Navigation – Plan du site

Entre histoire de l’art à Vienne et archéologie en Dalmatie, Alois Riegl et la question d’un nouveau rapport au patrimoine romain

Georg Vasold
Traduction de Daniel Baric
p. 43-55

Résumés

Immédiatement après le rattachement en 1815 du Royaume de Dalmatie à la couronne des Habsbourg, les archéologues et historiens de l’art autrichiens firent montre d’un intérêt accru à l’égard de la culture dalmate. L’article cherche à montrer de quelle manière cet intérêt académique s’imbrique avec des buts politiques, économiques et religieux. Rudolf von Eitelberger, le fondateur de ce qu’il est convenu d’appeler l’école viennoise de l’histoire de l’art, doit en particulier être qualifié de soutien complaisant à la ligne officielle viennoise. Son intérêt, à n’en pas douter personnel, pour l’art dalmate de l’Antiquité tardive, fut l’objet d’une instrumentalisation politique : la célébration volubile de la Dalmatie antique de la part d’Eitleberger était un moyen bienvenu pour affirmer l’infériorité de la population slave et de sa culture. Cette forme répressive de culture politique ne changea que vers 1900, lorsque Alois Riegl, en charge de la gestion du patrimoine, postula la valeur absolument égale de tous les arts, qu’il soit romain, slave, ancien ou moderne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jahreshefte des Österreichischen Archäologischen Institutes in Wien, vol. VIII (1905), (colonnes 1 (...)

1Dans le tome 8 des Annales de l’Institut archéologique autrichien de Vienne (Jahreshefte des Österreichischen Archäologischen Institute in Wien) parut en 1905 une nécrologie consacrée à trois savants de renom, qui en peu de temps étaient décédés. En termes choisis, appropriés en ces tristes circonstances, hommage était rendu à l’historien du droit Emil Szanto (1857-1904), ainsi qu’à deux historiens de l’art, Wilhelm Gurlitt (1844-1905) et Alois Riegl (1858-1905). Tous trois, y lit-on, étaient membres de l’Institut archéologique et comptaient au nombre des représentants les plus éminents de la vie intellectuelle autrichienne. En se référant explicitement au décès prématuré de Szanto et Riegl, tous deux n’étant âgés que de 47 ans, l’auteur anonyme s’efforçait d’exprimer éloquemment « la douleur que nous ressentons à cette perte »1.

  • 2  Ibid., col. 126.
  • 3  Ibid.
  • 4  Ibid., col. 127.

2Mais en dépit de son ton fondamentalement élogieux, la chronique nécrologique semblait ambivalente en dernier ressort. Sans autres explications, il est dit que peu de lignes peuvent être consacrées au souvenir de ces chercheurs et une remarquable réserve transparaît à l’égard du contenu même de leur œuvre et de leur action. Alors que Szanto et Gurlitt ne sont pas tant évoqués en raison de leur travail scientifique que de leur personnalité liante, Riegl est quant à lui décrit comme une « nature sévère et profonde de chercheur2 ». Mais l’auteur de la nécrologie ne put aller jusqu’à une reconnaissance complète de son travail, bien au contraire : son œuvre serait restée à l’état de fragment, « inachevée dans la forme » et aurait de plus « produit des contradictions3 ». Comme si l’auteur cherchait une explication à cette situation, il fait allusion à la vie du chercheur qui se trouvait rejetée à l’ombre de « fortes inhibitions », qui « n’étaient que partiellement causées par des souffrances physiques4 ». Ce passage mystérieux, dans lequel il est fait allusion à une maladie psychique de Riegl, apparaît dans le contexte d’une allusion à une contradiction que son travail aurait produite comme une prise de distance certes contenue, mais claire. À l’évidence, l’œuvre de Riegl suscitait chez les archéologues viennois, qui disposaient avec les Jahreshefte d’un forum public, une irritation considérable, un trouble si persistant, qu’il trouva place dans l’article nécrologique.

  • 5  Alois Riegl, Volkskunst, Hausfleiß und Hausindustrie, Berlin, Siemens, 1894, p. 59.
  • 6  Cf. pour une présentation détaillée de ce thème, Georg Vasold, Alois Riegl und die Kunstgeschichte (...)
  • 7  Diana Reynolds Cordileone, « Mood, Modernism, and the Museum for Art and Industry », in : Peter No (...)

3Le fait que Alois Riegl, qui apparaît généralement comme une figure exemplaire de l’école viennoise de l’histoire de l’art, se rebella sous bien des rapports contre la manière dominante de produire de la science, tout en ne cherchant pas le moins du monde à esquiver le conflit, a déjà été souligné à plusieurs reprises. Ainsi en 1894 avait-il courageusement pris position contre les « cercles qui dirigent l’État »5, qu’il rendit responsable d’un système économique qui apportait une grande souffrance à la population6. La tendance de Riegl à dénoncer des situations qu’il juge anormales et à écrire lui-même contre de puissants ennemis fut de nouveau patente lorsqu’en juillet 1900 il présenta une candidature malheureuse à la direction du musée autrichien des Arts et Métiers (Österreichisches Museum für Kunst und Industrie). Il produisit alors un volumineux écrit adressé au ministère responsable, dans lequel non seulement il critiquait son ancien supérieur, mais se prononçait également pour une réorientation fondamentale de la politique muséale autrichienne7.

  • 8  Ranuccio Bianchi Bandinelli, Klassische Archäologie. Eine kritische Einführung, Munich, Beck, 1978 (...)
  • 9   Ibid., p. 19.
  • 10  Konrad Clewing, « Der begrenzte Wert strategischen Wertes. Dalmatien als habsburgische Randprovinz (...)

4Avec de tels incidents en arrière-plan, qui font apparaître l’historien de l’art en tant qu’homme de son temps prêt à en découdre, se pose la question de savoir de quelle nature était réellement le rapport de Riegl à la recherche archéologique autrichienne. La question est intéressante surtout en raison du fait que de nos jours, tout à l’opposé du jugement de 1905, son travail est évalué positivement par les archéologues et parfois même présenté comme une contribution importante à la fondation théorique de la discipline. Ceci vaut surtout pour Ranuccio Bianchi Bandinelli (1900-1975), qui classait les développements de Riegl sur l’art de l’Antiquité tardive dans la catégorie des « fondamentaux8 » et soulignait que ses livres « marquèrent un tournant dans l’historiographie de l’art antique9 ». L’influence considérable de l’historien de l’art Riegl sur l’archéologie comme discipline n’a cependant pas été, comme le donne à entendre le nécrologe, sans frictions. La collaboration fructueuse entre archéologues et historiens de l’art, qui a duré pendant presque tout le xixe siècle, entra vers 1900 dans une phase critique avec la personne de Riegl. Le cas autour duquel se cristallisa cet état de fait fut en premier lieu l’appréciation portée sur l’art de l’Antiquité tardive en général, et de l’art dalmate en particulier, donc de cette « province marginale »10 des Habsbourg, qui souffrait certes d’une situation économique catastrophique et politiquement instable, mais qui en raison de son patrimoine antique revêtait une importance considérable pour la perception culturelle et politique qu’avait d’elle-même l’Autriche. Il résultait de cette relation tendue un conflit qui perdura des décennies durant, auquel étaient associés des hommes politiques tout comme des historiens de l’art et des archéologues. Ce conflit, dont l’enjeu n’était rien de moins que la liberté de la science, est au centre de cette contribution.

  • 11  Julius von Schlosser, « Die Wiener Schule der Kunstgeschichte. Rückblick auf ein Säkulum deutscher (...)
  • 12 http://www.khm.at/​sammlungen/​muenzkabinett/​die-geschichte-der-sammlung/​, consulté le 12.03.2012
  • 13  Julius von Schlosser se trouvait aussi dans cette tradition. Il travailla de 1889 à 1922 au musée (...)
  • 14  Adelheid Heidecker, Anton Steinbüchel von Rheinwall (1790-1883), Direktor des K.K. Münz- und Antik (...)
  • 15 Voir à ce sujet la contribution de Marko Špikić dans ce dossier, « Aux origines de l’archéologie (...)
  • 16  Anton Steinbüchel, « Dalmatien. Eine Reiseskizze », in : Jahrbücher der Literatur, 12 (1820), p. 1 (...)
  • 17  Robert Adam, Ruins of the Palace of the Emperor Diocletian at Spalatro in Dalmatia, Londres, chez (...)
  • 18  Anton Steinbüchel, « Dalmatien », op. cit., p. 1.
  • 19  Ibid., p. 3.
  • 20  Ibid., p. 13.

5L’école viennoise de l’histoire de l’art s’est trouvée dans un grand rapport de proximité avec l’archéologie. Julius von Schlosser (1866-1938), son premier chroniqueur, qui fait aujourd’hui encore autorité, fait référence à bon droit à la longue tradition viennoise de recherches sur l’Antiquité11. Elle débute au moins au début du xviiie siècle, lorsque le Suédois Carl Gustav Heraeus, un ami de Johann Bernhard Fischer von Erlach, arriva à Vienne et organisa en tant qu’« inspecteur impérial des médailles et des antiquités » (Medaillen- und Antiquitäteninspector) la collection de la cour. Un intérêt accru, particulièrement pour la numismatique, eut pour conséquence en 1748, sous le règne de l’empereur François-Étienne Ier de Lorraine, la saisie minutieuse dans un catalogue de l’ensemble du fonds numismatique, qui comptait près de 50 000 objets, dont 21 000 pièces anciennes12. En 1774 le Cabinet impérial et royal des médailles et antiques (K. K. Münz- und Antiken-Kabinett) fut fondé et le père jésuite séculier Joseph Hilarius Eckhel en fut nommé curateur responsable. Cette décision se révéla décisive, car Eckhel enseigna également à Vienne à partir de 1775 en tant que professeur « d’antiquités et des sciences auxiliaires de l’histoire » à l’Université de Vienne, ce par quoi fut établit un lien important pour l’histoire de la discipline entre le musée et l’Université13. En 1823 fut fondé le Musée provincial romain (Römisches Provinzialmuseum), qui se trouvait dans les couloirs souterrains appelés « catacombes » du temple de Thésée au Volksgarten de Vienne14. L’initiative en revient à Anton Steinbüchel von Rheinwall, qui en tant que conservateur du Cabinet des médailles et des antiques avait accompagné l’empereur François II (Ier) dans son voyage en Dalmatie15. Le voyage du monarque est important du point de vue de l’histoire des sciences dans la mesure où c’est à cette occasion que fut fondé le musée de Split et qu’il marque ainsi le début de la recherche archéologique en Dalmatie. À son retour, Steinbüchel publia un compte rendu dans les Jahrbücher der Literatur de Vienne, une revue au niveau d’exigence élevé16. Ce texte n’était certes pensé que comme une esquisse et en ce sens assurément moins ambitieux que les grandes tentatives littéraires d’un Robert Adam ou Alberto Fortis17. Le compte rendu ne resta néanmoins pas sans grand effet, car pour la première fois l’attention de la recherche dans le domaine de l’art en Autriche était dirigée assez largement vers une région qui jusqu’alors, du moins d’un point de vue viennois, apparaissait comme une « terra incognita »18. L’article, qui s’efforce à longueur de pages de faire montre d’objectivité, peut être lu comme un récit de voyage dans lequel les beautés naturelles de la Dalmatie sont évoquées, tout comme les costumes, les chants populaires et les traits caractéristiques des populations locales. En même temps, il fait aussi apparaître des traces non dissimulées de propagande politique, notamment lorsque l’empereur est décrit comme une figure lumineuse, grâce à l’apparition duquel « le pays orphelin…[sort] de l’obscurité et [enfin] se dirige rapidement vers la force, la culture et la prospérité19». La partie centrale du compte rendu est consacrée à l’héritage antique de la Dalmatie, l’intérêt particulier de Steinbüchel se concentrant sur l’épigraphie. Il décrit abondamment où et dans quelles conditions, parfois aventureuses, il découvrit des pierres portant des inscriptions antiques, dont 130 sont données en annexe de l’article. Steinbüchel se trouvait encore loin de l’idée d’une archéologie fondée sur des fouilles systématiques, mais son texte trahit un intérêt fondamental visant à mettre au jour des objets qui demeurèrent ensevelis des siècles durant, afin de rendre visible ainsi le passé brillant de la Dalmatie. « Nous crûmes soudain nous trouver à l’époque des Romains et tout reçut une claire explication », écrit-il, après avoir découvert à Klis, l’Anderium romain, à l’aide d’habitants des lieux, « de magnifiques inscriptions »20.

  • 21  Rudolf von Eitelberger, « Die Porta Aurea und der Diocletianische Pallast in Spalato », Wiener Zei (...)
  • 22  Ibid.
  • 23  Ibid.
  • 24  Cf. Georg Vasold, « Der Blick in den tragischen Spiegel. Zur kunsthistorischen Erforschung der Spä (...)
  • 25  Rudolph Eitelberger, « Die mittelalterlichen Kunstdenkmäler Dalmatiens in Arbe, Zara, Traù, Spalat (...)
  • 26  Ibid., p. 261.
  • 27  Voir sur ce point notamment Antoni Cetnarowicz, Die Nationalbewegung in Dalmatien im 19. Jahrhunde (...)
  • 28  Rudolph Eitelberger, Dalmatien…, op. cit., p. 261.
  • 29  Miroslav Krleža, Illyricum Sacrum, Klagenfurt-Salzbourg, Wieser, 1996, p. 77.

6Rudolf von Eitelberger (1817-1885), premier titulaire d’une chaire en histoire de l’art à l’Université de Vienne, fondateur et directeur du musée autrichien des Arts et Métiersfit franchir une grande étape dans la mise en valeur de la Dalmatie du point de vue de l’histoire de l’art et de l’archéologie. Dans plusieurs études, parfois très conséquentes, il en revient toujours à parler de la Dalmatie, en insistant tout particulièrement sur la signification du palais de Dioclétien, car ce serait là « le monument romain le plus remarquable de la Monarchie autrichienne »21. Dans les études de Eitelberger sur la Dalmatie, trois aspects en particulier doivent être soulignés, qui sont caractéristiques de leur traitement ultérieur. Il souligne tout d’abord, en accord avec les principes de la Commission centrale de création récente qui avait pour finalité l’étude et la préservation des monuments (K. K. Central-Commission zur Erforschung und Erhaltung der Baudenkmale) l’urgence des mesures de conservation. Il n’est pas admissible que des parties du palais servent de « conduite pour les cloaques »22. Eitelberger était d’autre part soucieux de contribuer à une réévaluation des œuvres d’art romaines de l’époque impériale tardive. Il se garde de les « condamner en bloc en les dénommant œuvres de l’époque décadente - elles exigent une appréciation plus élaborée »23. Ceci est de la plus haute importance, car ce faisant, la réhabilitation de l’Antiquité tardive est entamée dans la recherche autrichienne en histoire de l’art, une tâche à la laquelle se consacra la génération de 190024. En troisième lieu, l’intérêt de Eitelberger pour la Dalmatie représente aussi une mise à disposition complaisante de la science à des fins politiques. De manière plus claire encore que chez Steinbüchel, il y a chez Eitelberger une superposition des buts politiques et de ceux du chercheur en histoire de l’art. Dans son étude publiée pour la première fois en 1861 sur les monuments médiévaux de Dalmatie (Die mittelalterlichen Kunstdenkmale Dalmatiens), le chercheur en histoire de l’art se montre consterné par l’état de conservation des objets antiques sur la côte orientale de l’Adriatique : de nombreuses et importantes inscriptions romaines seraient directement livrées aux intempéries, d’autres seraient détruites par pur vandalisme ou bien vendues à l’étranger, le musée de Split serait « complètement négligé »25, personne ne se soucierait plus des objets entreposés, ni les clercs, dont la formation laisserait fort à désirer, ni les maires, si souvent analphabètes. Eitelberger lie immédiatement son analyse déprimante à l’exigence politique de forte centralisation dans les projets liés à l’art et à l’éducation. Seule Vienne, souligne-t-il dans sa conclusion, serait en mesure de mettre fin à la situation intenable en Dalmatie : « Qui a voyagé dans les provinces éloignées de l’Empire autrichien a souvent eu l’expérience de voir que la surveillance exercée par le centre de la Monarchie est indispensable et profitable et combien il est insuffisant de laisser dans ce domaine les provinces livrées à elles-mêmes »26. Eitelberger ne laisse subsister aucun doute que toute forme de fédéralisme, un thème qui justement dans les années 1860 était très discuté en Dalmatie27, devait être purement et simplement refusée. Ce dont la Dalmatie aurait plutôt besoin serait « un éveil des mobiles moraux chez l’homme, qui renforce leur patriotisme et fait porter leur regard sur la signification de traditions historiques28 » . Patriotisme et reconnaissance d’une tradition qui remonte aux racines romaines, voici ce que Eitelberger demandait à la Dalmatie. Ce programme représentait justement ce qui au sein de la population slave suscitait de plus en plus de mauvaise humeur. Des décennies plus tard, l’écrivain croate Miroslav Krleža (1893-1981), qui lui-même avait grandi dans le climat intellectuel de l’impérialisme habsbourgeois, notait que Vienne à l’évidence ne se préoccupa jamais de saisir la culture dalmate dans son ensemble. Il s’agissait bien plutôt de présenter la Dalmatie à tout prix dans une relation de dépendance à l’égard de Rome ou de Venise. « Rudolf Eitelberger, un exemple de l’esthétique style François-Joseph, qui s’est prosterné avec tout son tralala impérial devant la latinité dalmate, sans montrer pour autant la raison pour laquelle tout ce qui est slave serait sans le moindre intérêt »29.

  • 30  Rudolf Eitelberger von Edelberg, Die mittelalterlichen Kunstdenkmale Dalmatiens ( =Gesammelte kuns (...)
  • 31  Eitelberger, Die mittelalterlichen Kunstdenkmale Dalmatiens, op. cit., p. 23.
  • 32  Ibid., p. 23 et suivante.
  • 33  Voir sur ce point de manière plus détaillée Matthew Rampley, “ Dalmatia is Italian ! The politics (...)

7Eitelberger montre quel historien de l’art traversé par la réflexion politique il est dans la nouvelle préface qu’il donne à son livre sur la Dalmatie, qui paraît en 1884 en deuxième édition. Dans ce texte, il prenait directement position face à la situation politique du moment et critiquait durement le panslavisme qui avait atteint les provinces méridionales de la monarchie. Par un geste de loyauté ostentatoire à l’égard de la ligne viennoise de politique étrangère, il justifiait l’occupation de la Bosnie-Herzégovine par l’Autriche (« ces provinces […] appartiennent par leur nature même à la Dalmatie »30) et appela les adhérents au mouvement illyrien des « fanatiques nationaux »31, qui ne voulaient pas voir que « la civilisation slave en Dalmatie n’est pas assez puissante pour proposer à la population […] ces avantages que la civilisation italienne assure dans tous les domaines au public cultivé »32. De sorte qu’en affirmant l’infériorité de la culture slave, il présente une fois de plus sa vision de l’histoire, suivant laquelle l’art de la Dalmatie serait romain ou vénitien, et n’offrirait pas la moindre trace byzantine ou slave digne d’être mentionnée33.

  • 34  Alois Hauser, Spalato und die römischen Monumente Dalmatiens. Zwei Vorträge, Vienne, Hölder, 1883  (...)

8Chez Eitelberger, la vénération de la culture romaine, c’est-à-dire l’attachement politiquement motivé à la Romanitas de la Dalmatie, était liée à la consolidation académique et par la suite à la popularisation de l’archéologie. L’historien de l’art y contribua lui-même en invitant de manière répétée un archéologue à prononcer des conférences au musée des Arts et Métiers. En 1868 fut créée à Vienne une chaire d’archéologie qui succéda à la chaire de numismatique et de science de l’Antiquité(Lehrkanzel für Münz- und Altertumskunde), dont Alexander Conze fut nommé premier professeur ordinaire. C’est avec lui, qui avait visité Split en 1871, que la recherche archéologique en Autriche entama un développement rapide. En 1873, soit l’année de l’exposition universelle de Vienne, Conze lança une expédition de fouilles à Samothrace. Il était accompagné de Alois Hauser et George Niemann, qui tous deux se concentrèrent dans leurs recherches ultérieures sur la Dalmatie34. En 1876 fut fondé à l’Université de Vienne le séminaire d’archéologie et d’épigraphie, en 1881-1882 prirent place les deux expéditions en Asie mineure, en Lycie, qui du point de vue autrichien étaient de très grands succès et en 1885, sous le patronage du prince héritier Rodolphe fut fondée l’association Carnuntum. Cette association était entièrement vouée à la promotion et à la présentation scientifique du passé romain de l’Autriche et parmi ses soutiens se trouvaient des représentants en vue de la vie publique, dont Rudolf von Eitelberger.

  • 35  Citation d’après Christiane Zintzen, Von Pompeji nach Troja. Archäologie, Literatur und Öffentlich (...)

9La presse autrichienne rendit compte de tous ces événements avec une ferveur croissante. On rapportait régulièrement les actions héroïques de Heinrich Schliemann, ce qui à Vienne fut compris de plus en plus comme un invitation à prendre activement part à des campagnes de fouilles entreprises sur une large échelle. Le philologue classique viennois Theodor Gomperz par exemple demandait avec insistance que l’on égalât enfin les autres pays : « Un nouveau chef-d’œuvre de l’Antiquité classique sort régulièrement de terre. Tous les peuples civilisés sont occupés à extraire ces trésors, à les compléter, les interpréter et maintenant nous autres Autrichiens devrions, à l’époque où l’on fait les découvertes les plus importantes, nous tenir seuls à l’écart et ne pas y prendre part35 ? »

  • 36  Ibid., p. 142.
  • 37  Wolfgang Kemp, « Nachwort zur Neuausgabe », in : Alois Riegl, Spätrömische Kunstindustrie, Berlin, (...)

10De fait, à la fin du xixe siècle, s’intéresser à l’Antiquité représentait pour les savants et la bourgeoisie un « objet de fascination en soi »36. L’intérêt d’ordre quasiment sportif pour des entreprises de fouilles toujours plus sensationnelles, qui notamment mena à l’engagement autrichien qui perdure jusqu’à aujourd’hui à Éphèse, se reflète aussi dans la réunion des philologues et enseignants (42. Versammlung deutscher Philologen und Schulmänner) organisée à Vienne en 1893. Lors de cette manifestation qui ne manqua pas de pompe, à laquelle prirent part plus de mille spécialistes autrichiens et étrangers, l’Autriche-Hongrie fit bruyamment et ostensiblement profession de foi en faveur de la culture humaniste et rappela expressément – en particulier dans le cadre d’une excursion à Carnuntum – le passé romain de l’Autriche –Hongrie. Pour l’école viennoise de l’histoire de l’art, ce congrès était important dans la mesure où à ce moment fut décidé de mettre en chantier une œuvre en plusieurs volumes dans laquelle les fonds d’antiquités du pays seraient présentés de manière scientifique. Pour le volume consacré à l’Antiquité tardive, on fit appel à Alois Riegl, qui avait notamment étudié auprès de l’archéologue Otto Benndorf et travaillait en tant que conservateur au musée des Arts et Métiers. Il travailla huit ans à ce livre et pourtant, avant qu’il soit mis en circulation, l’Institut archéologique autrichien se vit obligé de prendre ses distances37.

  • 38  Tels avaient été les mots employés par l’empereur François-Joseph à l’occasion de l’inauguration d (...)
  • 39  Riegl, Spätrömische Kunstindustrie, op. cit., p. 161
  • 40  Ibid., p. 2.

11Que s’était-il passé ? Il semble à première vue difficilement compréhensible que ce texte, considéré aujourd’hui comme un moment clé de l’histoire de l’art, ait été rejeté. Mais dès que l’on prend en compte le statut de l’archéologie dans la Vienne des années 1900, l’irritation devient compréhensible. Riegl déçut avec son étude de facto toutes les attentes liées au regard plein de sympathie, politiquement motivé, porté sur l’Antiquité. Au lieu de comprendre l’héritage de l’Antiquité comme une « entreprise patriotique »38, il se servait d’une langue aride, empreinte uniquement de scientificité, qui renonçait à toute forme de rhétorique patriotique. Dans cet esprit, il ne se montra pas prêt à joindre sa voix au chœur de ceux qui débordaient d’enthousiasme dans leur appréciation de l’héritage romain sur la côté dalmate. Le palais de Dioclétien n’est évoqué que marginalement et ne sert qu’à « une rapide comparaison »39. Dès l’introduction, Riegl explique qu’il n’a pas pour but de présenter des œuvres majeures isolées, mais de « montrer les lois générales qui président au développement de l’art à la fin de l’époque romaine »40. Afin d’écrire une telle histoire centrée sur la notion de développement, ce ne sont pas seulement les objets très largement connus qui doivent être évoqués d’après Riegl, mais aussi bien et dans la même mesure ceux de l’industrie de l’art, donc des œuvres de l’époque de production massive de la fin de l’Antiquité. C’est la raison pour laquelle Riegl s’occupe dans son livre de manière si détaillée de broches, fibules et boucles de ceintures de modeste apparence, car, selon son credo, de tels objets rendent visible la « volonté artistique » (Kunstwollen) durant l’Antiquitié tardive.

  • 41  Cf. par exemple le compte rendu de Botho Graef dans Jahresbericht für Altertumswissenschaft vol. 1 (...)
  • 42  Cf. Ranuccio Bianchi Bandinelli, Klassische Archäologie, op. cit., p. 19.

12La concentration de Riegl sur des phénomènes marginaux, souvent délaissés par la recherche, c’est-dire sa conviction que pour l’histoire de l’art un petit travail pionnier peut avoir plus de poids que les grands bâtiments des empereurs romains, irritait le monde des spécialistes. Il y eut certes aussi des réactions positives41, mais elles furent isolées, et le livre de Riegl rencontra de l’incompréhension en particulier auprès des archéologues winckelmanniens et de ceux qui consacraient leurs travaux en premier lieu aux grandes œuvres de l’histoire de l’art. On rapporte par exemple que Adolf Furtwängler (1853-1907), ce représentant éminent de l’archéologie philologique et auteur d’une monographie sur les chefs-d’œuvres de la sculpture grecque (Meisterwerke der griechischen Plastik, 1893), qu’il lut le livre de Riegl à trois reprises, sans y avoir rien compris42.

  • 43  Riegl, Spätrömische Kunstindustrie, op. cit., p. 5.
  • 44 Ibid.

13Riegl était parfaitement conscient du fait qu’il s’avançait en terrain neuf, en particulier d’un point de vue méthodologique. Son refus de poser l’art classique comme norme pour appréhender l’art de l’Antiquité tardive, en d’autres termes son effort visant à libérer de carcans normatifs l’écriture de l’histoire de l’art l’amena à devoir accomplir une rupture avec les recherches en cours. S’il faisait encore allusion à eux, ce qui n’arrivait que rarement, c’était la plupart du temps d’un point de vue critique ou négatif. Il s’en prit avec une virulence toute particulière aux spécialistes d’archéologie chrétienne. Leur recherche n’était d’après Riegl « pas de l’histoire de l’art, mais de l’histoire antiquaire »43, ce qui vers 1900 représentait un des pires reproches que l’on pouvait faire. Leur méthode préférée, celle de l’interprétation iconographique, menait d’après Riegl dans une direction absolument erronée et obscurcissait la question centrale, celle de savoir quelle serait « l’essence artistique interne » (das innere künstlerische Wesen)44 de l’art de l’Antiquité tardive.

14Sans aucun doute, la critique de Riegl était d’ordre méthodologique. Son livre sur l’industrie artistique(Spätrömische Kunstindustrie) se présente à bon droit comme un des écrits fondamentaux de l’analyse formelle en histoire de l’art et se caractérise justement par un strict refus de l’iconographie. En lieu et place de l’analyse de l’image, Riegl développait l’examen des qualités formelles. Son intérêt ne se déployait pas vers le contenu, le « quoi ? » , mais le « comment ? » , donc la manière spécifique de mise en forme artistique. Convaincu que l’essence de l’art ne pouvait être mise au jour que par le biais de l’analyse formelle, il s’intéressa presque exclusivement à des questions de forme, d’espace et d’effet produit par le clair-obscur.

  • 45  Outre la Dalmatie, les spécialistes d’archéologie chrétienne s’intéressèrent en particulier à l’Is (...)
  • 46  Andreas Gottsmann, Rom und die nationalen Katholizismen in der Donaumonarchie. Römischer Universal (...)
  • 47  Voir le compte rendu du congrès in : Römische Quartalschrift für christliche Alterthumskunde und f (...)
  • 48  Hermann Bahr, Dalmatinische Reise, Berlin, Fischer, 1909, p. 93.

15Mais il y a plus. Le texte de Riegl doit aussi être lu comme une prise de position contre une recherche dans le domaine de l’art aux motivations cléricales, qui avait trouvé sur l’ensemble de la côte orientale de l’Adriatique un riche terrain d’activité45. Même si Riegl a renoncé à être trop concret et à citer des noms, il semble qu’il ait été très sceptique à l’égard de certaines manifestations telles que le Premier congrès d’archéologie chrétienne qui s’était tenu à Split en 1894. Ce congrès, qui peut être compris comme une « offensive catholique en Europe du Centre-Est »46 fut généreusement soutenu par le gouvernement autrichien47. Le congrès avait été organisé par trois religieux, notamment par Frane Bulić (1846-1934), originaire de Vranjic près de Split, formé à Zadar et Vienne. Les grands mérites de Bulić dans la recherche et la conservation d’œuvres antiques en Dalmatie avaient été reconnus, ce pour quoi il était connu à Vienne comme le « Schliemann de Salone »48. Autant il avait à n’en pas douter grandement contribué à la mise en valeur dans les domaines de l’archéologie et de l’histoire de l’art, autant son rapport à Riegl était compliqué. Ceci transparaît dans la question débattue en 1904 de la valeur à attribuer en soi à l’héritage antique. Il s’agissait d’un débat qui mit une fois de plus le palais de Dioclétien au centre des préoccupations.

  • 49  Achim Hubel, Kunstgeschichte und Denkmalpflege, Petersberg, Michael Imhof, 2005, p. 224.
  • 50  Voir sur ce point une présentation détaillée par Achim Hubel, in : ibid., p. 217-230.
  • 51  Le compte rendu en fut publié in : Mitteilungen der K. K. Zentralkommission für Erforschung und Er (...)
  • 52  Ibid., col. 417.

16La recherche scientifique sur le palais de Dioclétien avait enregistré des progrès considérables à la fin du xixe siècle, grâce en particulier au travail de Bulić. En tant que Conservator officiel, présent sur place, Bulić, qui depuis 1883 dirigeait aussi le musée archéologique de Split, considérait que le but de sa vie consistait à rendre au palais son apparence originelle, celle de la fin de l’Antiquité. Il percevait par conséquent les bâtiments de l’époque moderne, baroques en premier lieu, comme négligeables et dérangeants d’un point de vue esthétique, qu’il eût fallu faire disparaître sans attendre. Sa demande sans cesse réitérée de purification du palais (une idée déjà discutée à l’époque de Napoléon49) procédait tout à fait de l’esprit à l’œuvre dans la conservation des monuments au xixe siècle. Ainsi aux mots d’ordre de « pureté du style » et de « restauration conforme au style », des ensembles construits entiers avaient été rasés, notamment à Arles où dans les années 1840 dans le cadre de la restauration de l’amphithéâtre les bâtiments d’habitation qui s’y trouvaient furent démolis. Mais au début du xxe siècle, la situation se présentait différemment. La génération montante de chercheurs en histoire de l’art et de conservateurs, à laquelle appartenait Riegl, s’exprima de plus en plus ouvertement contre l’idéal de pureté du style. Les conservateurs furent dès lors confrontés à de grands problèmes, car le clergé catholique en particulier s’en tenait toujours à cet idéal. Justement lorsque Riegl accéda en 1903 au poste conservateur en chef de la Commission centrale pour l’étude et la conservation des monuments artistiques et historiques, devenant ainsi le supérieur hiérarchique de Bulić, il fut à nouveau question à Split de réaliser le dégagement des monuments antiques. Bulić présenta un plan prévoyant la destruction de bâtiments plus récents, notamment de l’episcopium, un palais du xviie siècle50. La Commission centrale refusa la réalisation de ce plan, mais Bulić ne céda pas. Soutenu par des hommes politiques locaux, qui arguaient en premier lieu de raisons économiques, il présenta sa requête une nouvelle fois l’année suivante. Afin de vérifier la situation sur le terrain, Riegl vint à l’automne 1904 en Dalmatie, où une confrontation directe eut lieu avec Bulić. Durant la discussion, qui eut lieu le 17 octobre et dont le compte rendu est conservé, Bulić souligna que le palais n’avait « aucune valeur du point de vue historique et de l’histoire de l’art »51. Sa démolition serait rendue nécessaire du simple fait que « dans les murs et les fondations de ce bâtiment des restes antiques…seraient à découvrir52 ».

  • 53  Avant même la confrontation avec Bulić, Riegl avait présenté sa position par écrit. Cf. Alois Rieg (...)

17La hiérarchisation d’un point de vue d’histoire de l’art de Bulić, dans lequelle les restes antiques étaient jugés supérieurs à des bâtiments baroques fut de nouveau refusée par Riegl. L’architecture du xviie siècle aussi dispose, tel était son contre-argument, « d’une valeur historique et d’ancienneté », ce pourquoi le palais baroque méritait tout autant d’être conservé que le palais antique lui-même53.

  • 54  Cf. sur ce point Ernst Bacher, « Alois Riegl und die Denkmalpflege », in : idem (éd.), Kunstwerk o (...)
  • 55  Alois Riegl, « Entwurf einer gesetzlichen Organisation der Denkmalpflege in Österreich (1903) », i (...)

18La recherche sur Riegl a montré que cette discussion sur le palais de Dioclétien est importante dans l’histoire de la conservation moderne du patrimoine, car les principes théoriques que Riegl avait formulés en 1903 devaient être appliqués pour la première fois à cette occasion54. En accordant à l’art, et ce indifféremment de tout type d’expression artistique, une « valeur d’ancienneté » , il postulait une conception égalitaire qui en dernier lieu avait pour but de dépasser la hiérarchisation des époques et des styles, courante au xixe siècle55. Riegl expliqua que la valeur du palais de Dioclétien ne reposait pas tant sur l’existence de ses restes antiques préservés, que sur son caractère d’ensemble qui s’est constitué au cours de l’histoire. Il indiqua clairement que le palais à cet égard devait être vu comme un tout, ce pour quoi les bâtiments qui étaient venus s’ajouter à l’époque moderne ne devaient en aucun cas être démolis : eux aussi étaient des témoins du passé et requéraient la même protection que les parties antiques du palais.

  • 56  Sur les efforts déployés pour utiliser la culture comme instrument du développement économique en (...)

19Bulić et les hommes politiques locaux à Split ont pu ressentir une telle position comme un mépris à l’égard de l’héritage romain. De fait en Dalmatie à partir des années 1900 le passé antique commençait à ne plus être seulement reconnu comme l’expression historique de la province, et partant constitutive de l’identité, mais de plus en plus aussi comme un facteur économique. Le palais de Dioclétien devait être présenté comme un lieu qui devait favoriser le développement du tourisme, musée rendant visible la splendeur de l’empereur romain de manière vivante et convaincante56. Les bâtiments baroques ou du xixe siècle, qui de plus étaient encore souvent habités, ne pouvaient être utiles à cette fin. C’est la raison pour laquelle la discussion ne prit pas fin avec la mort de Riegl en 1905. Certes Bulić se laissa convaincre dans l’affaire de l’episcopium par le successeur de Riegl au poste de conservateur général, Max Dvořák, et plaida à partir de 1907 lui aussi pour une conservation du bâtiment baroque. L’administration municipale garda cependant son avis sur la question et interpréta la décision négative de la Commission centrale comme une mise sous tutelle centralisatrice et une manière de contrecarrer des intérêts locaux. La question de l’episcopium resta ainsi longtemps en suspens, jusqu’à la nuit du 14 au 15 janvier 1924, lorsque le bâtiment disparut dans les flammes d’un incendie, d’origine criminelle semble-t-il.

  • 57  Alois Riegl, « Über antike und moderne Kunstfreunde », in : idem, Gesammelte Aufsätze, Augsbourg, (...)
  • 58  Max Dvořák, Alois Riegl (Nekrolog), in : Mitteilungen der K. K. Zentralkommission für Erforschung (...)
  • 59  Alois Riegl, « Entwurf einer gesetzlichen Organisation der Denkmalpflege in Österreich (1903) », o (...)

20Alois Riegl était pourtant loin de mépriser les travaux des archéologues. Cela aurait d’ailleurs été exclu, ne serait-ce que parce que la mise au jour de manière adéquate et la présentation scientifique des trouvailles archéologiques se trouvaient dans le champ de ses compétences en tant que conservateur général. De plus, lui-même souligna à maintes reprises l’importance de l’Antiquité postulée comme un principe, tout en ne lui accordant pas de valeur en soi, la considérant comme une étape préparatoire de l’époque moderne. Cette position est claire dans son ouvrage sur l’industrie artistique mais aussi dans son article sur les amis des arts (« Über antike und moderne Kunstfreunde »), où peu de temps avant sa mort, il essaya une fois encore d’expliciter le rapport entre Anciens et Modernes57. Il ne s’agissait donc en aucun cas d’un désintérêt à l’égard de l’Antiquité. Ce à quoi il se heurtait et contre quoi il s’opposait violemment, c’était la politisation de la recherche dans le domaine des arts, qui avait existé durant tout le xixe siècle. Riegl était persuadé que l’appel de l’art moderne à la liberté, comme il avait été rendu bien visible loin à la ronde depuis 1898 au-dessus de l’entrée du bâtiment de la sécession viennoise (« Der Zeit ihre Kunst. Der Kunst ihre Freiheit »), devait également valoir pour la science. En s’occupant de l’art en Dalmatie, il apparaissait clairement combien l’histoire de l’art et l’archéologie se trouvaient au milieu d’un champ de tension entre intérêts hétérogènes, en l’occurrence politiques, religieux et économiques. Riegl rejetait catégoriquement l’instrumentalisation de la recherche pour des visées externes, qu’il s’agisse de légitimer des prétentions habsbourgeoises de domination ou de rendre attractive pour le tourisme international une région appauvrie. La haute estime dans laquelle Eitelberger tenait la Dalmatie romaine, qui trouvait son fondement dans la volonté politique de contenir les populations slaves, l’engagement remarquablement fort de l’Église catholique sur la côte orientale de l’Adriatique, qui avait pour but d’agir à l’encontre de courants orthodoxes et enfin la pétition de principe en faveur de l’Antiquité, qui n’était pas en premier lieu l’expression d’un intérêt pour la recherche historique, mais était plutôt motivé par des considérations économiques et agissait en faveur des débuts du tourisme sur la côte adriatique, tout ceci fut mis en question par Riegl. Son mode opératoire méthodologique, à savoir le formalisme souvent marqué par une certaine sécheresse avec lequel il analysait les œuvres d’art, était à l’évidence un essai visant à délivrer la recherche de telles mainmises. À la place des interprétations aux intentions politiques et cléricales devait se déployer une méthodologie scientifique concise, objective, dont le but consistait dans la désidéologisation et « le dépassement de la tendance historiquement dogmatique dans l’histoire de l’art »58. De même, la terminologie de Riegl dans son projet de loi de 1903 sur la conservation des monuments allait dans la même direction. Propager une conception de l’art égalitaire, démocratique en dernier ressort, sous l’invocation de la formule de la « valeur d’ancienneté » , affirmer avec insistance qu’ « il n’y a pas de canon artistique objectivement valable »59, c’est démontrer sa volonté d’abattre la hiérarchie des arts. Il n’est par conséquent pas étonnant qu’avec un tel programme Riegl ne se fit guère d’amis.

Haut de page

Notes

1  Jahreshefte des Österreichischen Archäologischen Institutes in Wien, vol. VIII (1905), (colonnes 125-128), col. 128.

2  Ibid., col. 126.

3  Ibid.

4  Ibid., col. 127.

5  Alois Riegl, Volkskunst, Hausfleiß und Hausindustrie, Berlin, Siemens, 1894, p. 59.

6  Cf. pour une présentation détaillée de ce thème, Georg Vasold, Alois Riegl und die Kunstgeschichte als Kulturgeschichte. Überlegungen zum Frühwerk des Wiener Gelehrten, Fribourg-en-Brisgau, Rombach, 2004.

7  Diana Reynolds Cordileone, « Mood, Modernism, and the Museum for Art and Industry », in : Peter Noever, Artur Rosenauer et Georg Vasold (éd.), Alois Riegl revisited. Beiträge zu Werk und Rezeption, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2010, p. 37-44.

8  Ranuccio Bianchi Bandinelli, Klassische Archäologie. Eine kritische Einführung, Munich, Beck, 1978 (1976), p. 129.

9   Ibid., p. 19.

10  Konrad Clewing, « Der begrenzte Wert strategischen Wertes. Dalmatien als habsburgische Randprovinz », in : Hans-Chrisitan Maner (éd.), Grenzregionen der Habsburgermonarchie im 18. und 19. Jahrhundert. Ihre Bedeutung und Funktion aus der Perspektive Wiens, Münster, LIT, 2005, (p. 217-234), p. 217.

11  Julius von Schlosser, « Die Wiener Schule der Kunstgeschichte. Rückblick auf ein Säkulum deutscher Gelehrtenarbeit in Österreich », in : Mitteilungen des Österreichischen Instituts für Geschichtsforschung, Ergänzungs-Band XIII, Heft 2, 1934, p. 141-228.

12 http://www.khm.at/sammlungen/muenzkabinett/die-geschichte-der-sammlung/, consulté le 12.03.2012

13  Julius von Schlosser se trouvait aussi dans cette tradition. Il travailla de 1889 à 1922 au musée des Beaux-Arts de Vienne (Kunsthistorisches Museum), où en tant qu’étudiant de l’archéologue Otto Benndorf il fut tout d’abord affecté aux collections impériales. À partir de 1892, Schlosser enseigna également à l’Université de Vienne, à partir de 1922 en qualité de professeur ordinaire.

14  Adelheid Heidecker, Anton Steinbüchel von Rheinwall (1790-1883), Direktor des K.K. Münz- und Antikenkabinetts : Erfolge und Krisen in der Laufbahn eines österreichischen Staatsbeamten und Gelehrten, thèse (inédite), Vienne, 1969, p. 161-163.

15 Voir à ce sujet la contribution de Marko Špikić dans ce dossier, « Aux origines de l’archéologie en Dalmatie, le rôle de l’antiquaire Anton Steinbüchel ».

16  Anton Steinbüchel, « Dalmatien. Eine Reiseskizze », in : Jahrbücher der Literatur, 12 (1820), p. 1-30. La revue exista jusqu’en 1849 et soucieuse de développer des contacts internationaux, elle compta entre autres au nombre de ses collaborateurs Goethe, les frères Grimm et Wilhelm von Humboldt.

17  Robert Adam, Ruins of the Palace of the Emperor Diocletian at Spalatro in Dalmatia, Londres, chez l’auteur, 1764 ; Alberto Fortis, Viaggio in Dalmazia, 2 tomes, Venise, Alvise Milocco, 1774 ; voir à ce sujet Louis Krompotic, Antike Architektur in Kroatien. In Berichten von Spon, Adam, Cassas, Lavallée, Hanovre, HZ-Verlag, 1998.

18  Anton Steinbüchel, « Dalmatien », op. cit., p. 1.

19  Ibid., p. 3.

20  Ibid., p. 13.

21  Rudolf von Eitelberger, « Die Porta Aurea und der Diocletianische Pallast in Spalato », Wiener Zeitung, 29 décembre 1859, (p. 5548-5549), p. 5549.

22  Ibid.

23  Ibid.

24  Cf. Georg Vasold, « Der Blick in den tragischen Spiegel. Zur kunsthistorischen Erforschung der Spätantike in Wien um 1900 », in : Ernő Marosi-Gábor Klaniczay (éd.), The Nineteenth-Century Process of Musealization“ in Hungary and Europe, Budapest, Collegium Budapest, 2006, p. 91-112.

25  Rudolph Eitelberger, « Die mittelalterlichen Kunstdenkmäler Dalmatiens in Arbe, Zara, Traù, Spalato und Ragusa », Jahrbuch der K. K. Central-Commission zur Erforschung und Erhaltung der Baudenkmale, vol. V, 1861, (p. 129-308), p. 260.

26  Ibid., p. 261.

27  Voir sur ce point notamment Antoni Cetnarowicz, Die Nationalbewegung in Dalmatien im 19. Jahrhundert. Vom „Slawentum“ zur modernen kroatischen und serbischen Nationalidee, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2005, p. 88-96.

28  Rudolph Eitelberger, Dalmatien…, op. cit., p. 261.

29  Miroslav Krleža, Illyricum Sacrum, Klagenfurt-Salzbourg, Wieser, 1996, p. 77.

30  Rudolf Eitelberger von Edelberg, Die mittelalterlichen Kunstdenkmale Dalmatiens ( =Gesammelte kunsthistorische Schriften vol. 4), Vienne, Wilhelm Braumüller, 1884, p. 18. Cette appartenance commune fut aussi justifiée historiquement, en renvoyant au fait que la Bosnie-Herzégovine faisait dès l’époque romaine partie de la province de Dalmatie. Voir par exemple : Ćiro Truhelka, « Die Christlichen Denkmäler Bosniens und der Herzegovina », in : Römische Quartalschrift für Christliche Alterthumskunde und für Kirchengeschichte 9, 1895, (p. 197-235), p. 197.

31  Eitelberger, Die mittelalterlichen Kunstdenkmale Dalmatiens, op. cit., p. 23.

32  Ibid., p. 23 et suivante.

33  Voir sur ce point de manière plus détaillée Matthew Rampley, “ Dalmatia is Italian ! The politics of Art History in Austria-Hungary and South-Eastern Europe 1862-1930 ”, in : Balkan Studies (Études balkaniques), N° 4/2008, p. 130-147.

34  Alois Hauser, Spalato und die römischen Monumente Dalmatiens. Zwei Vorträge, Vienne, Hölder, 1883 ; George Niemann, Der Palast Diokletians in Spalato, Vienne, Hölder, 1910.

35  Citation d’après Christiane Zintzen, Von Pompeji nach Troja. Archäologie, Literatur und Öffentlichkeit im 19. Jahrhundert, Vienne, WUV, 1998, p. 151.

36  Ibid., p. 142.

37  Wolfgang Kemp, « Nachwort zur Neuausgabe », in : Alois Riegl, Spätrömische Kunstindustrie, Berlin, Gebr. Mann, 2000, (p. 1-19), p. 1 et suivante. En français : L’Industrie d’art romain tardive, trad. Marielène Weber, revue par Augustine Terence, Paris, Macula, 2014.

38  Tels avaient été les mots employés par l’empereur François-Joseph à l’occasion de l’inauguration du musée à Carnuntum. Ciration d’après Christiane Zintzen, Von Pompeji nach Troja, op. cit., p. 159.

39  Riegl, Spätrömische Kunstindustrie, op. cit., p. 161

40  Ibid., p. 2.

41  Cf. par exemple le compte rendu de Botho Graef dans Jahresbericht für Altertumswissenschaft vol. 119, 1901, p. 143-146. Il est frappant de constater quant au contenu innovant du livre de Riegl qu’il fut particulièrement bien reçu de ceux qui se trouvaient dans un rapport de proximité avec l’art contemporain.

42  Cf. Ranuccio Bianchi Bandinelli, Klassische Archäologie, op. cit., p. 19.

43  Riegl, Spätrömische Kunstindustrie, op. cit., p. 5.

44 Ibid.

45  Outre la Dalmatie, les spécialistes d’archéologie chrétienne s’intéressèrent en particulier à l’Istrie, où se trouvait avec la basilique euphrasienne (moitié du vie siècle) un témoin imposant de la création artistique des premiers temps chrétiens.

46  Andreas Gottsmann, Rom und die nationalen Katholizismen in der Donaumonarchie. Römischer Universalismus, habsburgische Reichspolitik und nationale Identitäten 1878-1914, Vienne, Verlag der österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2010, p. 15. Sur la propagation d’intérêts catholiques en Europe du Sud-Est, voir aussi Rita Tolomeo, La Santa Sede e il mondo danubiano-balcanico. Problemi nazionali e religiosi, 1875-1921, Rome, La Fenice, 1996.

47  Voir le compte rendu du congrès in : Römische Quartalschrift für christliche Alterthumskunde und für Kirchengeschichte, 9, 1895, (p. 99-100), p. 99.

48  Hermann Bahr, Dalmatinische Reise, Berlin, Fischer, 1909, p. 93.

49  Achim Hubel, Kunstgeschichte und Denkmalpflege, Petersberg, Michael Imhof, 2005, p. 224.

50  Voir sur ce point une présentation détaillée par Achim Hubel, in : ibid., p. 217-230.

51  Le compte rendu en fut publié in : Mitteilungen der K. K. Zentralkommission für Erforschung und Erhaltung der Kunst- und historischen Denkmale, 3. Folge, vol. 3, 1904, (col. 409-419), col. 416.

52  Ibid., col. 417.

53  Avant même la confrontation avec Bulić, Riegl avait présenté sa position par écrit. Cf. Alois Riegl, « Bericht über eine im Auftrag des Präsidiums der K. K. Zentral-Kommission zur Wahrung der Interessen der mittelalterlichen und neuzeitlichen Denkmale innerhalb des ehemaligen Diokletianischen Palastes zu Spalato durchgeführte Untersuchung », in : Mitteilungen des K. K. Zentral-Kommission für Erforschung und Erhaltung der Kunst- und historischen Denkmale, 3. Folge., vol. 2, 1903, col. 333-341.

54  Cf. sur ce point Ernst Bacher, « Alois Riegl und die Denkmalpflege », in : idem (éd.), Kunstwerk oder Denkmal ? Alois Riegls Schriften zur Denkmalpflege, Vienne-Cologne-Weimar, Böhlau, 1995, p. 37-41.

55  Alois Riegl, « Entwurf einer gesetzlichen Organisation der Denkmalpflege in Österreich (1903) », in : Ernst Bacher (éd.), Kunstwerk…, op. cit., (p. 49-97), p. 69-74.

56  Sur les efforts déployés pour utiliser la culture comme instrument du développement économique en Dalmatie, et la question du rôle que joua dans ce contexte la conservation du patrimoine autrichien, cf. Zlatko Jurić et Franko Ćorić, « Kulturno promicanje Dalmacije » [La promotion culturelle de la Dalmatie], in : Prostor [Espace], 17, 2 (38), 2009, p. 226-243.

57  Alois Riegl, « Über antike und moderne Kunstfreunde », in : idem, Gesammelte Aufsätze, Augsbourg, Benno Filser, 1929, p. 194-206.

58  Max Dvořák, Alois Riegl (Nekrolog), in : Mitteilungen der K. K. Zentralkommission für Erforschung und Erhaltung der Kunst- und historischen Denkmale, 3. Folge, vol. 4, 1904, N° 1-3, (col. 255-276), col. 266.

59  Alois Riegl, « Entwurf einer gesetzlichen Organisation der Denkmalpflege in Österreich (1903) », op. cit., p. 92.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georg Vasold, « Entre histoire de l’art à Vienne et archéologie en Dalmatie, Alois Riegl et la question d’un nouveau rapport au patrimoine romain », Revue germanique internationale [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/1337

Haut de page

Auteur

Georg Vasold

Chercheur (Wissenschaftlicher Mitarbeiter) rattaché à la Freie Universität (Berlin)

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page