dans le trésor des idées populaires, au-delà des bornes d’une existence nationale singulière. La connaissance historique d’un phénomène individuel ne devient possible que lorsque les conditions réelles sont données ; ce n’est qu’alors que nous pouvons constater en quoi consista la création de l’individu et comment elle se développa, et séparer le particulier du général. Pour saisir l’essence d’un phénomène, il faut avoir une vue d’ensemble de la totalité dont il fait partie. C’est par la comparaison entre des langues apparentées que le grammairien apprend à comprendre les faits linguistiques qu’il constate ; il saisit leur essence et leurs lois en observant la progression de la palatalisation des consonnes dentales et vélaires (Zetazismus), comme SchleicherIV, ou du redoublement, comme PottV, dans toutes les langues ou du moins dans un nombre suffisant de langues différentes. Des travaux de ce genre donnent naissance à la science linguistique, que le grammairien individuel doit avoir lui aussi à l’esprit durant ses recherches, s’il veut diriger son travail vers un but constant. La même chose vaut pour les domaines des croyances, des mœurs et du droit, etc. Les exigences que l’on pose ainsi à la science sont loin d’être purement idéales. « Cherchez et vous trouverez », dit-on. Mais il faut savoir ou avoir une idée de ce que l’on a à chercher. Les disciplines historiques de la philologie telles que Böckh les a pensées se sont intégrées à des disciplines plus globales et plus générales de la science historique, du contexte desquelles l’observation philologique réalisée sur un peuple particulier ne peut pas être séparée sans renoncement à la connaissance scientifique. La philologie comprise ainsi n’est pas une science, mais un cercle d’études.

  • 12  Karl Friedrich Hermann, Karl Friedrich Hermann’s Kulturgeschichte der Griechen und Römer, éd. Karl (...)

19C’est en vain que l’on a tenté de donner à la philologie classique le rang de science en introduisant le concept d’exemplarité12. Il est clair que les Grecs, par leur activité créatrice dans les domaines de la littérature et de l’art, et les Romains, par leur organisation des affaires politiques et juridiques, sont devenus et restent des exemples pour l’ensemble de l’humanité qui leur a succédé ; dans chacun de ces domaines, l’histoire n’a donné qu’une seule fois à un peuple des conditions si complètes de développement organique et sans entraves jusqu’au plus haut niveau. Mais il reste que le concept d’exemplarité pourrait tout au plus accorder à la philologie une priorité sur ses sœurs scientifiques que personne ne lui conteste : la prétention à être une science particulière, et non pas seulement un cercle d’études, agrégat de disciplines historiques maintenues ensemble par l’identité du peuple et l’intérêt pratique, cette prétention, le concept d’exemplarité ne peut la reconnaître à aucune philologie.

20Il faut donc en rester là : la philologie n’est pas une science historique. Elle a pu et dû apparaître comme telle à l’époque où la science historique sous son concept actuel n’existait pas encore et où elle se révéla pour la première fois dans son domaine particulier au philologue classique. Mais nous sommes capables de reconnaître à leur juste valeur la justification de ces systèmes de la « science de l’Antiquité » et l’importance qu’ils eurent pour leur époque. Ils ont fait pour la première fois une coupe en un point à travers toute l’épaisseur de l’existence humaine et constitué ainsi les disciplines dont le développement au cours de notre siècle a donné naissance aux sciences historiques générales.

21C’était le temps où la science historique moderne produisait ses premières fleurs. Toute chose ne dure qu’un temps. Aujourd’hui, la fleur a perdu ses pétales, non sous l’effet d’une main brutale, mais par suite d’une croissance organique. Àsa place, l’arbre est plein de fruits qui poussent et qui mûrissent.

22IV.

23Mais qu’est-ce alors que la philologie, si les disciplines qui la faisaient apparaître comme une science lui sont enlevées et sont intégrées dans un ensemble plus large ?

24Àcôté de Böckh et en opposition radicale avec lui est intervenue l’école de Gottfried Hermann. Les besoins de la jeunesse et des hommes cultivés exigent l’aide active du philologue pour la constitution de textes lisibles et la compréhension de leur sens. En conséquence, ce deuxième courant considérait que la tâche du philologue consistait exclusivement dans l’exégèse et la critique des classiques, en y incluant bien sûr les auxiliaires indispensables de cette activité, la grammaire et la métrique. Hermann lui-même n’a pas pu renier la tendance allemande au savoir systématique, et ce d’autant moins qu’en son âge le plus réceptif, il avait été vivement marqué par l’étude de la philosophie kantienne. En s’appuyant sur les travaux de Bentley et sur la richesse de ses propres observations, Gottfried Hermann a conçu le premier édifice doctrinal relatif à la métrique antique ; il a apporté une contribution essentielle à l’approche systématique de la grammaire grecque, il a tenté de déduire une poétique de la critique de la faculté de juger de Kant ; enfin, en traçant d’un trait sûr l’histoire de l’hexamètre de Homère aux derniers rejetons de la poésie grecque, il a fourni un modèle grandiose d’exploitation de l’observation de la métrique au profit de la recherche en histoire littéraire. Mais toutes ces réalisations restent dans le cadre de ce qui lui apparaissait comme la tâche essentielle : elles n’ont pour but que de faciliter la résolution adéquate de cette tâche par la production de moyens auxiliaires rationnels et fiables.

  • 13  [F.W. Schneidewin, en outre élève de K.O. Müller].
  • 14  Hermann A. Goell, De triumphi romani origine : permissu, apparatu, via, Schleiz, Huebscher, 1854.
  • 15  Dans l’article de 1833 « Über die neueste Entwicklung der Philologie », in : Opuscula philologica.(...)

25La partialité avec laquelle on insista ici sur la supériorité de la compréhension scientifique, là sur celle de la formation technique, suscita un combat qui fut mené durant des années avec une âpreté croissante et au cours duquel Hermann et ses élèves Lobeck et Fritzsche se mesurèrent à Creuzer, Welcker, Böckh, K.O. Müller. La pugnacité de Hermann fut nourrie par les déficits et les conclusions hâtives auxquelles toute reconstruction créative de processus historiques succombe nécessairement plus ou moins, ainsi que par son propre manque de sens et de réceptivité pour l’observation des évolutions historiques organiques, défaut qui pouvait aller chez ses adeptes jusqu’à la négation absurde de l’intérêt que présentent les réalités concrètes. J’entends encore les paroles déconcertantes par lesquelles l’un de mes professeurs à l’Université13 salua la parution d’un ouvrage sur le triomphe romain14 : « Comment un homme sensé peut-il écrire un essai sur le triomphe ? Soit ! S’il a à expliquer un passage de Tite-Live qui en parle, il lui est loisible de collecter des passages qui y ont trait pour éclaircir ce qui pose problème. Mais un livre ? Qui se pose de lui-même des questions sur le triomphe ? ». Il y a longtemps que l’abîme qui séparait les deux camps a été comblé par le progrès des études, et sans le vouloir, alors que la recherche historique voyait ses exigences croître, la jeune génération de l’école de Hermann a déjà participé au travail qui porte sur les réalités concrètes. Reisig, déjà, aurait été poussé à prononcer les paroles de réconciliation si une mort précoce n’avait pas brutalement interrompu son ascension. Ce rôle fut donc dévolu à son élève le plus remarquable, notre Friedrich Ritschl. Il reconnut avec Böckh que la tâche de la philologie était « la reproduction de la vie de l’Antiquité classique par la connaissance et la vision de ses formes d’expression essentielles », tout en constatant cependant que cette reproduction n’était pas seulement idéelle et du ressort de la science historique, mais qu’elle était aussi réelle et dirigée vers la conservation et la restauration des monuments littéraires15.

26Àma connaissance, Hermann et son école n’ont pas donné de justification générale de leur point de vue opposé. Nos collègues de l’Antiquité classique, qui avaient déjà pour l’essentiel la même conception du métier, l’ont formulée avec la plus grande précision souhaitable.

  • 16  Voir maintenant « Ein altes Lehrgebäude der Philologie », in : Sitzungsberichte der Philosophisch- (...)

27Dès que l’étude de la poésie nationale se fut élevée à Alexandrie d’une occupation de dilettante à une activité spécialisée, nous voyons l’ancienne dénomination de kritikoi, qui fut conservée encore longtemps par les Pergaméens, céder la place à celle, nouvelle, de grammatikoi. Avec le tact raffiné qui caractérise la formation des mots grecs, ils désignèrent ainsi le mot écrit comme l’objet de l’activité philologique : non pas ce qui est dit, qui fait partie de la vie et s’évanouit avec le son prononcé, ni ce qui est pensé, dont il revient au philosophe de développer les lois. Ils concevaient leur travail comme l’exercice d’un art, téchnè. Revendiquer pour lui le rang de science (épistèmè) fut de tout temps si loin de leur pensée que même pour nommer l’édifice scientifique dont la fondation et le développement leur tenait principalement à cœur, la doctrine de la langue, ils n’ont jamais utilisé que le mot téchnè, ars. Ce n’est qu’à la fin de la période alexandrine, après des essais insatisfaisants, qu’apparut un système encyclopédique qui correspondait bien à la réalité de la philologie antique. Tyrannion d’Amisos16 VI divisa l’activité philologique en quatre parties ou fonctions (mérè, erga, officia) : récitation, explication, critique textuelle, jugement matériel et esthétique (kritikon au sens antique du terme). Il leur adjoignit le même nombre de conditions indispensables ou outils (organa) : savoir lexicographique, historique et antiquaire, métrique, grammatical. Certes, créer et développer cet arsenal de moyens a toujours été considéré par la philologie comme son devoir. Mais il tient à la nature de l’outil que l’art qui veut l’utiliser ne doit pas nécessairement se charger aussi de le créer. Et c’est ainsi que le deuxième outil, l’historikon, notion de toute façon très extensible et indéterminée, se retrouve en grande partie en dehors de la sphère du grammairien antique.

28Malgré l’imperfection logique de ce schéma, la vérité qu’il renferme saute aux yeux. Nul besoin de s’attarder sur le fait que si l’exégèse et la critique se présentent comme des activités scientifiques, elles n’en sont pas pour autant une science, mais l’exercice d’un art ou une méthode. L’exégèse et la critique sont aussi pratiquées par le juriste, le théologien, l’historien au sens large du terme ; mais dans la mesure où ceux-ci ne daignent pas s’abaisser au niveau de l’examen philologique, ils ont recours à des moyens matériels. Le caractère distinctif de l’interprétation philologique est le tact grammatical ou, si l’on veut : la maîtrise, la virtuosité (un Grec l’aurait exprimé au mieux en parlant d’arétè grammatikè). J’entends par là la faculté de comprendre la forme linguistique des monuments littéraires comme une forme de la pensée, de saisir la forme linguistique exactement telle qu’elle sort de l’esprit de l’écrivain par un processus involontaire ou par une création de la volonté. Toute exégèse est la connaissance d’une adéquation entre un contenu et une forme. Mais comme les pensées n’ont pour nous vie et existence qu’à travers la médiation de la langue, il est clair que la forme sous laquelle elles se manifestent conditionne leur contenu tout autant que cette forme est conditionnée par la médiation. Saisir avec précision ces fines interactions entre le contenu et la forme, entre la matière linguistique et sa valeur, et pouvoir en faire une application sûre à la critique et à l’exégèse requiert un travail intellectuel qui ne peut que graver dans l’âme de chaque individu la vérité de la phrase « l’art est long, mais la vie est courte ». Personne n’apprend totalement sa langue maternelle ; il en va de même, à plus forte raison, d’une langue étrangère, morte. La langue est infinie, comme l’esprit humain et l’univers qui s’y reflètent. Sa connaissance exige, si l’on veut qu’elle s’élève jusqu’à la faculté de partager et de rendre avec autant de génie ce qu’un autre a ressenti, comme cela est requis par l’exégèse et la critique, la totalité des forces d’un homme. Peu ont réussi à atteindre la maîtrise parfaite, et l’un des plus grands d’entre eux a exprimé en soupirant utinam essem bonus grammaticusVII combien il se sentait loin de la posséder pleinement. Cette maîtrise linguistique à laquelle le philologue doit aspirer tient le milieu entre le savoir-faire avec lequel nous manions et comprenons une langue dans la vie courante et la science de la langue ; elle est conscience linguistique. Le seul savoir ne suffit pas pour déterminer les limites de la liberté individuelle à l’intérieur de la loi générale. L’aptitude à manier les langues antiques en prose et en vers a été considérée avec raison comme une bonne preuve de compétence philologique, mais on conviendra que s’il en est ainsi, c’est seulement parce qu’une telle aptitude indique le degré atteint dans la compréhension et la connaissance vivantes de la langue morte. Le tact grammatical spécifique du philologue est le résultat du talent, de l’expérience et de l’observation personnels, développés et mûris par des efforts ardents pour parvenir à la compréhension rationnelle et historique des phénomènes linguistiques. Aussi nécessaires que soient pour elle le savoir et la compréhension scientifique, cette aptitude elle-même ne peut pas se transmettre. Seul peut être éveillé et éduqué un élan, un besoin, un désir ardent qui, s’il se meut avec assez de force, progresse par lui-même jusqu’à l’acquisition de cette virtuosité. « L’homme vaut par lui-même »VIII est encore plus vrai pour le philologue que pour tout autre.

29La base de toute activité philologique est donc la grammaire : non pas la grammaire livresque, mais la grammaire vivante, non pas une science, mais un art. Or le progrès de la science a successivement détaché de la philologie de Böckh toutes les disciplines scientifiques et les a intégrées à un contexte plus large. Ce qui est resté, l’interprétation et la critique, ce n’est pas une science, mais la pratique d’un art. Et l’on conviendra que même la grammaire, qui y est indissolublement liée comme condition de scientificité, prend dans sa relation avec cet art la forme d’une compétence pratique ou d’une activité de compréhension exercée avec virtuosité. S’impose alors d’elle-même la question de savoir si la reconnaissance de ces prémisses ne vide pas la philologie de tout contenu. Le seul fait de poser la question amène à déterminer le rapport de la philologie à la science historique, dans laquelle elle semble se fondre.

30V.

31Toute pratique d’un art est soit sa propre fin, soit seulement un moyen pour atteindre une autre fin.

32Elle est sa propre fin si elle cherche à représenter quelque chose de beau en elle ou hors d’elle. De fait, la restitution critique et divinatoire magistrale d’une œuvre littéraire, comme l’Eschyle de Hermann, le Plaute de Ritschl, le Lucrèce de Lachmann ou le Festus de Scaliger, et son interprétation accomplie peuvent être qualifiées d’œuvre d’art. L’aptitude à comprendre le génie d’une œuvre et la divination critique sont des qualités créatrices dont la mise en pratique est comparable à l’acte même de l’esprit qui a donné naissance à l’œuvre littéraire. Mais cet art philologique, on en conviendra, atteint son summum lorsque le lecteur cultivé le remarque le moins, lorsqu’il peut goûter l’harmonie de l’œuvre si pleinement et si librement qu’il n’a de pensée et d’admiration que pour son créateur originel. En d’autres termes, cela veut donc dire que là où cet art pourrait apparaître comme étant sa propre fin, il est seulement un moyen pour atteindre une autre fin.

33Cette fin est, prise pratiquement, la formation de l’homme par l’appropriation compréhensive de ce que l’homme a pensé et créé de beau et de grand. Mais même s’il va de soi ou s’il devrait aller de soi que toute personne souhaitant guider notre jeunesse vers la compréhension des langues et des chefs-d’œuvre antiques doive être un philologue accompli qui ait dépassé le stade de l’absence d’autonomie et du dilettantisme, et bien que la poignée de plus en plus réduite d’amateurs cultivés qui sont attachés à l’Antiquité accueille notre activité de médiation avec reconnaissance, il reste que dans la pratique, ce but est loin d’être atteint.

  • 17  Platon, Protagoras, 347c sq., et une réaction évidente à ce passage chez Isocrate, 12, 18.
  • 18  Épigramme moqueur d’Herodicos le Cratétien sur les arguties de l’école d’Aristarque chez Athénée, (...)
  • 19  Paul aux Corinthiens II 3, 6 : « to gar gramma apokteinei, to de pneuma zôopoiei. »
  • 20  [Vignette d’O. Jahn « inter folia fructus ». Friedrich Schlegel écrivit un jour à Novalis (dans la (...)

34La théologie et la jurisprudence continueraient d’exister en tant que sciences historiques et philosophiques même si elles n’avaient plus, dans nos universités, la tâche de former, l’une des prêtres, l’autre des juges. La philologie classique subsisterait elle aussi même si le souhait ultime de tous les ennemis de la culture allemande avait été atteint et que les écoles technologiques avaient remplacé les lycées. Philologein, l’effort ardent pour ressentir et repenser ce que des hommes éminents ont senti et pensé avant nous, est un besoin inné de l’être humain non moins réel que philosophein, la recherche de la vérité ; tout être humain pratique sans le vouloir, fût-ce sans grand art, l’art de l’interprétation linguistique. La philologie est aussi éternelle que l’intérêt de l’homme pour l’homme. Il est vrai que Platon, plein du sentiment de fierté que lui inspirait sa recherche ardente de vérité absolue, n’accordait au mot écrit, par comparaison à la parole orale, que la valeur d’un petit jeu, et n’a ainsi pas su donner de place à l’activité philologique au royaume de la science. Il compare17 les commentaires des paroles des poètes aux festins organisés par les gens incultes qui, parce qu’ils sont incapables de mener par eux-mêmes une conversation intelligente, sont contraints de louer les voix d’autres personnes, celles des joueuses de flûte et d’instruments à cordes, pour se faire divertirIX. Il en va autrement d’Aristote, cette incarnation de l’historia ionienne authentique. Ouvert à l’art de la poésie et de l’éloquence, plein d’intérêt pour le passé aussi, il fut le premier à rassembler des éléments documentaires sur l’histoire de la poésie lyrique et du drame et à déduire d’une vue d’ensemble de toute la poésie de sa nation les lois de la composition poétique, il a esquissé à la fois une synthèse des essais théoriques antérieurs et son propre système de l’art rhétorique, il a donné la première impulsion à l’histoire de la science. Àde nombreux égards, les Anciens ont eu raison de voir en lui le fondateur de la philologie. Depuis que la grammaire sérieuse existe, on nous traite, nous autres philologues, de rats de bibliothèques, de coupeurs de cheveux en quatre et de ratiocineurs18. L’Apôtre lui-même19 semble confirmer cette vue des choses lorsqu’il dit : « la lettre tue, mais l’esprit vivifie ». Le danger d’un desséchement intérieur existe effectivement pour qui ne voit pas la fin au-delà du moyen. Mais à travers les lettres souffle l’esprit qui les a écrites, et entre les feuilles rient les fruits d’or de la vraie vie, la vie spirituelle20. Qui cueille ces fruits récolte les produits de l’arbre de la connaissance historique.

  • 21  [Eduard Gerhard dans les actes du congrès de philologues de Berlin de 1850 (Verhandlungen der elft (...)

35L’alpha et l’oméga de toute recherche historique est le mot écrit ; nous pouvons même dire encore plus précisément : la littérature. Il est vrai que les inscriptions de l’Antiquité et les archives des temps modernes livrent à l’historien des matériaux inestimables par leur caractère direct et leur valeur documentaire. Mais les faits épigraphiques restent largement lettre morte tant que la tradition littéraire ne leur a pas assigné la place qui leur revient, n’a pas fait connaître leur contexte, n’a pas donné chair et sang aux noms vides. Les archives seules, fussent-elles des rapports d’ambassades vénitiens, ne permettent pas d’écrire l’histoire ; c’est la littérature qui révèle les forces agissantes d’une époque. Les créations de l’art peuvent bien enchanter l’amateur par leur seule beauté formelle, et l’historien de l’art peut mesurer leurs proportions pour découvrir la technique d’une école, la parenté et l’évolution des types. Mais ce que le maître a pensé, ce qu’il a voulu dire à son peuple dans son œuvre d’art, nul ne pourrait le deviner s’il abordait l’œuvre sans idée d’ensemble du cercle de représentations des hommes de l’époque. Dans la fièvre des découvertes qui multiplièrent à une vitesse inattendue le corpus des monuments antiques sortis du sol italien, on a pu parler d’une philologie monumentale et revendiquer pour elle une existence indépendante à côté de la philologie littéraire21. Aujourd’hui où le trésor d’inscriptions, d’œuvres de l’art et de l’artisanat a atteint des dimensions presque incalculables et s’accroît chaque année grâce à des entreprises plus méthodiques, l’épigraphie et l’archéologie mobilisent à tel point les forces de l’individu que la division du travail s’est inévitablement imposée. Et pourtant, aujourd’hui où les tâches relativement spécifiques se sont tant multipliées, tout représentant de ces spécialités qui ne s’en tient pas à une approche partielle non-scientifique est pleinement conscient de la dépendance de ses propres recherches par rapport aux recherches littéraires. Ces domaines sont des branches, et non de nouvelles pousses ayant leurs propres racines. Seul un ouvrier journalier peut se trouver bien de mépriser ce qu’il ne comprend pas : mais personne ne fut ni ne deviendra un maître en archéologie ou en épigraphie s’il n’a acquis par l’étude rigoureuse de la philologie toute la connaissance vivante et toute la sûreté de méthode nécessaire à son activité particulière. Ainsi, s’il est vrai que le socle de toute science historique est le mot écrit, alors il s’ensuit que l’art qui établit et interprète celui-ci au moyen de sa compétence en grammaire est la condition ultime de toute recherche historique. Cet art, nous l’avons reconnu dans la philologie. Car elle seule possède, par sa connaissance de la forme linguistique, la garantie ultime de la juste compréhension de ce qui est parvenu jusqu’à nous.

36VI.

37Les peuples qui ont une signification universelle ne sont pas ceux qui n’ont mis en branle que des forces brutes de la nature, aussi lourde de conséquences que fût leur intervention dans les rouages du temps, mais ceux qui ont porté l’évolution de leur esprit jusqu’à produire des créations verbales et plastiques singulières. C’est du degré plus ou moins élevé de leur culture, de l’ampleur avec laquelle ils ont développé les capacités de la nature humaine à créer des formes originales que dépend leur signification pour l’humanité même. Toute nation de ce genre a sa philologie, ou est en droit de l’exiger. Mais plus grande est la richesse des formes prises par un peuple individuel, plus grande est l’abondance des points de vue et des tâches qu’il assigne à la recherche philologique et historique. Et plus la science philologique est élaborée dans un tel domaine, plus elle acquiert la capacité d’intervenir dans la recherche historique générale, de lui ouvrir de nouveaux points de vue, de lui montrer de nouvelles voies à explorer. L’approfondissement philologique du détail conduit aux points de jonction d’où l’on acquiert de nouvelles perspectives sur la vie des peuples.

  • 22  Térence, Heautontimoroumenos 77 : « Homo sum : humani nil a me alienum puto », paroles du vieux Ch (...)

38Ainsi, la philologie a la vocation et le devoir de prendre une part influente à toute la science historique, dans la mesure où cette dernière se construit à partir de l’étude des différents peuples civilisés. La tâche qui lui incombe embrasse toute l’étendue et toute la profondeur de l’existence humaine, principalement spirituelle. C’est pourquoi la vraie maxime du philologue est le vers de Térence : « Je suis un homme, rien d’humain ne m’est étranger »22 ; le royaume de la philologie s’étend aussi loin que vont faits et gestes, vœux et désirs, actions et créations de l’homme.

39Pour en déterminer plus précisément l’étendue, chaque philologie aura, tout en considérant l’histoire de la transmission ou science des sources, la grammaire et la métrique comme ses tâches les plus urgentes, le devoir d’étudier dans le domaine de sa nation : 1. les conditions de vie extérieures, c’est-à-dire la géographie et l’histoire de la culture extérieure ; 2. les forces qui participent aux conditions de vie du peuple, c’est-à-dire sa langue avec tout le cercle des pensées qu’elle véhicule, y compris la religion et l’organisation des mœurs dans la vie de la famille, de la société et de l’État ; 3. les effets produits par les forces motrices individuelles tant dans le domaine de l’action – donc de l’histoire politique – que dans celui des créations de l’esprit : l’histoire des arts plastiques, poétiques et littéraires avec la théorie de leurs formes et l’histoire des sciences lui incombent avec ce dernier domaine. Elle finira par progresser, comme l’a fait C.F. Hermann dans son histoire de la culture, jusqu’à la tentative de mettre au jour la vie historique de sa nation dans sa totalité, la coopération et l’interaction des différents facteurs.

  • 23  [comme H. Nissen et A. Mau pour les restes de Pompéi.]
  • 24  [comme Böckh, Mommsen, Joh. Brandis.]

40Si la philologie se charge de toutes ces tâches, ce n’est pas pour éviter de laisser inemployé un surplus d’énergie, mais parce que les connaissances qu’apporte leur résolution sont une condition préalable de l’activité où réside son existence la plus spécifique. Et quelle que soit la reconnaissance avec laquelle nous nous approprions les aides et les impulsions qui nous viennent de l’étude des réalités matérielles, il nous est impossible de méconnaître quel moyen essentiel l’étude des textes nous fournit pour confirmer, rectifier, développer aussi la connaissance des réalités matérielles. Antée trouvait de nouvelles forces pour combattre contre Hercule lorsqu’il touchait la terre mère : l’historien qui adopte une démarche philologique tire des connaissances nouvelles et élargies de chaque immersion dans la lettre des sources. Il nous est aussi impossible, quand une question nous barre le chemin comme une pierre, d’attendre que la discipline compétente l’ait posée et y ait répondu. Un vrai philologue est un chevalier sans peur et sans reproche : il n’a le droit d’esquiver aucune question, dût-elle être résolue avec un mètre23 ou une balance24, par un calcul ou une construction géométrique. Bref, l’interprétation philologique et la connaissance historique entretiennent des relations réciproques étroites et indissolubles, et parcourent le même cercle. L’interprétation en tant que telle ne se termine jamais, pas plus que la science. Nous pouvons dire que l’interprétation serait achevée lorsque la science historique aurait accompli la tâche qui lui incombe. Mais elles se conditionnent toutes deux réciproquement, et les progrès restent des approximations, semblables aux tentatives d’atteindre une ligne circulaire au moyen de polygones situés à l’intérieur et à l’extérieur du cercle.

41Toutefois, seule la philologie classique est parvenue à cultiver toute l’étendue de son domaine historique, parce qu’elle a la matière la plus riche et l’histoire la plus longue. Pour d’autres philologies, le contenu et le degré plus modestes de l’évolution culturelle autorisent une réduction de la tâche à accomplir, et elles en sont en partie restées à la première étape, l’étude des textes et l’établissement de la grammaire et de la métrique. Il va cependant de soi que l’étendue de la connaissance historique évoquée plus haut existe pour elles toutes aussi bien comme condition que comme but de l’activité exégétique.

42Mais tout ce que le travail philologique exige, un être humain dans sa finitude est incapable de l’embrasser totalement. Le poète a raison de conseiller de rassembler « au point le plus infime la force la plus grande »X. C’est toujours sinon à une seule, du moins à quelques parties seulement de la vie nationale qu’un individu consacrera ses recherches selon ses goûts et ses talents : il doit chercher comment ce domaine particulier s’intègre dans la science historique générale où se trouve son fondement ultime –la langue, dans l’étude comparative des langues et au-delà dans la linguistique, les croyances et les légendes, dans l’histoire et la science de la religion : il cultive une portion de cercle dont le centre se trouve hors de la périphérie de l’existence nationale. Mais même s’il voit une partie plus éclairée que les autres, il faut au moins qu’il s’efforce de percevoir l’ensemble, et c’est seulement dans la mesure où il y est parvenu que sa compréhension du phénomène individuel sera claire et assurée.

43VII.

44En progressant de son activité la plus spécifique, l’interprétation linguistiquement assurée de la lettre des textes, aux niveaux plus élevés et plus généraux de la recherche historique, la philologie met inévitablement en application les avantages acquis par la pratique persévérante de l’ultime et de l’infime que sont la précision méticuleuse et la confrontation assurée de la forme et du contenu, de la tradition et de la raison. Elle acquiert par là, en plus de la relation réciproque d’ordre factuel déjà indiquée, une autre signification particulière pour la science historique, celle d’un modèle de méthode. Je peux désigner brièvement sous le nom de méthodologie historique la théorie de la méthode et l’encyclopédie philologiques. De fait, aux différents niveaux de la recherche historique se répètent, appliquées à des matières qui ne se distinguent que par des différences de degrés, les mêmes opérations élémentaires pratiquées par la philologie : la recensio et l’interpretatio, l’établissement des faits donnés par la tradition et leur appréhension par l’esprit, leur compréhension. On pourrait nommer en troisième la critique, si celle-ci ne se manifestait pas constamment dans l’exercice des deux premières et si elle n’était pas partout le sel indispensable : la critique qu’on nomme diplomatique coïncide avec la recensio, la critique créatrice ou divinatoire n’est autre que l’interprétation transcendante qui va au-delà des faits transmis par la tradition. De même que le philologue examine les leçons divergentes des manuscrits pour établir la forme la plus définitive possible d’un texte, l’historien politique, par exemple, auditionne les différents témoins pour découvrir la tradition la plus fiable concernant le déroulement de faits historiques : tous deux se fondent sur les résultats que l’histoire de la tradition même, ou critique des sources, a livrés. Le premier doit reconstituer des pensées à partir de mots et déduire d’une somme de pensées l’intention d’un écrivain, sa position vis-à-vis de ses contemporains et de ses prédécesseurs ; le second doit relier en une série de causes et d’effets les faits particuliers qui ont été découverts et dévoiler dans les actions les mobiles conscients et involontaires de leurs auteurs ; tous deux interprètent, expliquent.

45Ces deux opérations ne peuvent être séparées nulle part ; l’une sans l’autre, leur valeur est soit nulle soit imprévisible. Dans de nombreux cas, la compréhension serait donnée immédiatement avec la collecte exhaustive et l’examen fiable des faits. Mais il n’existe pas de tradition sans lacune et des caractéristiques externes ne suffisent pas partout pour séparer l’authentique de l’inauthentique. Or les caractéristiques internes ne sont révélées que par la connaissance et la compréhension de l’objet lui-même, et les lacunes de la tradition ne peuvent être comblées que par une combinaison intuitive qui puise aussi à cette source. Il s’ensuit donc nécessairement que dès le premier travail de recensio, la deuxième activité, l’interpretatio, intervient aussi. Ainsi naît un mouvement circulaire semblable à celui d’une roue qui tourne sans cesse autour du même axe, mais ne fait aucun tour sans faire avancer le véhicule.

46Si j’ai eu raison de rapporter toute recherche historique à deux opérations élémentaires qui sont fondamentalement exercées par la philologie, alors il nous est apparu clairement d′un point de vue formel aussi que la philologie est, sinon la méthode exclusive, du moins une méthode, et plus précisément la méthode fondamentale de la science historique. Les étudiants de disciplines très éloignées ont fait preuve de discernement en assistant aux cours magistraux de Ritschl dans la seule intention « d’apprendre une méthode ».

  • 25  [Leo Königsberger. Freudenthal attire mon attention sur la même affirmation d’Immanuel Kant dans s (...)

47Un grand mathématicien25 m′a un jour surpris en affirmant que les sciences qu’on nomme sciences de la nature ne peuvent revendiquer le statut de science que dans la mesure où elles sont devenues mathématiques. On a plus encore raison de dire que toutes les disciplines historiques requièrent un fondement posé philologiquement et l’introduction d’une méthode philologique.

48Nous sommes loin de poser une équivalence entre l’évidence quasi objective de la déduction mathématique et la certitude subjective des conclusions historiques. Mais de toutes les méthodes historiques, la méthode philologique est la seule qui puisse revendiquer une certitude fondée en elle-même. L’interprétation des signes écrits que nous pratiquons dans la critique divinatoire s’élève au niveau de l’évidence mathématique.

49Ce n’est pas de la présomption corporatiste que d’affirmer que les autres disciplines historiques sont encore loin de la fondation philologique que nous appelons de nos vœux. Car de toute évidence, elles aussi reconnaissent maintenant la justesse de notre position.

50Dans l’édition des sources historiques de l’Allemagne, cette œuvre nationale commencée sous l’impulsion du baron de Stein, les exigences de la méthode philologique sont devenues plus rigoureuses de génération en génération, en particulier sous l’impulsion de Jaffé ; et la nouvelle phase dans laquelle cette œuvre est entrée lorsqu’elle a été placée sous la direction de l’Académie de Berlin peut être caractérisée de philologisation cohérenteXI. En histoire médiévale et moderne, c’est la recherche archivistique qui a le plus de parenté avec le travail philologique, qui s’élève du particulier et de l’individuel au général, et c’est elle qui a le plus besoin de lui. De fait, pour la diplomatique, le devoir de recensio, établissement d’un texte fiable par le recours aux documents originaux et critique de l’authentification des documents, est désormais reconnu par tous. Mais alors que l’exploitation matérielle de ces sources est menée avec zèle, la connaissance de la langue dans laquelle elles sont rédigées, le latin médiéval, est restée pour l’essentiel au niveau où l’a portée le coup de maître de Du Cange ; aucune histoire de cette langue, aucune distinction par lieu et par époque des dégénérescences grammaticales et de l’intégration de mots vernaculaires n’a été entreprise par personne.

51La jurisprudence ne jouit que depuis peu des bienfaits de l’étude philologique des sources romaines du droit : le travail admirable de Homeyer sur les sources allemandes avaient déjà posé une première pierreXII ; l’Académie de Vienne applique aux plaids autrichiens des soins et des efforts dont un auteur classique se réjouirait –à raison, on ne peut trop bien faire en ce domaine. Le modèle de travail philologique et historique que Jacques Godefroy a présenté en éditant le recueil théodosien de décrets impériaux n’a pas été suivi pour le Codex et les Novelles de Justinien. Le fait que les digestes ne présentent pas un système du droit romain uni et formé par un seul esprit, mais des extraits d’œuvres de différents juristes répartis sur plus de quatre siècles, aurait dû avoir pour conséquence évidente que l’on exigeât, comme condition indispensable pour l’exploitation scientifique de ces doctrines juridiques, de recueillir et d’étudier les fragments conservés de chaque œuvre d’une certaine importance et de chaque auteur, afin de découvrir le système et la méthode des auctores juris, de mettre correctement en lumière le jugement individuel de ces derniers et de reconnaître la formation progressive du droit. Cette exigence est loin d’être satisfaite.

52Étant donné l’importance historique qu’ont acquise les leçons divergentes de passages bibliques importants pour le dogme, la collecte exhaustive des documents relatifs à l’histoire du texte et l’établissement d’un texte fondé sur les documents originaux étaient, semble-t-il, un besoin primordial pour la théologie. Lorsque la piété d’un maître comme Lachmann eut appliqué avec rigueur méthodique les résultats de ses recherches sur l’histoire des textes au Nouveau Testament, on s’en détourna avec dégoût ; les applaudissements vont aux travaux d’un manœuvre qui, pour avoir apporté des pierres au chantier, croyait être capable de construire lui-même. Il fallait d’abord que l’intérêt pour l’histoire de la langue se soit éveillé pour que l’on puisse ensuite consacrer des études plus poussées aux traductions de la Bible en latin ancien. Personne n’a encore tenté de reconstituer la version hiéronymienne, source de la vulgate, à partir des manuscrits, et c’est seulement aujourd’hui qu’on peut espérer voir paraître une édition critique de la Bible des Septante. Les versions latines des pères de l’Église ont commencé de nos jours à faire l’objet d’un travail philologique à la demande de l’Académie de Vienne, sous l’impulsion de Bernays et de Ritschl ; pour les versions grecques, nous sommes encore aujourd’hui largement dépendants des bénédictins français.

53Qui s’exprime ouvertement n’a pas le droit de se réserver un traitement de faveur. Si des lacunes et des insuffisances ont été relevées dans le travail scientifique effectué jusqu’à aujourd’hui, cette critique ne se limite pas aux disciplines dont il a été question : ces dernières peuvent à bon droit la retourner contre la philologie qui, malgré l’exemple donné par un Pithou ou un Sirmond durant la grande époque de la philologie française, s’est trop longtemps consacrée à des sujets agréables au détriment du travail gratifiant mais ardu à effectuer dans des domaines voisins, et qui, depuis qu’elle a reconnu sa faute, n’a pas toujours évité le danger de faire une besogne de journalier au lieu de travailler à la gloire de Dieu.

54Dans l’exposé que je viens de faire, je crois avoir à la fois rendu compte de la situation réelle de la science et exclu l’interprétation erronée d’après laquelle on devrait prendre parti pour une philologie purement formelle. Que la connaissance historique est à la fois la condition et le but des opérations spécifiquement philologiques de critique et d’exégèse a été suffisamment démontré, et l’exemple donné par les maîtres en cet art depuis Scaliger le confirme. Certaines productions de notre époque peuvent enseigner comment la méthode, une fois séparée du contexte de son but, dégénère en un pur jeu de l’esprit et de la perspicacité qui ressemble à s’y méprendre au dilettantisme.

55Nous voyons d’autres personnes tenter non sans succès apparent d’introduire dans la philologie, comme cela se fait dans d’autres branches de la connaissance, une forme de travail industriel à la place de la recherche autodéterminée à laquelle on ne peut, il est vrai, que former lentement un petit nombre de talents. Nous autres Allemands, nous ne voulons pas oublier et nous n’oublierons pas que notre philologie a été fondée par un chef-d’œuvre de reconnaissance créatrice de l’Antiquité, et plus la division du travail s’impose, plus nous fixons notre regard sur le but que Wolf et Böckh ont indiqué. Le philologue est le pionnier de la science historique. Il l’a été et il le restera. Les grandes tâches de toutes sortes dont on attend de lui la réalisation ou le soutien ne manqueront jamais.

  • 26  [A. Kirchoff dans les Monatsberichte der Berliner Akademie, 1860, p.393].

56On a appelé les philologues de notre génération des épigones26 auxquels il ne resterait qu’à achever et à perfectionner l’édifice élevé par les grands hommes de l’époque précédente. Chacun est le successeur de ses prédécesseurs, mais chaque génération reçoit sa mission propre. C’est vrai, le nombre de sujets à explorer et de tâches à accomplir s’est infiniment multiplié, et il faut s’élever plus haut pour atteindre les couronnes de gloire auxquelles nous aspirons. Il nous faut mettre d’autant plus d’énergie, au lieu de nous laisser abattre par la conscience d’être des épigones, à mobiliser nos forces pour pouvoir accrocher, avec l’œuvre de notre vie, un maillon utile à la chaîne du progrès scientifique.

Haut de page

Annexe

I  Richard Bentley (1662-1742), A Dissertation upon the epistles of Phalaris, with an answer to the objections of… Charles Boyle, Londres, H. Mortlock, 1699.

II  Johann Gottfried Herder, « Über die neuere deutsche Literatur II. Von der griechischen Literatur in Deutschland, A », in : Frühe Schriften 1764-1772, éd. Ulrich Gaier, Francfort-sur-le-Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1985, p.310.

III  Franz Theodor Waitz (1821-1862), professeur de philosophie à l’Université de Marburg. Outre des ouvrages de psychologie et de pédagogie, Waitz a publié une Anthropologie des peuples naturels (Anthropologie der Naturvölker, Leipzig, Fleischer, 6 vol., 1859-1872), dont il est question ici. Le premier volume, intitulé Über die Einheit des Menschengeschlechts (De l’unité de l’espèce humaine), parut en 1859. Il fut suivi par un volume sur l’histoire ethnographique et culturelle des Africains (Die Negervölker und ihre Verwandten, 1860), et par deux volumes sur les Américains (Die Amerikaner, 1862 et 1864). Un volume indépendant sur les Indiens d’Amérique du Nord, posthume, parut en 1865. Enfin, sur la base des notes de Waitz, Georg Gerland publia deux autres volumes posthumes en 1870 et 1872 sur les Malais, les Polynésiens et les Australiens (Die Völker der Südsee. 1. Heft : Die Malaien ; 2. Heft : Die Mikonesier und nordwestlichen Polynesier ; 3. Heft : Die Polynesier, Melanesier, Australier und Tasmanier). Gerland prépara aussi une seconde édition du premier volume sur la base des papiers de Waitz. Voir Robert Bernasconi, « Introduction », in : Theodor Waitz, Anthropologie der Naturvölker [fac-simile de l’édition de 1859, Race and Anthropology, Volume 2], Bristol, Thoemmes Press, 2003.

IV  August Schleicher (1821-1868), Sprachvergleichende Untersuchungen. I. Zur Vergleichenden Sprachgeschichte, Bonn, H.B. König, 1848. Cette référence est indiquée et explicitée par Patrick Tort, Évolutionnisme et linguistique. Suivi de August Schleicher, La théorie de Darwin et la science du langage, De l’importance du langage pour l’histoire naturelle de l’homme, Édition réalisée avec le concours de Denise Modigliani, Paris, Vrin, 1980, p.45.

V  August Friedrich Pott (1802-1887), Doppelung (Reduplikation, Gemination) als eines der wichtigsten Bildungsmittel der Sprache, beleuchtet aus Sprachen aller Welttheile, Lemgo, Meyer, 1862.

VI  Tyrannion d’Amisos (mort en 25-26 av J.-C.), grammairien grec, élève de Denys le Thrace.

VII  Joseph Justus Scaliger.

VIII  Goethe, Faust. Deuxième partie de la tragédie, en cinq actes, vers 10467 (traduction citée : Goethe, Faust I et II, traduction de Jean Malapate, préface et notes de Bernard Lortholary, Paris, GF-Flammarion, 1984, p.435).

IX  Platon, Protagoras, 347c. Socrate dit à Protagoras : « (…) J’aimerais, Protagoras, reprendre la question sur laquelle je t’ai tout d’abord interrogé, et essayer de mener notre enquête à bonne fin de concert avec toi. Car, pour ce qui est des conversations sur la poésie, elles me rappellent tout à fait les banquets des gens sans esprit et sans culture. Ces hommes grossiers, ne pouvant trouver en eux-mêmes, faute d’éducation, la matière d’un entretien, quand ils boivent ensemble, incapables d’associer leurs voix ou leurs discours, font monter le prix des joueuses de flûte, parce ce qu’ils achètent fort cher une voix qui n’est pas à eux, la voix des flûtes, et qu’ils se procurent ainsi le moyen de passer le temps en société. Quand des gens cultivés, au contraire, se réunissent pour boire, on ne voit auprès d’eux ni joueuses de flûte, ni danseuses, ni citharistes ; ils suffisent par eux-mêmes à l’entretien sans avoir besoin d’ajouter à leur propre voix le secours emprunté de tout ce caquet dénué de sens, et, même en buvant largement, ils savent parler et écouter tour à tour avec décence et dignité.(…) » (Platon. Œuvres complètes. Tome III-1re partie. Protagoras, Texte établi et traduit par Alfred Croiset, avec la collaboration de Louis Bodin, Neuvième tirage revu et corrigé, Paris, Les Belles Lettres, 1984, p.68. Le passage d’Isocrate mentionné en note par Usener se trouve dans le Panathénaïque (XII), 18 : « Quelques amis intimes, m’ayant rencontré, me dirent qu’assis dans le Lycée, trois ou quatre de ces sophistes vulgaires qui prétendent tout savoir et se montrent à l’improviste partout, dissertaient sur les poètes et en particulier sur la poésie d’Hésiode et d’Homère : ils ne disaient rien qui fût tiré de leur fonds, mais récitaient des extraits de ces auteurs et se remémoraient les plus brillants passages d’études faites par d’autres avant eux. » » (Isocrate. Tome IV, Texte établi et traduit par Georges Mathieu et par Émile Brémond, Paris, Les Belles Lettres, 1962, (p.63-159), p.92).

X  Friedrich Schiller, « Breite und Tiefe ».

XI  C’est en 1815 que l’homme d’État prussien Karl, baron von Stein, rentré dans la vie privée après le Congrès de Vienne, conçut alors le projet d’un recueil des sources de l’histoire médiévale allemande. Il fonda en 1819 à Francfort une « société pour l’histoire de l’ancienne Allemagne » (« Gesellschaft für ältere deutsche Geschichtskunde »), définies dans ses statuts comme une « association ayant pour but la réalisation d’une édition complète des sources écrites des histoires allemandes du Moyen Âge » (« Verein zur Herstellung einer Gesamtausgabe der Quellenschriftsteller deutscher Geschichten des Mittelalters »). Sur la recommandation de l’Assemblée de Francfort, à laquelle les statuts de la société avait été soumis, l’association reçut la protection de plusieurs gouvernements allemands. Elle se consacra à la publication des Monumenta Germaniae historica, dont le premier éditeur scientifique fut Georg Heinrich Pertz (1795-1876). Dans les années 1872-1875, les Monumenta Germaniae historica furent réorganisés, les nouveaux statuts précisant explicitement que la nouvelle direction centrale, nommée en partie par les académies de Berlin, de Vienne et de Munich, siégeait à Berlin et était en relation avec l’académie des sciences de Prusse. Philipp Jaffé (1819-1870) avait étudié l’histoire à Berlin, participé au séminaire de Ranke et rédigé un mémoire intitulé « Histoire de l’Empire allemand sous Lothaire le Saxon » (« Geschichte des Deutschen Reichs unter Lothar dem Sachsen »). Le fait d’être juif lui fermant les portes de l’Université et des archives prussiennes, il avait ensuite accompli des études de médecines. Jaffé travailla sous la direction de Georg Heinrich Pertz et fut un collaborateur permanent des Monumenta Germaniae historica de 1854 à 1862. (Harry Breslau, Geschichte der Monumenta Germaniae historica im Auftrage ihrer Zentraldirektion, Hannover, Hahnsche Buchhandlung, 1921).

XII  Carl Gustav Homeyer (1795-1874), professeur de droit à l’Université de Berlin et membre de l’Académie des Sciences de Prusse, s’est attaché principalement à éditer les sources du droit saxon médiéval, en particulier le Miroir de Saxe (Des Sachsenspiegels erster Theil, oder das sächsische Landrecht nach der Berliner Handschrift, Berlin, F. Dümmler, 1827, 2e édition, 1835, 3e édition, 1861 [Le Miroir de Saxe, Première partie] ; Des Sachsenspiegels zweiter Theil, nebst der verwandten Rechtsbüchern, 2 vol., Berlin, F. Dümmler, 1842-1844 [Le Miroir de Saxe, Deuxième partie, avec les codes apparentés]. Il a aussi publié un répertoire de sources allemandes du droit médiéval : Die deutschen Rechtsbücher des Mittelalters und ihre Handschriften, Berlin, F. Dümmler, 1856 [Les livres du droit allemand au Moyen-Âge et leurs textes manuscrits].

Haut de page

Notes

1  [M. Luther, dans sa lettre « aux conseillers de toutes les villes d’Allemagne », in : Gesammelte Werke, éd. J.K. Irmischer, Erlangen, 1832, t.22, p.185 : « C’est pourquoi un simple prédicateur de la foi et un interprète de l’Écriture sont deux choses très différentes […] Un simple prédicateur (c’est vrai) dispose de tant de passages et de textes clairs grâce aux traductions qu’il peut comprendre le Christ, l’enseigner et vivre saintement en lui, et qu’il peut prêcher pour autrui. Mais pour interpréter l’Écriture, et agir par lui-même, et disputer contre ceux qui la citent erronément, il n’a pas ce qu’il faut : on ne peut pas le faire sans la connaissance des langues. Or il faut toujours qu’on ait dans la Chrétienté des prophètes tels qu’ils portent et interprètent l’Écriture, et qui soient aussi aptes à disputer, et il ne suffit pas de vivre saintement et d’enseigner droitement. C’est pourquoi la connaissance des langues est totalement et absolument nécessaire dans la Chrétienté, de même que les prophètes ou interprètes […] » ; Ph. Melanchthon, « Àune ville vénérable, sur l’établissement de l’école latine », 1543 ; Ordonnance scolaire du Wurtemberg de 1559 : « Les écoles ont été instituées par Dieu afin que des hommes de bien, sages, savants, capables et soumis à Dieu soient éduqués à remplir le saint office. »]

2  Über die neuere deutsche Literatur, II, p.273 sq.

3  [Voir Goethe, Wilhelm Meisters Wanderjahre, « Aus Makariens Archiv » (Johann Wolfgang von Goethe, Vollständige Ausgabe letzter Hand, t.23, 1829, p.252) : « si nous nous confrontons à l’Antiquité et l’observons sérieusement avec l’intention de nous former à son contact, nous acquérons la sensation de commencer seulement à devenir véritablement des hommes »].

4  Cf. Wilhelm von Humboldt, Wilhelm von Humboldt’s gesammelte Werke, éd. Alexander von Humboldt, t. 5, Berlin, G. Reimer, 1846, p.5-18, et Friedrich August Wolf in Museum der Alterthums-Wissenschaft (1807), I, p.126 sq.

5 Museum der Alterthums-Wissenschaft (1807), I, p.124 sq.

6 Ibid., I, p.9, cf. aussi p.115.

7 Ibid., I, p.115 sq.

8  Sur le livre Hellène projeté par Böckh dès ses années à Heidelberg (1807-1811), voir « A. Böckh’s Biographie, verfasst von Dr. Rudolf Heinrich Klausen, Professor an der Universität zu Bonn, in : S.F.W. Hoffmann (éd.), Lebensbilder berühmter Humanisten. Erste Reihe : Friedrich Jacobs, August Böckh, Karl Zell, Angelo Poliziano, Leipzig, A.F. Böhme, 1837, (p.31-62), p.54.

9  Karl Otfried Müller, Geschichte hellenischer Stämme und Städte. Erster Band. Orchomenos und die Minyer, Breslau, Josef Mar, 1820, p.106 sq.

10  A. Böckh, Metrologische Untersuchungen über Gewichte, Münzfüße und Maße des Alterthums in ihrem Zusammenhange, Berlin, Veit und Comp., 1838.

11  R. Westphal, « Zur vergleichenden metrik der indogermanischen völker », Zeitschrift für vergleichende Sprachforschung auf dem Gebiete des deutschen, griechischen und lateinischen herausgegeben von Dr. Adalbert Kuhn 9, 1860, Berlin, F. Dümmler,p.437-458.

12  Karl Friedrich Hermann, Karl Friedrich Hermann’s Kulturgeschichte der Griechen und Römer, éd. Karl Gustav Schmidt, t.1, Göttingen, Vandenhoek und Ruprecht, 1857, p.4 sq.

13  [F.W. Schneidewin, en outre élève de K.O. Müller].

14  Hermann A. Goell, De triumphi romani origine : permissu, apparatu, via, Schleiz, Huebscher, 1854.

15  Dans l’article de 1833 « Über die neueste Entwicklung der Philologie », in : Opuscula philologica., t. 5, Leipzig, Teubner, 1879, p.3, p.7, p.13 sq.

16  Voir maintenant « Ein altes Lehrgebäude der Philologie », in : Sitzungsberichte der Philosophisch-Philologischen und Historischen Classe der Königlichen Bayerischen Akademie der Wissenschaften zu München, 5 novembre 1892, p.582 sq..

17  Platon, Protagoras, 347c sq., et une réaction évidente à ce passage chez Isocrate, 12, 18.

18  Épigramme moqueur d’Herodicos le Cratétien sur les arguties de l’école d’Aristarque chez Athénée, V, 222a.

19  Paul aux Corinthiens II 3, 6 : « to gar gramma apokteinei, to de pneuma zôopoiei. »

20  [Vignette d’O. Jahn « inter folia fructus ». Friedrich Schlegel écrivit un jour à Novalis (dans la lettre remarquable où il annonce qu’il veut créer une nouvelle religion, 2 décembre 1798) : « Der Buchstab ist der echte Zauberstab. » (« La lettre est la baguette magique authentique. ») (Novalis’ Briefwechsel mit Friedrich und August Wilhelm., Charlotte und Caroline Schlegel, éd. Johann Michael Raich, Mayence, Kirchheim, 1880, p.90)].

21  [Eduard Gerhard dans les actes du congrès de philologues de Berlin de 1850 (Verhandlungen der elften Versammlung deutscher Philologen, Schulmänner und Orientalisten in Berlin vom 30. September bis 5. Oktober 1850, Berlin, 1850, p.40 sq. (cf. Otto Jahn, Eduard Gerhard. Ein Lebensabriss, Berlin, Reimer, 1868, p.69 sq.) et la contribution de Emil Braun dans Eduard Gerhard (éd.), Hyperboreisch- Römische. Studien für Archäologie II, Berlin, Reimer, 1852, p.1 sq.]

22  Térence, Heautontimoroumenos 77 : « Homo sum : humani nil a me alienum puto », paroles du vieux Chremes [Friedrich Schlegel, Athenäum I, 2, p.38 : « Sur le cynisme du philologue »].

23  [comme H. Nissen et A. Mau pour les restes de Pompéi.]

24  [comme Böckh, Mommsen, Joh. Brandis.]

25  [Leo Königsberger. Freudenthal attire mon attention sur la même affirmation d’Immanuel Kant dans son écrit « Metaphysische Anfangsgründe der Naturwissenschaft », in : Immanuel Kant’s Sämmtliche Werke, éd. Karl Rosenkranz, Friedrich Wilhelm Schubert, t. 5, Leipzig, L. Voss, 1839, p.309.]

26  [A. Kirchoff dans les Monatsberichte der Berliner Akademie, 1860, p.393].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hermann Usener, « Philologie et sciences historiques (1882) », Revue germanique internationale [En ligne], 14 | 2011, mis en ligne le 24 octobre 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/1283

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page