Navigation – Plan du site

Carl Patsch et le Musée national de Tirana (1922-1925)

Construction nationale et expertise muséologique
Nathalie Clayer
p. 91-104

Résumés

Après une carrière d’archéologue et de conservateur dans la Sarajevo austro-hongroise, Carl Patsch est sollicité en 1922 par le gouvernement albanais afin d’organiser un futur Musée national qui doit contribuer à la construction nationale et étatique albanaise. L’existence de réseaux et la production de connaissance résultant de la politique austro-hongroise vis-à-vis des territoires ottomans albanais explique ce choix. Si l’expert s’appuie sur le modèle du Musée provincial de Sarajevo, son interaction avec les acteurs locaux fait évoluer son projet vers un modèle plus national. Les troubles qui apparaissent sur la scène politique interne mettent fin à son expertise dès 1924-1925, tandis que l’entrée en lice de la France et surtout de l’Italie dans le champ archéologique albanais marginalise le musée. L’héritage de Carl Patsch passera surtout par la formation d’étudiants, parmi lesquels Hasan Ceka qui sera l’un des fondateurs de l’archéologie albanaise après la Seconde Guerre mondiale.

Haut de page

Texte intégral

1Durant l’été 1922, le gouvernement albanais se tourne vers Carl Patsch, professeur à l’Université de Vienne, afin de diriger et d’organiser le nouveau musée national qui doit voir le jour dans la capitale du jeune État. L’Albanie, reconnue en 1913 par les Grandes Puissances comme une principauté placée sous leur garantie, a connu diverses occupations – grecque, serbe, française, italienne et austro-hongroise – pendant le premier conflit mondial. Elle vient juste de recouvrer la totalité de son territoire en 1920 et d’intégrer les rangs de la Société des Nations en 1921. En 1922, ses dirigeants sont engagés dans un processus de construction étatique et nationale, dans lequel la fondation d’un musée national leur semble important.

  • 1  Isabelle Backouche, « Devenir expert », Genèses 70/1, 2008, p. 2-3.
  • 2  Krzysztof Pomian, « Musée, nation, musée national », Le Débat, 65 (3), 1991, p. 160-168.
  • 3  Philip L. Kohl et Clare Fawcell (éd.), Nationalism, Politics and the Practice of Archeology, Cambr (...)

2Le « moment » correspondant à l’appel à Carl Patsch et au projet de fondation d’un musée national se situe à la croisée de trois questionnements que je voudrais suivre ici afin d’en comprendre les mécanismes : l’expertise étrangère, le musée national et l’articulation entre archéologie et politique, étant donné l’étroite liaison entre le musée et le développement de l’archéologie dans le pays. Dans la question de l’expertise, Isabelle Backouche a montré que la qualité d’expert était liée à divers critères : la maîtrise des savoirs, l’expérience acquise, la reconnaissance institutionnelle, le rapport au pouvoir politique et la revendication d’une proximité avec le monde « indigène ». C’est une dynamique qui fabrique l’expert. Sa légitimité est construite ; elle est soumise à la concurrence et à la modification du contexte politique1. La question du musée national et du rapport entre institution muséale et nation a été explorée notamment par Krzysztof Pomian qui a montré que l’étiquette « musée national » recouvrait des tailles, des statuts juridiques et des contenus différents. Sur ce dernier plan, deux formes principales se distinguent : celle des musées où l’on donne à voir la nation qui participe à l’universel et celle où s’expose la spécificité de la nation et de son parcours dans le temps. À partir de la seconde moitié du xixe siècle, il est pratiquement impossible pour une nation européenne d’exister sans un musée national, où le passé soit mis au service de l’avenir, avec une volonté de l’inculquer au plus grand nombre2. En ce qui concerne l’articulation entre archéologie et politique, des études récentes soulignent sa prégnance, mais aussi sa complexité et la nécessité de considérer les marges de manœuvre des archéologues, y compris lorsqu’ils sont fortement soumis à la sphère politique3.

  • 4  Je tiens à remercier Daniel Baric qui m’a indiqué l’existence du fonds Carl Patsch (Bayerisches Ha (...)

3Pour analyser ce « moment », j’utiliserai différents type de sources : d’une part les papiers personnels laissés par Carl Patsch ainsi que ses publications, et d’autre part les archives de l’État albanais, en particulier le fonds du ministère de l’Éducation, dont dépendaient le musée national et la presse albanaise de l’époque4. Dans un premier temps, j’analyserai le choix de l’expert. Dans un deuxième temps, je me pencherai sur son travail et sa conception de l’institution muséale et, dans un troisième temps, sur le poids des reconfigurations politiques qui mènent à la fin de l’expertise de Carl Patsch, avant de conclure sur la question de son héritage.

Une expertise (post-)impériale autrichienne en aide à la construction nationale albanaise

4L’intervention de Carl Patsch en Albanie au début des années 1920 doit se comprendre à la croisée de plusieurs dynamiques passées et présentes, internes et externes, individuelles et collectives.

Muséologie et archéologie au cœur d’une construction étatique naissante

  • 5  Cf. Wendy M. K. Shaw, Possessors and Possessed. Museums, Archaeology, and the Visualization of His (...)
  • 6   Arkivi Qendror i shtetit (AQSh) [Archives centrales d’État], Tirana, Fondi [Fonds] 195 (Ministria (...)
  • 7   BHstA, BSOI, Nachlass Carl Patsch. Fasz 268, Pekmezi à Patsch, lettre du 20.07.1922.
  • 8   Justin Godart, L’Albanie en 1921, Paris, PUF, 1922. Cf. GuillaumeRobert, « L’Albanie et la France (...)
  • 9   AQSh, F. 195, viti 1922, fl. 20 et 64.

5Au début des années 1920, le ministre de l’Éducation albanais se charge de la question des antiquités, suivant en cela une tradition ottomane5. Il demande aux enseignants et aux inspecteurs de collecter les antiquités et de les remettre aux municipalités. Dès l’été 1922, au sein du ministère émerge l’idée de créer un musée national afin d’abriter ces antiquités. Le ministre de l’Intérieur, Ahmet Zogu, est d’accord, mais rejette la demande du ministère de l’Éducation d’obtenir un budget supplémentaire à cette fin6. Parallèlement, par une lettre datée du 11 juillet, le ministère de l’Éducation propose à Carl Patsch, via le consul d’Albanie à Vienne, de diriger et d’organiser le nouveau musée. On lui explique les conditions en lui faisant parvenir une copie du contrat d’un autre expert travaillant au sein du ministère pour l’organisation du système scolaire albanais7. Ceci n’empêche pas le personnel du ministère de se renseigner en Italie sur la gestion des antiquités et des beaux-arts, ni d’autres acteurs d’essayer de s’imposer dans ce champ. Justin Godart, député français très actif dans les Balkans et singulièrement en Albanie (il vient de rédiger un rapport sur le pays pour la fondation Carnegie8), remet en décembre 1922 aux autorités albanaises un projet concernant la question des antiquités9.

  • 10  Le ministre de l’Intérieur, Ahmet Zogu, le fera reculer sur ce point en raison de la réaction du c (...)
  • 11  Voir (dans une optique très « nationale ») Historia e arsimit dhe e mendimit pedagogjik shqiptar [ (...)
  • 12  AQSh, F. 195, viti 1923, d. 87, fl. 1, lettre de Karl Gurakuqi (ministère de l’Éducation) au « Dr (...)

6Replaçons ces actions dans un cadre un peu plus large. L’été 1922 est une période de relative stabilité politique pour le jeune État qui a eu du mal à se mettre en place. C’est en particulier une époque d’intense activité du ministère de l’Éducation dirigé par Rexhep Mitrovica. Celui-ci tente de fermer les écoles privées et d’unifier l’ensemble du système scolaire sous la tutelle de l’État10. Il organise le premier congrès des enseignants, qui entérine de nouveaux programmes pour les écoles, inspirés du système français11. La volonté de créer un musée national participe clairement de cette « ingénierie nationale », conçue comme un projet éducatif, comme le soulignait K. Pomian. Le musée est par ailleurs associé, dès sa genèse, à la question des antiquités. Preuve en est la lettre de mission qui sera assignée à Patsch : élaborer un projet de loi sur l’archéologie, fixer les conditions à remplir pour obtenir des concessions, organiser et administrer le musée, déterminer les instructions à donner aux inspecteurs des écoles pour leur collaboration12. Quant à l’idée d’appeler un expert étranger, elle n’a rien d’extraordinaire dans la mesure où, comme tous les autres États de la région (y compris la Turquie), la mise en place d’institutions se fait grâce à l’aide de tels experts. Mais pourquoi Carl Patsch précisément ?

La reconnaissance de l’expertise archéologique et muséologique impériale austrohongroise

  • 13  Cf. Njazi Kazazi et Maks Gjinaj, « Gurakuqi, Karl (1895-1971) », dans Fjalor Enciklopedik Shqiptar (...)
  • 14  Cf. Nathalie Clayer, Aux Origines du nationalisme albanais, Paris, Karthala, 2007, p. 366-378.

7Pour comprendre le choix de Carl Patsch, regardons de plus près à la fois qui suit ces dossiers au ministère de l’Éducation et qui est Carl Patsch. Davantage que par le ministre lui-même, la question du musée et des antiquités est traitée en premier lieu par le chef de section Karl Gurakuqi. Né en 1895 à Shkodër, alors aux confins ottomans, dans une famille catholique de cette ville d’environ 40 000 habitants, ce fonctionnaire a d’abord étudié dans un collège catholique de la ville, avant de poursuivre ses études dans l’espace austro-hongrois : dans un lycée classique à Salzburg, puis à l’Université de Graz. En 1917, il rentre dans sa ville natale passée sous occupation austro-hongroise depuis 1916 et commence à enseigner. Il devient également secrétaire de la commission littéraire formée par les autorités austro-hongroises afin de créer une langue littéraire albanaise13. Karl Gurakuqi a donc intégré et bénéficié de ces réseaux que la Double Monarchie a développés dans le cadre de sa politique albanaise et plus généralement de sa politique adriatique et balkanique depuis la fin du xixe siècle14. Par sa maîtrise de la langue allemande, par sa connaissance de l’albanologie austro-hongroise et des réseaux académiques austro-hongrois, on peut supposer qu’il a, en 1922, lorsqu’il est de ceux qui imaginent la création d’un musée national à Tirana, le profil de Carl Patsch en tête.

  • 15  Cf. Pierre Cabanes et allii, « Apollonia d’Illyrie (Albanie) », in : Bulletin de correspondance he (...)
  • 16  Oliver Gilkes et Lida Miraj, « The myth of Aeneas. The Italian Archaeological Mission in Albania, (...)
  • 17  Vienne, Alfred Hölder, 1904. (Kaiserliche Akademie der Wissenschaften Wien. Schriften der Balkanco (...)
  • 18  Archäologische Forschungen in Albanien und Montenegro, Vienne, Alfred Hölder, 1919 (Kaiserliche Ak (...)
  • 19  Sur les liens entre science et politique austro-hongroise concernant l’Albanie, voir en particulie (...)

8À cette époque, les connaissances archéologiques sur les régions albanaises sont en effet encore peu développées. Si la France pointe alors son nez à l’initiative de Justin Godart, ses voyageurs et archéologues n’ont pas encore vraiment d’expérience sur le terrain. Il faut remonter à François Pouqueville au début du xixe siècle, Léon Heuzey, Henri Daumet et Alfred Gilliéron dans la seconde moitié du xixe siècle pour avoir un début d’expertise sur quelques sites antiques de la région15. De l’Italie, qui a été pendant les deux dernières décennies de la domination ottomane la rivale de la Double Monarchie pour le contrôle de l’Adriatique, sont venus plus récemment plusieurs spécialistes et non spécialistes – Paolo Orsi, Antonio Baldacci, Roberto Paribeni et Biagio Pace – prospecter également de façon ponctuelle16. De fait, les connaissances archéologiques plus approfondies sur la région sont avant tout le fruit d’expéditions austro-hongroises : celle de Carl Patsch effectuée en 1900 et qui donne lieu à la publication de l’ouvrage Das Sandschak Berat in Albanien en 190417 et celle de Camillo Praschniker et Arnold Schober en 1916-17, au Monténégro et en Albanie, qui permet les premières fouilles et dont les résultats sont publiés dans deux ouvrages en 1919 et 192018. L’archéologie austro-hongroise a bénéficié d’une politique impériale active concernant les provinces ottomanes albanaises, puis de l’occupation militaire des deux-tiers du territoire albanais défini en 191319.

  • 20  Sur sa carrière et son activité en Bosnie-Herzégovine, voir la contribution de Daniel Baric dans c (...)
  • 21  « Arheologu : Dr. Patsch-i » [L’Archéologue : Dr. Patsch], Revista pedagogjike, n° 5-6 (janvier-fé (...)

9Dans ce paysage, aux yeux d’un Karl Gurakuqi, les qualités de Carl Patsch sont probablement les plus grandes. Comme C. Praschniker et Arnold Schober, il peut revendiquer une proximité avec le monde « indigène » ainsi qu’une maîtrise des savoirs archéologiques sur un espace qui englobe l’Albanie. Mais son expérience acquise est plus large, tout comme sa reconnaissance institutionnelle est plus grande. De fait, Carl Patsch a aussi une expérience muséologique qu’il a développée à Sarajevo comme conservateur au Landesmuseum (Zemaljski Muzej) à partir de 1897. En 1904, il a également fondé un Institut d’études balkaniques qui est reconnu officiellement en 1908 par les autorités austro-hongroises et qui sera le lieu de publication de plusieurs ouvrages sur l’Albanie et les Balkans20. En outre, il est désormais professeur à l’Université de Vienne. Sa biographie publiée dans la revue pédagogique de Tirana (Revista pedagogjike) peu après son arrivée dans la capitale albanaise en témoigne. On y souligne qu’il a été chargé du département archéologique du musée de Sarajevo, qu’il a fondé des jardins botaniques, qu’il a jeté les bases de nouvelles recherches archéologiques et historiques – sous-entendu sur l’Albanie – avec son livre sur le sandjak de Berat et qu’il a été récemment nommé professeur à l’université de Vienne21.

L’expert et le musée national « pour la nation et par la nation »

  • 22  BHstA, BSOI, Nachlass Carl Patsch. Fasz 268, courriers de Pekmezi à Patsch du 25.08.1922, 12.09.19 (...)

10Lorsqu’il est contacté en juillet 1922, Carl Patsch semble avoir accepté l’organisation du musée, mais pas de prendre sa direction, probablement parce qu’il ne souhaite pas quitter son poste à l’Université de Vienne. Il n’arrivera en Albanie qu’à la fin du mois de mars 1923, après avoir attendu que les frais de voyage lui soient avancés et que les dates de ses séjours aient été fixées en fonction de ses obligations à l’université22. Une fois sur place, comment conçoit-il le musée et son propre rôle ? Les archives du ministère de l’Éducation, ainsi que des articles de la presse albanaise, nous permettent de percevoir certains éléments sur l’expert à l’œuvre.

  • 23  Une copie du contrat signé le 9 juin 1923, valable pour la période du 1er avril 1923 au 31 décembr (...)
  • 24  AQSh, F. 195, viti 1923, d. 87,fl.15-17 (C. Patsch, 25.04.1923) et fl. 18-21 (Carl Patsch, le 7.05 (...)

11Le principal correspondant de Carl Patsch est, sans surprise, Karl Gurakuqi qui traduit ses propositions destinées aux autorités albanaises ou au grand public, ainsi que ses publications. On peut imaginer que l’interaction entre les deux hommes va au-delà, mais nous n’en avons aucune trace matérielle. C. Patsch va cependant trouver un autre collaborateur en la personne de son compatriote, Robert Ecker, avec lequel il signe en juin 1923 le contrat qui les lie au ministère de l’Education23. Robert Ecker, né à Graz en 1886, est un major à la retraite et naturaliste. A-t-il commencé à séjourner en Albanie lors de l’occupation militaire austro-hongroise ? La chose est possible. Au moment où Carl Patsch arrive en Albanie, il est en tout cas sur place avec sa famille. Le nouvel organisateur du musée le présente aux autorités albanaises comme un spécialiste de la conservation des plantes et des animaux, un zoologiste, mais aussi comme un peintre et photographe, connaissant le travail du bois et l’électrotechnique24.

Le Landesmuseum comme modèle

  • 25  Sur la division du Landesmuseum, voir par exemple le témoignage de Gabriel de Mortillet (« Congrès (...)
  • 26  AQSh, F. 195, viti 1923, d. 87, fl. 5 (C. Patsch, 8.04.1923), fl. 15-17 (C. Patsch, 25.04.1923).

12Le modèle d’organisation du musée tel que le conçoit Carl Patsch est celui du Landesmuseum de Sarajevo dont il a été l’une des chevilles ouvrières. Il doit comporter trois sections : archéologique et historique, ethnographique et une section concernant l’histoire naturelle, avec un jardin botanique et un jardin zoologique25. À cela s’ajoutent une bibliothèque et une activité de publication d’ouvrages pédagogiques. Le directeur, Visko Babatasi s’occupera de la bibliothèque, quand deux jeunes conservateurs seront pris pour un an à l’essai : R. Ecker pour la partie concernant l’histoire naturelle et un Albanais pour l’ethnographie, lui-même s’occupant de la partie historique et archéologique. Carl Patsch pense aussi au bâtiment du musée qui, après une période transitoire dans un bâtiment existant, devra être un nouvel édifice reproduisant le style « national », qui serait le style de Kruja26.

  • 27  Cf. les articles parus dans Revista pedagogjike [La revue pédagogique], 1823, n° 7-8, p. 253-256, (...)

13Dans la presse albanaise, le projet est présenté comme émanant du gouvernement, avec une teneur pédagogique et patriotique. Il répond explicitement à la nécessité, dont parle K. Pomian, de faire comme les autres nations européennes, en donnant à voir la richesse du passé du pays et de son peuple. Dans ces articles programmatiques, l’accent est d’abord mis sur la richesse du passé illyrien qui fait des Albanais un peuple autrefois puissant sur un territoire étendu, ayant été dans une position d’antériorité et de supériorité, notamment par rapport aux Grecs. Vient ensuite la mise en valeur de la figure de Skanderbeg, grâce auquel les Albanais auraient été le dernier peuple balkanique à être soumis aux Ottomans. En dernier lieu, l’organisateur du musée veut illustrer les richesses naturelles et ethnographiques, témoignage d’une civilisation albanaise conservée dans les montagnes27.

14Que donner plus exactement à voir dans cette optique ? Carl Patsch dispose déjà de quelques antiquités, ce qui ne l’empêche pas à partir du mois d’avril de faire demander aux préfectures et sous-préfectures de recenser des objets antiques dans leurs circonscriptions. Mais pour constituer d’autres collections, il imagine mobiliser différentes catégories de population ; l’institution doit être « un musée pour la nation, par la nation ». Il veut ainsi stimuler la formation de comités de femmes dans les préfectures et les sous-préfectures. Les donatrices d’objets (de la vie domestique, vêtements, chants, contes, etc.) se verront élevées au rang de bienfaitrices de la nation. Pour enrichir la section ethnographique également, Carl Patsch pense qu’il convient de constituer une collection d’armes qui représenterait particulièrement le caractère du peuple albanais. Le désarmement de la population entrepris par le gouvernement doit permettre de récupérer des armes qui se trouvent dans les dépôts du ministère de la Guerre. Carl Patsch suggère en outre la collecte de stèles funéraires de l’époque ottomane, qui font partie des témoignages du passé que le musée se doit de conserver. De fait, pour lui, toutes les époques – bonnes ou mauvaises – doivent être représentées et leur souvenir transmis aux générations futures. Grâce aux plans d’urbanisme qui prévoient la suppression des cimetières intra-muros, il devrait être possible de récupérer facilement les stèles que des musées étrangers envieraient.

  • 28  Sur le processus voir le dossier AQSh, F. 195, viti 1923, d. 87, dans son ensemble (et surtout fl. (...)
  • 29  AQSh, F. 195, viti 1923, d. 87, fl. 22-23 (Carl Patsch, le 6.06.1923).
  • 30  Karl Patsch, Ilirët [Les Illyriens] (trad. par Karl Gurakuqi), Tirana, Shtyp. “Nikaj”, 1923. 74 p. (...)

15Toutes ces idées sont entérinées par le ministère de l’Éducation et publiées dans la presse28. Seule la création d’un artisanat national n’est pas mise en œuvre. Carl Patsch avait prévu de rassembler à Tirana des jeunes qui auraient été formés par des maîtres-artisans. Les nouveaux produits auraient ensuite été vendus dans les principales villes du pays29. En revanche, un programme de publications est bien lancé. Il s’agit d’une série de « livres populaires pour l’école et la maison », c’est-à-dire d’ouvrages de vulgarisation, qui sont des traductions d’ouvrages écrits par des auteurs autrichiens. Le premier volume paraît dès 1923. Le livre, intitulé « Les Illyriens » (Ilirët), est de la plume de Carl Patsch lui-même. On y trouve la liste des autres ouvrages prévus, censés aborder principalement l’histoire ancienne, la linguistique, la paléontologie et l’ornithologie. En réalité, deux autres ouvrages seulement verront le jour : un livre sur la linguistique indo-européenne, paru en 1923, et un livre de géographie et d’histoire anciennes, à nouveau rédigé par Carl Patsch, qui ne paraîtra qu’en 192530.

D’un modèle impérial à des impératifs nationaux

  • 31  AQSh, F. 195, v. 1923, d. 87, fl. 25-26 (C. Patsch, le 10.06.1923). Dans le second livre publié pa (...)

16Malgré ses efforts, au bout de quelques semaines, le travail de Carl Patsch semble connaître des inflexions de deux types. D’après une lettre qu’il adresse au ministre de l’Intérieur le 10 juin 1923, il doit en effet se justifier en raison de critiques qui lui auraient été transmises par le ministre de l’Éducation. Il doit donc expliquer qu’il faut du temps pour constituer un musée, surtout lorsqu’on ne dispose que de 19 pièces antiques au départ, loin de donner une image du peuple albanais. Surtout, il doit insister sur le fait que, n’ayant pas de subvention du gouvernement, il doit faire appel à des donations et à des collaborations, sans grand succès. N’y a-t-il pas là une stratégie mise au point avec le ministère de l’Éducation pour obtenir une subvention de la part du gouvernement ? L’hypothèse est plausible. Rappelons le refus de s’engager financièrement de la part du ministre de l’Intérieur, Ahmet Zogu, malgré la demande du ministère de l’Éducation. Or la manœuvre fonctionne, puisqu’une subvention est enfin versée, ce qui doit permettre à Patsch d’œuvrer plus facilement31.

  • 32  Sur les rapports entre le Landesmuseum, les identités nationales et la politique impériale, voir O (...)
  • 33  AQSh, F. 195, v. 1923, d. 87, fl. 29-30.
  • 34  Karl Gurakuqi envoie à la direction de la presse l’appel pour la « Oda e Skandërbeut » du musée na (...)
  • 35  AQSh, F. 195, v. 1923, d. 87, fl. 40.
  • 36  Kryqi i kuq shqiptar [La croix rouge albanaise], n° 10, juin 1923, p. 227.

17Cette première période passée sur le terrain au contact de différents protagonistes semble également le faire évoluer dans sa conception du contenu du musée qui va prendre une allure plus nationale, au sens de plus nationaliste, pour ajouter une nouvelle dimension au modèle32. Une rencontre avec son élève de l’Université de Vienne, Xhevat Korça, devenu directeur du Lycée de Shkodër, aurait pesé dans ce sens. Auteur d’une thèse sur Skanderbeg, celui-ci l’aurait convaincu qu’« un musée national sans une salle d’honneur pour le héros national est impensable ». Suivant cet avis, Carl Patsch propose au ministère de l’Éducation de lancer une souscription pour alimenter un « fonds Skanderbeg ». Grâce à l’argent ainsi collecté, les copies des reliques de Skanderbeg qui se trouvent à Vienne seraient exposées dans le musée33. De fait, un appel à contribution est lancé34 et, de son côté, Carl Patsch écrit à l’Académie de sculpture du musée historique de Vienne afin de savoir combien coûterait une copie du buste de Skanderbeg35. À son retour en Albanie, au début du mois de septembre, on annonce qu’il aurait obtenu un accord avec le musée de Vienne pour obtenir les copies du casque et de l’épée du héros, et que le produit de la vente de son livre sur les Illyriens servirait à enrichir la « Salle de Skanderbeg36 ».

  • 37  AQSh, F. 195, v. 1923, d. 88, fl. 1 (on pense notamment à l’encrier utilisé par Ismail Qemal au mo (...)
  • 38  AQSh, F. 195, v. 1923, d. 87, fl. 43-45. Un appel est publié dans ce sens dans le Journal officiel (...)
  • 39  Karl Patsch, Ilirët, op. cit. et Karl Patsch, Gjendja Ekonomike, op. cit.

18En fait, il est difficile de savoir comment ce nouvel accent en est venu à s’articuler avec la conception première de Carl Patsch, dans la mesure où nous avons peu de documents sur l’interaction entre l’expert et ses interlocuteurs locaux. En dehors du cas de la « Salle de Skanderbeg » pour laquelle Carl Patsch précise que l’idée est venue de ses échanges avec son élève, nous ne savons pas de qui viennent d’autres idées qui ont émergé un peu plus tard que les toutes premières mesures préconisées en avril par l’expert fraîchement arrivé. En mai, ce dernier demande ainsi au ministère de l’Intérieur de faire rechercher des objets symboles de l’indépendance afin de les exposer au musée37. Par ailleurs, c’est à l’été que la nation doit désormais être présentée dans son entière dimension, au-delà des frontières de l’État : on incite alors les communes arbëreshs (albanophones) d’Italie à faire dons d’objets et de documents38. Le second livre de Carl Patsch sur l’histoire antique est aussi marqué par une adaptation au contexte national albanais. Tandis que les illustrations de son premier ouvrage ne concernent que des sites illyriens de Bosnie-Herzégovine, le second donne à voir des photographies d’objets antiques trouvés en Albanie. Le livre est surtout vraiment conçu comme une présentation de l’histoire albanaise antique, incluant également quelques pages sur l’histoire médiévale avec la mention de Georges Kastriot dit Skanderbeg39.

  • 40  C. Patsch parle bien de trois séjours de six mois en tout, ce qui correspondrait au contrat (Carl (...)
  • 41  Cf. Shtypi [La presse], n° 54, 4.12.1923, Shqipëri e re [L’Albanie nouvelle], n° 159, 28.12.1923 e (...)

19 Nous n’avons aucun renseignement sur le travail de Carl Patsch lors de son second séjour contractuel en automne 1923. Peut-être s’est-il consacré à l’agencement du musée40. Il n’est plus sur place lorsque le musée est inauguré, le 28 novembre 1923, jour anniversaire de la déclaration d’indépendance albanaise41. Alors que son contrat prévoyait son retour à Pâques, les évolutions internes et externes à la scène albanaise vont rapidement mettre fin au travail de Carl Patsch et considérablement limiter le développement du musée.

Un musée et un expert dans la tourmente : le poids des reconfigurations politiques

20Comme le souligne Isabelle Backouche, l’expertise est fortement soumise à l’évolution du contexte politique. Celle de Carl Patsch en Albanie va être remise en cause à la fois par les troubles politiques qui secouent l’Albanie en 1924 et par le redéploiement des politiques françaises et italiennes dans la région, politiques dans lesquelles l’archéologie joue un rôle non négligeable.

Quand l’expertise pâtit de l’instabilité politique

  • 42  (BHstA), Bestand Südost-Institut, Nachlass Carl Patsch, Fasz 268.
  • 43  Ibid.

21Dès le mois de février 1924, Robert Eckert écrit à Carl Patsch pour lui expliquer d’une part que l’argent nécessaire au voyage n’a pas encore été dégagé d’autant que le budget de l’État n’a pas encore été voté au Parlement. D’autre part, il perçoit les signes de tensions politiques plus aigues, puisqu’un attentat vient d’être perpétré contre le Premier ministre Ahmet Zogu, sans grande gravité toutefois42. La crise politique est en effet là. Carl Patsch s’est-il, malgré tout, rendu en Albanie en avril 1924 ? Même si l’on a peu d’éléments à ce sujet, il semble que la réponse soit positive. Dans son Nachlass figurent en effet deux certificats du ministère de l’Éducation albanais, datés du 26 avril 1924, concernant la remise par l’expert de son second manuscrit (sur la situation culturelle et économique de l’Albanie dans l’antiquité), pour lequel il sera payé après l’impression, ainsi que la remise de huit clichés, propriété de l’Institut archéologique autrichien43. Il semble même qu’il ait pu vivre la « révolution de juin » lancée contre Ahmet Zogu par diverses forces politiques d’opposition, et qui mène à la fuite de l’ancien homme fort du gouvernement et à l’instauration d’un gouvernement « révolutionnaire ».

  • 44  Ibid.

22De fait, le Nachlass contient également une lettre adressée par le nouveau ministre de l’Éducation par intérim Stavro Vinjau, datée du 24 juillet 1924, qui indique qu’avant son départ pour l’Autriche, Carl Patsch et le ministre se sont mis d’accord. Cependant, le document en question est là pour sceller la rupture du contrat qui liait l’expert au ministère. Les raisons invoquées sont avant tout financières : le budget de l’année 1924 n’a toujours pas été voté, et le ministre remercie Carl Patsch pour les travaux accomplis pour le pays – souvent avec peu de moyens44.

23Ni le retour d’Ahmet Zogu aux affaires six mois plus tard, à l’extrême fin de l’année 1924, ni la réapparition d’une certaine stabilité politique ne permettent à Carl Patsch et au ministère de renouer leur collaboration. Au reste, Carl Patsch ne parvient pas à se faire payer le montant total des honoraires promis pour le second livre qui paraît au printemps de l’année 1925. Les raisons sont doubles : une nouvelle loi votée sous le gouvernement révolutionnaire alloue désormais la moitié des honoraires aux traducteurs ; d’autre part, le ministère de l’Éducation avec lequel Patsch était en relation, institution considérée comme étant un foyer anti-zogiste, est particulièrement touché par les purges consécutives au retour de Zogu au pouvoir.

  • 45  Ibid.

24Les demandes répétées du professeur qui, dans le contexte économique difficile que vit l’Autriche, tient à recevoir tous les honoraires promis, n’y font rien, même en s’adressant directement à Zogu. Lorsqu’il s’adresse à Guljem Luka, un catholique albanais maîtrisant l’allemand et qu’il avait vraisemblablement fréquenté lors de ses séjours albanais, celui-ci lui rapporte non seulement que le ministère a été très touché (lui-même a été un temps démis de ses fonctions, puis réintégré), mais également que le musée est totalement négligé : le major Ecker est aussi professeur de menuiserie à l’école technique et Visko Babatasi, le directeur est en congé pour six mois à Paris45.

25Mais, pour comprendre les difficultés du musée, il faut aussi se placer dans le champ archéologique qui, parallèlement, connaît des évolutions importantes.

Nouvelles concurrences dans le champ archéologique

  • 46  Revista pedagogjike, n° 5-6 (janvier-février 1923), Tirana, 1923, p. 181-185 (projet-loi du 5 avri (...)

26Dès sa conception, le musée national est très lié à l’archéologie, on l’a vu. Peu après l’arrivée de Carl Patsch, un projet de loi archéologique, probablement de sa plume, est publié dans la Revue pédagogique, qui réglemente les fouilles et les questions relatives aux antiquités46. L’archéologie occupe une part importante du musée, quand les publications de Patsch concernent en premier lieu l’histoire antique telle qu’elle est révélée en grande partie par les recherches archéologiques. Mais Carl Patsch et le musée n’ont aucun moyen pour mener de nouvelles recherches. Ce sont la France et l’Italie qui vont développer des fouilles dont les liens avec le musée vont rapidement se distendre et de ce fait contribuer à sa marginalisation.

  • 47  AQSh, F. 195, v. 1923, d. 87, fl. 49-50.
  • 48  AQSh, F. 195, v. 1923, d. 87, fl. 109.

27Déjà en septembre 1923, les efforts de Justin Godart portent leurs fruits. Karl Gurakuqi recommande au gouvernement albanais de permettre au gouvernement français de prendre en charge des fouilles sur le long terme, afin d’éclairer l’histoire albanaise et d’enrichir le musée national. Selon lui, la France apporte pour cela à la fois ses moyens et son expérience47. La France obtient donc une concession pour fouiller dans le Nord et dans le centre de l’Albanie, dans les préfectures de Shkodër, Berat et Durrës. Léon Rey, qui a fouillé en Macédoine dans le cadre de l’armée d’Orient pendant la Première Guerre mondiale, prend la direction de la mission archéologique française en Albanie et commence à fouiller le site d’Apollonia. Alors que le musée va ouvrir ses portes (ou vient de les ouvrir), Léon Rey lui donne des objets de la première fouille de la campagne d’octobre48.

  • 49  Oliver Gilkes and Lida Miraj, « The myth of Aeneas », art. cit.

28Mais cette première concession attribuée aux archéologues français provoque l’entrée en lice de l’Italie dont la position sera renforcée à partie de 1926, avec la signature du pacte de Tirana, qui, dans la nouvelle configuration politique, liera de plus en plus étroitement les deux États. Après la création à la hâte d’une mission archéologique italienne dont la direction est donnée au jeune archéologue, Luigi Ugolini, celui-ci mène des premières missions exploratoires au cours de l’année 1924. Puis, il décide de fouiller dans le Sud du pays. Une concession est donnée à la mission italienne en 1925. Surtout, dans le pacte de Tirana, une clause est consacrée à l’archéologie. En décembre 1927, une loi précise que revient à l’Italie le droit exclusif de fouiller dans toutes les préfectures d’Albanie à l’exception des trois où la France a obtenu sa concession. En réalité, alors qu’entre 1925 et 1927, Ugolini a fouillé le site de Phoiniké, près de Delvina, il va se consacrer à partir de 1928 à l’étude du site de Butrint, près de Saranda49.

  • 50  AQSh, F. 195, v. 1926, d. 115, fl. 15.
  • 51 Cf. Stilian Adhami, Muzeologjia shqiptare, op. cit, p. 31-32.
  • 52  Ibid. p. 32-33. Je n’évoque pas ici la question complexe de l’exportation d’objets trouvés dans le (...)

29Or, malgré l’obligation qu’ils ont d’enrichir le musée national, les chefs des deux missions vont préférer peu à peu des solutions alternatives au musée de Tirana. En 1926, Léon Rey demande à pouvoir ouvrir un petit musée à Pojan, près de la fouille d’Apollonia50. Puis un projet d’édification d’un musée dans la ville de Fier, également proche de la fouille, échoue, mais des objets sont plus ou moins exposés, dans de mauvaises conditions, par la municipalité. En 1936, un musée est finalement ouvert à Vlorë pour présenter les principaux résultats de la fouille française, ainsi que des objets provenant d’autres sites proches de Vlorë51. Quant à la fouille italienne, elle créa un musée sur place à Butrint52.

  • 53  AQSh, F. 195, v. 1927, d. 140 (46), fl. 19, 20, 22, 26
  • 54  Stilan Adhami, Muzeologjia shqiptare, op. cit, p. 28-31.

30Il faut dire que parallèlement, les conditions dans lesquelles fonctionne le musée de Tirana se dégradent considérablement. Peu après le retour de Zogu au pouvoir, Hamid Toptani, propriétaire du terrain sur lequel se trouve le musée, exige de pouvoir le récupérer, ce qu’accorde le conseil des ministres en 1927, et tous les objets sont transférés au ministère de l’Éducation dans des dépôts. Le ministère de l’Éducation demande alors un budget pour construire un bâtiment spécifique pour accueillir le musée et la bibliothèque, ce qu’il obtient53. Pourtant dans les années qui suivent le musée est réduit à une simple annexe de la bibliothèque nationale et ses collections ne sont enrichies que très ponctuellement54.

Conclusion : un héritage de Carl Patsch au-delà du musée ?

31Si l’on s’en tient à la rupture prématurée du contrat de Carl Patsch et au déclin du musée, on serait tenté de conclure à l’échec de son action, comme à celui de ceux qui l’ont appelé en Albanie. Les difficultés financières, les troubles politiques, conjugués à la concurrence imposée par la France et l’Italie dans le domaine archéologique en lien avec leurs politiques impérialistes auraient eu raison de l’expertise post-impériale austro-hongroise, malgré son adaptation au contexte national. En réalité, les autorités albanaises vont à nouveau faire appel à Carl Patsch. Surtout, il aura une postérité, au-delà de la période de l’entre-deux-guerres, grâce à des élèves qu’il a formés à l’Université de Vienne.

  • 55  BHstA, BSOI, Nachlass Carl Patsch. Fasz 268, lettres du 7.09.1937 et du 16.01.1938.
  • 56  Ibid., lettre du 27.08.1937.

32En 1937, le jubilé de la proclamation de l’indépendance albanaise est l’occasion pour les autorités du pays de compter Carl Patsch parmi les amis de l’Albanie et parmi ceux qui ont œuvré pour faire connaître son histoire. Il est en effet contacté par le consul d’Albanie à Vienne afin de fournir une photographie et une courte biographie, qui devront figurer dans une publication. Pour les festivités mêmes, on oubliera cependant de lui envoyer l’invitation…55 Mais ce n’est pas tout. La période du jubilé voit beaucoup d’initiatives gouvernementales visant à renforcer la nation. C’est dans ce cadre que le ministre de l’Éducation, Faik Shatku, se tourne également vers lui qui est considéré comme « le fondateur scientifique de l’histoire des peuples balkaniques et donc aussi du peuple albanais », tout comme un ami du pays. Il s’agirait de diriger une équipe de jeunes Albanais à Vienne qui rédigeraient, sous sa direction, une histoire nationale albanaise, qui fait défaut : un livre qui pourrait constituer la base de l’enseignement de l’histoire, en particulier dans les écoles secondaires. Le ministre lui demande d’évaluer la faisabilité d’un tel projet et les moyens qu’il faudrait y mettre pour le réaliser. Une note de la main de Carl Patsch indique qu’il a simplement refusé56. Il a 72 ans à l’époque, et ne souhaite probablement pas s’engager dans un tel projet, que la faiblesse de l’État albanais rend par ailleurs incertain.

  • 57  Cf. Uran Asllani, Studentët shqiptarë të Austrisë dhe veprimtaria e tyre [Les étudiants albanais e (...)
  • 58  Oliver Gilkes et Lida Miraj, « The myth of Aeneas », op. cit.

33L’héritage de Carl Patsch en Albanie est à voir ailleurs : dans les étudiants qu’il a formés, et en particulier dans la personne de Hasan Ceka. Né en 1900, ce dernier est le fils d’un « patriote albanais » lié aux réseaux austro-hongrois qui œuvrent au développement d’une identité nationale albanaise dans l’Empire ottoman. C’est par ce biais que Hasan Ceka fait des études en Autriche et dans la Vienne post-impériale où il devient l’élève de Patsch57. Dans les années 1930, de retour en Albanie, il travaille avec les missions française et italienne. Il est le représentant du ministère de l’Éducation et du musée national sur les chantiers de fouille. Il met également en place le musée de Vlorë. Or, après 1945, il devient le père-fondateur de l’archéologie albanaise qui s’engage dans une nouvelle voie. Celle-ci tend à soutenir activement la construction nationale albanaise en apportant les preuves de l’ascendance illyrienne des Albanais. Avec l’archéologie telle qu’elle avait été développée en particulier par les Italiens jusqu’en 1943, le changement de paradigme est important : il ne s’agit plus de souligner la romanità, à travers le mythe de l’Énéide et ainsi de lier le destin de l’Albanie à celui de Rome58. D’une certaine façon, Hasan Ceka – qui sera suivi par son propre fils Neritan Ceka – reprend à son compte l’accent mis sur les Illyriens par Carl Patsch,non plus cependant pour un usage impérial large, mais national albanais plus restreint.

Haut de page

Notes

1  Isabelle Backouche, « Devenir expert », Genèses 70/1, 2008, p. 2-3.

2  Krzysztof Pomian, « Musée, nation, musée national », Le Débat, 65 (3), 1991, p. 160-168.

3  Philip L. Kohl et Clare Fawcell (éd.), Nationalism, Politics and the Practice of Archeology, Cambridge, Cambridge University Press, 1995 (20002) ; Michael L. Galaty et Charles Watkinson (éd.), Archeology under Dictatorship, New York, Springer, 2004.

4  Je tiens à remercier Daniel Baric qui m’a indiqué l’existence du fonds Carl Patsch (Bayerisches Hauptstaatsarchiv [BHstA], Bestand Südost-Institut [BSOI], Nachlass Carl Patsch), et surtout Konrad Clewing qui m’a fourni une copie du Fasz. 268, intitulé “Als Organisator im Albanischen Unterrichtsministerium in Tirana 1923-1924”. Je remercie par ailleurs Maks Gjinaj pour l’aide toujours généreuse qu’il m’a fournie à la Bibliothèque nationale de Tirana.

5  Cf. Wendy M. K. Shaw, Possessors and Possessed. Museums, Archaeology, and the Visualization of History in the Late Ottoman Empire, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 2003.

6   Arkivi Qendror i shtetit (AQSh) [Archives centrales d’État], Tirana, Fondi [Fonds] 195 (Ministria e Arsimit [ministère de l’Éducation]), viti [année] 1922, dosja [dossier] 63, fletë [folio] 9 ; d. 64, fl. 4, 12, 17, 22.

7   BHstA, BSOI, Nachlass Carl Patsch. Fasz 268, Pekmezi à Patsch, lettre du 20.07.1922.

8   Justin Godart, L’Albanie en 1921, Paris, PUF, 1922. Cf. GuillaumeRobert, « L’Albanie et la France dans l’entre-deux-guerres : une relation privilégiée ? », Balkanologie, vol. II, n° 2 | décembre 1998, [En ligne], mis en ligne le 02 juin 2008. URL : http://balkanologie.revues.org/index261.html. Consulté le 19 février 2012.

9   AQSh, F. 195, viti 1922, fl. 20 et 64.

10  Le ministre de l’Intérieur, Ahmet Zogu, le fera reculer sur ce point en raison de la réaction du clergé catholique.

11  Voir (dans une optique très « nationale ») Historia e arsimit dhe e mendimit pedagogjik shqiptar [Histoire de l’éducation et de la pensée pédagogique albanaise], vol. 1, Tirana, 2003, p. 382-397.                                                                   

12  AQSh, F. 195, viti 1923, d. 87, fl. 1, lettre de Karl Gurakuqi (ministère de l’Éducation) au « Dr Hofrat Patsch, Museum-Organisator », 31.03.1923.

13  Cf. Njazi Kazazi et Maks Gjinaj, « Gurakuqi, Karl (1895-1971) », dans Fjalor Enciklopedik Shqiptar [Dictionnaire encyclopédique albanais], Tirana, Akademia e Shkencave e Shqipërisë, 2008, p. 798.

14  Cf. Nathalie Clayer, Aux Origines du nationalisme albanais, Paris, Karthala, 2007, p. 366-378.

15  Cf. Pierre Cabanes et allii, « Apollonia d’Illyrie (Albanie) », in : Bulletin de correspondance hellénique 118/2, 1994, p. 521-529.

16  Oliver Gilkes et Lida Miraj, « The myth of Aeneas. The Italian Archaeological Mission in Albania, 1924-43 », in : Public Archaeology 2000/1, (p. 109-124), p. 124 ; Silvia Trani, L’Unione fra l’Albania e l’Italia. Censimento delle fonti (1939-1945) conservate negli archivi pubblici e privati di Roma, Rome, Ministero per i beni e le attività culturali, Direzione generale per gli archivi, 2007, p. 35, n. 34.

17  Vienne, Alfred Hölder, 1904. (Kaiserliche Akademie der Wissenschaften Wien. Schriften der Balkancommission, Antiquarische Abtheilung 3).

18  Archäologische Forschungen in Albanien und Montenegro, Vienne, Alfred Hölder, 1919 (Kaiserliche Akademie der Wissenschaften. Schriften der Balkancommission, Antiquarische Abtheilung 8) ; C. Praschniker publie l’année suivante Muzakhia und Malakastra. Archäologische Untersuchungen in Mittelalbanien, Vienne, Alfred Hölder, 1920.

19  Sur les liens entre science et politique austro-hongroise concernant l’Albanie, voir en particulier Kurt Gostentschnigg, « Die Verflechtung von Wissenschaft und Politik am Beispiel der Österreichisch-ungarischen Albanologie », Südost-Forschungen, 58, 1999, p. 221-245.

20  Sur sa carrière et son activité en Bosnie-Herzégovine, voir la contribution de Daniel Baric dans ce dossier.

21  « Arheologu : Dr. Patsch-i » [L’Archéologue : Dr. Patsch], Revista pedagogjike, n° 5-6 (janvier-février 1923), Tirana, 1923, p. 180-181. Voir également Populli, 1923, n° 12, 14.04.1923.

22  BHstA, BSOI, Nachlass Carl Patsch. Fasz 268, courriers de Pekmezi à Patsch du 25.08.1922, 12.09.1922, 28.02.1923 et du 21.03.1923 ; brouillon de lettre de Patsch au consul Pekmezi du 2.03.1923.

23  Une copie du contrat signé le 9 juin 1923, valable pour la période du 1er avril 1923 au 31 décembre 1924 et renouvelable, se trouve dans le fonds BHstA, BSOI, Nachlass Carl Patsch. Fasz. 268 ; une autre dans les archives albanaises (AQSh, F. 195, viti 1923, d. 87,fl. 41-42).

24  AQSh, F. 195, viti 1923, d. 87,fl.15-17 (C. Patsch, 25.04.1923) et fl. 18-21 (Carl Patsch, le 7.05.1923). Cf. aussi Iljaz Gogaj, Shkolla Teknike dhe Harri Fulci [L’école technique et Harri Fulz], Tirana, Eurolindja, 1999, p. 60.

25  Sur la division du Landesmuseum, voir par exemple le témoignage de Gabriel de Mortillet (« Congrès anthropologique et archéologique de Sarajevo (Bosnie) », dans Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, IV° Série, tome 5, 1894. p. 530-535). Cf. également Oliver Bagarić, « Museum und nationale Identitäten : Eine Geschichte des Landesmuseums Sarajevo », Südost-Forschungen 67, 2008, p. 144-167.

26  AQSh, F. 195, viti 1923, d. 87, fl. 5 (C. Patsch, 8.04.1923), fl. 15-17 (C. Patsch, 25.04.1923).

27  Cf. les articles parus dans Revista pedagogjike [La revue pédagogique], 1823, n° 7-8, p. 253-256, n° 9-10, p. 259-273 et Kryqi i kuq shqiptar [La croix rouge albanaise], n° 9, mai 1923, p. 198-200, n° 10, juin 1923, p. 225-226.

28  Sur le processus voir le dossier AQSh, F. 195, viti 1923, d. 87, dans son ensemble (et surtout fl. 2, fl. 4, fl. 6). Pour les appels parus dans la presse, voirRevista Pedagogjike, 1923, n° 5-6, p. 190-192 ; Drita [La lumière], n° 133, 24/4/1923, Ura e shkuminit [Le pont sur le Shkumbi], n° 4, 20/4/1923, Populli [Le peuple], n° 14, 28/4/1923. Des circulaires furent aussi envoyées aux préfectures ; cf. Libri i qarkoreve i vitit 1923 [Livre des circulaires de l’année 1923], n° 5, p. 157.

29  AQSh, F. 195, viti 1923, d. 87, fl. 22-23 (Carl Patsch, le 6.06.1923).

30  Karl Patsch, Ilirët [Les Illyriens] (trad. par Karl Gurakuqi), Tirana, Shtyp. “Nikaj”, 1923. 74 p. ; Paul Kretschmer, Ditunija gjuhësore indogjermane [Les connaissances linguistiques indo-européennes] (trad. par Karl Gurakuqi), Tirana, Shtyp. « Nikaj », 1923, 79 p., Karl Patsch, Gjendja Ekonomike e Kulturore e Shqipnis në kohën e Kalueme [La situation économique et culturelle de l’Albanie à l’époque antique] (trad. par Karl Gurakuqi), Tirana, Shtyp. “Mbrothësija” Kristo P. Luarasi, Tirana, 1925, 79 p.

31  AQSh, F. 195, v. 1923, d. 87, fl. 25-26 (C. Patsch, le 10.06.1923). Dans le second livre publié par Carl Patsch, il insère également un passage destiné à convaincre le gouvernement qu’il doit faire des efforts financiers pour le Musée national (Karl Patsch, Gjendja Ekonomike, op. cit., p. 36 ss.).

32  Sur les rapports entre le Landesmuseum, les identités nationales et la politique impériale, voir Oliver Bagarić, « Museum und nationale Identitäten », op. cit.

33  AQSh, F. 195, v. 1923, d. 87, fl. 29-30.

34  Karl Gurakuqi envoie à la direction de la presse l’appel pour la « Oda e Skandërbeut » du musée national, en demandant de le publier dans le journal officiel, ainsi qu’à la presse nationale (AQSh, F. 195, v. 1923, d. 87, fl. 28). On peut effectivement trouver l’appel dans plusieurs journaux : Fletorja Zyrtare [Journal officiel], n° 28, 21.06.1923, Politika [La politique], n° 24, 28.06.1923, Shqiptari i Amerikës [L’Albanais d’Amérique], n° 37, 30.06.1923.

35  AQSh, F. 195, v. 1923, d. 87, fl. 40.

36  Kryqi i kuq shqiptar [La croix rouge albanaise], n° 10, juin 1923, p. 227.

37  AQSh, F. 195, v. 1923, d. 88, fl. 1 (on pense notamment à l’encrier utilisé par Ismail Qemal au moment de la déclaration de l’indépendance).

38  AQSh, F. 195, v. 1923, d. 87, fl. 43-45. Un appel est publié dans ce sens dans le Journal officiel (Fletorja Zyrtare, n° 42, 23.08.1923).

39  Karl Patsch, Ilirët, op. cit. et Karl Patsch, Gjendja Ekonomike, op. cit.

40  C. Patsch parle bien de trois séjours de six mois en tout, ce qui correspondrait au contrat (Carl Patsch, « Aus dem Albanischen Nationalmuseum », Jahreshefte des Österreichischen Archäologischen Instituts, XXIII-2, 1926, col. 209-230).

41  Cf. Shtypi [La presse], n° 54, 4.12.1923, Shqipëri e re [L’Albanie nouvelle], n° 159, 28.12.1923 et n° 161, 6.01.1924, Paqja [La paix], 8, 31/12. On peut voir quelques photos du musée et de ses collections dans le livre de Stilian Adhami, Muzeologjia shqiptare [La muséologie albanaise], Tirana, Gervis, 2001, ainsi que dans le livre de Ugolini récemment traduit en albanais (Luigi M. Ugolini, Shqipëria e lashtë - Gjurmime arkeologjike [L’Albanie antique. Recherches archéologiques], Tirana, Migjeni, 2009).

42  (BHstA), Bestand Südost-Institut, Nachlass Carl Patsch, Fasz 268.

43  Ibid.

44  Ibid.

45  Ibid.

46  Revista pedagogjike, n° 5-6 (janvier-février 1923), Tirana, 1923, p. 181-185 (projet-loi du 5 avril 1923).

47  AQSh, F. 195, v. 1923, d. 87, fl. 49-50.

48  AQSh, F. 195, v. 1923, d. 87, fl. 109.

49  Oliver Gilkes and Lida Miraj, « The myth of Aeneas », art. cit.

50  AQSh, F. 195, v. 1926, d. 115, fl. 15.

51 Cf. Stilian Adhami, Muzeologjia shqiptare, op. cit, p. 31-32.

52  Ibid. p. 32-33. Je n’évoque pas ici la question complexe de l’exportation d’objets trouvés dans les fouilles, en particulier en Italie. À ce sujet, voir Oliver J. Gilkes, « How the Goddess lost her Head : the Myth and Reality of the Looting of Butrint », Culture without Context 10, 2002, http://www.mcdonald.cam.ac.uk/projects/iarc/culturewithoutcontext/issue10/gilkes.htm.

53  AQSh, F. 195, v. 1927, d. 140 (46), fl. 19, 20, 22, 26

54  Stilan Adhami, Muzeologjia shqiptare, op. cit, p. 28-31.

55  BHstA, BSOI, Nachlass Carl Patsch. Fasz 268, lettres du 7.09.1937 et du 16.01.1938.

56  Ibid., lettre du 27.08.1937.

57  Cf. Uran Asllani, Studentët shqiptarë të Austrisë dhe veprimtaria e tyre [Les étudiants albanais en Autriche et leur activité], Tirana, 2000, p. 205-206.

58  Oliver Gilkes et Lida Miraj, « The myth of Aeneas », op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Clayer, « Carl Patsch et le Musée national de Tirana (1922-1925) », Revue germanique internationale, 16 | 2012, 91-104.

Référence électronique

Nathalie Clayer, « Carl Patsch et le Musée national de Tirana (1922-1925) », Revue germanique internationale [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rgi.revues.org/1341 ; DOI : 10.4000/rgi.1341

Haut de page

Auteur

Nathalie Clayer

Directrice de recherche, CNRS-EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org