Navigation – Plan du site

Entre Berlin, Vienne et Sofia : la contribution germanophone dans la formation des études thraces en Bulgarie

Tchavdar Marinov
p. 105-117

Résumés

L’article est consacré à l’influence académique germanophone sur la formation et le développement des études thraces en Bulgarie. Cette influence passe par la formation des premiers antiquisants bulgares qui avaient fait leurs études surtout en Autriche-Hongrie et en Allemagne. Mais il faut également prendre en considération l’effet de l’époque communiste dont le nationalisme officiel a promu les « racines thraces » des Bulgares tout en isolant les antiquisants en Bulgarie des développements contemporains de leur champ scientifique à l’étranger. Ainsi, les chercheurs bulgares ont repris des interprétations et concepts qui remontent aux standards scientifiques du xixe siècle et du début du xxe, soit à l’époque d’une domination germanophone dans les lettres classiques et dans d’autres disciplines qui ont inspiré la construction en Bulgarie d’un domaine de recherches spécifique nommé thracologie. Par conséquent, celle-ci a incorporé un cadre conceptuel daté qui lui prête l’aspect d’un rudiment méthodologique de l’Altertumswissenschaft et de l’Indogermanistik d’une époque révolue.

Haut de page

Texte intégral

1Le champ des recherches scientifiques a été structuré en Bulgarie certainement plus tard que dans la plupart des pays sur le continent européen. L’État bulgare a été créé en 1878, dans un premier temps comme principauté vassale de l’Empire ottoman dont il venait de se séparer. Le premier établissement d’enseignement supérieur, l’Université de Sofia, n’a été fondé qu’en 1888 en tant que Haute école. Initialement, elle n’avait qu’une seule section dite historique et philologique, transformée au bout de quelques années en faculté. L’enseignement des études sur l’Antiquité a été dispensé au sein de cette faculté dans deux spécialités : histoire et philologie classique. La chaire de lettres classiques ne sera pourtant fondée qu’en 1921. Même si celle d’archéologie et d’histoire de l’art a été créée deux ans plus tôt, l’archéologie deviendra une spécialité universitaire indépendante de l’histoire largement plus tard, en 1992.

2Toutefois, les premiers musées et associations archéologiques apparaissent en Bulgarie dès 1879. Ils furent en général fondés par des intellectuels sans formation professionnelle en archéologie. Tel était le cas des Tchèques Karel et Hermann Škorpil (1859-1944 et 1858-1923 respectivement). À Prague et à Leipzig, ils avaient étudié les mathématiques ainsi que les sciences naturelles et techniques. Ils sont cependant considérés fondateurs de l’archéologie bulgare : les frères Škorpil sont les auteurs d’un nombre impressionnant de publications spécialisées à la suite de découvertes importantes, notamment la localisation de Pliska, la première capitale médiévale bulgare. L’apport de deux autres Tchèques au développement de l’archéologie bulgare doit également être souligné. Ce sont d’une part l’historien Konstantin Jireček (Vienne 1854, Vienne 1918), codificateur dans une large mesure du récit dominant de l’historiographie nationale bulgare et d’autre part le philologue classique Václav Dobruský (1858-1916). En 1893, il est nommé directeur du premier Musée national qui venait d’être fondé à Sofia et qui, en 1909, deviendra le Musée national d’archéologie.

  • 1  Si avant la création de la Principauté bulgare le nombre des étudiants bulgares présents en Russie (...)
  • 2  Il faut souligner en particulier l’activité d’Albert Dumont (1842-1884), directeur de fait de l’Éc (...)

3La présence remarquable des Tchèques dans les premières étapes du développement des sciences historiques (ainsi que dans beaucoup d’autres disciplines) en Bulgarie n’est guère surprenante : ils étaient perçus et ils s’identifiaient eux-mêmes comme missionnaires appelés à aider leurs « frères slaves » dans les Balkans à se débarrasser des traces d’un « passé oriental » et à bâtir leur « culture européenne ». Mais le cas de ces « Slaves autrichiens », selon la propre identification de Jireček, donne à voir un fait supplémentaire. Dès le début, le jeune État balkanique était largement orienté, sur le plan académique, vers la Mitteleuropa germanophone. À cet égard, celle-ci n’était sérieusement concurrencée que par le « grand frère » slave, l’Empire russe. Il ne s’agit en l’occurrence pas seulement de l’activité de professionnels étrangers en Bulgarie. De fait, les premiers scientifiques bulgares, de même que les spécialistes dans le domaine technique, étaient éduqués le plus souvent dans des universités et des écoles polytechniques germanophones : en Autriche-Hongrie, en Allemagne et en Suisse1. Cette caractéristique vaut en particulier pour les premiers archéologues et philologues classiques bulgares. Bien entendu, il ne faut pas sous-estimer ceux qui ont fait leurs études en France et dans les pays francophones (Suisse romande, Belgique) ainsi que la contribution de l’archéologie française au développement des études sur l’Antiquité en Bulgarie2. Mais l’alliance politique du pays avec les puissances germanophones avant et pendant les deux guerres mondiales n’a fait qu’augmenter leur influence académique au détriment de celle de la France.

La formation en pays germanophones des premiers antiquisants bulgares

  • 3  Pour un aperçu biographique et bibliographique de l’auteur, voir : Velizar Velkov, Gavril Kacarov, (...)

4Les trajectoires biographiques des archéologues et des spécialistes de lettres classiques en Bulgarie pendant les quatre premières décennies du xxe siècle illustrent bien ce constat. Mis à part les Tchèques fondateurs, la recherche professionnelle sur l’Antiquité débute véritablement avec l’activité de Gavril Kacarov (dont le nom est souvent translittéré à l’allemande sous la forme Gawril Kazarow, 1874-1958). Il suit des études en philologie classique et en histoire ancienne à Leipzig, où il soutient également son doctorat en 1899. Il effectue des stages à Berlin et à Munich, ainsi qu’en Italie. Fondateur de la chaire d’histoire ancienne au sein de la Faculté d’histoire et de philologie de l’Université de Sofia, Kacarov devient doyen de la faculté pendant la Première Guerre mondiale. En 1920, il figure parmi les chercheurs qui établissent l’Institut archéologique bulgare. À la fin des années 1920, il est recteur de l’université, puis directeur du Musée national d’archéologie. Membre de l’Académie bulgare des sciences dans les années 1920-1930, Kacarov est sollicité pour participer aux travaux de plusieurs établissements académiques en Europe parmi lesquels l’Institut archéologique allemand à Berlin et l’Institut archéologique autrichien à Vienne. Il est de plus membrecorrespondant de l’Académie autrichienne des sciences. Spécialiste d’histoire ancienne, mais aussi archéologue, épigraphiste et ethnologue, Kacarov est également vulgarisateur des œuvres d’un grand nombre de chercheurs européens, en particulier germanophones, notamment Carl Patsch, August Fick, Paul Kretschmer, Eduard Meyer et Robert von Pöhlmann3.

  • 4  Sa thèse a été publiée dans la prestigieuse revue d’histoire ancienne Klio :Bogdan Filow, Die Legi (...)
  • 5  Evgenij Paunov, « Koj be Bogdan Filov ? (Kratka negova bio- i bibliografija) » [Qui était Bogdan F (...)

5Mais avant 1945, la figure la plus importante dans le domaine de l’archéologie et de l’histoire de l’art, aussi bien de l’Antiquité que du Moyen Âge byzantin et bulgare, est incontestablement celle de Bogdan Filov (ou Filow, 1883-1945). Entre 1901 et 1905, Filov fait des études en lettres classiques, archéologie et histoire ancienne à Wurtzbourg, Leipzig et Fribourg-en-Brisgau. Après son doctorat4, il continue sa formation d’historien de l’art et d’archéologue à Bonn, puis il effectue des stages au Louvre et à l’Institut archéologique allemand à Rome. De retour en Bulgarie, entre 1910 et 1920, Filov succède Dobruský à la tête du Musée national d’archéologie, pour devenir en 1920 (pour une période de vingt ans) le premier directeur de l’Institut archéologique bulgare. Étant, au cours de l’entre-deux-guerres, professeur d’archéologie et d’histoire de l’art à l’Université de Sofia, il est aussi brièvement doyen de la Faculté d’histoire et de philologie et recteur de l’université. Membre de l’Académie des sciences, Bogdan Filov devient son directeur en 1937, poste qu’il conserve jusqu’en octobre 1944. À l’instar de Kacarov, Filov est élu membre de l’Institut archéologique allemand de Berlin, de l’établissement homologue à Vienne, mais aussi membre correspondant de l’Académie des sciences de Prusse et de Bavière, ainsi que de nombreux autres instituts5.

  • 6  Pour son activité en tant que Premier ministre et régent, Filov sera jugé et exécuté en février 19 (...)

6Toutes ces nominations attestent déjà l’importance de Filov et l’influence de ses publications au sein des milieux académiques, au-delà de la seule Bulgarie. Son rôle public est également significatif. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, Filov se lance dans la politique pour devenir, entre février 1940 et septembre 1943, Premier ministre du Royaume de Bulgarie. Pendant son mandat, l’État bulgare s’allie aux forces de l’Axe et occupe, à la suite de l’invasion hitlérienne, des territoires en Grèce et en Yougoslavie et met en place une législation antisémite dont les victimes sont plus que 11 000 Juifs de Macédoine yougoslave et de Grèce du Nord6. À partir des années 1930, l’orientation politique germanophile de Sofia, à la suite de l’alliance intellectuelle et économique, ne pouvait de fait rester sans conséquences pratiques désatreuses.

7Kacarov et Filov sont loin d’être les seuls antiquisants et/ou archéologues dont l’œuvre témoigne de l’influence germanophone dans la sphère académique. Le premier antiquisant et médiéviste bulgare, natif de Macédoine, Georgi Balasčev (1869-1936) reçoit une partie de sa formation à Vienne. Font également leurs études à Vienne les archéologues Ivan Velkov (1881-1958) et Krăstju Mijatev (1892-1966), le second poursuivant sa formation en histoire de l’art à Berlin. L’historien de l’art Andrej Protič (1875-1959), directeur du Musée d’archéologie entre les mandats de Filov et de Kacarov, avait fait ses études à Heidelberg, Leipzig et Dresde. Le numismate Todor Gerasimov (1903-1974) et Ivan Gošev (1886-1965), historien de l’Église et épigraphiste, effectuent des stages de formation à Berlin et à Vienne. La trajectoire des protohistoriens Rafail Popov (1876-1940) et Georgi I. Georgiev (1917-1988), celui-ci étant le premier à avoir soutenu une thèse dans ce domaine d’étude, est comparable. L’historien de l’Antiquité Hristo Danov (1908-1997) fait ses études et sa thèse également à Vienne. Les plus importants historiens médiévistes bulgares, Vasil Zlatarski (1866-1935) et Petăr Mutafčiev (1883-1943), sont passés par des stages de formation à Berlin et à Munich. Leurs ouvrages et interprétations exercent une influence essentielle sur le développement des recherches archéologiques en Bulgarie.

8Ce panorama serait incomplet sans les philologues. Le premier philologue titulaire de la chaire de lettres classiques, Aleksandăr Balabanov (1879-1955), a fait ses études supérieures à Leipzig. Dimităr Dečev/Detschew (1877-1958) et Veselin Beševliev (1900-1992) ont reçu leur formation de philologues classiques et épigraphistes également en Allemagne, à Leipzig et Göttingen pour le premier et à Halle, Iéna et Wurtzbourg pour le second. Le spécialiste de linguistique indo-européenne Vladimir Georgiev (1908-1986) a soutenu sa thèse de doctorat à l’Université de Vienne.

9Pour ce qui est de l’archéologie en particulier, elle est dominée dès le début par une mission patriotique, l’idée de mettre au jour le « passé glorieux » de la nation, un patrimoine largement « méconnu » et dont l’existence avait initialement été remise en question. Cet impératif identitaire dirige l’intérêt porté par les archéologues, depuis l’activité des frères Škorpil, vers les centres des États médiévaux bulgares. Au cours de l’entre-deux-guerres, les chercheurs sont clairement préoccupés par les énigmes qui relèvent de la culture des Proto-Bulgares, ce peuple vraisemblablement turcophone, fondateur de la Bulgarie médiévale, qui aurait légué son nom aux Bulgares postérieurs (et d’après les conceptions de l’époque, également son génie étatique et sa bravoure martiale) tout en s’assimilant, sur le plan linguistique, à la majorité slave.

  • 7  Le nouvel impératif a été présenté et enfin imposé lors de débats qui eurent lieu en février et en (...)
  • 8  La gestion de la généalogie bulgare fait l’objet de l’étude d’Ilia Iliev, « The Proper Use of Ance (...)

10La situation change brusquement après 1944 et l’arrivée au pouvoir du Parti communiste. Au sein des études historiques, la domination soviétique sur le pays s’exprime dans la promotion des Slaves au titre d’ancêtres par excellence de la nation bulgare. Les archéologues sont exhortés à dénoncer le « chauvinisme » de la tendance proto-bulgare de l’entre-deux-guerres et à découvrir les « bons » sites slaves7. Le panslavisme et l’attaque contre le nationalisme traditionnel bulgare ne durent cependant pas longtemps. Après l’époque stalinienne, dès la fin des années 1950, la mission nationale des études historiques et archéologiques est complètement restituée. Au cours des années 1960-1980, le régime communiste devient de plus en plus nationaliste et quasiment rien de l’arsenal idéologique du « chauvinisme bourgeois » ne subsiste sans être réutilisé. Les Proto-Bulgares rentrent de nouveau dans le champ des recherches scientifiques. Mais la présence d’un autre « ancêtre ethnique » s’affirme de plus en plus dans la généalogie bulgare. Plus ancien que les Slaves et les Proto-Bulgares, il a l’avantage d’être « autochtone ». Ce sont les Thraces8.

Le développement des études thraces

  • 9  La théorie selon laquelle les Bulgares sont des Thraces et partant autochtones dans les Balkans es (...)
  • 10  Gawril Kazarow, Beiträge zur Kulturgeschichte der Thraker, Sarajevo, J. Studnička & Co., 1916.
  • 11  Dans le cadre de la Realencyclopädie, il a publié également une monographie générale sur la religi (...)

11Les premiers écrits qui identifient Bulgares et Thraces apparaissent dès la fin du xixe siècle, mais ce sont visiblement des spéculations de non-professionnels dans le domaine de l’Antiquité9. Le fondateur des études académiques bulgares sur l’histoire et la culture du peuple paléobalkanique est sans aucun doute Gavril Kacarov. En 1913 paraît sa revue détaillée des sources antiques sur le mode de vie des Thraces, éditée trois ans plus tard en allemand10. Kacarov est l’auteur de nombreux articles sur différents aspects de l’histoire de la Thrace ancienne, publiés aussi bien en Bulgarie qu’à l’étranger, y compris dans des collections importantes d’études sur l’Antiquité comme la Realencyclopädie der Classischen Altertumswissenschaft de Pauly-Wissowa.Parmi les sujets qui provoquent le plus l’intérêt de Kacarov figurent les cultes des anciens Thraces. Il a travaillé en particulier sur des divinités (ou figures considérées comme telles à son époque et souvent aujourd’hui encore) comme le célèbre Cavalier thrace, Zalmoxis, Bendis, etc11. Dans les années 1920, Kacarov enseigne également un cours sur les Thraces à l’Université de Sofia. Il s’agit de la première introduction d’études sur ce sujet dans le curriculum universitaire en Bulgarie.

  • 12  Bogdan Filow, « Denkmäler der thrakischen Kunst », Mitteilungen des Kaiserlich Deutschen Archäolog (...)
  • 13  Cette forme de marketing culturel est analysée par Galia Valtchinova, « Le passé, la nation, la re (...)
  • 14  Bogdan Filow, « Thrakisch-mykenische Beziehungen », Revue internationale des études balkaniques 3, (...)

12Si la contribution de Kacarov concerne surtout le domaine de l’histoire politique, culturelle et de la religion, l’archéologie thrace fait ses premiers pas grâce à Bogdan Filov qui a dirigé des fouilles dans des sites comme celui de Duvanli, liés à cette ethnie paléobalkanique. Parmi les apports essentiels de Filov, figure la conceptualisation de l’existence d’un art thrace particulier, différent à la fois des productions grecques et scythes12. Notion lancée par lui, cet art aura un avenir radieux, non seulement en Bulgarie. À partir des années 1970, les « trésors thraces » vont représenter la culture ancienne du pays dans les musées du monde entier13. Un autre apport majeur de Filov pour la structuration des études sur les Thraces sont ses travaux sur les relations socio-culturelles entre ceux-ci et les Mycéniens, inspirés par ses études des tombes tumulaires en Bulgarie14. Le fantasme d’une Thrace plus qu’archaïque, qui aurait conservé, au moins jusqu’à la conquête romaine, une spiritualité originaire que le monde hellénique aurait abandonnée après Mycènes, ne va jamais quitter les études thraces, la « thracologie » bulgare.

  • 15  Sbornik Gavril Kacarov. Statii, posveteni po slučaj sedemdesetgodišninata mu [Recueil en l’honneur (...)
  • 16  La monographie la plus connue de Dečev a été éditée par l’Académie autrichienne des sciences : Dim (...)
  • 17  Pour ce qui est de l’archéologie en Bulgarie et son contexte idéologique sous le communisme, voir  (...)
  • 18  Il sera sévèrement critiqué pour cette raison : Aleksandăr Fol, Političeska istorija na trakite [H (...)

13Malgré son début marqué par les travaux de Kacarov et Filov, celle-ci ne prend sa forme définitive qu’après la Seconde Guerre mondiale, dans le contexte du régime communiste. D’une part, malgré les critiques qui leur sont adressées après 1945 en tant que « savants bourgeois », la plupart des antiquisants arrivent à s’accommoder avec le nouveau système. À la fin des années 1940 et pendant les années 1950, Kacarov continue à publier et ses contributions scientifiques sont célébrées par des ouvrages collectifs15. Les linguistes Dimităr Dečev et Vladimir Georgiev publient leurs études sur la langue paléobalkanique disparue et faiblement attestée16. D’autre part, l’effet d’isolement de la société et en particulier des milieux académiques par rapport au contexte international, de même que la tendance nationaliste du régime, vont consolider l’aspect identitaire des recherches sur l’Antiquité17. Filov n’avait pas revendiqué l’origine thrace des Bulgares, alors que Kacarov pouvait même évoquer le caractère éphémère des anciens États thraces18. Vers la fin des années 1960 cependant, cette glorieuse histoire des ancêtres thraces entre définitivement dans la vulgate historiographique du pays.

  • 19  Fol avait fait ses études en histoire et lettres classiques à la même faculté. Il eut ensuite la p (...)

14Cette évolution est marquée par la création en 1972 de l’Institut de thracologie (trakologija) au sein de l’Académie des sciences bulgare ainsi que par le Premier congrès international de thracologie qui se déroule à Sofia la même année. Le fondateur de l’institut et son premier directeur, Aleksandăr Fol (1933-2006), est un enseignant à la Faculté d’histoire au sein de l’Université de Sofia19 qui occupe aussi des postes administratifs importants au sein de l’État : vice-président du Comité pour la culture (institution égale à un ministère) durant les années 1970 ; ministre de l’enseignement dans les années 1980. En 1979, Fol fonde également la chaire d’histoire ancienne et de thracologie au sein de la Faculté d’histoire. Par ailleurs, l’Institut archéologique comprendra, dès le début des années 1980, une section d’archéologie thrace.

  • 20  Ljudmila Živkova a lancé une série de projets ambitieux censés populariser la culture et la « spir (...)

15Fol est, sans aucun doute, le concepteur principal de la thracologie bulgare en tant que champ interdisciplinaire. Malgré son association, surtout aux yeux du grand public, avec l’archéologie, ce champ de recherches s’étend dans tout le domaine des études sur l’Antiquité (histoire, philologie et épigraphie, histoire de l’art ancien), et même au-delà. En fait, l’histoire des religions, les études indo-européennes (la linguistique en particulier) et l’ethnographie fournissent les soubassements conceptuels et méthodologiques de la discipline. La réalisation du projet thracologique n’aurait certainement pas été possible sans un haut patronage, celui de Ljudmila Živkova (1942-1981). Élève du jeune assistant à l’université Aleksandăr Fol, elle était la fille du dictateur communiste Todor Živkov (1911-1998) et dirigeante de la politique culturelle de l’État pendant les années 197020.

  • 21  Sur ce sujet, voir : Galia Valtchinova, « Vanga, la “Pythie bulgare” : Idées et usages de l’Antiqu (...)

16Fol, ses collègues et leurs disciples arrivent à produire de très nombreuses publications, y compris à l’étranger, et à organiser une longue série de congrès (à la suite de celui à Sofia), de colloques et de journées d’études thraces avec une participation internationale. Le succès est évident : aujourd’hui encore, des chercheurs occidentaux se réfèrent aux travaux des thracologues bulgares. Pourtant, ce succès signifie-t-il que ces derniers ont brisé l’isolement des études sur l’Antiquité en Bulgarie communiste ? Pour ce qui est de l’aspect épistémologique, la réponse est certainement négative. En réalité, la thracologie reste enfermée dans un cadre conceptuel et méthodologie datant du xixe et de la première moitié du xxe siècle21. Inspirées largement par les études sur l’Antiquité, les recherches indo-européennes et l’histoire des religions telle qu’elle est pratiquée en Europe à cette époque, reçue souvent par l’intermédiaire des premiers antiquisants bulgares, les thracologues forgent l’image d’une spiritualité thrace exceptionnelle, qui aurait également marqué la culture grecque ancienne, ce qui n’est pas sans conforter le sentiment patriotique bulgare.La propagande d’État diffuse au même moment une représentation des Thraces en « ancêtres bulgares » dotés d’une culture remarquable, égale à celle du monde gréco-romain.

  • 22  Aleksandăr Fol, Trakijskijat orfizăm [L’orphisme thrace], Sofia, Universitetsko izdatelstvo, 1986.
  • 23  Parallèlement à son exploitation au niveau « scientifique », Orphée est promu par la politique cul (...)

17L’aspect culturel et religieux domine de loin les études thraces. Au fur et à mesure, les préoccupations des thracologues commencent à s’articuler autour de l’idéologie présumée de l’« orphisme thrace ». Dans les années 1980, celui-ci devient la marque de fabrique de la thracologie bulgare. D’après Aleksandăr Fol, cette idéologie date de l’Âge du bronze et aurait précédé les doctrines orphiques grecques attestées par la littérature de l’époque classique22. Ainsi les figures-clé de la religion thrace s’avèrent être le chanteur mythique et inventeur de mystères Orphée et le dieu Dionysos, sous ses formes connues de la mythologie « orphique »(Zagreus) et phrygienne (Sabazios)23. Pour compliquer ce schéma, Fol voit au sommet de la religion thrace une Grande Déesse Mère qui entre périodiquement en relation de hiérogamie avec son fils, le roi-prêtre thrace.

  • 24  Déjà Jacob Grimm parlait de l’existence d’une Déesse Mère indo-européenne : Stefan Arvidsson, Arya (...)
  • 25  Pour un examen critique de la thracologie bulgare, voir : Dan Dana, Zalmoxis de la Herodot la Mirc (...)

18La machinerie complexe de la thracologie bulgare peut facilement paraître aberrante. Mais, en réalité, elle est construite sur une base simplement obsolète. Peu d’éléments d’interprétation des thracologues n’ont pas été lancées par des auteurs du xixe et du début du xxe siècle. Ainsi, la Déesse Mère et le roi-prêtre sont clairement façonnés selon les modèles jadis proposés pour les religions du Proche-Orient et de la Crète minoenne24. La thracologie bulgare a hérité de toute une tradition européenne de spéculations sur l’orphisme grec et sur l’existence, chez les Thraces, d’une foi dans l’immortalité individuelle, associée à des figures telles Orphée ou Zalmoxis25. L’accent mis sur le culte orgiaque de Dionysos vu comme une influence thrace sur la religion hellénique n’est pas non plus sans précédents. Les antiquisants européens avaient attribué à des influences étrangères (du côté du Proche-Orient, de l’Égypte et aussi de la Thrace) tout ce qu’ils considéraient comme irrationnel (extatique, orgiaque, ésotérique) dans la culture grecque. De fait, c’était souvent le point de vue d’auteurs classiques repris sans point de vue critique par les chercheurs modernes, dont une bonne partie était germanophone. Sans surprise, les thèses thracologiques sont très souvent puisées à la source de l’Altertumswissenschaft, telle qu’elle a été développée au xixe siècle en Allemagne et dans l’Empire des Habsbourg.

Entre Indogermanistik et Altertumswissenschaft : l’inspiration germanophone des études thraces

  • 26  August Fick, Die ehemalige Spracheinheit der Indogermanen Europas, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprec (...)
  • 27  Robert Rösler, « Einiges über das Thrakische », Zeitschrift für die österreichischen Gymnasien 24, (...)

19 Les Thraces et en particulier leur langue suscitent l’intérêt de certains chercheurs allemands et autrichiens depuis le milieu du xixe siècle. Cet intérêt ne s’inscrivait pourtant pas seulement dans les études sur l’Antiquité. Comme dans un premier temps les Thraces passaient pour un peuple (indo-)iranien, la collecte de mots thraces attestés par des auteurs grecs et romains dans des gloses était aussi l’entreprise d’orientalistes et de spécialistes d’études indo-européennes ou, selon le terme allemand, « indo-germaniques » (Indogermanistik). Tel est le cas de Paul de Lagarde (né Bötticher, 1827-1891), orientaliste et idéologue antisémite, et d’August Fick (1833-1916), linguiste indo-germaniste. En s’opposant à la théorie iranienne, Fick lance l’idée que les Thraces étaient un peuple « indo-germanique européen26 ». L’historien et géographe Eduard Robert Rösler (1836-1874) a aussi étudié les gloses thraces27.

  • 28  Wilhelm Tomaschek, Die Alten Thraker. Eine ethnologische Untersuchung, vol. 1-2,Vienne, F. Tempsky (...)

20Ces publications servent de base pour la première étude systématique des sources disponibles sur les Thraces, en particulier au sujet de la langue et de la religion de l’ancien peuple balkanique. La monographie de Wilhelm Tomaschek (1841-1901) Die Alten Thraker28 est considérée par les thracologues en Bulgarie comme un ouvrage pionnier et revendiquée comme le véritable début de leur discipline. Tomaschek, autre chercheur autrichien d’origine tchèque, était professeur de géographie aux universités de Graz et de Vienne. Il est surtout connu comme orientaliste, spécialiste de l’Asie centrale, de la Perse et de l’Asie Mineure. Une partie de ses recherches concerne toutefois les Balkans, dont l’ouvrage sur les Thraces.

  • 29  Voir la critique d’Aleksandăr Fol, « W. Tomaschek und die Thrakologie der Gegenwart » in : Dritter (...)
  • 30  Leonid Gindin, « La reconstruction de la langue thrace dans l’œuvre de W. Tomaschek » et Kiril Vla (...)
  • 31  Cet événement scientifique est un bon exemple de l’influence que peuvent parfois exercer les cherc (...)

21En général, celui-ci fournit un inventaire exhaustif (pour son époque) des tribus, des gloses et de l’onomastique thrace ainsi qu’une présentation du mode de vie, de la culture et de la religion. Tomaschek complète l’information des sources antiques, grecques et romaines, par ses propres étymologies fondées sur des comparaisons indo-européennes. Pour la première fois, les Thraces sont définis comme une ethnie indo-européenne distincte et autochtone en Europe du Sud-Est (ayant pour Urheimat les Carpates). Ils sont néanmoins classés dans un groupe particulier avec les « Myso-Phrygiens » et avec les Arméniens. Bien entendu, certaines thèses de Tomaschek seront plus tard révisées par les thracologues, par exemple l’idée d’une migration indo-européenne en direction du sud-est29. Mais d’autres vont faire preuve d’une longévité exceptionnelle, ainsi en va-t-il d’une bonne partie de ses étymologies, en particulier certains noms de divinités30. En fait, son inventaire de la langue thrace ne sera remplacé par de nouveaux travaux plus complets qu’à partir des années 1950 (les publications des Bulgares Dečev, Georgiev, du Roumain Ion Russu, etc.). Les mérites de Tomaschek ont été jugés suffisamment importants pour que le Troisième congrès d’études thraces soit organisé par l’Institut de thracologie en 1980 en son honneur, à Vienne, avec pour co-organisateur l’Académie des sciences autrichienne31.

  • 32  Paul Kretschmer, Einleitung in die Geschichte der griechischen Sprache, Göttingen, Vandenhoeck & R (...)

22Dans le domaine de la langue, et plus encore de la religion, l’idée d’une communauté balkano-anatolienne fort ancienne ne semble toujours pas abandonner les études sur les Thraces, celle entre ces derniers et les Phrygiens d’Asie Mineure en particulier. C’est un peuple traditionnellement associé à la vénération de la Grande Déesse Mère (Cybèle) et au culte initiatique de Sabazios. Ici aussi, l’apport de la science allemande est manifeste. À peu près au même moment que la publication de Tomaschek, le linguiste Paul Kretschmer (1866-1956) émet la théorie de l’existence d’une langue « thraco-phrygienne » du type satem32. Les conceptions, de même que la méthodologie de Kretschmer, vont influencer la thracologie bulgare, plus particulièrement par l’intermédiaire de son élève, le linguiste indo-européaniste Vladimir Georgiev.

  • 33  Arvidsson, Aryan Idols, op. cit., p. 207-217.
  • 34  On reconnaît ici la dichotomie classique entre cultes chthoniens et olympiens. Établie au début du (...)
  • 35  Pierre Cabanes, « Archéologie et identité nationale en Albanie au xxe siècle », Dialogues d’histoi (...)
  • 36  Par exemple, Fol, Trakijskijat orfizăm, op. cit., p. 139-143.
  • 37  Bernhard Giseke, Thrakisch-pelasgische Stämme der Balkanhalbinsel und ihre Wanderungen in mythisch (...)

23En général, le fantasme des ancêtres indo-européens ne cessera jamais de hanter les écrits thracologiques. À cet égard, la contribution fort problématique de l’Indogermanistik est indéniable. Mais les chercheurs bulgares ne semblent pas très soucieux des concepts qu’ils utilisent. Ils parlent, par exemple, de « sociétés masculines orphiques » de nature bien entendu initiatique : écho des Männerbünde de Heinrich Schurtz (1863-1903), une des grandes inspirations des études aryennes33. En bons « Aryens », les Thraces sont également censés avoir des cultes solaires, même si l’archaïsme de leur culture est confirmé par l’aspect dualiste, « solaire-chthonien », des dieux orphiques34. L’obsession du déchiffrement d’une culture thrace originaire qui précède le « miracle grec » ressuscite un autre fantasme, celui des Pélasges, ces mystérieux habitants pré-helléniques de la Grèce, mentionnés dans la littérature antique. Inlassablement exploités dans l’Altertumswissenschaft et dans l’Indogermanistik ainsi que dans d’autres discours nationaux balkaniques (Albanie)35, ils entrent dans la thracologie bulgare à travers les écrits d’Aleksandăr Fol qui invente une « communauté ethno-culturelle thraco-pélasgienne »36. Une fois de plus, l’idée n’est pas nouvelle, elle avait été lancée au milieu du xixe siècle, toujours par un chercheur germanophone37.

  • 38  Erwin Rohde, Psyche. Seelenkult und Unsterblichkeitsglaube der Griechen, Fribourg-en-Brisgau, Leip (...)

24Erwin Rohde (1845-1898), éminent philologue classique allemand, peut prétendre être, au même degré que Tomaschek, le précurseur des études thraces. Sa monographie Psyché38a exercé une influence considérable sur les antiquisants à la fin du xixe et pendant la première moitié du xxe siècle. Dans cet ouvrage, il cherche à démontrer l’idée que Dionysos et son culte étaient d’origine thrace, thèse qui sera maintes fois reprise par des chercheurs occidentaux et bulgares. Selon Rohde, le culte de Dionysos, avec sa « fureur » orgiaque, représente un corps « étranger et bizarre » dans la « religion apollinienne » grecque. Mais l’extase bachique représente pour Rohde une « folie sacrée » dans laquelle l’âme s’unissait à la divinité et ainsi s’immortalisait. L’extase devenait enthousiasme (au sens du grec enthousiasmos, possession divine). Par une série de spéculations sur l’origine dionysiaque et thrace des prophéties pythiennes et des pratiques cathartiques, Rohde opère un remarquable passage de l’orgie à son contraire, l’ascétisme. Celui-ci n’est pourtant pas moins thrace, étant pratiqué notamment par les sectes orphiques qui vénéraient le « vrai » Dionysos au milieu d’une Grèce qui n’avait déjà que trop rendu apollinien le dieu thrace. L’interprétation proposée par Rohde suggère que le mysticisme ascétique du mouvement orphique préfigurait d’une certaine façon la spiritualité chrétienne.

  • 39  L’antithèse en question existait toutefois avant La Naissance de la tragédie. Elle a été façonnée (...)

25Pratiquement tous les éléments de cette construction seront ensuite repris par l’école de la thracologie bulgare. Tout d’abord, la dichotomie entre les termes opposés « apollinien » et « dionysiaque », que Rohde avait empruntée à Nietzsche, son ami proche39. De même concernant l’allégation d’un caractère initialement thrace et pélasge de l’oracle de Delphes. On retrouve la distinction entre extase et enthousiasme, qui se trouve au cœur de l’orphisme thrace d’Aleksandăr Fol, avec la doctrine de l’immortalité, de même que la cohabitation étrange de cultes orgiaques avec l’ascétisme attribué aux « orphiques », l’idée d’une continuité entre orphisme et christianisme, promue dans certaines publications thracologiques, enfin la thèse du caractère non-grec et thrace de Dionysos, qui est à présent pratiquement inébranlable dans la thacologie bulgare, en dépit de la découverte du nom du dieu sur des tablettes mycéniennes en Linéaire B. Bien au contraire, cette découverte est vue comme une confirmation de l’hypothèse de rapports thraco-mycéniens, formulée par Bogdan Filov et entérinée par le concept de « Thrace mycénienne » de Fol.

26L’influence de la production scientifique du monde germanophone a certainement été d’une importance cruciale pour la structuration des études thraces en Bulgarie. Cette influence passe, d’une part, par la formation des premiers antiquisants bulgares. Ils avaient fait leurs études principalement en Autriche-Hongrie et en Allemagne. D’autre part, dans les conditions d’un isolement général par rapport aux évolutions conceptuelles et méthodologiques à l’étranger, les chercheurs bulgares de la période communiste ont repris des interprétations et méthodes remontant aux standards scientifiques du xixe siècle et du début du xxe, une époque de domination germanophone dans les lettres classiques et où la science allemande et autrichienne influençait significativement les études indo-européennes et l’histoire des religions. Ainsi, les thèses thracologiques ont repris un cadre conceptuel certainement produit à l’origine par cette science de langue allemande, mais appartenant à une autre époque.

27Aujourd’hui, les études thraces représentent un cadre épistémologique largement anachronique. Mais elles sont toujours capables d’exercer une certaine influence sur l’archéologie et de fasciner le grand public en Bulgarie et ailleurs. Il suffit de jeter un regard sur les découvertes archéologiques qui ont bénéficié, ces dix dernières années, de la plus grande publicité dans le pays : l’ensemble de tombes tumulaires en Bulgarie centrale, nommé « Vallées des rois thraces », le « sanctuaire de Dionysos » thrace à Perperikon, dans les Rhodopes de l’Est, et enfin la « Tombe d’Orphée » à Tatul, dans cette même région. Ainsi, Orphée et Dionysos, qui avaient tant inspiré l’imagination d’une Altertumswissenschaft d’esprit universaliste, ont définitivement trouvé une appartenance nationale. La construction d’une Thrace bulgare, patrie d’une spiritualité originaire et mystique, se poursuit.

Haut de page

Notes

1  Si avant la création de la Principauté bulgare le nombre des étudiants bulgares présents en Russie était supérieur à celui des étudiants inscrits au sein d’établissements d’enseignement supérieur dans les pays germanophones, à partir des années 1880 le bilan montre une inversion des courants de déplacement : Rumiana Preshlenova, Po pătištata na evropeizma. Visšeto obrazovanie v Avstro-Ungarija i bălgarite 1879-1918 g. [Sur le chemin de l’européisme. Les études supérieures en Autriche-Hongrie et les Bulgares 1879-1918], Sofia, Paradigma, 2008.

2  Il faut souligner en particulier l’activité d’Albert Dumont (1842-1884), directeur de fait de l’École française de Rome avant sa création officielle (1873-1875) et de l’École française d’Athènes (1876-1878), de même que de l’élève de cette dernière, Georges Seure (1873-1944). Ils ont publié à plusieurs reprises les résultats de leurs voyages en Thrace bulgare. Voir par exemple : Albert Dumont, Mélanges d’archéologie et d’épigraphie (réunis par Théophile Homolle et Léon Heuzey), Paris, Thorin, 1892, et Georges Seure,Archéologie thrace : documents inédits et peu connus, Paris, Leroux, 1913. En ce qui concerne l’étude de la religion thrace, l’ouvrage de Paul Perdrizet (1870-1938) sur les Cultes et mythes du Pangée (Paris, Berger-Levrault, 1910) est d’une grande importance.

3  Pour un aperçu biographique et bibliographique de l’auteur, voir : Velizar Velkov, Gavril Kacarov, Sofia, Universitetsko izdatelstvo, 1991.

4  Sa thèse a été publiée dans la prestigieuse revue d’histoire ancienne Klio :Bogdan Filow, Die Legionen der Provinz Moesia von Augustus bis auf Diocletian, Klio-Beiheft 6, Leipzig, 1906. Comme Kacarov, Filov a édité certaines de ses recherches directement en allemand, en Allemagne ou ailleurs, notamment Die archaische Nekropole von Trebenischte am Ochrida-See, Berlin-Leipzig, Walter de Gruyter, 1927 (avec Karel Škorpil) ; Geschichte der bulgarischen Kunst unter der türkischen Herrschaft und in der neueren Zeit, Berlin-Leipzig, Walter de Gruyter, 1933.

5  Evgenij Paunov, « Koj be Bogdan Filov ? (Kratka negova bio- i bibliografija) » [Qui était Bogdan Filov ? Courte bio- et bibliographie], Anali 1, 1994, p. 82-92.

6  Pour son activité en tant que Premier ministre et régent, Filov sera jugé et exécuté en février 1945 par le nouveau pouvoir dirigé par le Parti communiste.

7  Le nouvel impératif a été présenté et enfin imposé lors de débats qui eurent lieu en février et en mars 1948 au sein de l’Institut archéologique : voir « Diskusija za săstojanieto i zadačite na bălgarskata arheologija » [Discussion sur l’état actuel et les tâches de l’archéologie bulgare], Izvestija na Arheologičeskija institut [Bulletin de l’Institut archéologique] XVII, 1950, p. 431-480. Au même moment, le domaine de la recherche en Bulgarie subit une réforme d’inspiration soviétique. Elle transforme l’Académie des sciences en superstructure contrôlant une série d’établissements, y compris le Musée national et l’Institut archéologique qui, en 1948, sont nationalisés et fusionnés en un « Institut archéologique avec Musée ». C’est la structure qui perdure jusqu’à aujourd’hui.

8  La gestion de la généalogie bulgare fait l’objet de l’étude d’Ilia Iliev, « The Proper Use of Ancestors », Ethnologia Balkanica 2, 1998, p. 8-17.

9  La théorie selon laquelle les Bulgares sont des Thraces et partant autochtones dans les Balkans est activement promue par l’historien Gančo Cenov (1870-1949). Agent du ministère bulgare de la Guerre, Cenov avait soutenu sa thèse de doctorat à l’Université Humboldt de Berlin (Wer hat Moskau im Jahre 1812 in Brand gesteckt ?, 1900). Ses écrits sont rejetés par les spécialistes bulgares ; mais, aussi étonnant que cela puisse paraître, ils sont publiés en Allemagne, par des maisons d’édition prestigieuses : Gančo Cenov, Die Abstammung der Bulgaren und die Urheimat der Slaven : eine historisch-philologische Untersuchung über die Geschichte der alten Thrakoillyrier, Skythen, Goten, Hunnen, Kelten u.a., Berlin-Leipzig, Walter de Gruyter, 1930.

10  Gawril Kazarow, Beiträge zur Kulturgeschichte der Thraker, Sarajevo, J. Studnička & Co., 1916.

11  Dans le cadre de la Realencyclopädie, il a publié également une monographie générale sur la religion thrace : Gawril Kazarow, « Thrakische Religion » in : RE VI A 1, Stuttgart, Metzler, 1936, p. 472-551.

12  Bogdan Filow, « Denkmäler der thrakischen Kunst », Mitteilungen des Kaiserlich Deutschen Archäologischen Instituts, Römische Abteilung, vol. 32, Berlin, 1917, p. 21-73.

13  Cette forme de marketing culturel est analysée par Galia Valtchinova, « Le passé, la nation, la religion : la politique du patrimoine en Bulgarie socialiste », Études balkaniques 12, 2005, p. 194-205.

14  Bogdan Filow, « Thrakisch-mykenische Beziehungen », Revue internationale des études balkaniques 3, 1-2, 1938, p. 1-7.

15  Sbornik Gavril Kacarov. Statii, posveteni po slučaj sedemdesetgodišninata mu [Recueil en l’honneur de Gavril Kacarov. Articles consacrés à son soixante-dixième anniversaire], Sofia, IAI, 1955.

16  La monographie la plus connue de Dečev a été éditée par l’Académie autrichienne des sciences : Dimiter Detschew, Die thrakischen Sprachreste, Vienne, R. M. Rohrer, 1957.

17  Pour ce qui est de l’archéologie en Bulgarie et son contexte idéologique sous le communisme, voir : Douglas Bailey, « Bulgarian Archaeology. Ideology, Sociopolitics and the Exotic » in : Lynn Meskell (éd.), Archaeology under Fire : Nationalism, Politics and Heritage in the Eastern Mediterranean and Middle East, Londres-New York, Routledge, 1998, p. 87-110.

18  Il sera sévèrement critiqué pour cette raison : Aleksandăr Fol, Političeska istorija na trakite [Histoire politique des Thraces], Sofia, Nauka i izkustvo, 1972, p. 24.

19  Fol avait fait ses études en histoire et lettres classiques à la même faculté. Il eut ensuite la possibilité de passer de courts séjours de recherche au Collège de France, en Italie et à l’Institut archéologique allemand à Berlin.

20  Ljudmila Živkova a lancé une série de projets ambitieux censés populariser la culture et la « spiritualité » bulgare dans le monde entier. Les Thraces représentaient un élément essentiel de cette construction promue tout en faisant l’objet de la fascination personnelle de Ljudmila. Sous son nom a été publié l’ouvrage Kazanlăškata grobnica [La Tombe de Kazanlăk], Sofia, Nauka i izkustvo, 1974, consacré à la fameuse tombe thrace de la fin ive-début iiie siècle, devenue Patrimoine mondial de l’UNESCO.

21  Sur ce sujet, voir : Galia Valtchinova, « Vanga, la “Pythie bulgare” : Idées et usages de l’Antiquité en Bulgarie socialiste », Dialogues d’histoire ancienne 31/1, 2005, p. 93-127 (en particulier 2.2 « La thracologie : principes fondateurs d’une “histoire alternative” de l’Antiquité »).

22  Aleksandăr Fol, Trakijskijat orfizăm [L’orphisme thrace], Sofia, Universitetsko izdatelstvo, 1986.

23  Parallèlement à son exploitation au niveau « scientifique », Orphée est promu par la politique culturelle de l’État comme patron spirituel de la nation. À présent, il est jalousement revendiqué par les Bulgares comme faisant partie de leur histoire et leur identité.

24  Déjà Jacob Grimm parlait de l’existence d’une Déesse Mère indo-européenne : Stefan Arvidsson, Aryan Idols. Indo-European Mythology as Ideology and Science, Chicago-Londres, The University of Chicago Press, 2006, p. 200-207. La théorie du matriarcat préhistorique de Johann JakobBachofen (1815-1887) a joué un rôle important dans la promotion de cette figure : Philippe Borgeaud et alii, La Mythologie du matriarcat : l’atelier de Johann Jakob Bachofen, Genève, Droz, 1999.

25  Pour un examen critique de la thracologie bulgare, voir : Dan Dana, Zalmoxis de la Herodot la Mircea Eliade. Istorii despre un zeu al pretextului [Zalmoxis d’Hérodote à Mircea Eliade. Histoires d’un dieu du prétexte], Iaşi, Polirom, 2008, p. 394-411. L’ouvrage de Dana fournit une présentation fort détaillée et critique de la thraco- ou dacologie roumaine laquelle, sur le plan historique, précède sa discipline-sœur en Bulgarie. L’interaction bulgaro-roumaine dans ce domaine est fort importante et constitue un sujet en soi.

26  August Fick, Die ehemalige Spracheinheit der Indogermanen Europas, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1873.

27  Robert Rösler, « Einiges über das Thrakische », Zeitschrift für die österreichischen Gymnasien 24, 1873, p. 105-116. Rösler s’intéressait en particulier aux Daces et à l’origine des Roumains. Mais sa négation de la continuité historique du peuplement (daco-)roumain au nord du Danube (favorable aux intérêts hongrois en Transylvanie) a transformé Rösler en bête noire de l’historiographie roumaine.

28  Wilhelm Tomaschek, Die Alten Thraker. Eine ethnologische Untersuchung, vol. 1-2,Vienne, F. Tempsky, 1893-1894.

29  Voir la critique d’Aleksandăr Fol, « W. Tomaschek und die Thrakologie der Gegenwart » in : Dritter internationaler thrakologischer Kongress zu Ehren W. Tomascheks, 2.-6. Juni 1980 Wien, vol. 1, Sofia, Swjat, 1984, p. 19-25.

30  Leonid Gindin, « La reconstruction de la langue thrace dans l’œuvre de W. Tomaschek » et Kiril Vlahov, « W. Tomaschek als Gründer der thrakischen Sprachwissenschaft » in : Dritter internationaler thrakologischer Kongress, op. cit., p. 31-35, 62-64.

31  Cet événement scientifique est un bon exemple de l’influence que peuvent parfois exercer les chercheurs balkaniques sur le travail de leurs collègues occidentaux dont ils avaient repris des concepts datant du xixe siècle, ou du moins de l’espace de communication qui leur est ouvert en Occident, en dépit de la qualité très variable de leurs recherches. Certaines des interventions lors du congrès, co-organisé par l’académie viennoise, détonnent par le cadre conceptuel adopté, à l’évidence obsolète (plusieurs textes sur les « vestiges thraces » dans le folklore bulgare et roumain), voire par le maniement d’une « science des races » pour le moins anachronique : Peter Boev, Slavtscho Tscholakov, « Die Abstammung der Thraker nach anthropologischen Angaben » in : Dritter internationaler thrakologischer Kongress, op. cit., p. 313-316.

32  Paul Kretschmer, Einleitung in die Geschichte der griechischen Sprache, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1896. Pour une critique de cette théorie : Dana, Zalmoxis de la Herodot la Mircea Eliade, op. cit., p. 246-251.

33  Arvidsson, Aryan Idols, op. cit., p. 207-217.

34  On reconnaît ici la dichotomie classique entre cultes chthoniens et olympiens. Établie au début du xixe siècle par les philologues Friedrich Creuzer (1771-1858) et Karl Otfried Müller (1797-1840), elle est considérée aujourd’hui comme largement inutile ; voir Renate Schlesier, « Olympische Religion und Chthonische Religion » in : Ugo Bianchi (éd.), The Notion of “Religion” in Comparative Research. Selected Proceedings of the xvith IAHR Congress, Rome, “L’Erma” di Bretschneider, 1994, p. 301-310.

35  Pierre Cabanes, « Archéologie et identité nationale en Albanie au xxe siècle », Dialogues d’histoire ancienne 30/1, 2004, p. 115-122.

36  Par exemple, Fol, Trakijskijat orfizăm, op. cit., p. 139-143.

37  Bernhard Giseke, Thrakisch-pelasgische Stämme der Balkanhalbinsel und ihre Wanderungen in mythischer Zeit, Leipzig, Teubner, 1858. Le rapprochement entre Pélasges et Thraces est déjà amorcé chez Karl Otfried Müller qui voit dans ces derniers une population pré-dorienne de Grèce.

38  Erwin Rohde, Psyche. Seelenkult und Unsterblichkeitsglaube der Griechen, Fribourg-en-Brisgau, Leipzig, Mohr, 1894.

39  L’antithèse en question existait toutefois avant La Naissance de la tragédie. Elle a été façonnée par les travaux de Winckelmann, Schelling, Creuzer, Karl Otfried Müller et d’autres. Voir : Cornelia Isler-Kerényi, Dionysos in Archaic Greece. An Understanding through Images, Leiden-Boston, Brill, 2007, p. 235-254 (« Modern Mythologies : “Dionysos” versus “Apollo” »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tchavdar Marinov, « Entre Berlin, Vienne et Sofia : la contribution germanophone dans la formation des études thraces en Bulgarie », Revue germanique internationale, 16 | 2012, 105-117.

Référence électronique

Tchavdar Marinov, « Entre Berlin, Vienne et Sofia : la contribution germanophone dans la formation des études thraces en Bulgarie », Revue germanique internationale [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/1343

Haut de page

Auteur

Tchavdar Marinov

Membre de l’École française d’Athènes

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org