Navigation – Plan du site

L’archéologie européenne à Rome, de 1829 à 1875 : la « belle internationalité »1 de la science franco-allemande

Ève Gran-Aymerich
p. 13-28

Résumés

La création à Rome en 1829 de l’Institut de correspondance archéologique donne à la République européenne des savants sa première institution supranationale. Les bouleversements politiques et l’affirmation des identités nationales, associés aux contraintes matérielles, infléchissent l’organisation de l’institut, sans toutefois anéantir la collaboration internationale. La transformation de l’institut en établissement national allemand, à l’issue de la guerre franco-prussienne, autorise la création de l’École française de Rome et, bien loin de mettre fin aux échanges scientifiques, favorise au contraire leur amplification. En effet, la grande œuvre commune du Corpus Inscriptionum Latinarum fédère les contributions des épigraphistes allemands et français au recueil et à la publication des inscriptions fournies par les pays d’Afrique du Nord, progressivement soumis à l’autorité de la France.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Theodor Mommsen, lettre du 14 juin 1866 à Napoléon III, citée par Lothar Wickert, Theodor Mommsen. (...)
  • 2  Voir Paolo Vian (éd.), Speculum mundi : Roma centro internazionale di ricerche umanistiche, Rome, (...)
  • 3  Depuis 1800, siège de l’ambassade prussienne sur le Capitole.
  • 4  Olivier Motte, « Lettres d’archéologues, d’épigraphistes et d’écrivains français du xixe siècle da (...)
  • 5  Voir les textes officiels dans Anita Rieche, Die Satzungen des Deutschen Archäologischen Instituts (...)
  • 6  Pour les relations scientifiques franco-allemandes, les archives personnelles conservées à la Bibl (...)

1Avant même que ne soit créé l’Institut de correspondance archéologique en 1829, Rome est incontestablement le centre de la recherche antiquaire, vers lequel convergent, venus de toute l’Europe, les « amateurs » de l’Antiquité, grands seigneurs collectionneurs, diplomates, artistes, architectes, savants ou simples voyageurs2. Si la Ville éternelle est depuis longtemps le creuset d’où surgit une communauté polymorphe, indifférente aux frontières nationales et unie par la conviction de partager un même héritage, l’archéologie n’est pas encore constituée en disciplines scientifiques dont la définition et l’élaboration reviennent aux savants italiens, allemands et français réunis au sein de l’Institut au palais Caffarelli3. Né du cosmopolitisme inhérent à la société romaine, l’institut « restera longtemps […] le pivot d’une alliance entre les sciences française, allemande et italienne des études classiques »4. Plus encore que la création d’une institution internationale destinée à développer les études d’Antiquité classique, c’est la conjonction même de ces deux caractères qui est extraordinaire, puisqu’elle conditionne l’élaboration des sciences de l’Antiquité et les échanges entre les communautés savantes européennes pendant tout le xixe siècle. De fait, les initiateurs de cette ambitieuse entreprise font un pari audacieux en ce début d’un siècle marqué par l’affirmation des identités nationales dans une Europe divisée par la « Question d’Orient » ; le traité de Versailles qui conclut le 2 mars 1871 la guerre entre la France et la Prusse n’abolit-il pas le caractère international de l’Institut de correspondance archéologique, que le roi Guillaume 1er lui-même transforme enInstitut archéologique prussien appelé à devenir en 1874 Institut impérial allemand5 ? Quant aux antiquisants français, ils trouvent dans cette décision l’occasion de réaliser le projet déjà conçu sous Napoléon III d’une école d’archéologie implantée à Rome. On a généralement imputé la création de ces deux institutions distinctes à l’exacerbation de deux nationalismes antagonistes ; or, sans exclure absolument la volonté partagée de concourir à la gloire nationale dans un pays comme dans l’autre, on constate que, bien loin de disparaître, la collaboration se maintient et se renforce même entre les trois communautés savantes les plus actives au sein de l’ancien Institut de correspondance archéologique, dans le domaine très précis de l’épigraphie. Ce paradoxe apparent s’éclaire si l’on sollicite les sources décisives que constituent les correspondances personnelles entretenues par les savants européens impliqués dans l’exercice des sciences de l’Antiquité, tout au long du xixe siècle et au-delà6, au temps où l’Institut de correspondance archéologique cultivait une science internationale, comme en celui où les États-nations confiaient à des écoles et des instituts propres à chacun la charge de les illustrer par la science. Le changement de statut de l’Institut de correspondance – d’international à national – comme la création de l’École française de Rome (EFR) traduisent la proximité de la science et de la politique, mais l’histoire de l’exercice de la science à travers l’expérience propre de ses acteurs révèle la complexité et la richesse de cette relation.

L’Institut de correspondance archéologique ou l’avènement officiel de la collaboration scientifique internationale (1829-1848)

  • 7  Ainsi celle d’A.-L. Millin (1759-1818), garde des médailles du Cabinet du roi, avec K. A. Böttiger (...)
  • 8  Fondée en 1734 par de jeunes aristocrates britanniques de retour de leur Grand Tour en Italie, la (...)

2Si aujourd’hui encore on s’accorde à célébrer la naissance de la première institution internationale à s’être fixé pour but la mise en œuvre de la « science archéologique » en sollicitant le concours de la communauté savante européenne, on ne doit pas faire abstraction du contexte dans lequel cette fondation intervient. En effet, comme l’attestent les correspondances échangées par les savants européens et particulièrement français et allemands7, une véritable République des savants, dont Rome est le centre, anime la recherche antiquaire depuis la fin du xviiie siècle. Les sciences de l’Antiquité sont alors en gestation sur le terreau fertile de la tradition antiquaire, elle-même stimulée par la pratique aristocratique du Grand Tour et la création de la Société des Dilettanti, qui font de Rome le point de ralliement des amateurs de l’Antiquité et la tête de pont pour les voyages et missions vers la Méditerranée orientale8.

  • 9  Roland et Françoise Étienne, La Grèce antique, archéologie d’une découverte, Paris, « Découvertes  (...)
  • 10  Le Xéneion réunit les Allemands J. Linck et K. Haller von Hallerstein, le baron balte O. Magnus vo (...)

3C’est précisément à Rome que se forme un groupe de jeunes artistes, architectes et philologues, qui entreprennent de poursuivre leur Grand Tour en Grèce et qui, à Athènes, créent en 1810 « la première association internationale d’archéologues »9 européens, le Xéneion10. Au moment où les frises du Parthénon quittent Athènes, ils font procéder à des travaux de dégagement des temples d’Égine et de Bassae, en détachent les frises et les vendent à la Glyptothèque de Munich et au British Museum. Si les Xénioi sont condamnables au regard de la déontologie scientifique, ils révèlent néanmoins le plus ancien art corinthien connu alors et ils concourent, par les relevés et les dessins exacts effectués par les architectes de leur groupe, à faire naître les prémices d’une archéologie scientifique.

  • 11  Wilhelm von Humboldt (1767-1835), frère aîné d’Alexandre (1769-1859) le naturaliste et explorateur (...)
  • 12  Barthold Georg Niebuhr (1776-1831), historien allemand né à Copenhague. Il occupe la chaire d’hist (...)

4De retour à Rome, où ils entreprennent l’étude des temples d’Égine et de Bassae, O. Magnus von Stackelberg, J. Linck et P. O. Brøndsted fréquentent le cercle animé par W. von Humboldt11, ambassadeur de la Prusse auprès du Saint-Siège, puis par son successeur, l’historien B. G. Niebuhr12, qui en leur salon réunissent les artistes, les écrivains et les savants des pays européens et s’attachent à la promotion de la philologie et de l’archéologie.

  • 13  Eduard Gerhard (1795-1867), élève d’A. Boeckh (1785-1867) à l’Université de Berlin, est le premier (...)
  • 14  Honoré d’Albert, duc de Luynes (1802-1867) a été nommé en 1825 directeur adjoint des Antiquités gr (...)
  • 15  Casimir, duc de Blacas d’Aulps (1771-1839) invite T. Panofka à le suivre à Paris pour faciliter se (...)

5À l’image du Xéneion, se forme en 1823 la Société des Hyperboréens romains à l’initiative d’A. Kestner, ambassadeur du Hanovre auprès du Saint-Siège, et des archéologues E. Gerhard et T. Panofka13, auxquels sont associés O. Magnus von Stackelberg et le sculpteur danois B. Thorvaldsen. Les buts poursuivis sont clairement déterminés : il s’agit de procéder à l’inventaire du patrimoine archéologique antique sur tout le territoire italien et de le faire connaître en publiant des catalogues et des corpora d’objets. Au fil des enquêtes conduites dans toute l’Italie et la Sicile, s’élaborent les conditions d’un travail scientifique fondé sur les principes de la philologie allemande. Conjointement, s’impose l’exigence de la publication des recherches pour diffuser les connaissances acquises et assurer leurs progrès dans et par la communauté savante européenne. C’est ainsi que sont conçus les Monumenti antichi inediti della Società iperborea romana que T. Panofka présente au duc de Luynes, prestigieux représentant de l’archéologie française alors en résidence en Italie14, dont il sollicite l’aide financière. En acceptant, le duc de Luynes donne l’un des premiers exemples de mécénat scientifique. Le rôle du milieu antiquaire français dans la formation d’une archéologie européenne se manifeste également par l’intervention du duc de Blacas, ambassadeur à Naples, qui propose à T. Panofka l’étude et la publication de sa très riche collection d’antiquités grecques, étrusques et romaines15.

  • 16  Christian Karl Josias von Bunsen (1791-1860) a succédé à B. G. Niebuhr dans la charge d’ambassadeu (...)
  • 17  Son successeur Guillaume 1er privera l’institut de son caractère international à l’issue de la gue (...)

6Malgré la conjonction des contributions internationales, la Société des Hyperboréens, qui ne dispose que de fonds privés, se révèle rapidement insuffisante pour répondre au projet de faire de Rome le centre de l’étude de l’Antiquité. La visite à Rome du Kronprinz de Prusse en 1828 offre à C. K. J. von Bunsen16 l’occasion de lui faire part du projet de transformer la Société des Hyperboréens en Institut de correspondance archéologique, dont il pourrait assurer le patronage. Le futur Frédéric-Guillaume IV accepte et permet ainsi la tenue de la séance inaugurale de l’Institut le 21 avril 182917, jour anniversaire de la fondation de Rome.

  • 18  L’Académie pontificale a donné son aval pour la création de l’institut et les spécialistes italien (...)
  • 19  Carlo Fea (1753-1836), traducteur de J. J. Winckelmann, commissaire des antiquités du gouvernement (...)
  • 20  Friedrich Gottlieb Welcker (1784-1868) a accompli un premier séjour à Rome en 1806-1808 durant leq (...)
  • 21  James Millingen (1774-1845), antiquaire et numismate, se rend à Rome et Naples en 1821, puis s’ins (...)

7L’archéologie est pour la première fois l’objet explicitement désigné d’une institution fondée sur la collaboration internationale, qui fait de Rome un centre de transferts scientifiques et culturels multipartites. Le milieu antiquaire italien y occupe une place centrale et décisive18, puisque les travaux portent sur le patrimoine archéologique de la Péninsule. L’institut est organisé en sections, italienne sous la direction de C. Fea19, allemande sous la responsabilité de F. G. Welcker20 à Bonn, française avec le duc de Luynes pour secrétaire et enfin anglaise assumée par J. Millingen21. Cette dernière section est en net retrait sur les trois autres par le nombre très restreint de ses membres actifs. Alors que la présidence est confiée au duc de Blacas, la direction réunie à Rome est intégralement allemande, avec C. K. J. Bunsen comme Secrétaire général et E. Gerhard et T. Panofka comme Premier et Second secrétaires.

  • 22  E. Gerhard publie en 1831 son célèbre « Rapporto intorno i vasi Volcenti » dans les Annali dell’In (...)
  • 23  Le baron Jean de Witte (1808-1889) est belge mais est installé à Paris depuis l’adolescence ; il a (...)
  • 24  Karl Richard Lepsius (1810-1884), fondateur de l’égyptologie dans les pays germaniques. E. Gerhard (...)

8Les découvertes extraordinaires qui se multiplient en Étrurie – les tombes peintes de Tarquinia et la nécropole de Vulci, sur le domaine de Lucien Bonaparte, prince de Canino –, mobilisent les savants réunis à l’institut, qui s’attachent à l’étude des vases peints, en définissent l’origine grecque et déterminent les principes de leur étude22. Pour assurer la diffusion des connaissances, l’institut publie en français et en italien un Bulletin mensuel, la collection des Monuments inédits et les Annales, auxquels contribuent les savants européens. Les tâches et les responsabilités sont essentiellement partagées par les Allemands et les Français : en effet, de 1830 à 1834, les Annales et les planches des Monuments inédits sont publiés à Paris grâce au soutien financier des ducs de Luynes et de Blacas et aux soins de J. de Witte23 et de T. Panofka, bientôt remplacé par K. R. Lepsius24.

  • 25  Comme l’atteste la correspondance de J. de Witte avec E. Braun (1809-1856), alors assistant à l’in (...)
  • 26  Voir le dossier « Französische Sektion, 1830-1838, 1833-1844 », Bibliothèque du DAI Rome.
  • 27  Il ne dispose plus des moyens financiers pour continuer à soutenir les publications.
  • 28  C’est le cas de la correspondance de Désiré Raoul-Rochette avec les principaux savants allemands d (...)

9Cette répartition entre Rome et Paris soulève de graves difficultés et provoque une crise ouverte en 1834 entre direction romaine et section parisienne, ainsi qu’en témoigne la correspondance échangée entre les deux instances25. Aux problèmes financiers et de gestion, s’ajoute l’isolement ressenti par les membres de la section française éloignés du « terrain » italien, alors que l’équipe allemande est en contact étroit avec le milieu antiquaire péninsulaire. De plus, E. Gerhard projette de retirer à Paris la responsabilité des publications pour les confier à Berlin, ce qui blesse profondément l’orgueil national de la section française26 et n’est pas loin de provoquer la rupture : le duc de Luynes pense un moment créer à Paris un institut français indépendant. Grâce à la médiation de J. de Witte et de D. Raoul-Rochette, la crise est surmontée en 1837 et la collaboration se maintient jusqu’en 1848, date à laquelle les évènements politiques entraînent le retrait du duc de Luynes27 et l’amenuisement de la participation française. Pourtant, les correspondances personnelles entre savants français et allemands attestent le maintien de relations et d’échanges qui déterminent les conditions d’élaboration des sciences de l’Antiquité28.

10Avant de poursuivre l’analyse de l’évolution des relations internationales, particulièrement franco-allemandes, et des conditions du développement des sciences archéologiques au sein de l’Institut de correspondance, il convient d’évaluer les milieux scientifiques en présence et de mesurer leurs différences.

  • 29  D. Raoul-Rochette a hérité de la chaire créée en 1796 pour A.-L. Millin. Jusqu’à la création de la (...)

11Les initiateurs de l’institut appartiennent à deux groupes distincts : d’une part, des savants, des artistes et des architectes venus d’Allemagne et plus largement d’Europe du Nord, soutenus par le milieu diplomatique prussien de Rome, lui-même composé de savants ; d’autre part, des aristocrates français, amateurs de l’Antiquité et collectionneurs qui s’engagent dans l’entreprise à titre personnel et y investissent une partie de leur fortune. Alors que le prince héréditaire de Prusse, en accordant à l’institut son parrainage, prépare son rattachement à l’administration de l’État, la section française ne reçoit aucun soutien officiel. Dès sa création, l’institut reflète le poids de l’Université allemande qui dispose de nombreux centres de formation à l’archéologie associée à la philologie. En France par contre, cette discipline est encore à l’état embryonnaire, puisque son enseignement n’est dispensé qu’en un seul lieu, le Cabinet des médailles de la Bibliothèque royale29. Par ailleurs, si l’Académie des inscriptions et belles-lettres (AIBL) réserve une large part de ses activités à l’archéologie, les initiatives qui naissent en son sein présentent des traits bien spécifiques, déterminants pour l’orientation des travaux, des institutions et de la collaboration internationale.

  • 30  La commission est composée de membres des académies des inscriptions, des sciences et des beaux-ar (...)
  • 31  Georg Friedrich Creuzer (1771-1858), helléniste, professeur de philologie et d’histoire ancienne à (...)
  • 32  Lettres de G. F. Creuzer à K. B. Hase, Weimar, Goethe-und-Schiller Archiv, Bestand 108.
  • 33  C’est Edgar Quinet, disciple de Creuzer, qui, intégré à la commisssion scientifique, remet le text (...)
  • 34  August Boeckh (1785-1867), professeur à l’Université de Berlin, est le fondateur et le maître d’œu (...)

12Quand à Rome l’Institut de correspondance archéologique est créé, l’AIBL est sollicitée pour rédiger les instructions aux membres de l’Expédition de Morée au titre de son exploration scientifique30. Cette entreprise militaro-scientifique, organisée à l’image de l’Expédition d’Égypte, est l’occasion d’une collaboration franco-allemande, puisque G. F. Creuzer31 et B. G. Niebuhr sont invités, par l’intermédiaire de K. B. Hase32, à proposer des thèmes de recherche pour la mission archéologique et épigraphique française33. Les découvertes épigraphiques qui résultent de l’expédition sont l’un des axes de la correspondance d’A. Boeckh avec Hase et D. Raoul-Rochette34.

  • 35  Voir Monique Dondin-Payre, La Commission d’exploration scientifique de l’Algérie, Mémoires de l’Ac (...)
  • 36  Ils sont les rédacteurs du rapport de la commission académique « sur les recherches archéologiques (...)
  • 37  Voir Ève Gran-Aymerich, « Épigraphie française et allemande au Maghreb. Entre collaboration et riv (...)

13La politique méditerranéenne de la France connaît en 1830 un tournant décisif, lorsque le gouvernement de Charles X se lance dans la conquête de l’Algérie. Une fois encore, le modèle inauguré par Bonaparte en Égypte est reproduit et, à la demande du maréchal Soult, ministre de la Guerre, une Commission d’exploration scientifique de l’Algérie est formée en 1839 par fusion des instances militaire et académique35. Comme pour l’expédition de Morée, K. B. Hase et D. Raoul-Rochette jouent un rôle de premier plan dans la définition des programmes archéologique et épigraphique36. L’épigraphie latine s’enrichit de milliers d’inscriptions découvertes et relevées par les officiers puis par les savants français, leurs travaux et la situation politique de la France au Maghreb déterminant jusqu’en 1914 les conditions de réalisation d’un corpus généraldes inscriptions latines37.

  • 38  Mission scientifique de Phénicie, Paris, Imprimerie Impériale, 1864-1874.
  • 39  Voir Ève Gran-Aymerich, Les Chercheurs de passé…, op.cit. ; Catherine Valenti, L’École française d (...)

14Le « modèle » de l’Expédition d’Égypte inspirera encore en 1860 l’adjonction au corps expéditionnaire envoyé en Syrie d’une mission scientifique confiée à E. Renan38. Les régimes politiques successifs ont maintenu la politique orientale de la France définie par Bonaparte, ainsi que l’association de la science aux entreprises militaires sur des territoires contrôlés par le pouvoir ottoman. C’est aussi le politique qui détermine en 1846 la création d’une forme inédite d’institution scientifique active dans un pays étranger – l’École française d’Athènes (EFA) – dont le modèle sera reproduit non seulement par la France elle-même dans les pays du pourtour méditerranéen, mais aussi par les autres pays européens et les États-Unis39.

  • 40  Voir Ève Gran-Aymerich, « L’archéologie française et la Méditerranée, 1850-1900 », in : Pier Luigi (...)

15En ce premier xixe siècle, l’archéologie, dans le temps même où elle se forme en disciplines scientifiques, s’inscrit dans des institutions dont la création est soumise au politique et qui suivent deux voies différentes. Alors que l’Institut de correspondance archéologique implique la communauté savante européenne réunie dans une structure internationale, de nouvelles institutions, à caractère national, sont progressivement mises en place en Méditerranée par les pays européens dans le contexte des rivalités politiques suscitées par le règlement de la Question d’Orient40.

16L’Institut de correspondance archéologique est d’autant plus exceptionnel qu’il connaît successivement les deux statuts, international jusqu’en 1871 puis national, suivant un processus déterminé par les conditions scientifiques et politiques dans lesquelles s’exerce la recherche européenne.

Recherche internationale, inégalités et tensions nationales (1848-1875)

17Avant de devenir prussien le 2 mars 1871, l’institut primitif a connu plusieurs transformations qui ont conduit à faire prévaloir le national sur l’international selon le modèle fourni par l’EFA ; la même logique préside à la naissance de l’École française de Rome en 1873, sans que l’on puisse se contenter de ne voir dans cette création qu’une conséquence de la guerre franco-prussienne. En effet, l’examen des relations entre communautés savantes allemande et française au sein de l’Institut de correspondance archéologique jusqu’en 1870 apporte tous les facteurs d’explication et permet de rendre compte d’une situation complexe.

  • 41  Emil Braun (1809-1856) accompagne son maître E. Gerhard à Rome en 1833 et devient assistant à l’In (...)
  • 42  Voir pour les textes officiels, Anita Rieche, Die Satzungen..., op.cit., p. 102-106.
  • 43  Heinrich von Brunn (1822-1894), Second secrétaire de l’institut de 1856 à 1865.

18On a pu constater qu’en 1848 le déséquilibre entre direction allemande de Rome et section française s’est accentué du fait du retrait du duc de Luynes. Tout autant que la situation politique européenne, l’évolution interne de l’institut tend à en renforcer la composante allemande. Depuis 1840 en effet, E. Braun41, le nouveau Premier secrétaire, a entrepris de faire de l’institut un véritable centre d’enseignement pour les philologues formés dans les universités allemandes. Il veille en particulier au développement de l’épigraphie, dont il fait un axe principal de recherche, dans la perspective de réaliser le grand projet d’un Corpus des inscriptions latines. Il obtient par ailleurs le rattachement de l’institut au budget de l’État prussien, alors qu’est mise en place une direction générale à Berlin ; il transforme ainsi l’institut en une « preußische Staatsanstalt »42. Lorsque H. Brunn43, Second secrétaire depuis 1856, aura en 1859 instauré les Reisestipendien, l’institut sera devenu une Oberuniversität, une véritable école d’application pour l’archéologie et l’épigraphie pour les jeunes philologues allemands.

  • 44  Voir John Scheid, « Le projet français d’un recueil général des inscriptions latines », in : Barto (...)
  • 45  Bartolomeo Borghesi (1781-1860) dont la résidence de Saint-Marin est un véritable centre de format (...)
  • 46  Wilhelm Henzen (1816-1887), Second secrétaire de l’institut en 1845 puis Premier secrétaire de 185 (...)
  • 47  Adolphe Noël des Vergers (1804-1867), gendre du libraire A. Firmin Didot ; il se porte acquéreur d (...)
  • 48  Giovanni Battista De Rossi (1822-1894), professeur à Rome et fondateur de l’archéologie chrétienne (...)

19Ces réformes ne nuisent pas aux échanges internationaux intensément entretenus avec les savants italiens et français, tout particulièrement dans le cadre de la vaste entreprise qui s’impose à la communauté savante tout entière : la composition d’un Corpus Inscriptionum Latinarum (CIL)qui ne peut résulter que de la fédération des collaborations. Depuis 1829, les Français, qui en ont les premiers conçu le projet, se sont rendus maîtres du terrain épigraphique de l’Algérie, situation dont se prévaut F. A. Villemain, ministre de l’Instruction publique, pour composer en 1843 une équipe chargée de conduire la réalisation d’un tel recueil44, et qui sollicite la participation de T. Mommsen comme correspondant étranger de la commission. Le maître de l’épigraphie latine, le comte B. Borghesi45, entretient des liens étroits avec les jeunes savants allemands – W. Henzen et T. Mommsen46 – et avec A. Noël des Vergers47 qui déploie tous ses efforts pour assurer la collaboration. Cependant, l’abandon du projet Villemain scelle tout à la fois l’échec des savants français et la suspension des perspectives de travail conduit en commun. Malgré la proximité de Noël des Vergers avec W. Henzen et B. Borghesi, que les philologues allemands de l’institut considèrent comme leur maître en épigraphie latine, la science française n’est à l’évidence pas en capacité de s’imposer en Italie ni en mesure de disposer d’une « école » de jeunes savants équivalente de celle qui s’est formée à l’institut de Rome. En 1855, l’Académie de Berlin met en place une commission chargée de réaliser le CIL, dont la direction est confiée à T. Mommsen, W. Henzen et G. B. De Rossi48. Le premier volume de la collection paraîtra à Berlin en 1863.

  • 49  Napoléon III et l’archéologie. Une politique arhéologique nationale sous le Second Empire. Actes d (...)

20L’incapacité du milieu archéologique européen à réaliser un grand projet commun est révélatrice de la force des rivalités nationales mais aussi de la faiblesse relative de l’archéologie française, qui connaît en Italie une situation critique, puisqu’elle ne peut s’épanouir au sein de l’Institut de correspondance dirigé et dominé par les savants allemands. Vers 1860, Napoléon III et l’équipe qui lui inspire sa « politique archéologique »49 prennent conscience de cette situation et entreprennent d’y remédier.

  • 50  Léon Renier (1809-1885) devient en 1856 membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et (...)
  • 51  Paris, Imprimerie impériale, 1855-1858.
  • 52  Dont les deux ouvrages Die unteritalienischen Dialekte, Leipzig, Wigand, 1850 et Inscriptiones Reg (...)
  • 53  Voir Ève Gran-Aymerich, « Theodor Mommsen (1817-1903) et ses correspondants français : la “fabriqu (...)

21Depuis 1850, l’épigraphie latine en France a trouvé un maître en la personne de L. Renier50, qui est le premier savant à se rendre en Algérie où il recueille plus de trois mille inscriptions d’un intérêt majeur. Ses Inscriptions romaines d’Algérie51constituent le premier recueil scientifique d’épigraphie latine publié en France : il s’y inspire des principes établis par B. Borghesi et développés par T. Mommsen52, qui reconnaît immédiatement la qualité de ses travaux et cherche à entrer en contact épistolaire avec lui dès 185253.

  • 54  Constituée par le marquis Giovanni Pietro Campana (1808-1880), ami de Napoléon III ; sa condamnati (...)
  • 55  Il y fait entreprendre des fouilles placées sous la direction de Pietro Rosa (1810-1891), architec (...)
  • 56  Œuvres complètes de Bartolomeo Borghesi, dix vol. , Paris, Imprimerie impériale puis nationale, 18 (...)
  • 57  Ernest Desjardins, Troisième rapport du secrétaire de la commission. Publication des œuvres complè (...)

22L. Renier entretient d’excellentes relations avec ses collègues allemands de l’Institut de correspondance, dont il concourt à enrichir la bibliothèque par des dons de livres accordés au nom de l’empereur. En 1860, il foule pour la première fois le sol de Rome, où il est envoyé par Napoléon III pour faire l’acquisition de la collection Campana54 et négocier l’achat des jardins Farnèse sur le Palatin55. Il établit à cette occasion des relations d’amitié avec W. Henzen et G. B. De Rossi dont il sollicite la collaboration à la publication des œuvres complètes de B. Borghesi « publiées par les ordres et aux frais de S. M. l’Empereur Napoléon III »56. Non seulement cette ambitieuse entreprise compense partiellement l’échec du projet de 1843, mais surtout elle réactive les échanges entre les « épigraphistes les plus compétents de l’Europe »57, en associant à ses travaux sept correspondants, italiens et allemands, dont T. Mommsen. La volonté d’affirmer la science française coexiste avec la conscience d’une nécessaire collaboration.

  • 58  W. Henzen en informe E. Gerhard dans deux lettres des 9 et 26 juin 1860, publiées par Hans Georg K (...)
  • 59  Félix Ravaisson-Mollien (1813-1900) avait contribué en 1845-1846 à la fondation de l’École françai (...)
  • 60  Théophile Homolle, Bulletin de correspondance hellénique, 1884, p. X.
  • 61  Voir le texte du projet dans Monique Dondin-Payre, La Commission d’exploration…, op.cit., p. 128-1 (...)

23Ces diverses initiatives illustrent l’intérêt de Napoléon III pour l’archéologie, mais ne remédient pas à l’absence de centre français à Rome où pourraient se former les jeunes antiquisants. L’Institut de correspondance archéologique offre le modèle d’une véritable école d’application à l’archéologie mais, malgré son caractère international, son organisation favorise à l’évidence les jeunes universitaires allemands. En 1860, L. Renier envisage plusieurs solutions à cette situation, dont celle qu’il soumet à W. Henzen et qui consisterait à accueillir les futurs membres de l’École d’Athènes pendant une année à l’Institut de correspondance et à les faire bénéficier des mêmes conditions que les boursiers allemands58. Devant le peu d’enthousiasme que suscite sa proposition, il soumet à F. Ravaisson59, son collègue à l’AIBL, l’idée de l’implantation dans les jardins Farnèse d’« une sorte d’institut épigraphique et archéologique »60. Il voit encore une autre possibilité, celle de fixer à Alger « une commission historique »61 qui pallierait l’absence d’institution archéologique en Afrique du Nord et permettrait aux savants français, particulièrement les épigraphistes, de s’affirmer davantage face à la science allemande, dominante en Italie.

24La nécessité d’une école française d’archéologie à Rome se fait donc jour dès le Second empire et elle répond au constat d’insuffisance patente de l’enseignement de l’archéologie en France. D’ailleurs, L. Renier joue un rôle de premier plan dans la création de l’École pratique des Hautes Études en 1868 ; il y assure la présidence de la section d’histoire et de philologie et dirige les études romaines. Il contribue ainsi à inscrire les disciplines archéologiques dans l’Enseignement supérieur, initiant le grand mouvement de réforme qui s’épanouira sous la IIIe République.

  • 62  Voir sa lettre à W. Henzen du 28 décembre 1866, conservée à la bibliothèque du DAI de Rome.
  • 63  Voir Ève Gran-Aymerich, « Theodor Mommsen… », op.cit.

25Malgré les difficultés qui tiennent au déséquilibre entre les communautés savantes allemande et française, les relations attestées par les correspondances permettent le développement de la collaboration dans la réalisation du CIL élaboré à Berlin : en 1866, L. Renier signe la convention proposée par la commission épigraphique de l’Académie de Berlin et approuvée par l’AIBL, pour qu’il contribue à la rédaction du CIL avec l’équipe allemande62. La correspondance française de T. Mommsen témoigne de l’active participation et de la générosité scientifique de nombreux épigraphistes français63.

  • 64  T. Mommsen est en première ligne, puisque, dès le mois d’août 1870, il publie ses  »Lettres aux It (...)
  • 65  Mommsen s’est montré très pressé de renouer la collaboration franco-allemande, puisque dès le 13 m (...)
  • 66  Gustav Wilmanns (1845-1878), élève de Mommsen et professeur à l’Université de Strasbourg, parcourt (...)

26L’irruption du conflit franco-prussien de 1870-1871 bouleverse les conditions du travail scientifique en introduisant de graves tensions d’ordre politique64. L. Renier est sans doute le plus touché par la prise de position de T. Mommsen à l’égard de la France et, au terme d’une longue hésitation, il prend en février 1872 la décision de renoncer à honorer son engagement avec l’Académie de Berlin pour sa participation au CIL65. Il refuse ainsi de prendre sa part des volumes consacrés à la Gaule et à l’Afrique du Nord et abandonne à T. Mommsen la conduite de la collaboration avec les autres épigraphistes français. Cependant, lorsque la commission berlinoise du CIL organise l’envoi de G. Wilmanns66 en Algérie et en Tunisie dès le mois de mars 1872, L. Renier assure Mommsen de son entière disponibilité à son égard.

  • 67  Pour le contexte de la création de l’EFR, Catherine Brice, « La Scuola francese di Roma negli ambi (...)
  • 68  Voir note 59. F. Ravaisson rapporte lui-même les démarches qu’il a entreprises dans sa « Lettre au (...)
  • 69  Catherine Valenti, Notice « Dumont, Albert », in : Dictionnaire critique des historiens de l’art a (...)
  • 70  Le texte rédigé en juillet 1872 en est publié pour la première fois dans l’ouvrage cité à la note (...)

27La conclusion du conflit franco-prussien, en privant l’Institut de correspondance archéologique de son caractère international pour le faire dépendre de l’autorité du seul gouvernement allemand, permet aux Français d’échapper à l’impasse où ils se trouvaient jusque-là à Rome, puisqu’ils ne sont plus désormais retenus de constituer une école indépendante67. Le projet de création d’une école française d’archéologie à Rome peut dès lors être repris par F. Ravaisson, conservateur des antiquités au Louvre depuis 1870 et collègue de L. Renier à l’AIBL68, qui le soumet à J. Simon, ministre de l’Instruction publique. Il est demandé à A. Dumont, ancien membre de l’École française d’Athènes69, de rédiger une note par laquelle énoncer précisément les termes du projet70.

  • 71  “À l’école de toute l’Italie”, op.cit., p. 10.
  • 72 Ibid., p. 16.
  • 73 Ibid., p. 13.
  • 74 Ibid., p. 15.

28A. Dumont évoque d’abord l’Institut de correspondance archéologique créé en 1829 pour souligner qu’il « a été longtemps et reste encore la première école [souligné par È. G.-A.] que possède l’Europe pour l’étude érudite des monuments de l’Antiquité et pour l’histoire de l’art », non sans rappeler que « cet établissement [a été] fondé par la France et par l’Allemagne »71. Le premier argument présenté pour convaincre le ministre de créer une institution française indépendante consiste à souligner que cette décision serait le moyen le plus efficace « d’arrêter en Italie et en Grèce l’envahissement de la science allemande »72, manifesté par la mise en place à Athènes en 1874 d’une section de l’Institut archéologique de Berlin. L’esprit de compétition consécutif à la défaite française de 1871 anime ce projet tout autant que la volonté de remédier aux faiblesses patentes de l’enseignement de l’archéologie et de l’histoire de l’art en France. « La nouvelle création » répondrait à deux orientations complémentaires : le maintien des relations internationales au sein d’un « institut de correspondance archéologique français [souligné par È. G.-A.] à Rome », complété par « une école préparatoire d’archéologie et d’histoire de l’art ». Le « modèle » fourni par l’organisation de l’Institut de correspondance archéologique avant même sa « nationalisation » par le gouvernement de Berlin est ainsi adopté, y compris par la nécessité affirmée « de se faire connaître par un bulletin mensuel et par un volume d’annales »73. L’école proprement dite « compterait trois élèves », alors que « les membres de première année de l’École d’Athènes passeraient douze ou quinze mois à Rome »74. Aussi bien le choix d’A. Dumont pour élaborer le projet et le réaliser, que le séjour à Rome des nouveaux membres de l’École d’Athènes rattachent la nouvelle institution à son aînée, ce qui permet d’envisager un budget modeste.

  • 75  Voir l’en-tête de la lettre d’A. Dumont au ministre, « Rome, 29 juin 1874 », ibid., p. 30.
  • 76  Lettre de F. Ravaisson au directeur de la Revue archéologique 2, 1876, (p. 353-357).
  • 77  Auguste Geffroy (1820-1895), spécialiste des pays scandinaves, membre de l’Académie des sciences m (...)

29De fait, un premier décret signé par A. Thiers le 25 mars 1873 porte création de la « succursale de Rome » pour l’EfA75, dont les membres sont tenus de séjourner une année en Italie. Un cours d’archéologie est confié à A. Dumont qui reçoit le titre de sous-directeur de l’École d’Athènes. Un second décret daté du 26 novembre 1874 « conféra au nouvel établissement le titre d’École archéologique de Rome »76, A. Dumont en devenant le directeur. Enfin un dernier décret du 20 novembre 1875 élargit les missions de l’école à l’étude des archives et manuscrits italiens, lui rattache six membres propres et lui donne un nouveau directeur, l’historien A. Geffroy77, en même temps qu’un nouvel intitulé : « École française de Rome » (EFR).

  • 78  En 1876, une chaire d’archéologie grecque est créée à la Sorbonne pour Georges Perrot (1832-1914), (...)

30A. Dumont, quant à lui, quittera la direction de l’EfA en 1878 pour prendre l’année suivante celle de l’Enseignement supérieur auquel il imprime une profonde réforme, remédiant en particulier aux lacunes de l’enseignement de l’archéologie par la création de chaires à Paris et en province78.

  • 79  Voir Olivier Motte, « Les origines des Mélanges d’archéologie et d’histoire », in : Mélanges de l’(...)
  • 80  Pendant son second mandat, en 1889, il obtient pour Stéphane Gsell (1864-1932) l’autorisation du p (...)
  • 81  Voir le texte traduit de Karl Bernard Stark dans À l’école de toute l’Italie, op. cit., p. 70-71.

31À la tête de l’EFR, A. Geffroy tient les engagements pris par A. Dumont dans son projet et amorce la mise en place des publications par la création en 1876 de la Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome (BEFAR), puis celle des Mélanges d’archéologie et d’histoire dont le premier volume paraît en 188179. Il s’attache parallèlement à former une excellente bibliothèque et à développer les travaux archéologiques sous forme de fouilles, particulièrement en Étrurie80. Ces initiatives et les intenses relations amicales entretenues avec W. Henzen, Premier secrétaire de l’Institut archéologique allemand, et tout le milieu savant italien permettent la reconnaissance pleine et entière de l’école française en Italie comme dans les autres pays européns. L’appel que K. B. Stark lançait en 1876 a donc été entendu et « la science allemande et la science française » sont parvenues à établir « un point de contact et un appui réciproque »81 par leurs deux institutions nationales nées du conflit franco-prussien.

  • 82  Voir Ève Gran-Aymerich, « Épigraphie… », op .cit., (p. 568-600), p. 588-592.
  • 83  René du Coudray la Blanchère (1853-1896), premier membre de l’EFR affecté à Alger, devient en 1885 (...)
  • 84  Voir Ève Gran-Aymerich, « Les politiques françaises de l’archéologie sous la Troisième République  (...)
  • 85  René Cagnat (1852-1937) domine l’épigraphie latine française jusqu’à sa mort. C’est encouragé par (...)
  • 86  Johannes Schmidt (1850-1894), successivement professeur aux universités de Halle, Giessen et König (...)
  • 87  L’enseignement des sciences de l’Antiquité dont l’épigraphie est assuré en France par l’École norm (...)

32Par ailleurs, A. Geffroy ne tarde pas à élargir le champ d’intervention de l’EFR, lorsque, le 21 mai 1881, est signé le traité du Bardo qui permet la mise en place du protectorat français sur la Tunisie et relance la recherche archéologique en Afrique du Nord82. Il encourage certains membres à traverser la Méditerranée au moment où, sous l’impulsion d’A. Dumont, devenu directeur de l’Enseignement supérieur, est créée en 1880 l’École supérieure des lettres d’Alger83. Désormais, l’Afrique du Nord devient un terrain d’application pour les membres de l’École de Rome, alors que la formation de spécialistes des différentes disciplines archéologiques s’organise et s’intensifie en France et que les institutions archéologiques sont mises en place dans toute l’Afrique du Nord84. L’épigraphie latine est plus particulièrement concernée puisque l’équipe allemande du CIL ne peut envisager la publication des suppléments au volume VIII sans faire appel aux savants français et en 1885 propose à R. Cagnat, brillant disciple de L. Renier85, la signature d’une convention avec l’Académie de Berlin, pour qu’il s’associe à J. Schmidt et H. Dessau86 dans la rédaction des suppléments. Désormais, l’EFR joue un rôle-clef dans le dispositif institutionnel qui concourt au développement spectaculaire de la science épigraphique française en Afrique du Nord87 et conséquemment à la relance d’une collaboration équilibrée avec les savants allemands, conduits par T. Mommsen.

33 Le principe de la collaboration internationale, qui a présidé à la création de l’Institut de correspondance archéologique, s’est imposé et maintenu pour répondre à la nécessité scientifique évidente de la conjonction des travaux conduits par les différentes communautés européennes, engagées dans l’élaboration d’instruments de recherche partagés. Le statut même de l’institution de Rome reflète l’ambiguïté des rapports entre science et politique, entre collaboration internationale et affirmation nationale : Allemands, Français et Italiens s’allient pour faire advenir un établissement qui fédère leurs travaux, mais qui ne peut fonctionner que pris en charge par un État – en l’occurrence celui de la Prusse –, situation qui crée une distorsion entre l’international et le national et conduit au conflit entre communautés savantes rivales. Paradoxalement, du moins en apparence, c’est la conclusion de la Guerre franco-prussienne qui, en clarifiant définitivement le statut de l’institut romain revendiqué comme « allemand », permet à l’archéologie française de se doter d’une institution équivalente et à la collaboration internationale de prendre un nouvel élan. Les situations de crise traversées par l’Institut de correspondance archéologique ont été provoquées par le déséquilibre entre France et Allemagne quant au degré de développement des sciences de l’Antiquité dans l’un et l’autre pays. Lorsque, sous la IIIe République, le grand mouvement de création d’institutions d’enseignement et de recherche remédie aux faiblesses du système français, les échanges entre communautés scientifiques équivalentes s’établissent fermement et portent la recherche à son plus haut niveau. Entre 1829 et 1875, la transformation d’une institution supranationale fait naître de nouveaux établissements, dont le caractère national est la condition même du développement scientifique, car celui-ci repose sur le soutien du politique, lui-même indispensable à la mise en œuvre de la collaboration internationale.

Haut de page

Notes

1  Theodor Mommsen, lettre du 14 juin 1866 à Napoléon III, citée par Lothar Wickert, Theodor Mommsen. Eine Biographie, vol. 4, Größe und Grenzen, Francfort-sur-le-Main, Klostermann, 1980, p. 151.

2  Voir Paolo Vian (éd.), Speculum mundi : Roma centro internazionale di ricerche umanistiche, Rome, Unione internazionale di archeologia, storia e storia dell’arte, 1992.

3  Depuis 1800, siège de l’ambassade prussienne sur le Capitole.

4  Olivier Motte, « Lettres d’archéologues, d’épigraphistes et d’écrivains français du xixe siècle dans les archives de l’Institut archéologique allemand à Rome », Francia 18/3, 1991, (p. 135-145), p. 135. Pour une histoire de l’archéologie dans son contexte international et une prosopographie de ses principaux acteurs, voir Ève Gran-Aymerich, Les Chercheurs de passé. 1798/1945. Aux sources de l’archéologie, Paris, CNRS Éditions, 2007.

5  Voir les textes officiels dans Anita Rieche, Die Satzungen des Deutschen Archäologischen Instituts. 1828-1972, Das Deutsche Archäologische Institut. Geschichte und Dokumente, vol. I, Mayence, Philipp von Zabern, 1979, p. 123-132, p. 134-144; Friedrich Wilhelm Deichmann, Vom internationalen Privatverein zur Preußischen Staatsanstalt. Zur Geschichte des Instituto di Corrispondenza Archeologica, Mayence, Philipp von Zabern, 1986.

6  Pour les relations scientifiques franco-allemandes, les archives personnelles conservées à la Bibliothèque de l’Institut de France, à la bibliothèque du Deutsches Archäologisches Institut de Rome et à la Staatsbibliothek de Berlin fournissent les éléments indispensables à une histoire renouvelée et approfondie.

7  Ainsi celle d’A.-L. Millin (1759-1818), garde des médailles du Cabinet du roi, avec K. A. Böttiger (1760-1835), directeur du musée de Dresde, ou de celui-ci avec D. Raoul-Rochette (1790-1854), conservateur du Cabinet des médailles, qui est en relation avec les archéologues et philologues des plus grandes universités allemandes, tout comme K. B. Hase (1780-1864), philologue français d’origine allemande, administrateur du département des manuscrits à la Bibliothèque royale. Voir Bénédicte Savoy, “Savoir archéologique partagé. Les lettres d’Aubin-Louis Millin à Karl August Böttiger 1797–1817”, in : Geneviève Espagne, Bénédicte Savoy (éd.), Aubin-Louis Millin et l’Allemagne. Le Magasin encyclopédique. Les lettres à Karl August Böttiger, Hildesheim, Zurich, New York, Georg Olms, 2005, (p. 289–560) ; Ève Gran-Aymerich, “Karl-Benedikt Hase (1780–1864) et Désiré Raoul-Rochette (1790–1854) d’après leur correspondance : deux médiateurs culturels entre France et Allemagne à la Bibliothèque nationale (1801–1864) », in : Corinne Bonnet, Véronique Krings, (éd.), Écrire et s’écrire sur l’Antiquité. L’apport des correspondances à l’histoire des travaux scientifiques, Grenoble, J. Millon, 2008, (p. 83–103) ; Ève Gran-Aymerich et Jürgen von Ungern-Sternberg (éd.), L’Antiquité partagée. Correspondances franco-allemandes. 1823-1861, Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 47, Paris, 2012 ; Sandrine Maufroy, Le Philhellénisme franco-allemand (1815-1848), Paris, Belin, 2011.

8  Fondée en 1734 par de jeunes aristocrates britanniques de retour de leur Grand Tour en Italie, la Société des Dilettanti réunit non seulement des membres de la haute société mais aussi des collectionneurs, des savants et des voyageurs. Grâce au mécénat qu’elle exerce, elle est pionnière en Europe pour l’organisation de missions d’étude de sites et de monuments confiées à des artistes et des architectes en Grèce et au Proche-Orient.

9  Roland et Françoise Étienne, La Grèce antique, archéologie d’une découverte, Paris, « Découvertes » Gallimard, 1990.

10  Le Xéneion réunit les Allemands J. Linck et K. Haller von Hallerstein, le baron balte O. Magnus von Stackelberg, les Anglais R. C. Cockerel et J. Foster et enfin les Danois P. O. Brøndsted et G. H. C. Koes.

11  Wilhelm von Humboldt (1767-1835), frère aîné d’Alexandre (1769-1859) le naturaliste et explorateur célèbre, lui-même correspondant de K. B. Hase et de D. Raoul-Rochette. Philologue et homme d’État, W. von Humboldt est le fondateur de l’Université de Berlin (1810).

12  Barthold Georg Niebuhr (1776-1831), historien allemand né à Copenhague. Il occupe la chaire d’histoire ancienne à l’Université de Berlin, est élu à l’Académie et de 1816 à 1828, séjourne à Rome.

13  Eduard Gerhard (1795-1867), élève d’A. Boeckh (1785-1867) à l’Université de Berlin, est le premier diplômé d’une université allemande à résider en Italie. Il se met dès son arrivée en relations étroites avec les savants italiens, dont le comte B. Borghesi, le maître de l’épigraphie. C’est à Rome qu’il fait la connaissance de Theodor Panofka (1800-1858), lui aussi élève de Boeckh, qui, de retour à Berlin en 1835, devient collègue de Gerhard à l’Université et au Musée. Tous deux jouent un rôle décisif dans la création de l’Institut de correspondance archéologique.

14  Honoré d’Albert, duc de Luynes (1802-1867) a été nommé en 1825 directeur adjoint des Antiquités grecques et égyptiennes du Musée Charles X au Louvre. Il entretient des relations continues et étroites avec les Hyperboréens puis les membres de l’Institut de correspondance archéologique, finançant ses publications et apportant à ses travaux des contributions très novatrices.

15  Casimir, duc de Blacas d’Aulps (1771-1839) invite T. Panofka à le suivre à Paris pour faciliter ses travaux sur sa collection, qui aboutiront à la publication du Musée Blacas, monuments grecs et étrusques, Paris, de Bure frères, 1830-1833.

16  Christian Karl Josias von Bunsen (1791-1860) a succédé à B. G. Niebuhr dans la charge d’ambassadeur de Prusse auprès du Saint-Siège. Il devient Premier secrétaire de l’institut qu’il organise et dont il inspire et soutient les travaux, faisant également œuvre d’archéologue et d’historien.

17  Son successeur Guillaume 1er privera l’institut de son caractère international à l’issue de la guerre franco-prussienne en mars 1871. Pour l’histoire de l’Institut de correspondance archéologique puis DAI (Deutsches Archäologisches Institut), voir Adolf Michaelis, Storia dell’Istituto archeologico germanico 1829-1879, Rome, Salviucci, 1879 ; Gerhart Rodenwaldt, Archäologisches Institut des Deutschen Reiches, 1829-1929, Berlin, W. de Gruyter, 1929 ; Bernard Andreae, « L’Istituto archeologico-germanico di Roma », in : Paolo Vian, Speculum mundi…, op. cit.

18  L’Académie pontificale a donné son aval pour la création de l’institut et les spécialistes italiens de l’Antiquité en sont membres.

19  Carlo Fea (1753-1836), traducteur de J. J. Winckelmann, commissaire des antiquités du gouvernement pontifical de 1800 à sa mort.

20  Friedrich Gottlieb Welcker (1784-1868) a accompli un premier séjour à Rome en 1806-1808 durant lequel il a été précepteur des enfants de Wilhelm et Caroline von Humboldt. À Bonn, il occupe la chaire de philologie et d’archéologie.

21  James Millingen (1774-1845), antiquaire et numismate, se rend à Rome et Naples en 1821, puis s’installe à Florence où il se consacre au commerce des médailles et des antiquités.

22  E. Gerhard publie en 1831 son célèbre « Rapporto intorno i vasi Volcenti » dans les Annali dell’Instituto di Corrispondenza archeologica, III, 1, p. 5-218, 221-271 et ouvre ainsi la voie à la céramologie moderne.

23  Le baron Jean de Witte (1808-1889) est belge mais est installé à Paris depuis l’adolescence ; il assure le secrétariat de la section française de l’institut. Il est l’un des garants des relations scientifiques internationales en Europe. Sa très riche correspondance conservée à la Bibliothèque de l’Institut de France (ms. 2247) et au DAI de Rome est d’une grande importance pour l’histoire européenne des sciences de l’Antiquité.

24  Karl Richard Lepsius (1810-1884), fondateur de l’égyptologie dans les pays germaniques. E. Gerhard l’encourage à se rendre à Paris pour y compléter sa formation auprès du duc de Luynes et, de 1833 à 1836, il assure les tâches relatives à la publication des organes de l’institut.

25  Comme l’atteste la correspondance de J. de Witte avec E. Braun (1809-1856), alors assistant à l’institut et Premier secrétaire à partir de 1840, conservée au DAI de Rome, de même que les lettres de T. Panofka à J. de Witte figurant au ms. 2247 de la Bibliothèque de l’Institut de France. Voir Ève Gran-Aymerich, « Les correspondances d’antiquisants allemands et français au xixe siècle : sociabilité savante et “fabrique de la science” », in : Stefan Rebenich, Barbara von Reibnitz, Thomas Späth (éd.), Translating Antiquity. Antike Bilder im europäischen Kulturtransfer, Bâle, Schwabe, 2010, p. 211-240.

26  Voir le dossier « Französische Sektion, 1830-1838, 1833-1844 », Bibliothèque du DAI Rome.

27  Il ne dispose plus des moyens financiers pour continuer à soutenir les publications.

28  C’est le cas de la correspondance de Désiré Raoul-Rochette avec les principaux savants allemands de son temps (ms. 2065, Bibliothèque de l’Institut de France) et de celle de J. de Witte (voir note 22). Voir Ève Gran-Aymerich et Jürgen von Ungern-Sternberg, L’Antiquité partagée, op.cit.

29  D. Raoul-Rochette a hérité de la chaire créée en 1796 pour A.-L. Millin. Jusqu’à la création de la première chaire d’archéologie classique à la Sorbonne en 1876, le cours du Cabinet des médailles est la seule forme d’enseignement de l’archéologie en France.

30  La commission est composée de membres des académies des inscriptions, des sciences et des beaux-arts ; K. B. Hase et D. Raoul-Rochette en sont les secrétaires.

31  Georg Friedrich Creuzer (1771-1858), helléniste, professeur de philologie et d’histoire ancienne à l’Université de Heidelberg, est le célèbre auteur de la Symbolik und Mythologie der alten Völker, besonders der Griechen, Leipzig, 1810-1812.

32  Lettres de G. F. Creuzer à K. B. Hase, Weimar, Goethe-und-Schiller Archiv, Bestand 108.

33  C’est Edgar Quinet, disciple de Creuzer, qui, intégré à la commisssion scientifique, remet le texte des douze questions géographiques et historiques proposées. Voir Archives de l’Académie des sciences, Commission de Morée, dossier 9. I qui comporte 10 lettres d’E. Quinet ; les propositions sont publiées en préface de J. H. Schubart, Quaestiones genealogicae historicae, Marburg, 1832.

34  August Boeckh (1785-1867), professeur à l’Université de Berlin, est le fondateur et le maître d’œuvre du Corpus Inscriptionum Graecarum, auctoritate et impensis Academiae regiae Borusiae,3 vol. , Berlin, 1825-1843. Depuis 1818, il est en relation épistolaire avec D. Raoul-Rochette, dont il a lui-même sollicité la collaboration pour l’épigraphie grecque. Voir Ève Gran-Aymerich et Jürgen von Ungern-Sternberg, L’Antiquité partagée, op.cit.

35  Voir Monique Dondin-Payre, La Commission d’exploration scientifique de l’Algérie, Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 14, Paris, 1994.

36  Ils sont les rédacteurs du rapport de la commission académique « sur les recherches archéologiques à entreprendre dans la province de Constantine et la régence d’Alger », paru en 1839.

37  Voir Ève Gran-Aymerich, « Épigraphie française et allemande au Maghreb. Entre collaboration et rivalité (1830-1914) », in : Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts. Römische Abteilung, vol. 117, 2011, p. 567-600.

38  Mission scientifique de Phénicie, Paris, Imprimerie Impériale, 1864-1874.

39  Voir Ève Gran-Aymerich, Les Chercheurs de passé…, op.cit. ; Catherine Valenti, L’École française d’Athènes, Paris, Belin, 2006.

40  Voir Ève Gran-Aymerich, « L’archéologie française et la Méditerranée, 1850-1900 », in : Pier Luigi Ballini et Paolo Pecorari (éd.), L’Italia, la Francia e il Mediterraneo nella seconda metà dell’800, Venise, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, 2009, p. 41-65.

41  Emil Braun (1809-1856) accompagne son maître E. Gerhard à Rome en 1833 et devient assistant à l’Institut de correspondance.

42  Voir pour les textes officiels, Anita Rieche, Die Satzungen..., op.cit., p. 102-106.

43  Heinrich von Brunn (1822-1894), Second secrétaire de l’institut de 1856 à 1865.

44  Voir John Scheid, « Le projet français d’un recueil général des inscriptions latines », in : Bartolomeo Borghesi. Scienza e libertà. Colloquio internazionale AIEGL Bologna 1981, Bologne, Pàtron, 1982, (p. 337-353) ; Ève Gran-Aymerich, « Épigraphie… », op.cit.

45  Bartolomeo Borghesi (1781-1860) dont la résidence de Saint-Marin est un véritable centre de formation et d’étude pour les épigraphistes italiens, français et allemands.

46  Wilhelm Henzen (1816-1887), Second secrétaire de l’institut en 1845 puis Premier secrétaire de 1856 jusqu’à sa mort. Theodor Mommsen (1817-1903) gagne Rome en 1843 et se rend auprès de B. Borghesi qui l’encourage à recueillir les inscriptions d’Italie méridionale.

47  Adolphe Noël des Vergers (1804-1867), gendre du libraire A. Firmin Didot ; il se porte acquéreur d’une villa à San Lorenzo (Rimini), tout près de la résidence de B. Borghesi, où il reçoit ses collègues allemands et italiens.

48  Giovanni Battista De Rossi (1822-1894), professeur à Rome et fondateur de l’archéologie chrétienne. En épigraphie, il est l’héritier de B. Borghesi. Voir Marco Buonocore, Theodor Mommsen e gli studi sul mondo antico dalle sue lettere conservate nella biblioteca Apostolica Vaticana, Naples, Jovene,2003.

49  Napoléon III et l’archéologie. Une politique arhéologique nationale sous le Second Empire. Actes du colloque des 14-15 octobre 2000, Bulletin de la Société historique de Compiègne 37, Compiègne, 2001.

50  Léon Renier (1809-1885) devient en 1856 membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et en 1861 reçoit la chaire d’épigraphie et antiquité romaine créée pour lui au Collège de France. Par son enseignement, il obtient la reconnaissance de l’épigraphie comme « science de l’Antiquité » et forme une véritable école épigraphique française. En Algérie, il accomplit deux longues missions entre 1850 et 1853, parcourant le pays à la suite des armées.

51  Paris, Imprimerie impériale, 1855-1858.

52  Dont les deux ouvrages Die unteritalienischen Dialekte, Leipzig, Wigand, 1850 et Inscriptiones Regni Neapolitani Latinae / Inschriften des Königsreichs Neapel, Leipzig, Wigand, 1852 lui ont, de son propre aveu, servi de modèles.

53  Voir Ève Gran-Aymerich, « Theodor Mommsen (1817-1903) et ses correspondants français : la “fabrique” internationale de la science », Journal des savants, 1, 2008, p. 177-229. Mommsen facilitera l’élection de L. Renier à l’Académie de Berlin en 1859 et Renier lui rendra la pareille pour son élection à l’Académie des inscriptions et belles-lettres l’année suivante.

54  Constituée par le marquis Giovanni Pietro Campana (1808-1880), ami de Napoléon III ; sa condamnation pour malversations financières entraîne la vente de cette énorme collection dont l’empereur acquiert une partie importante pour le musée du Louvre. Voir Ève Gran-Aymerich, « Le musée Napoléon III, miroir de la politique archéologique sous le Second Empire », in : Napoléon III et l’archéologie, op. cit., p. 29-47.

55  Il y fait entreprendre des fouilles placées sous la direction de Pietro Rosa (1810-1891), architecte et topographe qui met au jour la maison de Livie. Voir Maria Antonieta Tomei, Scavi francesi sul Palatino, École Française de Rome et Soprintendenza Archeologica di Roma, 1999.

56  Œuvres complètes de Bartolomeo Borghesi, dix vol. , Paris, Imprimerie impériale puis nationale, 1862-1897.

57  Ernest Desjardins, Troisième rapport du secrétaire de la commission. Publication des œuvres complètes de Bartolomeo Borghesi, 15 juin 1864, Institut de France, 1864. G. B. De Rossi est le seul étranger à appartenir à la commission présidée par L. Renier.

58  W. Henzen en informe E. Gerhard dans deux lettres des 9 et 26 juin 1860, publiées par Hans Georg Kolbe, Wilhelm Henzen und das Institut auf dem Kapitol. Eine Auswahl seiner Briefe an Eduard Gerhard, Das Deutsche Archäologische Institut, Geschichte und Dokumente 5, Mayence, Philip von Zabern, 1984.

59  Félix Ravaisson-Mollien (1813-1900) avait contribué en 1845-1846 à la fondation de l’École française d’Athènes comme directeur du cabinet d’A. de Salvandy, ministre de l’Instruction publique.

60  Théophile Homolle, Bulletin de correspondance hellénique, 1884, p. X.

61  Voir le texte du projet dans Monique Dondin-Payre, La Commission d’exploration…, op.cit., p. 128-129.

62  Voir sa lettre à W. Henzen du 28 décembre 1866, conservée à la bibliothèque du DAI de Rome.

63  Voir Ève Gran-Aymerich, « Theodor Mommsen… », op.cit.

64  T. Mommsen est en première ligne, puisque, dès le mois d’août 1870, il publie ses  »Lettres aux Italiens«  (« Agli Italiani ») dans deux journaux milanais puis en brochure parue à Berlin, pour les dissuader de s’allier aux Français ; il y préconise aussi l’annexion de l’Alsace-Lorraine. Voir Ève Gran-Aymerich, « Theodor Mommsen… », op.cit., (p. 177-229), p. 192-200.

65  Mommsen s’est montré très pressé de renouer la collaboration franco-allemande, puisque dès le 13 mars 1871, il écrit à E. Renan et W. Waddington pour qu’ils interviennent auprès de L. Renier pour le décider à rétablir les bonnes relations entre les académies de Paris et de Berlin. Pour le détail de cet épisode, voir Ève Gran-Aymerich, « Theodor Mommsen… », op .cit., p. 196-198.

66  Gustav Wilmanns (1845-1878), élève de Mommsen et professeur à l’Université de Strasbourg, parcourt l’Afrique du Nord entre 1873 et 1876 et a réuni une considérable collection de 11 000 inscriptions, destinées au volume VIII du CIL. Mort d’épuisement en 1878, il n’a pu accomplir l’édition qui, reprise par Mommsen lui-même, est publiée en 1881 : Inscriptiones Africae Latinae proconsularis et Numidiae comprehendens, collegit G. Wilmanns, t. VIII, pars prior, Berlin. Sur les relations entre Mommsen et Wilmanns, voir Jürgen von Ungern-Sternberg, « Theodor Mommsen und Straßburg », colloque « Histoire ancienne et archéologie à la Kaiser Wilhelms-Universität de Strasbourg (1872-1918) », 30.11.2007-01.12.2007.

67  Pour le contexte de la création de l’EFR, Catherine Brice, « La Scuola francese di Roma negli ambienti culturali italiani, 1873-1911 », in : L’Archeologia in Roma capitale tra sterro e scavo, Venise, Marsilio, 1983, p. 33-36.

68  Voir note 59. F. Ravaisson rapporte lui-même les démarches qu’il a entreprises dans sa « Lettre au directeur de la Revue archéologique », datée du 20 novembre 1876, Revue archéologique 2, 1876, (p. 353-357), pour répondre à Karl Bernhard Stark (1824-1879), professeur d’archéologie à l’Université de Heidelberg, dont Georges Perrot (1831-1914), premier titulaire de la chaire d’archéologie grecque à la Sorbonne, a publié dans la Revue archéologique 2, 1876, (p. 142-143) un extrait traduit de son Jahresbericht über die Fortschritte der klassischen Altertumswissenschaft, Berlin, 1876. Voir le texte de K. B. Stark dans “À l’école de toute l’Italie”. Pour une histoire de l’École française de Rome, Rome, École française de Rome, 2010, p. 70-71.

69  Catherine Valenti, Notice « Dumont, Albert », in : Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale, www.inha.fr/spip.php ?article3375.

70  Le texte rédigé en juillet 1872 en est publié pour la première fois dans l’ouvrage cité à la note 68 et y figure p. 10-16, avec une présentation de Michel Gras et John Scheid.

71  “À l’école de toute l’Italie”, op.cit., p. 10.

72 Ibid., p. 16.

73 Ibid., p. 13.

74 Ibid., p. 15.

75  Voir l’en-tête de la lettre d’A. Dumont au ministre, « Rome, 29 juin 1874 », ibid., p. 30.

76  Lettre de F. Ravaisson au directeur de la Revue archéologique 2, 1876, (p. 353-357).

77  Auguste Geffroy (1820-1895), spécialiste des pays scandinaves, membre de l’Académie des sciences morales et politiques. Lorsqu’il reçoit la direction de l’école, il est titulaire d’une chaire d’histoire antique à la Sorbonne. Il dirigera l’EFR de 1875 à 1882, puis de 1888 à 1895.

78  En 1876, une chaire d’archéologie grecque est créée à la Sorbonne pour Georges Perrot (1832-1914), ainsi qu’à l’Université de Bordeaux en 1879 pour Maxime Collignon (1849-1917), les deux titulaires étant anciens membres de l’EfA.

79  Voir Olivier Motte, « Les origines des Mélanges d’archéologie et d’histoire », in : Mélanges de l’École française de Rome, Antiquité, 94 (1982), p. 393-483. 

80  Pendant son second mandat, en 1889, il obtient pour Stéphane Gsell (1864-1932) l’autorisation du prince Torlonia de fouiller les nécropoles de Vulci, sur son domaine de Musignano, les frais étant pris en charge par le prince lui-même.

81  Voir le texte traduit de Karl Bernard Stark dans À l’école de toute l’Italie, op. cit., p. 70-71.

82  Voir Ève Gran-Aymerich, « Épigraphie… », op .cit., (p. 568-600), p. 588-592.

83  René du Coudray la Blanchère (1853-1896), premier membre de l’EFR affecté à Alger, devient en 1885 le premier directeur du Service des antiquités et des arts de la régence de Tunis et lance la mise en place d’institutions vouées au développement de l’archéologie nord-africaine.

84  Voir Ève Gran-Aymerich, « Les politiques françaises de l’archéologie sous la Troisième République », in : Philippe Poirrier et Loïc Vadelorge (éd.), Pour une histoire des politiques du Patrimoine, Paris, Comité d’histoire du ministère de la Culture, 2003, p. 199-210.

85  René Cagnat (1852-1937) domine l’épigraphie latine française jusqu’à sa mort. C’est encouragé par L. Renier qu’il se rend en 1881 pour la première fois en Tunisie qu’il parcourt à la suite du corps expéditionnaire. En 1887, il devient titulaire de la chaire d’épigraphie et d’antiquités romaines du Collège de France. Secrétaire de la Commission d’Afrique du Nord jusqu’à sa mort, il se consacre tout entier à l’essor et à l’organisation des recherches en Afrique du Nord.

86  Johannes Schmidt (1850-1894), successivement professeur aux universités de Halle, Giessen et Königsberg ; Hermann Dessau (1856-1931), élève de Mommsen à l’Université de Berlin, attaché à l’Académie de Berlin pour le CIL de 1900 à 1922.

87  L’enseignement des sciences de l’Antiquité dont l’épigraphie est assuré en France par l’École normale supérieure, l’École des hautes études, le Collège de France et l’Université. Quant aux membres de l’École de Rome, ils effectuent leur stage africain en Algérie ou en Tunisie. Voir Ève Gran-Aymerich, « Épigraphie… », op.cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ève Gran-Aymerich, « L’archéologie européenne à Rome, de 1829 à 1875 : la « belle internationalité » de la science franco-allemande », Revue germanique internationale, 16 | 2012, 13-28.

Référence électronique

Ève Gran-Aymerich, « L’archéologie européenne à Rome, de 1829 à 1875 : la « belle internationalité » de la science franco-allemande », Revue germanique internationale [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/1334 ; DOI : 10.4000/rgi.1334

Haut de page

Auteur

Ève Gran-Aymerich

Chercheur auprès de l’académie des inscriptions et Belles-Lettres

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org