Navigation – Plan du site

Introduction

L’archéologie austro-allemande en Méditerranée orientale, enjeux et interactions
Daniel Baric
p. 5-11

Texte intégral

1Les recherches sur le passé ancien reposent sur une tradition bien établie dans l’espace germanophone. L’Antiquité a été étudiée, interprétée et réinterprétée au gré des évolutions de la méthodologie de l’archéologie, des courants esthétiques et des situations politiques. Discipline scientifique s’appuyant sur une technique, l’archéologie devient dans sa pratique et ses résultats un point focal vers lequel convergent des considérations d’ordre historique, esthétique et politique. Ces moments d’attention accrue portée aux résultats de fouilles et de publications depuis des champs extérieurs au travail de terrain des archéologues révèlent des interactions entre disciplines scientifiques et des situations significatives dans le domaine politique et culturel.

  • 1  La préparation de ce dossier a pu grandement profiter d’un séjour de recherche à l’École française (...)
  • 2  Les ouvrages de Suzanne Marchand proposent une indispensable synthèse sur ce point : Down from Oly (...)

2La thématique de ce numéro de la Revue Germanique Internationale est consacrée aux interférences entre les savoirs sur l’Antiquité (construits en premier lieu sur la base des fouilles archéologiques) et l’espace germanophone dans ses marges orientales au sens le plus large1. À partir de cas chronologiquement et spatialement circonscrits, ou d’un point de vue plus synthétique, ces contributions retracent les étapes d’une évolution de ces savoirs spécialisés sur le monde antique dans les États et les sociétés centre-européennes, depuis l’époque des empires allemand et habsbourgeois jusqu’au système communiste, du début de l’archéologie comme discipline durant le premier xixe siècle jusqu’à nos jours, avec une attention particulière portée à la fin du xixe siècle, période d’expansion germanique dans le bassin méditerranéen. Les enjeux politiques, mais aussi esthétiques et scientifiques d’un recours à des travaux archéologiques, replacés dans leur contexte historique, mettent en perspective les moments d’intensité très variable que l’archéologie a suscités en Europe centrale et orientale2.

3Les articles s’appuient sur des fonds d’archives, des corpus publiés de travaux archéologiques, ou bien encore des articles parus dans la presse, qui permettent d’appréhender l’activité d’un archéologue, d’une communauté scientifique, ou d’une discipline de la recherche sur le monde antique en interaction avec un terrain situé en dehors de l’espace germanophone ou avec des disciplines et des débats relevant d’autres domaines que l’archéologie. En effet, l’archéologie apparaît comme un terrain privilégié de rencontres entre plusieurs temporalités, espaces, disciplines, milieux professionnels et sociétés. Toute une série de questions se posent donc à travers l’examen de l’histoire de l’archéologie, dont le pluriel du titre de ce volume suggère la diversité. Au cœur des réflexions proposées ici, on trouvera les modalités de l’interaction entre les centres germanophones de production du savoir sur les sociétés anciennes (aux universités de Berlin et Vienne en particulier) et de présentation au public (par le biais de l’écrit et de la muséographie) d’une part et les régions et États situés dans des espaces géographiquement plus orientaux de l’autre. Le rapport de l’espace germanique à son Orient, compris depuis ses frontières politiques jusqu’aux rives de la Méditerranée, et de celui-ci aux savoirs produits en langue allemande se trouve posé en filigrane.

4Les contributions de ce volume traitent d’un territoire qui s’étend de Rome à la mer Noire, en passant par la péninsule balkanique, et des plateaux de l’Anatolie des Hittites aux sables du site de Tell el-Amarna en Moyenne-Égypte. Cet espace de la Méditerranée orientale est à la fois un sol riche en témoignages du passé, qui a livré des restes importants de l’âge classique gréco-romain, mais qui a également donné lieu à la découverte de peuples et de phénomènes culturels qui ont changé la vision jusqu’alors dominante de l’Antiquité, par le truchement de scientifiques de langue allemande. Les Thraces, les Hittites, Akhenaton et Néfertiti sont des exemples de nouveaux champs d’étude et de questionnements nés dans le monde germanophone ou dans des environnements en lien très étroit avec lui.

5Les contributions font apparaître des thématiques communes, liées à un milieu intellectuel en pleine mutation. Alors que se créent en Europe centrale des chaires spécialisées pour les études classiques comme pour l’égyptologie, que la thracologie et l’hittitologie s’affirment dans l’espace scientifique, l’enjeu de la présence de savants sur place se pose de plus en plus ouvertement. Il est frappant de constater que certains groupes ont particulièrement marqué de leur empreinte cette période. Nombreux furent par exemple les archéologues, historiens et philologues originaires de Bohême qui jouèrent un rôle de premier plan dans les études consacrées à l’Antiquité en Méditerranée orientale. Certains parmi eux ont occupé des positions institutionnelles très importantes, sur les lieux de leurs objets d’études, tels les frères Škorpil en Bulgarie ou Carl Patsch à Sarajevo. Bedřich Hrozný est quant à lui à l’origine du déchiffrement du hittite et de son inclusion dans le groupe des langues indo-européennes. Dans tous ces cas, il s’agit de personnalités qui ont acquis à Vienne ou en Allemagne les outils intellectuels qui leur ont permis, avec leur bagage culturel premier reçu en Bohême, de s’aventurer en pionniers dans des champs de recherche neufs et de réaliser ainsi un transfert culturel entre trois espaces culturels.

  • 3  Wiktor Stoczkowski, « L’histoire de l’archéologie peut-elle être utile aux archéologues ? », in : (...)
  • 4  Voir les études réunies par Marie-Noëlle Bourguet, Bernard Lepetit, Daniel Nordman, Maroula Sinare (...)

6L’histoire de l’archéologie permet de prendre la mesure des nouveautés successives qui ont jalonné l’appropriation du passé ancien dans le monde moderne. Le passage de l’antiquaire à l’archéologue professionnel, marqué par une élaboration dès lors sans cesse renouvelée des approches, pose des questions qui ont leur validité dans le champ disciplinaire de l’archéologie : « Les connaissances historiques, offrant à l’archéologue la possibilité de comprendre les mécanismes qui régissent le grand jeu conceptuel où est engagée sa réflexion sur le passé, peuvent l’aider à mieux la maîtriser »3. La question du financement des premières expéditions archéologiques, le passage d’un mécénat privé à l’administration publique des recherches archéologiques et le rôle assigné aux entreprises militaires dans ce contexte indiquent qu’une insertion plus large dans l’histoire peut servir à éclairer à la fois le fonctionnement interne de la discipline et son importance grandissante au sein des États4. Des instituts privés, celui de Ludwig Borchardt au Caire ou de Carl Patsch à Sarajevo, subirent une même évolution, au même moment, avec une progressive intégration dans un réseau de financement étatique à la veille de la Première Guerre mondiale. Ce en quoi ils montrent à quel point le rôle des particuliers comme créateurs d’institutions de recherche est resté important dans le monde germanique de l’archéologie. Dans l’histoire des connaissances sur l’Antiquité, des jalons apparaissent, tels les congrès internationaux, qui marquent des moments de structuration des savoirs et des relais de leur transmission : congrès d’anthropologie et d’archéologie de Sarajevo et premier congrès d’archéologie chrétienne à Split et Salone en 1894, deuxième congrès international d’archéologie classique et d’égyptologie au Caire et à Alexandrie en 1909. Pour l’institution organisatrice, les enjeux de positionnement interne, dans l’espace national, comme sur le plan international, transparaissent dans les contributions présentées à cette occasion.

  • 5  Marta Petricioli, Archeologia e Mare Nostrum : le missioni archeologiche nella politica mediterran (...)
  • 6  Adolf Borbein, « Griechische Forschungen aus Berliner Sicht », in : Roland Étienne (éd.), Les poli (...)
  • 7  Ibid, p. 17. Cf. Die Griechen als Meister der Colonisation. Rede zum Geburtstagsfeste Seiner Majes (...)

7La Méditerranée orientale apparaît de plus aujourd’hui comme le lieu d’un enjeu majeur, celui de la naissance de l’orientalisme et d’une réflexion approfondie sur le (post)colonialisme5. La nature du lien entre l’archéologie et le paradigme colonial et impérial de l’Allemagne et de l’Autriche (-Hongrie) en Méditerranée anime la recherche historique actuelle qui pose la question du parallélisme réel, déjà affirmé par certains contemporains, entre colonisation à l’époque classique et dans l’histoire coloniale contemporaine6. Dans un discours officiel tenu à Berlin en mars 1883, à l’occasion de l’anniversaire de l’empereur, Ernst Curtius avait ainsi souligné le parallélisme entre la diffusion de l’hellénisme dans le bassin méditerranéen et de la culture allemande dans les colonies d’outre-mer7. Écrire l’histoire de la Grèce ancienne revenait dès lors à montrer en exemple aux souverains prussiens ces Grecs qui surent dépasser le morcèlement étatique au nom du bien commun.

  • 8   Jean-Marc Delaunay, « La recherche archéologique, une manifestation de puissance ? L’archéologie (...)
  • 9  Sara Owen, « Analogy, Archaeology and Archaic Greek Colonization », (p. 5-21), Anthony Snodgrass, (...)

8Les grandes puissances européennes ont pu dégager des moyens financiers importants pour développer des recherches in situ en Méditerranée, l’implantation d’une nation suscitant bientôt en retour celle d’une autre : « La recherche archéologique a ainsi accompagné la hiérarchie mouvante des puissances aux xixe et xxe siècle »8. La France et l’Allemagne, grandes puissances en période fortement expansionniste ont disséminé des missions dans tout l’Orient méditerranéen. L’Autriche-Hongrie a suivi ce mouvement et développé des campagnes de fouilles sur le territoire de la Bosnie-Herzégovine qu’un mandat international lui avait permis d’occuper en 1878, mais aussi en Asie Mineure, à Éphèse. La simultanéité à la fin du xixe siècle de l’expansion coloniale et des recherches archéologiques portant sur des peuples antiques fondateurs de colonies, notamment dans l’espace égéen, donne naissance à une analogie qui, si elle a été perçue en tant que telle par certains contemporains, apparaît aujourd’hui pour l’essentiel comme une fausse similitude. Le terme de colonie recouvre des réalités bien différentes entre les époques contemporaine et antique, avec une interpénétration poussée entre les cultures antiques, inconnue dans les cas plus récents9. Il n’en reste pas moins que le lien entre une réflexion scientifique sur l’Antiquité et une présence diplomatique, parfois armée, existe de fait, que chaque cas étudié pose de manière particulière.

9Mais la structuration de la recherche archéologique comme science auxiliaire de visées impériales, voire « coloniales », dans des contextes de concurrence entre puissances, si elle est bien avérée dans certains cas, ne doit pas occulter des phénomènes inverses de réseaux d’amitié et de collégialité demeurés internationaux. L’article d’Ève Gran-Aymerich sur l’Institut de correspondance archéologique de Rome devenu Institut archéologique de l’Empire allemand montre que la création concomitante d’une institution de recherche française à Rome n’a pas pour autant mis fin à des travaux communs. La coopération franco-allemande, dans le domaine de l’épigraphie en particulier, a pu se maintenir, en dépit des difficultés et des conflits.

10Marko Špikić et Georg Vasold explorent les étapes successives de la mise en place d’une étude scientifique des antiquités en Dalmatie devenue habsbourgeoise au début du xixe siècle. Dans les premiers temps, la Dalmatie est encore une terra incognita pour les Autrichiens eux-mêmes qu’il s’agit de faire rentrer dans l’univers occidental du savoir. Près d’un siècle plus tard, au début du xxe siècle, la ville de Split voit se développer un débat fondamental non seulement pour cette province périphérique de l’Empire, mais bien pour l’ensemble de la Monarchie et au-delà, à propos de la préservation des ruines romaines et de leur valeur intrinsèque. Pour Alois Riegl, celle-ci est égale en valeur à d’autres strates historiques. À partir du cas de Split et de son cœur historique, le palais de Dioclétien, pour lequel il fallait trancher entre des options plus ou moins respectueuses des époques post-romaines, sa doctrine de la conservation intégrale des monuments, qui englobe l’ensemble des couches successives, trouve un premier cas concret d’application. On mesure ainsi l’évolution dans le mode d’appréhension des vestiges romains, de l’exaltation mêlée de réflexion chez Steinbüchel, cet antiquaire qui contribue à faire basculer dans le domaine de l’archéologie la connaissance des monuments romains de Dalmatie, à la gestion administrative de la conservation du patrimoine par Riegl, au discours mesuré à l’égard des restes romains.

11Suzanne Marchand apporte avec son essai sur Strzygowski un prolongement à ce diptyque dalmate en présentant le décentrement par rapport à Rome opéré davantage encore par cet autre représentant de l’école viennoise de l’histoire de l’art de la période impériale et post-impériale autrichienne. En s’intéressant aux espaces périphériques, notamment croate et serbe, il prend le contre-pied de la vénération de Rome et met en valeur l’origine orientale de formes artistiques remarquables.

12L’itinéraire de l’archéologue Carl Patsch, de Prague à Tirana, en passant par Vienne et Sarajevo est retracé dans les contributions de Daniel Baric et Nathalie Clayer. En Bosnie-Herzégovine à la fin du xixe siècle, il découvre des sites et les fouille, lorsque l’Empire des Habsbourg prend le contrôle de cette province et met des moyens relativement importants à disposition du Musée provincial de Sarajevo pour des entreprises de collecte et de mise en valeur des vestiges romains. Dans le cas de la Bosnie autrichienne se profile de nouveau, comme en Dalmatie quelques décennies auparavant, une comparaison implicite entre l’Empire romain et celui dans lequel vit l’archéologue, un Empire austro-hongrois soucieux de faire coexister des peuples, des langues et des religions diverses. Nathalie Clayer montre comment le recours à l’expertise de Patsch s’inscrit dans une logique des liens tissés entre Autrichiens et Albanais, mais ne peut aboutir pleinement dans le cadre du Musée national de Tirana. Les compétences avérées ne suffisent pas à elles seules à parachever ce qui restera à l’état de projet muséographique, les circonstances politiques et économiques se révélant défavorables, mais l’héritage intellectuel de l’archéologue autrichien continue d’être présent à travers ses élèves albanais.

13L’expertise allemande est également au cœur des contributions de Tchavdar Marinov et Isabelle Klock-Fontanille. Les savants germanophones ont donné naissance à des champs de recherche encore vivants, la thracologie en Bulgarie et les études hittites. L’établissement de contacts privilégiés entre les centres universitaires germanophones et la Bulgarie et l’Empire ottoman ont joué un rôle décisif dans le développement de ces études spécialisées. Les facteurs politiques et économiques ont eux aussi été déterminants.

14Sylvie Grimm-Hamen examine le rapport entre littérature et archéologie dans une contribution qui montre à quel point l’archéologie peut inspirer l’écriture du poeta doctus Raoul Schrott. Les débats suscités par les traductions et les études de l’écrivain autrichien signalent la continuation de la « question homérique », entamée en Allemagne à la fin du xviiie siècle, dans la vie littéraire contemporaine. Plus qu’un répertoire d’images ou un modèle méthodologique, l’archéologie participe à une refondation de la littérature, qui puise avec Schrott aux sources lexicales grecques et suggère un imaginaire de l’origine et de la mort.

15Un ensemble de trois articles à thématique égyptienne clôt ce volume, dont un diptyque sur le regard mutuel des égyptologues français et allemands du xixe siècle à l’entre-deux-guerres. Éric Gady et Susanne Voss livrent deux contributions qui s’éclairent l’une l’autre, sur la base de sources manuscrites : les documents analysés permettent d’appréhender les coulisses d’un antagonisme entre grandes nations et d’envisager le poids du différend politique franco-allemand tout en faisant apparaître des lignes de fracture internes à l’égyptologie en voie de professionnalisation. L’intensité avec laquelle l’art égyptien a été reçu en Allemagne ressort de la contribution de Bénédicte Savoy, qui donne à percevoir ce qu’a signifié l’intrusion de l’art amarnien à Berlin à l’orée de la Première Guerre mondiale, dans un contexte culturel marqué par les innovations formelles des danseurs de tango et de la peinture cubiste.

  • 10  On trouvera un exemple abouti d’histoire culturelle au prisme de l’archéologie, qui rend notamment (...)

16L’histoire de l’archéologie apparaît au fil de ce dossier comme une manière de faire de l’histoire culturelle au sens large10. Elle révèle des tensions politiques, exacerbées en temps de conflits armés. Le retour sur le travail concret de découverte et de présentation des données archéologiques, du champ de fouilles aux expositions, permet aussi de retracer les étapes d’une sensibilité moderne aux ruines, d’une histoire de l’émotion face aux traces du passé antique, derrière laquelle se cache la recherche sans cesse recommencée d’une origine, donc d’un sens. Il va sans dire que le dossier de l’interaction entre monde germanique et Antiquité dans le monde méditerranéen est loin d’être clos. Les recherches en cours, à partir de sources manuscrites inédites encore, avec des études de nouveaux corpus, des interprétations renouvelées de certains personnages évoqués dans ces contributions, tels Strzygowski et Eitelberger, pourront apporter des éclairages encore insoupçonnés.

  • 11  Laurent Olivier, Le sombre abîme du temps. Mémoire et archéologie, Paris, Seuil, 2008, p. 15.
  • 12  Ibid., p. 17.

17L’interprétation du passé est de fait en lien direct avec notre présent. L’archéologie est une succession de nouveautés toujours inscrites dans un présent. Il en va de même pour l’histoire de l’archéologie. Archéologues allemands et autrichiens ont vécu intensément sur les terrains méditerranéens des rencontres avec des espaces souvent vierges encore de monuments, d’institutions scientifiques, de significations. Dans cette histoire, maintenant multiséculaire, de l’interprétation du passé ancien, il faut bien lire dans les comptes rendus de fouilles des siècles passés que « ce n’est pas tant le souvenir du passé révolu que l’archéologie fait resurgir, qu’une mémoire mouvante du passé, dont la signification ne s’établit que par et dans l’actuel »11. Reconstituer le contexte d’une telle représentation du passé revient à pénétrer dans la définition d’un rapport aux « vestiges archéologiques en tant que symptômes d’une mémoire sans cesse recomposée »12. C’est à un parcours à travers une succession de représentations et d’interprétations du passé réélaborées, toujours liées à un contexte, en l’occurrence surtout berlinois et viennois, qu’invite ce volume, depuis Rome jusqu’aux bords du Nil.

Haut de page

Notes

1  La préparation de ce dossier a pu grandement profiter d’un séjour de recherche à l’École française de Rome et à l’IOS (Institut für Ost-und südosteuropaforschung) de Ratisbonne, que je remercie de leur accueil.

2  Les ouvrages de Suzanne Marchand proposent une indispensable synthèse sur ce point : Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany 1750-1970, Princeton, Princeton University Press, 1996 ; German Orientalism in the Age of Empire : Religion, Race and Scholarship, Cambridge, Cambridge University Press, 2009 ; voir aussi, de Johann Chapoutot, Le National-socialisme et l’Antiquité, Paris, PUF, 2008.

3  Wiktor Stoczkowski, « L’histoire de l’archéologie peut-elle être utile aux archéologues ? », in : L’archéologie comme discipline ? Philippe Boissinot (éd.), Le Genre humain 50, 2011, (p. 220-234), p. 231.

4  Voir les études réunies par Marie-Noëlle Bourguet, Bernard Lepetit, Daniel Nordman, Maroula Sinarellis (éd.), L’Invention scientifique de la Méditerranée. Égypte, Morée, Algérie, Paris, EHESS, 1998.

5  Marta Petricioli, Archeologia e Mare Nostrum : le missioni archeologiche nella politica mediterranea dell’Italia, 1898-1943, Rome, V. Levi, 1990 ; Lynn Meskell, « Introduction : Archaeology matters », in : eadem (éd.), Archaeology Under Fire, Nationalism, Politics and Heritage in the Eastern Mediterranean and Middle East, Londres-New York, Routledge, 1998, p. 1-12.

6  Adolf Borbein, « Griechische Forschungen aus Berliner Sicht », in : Roland Étienne (éd.), Les politiques de l’archéologie du milieu du xixe siècle à l’orée du xxie siècle, colloque organisé par l’ÉfA à l’occasion de la célébration du 150e anniversaire de sa fondation, Athènes, École française d’Athènes, 2000, p. 15-24.

7  Ibid, p. 17. Cf. Die Griechen als Meister der Colonisation. Rede zum Geburtstagsfeste Seiner Majestät des Kaisers und Königs in der Aula der Friedrich-Wilhelms-Universität zu Berlin am 22. März 1883. Réédition : Ernst Curtius, Alterthum und Gegenwart. Gesammelte Reden und Vorträge III, 1889, p. 76-89.

8   Jean-Marc Delaunay, « La recherche archéologique, une manifestation de puissance ? L’archéologie et les archéologues au cœur des relations internationales contemporaines. L’École française d’Athènes, un haut lieu du nationalisme français ? », in : Roland Étienne (éd.), Les politiques de l’archéologie…, op. cit., (p. 125-153), p. 152.

9  Sara Owen, « Analogy, Archaeology and Archaic Greek Colonization », (p. 5-21), Anthony Snodgrass, « ’Lesser Breed’ : The History of a False Analogy », (p. 45-58), in : Henry Hurst, Sara Owen (éd.), Ancient Colonizations. Analogy, Similarity and Difference, Londres, Gerald Duckworth, 2005.

10  On trouvera un exemple abouti d’histoire culturelle au prisme de l’archéologie, qui rend notamment compte des innombrables liens entre le monde germanique l’Antiquité méditerranéenne, dans le volume collectif Multiple Antiquities – Multiple Modernities. Ancient Histories in Nineteenth Century European Cultures, Gábor Klaniczay, Michael Werner, Ottó Gecser (éd.), Francfort-sur-le-Main-New York, Campus, 2011.

11  Laurent Olivier, Le sombre abîme du temps. Mémoire et archéologie, Paris, Seuil, 2008, p. 15.

12  Ibid., p. 17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Baric, « Introduction », Revue germanique internationale, 16 | 2012, 5-11.

Référence électronique

Daniel Baric, « Introduction », Revue germanique internationale [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/1332 ; DOI : 10.4000/rgi.1332

Haut de page

Auteur

Daniel Baric

Maître de conférences, Université François-Rabelais (Tours)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org