Navigation – Plan du site

Hermann Diels : le savoir des Anciens et la science de l’antique1

Lucia Saudelli
p. 187-208

Résumés

Cet article consacré à la figure et à l’œuvre de Hermann Diels présente, en guise d’introduction, les étapes principales de la carrière du philologue allemand ainsi que ses publications les plus importantes. L’attention se focalise ensuite sur les deux ouvrages de Diels qui ont le plus marqué les études et la recherche modernes en sciences de l’Antiquité. Doxographi Graeci (1879) est la première collection d’opinions des penseurs anciens : Diels y forge le néologisme « doxographe » et propose sa propre théorie du développement de la tradition doxographique antique, de Théophraste à Aétius. Comme les doxologues contemporains l’ont montré, les limites et les erreurs de cette reconstitution proviennent principalement des techniques philologiques allemandes du XIXesiècle. Die Fragmente der Vorsokratiker (1903) est, quant à lui, le premier recueil de textes des et sur les philosophes présocratiques. Dans sa version révisée par Walter Kranz (1951-1952), il reste à ce jour l’édition de référence : sa numérotation est reproduite dans toutes les traductions disponibles, ses « témoignages » (comptes rendus indirects) et ses « fragments » (citations verbales) sont à la base de toutes les études contemporaines. La dernière partie de l’article décrit et explique la fortune de l’édition de Diels dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerre, et en particulier dans la recherche scientifique et les débats intellectuels des années 1920.

Haut de page

Texte intégral

Le philologue et son œuvre

  • 1  Ce travail bénéficie du soutien du Projet ANR « Présocratiques Grecs, Présocratiques Latins » diri (...)
  • 2  Cf. William M. Calder III et Jaap Mansfeld (éd.), Hermann Diels (1848-1922) et la science de l’Ant (...)
  • 3  Peter Robert Franke, « Diels, Hermann Alexander », Neue Deutsche Biographie 3, 1957, p.646-647 : h (...)

1Les spécialistes des études classiques qui se consacrent à la Wissenschaftsgeschichte ne peuvent que rendre hommage au philologue allemand Hermann Alexander Diels2. Né à Biebrich en 1848, il fit ses études à Bonn et à Berlin et obtint son doctorat en 1870 avec une thèse sur l’Historia philosopha de Galien dirigée par Hermann Karl Usener. Pour des raisons économiques, suite à la mort de son père et de son oncle, Diels commença sa carrière comme enseignant de langues et littératures grecques et latines au lycée, d’abord à Flensburg, puis au Johanneum de Hambourg. Cela ne l’empêcha pas de publier des travaux philologiques de haute qualité et de grand intérêt scientifiques : dès 1881, il fut élu membre de la Preußische Akademie der Wissenschaften ; l’année suivante (1882), il fut nommé professeur à l’Université de Berlin, et il devint professeur ordinaire en 18863. Lors de la fondation de l’Association Internationale des Académies (1899), Diels fut salué par ses collègues européens et américains comme un scientifique éminent et comme le principal organisateur de l’Association qui devait marquer le début d’un nouveau siècle : l’époque de la science internationale.

  • 4  Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, Kleine Schriften, éd. Enno Friedrich Wichard, 3 t., Berlin, We (...)
  • 5  Cf. William M. Calder III, « Hermann Diels: what sort of fellow was he ? », in : William M. Calder (...)

2Le collègue et ami de Diels, Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, lui attribuait deux qualités rares et précieuses, Arbeitskraft et Schaffenslust : il travaillait avec le plus grand zèle et la plus grande assiduité, avec une initiative et un enthousiasme extraordinaires, le travail étant d’ailleurs la partie la plus importante de sa vie. En le comparant à Eduard Zeller, Wilamowitz dit : « In der Tat waren sie verwandt, beide aristotelische Naturen, Diels noch mehr als Zeller »4. Wilamowitz avait en effet un esprit platonicien, mais il ne pouvait que reconnaître la valeur des natures aristotéliciennes. En confirmant en quelque sorte son avis, Werner Jaeger écrivait que son maître Diels « deliberately kept away from Plato, for whom he had no inner spiritual affinity », en pensant probablement que les spécialistes d’origine modeste comme lui n’étaient pas en mesure de comprendre le milieu aristocratique des dialogues de Platon5.

  • 6  Hermann Diels (éd.), Doxographi Graeci, Berlin, Reimer, 1879, réimprimé en 1976 et plusieurs fois (...)
  • 7  Hermann Diels (éd.), Simplicii in Aristotelis Physicorum libros quattuor priores commentaria, Comm (...)
  • 8  Hermann Diels (éd.), Poetarum philosophorum fragmenta, Poetarum Graecorum fragmenta auctore Udalri (...)
  • 9  Diels nous a fourni, en outre, des éditions bilingues de Parménide (Parmenides. Lehrgedicht. Griec (...)
  • 10  Hermann Diels (éd.), Philodemos Über die Götter, erstes Buch [und drittes Buch], Berlin, Abhandlun (...)
  • 11  Hermann Diels (éd.), Anonymi Londinensis ex Aristotelis Iatricis Menoniis et aliis medicis eclogae(...)
  • 12  Hermann Diels, Wilhelm Schubart (éd.), Didymos Kommentar zu Demosthenes (Papyrus 9780) nebst Wörte (...)
  • 13  Hermann Diels, Die Handschriften der antiken Ärzte, I-II, Berlin, Abhandlungen der Akademie zu Ber (...)
  • 14  Hermann Diels, Antike Technik, Sechs Vorträge, Leipzig, Berlin, Teubner, 1914 (31920, édition augm (...)
  • 15  Titus Lucretius Carus. De rerum natura. Lateinisch und deutsch von H. Diels, I [Ausgabe], Berlin, (...)
  • 16  Cf. Hermann Diels, Kleine Schriften zur Geschichte der antiken Philosophie, hrsg. (Einleitung und (...)
  • 17  Hermann Diels (éd.), Die Fragmente der Vorsokratiker, Berlin, Weidmann, 1903 (1906-07, 1912, 1922, (...)

3Nous devons à Diels la premier corpus de collections d’opinions philosophiques et scientifiques des Anciens, les Doxographi Graeci6, l’édition critique du Commentaire sur la Physique d’Aristote du néoplatonicien Simplicius de Cilicie, parue dans la grande série des Commentaires grecs à Aristote7, un recueil de Fragments des philosophes poètes antiques8 qui constitue encore à l’heure actuelle l’édition de référence pour Xénophane, Parménide ou Empédocle9, ainsi que l’édition principale de la partie conservée du traité Sur les dieux de Philodème10, reconstituée à partir des papyri d’Herculanum, ou plus précisément des apographes de Naples et d’Oxford. Diels a été d’ailleurs l’un des premiers à éditer des textes papyrologiques importants, tels que l’Anonyme de Londres11 et le Commentaire de Didyme d’Alexandrie à Démosthène12. Il a en outre mené une vaste enquête sur la tradition textuelle des traités médicaux13, rédigé une synthèse de haute vulgarisation sur les techniques anciennes14, édité et traduit le De rerum natura de Lucrèce15. Parmi ses écrits mineurs, on peut rappeler une étude, assez singulière, consacrée à La découverte de l’alcool16. Son intérêt pour la pensée des premiers philosophes grecs le conduisit à entreprendre l’édition du corpus sur lequel il travailla du début à la fin de sa carrière et qui constitue le point de repère d’importants projets éditoriaux et travaux de recherche actuels : Die Fragmente der Vorsokratiker17.

  • 18  Cf. Jean Bollack (éd.), Empédocle, II. Les Origines, édition et traduction des fragments et des té (...)

4La contribution importante de Diels à la science de l’Antiquité est donc un travail d’édition, vaste et diversifié, ainsi que l’étude d’aspects, de thèmes ou de problèmes particuliers du savoir scientifique et des croyances religieuses, de la poésie ou de la technique des Anciens ; mais Diels a aussi et surtout posé les questions majeures relatives à la théorie et à la pratique de l’histoire de la philosophie antique. Pour reprendre le jugement lucide de Jean Bollack18 sur l’œuvre de Diels, qui demeure fondamentale tout en étant désormais dépassée : « Nous lui devons les instruments de notre travail. Mais les préjugés propres à sa formation et à la forme de son esprit ont laissé leur empreinte sur le texte qu’il a mis à la disposition des philosophes ». Il faudra expliciter et tempérer ce verdict, que l’on peut partager à bien des égards.

Doxographi Graeci : la tradition des collections d’opinions

  • 19  Cet ouvrage de jeunesse n’a jamais été révisé par la suite, ce qui signifie que Diels n’a jamais j (...)
  • 20  L’étude de référence sur Diels et la doxographie ancienne est désormais Jaap MansfeldDavid T. Runi (...)

5À l’âge de 31ans – c’est-à-dire à l’époque où la lourde charge d’enseignement au lycée lui incombait encore – Diels publia les Doxographi Graeci (1879)19. Il s’agit d’une collection de textes anciens grâce à laquelle le terme et le concept de « doxographe » ont acquis une signification technique et gagné une place de premier plan dans les études contemporaines20. En suivant les principes et les résultats de son Doktorvater Usener, mais aussi d’Eduard Zeller, de Theodor Gomperz et d’une longue généalogie de philologues remontant à la Renaissance (XVIes.), Diels enquêta sur la tradition de nombre d’œuvres et d’auteurs anciens rapportant les « opinions » (doxai) des penseurs grecs. Sa présentation des textes commençait avec Théophraste (IVes. av. J.-C.), disciple et successeur d’Aristote, et comprenait les principales compilations antiques. Le principe de son entreprise était d’étudier non pas les auteurs pour eux-mêmes, mais ce qu’ils nous apprennent sur les sources antérieures qu’ils ont utilisées car, selon l’adage cicéronien (De orat. 2. 117) : tardi ingeni est rivulos consectari, fontes rerum non videre (« c’est le propre d’un esprit lent de suivre les petits fleuves, sans voir les sources des choses »). Ainsi, dans l’introduction labyrinthique des Doxographi, les Prolegomena, Diels analysait les traités doxographiques de l’Antiquité en représentant de manière schématique le développement des sources afin de remonter à la source la plus ancienne.

  • 21  Une autre source serait le De natura hominis de Némésius d’Émèse. La plus grande partie de l’Histo (...)
  • 22  Selon Jaap Mansfeld (Physikai doxai and Problêmata physika from Aristotle to Aëtius (and beyond), (...)

6Un rôle de premier plan était joué, à son avis, par la collection de placita (littéralement « ce qui plaît à quelqu’un (de penser) ») d’un certain « Aétius ». Il le considérait comme un doxographe de la seconde moitié du premier siècle après J.-C. environ dont l’œuvre perdue aurait été partiellement conservée dans les Placita philosophorum du pseudo-Plutarque et dans les Eclogae physicae de Jean Stobée, ainsi que dans la Graecarum affectionum curatio de Théodoret de Cyr – le seul auteur antique qui en mentionne le nom21. Selon Diels, cette doxographie contenait du matériau qui remontait à l’école péripatéticienne et précisément à Théophraste, c’est-à-dire à son œuvre Physikôn doxai (« Les opinions des physiciens »)22. Ainsi Diels faisait-il de Théophraste et d’Aétius – liés par le biais de recueils intermédiaires d’opinions qu’il appelait Vetustissima et Vetusta Placita – le début et le centre du réseau doxographique de l’Antiquité.

  • 23  À ces deux sens, l’on peut ajouter aussi : 3) tout compte rendu de doctrine philosophique qui n’ap (...)
  • 24  Le meilleur bilan récent sur les résultats de cette recherche est l’article « Doxography of ancien (...)

7Le néologisme « doxographe », forgé par Diels et adopté par tous les spécialistes postérieurs, n’a jamais été défini de manière exacte ; c’est pourquoi le terme « doxographie » peut être encore employé stricto sensu et lato sensu, pour indiquer respectivement : 1) la tradition de la littérature des Placita (avec les écrits proches) reconstituée par Diels ; 2) la plus ample tradition de discussion et de synthèse des doctrines philosophiques anciennes23. Les historiens de la philosophie antique se réfèrent couramment au deuxième sens du terme dans leurs travaux actuels ; en ce qui concerne le premier sens, la reconstitution de l’histoire de la « doxographie » de Diels (1879) a été acceptée par la plupart des chercheurs pendant plus d’un siècle. Jaap Mansfeld et David Runia ont récemment réexaminé la nature et le but des traditions doxographiques anciennes dans leurs Aetiana (1997-2009), en repartant justement du travail de notre philologue24.

  • 25  Sur la question, voir Jaap Mansfeld, « Cratylus 402 a-c : Plato or Hippias ? », in : Livio Rossett (...)
  • 26  Cf. Jaap Mansfeld, « Cosmic Distances: Aëtius 2.31 Diels and some related Texts », Phronesis 45, 2 (...)
  • 27  Cf. Jaap Mansfeld, « Chrysippus and the Placita », Phronesis 34, 1989, p.311-342.

8Les deux doxologues ont validé l’hypothèse de Diels selon laquelle une grande partie de la collection d’opinions que l’on retrouve chez les auteurs antiques provient de l’école péripatéticienne, mais ils se sont trouvés en désaccord avec lui sur le rôle majeur attribué à Théophraste. Tout d’abord, Diels n’a pas reconnu l’influence décisive d’Aristote dans la première formation de la tradition. Il n’a pas non plus étudié le dossier concernant Hippias et Gorgias, les deux sophistes qui ont composé les tout premiers recueils anthologiques d’opinions, et qui ont sans doute été utilisés par Platon et Aristote25. Il semble en outre que la contribution du péripatéticien Eudème ait été importante dans la tradition des Placita26, comme en témoigne sa présence dans les commentaires de Simplicius à Aristote. Mais l’erreur de Diels a été surtout de sous-estimer le développement et les évolutions de la doxographie à l’époque hellénistique. Le stoïcien Chrysippe, qui utilise du matériel doxographique dans son traité Sur l’âme, souligne le désaccord entre les divers points de vue sur le sujet27 : ce qu’Aristote et Théophraste appelaient une « différence » d’opinions devient donc chez lui une « dissension ».

  • 28  Cf. Jaap Mansfeld, « Gibt es Spuren von Theophrasts Phys. Op. bei Cicero? », in : William W. Forte (...)

9Cela suggère que les premières collections de l’école péripatéticienne ont été réélaborées par la Nouvelle Académie sceptique, c’est-à-dire par Arcésilas (IIIes. av. J.-C.), qui pratiquait la « suspension du jugement » (épochê) sur la réalité, par Carnéade (IIes. av. J.-C.), qui introduisit le concept de « plausible / convaincant » (pithanon), et/ou par leurs condisciples. Cicéron (De inv. 8) discute de sujets – comme la forme de l’univers ou la taille du soleil – qui reviennent dans le manuel doxographique d’Aétius (2.2, 2.21) et expose la position sceptique selon laquelle tous les philosophes dogmatiques sont en désaccord entre eux (Ac. Pr. 2.112-146), en recourant à des exemples, surtout physiques, qui ont des parallèles stricts avec la littérature des Placita28. Cela conduisit Diels à postuler l’existence d’une collection d’opinions post-théophrastienne – les dits Vetusta Placita – qui aurait été la source commune de Cicéron et d’Aétius. Mais la documentation à notre disposition nous laisse penser que les versions les plus anciennes des manuels doxographiques d’époque hellénistique ont été augmentées, c’est-à-dire modifiées, pour permettre l’intégration de doctrines nouvellement venues ; plusieurs traditions ont donc coexisté, avec pour conséquences divers phénomènes de contamination.

La méthode

  • 29  Cf. Jaap Mansfeld, David T. Runia, op.cit., vol.I (1997), p.87-106.

10Toute la recherche de Diels reflète une conception optimiste de la philologie comme science exacte, et sa conviction personnelle de pouvoir faire la lumière sur un matériel transmis de manière approximative et considéré comme obscur par incompétence. La confiance de Diels en l’efficacité des instruments philologiques était absolue, et comme la plupart de ses collègues, il adopta la méthode de Karl Lachmann. Cette méthode, dite stemmatique, consistait à chercher tout d’abord l’archétype d’un arbre généalogique de manuscrits, ainsi que les ancêtres des manuscrits liés à celui-ci, pour essayer ensuite de reconstituer l’original duquel l’archétype était issu. De cette manière, on étudiait une famille de textes dans une tradition comme s’il s’agissait d’un seul texte avec sa propre famille de manuscrits. La seconde technique philologique que Diels exploita copieusement fut la juxtaposition de passages en colonnes parallèles, c’est-à-dire la présentation des textes en tableaux synoptiques. Empruntée aux spécialistes du Nouveau Testament comme Johann Jacob Griesbach, cette technique devint avec Diels très populaire dans les études classiques, tout d’abord en Allemagne, où elle fut adoptée aussitôt non seulement par Wilamowitz, mais aussi par Ernst Maass. C’est ainsi que Diels put recenser et améliorer les textes des Placita, élucider les interrelations entre diverses collections, puis fournir des éditions complètes de ces œuvres29.

  • 30  Cf. Jaap Mansfeld, « Doxographi Graeci », in : William M. Calder III, Jaap Mansfeld (éd.), Hermann (...)
  • 31  Cf. David T. Runia, « Philo and Hellenistic Doxography », in : Francesca Alesse (éd.), Philo of Al (...)

11En considérant la tradition doxographique comme un tout unique, Diels n’accorda pas beaucoup d’attention à sa nature fluide et fluctuante. Le travail pratique qu’il a accompli ne peut pas être dissocié du présupposé théorique qui guidait ses recherches, selon lequel la doxographie antique préservait du matériel originaire de Théophraste, fons et origo des Placita. C’est là un postulat que Diels avait repris, tel quel, de son maître Usener, qui éditait déjà « Aétius » dans ses Epicurea (1887)30. Contrairement aux philologues du XIXesiècle, nous admettons en revanche aujourd’hui que les mêmes techniques philologiques ne peuvent pas être appliquées avec succès à la tradition textuelle d’auteurs ou d’ouvrages différents, et que la collation et la correction des manuscrits ne sont pas des processus purement et simplement mécaniques. Quant à la thèse fondamentale de Diels – à savoir l’existence d’un lien entre Théophraste et Aétius –, elle a été infirmée, entre autres, par l’étude d’auteurs tels que Philon d’Alexandrie, qui se situe chronologiquement entre Cicéron et Aétius31.

12Dans les toutes premières lignes de ses Prolégomènes, Diels discutait justement un texte philonien :

  • 32  Plutarchi quae fertur de Placitis epitomen primus attigisse videtur Philo Iudaeus, si modo hunc lo (...)

13Le premier qui semble avoir été en contact avec l’épitomé De Placitiis, attribué à Plutarque, est Philon d’Alexandrie, si vraiment nous croyons que ce texte du premier livre du De Providentia a été écrit par lui32.

  • 33  Cf. David T. Runia (2008), op.cit., p.49.
  • 34  Mansfeld et Runia sont en effet les premiers à éditer Aétius sous la forme d’un texte unique : Die (...)

14Diels parlait du texte de Philon (Prov. 1.22), qu’il juxtaposait ensuite à celui du pseudo-Plutarque (Épit. 1.3), pour soutenir que les parallèles entre les deux n’étaient pas anodins ; et puisque Philon est de 120ans antérieur à l’autre témoin, il concluait que ce passage du traité Sur la Providence n’était pas philonien. Mais Diels se trompait33 : plusieurs passages du corpus philonien montrent que l’Alexandrin a eu accès à des collections de Placita qui étaient proches de celles que l’on retrouve chez Aétius, mais qui n’étaient pas les mêmes. Elles remontent à des traditions communes pour lesquelles nous trouvons des traces chez Cicéron et d’autres auteurs, et incluent du matériel de matrice sceptique, tantôt académicienne, tantôt pyrrhonienne. Le témoignage de Philon est l’un des exemples qui a conduit à rouvrir le dossier de Diels, à remettre en question le but, la méthode et les résultats de ses recherches, puis à proposer un nouveau schéma de transmission de la tradition doxographique ; le point culminant de la « correction » de Diels a été la nouvelle reconstitution des Aetiana par Mansfeld et Runia34.

  • 35  Cf. Jean-Baptiste Gourinat, « Aëtius et Arius Didyme sources de Stobée », in : Gretchen Reydams-Sc (...)

15Outre les Placita d’Aétius, Diels édita aussi 31 fragments de l’Abrégé d’Arius Didyme, la seconde source doxographique du livre I de l’Anthologie de Stobée. Diels était certain qu’Aétius et Arius constituaient deux traditions indépendantes qui ne se rejoignent que chez Stobée, et il excluait l’hypothèse selon laquelle les Placita pourraient avoir Arius pour source. Malgré les observations stylistiques que Diels a faites dans ses études comparatives, la question de la relation entre Aétius et Arius n’est pas évidente : Stobée simplifie, c’est-à-dire réélabore souvent le matériel doxographique qu’il utilise, donc il est difficile de distinguer de manière précise et systématique, chez lui, les passages provenant de l’une ou l’autre doxographie, ou bien d’une source commune. Et quand Théodoret mentionne Aétius, il pourrait s’agir d’Arius, qu’il cite par l’intermédiaire d’Eusèbe de Césarée35.

  • 36  Cf. Andrei V. Lebedev, « Did the doxographer Aetius ever exist ? », in : Venant Cauchy (éd.), Phil (...)
  • 37  Cf. Jaap Mansfeld, David T. Runia, op.cit., vol.I (1997), p.329-330.

16L’hypothèse « Aétius » demeure la partie la plus originale de la théorie de Diels, non la plus forte, si bien que l’existence du doxographe Aétius a été mise en question par certains spécialistes36. Mais Diels était un fils de son temps et de son pays. Bien qu’il n’ait jamais reconnu sa dette à l’égard de ses prédécesseurs, ce sont précisément les méthodes du stemma et de la synopsis, typiques de la philologie du XIXesiècle et du milieu allemand, qui lui ont permis de réduire la masse du matériel doxographique à un nombre limité de sources, et de remonter, en dernière instance, à une seule Urquelle : Théophraste. Diels possédait un excellent sens de l’histoire et de l’évolution historique des traditions, mais la tradition des Placita s’est révélée bien plus complexe qu’il ne le croyait37.

  • 38  Cf. Jaap Mansfeld, « Doxography and Dialectic. The Sitz im Leben of the “Placita” », in : Aufstieg (...)

17Tout en expliquant le développement de la doxographie ancienne tel qu’il le concevait – selon la lignée : Théophraste-Aétius-pseudo-Plutarque (et les autres) – de manière précise et détaillée, et même trop claire, Diels ne s’est pas intéressé à la logique propre des doxographies ; il n’a pas examiné la macrostructure de l’œuvre d’Aétius ou la microstructure de chacune de ses sections. Les doxologues contemporains, quant à eux, ont montré que la séquence des notices, à l’intérieur d’un chapitre doxographique donné, respecte un certain ordre, et que cet ordre est déterminé par le contenu, non par l’auteur de l’opinion. L’intelligibilité de chaque section doxographique, ainsi que de la doxographie toute entière, dépend donc de la compréhension préalable du principe de son organisation interne38. La recherche sur les Aetiana a beaucoup progressé dans les dernières années, mais il faut maintenant s’interroger sur les limites, sur les enjeux et sur tous les problèmes que pose cette entreprise récente consistant à forger un texte unique, et qui comporte le risque de fonder une nouvelle vulgate « Aétius ».

Die Fragmente der Vorsokratiker : les textes des et sur les premiers philosophes

La genèse

  • 39  Hermann Diels (éd.), Die Fragmente der Vorsokratiker, Vorwort, p.V.
  • 40  Hermann Diels, Walter Kranz (éd.), Die Fragmente der Vorsokratiker, Berlin, Weidmann, 1934-37, 195 (...)

18En 1903, Diels donna la première édition scientifique des auteurs présocratiques sous le titre Die Fragmente der Vorsokratiker. Cette collection se voulait une sélection de textes destinée aux étudiants de son cours sur la philosophie grecque en tant qu’accompagnement et complément de lecture39. Dans sa version (6ème) révisée par Walter Kranz en 1951-195240, ce recueil reste à ce jour l’édition de référence : sa numérotation est reproduite dans toutes les traductions disponibles, ses textes sont à la base des études modernes sur la pensée archaïque ; il constitue le fondement sur lequel une bonne partie de l’histoire de la philosophie antique a été bâtie.

  • 41  Johann A. Eberhard, Allgemeine Geschichte der Philosophie, Halle, Hemmerde und Schwetschke, 1788, (...)
  • 42  Cf. Léonce Paquet, Yvon Lafrance, Les Présocratiques (1450-1879), vol.III (supplément), Montréal, (...)
  • 43  Cf. André Laks, Introduction à la « philosophie présocratique », Paris, Puf, 2006, p.31 sq.

19Le terme « présocratique », qui ne figure pas dans les sources anciennes, n’a pas été forgé par Diels : il semble apparaître pour la première fois dans le titre d’une section d’un manuel d’histoire universelle de la philosophie publié en 1788 par Johann Eberhard41 : « Vorsokratische Philosophie »42. L’organisation de ce manuel témoigne de la difficulté de rendre compte du nom et de la figure de Socrate comme césure de périodisation, car la période suivante, appelée « socratique », débute par les Sophistes ; selon la perspective de l’auteur, les Sophistes s’intéressaient en effet à l’homme, à l’éthique et à la dialectique, donc à l’activité politique, de même que Socrate. C’est l’historien de la philosophie Eduard Zeller qui donna au maître de Platon un rôle clé dans sa grande œuvre Die Philosophie der Griechen in ihrer geschichtlichen Entwicklung (1844-1852). Socrate y est considéré comme le représentant d’une philosophie du « concept » – ce qui montre l’influence de la tradition platonico-aristotélicienne, mais aussi et surtout de l’idéalisme hégélien –, alors que les Sophistes sont compris dans les Présocratiques43.

  • 44  André Laks rappelle que les « écoles présocratiques » sont le fruit d’une construction qui dépend (...)
  • 45  Aristote (De part. an. 642a28 sq.) remarque déjà qu’à l’époque de Socrate les philosophes se sont (...)
  • 46  Ce titre a été également attribué à Nietzsche en raison de la réévaluation philosophique des Préso (...)

20Le recueil de Diels repose sur la périodisation de Zeller : il inclut, outre les naturalistes au sens large, y compris les théologiens comme Orphée et Musée, l’ensemble des représentants de la sophistique, les Pythagoriciens et les Cyniques. C’est un fait que Diels range parmi les Présocratiques des post-socratiques ; la raison en est peut-être la théorie traditionnelle, issue de Diogène Laërce (Vies et doctrines des philosophes illustres), des « successions » (diadochai) ininterrompues des philosophes à partir de deux lignées primitives : ionienne et italique44. Les sources anciennes parlent en effet de « tournant » socratique : Socrate est souvent présenté comme celui qui introduit l’éthique, alors que les premiers philosophes étaient tous des naturalistes45. Dans la lignée ionienne : Thalès-Anaximandre-Anaximène-Anaxagore-Archélaos-Socrate, ce dernier représente le point de rupture, car il rompt avec la physique et introduit l’éthique, et dans une certaine mesure la logique –le concept et la méthode–, mais aussi un point de départ, car à partir de lui fleurissent un grand nombre d’autres branches distinctes. Socrate est donc une sorte de « nœud », car il unit et sépare le groupe des premiers penseurs et celui qui comprend Platon, Aristote et les philosophes hellénistiques. En considérant Socrate à la fois comme un jalon fondamental et comme un point de repère commode, Diels colle l’étiquette « présocratique » à son édition de fragments et devient l’« inventeur » des Présocratiques46.

  • 47  Hermann Diels (éd.), Simplicii in Aristotelis Physicorum libros quattuor priores commentaria, p.IX (...)
  • 48  Pour cette présentation analytique des Présocratiques de Diels, je reprends l’examen et le bilan d (...)

21Le projet d’éditer les textes partiellement conservés des premiers philosophes grecs est rendu public par Diels en 1882, dans la Préface au premier volume de son édition de Simplicius : « Nobis in animo est Philosophorum ante Socratem reliquias recensere » (« nous avons l’intention de recenser les vestiges des philosophes antérieurs à Socrate »)47, mais la réalisation de ce projet ne commence qu’avec l’édition des Poetarum philosophorum fragmenta (1901), qui comprend les poètes-philosophes archaïques de Thalès à Empédocle et de Scythinos à Démétrios. C’est dans ce recueil que l’on retrouve pour la première fois cette innovation importante – dans l’édition de corpus littéraires fragmentaires – qu’est le regroupement des textes en deux sections : A. Testimonia Vitae Carminis (Carminum) Doctrinae ; et B. Fragmenta48.

  • 49  Georg Kaibel, Comicorum graecorum fragmenta, Berlin, Weidmann, 1899.
  • 50  Hermann Diels (éd.), Poetarum philosophorum fragmenta, p.VI.

22Les Poetae philosophi de Diels faisaient partie de la série Poetarum Graecorum Fragmenta dirigée par Wilamowitz, de même que le volume, édité par Georg Kaibel49, consacré aux auteurs comiques, et qui comporte notamment les fragments d’Épicharme – poète comique et philosophe. La disposition de Kaibel pour Épicharme suit le principe du groupement des témoignages suivis des fragments. Malgré des différences, il est évident que les témoignages et les fragments relatifs à Épicharme de Diels dérivent de ceux édités par Kaibel. Dans la préface des Poetae philosophi, Diels50 rend hommage à son ami Kaibel, décédé en octobre 1901, et il admet lui devoir le principe de classer les fragments secundum litteras (« par ordre alphabétique ») d’auteur, lorsque tout autre critère (thématique ou chronologique) pose problème.

  • 51  Cf. Hermann Diels (éd.), Die Fragmente der Vorsokratiker, Vorwort, p.VI.
  • 52  Cela montre que Diels était sûr de ses conclusions sur la doxographie antique : il ne les considér (...)

23La subdivision Testimonia/Fragmenta devient, dans les Vorsokratiker, la célèbre distinction entre A (Leben, Schriften und Lehre) et B (Fragmente) – auxquels s’ajoute C (Imitation). La section B contient les ipsissima verba des premiers philosophes et constitue leur source principale ; la section A, consacrée aux diverses notices indirectes et indicatives sur les Présocratiques, dépend des résultats des recherches de Diels sur les Doxographi Graeci. Dans la préface de la première édition, Diels51 lui-même annonce que le matériel doxographique – à savoir les textes édités sous le nom d’Aétius – y est classé conformément à la structure du traité duquel il dérive en dernière instance : les Physikôn doxai de Théophraste52. Il faut aussi se rappeler du fait que, entre 1882 et 1895, Diels avait édité le Commentaire de Simplicius à la Physique d’Aristote, commentaire qui demeure l’une des sources majeures de Présocratiques tels Parménide, Diogène ou Anaxagore.

  • 53  Cf. Hermann Diels, Hermann Usener, Eduard Zeller, Briefwechsel, éd. Dietrich Ehlers, Berlin, Akade (...)

24Par rapport aux collections qu’il avait déjà publiées, Diels ajoute en 1903 la traduction allemande des citations – en renonçant aux introductions et aux commentaires en latin –, et présente un choix de textes reconstitués, sans donner la totalité des références pour chaque citation. À titre d’exemple : pour Xénophane B 27, la seule source indiquée par Diels est « Aët. (Theodor.) IV 5 [vgl. A 36] » ; mais le fragment cité est celui qui est donné par Sextus Empiricus, dont Diels ne fournit aucune référence. Malgré ces innovations, certains chapitres des Vorsokratiker dépendent étroitement des éditions antérieures des mêmes textes. En 1901, Diels avait en effet édité non seulement les fragments des philosophes-poètes, mais aussi, séparément, ceux d’Héraclite, considéré comme la Probe ou la Druckprobe préalable à la publication de tous les Présocratiques53. La structure de son édition d’Heraklit est la même que celle du chapitre « Héraclite » des Vorsokratiker : la distribution des textes dans les sections A et B ainsi que la numérotation de B sont maintenues ; une différence de détail est que dans les Vorsokratiker les témoignages précédent les fragments. Ainsi, pour Héraclite – mais non pour les autres Présocratiques – Diels renonce à une présentation systématique des fragments sur la base de leur thématique et adopte, comme Kaibel, le critère alphabétique des sources primaires.

  • 54  Hermann Diels (éd.), Die Fragmente der Vorsokratiker, p.66.
  • 55  Cela est vrai pour tous les Présocratiques, mais le cas d’Héraclite est le plus patent.
  • 56  Hermann Diels (éd.), Die Fragmente der Vorsokratiker, p.75 et 77.
  • 57  Ibid., p.77. Les trois textes sont en revanche donnés par Kranz dans l’édition des Vorsokratiker d (...)
  • 58  Ibid., p.82.
  • 59  La forme attestée par la plupart des citateurs est en effet augê xêrê psychê (« éclat de lumière s (...)

25Ce principe, appliqué à Héraclite, s’avéra assez problématique. Tout d’abord, puisque Sextus Empiricus, comme déjà Aristote, cite un texte en précisant qu’il s’agit du début de l’écrit héraclitéen – « De ce discours qui est toujours les hommes sont inconscients… » –, Diels fait de celui-ci le premier des fragments d’Héraclite (B 1), en contrevenant ainsi au critère alphabétique54. Mais le problème majeur qui se posa à Diels était le fait que plusieurs fragments d’Héraclite sont attestés de manière différente par des auteurs différents55. À titre d’exemple : Diels édite d’abord le fragment (B 62) « immortels mortels, mortels immortels, vivant la mort de ceux-ci, mourant la vie de ceux-là », cité dans la Refutatio omnium haeresium attribuée à Hippolyte de Rome, puis le fragment (B 77) « nous [i.e. les êtres humains] vivons la mort de celles-ci [scil. nos âmes] et celles-ci vivent notre mort », qui n’est probablement qu’une version glosée de la seconde partie du même texte, fournie par Numénius56. Dans un autre cas (B 76), en revanche, Diels édite le fragment sur la « mort » et la « naissance » des éléments matériels dans la version de Maxime de Tyr, mais il omet les autres variantes qui sont données par Plutarque et Marc Aurèle57. Pour ce qui est des choix d’édition du texte grec, Diels corrige parfois la leçon des manuscrits (B 77, 90). Le cas de B 118 est représentatif : le fragment est édité sous la forme auê psychê sophôtatê kai aristê (« âme sèche, la plus sage et la meilleure »)58 ; toutefois, comme le montrent les divers témoignages conservés – du juif hellénisé Philon d’Alexandrie (Prov. 2.109-110) au compilateur macédonien Stobée (3.5, 8) –, le texte transmis est augê xêrê psychê sophotatê kai aristê59.

  • 60  Pour cet ordre de présentation, Diels a suivi Ritter (Geschichte der Philosophie, op.cit.) ; la sé (...)
  • 61  Cf. Philology and Philosophy. The Letters of Hermann Diels to Theodor and Heinrich Gomperz (1871-1 (...)
  • 62  Cf. Walter Burkert, « Diels’ Vorsokratiker. Rückschau und Ausblick », (p.175-176), p.185.

26Si donc Héraclite est repris directement de l’édition de 1901, la partie la plus originale des Vorsokratiker (1903) est celle des chapitres consacrés aux Pythagoriciens, à Anaxagore, à Démocrite et aux Sophistes60. Comme Diels l’avoue dans une lettre à Gomperz61, il trouva les Pythagoriciens unsäglich schwierig, et les sections consacrées à Leucippe, à Démocrite et aux Sophistes furent les schwierigsten Kapitel à rédiger. Peut-être le travail fut-il plus difficile à cause de la masse considérable des sources et de leur rapport complexe, surtout dans le cas de « courants » comme le pythagorisme ou la sophistique. En ce qui concerne Démocrite, le problème majeur était sans doute le statut des sentences gnomiques qui lui étaient attribuées. Pour la deuxième édition (1906-1907), Diels groupa dans un deuxième volume les poètes cosmologiques comme Orphée et astrologiques comme Hésiode, les prosateurs cosmologiques comme Phérécyde et gnomiques comme les Sept sages, et les Sophistes. Mais c’est justement à partir de cette deuxième édition bipartite que le premier volume, qui comprenait, outre Héraclite et Parménide, Empédocle et les Pythagoriciens, commença à être considéré comme le « noyau » du manuel, alors que le deuxième devint une sorte d’« appendice » aux textes des Présocratiques – traduits d’ailleurs en allemand. Cet appendice avait toutefois une certaine utilité pour les cours de Diels sur la philosophie antique ; non seulement elle permettait de passer de la théologie du VIIesiècle (av. J.-C.) à l’humanisme du Vesiècle ; mais elle contenait aussi le matériel – les textes des premiers cosmologues et des anciens Sophistes – sur la base duquel on pouvait expliquer la philosophie de Platon62.

  • 63  Cf. ibid., p.179.
  • 64  Friedrich Wilhelm August Mullach, Fragmenta philosophorum græcorum, t. I, 3 vol., Paris, Didot, 18 (...)

27La distinction entre compte rendu indirect et citation verbatim – qui correspondent respectivement aux sections A et B de chaque chapitre – demeure le principe le plus caractéristique et le plus significatif des Vorsokratiker. Pour les historiens de la philosophie antique il est fondamental de savoir qu’Empédocle n’a pas utilisé le terme stoicheion (« élément ») et qu’Anaxagore n’a jamais parlé de homoiomereia (« homéoméries »)63. En consacrant une section aux fragments des Présocratiques, Diels les séparait des témoignages sur les Présocratiques qui représentent le fruit d’une interprétation personnelle et/ou d’un travail scolaire, c’est-à-dire d’une systématisation postérieure, qui était toutefois déjà à l’œuvre au sein de l’Académieplatonicienne. Par rapport aux recueils antérieurs de textes présocratiques, comme ceux d’Heinrich Ritter-Ludwig Preller ou de Friedrich Wilhelm August Mullach64, Diels tâche de publier « objectivement » les témoignages – qui n’étaient auparavantévoqués que dans les commentaires –, et fournit parfois les contextes de citation des fragments. On ne peut donc que saluer l’originalité et l’utilité de l’édition de Diels, inégalée jusqu’à ce jour pour bien des auteurs, et non pas uniquement pour les « petits » Présocratiques, sur lesquels il n’existe quasiment aucun autre matériel.

  • 65  Cf. ibid., p.180.

28Cependant, l’édition des Vorsokratiker de Diels était loin d’être satisfaisante, car elle présentait et présente encore aujourd’hui plusieurs problèmes relatifs à la sélection, au découpage et au classement des textes. Pour mentionner juste quelques exemples : dans le compte rendu d’Aétius sur Anaximandre (A 22) se trouve un adjectif archaïque et rare comme harmateios (« du char ») qui devrait plutôt figurer parmi les expressions propres d’Anaximandre fournies par Aétius lui-même (B 4-5). En ce qui concerne Héraclite, le statut des citations données par Marc Aurèle (B71-75) est encore en question. Dans le chapitre Démocrite, la délimitation des textes reproduits par Plutarque (B 158, 159) et par Sextus (B 164) est totalement incertaine. En somme, la « littéralité » des fragments des Présocratiques n’a jamais été établie par Diels de manière précise, ni respectée de manière cohérente65.

  • 66  Sur ce sujet, voir André Laks, « Éditer l’influence ? Remarques sur la section C des Fragmente der (...)
  • 67  C’est pour cette raison que Kranz a voulu raffiner en introduisant des distinctions. Si dans le ch (...)

29À cela s’ajoute la question vaste et complexe de la manière d’éditer l’« influence » que les Présocratiques ont exercée sur les auteurs postérieurs66. Les sections C des Vorsokratiker réunissent les passages d’œuvres extra-philosophiques, aussi bien scientifiques que littéraires, témoignant de cette influence. Mais si les sections B sont exhaustives, les sections A peuvent être augmentées et/ou améliorées, et les sections C ne sont pas fiables. D’une part certaines de ces sections sont incomplètes ou absentes, d’autre part la majorité d’entre elles porte le titre Imitation, qui indique un cas très particulier d’influence, c’est-à-dire celle d’un modèle qui est reproduit de manière infidèle ou illicite67. Ainsi la section C contient-elle des textes, tels que les Dissoi logoi (« discours doubles ») d’un sophiste anonyme ou le Peri sarkôn (« Des chairs ») du pseudo-Hippocrate, où les traces des premiers philosophes sont peu évidentes à suivre. Ce qui est difficile, c’est de distinguer l’influence de l’emprunt, la dépendance de l’interdépendance, et ainsi de suite.

  • 68  Hermann Diels (éd.), Die Fragmente der Vorsokratiker (1906), op.cit., p.X.
  • 69  Cf. Walter Burkert, « Diels’ Vorsokratiker. Rückschau und Ausblick », art. cit., p.186.
  • 70  Simplicius affirme en effet qu’il possède des livres archaïques, qui commencent à devenir rares à (...)
  • 71  Cf. Hermann Diels, Aristotelis qui fertur de Melisso Xenophane Gorgia libellus, Berlin, Königliche (...)

30Sans aucun doute, la sélection des textes opérée par Diels pour son édition est réfléchie. Dans la préface de la deuxième édition, il avoue que le choix des textes lui a coûté tellement de temps et de fatigue qu’il eût été bien plus facile d’envoyer l’ensemble des sources à l’imprimerie68. Le spécialiste qui consulte les Vorsokratiker remarque immédiatement que le recueil n’est pas complet, mais il est aussi obligé de reconnaître qu’il contient le nécessaire69. On a en effet l’impression que tous les textes les plus importants – à partir de Platon jusqu’aux commentateurs néoplatoniciens d’Aristote – ont été pris en compte. Simplicius, par exemple, fournit souvent les citations littérales des Présocratiques dont il lisait les traités70 : Diels répartit ces textes dans les sections A et B, mais il ne donne pas le lemme aristotélicien que Simplicius commente ; ainsi est-il difficile d’établir le statut des citations insérées dans ses commentaires. Mais l’on pourrait dire la même chose pour le De Melisso, Xenophane, Gorgia du pseudo-Aristote – édité d’ailleurs par Diels en 190071 –, qui n’offre qu’un résumé paraphrastique des écrits et des doctrines des trois Présocratiques. Pour Gorgias, par exemple, Diels ne reproduit pas la paraphrase du De MXG, qui semble pourtant plus fidèle, à certains égards, que celle de Sextus Empiricus qu’il édite (B 3).

31La collaboration avec Walter Kranz commence dans les années 1907-1909, ainsi que l’ajout des Index, c’est-à-dire du Stellenregister et du Namenregister, puis du Wortregister (1910). L’apparat critique varié n’est donné que dans la troisième édition (1912), qui s’accroît de textes nouveaux ; la quatrième édition, parue l’année de la mort de Diels (1922), est déjà fortement marquée par les corrections de Kranz. C’est entre 1934 et 1952 que le recueil Diels-Kranz acquiert l’aspect qu’il possède encore aujourd’hui. Si l’on consulte la section B (fragments) de n’importe quel chapitre (chacun d’eux étant consacré à un auteur), on trouve trois niveaux d’informations : en haut le texte grec, avec l’indication abrégée de la source – qui n’est pas toujours harmonisée avec les autres indications ; au centre une traduction, revue et modernisée, en allemand ; tout en bas un appareil qui constitue un bref commentaire composé d’un choix de leçons – variantes manuscrites ou corrections textuelles –, d’une bibliographie critique et de quelques suggestions d’interprétation. Les adjonctions et rectifications de Kranz indiquent donc un retour à la conscience du problème posé par les prédécesseurs de Diels, et que celui-ci pensait avoir résolu avec ses études sur les Doxographi : la question du statut philologique, philosophique et historique de chaque témoignage.

  • 72 Ancilla to the Pre-Socratic Philosophers – A Complete translation of the Fragments in Diels, “Fragm (...)
  • 73  Les Présocratiques, édition établie par Jean-Paul Dumont, avec la collaboration de Daniel Delattre (...)
  • 74  I Presocratici. Testimonianze e frammenti, introduzione di Gabriele Giannantoni, traduzioni di Ren (...)
  • 75  Voir, par exemple, l’édition italienne de la collection Biblioteca di Studi Superiori (Firenze, La (...)
  • 76 The Presocratic Philosophers, by Geoffrey S. Kirk-John E. Raven-Malcolm Schofield, Cambridge, Cambr (...)
  • 77 Die Vorsokratiker. Auswahl der Fragmente, Übersetzung und Erläuterungen von Jaap Mansfeld, I-II, St (...)
  • 78 The Presocratics. The main fragments in Greek with Introduction, Commentary and Appendix containing (...)
  • 79 Die Vorsokratiker, Band I: Thales, Anaximander, Anaximenes, Pythagoras und die Pythagoreer, Xenopha (...)
  • 80  Jean Bollack (éd.), Empédocle, Paris, Éditions de Minuit, 1965-1969.
  • 81  Miroslav Marcovich (éd.), Heraclitus, Greek Text with a Short Commentary (Editio Maior), Merida, L (...)
  • 82  Carl Huffman (éd.), Philolaos of Croton, Pythagorean and Presocratic, Cambridge, Cambridge Univers (...)
  • 83  Walter Leszl (éd.), I primi atomisti. Raccolta dei testi che riguardano Leucippo e Democrito, Flor (...)
  • 84  Georg Wöhrle (éd.), Die Milesier:Thales, Mit einem Beitrag von G. Strohmaier, Berlin, de Gruyter, (...)

32Les Vorsokratiker de Diels-Kranz se sont imposés pendant un siècle, dans la version allemande et dans ses traductions anglaise72, française73 et italiennes74, où les sections A et C ont été parfois supprimées et certains chapitres remaniés75. De nouvelles collections, qui se limitent souvent à un choix de textes, ont été ensuite publiées par Geoffrey Stephen Kirk-John Earle Raven-Malcolm Schofield76, Jaap Mansfeld77, Maureen Rosemary Wright78, Maria Laura Gemelli Marciano79. Les défauts et les limites du recueil de Diels ont été partiellement et diversement dépassés, aussi et surtout dans les éditions majeures d’Empédocle par Jean Bollack80, d’Héraclite par Miroslav Marcovich81, de Philolaos par Carl Huffman82 et de Démocrite par Walter Leszl83. Le premier tome, consacré à Thalès, de la nouvelle série Traditio Praesocratica, sous la direction de Georg Wöhrle84, documente aussi le Nachleben (« survie et influence ») du Milésien dans l’Antiquité et au Moyen Age. C’est là le grand projet allemand de remplacer le Diels-Kranz par une édition exhaustive de textes, en langues grecque, latine, arabe et persane, classés par ordre chronologique. Une anthologie sélective mais originale de témoignages sur la personne, l’œuvre et la réception des Présocratiques, avec une traduction anglaise, sera en revanche publiée par André Laks et Glenn Most en 2013 ; une version française paraîtra postérieurement. Il s’agit là d’une tentative de présenter les textes, de manière raisonnée, en retranchant, en ajoutant et en modifiant par rapport à la sélection de Diels-Kranz, et de considérer les premiers philosophes à la fois individuellement et globalement.

  • 85  Voir Catherine Osborne, Rethinking Early Greek Philosophy. Hippolytus of Rome and the Presocratics(...)
  • 86  Cf. André Laks, « Du témoignage comme fragment », in : Glenn W. Most (éd.), Collecting Fragments. (...)

33Les fondements de l’édifice magnifique de Diels ont été désormais creusés. L’identification des ipsissima verba des philosophes, extraits des sources anciennes et considérés pour eux-mêmes, a permis de mener des études précises et approfondies sur la langue et le style des premiers philosophes, ainsi que sur le détail de leurs doctrines. Mais les recherches de la fin du siècle dernier85 ont montré que Diels était loin d’avoir résolu tous les problèmes relatifs à la transmission des Présocratiques et d’avoir fourni à la communauté scientifique les textes « transmis » eux-mêmes. Le couple fragment/témoignage n’a plus de raison d’exister en tant que tel. Certes, il s’est imposé avec Diels et a dominé longtemps le champ de la recherche en tant que principe régulateur. Cependant, le terme « témoignage » peut être utilisé aussi pour indiquer des fragments ; on parle, par exemple, de plusieurs témoignages sur un même fragment, c’est-à-dire les différentes variantes du fragment présentées par divers auteurs. De même, le terme « fragment » est parfois employé pour indiquer des témoignages, comme dans le cas des textes d’un auteur dont on n’a pas conservé de véritables citations littérales ; ou encore, « fragment » peut être dit d’un texte qui provient d’un chapitre ou d’une série doxographique préconstitués86. Au reste, le titre de l’édition de Diels était Die Fragmente der Vorsokratiker, mais il comprenait aussi des textes A (et C).

34La tendance actuelle consiste à éditer le texte cité à l’intérieur de son contexte citateur – ce que Diels faisait seulement dans certains cas –, avec une traduction en langue moderne, un apparat critique, une introduction et/ou un commentaire qui prend souvent la forme de notes explicatives ; ainsi chaque texte est-il examiné par rapport à l’ouvrage auquel il appartient, au but et au destinataire de son auteur, et en relation avec les sources auxquelles il est lié. En outre, la distinction entre textes authentiques et « douteux » est supprimée, pour que le lecteur puisse étudier librement la totalité de la documentation. La pensée des premiers philosophes peut être en effet éclairée par l’examen d’une vaste gamme de témoignages, directs et doxographiques, poétiques ou chrétiens, en langue grecque, mais aussi latine ou arabe, sur leur vie et leur œuvre – et non pas uniquement par les « fragments » de leurs écrits – et par l’analyse de la théorie primitive avec ses différentes réceptions.

  • 87  Pour les Présocratiques et la doxographie qui leur est relative, je signale la base de données acc (...)

35L’édition de témoignages sur un, plusieurs ou tous les Présocratiques est aujourd’hui conçue comme un instrument de travail qui doit résister à la tentation de la reconstruction et accepter le caractère fragmentaire sous lequel nous est parvenu un auteur. Les tentatives, désormais datées, consistant à retrouver l’unité d’un système inaccessible dans sa totalité font place à des études sur les canaux de transmission et les traditions interprétatives. Cela ne signifie pas qu’il faille renoncer à comprendre la pensée d’origine, par-delà sa réception. En outre, les travaux les plus récents ont bien montré qu’il n’existe pas une seule manière d’éditer les textes présocratiques, et que les questions et les problèmes surgissent à chaque fois du corpus particulier sur lequel l’éditeur travaille. La méthode éditoriale doit donc être forgée en fonction de la nature du matériau, et clairement explicitée dans la préface de l’édition. Mais elle ne pourra jamais se départir d’une prise de position initiale : l’éditeur fait toujours ses choix. Enfin, il importe de souligner l’ergonomie des éditions électroniques, les seules qui permettent de stocker la totalité des textes et des contextes, des apparats complets, des commentaires variés ou de la bibliographie secondaire, et de passer d’un témoignage à l’autre en fonction des requêtes du chercheur. Une édition en ligne présente aussi et surtout l’immense avantage de pouvoir être mise à jour régulièrement87.

La fortune

  • 88  Je vais suivre ici l’article de Glenn W. Most, « Polemos pantôn patêr. Die Vorsokratiker in der Fo (...)
  • 89  Ernst Howald, « Bericht über die Vorsokratiker (einschliesslich Sophistik) aus den Jahren 1897 bis (...)
  • 90  Cf. Wilhelm Nestle, Die Vorsokratiker in Auswahl, Iéna, Diederichs, 1908, 1922 ; Karl W. Schmidt, (...)
  • 91  Cf. Felix Jacoby, Die Fragmente der griechischen Historiker. I : Genealogie und Mythographie, Berl (...)
  • 92  Eduard Zeller, Die Philosophie der Griechen in ihrer geschichtlichen Entwicklung. I : Allgemeine E (...)
  • 93  Pour toutes les références, cf. Glenn Most, « Polemos pantôn patêr », p.236-237.
  • 94  Cf. John Burnet, Early Greek Philosophy, Londres, A. & C. Black, 1892, 41930 ; id., Greek Philosop (...)
  • 95  Karl Reinhardt, Parmenides und die Geschichte der Philosophie, Bonn, Cohen, 1916 ; Bruno Snell, Di (...)

36Après la Première Guerre mondiale, et précisément dans les années 1920, les études consacrées aux Présocratiques ont connu un essor sans égal88. Les Fragmente der Vorsokratiker de Diels sont l’édition de référence qui a déterminé le champ de la recherche sur les premiers philosophes pendant cette décennie ; c’est pourquoi on a même parlé d’« époque dielsienne »89. Le recueil de Diels fut alors rejoint par trois autres anthologies destinées aux étudiants de l’Université et même du lycée90, ainsi que par les éditions scientifiques de corpus littéraires du même type que celui des premiers philosophes grecs91. Outre les textes originaux des Présocratiques, des présentations de la philosophie grecque furent aussi republiées dans les années 1920, telles que celles d’Eduard Zeller par Wilhelm Nestle et de Friedrich Ueberweg par Karl Praechter92, suivies par au moins vingt-cinq autres93, qui ont permis d’approfondir l’étude du contexte historique, politique et religieux de ces penseurs. À quelques exceptions près – comme les travaux de John Burnet en Angleterre ou de Paul Tannery en France94 –, l’intérêt majeur pour les Présocratiques, et plus précisément l’intérêt philologique pour les textes des et sur les Présocratiques, était un phénomène typiquement allemand ; il commença avec l’étude de Karl Reinhardt sur Parménide et continua avec la thèse de Bruno Snell sur le concept pré-platonicien de science95.

37L’édition des Vorsokratiker de Diels a joué un rôle fondamental dans le développement de telles recherches sur la philosophie antique, car elle se situe au cœur du phénomène de la fascination pour l’archaïque, le primitif et le primordial, l’originaire et l’originel, qui se manifesta entre la fin du XIXesiècle et le début du XXe. La tendance commune aux études de cette période était de vouloir expliquer que les Présocratiques ne devaient pas être considérés comme des précurseurs inconscients et imparfaits de la philosophie de Socrate, Platon et Aristote ; ils devaient être compris pour eux-mêmes, avec leur propres intuitions philosophiques, qui étaient sublimes et vénérables en ce qu’elles appartenaient au fond le plus pur et le plus authentique de la pensée grecque. Cette attitude consistant à souligner la spécificité et l’autonomie des Présocratiques remonte précisément à Friedrich Wilhelm Nietzsche.

38Son intérêt pour les premiers philosophes faisait partie de son intérêt plus général pour l’archaïque grec et pour le primitif comme tel. Dans ses cours des années 1873-1876, aussi bien que dans ses notes et écrits posthumes, et notamment dans Die Philosophie im tragischen Zeitalter der Griechen (1873), ou encore dans le célèbre Menschliches, Allzumenschliches (1878), Nietzsche considère les Présocratiques comme une communauté philosophique représentant l’excellence même de l’esprit grec : un groupe d’individus politiquement actifs dans la critique de la société et de la culture de leur temps. Bien que le philologue Nietzsche soit à peine mentionné par les philologues allemands et dans les travaux philologiques au sens technique, ses idées bénéficièrent d’une réception très vive et positive dans les débats intellectuels de l’époque.

  • 96  Friedrich Wilhelm Nietzsche dit ne pas avoir trouvé chez les anciens philosophes sa propre sagesse (...)

39Les Présocratiques, et tout particulièrement Héraclite96, furent pour Nietzsche un véritable modèle : non seulement il voyait dans la notion héraclitéenne de guerre et dans la conception héraclitéenne des contraires une doctrine du devenir comme éternel retour de toutes choses, mais il admirait aussi profondément l’attitude prophétique, austère et fière, du savant éphésien, ainsi que le style aphoristique, emblématique et énigmatique, du philosophe « obscur ». Or, en éditant pour la première fois les fragments d’Héraclite, Diels (1901) le présente comme un auteur d’aphorismes, en le comparant à Nietzsche :

  • 97  « Heraklit eröffnet also die Reihe der einsamen Menschen, welche ihre grübelnden, weltverachtenden (...)

40Héraclite inaugure la série des hommes solitaires qui ont coulé leurs pensées ressassées, contemptrices du monde, arrogantes dans la seule forme pouvant leur convenir, l’aphorisme. Fort probablement, cet ouvrage commençait par « Ainsi parlait Héraclite ». « Ainsi parlait Zarathustra » est le plus jeune rejeton de ce genre très pratiqué qui manifeste de profondes affinités communes avec le pessimisme. Cet exemple montre immédiatement comment le conscient et l’inconscient, l’art et la manière, le jeu le plus frivole et le sérieux le plus terrible, le calcul sagace et la folie pure s’unissent dans un tout aussi attirant que repoussant97.

  • 98  Cf. Hermann Diels, Hermann Usener, Eduard Zeller, Briefwechsel, II 215, p.285 (5.4.1901).
  • 99  Cf. Glenn Most, « Polemos pantôn patêr », p.245-253.

41Ce texte montre que Diels lisait Nietzsche –comme il l’écrit d’ailleurs à ses correspondants98–, et que son intention de restituer les fragments d’Héraclite n’était pas sans rapport avec sa lecture des aphorismes de Nietzsche. C’est grâce à l’œuvre de Diels qu’Héraclite a pu être défini comme un Nietzsche grec, et Nietzsche, comme un Présocratique allemand : aux yeux des intellectuels du début du siècle dernier, les deux philosophes incarnaient le penseur solitaire, sérieux et profond, génial et incompris, dans sa polémique avec la superficialité de la culture dominante. C’est toujours grâce à Diels que, dans les années1920, la recherche sur les Présocratiques est devenue une partie de la réception de Nietzsche, comme en témoignent les philologues, les philosophes et les historiens allemands qui se sont consacrés à l’étude de la langue, de la pensée et de la réalité politique et sociale des origines99.

  • 100  Lucien Lévy-Bruhl, La mentalité primitive, Paris, Alcan, 1922 ; id., L’âme primitive, Paris, Alcan (...)
  • 101  Wilhelm Wundt, « Die Anfänge der Philosophie und die Philosophie der primitiven Völker », in : Pau (...)
  • 102  Hermann Fränkel, « Stileigenheit », in : Wege und Formen frühgeschichtlichen Denkens. Literarische (...)
  • 103  Cf. Ernst Cassirer-Ernst Hoffmann, « Geschichte der antiken Philosophie », in : Max Dessoir (éd.), (...)

42Sur le plan scientifique et culturel, les années 1920 sont la décennie de la découverte de la « mentalité primitive » par Lucien Lévy-Bruhl et des recherches sur les coutumes primitives de Bronislaw Malinowski100. En Allemagne, on s’efforça d’instaurer une relation entre philosophie et ethnographie, comme le montre, entre autres, le premier chapitre de l’Allgemeine Geschichte der Philosophie de Wilhelm Wundt, qui porte le titre : « Les commencements de la philosophie et la philosophie des peuples primitifs »101. Le philologue Hermann Fränkel102 disait que l’on ne peut pas comprendre la langue archaïque à partir de la littérature classique, mais qu’il faut faire revivre la caractéristique la plus particulière des écrits les plus anciens, pour que tout un monde à la fois étranger et familier s’ouvre à nous. Le philosophe Ernst Cassirer103, quant à lui, affirmait que le concept aristotélicien de substance n’a pas été le point de départ des naturalistes ioniens, mais leur point d’arrivée ; ainsi le philosophe moderne doit-il comprendre les conceptions archaïques à l’intérieur de sa propre conceptualité, sans passer par la médiation de la philosophie classique.

  • 104  Cassirer et Heidegger sont les deux exemples contemporains examinés par Glenn Most, « Polemos pant (...)
  • 105  Cf. Marlène Zarader, Heidegger et les paroles de l’origine, Paris, Vrin, 1986, p.19.
  • 106  Martin Heidegger, Parmenides, Gesamtausgabe 54 (WS 1942/43), éd. M. S. Frings, Francfort-sur-le-Ma (...)
  • 107  Martin Heidegger, Die Selbstbehauptung der deutschen Universität, Breslau, Korn, 21934, p.8 ; id., (...)

43Mais la fascination pour l’archaïque se diffusa en Allemagne, après la Seconde Guerre mondiale, surtout avec Martin Heidegger104. Selon Heidegger, la pensée occidentale naît avec les « paroles fondamentales » (Grundworte) des premiers penseurs grecs : celles qui disent l’être, la vérité, le langage, le destin, le temps105. Ces paroles convergent toutes vers leur centre originaire et unité primordiale, qui constitue « ce qui est à penser », à savoir l’« Être » (Sein). Heidegger nomme « l’initial » (das Anfängliche) ce qui précède tout événement et détermine l’histoire de la pensée, parce qu’il ne remonte pas à un passé, mais se trouve avant ce qui vient et se donne lui-même à son époque106. En se demandant sous quelle condition la science peut trouver sa véritable consistance, Heidegger répond que c’est à la seule condition que nous nous placions à nouveau sous la puissance du « Commencement » (Anfang)107.

44Dès les années 1920, Heidegger a soutenu sa théorie de l’« initialité » des Présocratiques, et dans les cours de cette période, consacrés à la philosophie classique, il présente les premiers penseurs comme indépassables bien que dépassés. La philosophie que Heidegger appelle « métaphysique », celle qui commence avec Platon et Aristote et arrive jusqu’à Nietzsche, représente, selon lui, l’« oubli de l’Être », à savoir l’oubli de la différence de l’être à l’étant. Dans son ouvrage majeur, Sein und Zeit (1927), Parménide est utilisé pour expliquer le rapport entre l’être et la pensée, et Héraclite joue un rôle important dans la conception du dévoilement de l’être. Dans La parole d’Anaximandre (1946), Heidegger parle d’un retour à la conception grecque du monde, et propose de rompre avec l’Occident qui a oublié la Grèce.

  • 108  Martin Heidegger, Was heißt Denken ?, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1954, p.146, sq.
  • 109  D’autre part, quand Heidegger évoque une leçon différente par rapport à celle de Diels, la proposi (...)

45Or Anaximandre est le premier philosophe grec dont Diels (1903) nous donne un « fragment » ; Parménide (1897) et Héraclite (1901) sont édités séparément avant même les Vorsokratiker : cela signifie que les trois Présocratiques avaient déjà un statut particulier dans l’œuvre de Diels. Bien qu’il ne l’avoue pas explicitement, Heidegger est en effet dépendant de Diels, dont il connaît les éditions différentes, qu’il utilise d’ailleurs de manière peu précise et cohérente. Was heißt Denken ? (1954), par exemple, est un ouvrage qui constitue une traduction « méditative », continue et évolutive, du début du fragment B 6 Diels-Kranz de Parménide. Heidegger y évoque aussi le fameux texte parménidéen qui établit l’identité de la pensée (le fait de « penser ») et de l’« être », et qu’il appelle Fragment V108. Ce texte est en effet le fragment 5 dans le Parmenides (1897) et B 5 dans les Vorsokratiker (1903-1922) de Diels, mais il devient B 3 dans les Vorsokratiker Diels-Kranz (1951)109. Cela suggère que Heidegger consultait encore des éditions anciennes ou utilisait parfois ses vieilles notes.

46Bien que les textes des Présocratiques soient à la base de toute la spéculation de Heidegger, son mouvement ne se veut pas un cheminement vers l’arrière qui s’efforcerait de revenir au commencement de la pensée, mais une recherche de l’« origine » (Ursprung) du commencement. Cette origine est l’« impensé » initial, ce à partir de quoi le commencement put être ce qu’il fut, ce qui fonde et explique toute notre histoire. L’intention de Heidegger n’a pas été de proposer un saut dans le passé, mais de montrer la voie vers l’avenir, à savoir l’appropriation et le dépassement des Présocratiques dans la perspective d’un « nouveau matin » après le « matin grec ». Ce projet, qui a marqué la philosophie allemande et la culture européenne du siècle dernier, et qui fait discuter les intellectuels d’aujourd’hui, n’aurait pas vu le jour sans Diels et son « invention » grandiose : Die Fragmente der Vorsokratiker..

Haut de page

Notes

1  Ce travail bénéficie du soutien du Projet ANR « Présocratiques Grecs, Présocratiques Latins » dirigé par Monsieur André Laks (Université Paris-Sorbonne – Centre Léon Robin, CNRS UMR 8061). Je tiens à remercier mon collègue et ami Gérard Journée pour ses remarques critiques, toujours intelligentes et érudites.

2  Cf. William M. Calder III et Jaap Mansfeld (éd.), Hermann Diels (1848-1922) et la science de l’Antiquité, Entretiens sur l’Antiquité classique 45, Vandœuvres-Genève 17-21 août 1998, Genève, Fondation Hardt, 1999, p.XI.

3  Peter Robert Franke, « Diels, Hermann Alexander », Neue Deutsche Biographie 3, 1957, p.646-647 : http://www.deutsche-biographie.de/artikelNDB_pnd119061457.html.

4  Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, Kleine Schriften, éd. Enno Friedrich Wichard, 3 t., Berlin, Weidmann, 1935-1972, VI, p.72.

5  Cf. William M. Calder III, « Hermann Diels: what sort of fellow was he ? », in : William M. Calder III, Jaap Mansfeld (éd.), Hermann Diels (1848-1922) et la science de l’Antiquité, (p.1-35), p.5.

6  Hermann Diels (éd.), Doxographi Graeci, Berlin, Reimer, 1879, réimprimé en 1976 et plusieurs fois depuis lors.

7  Hermann Diels (éd.), Simplicii in Aristotelis Physicorum libros quattuor priores commentaria, Commentaria in Aristotelem Graeca IX-X, Berlin, Reimer, 1882-1895.

8  Hermann Diels (éd.), Poetarum philosophorum fragmenta, Poetarum Graecorum fragmenta auctore Udalrico de Wilamowitz-Moellendorff collecta et edita, 3.1, Berlin, Weidmann, 1901 (jamais réimprimé).

9  Diels nous a fourni, en outre, des éditions bilingues de Parménide (Parmenides. Lehrgedicht. Griechisch und deutsch. Mit einem Anhang über griechische Thüren und Schlösser, Berlin, Reimer, 1897) et d’Héraclite (Herakleitos von Ephesos. Griechisch und deutsch, Berlin, Weidmann, 1901 ; 21909).

10  Hermann Diels (éd.), Philodemos Über die Götter, erstes Buch [und drittes Buch], Berlin, Abhandlungen der Akademie zu Berlin, 1916.

11  Hermann Diels (éd.), Anonymi Londinensis ex Aristotelis Iatricis Menoniis et aliis medicis eclogae, Supplementum Aristotelicum, 3.1, Berlin, Reimer, 1893.

12  Hermann Diels, Wilhelm Schubart (éd.), Didymos Kommentar zu Demosthenes (Papyrus 9780) nebst Wörterbuch zu Demosthenes’ Aristocratea (Papyrus 5008), Berlin, Weidmann, 1904 ; id., Didymi De Demosthene commenta. Cum anonymi in Aristocrateam lexico post editionem Berolinensem, Leipzig, Teubner, 1904.

13  Hermann Diels, Die Handschriften der antiken Ärzte, I-II, Berlin, Abhandlungen der Akademie zu Berlin, 1905-1906. Le Corpus medicorum Graecorum est édité par Diels (toujours aux Éditions de l’Académie) à partir de 1908.

14  Hermann Diels, Antike Technik, Sechs Vorträge, Leipzig, Berlin, Teubner, 1914 (31920, édition augmentée).

15  Titus Lucretius Carus. De rerum natura. Lateinisch und deutsch von H. Diels, I [Ausgabe], Berlin, Weidmann, 1923 ; II [Übersetzung], Berlin, Weidmann, 1924.

16  Cf. Hermann Diels, Kleine Schriften zur Geschichte der antiken Philosophie, hrsg. (Einleitung und Bibliographie) von Walter Burkert, Hildesheim, G. Olms, 1969, p.409-441. En guise d’introduction aux Scripta minora (p.XIV-XXVI), Burkert fournit la bibliographie complète de Diels.

17  Hermann Diels (éd.), Die Fragmente der Vorsokratiker, Berlin, Weidmann, 1903 (1906-07, 1912, 1922, 1934-37, 1951-52, éditions révisées).

18  Cf. Jean Bollack (éd.), Empédocle, II. Les Origines, édition et traduction des fragments et des témoignages, Paris, Minuit, 1969, p.XII.

19  Cet ouvrage de jeunesse n’a jamais été révisé par la suite, ce qui signifie que Diels n’a jamais jugé nécessaire de changer les grandes lignes de sa théorie du développement de la tradition doxographique. En effet, les addenda et corrigenda que l’on trouve dans son exemplaire personnel des Doxographi (conservé à Padoue), sous forme de notes en marge comportant aussi des références à la littérature secondaire, ne prouvent pas qu’il ait eu l’intention de réviser l’édition originale.

20  L’étude de référence sur Diels et la doxographie ancienne est désormais Jaap MansfeldDavid T. Runia, Aëtiana. The Method and Intellectual Context of a Doxographer, vol.I : The Sources, Leyde, Brill, 1997 ; vol.II 1-2 : The Compendium, Leyde, 2009 ; vol.III : Studies in the Doxographical Traditions of ancient Philosophy, Leyde, Brill, 2009. C’est sur ces travaux que je me base principalement pour rendre compte de l’œuvre du jeune Diels.

21  Une autre source serait le De natura hominis de Némésius d’Émèse. La plus grande partie de l’Historia philosopha du pseudo-Galien dépend étroitement du pseudo-Plutarque, comme Diels l’avait bien compris.

22  Selon Jaap Mansfeld (Physikai doxai and Problêmata physika from Aristotle to Aëtius (and beyond), in : William W. Fortenbaugh and Dimitri Gutas (éd.), Theophrastus, His Psychological, Doxographical and Scientific Writings, New Brunswick, Londres, 1992, p.63-111), le titre de l’ouvrage de Théophraste était probablement « Opinions physiques ».

23  À ces deux sens, l’on peut ajouter aussi : 3) tout compte rendu de doctrine philosophique qui n’appartient pas à l’écrit original d’un auteur ; 4) la pratique de l’histoire de la philosophie qui discute les doctrines des philosophes. Ces divers sens sont distingués et examinés par David T. Runia, « What is doxography ? », in : Philip J. van der Eijk (éd.), Ancient Histories of Medicine. Essays in Medical Doxography and Historiography in Classical Antiquity, Leyde, Brill, 1999, p.33-35.

24  Le meilleur bilan récent sur les résultats de cette recherche est l’article « Doxography of ancient Philosophy » de Jaap Mansfeld dans la Stanford Encyclopedia of Philosophy (http://plato.stanford.edu/entries/doxography-ancient).

25  Sur la question, voir Jaap Mansfeld, « Cratylus 402 a-c : Plato or Hippias ? », in : Livio Rossetti (éd.), Atti del Simposium Heracliteum 1981, Vol. I, Studi, Edizioni dell’Ateneo, Rome, 1983, p.43-55.

26  Cf. Jaap Mansfeld, « Cosmic Distances: Aëtius 2.31 Diels and some related Texts », Phronesis 45, 2000, (p.176-201), p.200-201.

27  Cf. Jaap Mansfeld, « Chrysippus and the Placita », Phronesis 34, 1989, p.311-342.

28  Cf. Jaap Mansfeld, « Gibt es Spuren von Theophrasts Phys. Op. bei Cicero? », in : William W. Fortenbaugh, Peter Steinmetz (éd.), Cicero’s Knowledge of the Peripatos, New Brunswick, Londres, Transaction, Heinemann, 1989, p.133-158.

29  Cf. Jaap Mansfeld, David T. Runia, op.cit., vol.I (1997), p.87-106.

30  Cf. Jaap Mansfeld, « Doxographi Graeci », in : William M. Calder III, Jaap Mansfeld (éd.), Hermann Diels (1848-1922) et la science de l’Antiquité, p.161.

31  Cf. David T. Runia, « Philo and Hellenistic Doxography », in : Francesca Alesse (éd.), Philo of Alexandria and Post-Aristotelian Philosophy, Leyde, Brill, 2008, p.13-54.

32  Plutarchi quae fertur de Placitis epitomen primus attigisse videtur Philo Iudaeus, si modo hunc locum libri primi de providentia ab eo scriptum esse credimus (Hermann Diels (éd.), Doxographi Graeci, p.1) ».

33  Cf. David T. Runia (2008), op.cit., p.49.

34  Mansfeld et Runia sont en effet les premiers à éditer Aétius sous la forme d’un texte unique : Diels présentait les passages du ps.-Plutarque et de Stobée en deux colonnes.

35  Cf. Jean-Baptiste Gourinat, « Aëtius et Arius Didyme sources de Stobée », in : Gretchen Reydams-Schils (dir.), Thinking through Excerpts : Studies on Stobaeus, Turnhout, Brepols, 2010, p.143-201.

36  Cf. Andrei V. Lebedev, « Did the doxographer Aetius ever exist ? », in : Venant Cauchy (éd.), Philosophie et culture. Actes du XVIIe congrès mondial de philosophie, Montréal, Éditions de Montmorency, 1988, p.813-817 ; Jan N. Bremmer, « Aetius, Arius Didymus and the Transmission of Doxography », Mnemosyne 51, 1998, p.154-160 ; Michael Frede, « Review article : Aëtiana », Phronesis 44, 1999, p.135-149. Selon Jean-Baptiste Gourinat, « Aëtius et Arius Didyme sources de Stobée », p.175, le nom d’Aétius n’est pas le seul nom qui puisse s’appliquer au matériau détenu en commun par le ps.-Plutarque et Stobée ; à son avis, le nom de « Plutarque » – à qui les manuscrits et les Anciens attribuent l’ouvrage – est également possible. L’une des hypothèses de cet article est qu’il n’y a jamais eu d’Aetius et que les deux versions des Placita (la longue, c’est-à-dire celle « reconstituée » par Diels et la courte, c’est-à-dire celle abrégée que nous attribuons au Ps.-Plutarque) ont donc circulé sous le nom de Plutarque.

37  Cf. Jaap Mansfeld, David T. Runia, op.cit., vol.I (1997), p.329-330.

38  Cf. Jaap Mansfeld, « Doxography and Dialectic. The Sitz im Leben of the “Placita” », in : Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt II 36,4, Wolfgang Haase (éd.), Berlin-New York, de Gruyter, 1990, p.3056-3229.

39  Hermann Diels (éd.), Die Fragmente der Vorsokratiker, Vorwort, p.V.

40  Hermann Diels, Walter Kranz (éd.), Die Fragmente der Vorsokratiker, Berlin, Weidmann, 1934-37, 1951-52 (et réimpressions postérieures).

41  Johann A. Eberhard, Allgemeine Geschichte der Philosophie, Halle, Hemmerde und Schwetschke, 1788, 1796.

42  Cf. Léonce Paquet, Yvon Lafrance, Les Présocratiques (1450-1879), vol.III (supplément), Montréal, Bellarmin, 1995, p.26. Avant Eduard Zeller, l’expression est employée par Heinrich Ritter, Geschichte der Philosophie I, Hamburg, F. Perthes, 1829, p.187 : « Geschichte der vorsokratischen Philosophie ».

43  Cf. André Laks, Introduction à la « philosophie présocratique », Paris, Puf, 2006, p.31 sq.

44  André Laks rappelle que les « écoles présocratiques » sont le fruit d’une construction qui dépend des systèmes de filiation dont le premier schéma remonte à Platon et à Aristote, et qui a été élaborée à l’époque hellénistique par Sotion, dans son ouvrage « Les successions des philosophes », dont Diogène Laërce s’est fortement inspiré (André Laks, L’émergence d’une discipline, éd. Jean Boutier, Jean-Claude Passeron, Jacques Revel, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2006, p.152-169).

45  Aristote (De part. an. 642a28 sq.) remarque déjà qu’à l’époque de Socrate les philosophes se sont détournés de l’étude physique pour les questions éthiques et politiques ; dans un fragment de Timon (25 Diels, 50 Wachsmuth), transmis par Diogène Laërce II 19 (cf. II 16), Sextus Empiricus VII 8 et Clément d’Alexandrie, Strom. I 63, 3, Socrate est présenté comme celui qui a « tourné » pour ainsi dire la philosophie vers l’éthique. Cf. aussi Aristoclès dans Eusèbe, Praep.Evang. II 3, 2 ; Ref. omn. haer. I 5 ; ps.-Galien, Hist. Phil. I ; Augustin, Civ. VIII 3,1.

46  Ce titre a été également attribué à Nietzsche en raison de la réévaluation philosophique des Présocratiques – ou plutôt des « philosophes pré-platoniciens » – qu’il a promulguée à travers son œuvre. Cf. Tilman Borsche, « Nietzsches Erfindung der Vorsokratiker », in : Josef Simon (éd.), Nietzsche und die philosophische Tradition, I, Würzburg, Koenigshausen und Neumann, 1985, p.62-87.

47  Hermann Diels (éd.), Simplicii in Aristotelis Physicorum libros quattuor priores commentaria, p.IX, n. 2.

48  Pour cette présentation analytique des Présocratiques de Diels, je reprends l’examen et le bilan de Walter Burkert, « Diels’ Vorsokratiker. Rückschau und Ausblick », in : William M. Calder III, Jaap Mansfeld (éd.), Hermann Diels (1848-1922) et la science de l’Antiquité, (p.169-206), p.175.

49  Georg Kaibel, Comicorum graecorum fragmenta, Berlin, Weidmann, 1899.

50  Hermann Diels (éd.), Poetarum philosophorum fragmenta, p.VI.

51  Cf. Hermann Diels (éd.), Die Fragmente der Vorsokratiker, Vorwort, p.VI.

52  Cela montre que Diels était sûr de ses conclusions sur la doxographie antique : il ne les considérait guère comme hypothétiques, en leur attribuant cette valeur de vérité scientifique. Cf. Jaap Mansfeld, « Doxographi Graeci », p.157.

53  Cf. Hermann Diels, Hermann Usener, Eduard Zeller, Briefwechsel, éd. Dietrich Ehlers, Berlin, Akademie Verlag, 1992, II 210, p.277 (19.10.1900) et II 215, p.285 (5.4.1901).

54  Hermann Diels (éd.), Die Fragmente der Vorsokratiker, p.66.

55  Cela est vrai pour tous les Présocratiques, mais le cas d’Héraclite est le plus patent.

56  Hermann Diels (éd.), Die Fragmente der Vorsokratiker, p.75 et 77.

57  Ibid., p.77. Les trois textes sont en revanche donnés par Kranz dans l’édition des Vorsokratiker de 1951, p.168.

58  Ibid., p.82.

59  La forme attestée par la plupart des citateurs est en effet augê xêrê psychê (« éclat de lumière sec, l’âme / éclat de lumière, l’âme sèche »), alors que la leçon auê psychê est une correction qui remonte aux savants de la Renaissance (cf. Miroslav Marcovich-Rodolfo Mondolfo, Leonardo Tarán, Eraclito, Testimonianze, imitazioni e frammenti, Introduzione di Giovanni Reale, traduzione italiana di Pietro Innocenti, Milano, Bompiani, 2007, Fr. 68, p.637, p.642 ; Serge N. Mouraviev (éd.), Heraclitea, Édition critique complète des témoignages sur la vie et l’œuvre d’Héraclite d’Éphèse et des vestiges de son livre, textes réunis, établis et traduits, III (Recensio) 3 (Les fragments du livre d’Héraclite) B (Les textes pertinents) i (Textes, traductions, apparats I-III), Sankt Augustin, 2006, F 118, p.137). Bien qu’elle ne trouve pas de support dans la tradition manuscrite, Diels la préfère sans doute en tant que lectio difficilior : auê (« aride ») est un adjectif plus ancien et plus « héraclitéen » que le synonyme xêrê (« sèche »), qu’il considère comme une glose ajoutée dans la marge du manuscrit et intégrée postérieurement au texte un verbe de la même racine se trouve en effet dans B 126, où Héraclite affirme que l’humide « s’assèche » (auainetai) (Hermann Diels (éd.), Die Fragmente der Vorsokratiker, p.82). Mais à partir de l’édition de 1906 et jusqu’à celle de 1922, il écrit : augê xêrê psychê, etc. Dans le Diels-Kranz (1951), on trouve les deux lectures, avec une préférence pour la seconde (« oder vielmehr »). Ingram Bywater (éd.), Heracliti Ephesii Reliquiae, Oxonii, E Typographeo Clarendoniano, 1877, p.30-31, proposait déjà trois versions différentes du même fragment (fr. 74-76).

60  Pour cet ordre de présentation, Diels a suivi Ritter (Geschichte der Philosophie, op.cit.) ; la séparation entre les « Pythagoriciens » (chap.58) et « Pythagore » (chap.14) fut en revanche sa décision personnelle.

61  Cf. Philology and Philosophy. The Letters of Hermann Diels to Theodor and Heinrich Gomperz (1871-1922), éd. Maximilian Braun, William M. Calder III, Dietrich Ehlers, prepared for publication by Stephen Trzaskoma, Hildesheim, Weidmann, 1995, p.106, p.149 (29.5.1902).

62  Cf. Walter Burkert, « Diels’ Vorsokratiker. Rückschau und Ausblick », (p.175-176), p.185.

63  Cf. ibid., p.179.

64  Friedrich Wilhelm August Mullach, Fragmenta philosophorum græcorum, t. I, 3 vol., Paris, Didot, 1880-1881; Heinrich Ritter, Ludwig Preller (éd.), Historia philosophiae graecae et romanae ex fontium locis contexta, Gotha, Perthes, 1878, Eduard Weidmann (éd.), 1891.

65  Cf. ibid., p.180.

66  Sur ce sujet, voir André Laks, « Éditer l’influence ? Remarques sur la section C des Fragmente der Vorsokratiker de Diels-Kranz », in : Walter Burkert, Laura Gemelli Marciano, Elisabetta Matelli, Lucia Orelli (éd.), Fragmentsammlungen philosophischer Texte / Le raccolte dei frammenti dei filosofi antichi, Atti del Seminario Internazionale, Ascona, 22-27 Settembre 1996, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1998, p.89-105.

67  C’est pour cette raison que Kranz a voulu raffiner en introduisant des distinctions. Si dans le chapitre Héraclite la section C porte le titre d’Imitation, pour Empédocle il s’agit d’un Anklang, et dans le cas de Diogène on parle de Nachwirkung.

68  Hermann Diels (éd.), Die Fragmente der Vorsokratiker (1906), op.cit., p.X.

69  Cf. Walter Burkert, « Diels’ Vorsokratiker. Rückschau und Ausblick », art. cit., p.186.

70  Simplicius affirme en effet qu’il possède des livres archaïques, qui commencent à devenir rares à son époque (VIe s.), comme celui de Parménide, mais il ne lisait pas l’écrit original d’Héraclite, comme le démontre David Sider, « The fate of Heraclitus’ Book in Later Antiquity », in : Enrique Hülsz Piccone (éd.), Nuevos Ensayos sobre Heráclito. Actas del Segundo Symposium Heracliteum, Mexico, UNAM, 2009, p.443-458.

71  Cf. Hermann Diels, Aristotelis qui fertur de Melisso Xenophane Gorgia libellus, Berlin, Königliche Akademie der Wissenschaften, 1900.

72 Ancilla to the Pre-Socratic Philosophers – A Complete translation of the Fragments in Diels, “Fragmente der Vorsokratiker”, by Kathleen Freeman, Oxford, Blackwell, 1948.

73  Les Présocratiques, édition établie par Jean-Paul Dumont, avec la collaboration de Daniel Delattre et de Jean-Louis Poirier, Paris, Gallimard, 1988.

74  I Presocratici. Testimonianze e frammenti, introduzione di Gabriele Giannantoni, traduzioni di Renato Laurenti, Antonio Maddalena, Pilo Albertelli, Vittorio Emanuele Alfieri e Maria Timpanaro Cardini, Roma-Bari, Laterza, 1979 ; I Presocratici. Prima traduzione integrale con testi originali a fronte delle testimonianze e dei frammenti nella raccolta di Hermann Diels e Walter Kranz, a cura di Giovanni Reale, Milano, Bompiani, 2006.

75  Voir, par exemple, l’édition italienne de la collection Biblioteca di Studi Superiori (Firenze, La nuova Italia) : Ionici. Testimonianze e frammenti, a cura di Antonio Maddalena (1963); Pitagorici. Testimonianze e frammenti, a cura di Maria Timpanaro Cardini, I-III (1958-1964) ; Parmenide. Testimonianze e frammenti, a cura di M. Untersteiner (1958) ; Zenone. Testimonianze e frammenti, a cura di Mario Untersteiner (1963) ; Sofisti. Testimonianze e frammenti, a cura di Mario Untersteiner, I-IV (1949-1962).

76 The Presocratic Philosophers, by Geoffrey S. Kirk-John E. Raven-Malcolm Schofield, Cambridge, Cambridge University Press, 1966, 19832.

77 Die Vorsokratiker. Auswahl der Fragmente, Übersetzung und Erläuterungen von Jaap Mansfeld, I-II, Stuttgart, Reclam, 1983-86, 19872.

78 The Presocratics. The main fragments in Greek with Introduction, Commentary and Appendix containing Text and Translation of Aristotle on the Presocratics, by Maureen Rosemary Wright, Bristol, Bristol Classical Press, 1985.

79 Die Vorsokratiker, Band I: Thales, Anaximander, Anaximenes, Pythagoras und die Pythagoreer, Xenophanes, Heraklit. Griechisch-lateinisch-deutsch. Auswahl der Fragmente und Zeugnisse, Übersetzung und Erläuterungen von Maria Laura Gemelli Marciano, Düsseldorf, Artemis & Winkler, 2007 ; Band II: Parmenides, Zenon Empedokles, Düsseldorf, Artemis & Winkler, 2009 ; Anaxagoras, Melissos, Diogenes von Apollonia, die antiken Atomisten, Düsseldorf, Artemis & Winkler, 2010.

80  Jean Bollack (éd.), Empédocle, Paris, Éditions de Minuit, 1965-1969.

81  Miroslav Marcovich (éd.), Heraclitus, Greek Text with a Short Commentary (Editio Maior), Merida, Los Andes University Press, 1967 ; Sankt Augustin, Academia, 2001.

82  Carl Huffman (éd.), Philolaos of Croton, Pythagorean and Presocratic, Cambridge, Cambridge University Press, 1993.

83  Walter Leszl (éd.), I primi atomisti. Raccolta dei testi che riguardano Leucippo e Democrito, Florence, Olschki, 2009.

84  Georg Wöhrle (éd.), Die Milesier:Thales, Mit einem Beitrag von G. Strohmaier, Berlin, de Gruyter, 2009.

85  Voir Catherine Osborne, Rethinking Early Greek Philosophy. Hippolytus of Rome and the Presocratics, London, Duckworth, 1987 ; Jaap Mansfeld, Heresiography in Context. Hippolytus’ Elenchos as a Source for Greek Philosophy, Leyde, Brill, 1992.

86  Cf. André Laks, « Du témoignage comme fragment », in : Glenn W. Most (éd.), Collecting Fragments. Fragmente Sammeln, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1997, p.237-272.

87  Pour les Présocratiques et la doxographie qui leur est relative, je signale la base de données accessible sur le site Internet http://www.placita.org.

88  Je vais suivre ici l’article de Glenn W. Most, « Polemos pantôn patêr. Die Vorsokratiker in der Forschung der Zwanziger Jahre », in : Hellmut Flashar (éd.), Altertumswissenschaft in den 20er Jahren, Stuttgart, Steiner, 1995, p.87-114, et plus précisément l’extrait : id., « Polemos pantôn pater. Les Présocratiques dans la recherche des années 1920 », Les Études philosophiques 93, 2010/2, p.235-253.

89  Ernst Howald, « Bericht über die Vorsokratiker (einschliesslich Sophistik) aus den Jahren 1897 bis zur Gegenwart », in : Jahresbericht über die Fortschritte der Altertumswissenschaft 49/197 (1923), (p.139-192), p.141, cité par Glenn Most, « Polemos pantôn patêr », p.235, n. 2.

90  Cf. Wilhelm Nestle, Die Vorsokratiker in Auswahl, Iéna, Diederichs, 1908, 1922 ; Karl W. Schmidt, Die Vorsokratiker. Eine Auswahl für den Schulgebrauch, Berlin, Weidmann, 1924 ; Michael Grünwald, Die Anfänge der abendländischen Philosophie. Fragmente und Lehrberichte der Vorsokratiker, Zurich, Artemis, 1925.

91  Cf. Felix Jacoby, Die Fragmente der griechischen Historiker. I : Genealogie und Mythographie, Berlin, Weidmann, 1923, 1957 ; Johan L. Heiberg, Corpus medicorum graecorum. I, 1 : Hippocratis opera, Leipzig, Teubner, 1927.

92  Eduard Zeller, Die Philosophie der Griechen in ihrer geschichtlichen Entwicklung. I : Allgemeine Einleitung. Vorsokratische Philosophie, éd. Franz Lortzing et Wilhelm Nestle, Leipzig, Reisland, 61919, 71922 ; Friedrich Ueberweg, Grundriss der Geschichte der Philosophie. I : Das Altertum, éd. Karl Praechter, Berlin, Mittler, 111920, 121926.

93  Pour toutes les références, cf. Glenn Most, « Polemos pantôn patêr », p.236-237.

94  Cf. John Burnet, Early Greek Philosophy, Londres, A. & C. Black, 1892, 41930 ; id., Greek Philosophy, 1: Thales to Plato, Londres, Macmillan, 1914, 21964 ; P. Tannery, op.cit.

95  Karl Reinhardt, Parmenides und die Geschichte der Philosophie, Bonn, Cohen, 1916 ; Bruno Snell, Die Ausdrücke für den Begriff des Wissens in der vorplatonischen Philosophie, thèse de doctorat, Göttingen, 1922, Berlin, Weidmann, 1924.

96  Friedrich Wilhelm Nietzsche dit ne pas avoir trouvé chez les anciens philosophes sa propre sagesse tragique ; puis il ajoute « Il me restait un doute au sujet d’Héraclite, dont la fréquentation me met plus à l’aise et me réconforte plus qu’aucune autre […] Il me faut reconnaître en tout cas la pensée la plus proche de la mienne qui ait jamais été conçue » (Friedrich Wilhelm Nietzche, Ecce homo, in : Werke. Kritische Gesamtausgabe VI 3, Berlin, New York, de Gruyter, 1967, p.310-311 ; traduction française de Jean-Claude Hémery, Paris, Gallimard, 1974, p.288).

97  « Heraklit eröffnet also die Reihe der einsamen Menschen, welche ihre grübelnden, weltverachtenden, selbstbewußten Gedanken in der dafür allein passenden Form des Aphorismus niedergelegt haben. „Also sprach Herakleitos“ begann aller Wahrscheinlichkeit nach dieses Buch. „Also sprach Zarathustra“ ist der jüngste Sproß dieser vielgepflegten Gattung, die mit dem Pessimismus eine innere Verwandtschaft zeigt. An diesem uns nahestehenden Beispiel sieht man zugleich, wie sich hier Bewußtes und Unbewußtes, Kunst und Manier, klingelnde Spielerei und blutiger Ernst, kluge Berechnung und heller Wahnsinn zu einem ebenso anziehenden wie abstoßenden Ganzen vereinigt. » (Hermann Diels (éd.), Herakleitos von Ephesos, Vorwort, p.IX). Nous citons ici la traduction française donnée par Glenn Most, in : « Polemos pantôn patêr », p.251.

98  Cf. Hermann Diels, Hermann Usener, Eduard Zeller, Briefwechsel, II 215, p.285 (5.4.1901).

99  Cf. Glenn Most, « Polemos pantôn patêr », p.245-253.

100  Lucien Lévy-Bruhl, La mentalité primitive, Paris, Alcan, 1922 ; id., L’âme primitive, Paris, Alcan, 1927 ; id., Le surnaturel et la nature dans la mentalité primitive, Paris, Alcan, 1931 ; Bronislaw Malinowski, Crime and Custom in Savage Society, Londres, Routledge & Kegan, 1926 ; id., Sex and Repression in Savage Society, Londres, Kegan Paul, Trench, Trubner & Co., 1927.

101  Wilhelm Wundt, « Die Anfänge der Philosophie und die Philosophie der primitiven Völker », in : Paul Hinneberg (éd.), Allgemeine Geschichte der Philosophie, Die Kultur der Gegenwart, I, 5, Leipzig, Teubner, 19232, p.1-29.

102  Hermann Fränkel, « Stileigenheit », in : Wege und Formen frühgeschichtlichen Denkens. Literarische und philosophiegeschichtliche Studien, Franz Tietze (éd.), 1968, (p.40-96), p.95-96.

103  Cf. Ernst Cassirer-Ernst Hoffmann, « Geschichte der antiken Philosophie », in : Max Dessoir (éd.), Lehrbuch der Philosophie, Berlin, Ullstein, 1925, (p.7-256), p.11 sq.

104  Cassirer et Heidegger sont les deux exemples contemporains examinés par Glenn Most, « Polemos pantôn patêr », p.242-245.

105  Cf. Marlène Zarader, Heidegger et les paroles de l’origine, Paris, Vrin, 1986, p.19.

106  Martin Heidegger, Parmenides, Gesamtausgabe 54 (WS 1942/43), éd. M. S. Frings, Francfort-sur-le-Main, Klostermann, 1982, p.1-2.

107  Martin Heidegger, Die Selbstbehauptung der deutschen Universität, Breslau, Korn, 21934, p.8 ; id.,L’auto-affirmation de l’Université allemande, traduction française de Gérard Granel, Mauvezin, TER, 1982, p.13. Pour les détails, voir Glenn Most, « Polemos pantôn patêr », p.244.

108  Martin Heidegger, Was heißt Denken ?, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1954, p.146, sq.

109  D’autre part, quand Heidegger évoque une leçon différente par rapport à celle de Diels, la proposition se retrouve souvent dans un numéro de la revue Hermes paru alors, ce qui démontre sa dépendance à l’égard de la philologie de son époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucia Saudelli, « Hermann Diels : le savoir des Anciens et la science de l’antique », Revue germanique internationale [En ligne], 14 | 2011, mis en ligne le 24 octobre 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/1288

Haut de page

Auteur

Lucia Saudelli

chercheur post-doctorant à l’Université Paris-Sorbonne (Paris4)

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page