Navigation – Plan du site

Le regard des égyptologues français sur leurs collègues allemands, de Champollion à Lacau

Éric Gady
p. 155-170

Résumés

De Champollion à Lacau, le regard porté par les savants français sur leurs collègues allemands évolua beaucoup, notamment à cause du développement du nationalisme entre les deux pays durant le xixe siècle. L’égyptologie se développa d’abord dans un climat de coopération hérité de l’esprit du siècle des Lumières, mais elle subit également les influences des tensions entre la France et l’Allemagne. La guerre de 1870-71 fit cesser un temps au moins les correspondances entre savants des deux côtés du Rhin. La Première Guerre mondiale surtout brisa les relations entre égyptologues français et allemands, qui furent ensuite plus longues à se rétablir.

Haut de page

Texte intégral

1La rivalité franco-allemande au xixe siècle a profondément marqué les deux pays, aboutissant notamment à trois guerres entre 1870 et 1945, conséquences d’un nationalisme de plus en plus radical qui s’était développé de chaque côté du Rhin. La majeure partie de la population a largement souscrit dans son ensemble à ce nationalisme, acceptant les clichés sur le pays voisin, la plupart du temps inconnu, manière d’accepter et de justifier la politique du temps. Mais qu’en a-t-il été du côté de certaines élites pour qui la figure de l’autre était beaucoup plus proche que pour les masses ? La connaissance de l’étranger a-t-elle pu tempérer ce nationalisme qui a envahi alors toute la société ? L’exemple de l’égyptologie, apparue au début du xixe siècle, science essentiellement européenne, mais limitée à quelques dizaines de personnes, peut permettre de livrer un élément de réponse. On essaiera donc de préciser le regard, à l’intérieur de cette communauté savante, que les Français ont pu avoir sur leurs collègues d’outre-Rhin, et en particulier, de se demander si le nationalisme grandissant des sociétés a pu interférer avec cette vision.

La fin progressive de l’esprit des Lumières

  • 1  Cf. Jean Lacouture, Champollion. Une vie de lumières, Paris, Bernard Grasset, 1988, p. 308-318.
  • 2  Sur les relations fécondes entre orientalistes français et allemands, cf. Revue Germanique Interna (...)
  • 3  Cf. Yves Laissus, Jomard, le dernier Égyptien, Paris, Fayard, 2004, le chapitre « Jomard contre Ch (...)
  • 4  Cf. Anne-Françoise Ehrhard, « Le renfort des frères Humboldt », in : Hubert Bari, Michel Dewachter (...)
  • 5  Cf. Éric Gady, « L’égyptologie : une science française ? », Égypte. Afrique et Orient 12, 1999, p. (...)

2C’est bien sûr à Jean-François Champollion que revint le mérite de jeter, en septembre 1822 à Paris, les grands traits de la méthode de déchiffrement des hiéroglyphes, participant ainsi à la fondation d’une nouvelle science, l’égyptologie. L’accueil de cette découverte en Europe témoigne d’une absence quasi complète de contexte que l’on peut qualifier de national. En effet, les soutiens et les oppositions à Champollion – et ces dernières furent particulièrement fortes – transcendèrent le critère national, surtout du côté des savants allemands. Le conflit entre le déchiffreur et le Britannique Thomas Young pour la reconnaissance de la paternité de la découverte est bien connu et peut faire songer à des considérations nationalistes1. Toutefois, il ne faut pas oublier que ces savants du xixe siècle, nés pour beaucoup au siècle précédent, sont encore les héritiers des Lumières pour lesquels la science seule, en somme, constituait une patrie2. Dans la question de la reconnaissance de ses travaux, Champollion ne reçut pas le soutien de tous ses compatriotes orientalistes, Antoine-Isaac Silvestre de Sacy ou Jean-Antoine Letronne notamment, et surtout Edme Jomard3. En revanche, les frères Humboldt mirent toute leur autorité à son service4. Alexander, présent lors de la lecture de la célèbre Lettre à M. Dacier, avertit son frère Wilhelm qui, à Berlin, convaincu par les idées du Français, prit position publiquement pour ce dernier contre Young, pourtant son ami. Il s’opposa également aux attaques contre Champollion menées dans les pays allemands par Julius Klaproth et Gustav Seyffarth. Il serait donc vain de voir dans cette époque un nationalisme intervenir dans la vie scientifique, même s’il est vrai également que la découverte du Français allait désormais permettre à la France de proclamer l’égyptologie comme étant une science française5.

  • 6  Ève Gran-Aymerich, « L’archéologie française et la Méditerranée, 1850-1900 », in : Pier Luigi Ball (...)
  • 7  Voir à ce sujet la contribution de È. Gran-Aymerich dans ce numéro de la RGI.
  • 8  Cf. R. Lepsius, « Lettre à Mr le Professeur H. Rosellini sur l’alphabet hiéroglyphique », Annali d (...)
  • 9  Cf. les comptes rendus des séances des 2.05.1842 et 15.05.1843 de l’Association, Archives National (...)
  • 10  Prisse d’Avennes au ministre de l’Instruction publique, 18.03.1843, AN F 17/2780², dossier Prisse  (...)

3Le décès de Champollion à peine dix années après sa découverte laissa toutefois la France sans héritier. Du côté allemand, Alexander von Humboldt et Christian Bunsen favorisèrent la carrière de Karl Richard Lepsius qui vint notamment étudier à Paris en 1833. Lepsius fut également membre de l’Institut de correspondance archéologique, « première institution archéologique à caractère international6 », fondé à Rome en 18297. L’esprit des lumières était encore bien présent et c’est dans un texte devenu célèbre publié en français, sa Lettre à Rosellini8, que Lepsius confirma la validité des découvertes du déchiffreur. Dans le même ordre d’idée, une Association Littéraire d’Égypte fut fondée au Caire en 1842, qui réunit, au moins nominalement et de manière éphémère, tous les égyptologues européens du moment9. Cela n’empêcha pas son vice-président, Émile Prisse d’Avennes, d’emporter deux ans plus tard à Paris la Chambre des Ancêtres de Karnak que l’expédition prussienne dirigée par Lepsius souhaitait apporter à Berlin, écrivant au ministre de l’Instruction publique : « aujourd’hui, j’envisage la chose sous un point de vue national10. »

  • 11  Ce fut le cas pour la valeur du hiéroglyphe du serpent en 1847 ou encore sur des questions de chro (...)
  • 12  Brugsch rencontra même l’empereur à ce sujet avant de renoncer une fois que Lepsius, informé du pr (...)
  • 13  On consultera par exemple la correspondance de Chabas, la mieux conservée – l’auteur ayant lui-mêm (...)
  • 14  Cf. le brouillon de Chabas à Lepsius, 28.08.1864, IdF 2575, fos 876-879.

4Après un certain temps d’éclipse en France, l’égyptologie put renaître avec trois savants qui entretinrent, toujours dans l’esprit des Lumières, d’excellentes relations avec leurs collègues allemands. Emmanuel de Rougé, au Collège de France, fit progresser l’égyptologie en harmonie avec les travaux de Lepsius. Son affabilité appréciée par tous lui permit de maintenir de bons contacts avec Lepsius dont il eut pourtant à contester certains des travaux11. Rougé, envoyé en mission par le ministère dans les collections publiques européennes en 1849 fut reçu avec beaucoup d’égards par ce dernier à Berlin. Le Chalonnais François Chabas entretint avec Lepsius une amitié particulièrement forte. Enfin, en Égypte, Auguste Mariette se lia d’une amitié sincère avec Heinrich Brugsch qui avait aussi étudié à Paris. Dès 1853, Brugsch traduisit sur place les inscriptions découvertes par Mariette à Saqqarah, l’archéologue hébergeant même chez lui pendant des mois le philologue. Brugsch publia assez fréquemment en français, envisageant même en 1867 de prendre la nationalité française afin d’obtenir une chaire de ce côté du Rhin12. Les échanges épistolaires13, comme au siècle précédent, témoignent de l’intensité de leur entraide comme de la coopération internationale qui permit à l’égyptologie de poursuivre ses progrès. Ainsi, lorsque Chabas souhaita se faire publier à Chalon, il se heurta au refus de l’Imprimerie impériale de lui prêter les types hiéroglyphiques qu’elle seule possédait. Chabas s’adressa alors à son ami Lepsius14 qui lui envoya ceux de Berlin.

  • 15  Cf. Richard Karl Lepsius, « Die Sethos-Tafel von Abydos », Zeitschrift für Ägyptische Sprache und (...)
  • 16  Cf. Mariette à Desjardins, 7.01.1865, Bibliothèque Nationale, Nouvelles acquisitions françaises [  (...)
  • 17  [Ernest Desjardins], « Découverte de 76 rois pharaons et de 130 noms géographiques du temple de Sé (...)
  • 18  Alter [pseudonyme non identifié], « Chronique », Le Monde illustré (25.02.1865).
  • 19  Cf. Élisabeth David, Mariette Pacha, 1821-1881, Paris, Pygmalion - Gérard Watelet, 1994, p. 161.
  • 20  Sur ce point, cf. Frédéric Chabas, Philippe Virey, Notice biographique de François-Joseph Chabas, (...)

5Toutefois, le développement des nationalismes ainsi que le processus de l’unification allemande commencèrent à changer la situation. L’affaire de la Table d’Abydos en 1864/65 constitue le premier révélateur d’un sentiment national envahissant l’égyptologie française. Découvert par Mariette, ce document d’importance, une liste royale contenant plus 76 noms de pharaons, fut recopié sans réelle autorisation en Égypte par un élève de Lepsius, Johannes Dümichen, qui la publia dans une revue allemande15. Se sentant blessé par ses collègues allemands, Mariette chargea l’un de ses amis, Ernest Desjardins, de réagir16. L’Académie des Inscriptions s’indigna du procédé et Desjardins publia dans le Moniteur un article mentionnant la copie « dérobée17 », sans nommer toutefois les auteurs. Très vite, la polémique enfla, quittant la sphère des savants pour tomber dans la querelle nationale. Rougé, membre de l’Académie, essaya en vain de calmer la situation. Le Monde illustré écrivit quant à lui : « un égyptologue français s’est vu traîtreusement enlever par un Prussien l’honneur d’une grande découverte »18. Mariette écrivit à Dümichen qui proposa de se battre en duel contre le Français et les deux savants furent définitivement brouillés19. Chabas, en revanche, peut-être parce qu’il recevait au même moment les types hiéroglyphiques, et considérant que les Allemands avaient agi par honnêteté scientifique et désir de mettre à la disposition de tous un texte important, tint à prendre la défense de ses amis berlinois. Il édita pour protester en 1865 pas moins de trois brochures qui firent presque l’unanimité contre lui, même dans le milieu académique20. Cette affaire illustre bien l’antagonisme franco-prussien qui, pour la première fois, s’invitait réellement dans le champ égyptologique et montrait la fragilité des amitiés franco-allemandes et les arrière-pensées nationales qui se faisaient jour.

  • 21  Cf. Lettre de Lepsius et carte, 9.11.1870, IdF 2581, fos 457-460.
  • 22  Chabas à Saulcy, 12.09.1871, IdF 2582, fos 891-894.
  • 23  Saulcy à Chabas, 15.09.1871, IdF 2582, fos 929-932.
  • 24  Sur l’importance de la guerre franco-allemande sur les relations entre égyptologues des deux pays, (...)
  • 25  Mariette à Brugsch, début 1871, cité par Gaston Maspero, Mariette. Notice biographique, Paris, Ern (...)
  • 26  Chabas à Lepsius, 12.02.1873, IdF 2584, fos 144-153.

6La guerre de 1870 n’améliora pas la situation. Certes, Lepsius eut un geste de grande noblesse en adressant à Chabas, par l’intermédiaire d’un égyptologue britannique, sa carte dans laquelle, après avoir présenté les titres scientifiques du Français, il enjoignait à d’éventuels chefs de troupe allemands à Chalon de ne pas oublier les égards dus à ce dernier21. Chabas n’y fut sans doute pas insensible, même si, quelques mois plus tard, bien après le traité de Francfort, il écrivait à un ami qu’au moment d’écrire ses publications scientifiques, il se sentait désormais « chagriné [de ne faire porter ses références bibliographiques] que sur des noms d’Allemands et surtout des Prussiens22 ». Son correspondant académicien, Saulcy, lui répondit : « pour moi aussi, c’est la rage dans le cœur que je me vois parfois obligé d’écrire ces noms. Mais tant que je vivrai, jamais ma plume ne tracera un nom de ce genre sur un bulletin de vote à l’académie. Fût-ce la science en personne que je la blackboulerais sans l’ombre d’un remords. Moi qui n’ai jamais eu de haine pour personne, je suis tout étonné de sentir mon cœur gonflé de haine contre cette race infâme d’hypocrites et de voleurs23 ! » La violence de ces propos montre la manière dont le conflit de 1870 ébranla au moins un moment la perception d’amitiés solidement constituées24. Mariette se sentit obligé d’écrire au début de l’année 1871 à Brugsch : « vous n’êtes pas pour moi un Allemand, vous êtes Brugsch. […] Je vous aime comme un véritable ami et vous ai toujours aimé beaucoup par une sympathie naturelle que rien n’a détruit ni ne détruira25. » Chabas reçut en 1871 une lettre de Georg Ebers, mais qui resta sans suite. En février 1873, il en reçut enfin une de Lepsius qui lui procura un grand plaisir, même s’il tint à préciser : « taisons ce sujet [les malheurs de la patrie] qui laisse toujours mon cœur saignant et revenons au champ de la science qui est universel et ne doit pas connaître de frontières autres que celles de la vérité et de l’honneur26. »

Un entre-deux-guerres entre cordialité et arrière-pensées

  • 27  Cf. Ernest Desjardins, « Les découvertes de l’égyptologie française. Les missions et les travaux d (...)
  • 28  Mariette à Desjardins, 17.08.1874, Bibliothèque Nationale, NAF 11669, fos 120-122.

7Le conflit laissa tout de même des traces. Ainsi, Desjardins fit paraître dans la Revue des deux Mondes un article mentionnant la guerre de 1870 et dénigrant les égyptologues allemands qui fit grand bruit, notamment sur les rives du Nil27, obligeant Mariette à intervenir, ainsi qu’il le signala à Desjardins : « nous tâchons en Égypte d’être neutres entre Allemands et Français et c’est à cette seule condition que nous pouvons y vivre sans nous entredévorer. Un ou deux mots de votre article ont tout remis en question. […] Les choses se sont arrangées. Pour me prouver son amitié, Brugsch a fait une conférence où, devant tout Le Caire assemblé, il a dit quelques mots bienveillants à l’endroit de « son savant ami. » De mon côté, je lui ai dédié le volume de Texte de Dendérah qui, juste à ce moment, commençait à être mis sous presse. Ainsi l’orage a été conjuré28. » Si les amitiés entre les savants des deux côtés du Rhin ne furent pas remises en question, la pression nationaliste de leur entourage modifia inévitablement le regard des Français envers leurs collègues.

  • 29  Gabriel Charmes, « La réorganisation du Musée de Boulaq et les études égyptologiques en Égypte », (...)
  • 30  C’est l’origine de l’actuelle école, cf. Jean Vercoutter (éd.), Centenaire de l’école du Caire (if (...)
  • 31  Cf. Hans Robert Roemer, « Relations in the Humanities between Germany and Egypt. On the Occasion o (...)
  • 32  Minute du télégramme de Ferry au ministre égyptien des Affaires étrangères, 21.01.1881, Archives d (...)
  • 33  S’il faut en croire une fiche de Daressy, Centre Wladimir Golénischeff, Paris, fonds Lacau/Mariett (...)

8La maladie de Mariette et la crainte de voir Brugsch le remplacer à la tête du Service des Antiquités de l’Égypte constitua en 1880 un nouveau temps d’affrontement que la Revue des deux Mondes contribua à diffuser : « que M. Mariette vienne à se retirer et les Allemands qui guettent depuis longtemps le musée et la direction des fouilles s’en empareront si nous ne trouvons pas les moyens de les en empêcher. Or les Allemands ont prouvé depuis quelques années qu’ils apportaient dans la science l’esprit belliqueux, les haines nationales, les préjugés patriotiques qui les animent dans la vie politique. Maîtres du Musée de Boulaq et des fouilles égyptologiques, ils n’auront pas d’autres soucis que de nous en disputer la gloire29 ». La menace fut prise très au sérieux par le gouvernement qui intervint en créant une mission française permanente au Caire pour le cas où la France perdrait la direction du Service30. Le jeune Maspero, directeur de la nouvelle mission, arriva au Caire quelques jours avant la disparition de Mariette. Brugsch était là aussi, avec sans doute la volonté de prendre la succession du Français, voire de fonder un Institut impérial allemand en Égypte31. Dans ces conditions, Jules Ferry lui-même demanda « avec la plus vive insistance32 » à l’Égypte de garder à la France la direction du Service. Maspero fut nommé directeur tandis que Brugsch repartit en Allemagne avec le titre de pacha en guise de compensation en somme33. Ainsi, les Français ne percevaient plus les égyptologues allemands comme des amis avec lesquels la science progressait mais comme des concurrents que le contexte nationaliste entre les deux pays obligeait à rejeter.

  • 34  Cf. Nicole Chevalier, La Recherche archéologique française au Moyen-Orient. 1842-1947, Paris, Édit (...)
  • 35  Cf. par exemple Daniel J. Grange, « Archéologie et politique. Égyptologues et diplomates français (...)

9Toutefois, la situation n’empira pas pendant quelques années. Après les décès de Rougé en 1873, de Mariette en 1881 et de Chabas en 1882, une nouvelle génération de savants arriva, à l’image de Maspero, Européen avant l’heure, polyglotte qualifié, et qui sut entretenir d’excellentes relations avec tout ce que l’Occident possédait d’égyptologues. Ces contacts provenaient aussi pour beaucoup de ses obligations professionnelles dans une Égypte désormais bien plus ouverte aux archéologues étrangers qu’à l’époque de son prédécesseur. S’ils furent emprunts d’une exquise courtoisie, il est peut-être plus difficile de les comparer à l’amitié sincère unissant à la génération précédente Chabas à Lepsius, même s’il y eut parfois une assez grande proximité, notamment avec Friedrich von Bissing par exemple. L’absence de fouilles archéologiques allemandes d’envergure en Égypte pendant presque une vingtaine d’années permit vraisemblablement d’apaiser les tensions, qui en revanche, furent beaucoup plus vives dans le reste de l’Empire ottoman où les archéologues d’outre-Rhin furent plus actifs34. Les égyptologues développèrent alors en Allemagne l’étude de la philologie égyptienne et fondèrent à partir des années 1880 une École de Berlin sous la direction d’Adolf Erman, de Kurt Sethe et de Hermann Grapow. Mais, en 1882, le bombardement d’Alexandrie et l’occupation du pays par les Britanniques désireux de mettre fin aux tendances nationalistes égyptiennes face à l’ingérence européenne, modifia la situation pour les savants. Les archéologues britanniques qui investissaient désormais l’Égypte avaient remplacé les Allemands dans l’esprit des Français et représentaient, pour ces derniers, une véritable concurrence capable de s’emparer de ce qu’ils considéraient être leur science et leur domaine : le Service des Antiquités. Les rivalités scientifiques et diplomatiques étant très vives entre Français et Britanniques35, par contraste, celles entre Français et Allemands le furent moins.

  • 36  Sur le retour des savants allemands dans la course à l’archéologie égyptienne, cf. l’excellent art (...)
  • 37  Chassinat à Maspero, 1.12.1897, IdF 4011, fos 24-25.
  • 38  Maspero à Naville, 5.01.1900 Bibliothèque Publique Universitaire de Genève, manuscrit [ = désormai (...)
  • 39  Cf. Bouriant à Maspero, 10.05.1898, IdF 4005, fos 343-344.
  • 40  Sur cette fondation, cf. Suzanne Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Ger (...)
  • 41  Voir Maspero à Naville, 15.10.1907, BPU 2529, fos 326-327.
  • 42  Chassinat au ministère de l’Instruction publique, s. d. [1910], AN F 17/13602.

10Mais à la fin des années 1890, le retour des savants allemands en Égypte souhaité par Erman36 et peut-être favorisé par des Britanniques incapables après des années de s’emparer du Service des Antiquités, marqua un retour de l’influence allemande et, donc, le renouveau du thème de la menace allemande pour les Français, qui s’incarna notamment dans un personnage à la personnalité particulièrement affirmée, Ludwig Borchardt. Les Britanniques, dans l’idée d’affaiblir le directeur français du Service, Victor Loret, imposèrent la création d’une commission destinée à rédiger un catalogue des collections du musée du Caire publié sous la forme d’une centaine de gros volumes. Ce travail collectif, organisé par Borchardt, nécessita l’embauche en 1897 sous sa direction de quatre savants supplémentaires, dont un second Allemand, von Bissing, un Français, Émile Chassinat, un Britannique, James Quibell et un Américain, George Reisner. Chassinat résuma les craintes des Français : « Borchardt fait partie du musée maintenant : provisoirement dit-on ; mais cet adverbe n’a pas en Égypte le sens que nous lui attribuons en France. L.[oret] était furieux au vu de la nomination37. » Même le très retenu Maspero s’inquiétait, voyant pour les Berlinois dans cette commission « une façon économique d’ouvrir pour leur compte un institut archéologique et de s’emparer du Service »38. Loret se brouilla très rapidement avec les Allemands du catalogue39. En 1898, Borchardt, von Bissing et Heinrich Schäfer organisèrent pour la Deutsche Orient-Gesellschaft nouvellement créée en janvier 189840 des fouilles à Abou Ghorab puis sur le site voisin d’Abousir. Borchardt réussit à fonder en 1907 un Institut archéologique allemand permanent au Caire dont il prit la direction. Maspero voyait dans cette fondation la conséquence de l’échec allemand d’une tentative pour s’emparer de la direction du Service, que les accords de l’Entente cordiale signés en 1904 venaient d’accorder aux Français41. Mais, excepté le directeur de l’IFAO qui put se sentir concurrencé par un « rival aussi puissamment organisé42 », il faut bien signaler que les Français ne se focalisèrent pas, loin de là, sur cette fondation.

  • 43  Chassinat à Maspero, 13.10.1900, IdF 4011, fo 71.
  • 44  Sur le rôle d’Erman dans le renouvellement des études égyptologiques en Allemagne, cf. par exemple (...)
  • 45  Cf. sur ce point John A. Wilson, Signs and Wonders upon Pharaoh, Chicago, The University of Chicag (...)
  • 46  Naville à Maspero, 2.05.[1905], IdF 4033, fos 452-454.
  • 47  Maspero à Naville, 1.10.1907, BPU 2529, fos 324-325.
  • 48  Il s’agit de la Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde, créée en 1863, première rev (...)
  • 49  Maspero à Naville, 12.09.1910, BPU 2529, fos 359-360.
  • 50  Maspero à Naville, 5.09.1912, BPU 2529, fos 392-393.
  • 51  Von Bissing à Maspero, 30.05.1914, IdF 4005, fos 634-635.
  • 52  Cf. Erman à Maspero, 5.06.1914, IdF 4017, fos 555-556
  • 53  Maspero à Garstin, 24.04.1906, IdF 4019, fos 395-396.
  • 54  Cf. Susanne Voss, « La représentation égyptologique... », op. cit.
  • 55  Cf. von Bissing à Maspero, 9.12.1913, IdF 4005, fos 625-626.
  • 56  Lacau à Maspero, 20.03.1912, IdF 4025, fos 84-88.
  • 57  Von Bissing à Lacau, 17.11.1913, IdF 6336, fos 20-21.
  • 58  Sur ce congrès, cf. Gaston Maspero, Comptes rendus du congrès international d’archéologie classiqu (...)

11En fait, lors de ces années qui précédèrent la Première Guerre mondiale, égyptologues français et allemands ne s’opposèrent jamais, au moins publiquement. Pour des Français qui se considéraient toujours comme à la tête de la science égyptologique, dans tout collègue étranger, qu’il fût allemand, britannique ou américain, se logeait un concurrent, un rival potentiel capable de menacer les positions françaises. Ainsi, lorsque le directeur de l’IFAO décida de faire venir un pensionnaire helléniste, il s’agissait de « regagner le terrain conquis dans l’hellénisme alexandrin par les Anglais et les Allemands43 ». Les craintes françaises vis-à-vis des Allemands portaient d’abord sur la question du succès de l’École de Berlin dont les théories linguistiques commençaient à l’emporter auprès des Anglo-Saxons, isolant les Français. Erman et ses élèves révolutionnèrent en effet l’approche de la grammaire égyptienne, notamment en distinguant plusieurs périodes de la langue (ancien, moyen et égyptien tardif)44. Un système de transcription s’imposa progressivement, là où auparavant, chaque savant ou presque disposait plus ou moins du sien. À partir de 1897, Erman lança le gigantesque programme de réalisation collective d’un dictionnaire de la langue égyptienne qui allait durer plus d’un quart de siècle, le temps de relever toutes les occurrences de chaque terme dans l’ensemble des textes connus. Près d’un million et demi de fiches furent réalisées dans le cadre d’une méthode plus inductive en somme que ce qui avait été fait jusqu’alors45. Les Français, habitués à travailler de manière plus personnelle, furent sans doute dépassés par l’ampleur de cette recherche. Toutefois, il semble aussi qu’ils reprochaient autant aux savants allemands leur supposé orgueil que leurs idées scientifiques. Le citoyen suisse et francophile Édouard Naville, qui, dans sa jeunesse, avait été très proche de Lepsius, fut l’un de ceux qui combattit le plus ouvertement l’école allemande qu’il avait affublée de la devise « ex Berolino lux46 ». Le Suédois Karl Piehl fonda en 1898 à Uppsala une revue publiant très majoritairement en français, Sphinx. Revue critique embrassant le domaine entier de l’égyptologie, et dans laquelle le directeur fut particulièrement virulent à s’opposer aux idées des Berlinois. Ceux-ci, et en premier lieu Erman, y publièrent quelques articles, mais les égyptologues français furent sans doute plus nombreux à y participer. Maspero jugeait quant à lui les Berlinois « indécrottables, sauf Erman qui est très sceptique, mais qui, étant leur chef, ne veut pas avoir l’air de les attaquer »47, ajoutant : « il est certain que l’école berlinoise est intolérante et qu’elle n’accepte pas volontiers dans la Zeitschrift48 la critique de ses idées, à moins qu’elle ne vienne de l’un des membres du cénacle49. » En 1912, il fustigeait encore, toujours dans sa correspondance privée, ses collègues : « c’est ce dédain que les savants allemands de second et de troisième ordre professent pour tout ce qui est étranger. Il n’y a de science que chez eux : ce qu’on fait ailleurs ne compte pas et ne vaut pas la peine d’être publié. […] Ils sont indécrottables50. » Cela n’empêcha pas Maspero d’entretenir des rapports tout à fait cordiaux avec von Bissing, qui, il est vrai, ne portait pas Borchardt en grande estime, et se considérait même comme « un tout petit peu de la famille »51 du Français. À son départ d’Égypte en 1914, Erman lui écrivit même une lettre pour le remercier d’avoir rendu possible le travail en collaboration entre toutes les nationalités étrangères52. Maspero ne chercha pas de son côté à exploiter des faits qui auraient pu affaiblir les positions allemandes. Ainsi, en 1906, peu après la conférence d’Algésiras, il apprit que les Allemands faisaient sortir par la voie diplomatique et sur demande de Borchardt une douzaine de caisses d’antiquités qui n’avaient pas reçu l’autorisation du Service des Antiquités. Maspero interdit la saisie des caisses, afin « de ne pas lever d’incident diplomatique, surtout en ce moment53 » et préféra résoudre la question par une discussion discrète avec Borchardt. De même, en 1913, il essaya de faire nommer au sein du Service un Allemand, Hermann Kees, qui n’appartenait pas à l’école de Berlin il est vrai54, à la suite du départ en retraite du dernier compagnon de Mariette, le frère de Brugsch. L’opposition des diplomates français et britanniques en Égypte eut raison des idées du savant, convaincu qu’il valait mieux proposer cette nomination plutôt que de se la faire imposer par l’empereur allemand55. Au regard des Français, les Allemands n’avaient sans doute pas bonne presse, mais ces critiques restèrent la plupart du temps dans le cadre de conversations ou de lettres privées. Même Pierre Lacau, qui considérait le Catalogue Général du Caire comme ayant été « fondé contre nous par un ennemi56 », y travailla pendant des années aux côtés de von Bissing qui lui donnait du « cher ami57 ». Les rencontres entre les savants se passèrent donc sans opposition frontale, à l’image du Congrès international d’archéologie classique du Caire, organisé par Maspero en 190958. Ce dernier avait alerté l’année précédente le ministre français de l’Instruction publique sur le risque de voir les Français moins bien représentés que leurs voisins : 

  • 59  Brouillon de Maspero au ministre de l’Instruction Publique, 22.10.1908, IdF 4051, fos 8-11.

L’Allemagne notamment ne se lasse point de noter les menus faits qui lui paraissent de nature à montrer que notre droit sur l’Égypte monumentale est mal établi. […] Il ne faudrait pas que nos compatriotes fussent si rares au Caire qu’on pût imputer à leur absence quelque motif aussi fort mais aussi fâcheux. Mes correspondants allemands m’assurent qu’à moins d’incidents imprévus, ils seront près de deux cents, et peut-être exagèrent-ils, mais à coup sûr ils seront fort nombreux. Si l’on veut rétablir l’équilibre de notre côté, il serait à désirer que le Ministère fournît non seulement aux membres des facultés, mais aussi aux professeurs de lycée ou de collège le temps et les commodités nécessaires pour qu’ils fassent acte de présence59.

  • 60  Gaston Maspero, Rapports sur la marche du Service des Antiquités de l’Égypte de 1899 à 1910, Le Ca (...)

12Aussi, le gouvernement français fit beaucoup, notamment financièrement, pour envoyer nombre de ses nationaux en Égypte à cette occasion, de peur d’être dépassé par les Allemands. Malgré la distance, les congressistes, pour la plupart occidentaux, vinrent par centaines. L’honneur fut sauf : Maspero prit soin de noter que « les Français y étaient [venus] en majorité, puis après eux les Allemands60 ». Les journalistes firent remarquer qu’en nombre de personnes comme de communications, les Français l’emportèrent sur les Allemands, à l’image du vénérable Journal des savants :

  • 61  J. Toutain, « Le deuxième congrès international d’archéologie classique. Alexandrie – Le Caire (7 (...)

Certains paraissaient craindre que la France ne fût pas représentée au Caire aussi brillamment qu’il convenait. L’événement a démontré que ces inquiétudes étaient vaines. […] Sur 75 communications environ qui ont soit été faites, soit envoyées au congrès, plus de 30 ont eu pour auteurs des savants ou des professeurs français ; plus de 50 ont été rédigées en langue française. S’il n’est pas dans notre tempérament national de vanter nous-mêmes nos mérites, de célébrer et d’affirmer nos succès en termes déplaisants pour autrui, n’hésitons pas du moins à constater, quand l’occasion nous en est offerte, que la science, les méthodes et les œuvres françaises tiennent encore, dans certaines disciplines, le premier rang61.

La guerre de 14-18 : une germanophobie clairement proclamée

  • 62  Daressy à Lacau, 2.01.1915, IdF 6331, fos 114-115.
  • 63  Les noms des 93 signataires allemands furent publiés pour la première fois par Gabriel Deschamps, (...)
  • 64  Cf. Cordier à Naville, 19.10.1914 ; BPU 2516, fos 196-197 ; ou Naville à Maspero, 18.11.1914 et 27 (...)
  • 65  Cf. sur ce point Anne Rasmussen, « La ‘science française’ dans la guerre des manifestes, 1914-1918 (...)
  • 66  Cf. Cordier à Naville, 20.02.1915.

13Bien évidemment, la guerre de 1914 mit fin à la considération portée aux savants allemands. Les atrocités commises dans la Belgique envahie, et particulièrement le pillage de Louvain et l’incendie de sa bibliothèque en août 1914, heurtèrent les savants français, à l’image de Georges Daressy qui écrivit, indigné, à Lacau : « comment osent se dire civilisés des peuples qui mettent leur gloire à l’anéantissement des reliques du passé ? Pour ce qui nous concerne plus particulièrement, que restera-t-il des manuscrits coptes de Louvain62 ? » Mais, plus que tout, l’appel des 93 universitaires allemands en octobre 191463 dans lequel les scientifiques d’outre-Rhin apportèrent leur soutien à l’armée allemande indignèrent la communauté scientifique française, bien au-delà du monde égyptologique64. Le milieu académique fut particulièrement réactif65 et l’Institut de France - Maspero venait de devenir le Secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions-, prit la décision d’exclure les signataires allemands de l’appel, également membres correspondants des académies66. Aux yeux de ces savants qui les fréquentaient encore quelques mois auparavant, les Allemands furent désormais assimilés aux Boches et associés à l’image de la brutalité et de la barbarie du supposé militarisme allemand. Les savants français n’hésitèrent pas à partir avec détermination au front, ainsi que Lacau l’écrivit au ministre des Affaires étrangères qui, soucieux de voir le nouveau directeur du Service des Antiquités prendre son poste au Caire, lui avait fait accorder un sursis d’appel illimité :

  • 67  Lacau au ministre des Affaires étrangères, 25.12.1914, Archives Diplomatiques, Guerre 14-18, Égypt (...)

Il m’est moralement impossible de quitter mon poste à l’armée. Je n’ai aucune illusion sur l’importance de mon rôle comme caporal d’infanterie. Mais ma présence ici est à elle seule un devoir dont je ne veux pas et ne peux pas être relevé. Cela me serait profondément pénible. J’ajoute que mon départ produirait sur mes camarades la plus mauvaise impression. La conception de tous est extrêmement simpliste : ce que nous faisons ici n’a pas d’équivalent. Je trouve qu’ils ont raison. Mon âge me classe parmi les combattants. Tout est dit67.

  • 68  Maspero à Naville, 26.11.1914, BPU 2529, fos 414-415. 
  • 69  D’après Maspero à Breasted, 1915, publié par J. A. Larson, « More on Maspero », KMT (printemps 199 (...)
  • 70  Cf. George L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme : la brutalisation des sociétés européen (...)
  • 71  Louise Maspero à Naville, 9.10[1914], BPU 2529, fos 433-434.
  • 72  Cf. Louise Maspero à Naville, s. d. [circa 13.10.1916], BPU 2529, fos 453-454.
  • 73  Louise Maspero à Naville, 12.12.1918, BPU 2529, fos 465-467.
  • 74  Cf. sur ce point Susanne Voss, « La représentation égyptologique... », op. cit..

14Lacau ne fut pas le seul, loin s’en faut. Le jeune Jean Maspero, alors pensionnaire de l’IFAO, mourut dans les tranchées en 1915, convaincu de la justesse de son combat. Son père écrivait de lui quelques mois plus tôt : « ce n’est plus le doux que vous avez connu et il est plus excité contre les Allemands que moi qui lui reprochais autrefois sa tiédeur68. » Dans le but de les dénoncer dans un livre, le jeune savant relevait toutes les brutalités allemandes dont il était le témoin69, dans une perspective qui le rapproche des travaux ultérieurs de l’historien George Mosse70. Les tentatives de savants allemands pour entrer en contact avec les Français par l’intermédiaire de collègues des pays neutres furent considérées comme des provocations. Une lettre de von Bissing à ses « amis » au début de la guerre indigna Louise Maspero : « pendant trois pages et demi sur quatre, il ne cesse de vomir des injures sur la France et c’est avec une joie féroce qu’il énumère les succès actuels des armes allemandes ainsi que les succès futurs […] Je ne lui ai pas répondu. Quand des gens se connaissent depuis trente-quatre ans et qu’on les découvre tels, il n’y a qu’à ne plus les connaître71. » Le couple Maspero refusa de répondre aux condoléances adressées par von Bissing après le décès de leur fils Jean. Georg Steindorff et Erman envoyèrent en 1916 par l’intermédiaire de Naville leurs condoléances à la veuve de Maspero qui n’y fut pas plus sensible72. Elle attendit le 11 novembre 1918 pour écrire à von Bissing une « lettre digne, forte cependant […] pour [son] mari, pour [son] fils, pour la France73 ». On voit ainsi comment la guerre transforma des relations scientifiques au moins cordiales en apparence en une germanophobie durable. D’autant que les Maspero n’envoyèrent sans doute pas, de leur côté, leurs condoléances à Erman qui perdit aussi un de ses fils dans cette guerre74.

  • 75  Spiegelberg à Lacau, 28.05.1920, IdF 6340, fos 123-124. « Ich weiß nicht, ob es Ihnen erwünscht is (...)
  • 76  Brouillon de Lacau à Spiegelberg, s. d. [circa juin 1920], IdF 6340, fos 123-124.
  • 77  Golénischeff à Lacau, 15.11.1918, IdF 6338, fos 138-139.

15L’armistice de 1918 ne mit pas fin pour autant à ce sentiment. Les relations épistolaires ne reprirent pas aussi rapidement qu’après la guerre de 1870. Les dernières lettres de Sethe à Lacau datent ainsi de mai 1914. Wilhelm Spiegelberg tenta prudemment de renouer le fil du dialogue en 1920 en débutant par ces termes : « Je ne sais s’il vous paraît souhaitable de reprendre le fil des anciennes relations personnelles établies avec les collègues allemands75. » Le savant allemand demandait si les livres d’un compatriote avaient été confisqués pour le Service. Lacau n’envoya apparemment pas la réponse qu’il avait préparée, et qui se terminait ainsi : « si l’on s’avisait de les envoyer à Louvain, je ne saurais qu’approuver76. » Le traumatisme de 1914 était loin d’être oublié. Alors que certains savants plaidaient pour l’indulgence, beaucoup souhaitaient voir les « Boches […] châtiés comme ils le méritent77 ». C’est ce point de vue que Lacau, soucieux de ne pas voir les Allemands revenir en Égypte sous couvert d’un pays neutre, résuma à un égyptologue danois : 

  • 78  Copie de Lacau à Lange, 28.04.1919, IdF 6339, fos 43-45.

Il m’est absolument impossible de penser à une collaboration quelconque avec un Allemand quelconque. Nous avons le devoir de nous souvenir. Devoir pénible mais nécessaire. Pendant 40 ans vous et nous avons voulu entretenir avec l’Allemagne de bons rapports scientifiques : l’effort était sincère et, on peut le dire, méritoire. Vous avez vu le résultat. Cette comédie ne saurait recommencer.
Je le regrette profondément pour nos études où la collaboration était si nécessaire. Mais il y a quelque chose qui dépasse de beaucoup toute science, c’est la morale ; les hommes pourraient se passer sans doute d’égyptologie ; ils ne sauraient se passer de justice.
Je ne crois pas, en conscience, que les intérêts scientifiques nous permettent d’oublier. La science d’un assassin n’excuse pas son crime, elle le rend seulement plus odieux. Une nation peut posséder de vrais savants et avoir une âme parfaitement basse : la preuve est faite. Est-ce que les mérites de quelques-uns doivent couvrir les horreurs des autres ? Il y a plus : j’ignore les sentiments personnels de nos collègues, mais il semble évident que ce sont les chefs intellectuels allemands (depuis l’instituteur jusqu’au professeur d’Université) qui ont empoisonné le peuple. Ils ont été les « mauvais bergers » par conviction ou par lâcheté. Étant responsables, ils n’ont pas à plaider l’indulgence. [...]
Il faudra, je pense, former « une société scientifique des nations » entre les peuples de même culture et de même morale, c’est-à-dire entre les alliés et les neutres. Plus tard, quand les Allemands auront prouvé qu’ils sont redevenus sincèrement des Européens, ils pourraient y être admis. Je doute que ma génération assiste à cette conversion, je la désire de tout cœur, mais j’attendrai des preuves. […]
Quels progrès on aurait pu faire avec les milliards dépensés. Je ne parle pas des vies humaines. Mais il fallait d’abord sauver la civilisation de la domination barbare. Et cela vaut tout le sang versé78.

  • 79  Cf. Roswitha Reinbothe, « L’exclusion des scientifiques allemands et de la langue allemande des co (...)
  • 80  Foucart au ministère de l’Instruction Publique, 01.09.1918, Archives Nationales F 17/13604.

16La position de Lacau paraîtra extrémiste aujourd’hui, mais elle ne l’était pas en 1919, lorsque la plupart des savants français, au-delà du monde très réduit de l’égyptologie, décidèrent, pendant un temps au moins, d’un véritable boycott des scientifiques allemands, des publications et des congrès internationaux79. Quelques mois auparavant, George Foucart, le directeur de l’IFAO, avait refusé pour le Bulletin de l’IFAO un article d’un Suisse, Eugène Dévaud, parce qu’il utilisait la transcription allemande de l’École de Berlin, indiquant lui-même que tant qu’il serait « directeur, on ne verrait jamais notre imprimerie française adopter une transcription qui, n’étant pas seulement en science un misérable et pédantesque agnosticisme équivalant à un aveu d’impuissance, était en soi un drapeau boche. Il se l’est tenu pour dit80 ». Lacau avait conscience que le préjudice créé par ce boycott des savants allemands pourrait nuire à l’égyptologie. Mais, plaçant la morale au-dessus des considérations scientifiques, c’était pour lui le prix à payer.

  • 81  Lacau à Weill, 12.06.1921, IdF 6341, fo 97.
  • 82  Cf. Moret à Lacau, 18.01.1922, IdF 6335, fo 130.
  • 83  Sottas à Lacau, 30.06.1923, IdF 6335, f° 253.
  • 84  Cf. à ce propos la lettre de Borchardt du 18.11.1923, citée dans l’article de Susanne Voss présent (...)
  • 85  Cf. sur ce point Éric Gady, « Égyptologues français et égyptologues britanniques en Égypte dans la (...)

17Il n’excluait toutefois pas un éventuel pardon, qu’il ne croyait pas possible avant longtemps. On voit en cela que, loin d’ériger sa germanophobie en dogmatisme absolu, Lacau se disait aussi prêt à évoluer. En fait, c’est l’ensemble des savants français qui évoluèrent sur ce point beaucoup plus rapidement que prévu. En 1922 encore, lorsque les Français réalisèrent un volume d’hommage à Champollion à l’occasion du centenaire de sa découverte, Lacau proposa la participation des étrangers « à l’exclusion formelle des Allemands et des Autrichiens81 ». Il fut totalement soutenu en cela par le successeur de Maspero au Collège de France82, ce qui témoigne qu’il ne s’agit pas de la germanophobie d’un seul homme, mais bien des principaux représentants de l’égyptologie française qui ne faisaient qu’appliquer en cela le principe du boycott. Pourtant, Lacau conseilla à un des auteurs qui hésitait à utiliser une transcription montrant l’apport des savants allemands à la mentionner effectivement. Ce dernier le remercia, tout en regrettant : « c’est ennuyeux, mais évidemment, il y a des cas où une transcription est indispensable et il vaut mieux en adopter une bonne qu’une mauvaise83. » On voit par là que Lacau savait aussi faire la part des choses, entre ce qui était du domaine des scientifiques allemands et ce qui était du domaine de la science stricto sensu. De même, Borchardt et Lacau, d’abord par l’intermédiaire du Britannique Quibell, puis directement, échangèrent quelques lettres, certes professionnelles – par exemple des demandes d’information sur le sort de l’Institut allemand au Caire –, même si les deux hommes s’appréciaient vraisemblablement peu. La première rencontre entre Borchardt et Lacau en 1923 surprit le savant allemand qui ne s’attendait pas à un accueil aussi courtois84. Dès 1924, l’institut allemand put rouvrir ses portes. La germanophobie de Lacau n’interféra que peu dans sa pratique de la science comme de celle de ses responsabilités à la tête du Service. Doté d’une personnalité plaçant très haut le sens moral et d’une intégrité absolue, le directeur du Service, par son expérience dans les tranchées, fut sans doute plus prompt que d’autres à vouloir exclure les savants allemands du pays des pharaons. Mais il ne faudrait pas croire qu’une telle position l’isolait de ses compatriotes. Surtout, quasiment au même moment, Lacau mena également contre les archéologues anglo-saxons un véritable combat destiné à obtenir que les fouilleurs renoncent avant la fouille à tout droit sur les objets découverts, notamment lors de la très médiatisée découverte de la tombe de Toutankhamon. Il agit alors en tant que fonctionnaire égyptien, dans le sens des intérêts du pays et sut mettre de côté ses sentiments envers des savants issus de pays alliés qui ne manquèrent pas de le critiquer très violemment85. On voit dans ce cas comment Lacau sut faire passer des intérêts scientifiques avant des considérations personnelles.

  • 86  Cf. par exemple Éric Gady, « Égyptologues français et britanniques au xixe siècle : entre coopérat (...)
  • 87  Pour se limiter au seul Maspero, on signalera par exemple l’opposition très forte avec des savants (...)
  • 88  Cf. sur ce point Sabine Mangold, « France Allemagne et retour : une discipline née dans l’émulatio (...)
  • 89  Cf. Adolf Erman, Hermann Grapow, Ägyptisches Handwörterbuch, Berlin, Reuther und Reichard, 1921.
  • 90  Cf. Adolf Erman, Hermann Grapow, Wörterbuch der ägyptischen Sprache, Leipzig, Hinrichs, 5 vol. , 1 (...)
  • 91  Voir à ce propos les noms cités dans la préface du premier tome par Erman, p. II-XI.
  • 92  Jean Yoyotte, Leçon inaugurale [au Collège de France] faite le vendredi 27.03.1992, Collège de Fra (...)

18Ainsi, le siècle d’histoire séparant Champollion de Lacau fut marqué par une évolution très importante du regard des égyptologues français sur leurs collègues allemands. Purs produits d’une culture cosmopolite née dans l’esprit du siècle des Lumières, les savants français firent peu à peu apparaître leurs sentiments de distance envers leurs voisins, avant de tomber dans une germanophobie quasi générale. En cela, ils suivirent, peut-être avec un peu moins d’empressement, les tensions nationalistes qui se propagèrent tout au long du siècle dans la société pour aboutir aux conflits franco-allemands. On aurait pu attendre des savants que la fréquentation de leurs collègues étrangers puisse leur permettre de constituer des ponts entre les deux pays. Ce fut sans doute le cas en temps de paix, mais les guerres, et tout particulièrement celle de 14-18, constituèrent des tournants propres à radicaliser le regard de ces hommes de science. En 1914, ce ne furent pas seulement les horreurs de la guerre qui les firent basculer dans cette germanophobie mais le soutien supposé des scientifiques allemands à une vision du militarisme qui heurta leurs conceptions morales. Cependant, il conviendrait de nuancer la portée de ce nationalisme à l’intérieur du champ de l’égyptologie. D’abord, en indiquant qu’il ne fut pas spécifique au regard sur les savants allemands. En effet, les Français virent dans les années 1880-1900 dans leurs collègues britanniques des rivaux alors bien plus menaçants que les Allemands86. La résolution de la crise de Fachoda et l’Entente cordiale évitèrent peut-être simplement à ces craintes de dégénérer en anglophobie. De même, il convient de prendre en compte le nombre très réduit d’égyptologues dans la période. Sur le siècle étudié, l’égyptologie officielle, celle des savants qui firent leur profession de cette science, formait de chaque côté du Rhin une communauté très réduite de quelques dizaines de personnes possédant souvent des caractères très affirmés. À l’intérieur des deux pays, de très fortes personnalités virent dans leurs propres compatriotes des rivaux et leurs querelles furent parfois vives, sans avoir besoin de faire entrer la question nationale87. Enfin, il faut se demander si l’égyptologie elle-même eut à subir les conséquences du nationalisme. Certes, il y eut bien une divergence importante au tournant du siècle, du point de vue du renouvellement des idées linguistiques par les Allemands que les Français furent très lents à reconnaître. Mais les savants français surent faire passer l’intérêt de la science avant leurs considérations patriotiques et cette concurrence entre savants de différentes nationalités servit aussi d’émulation88. Les Anglo-Saxons, comme Gardiner, Breasted ou Reisner, s’étaient en effet ralliés depuis longtemps aux idées allemandes qu’ils avaient apprises à Berlin même, auprès d’Erman notamment. La parution en 1921 d’un premier Ägyptisches Handwörterbuch89, puis surtout, de 1926 à 1931, la publication des cinq tomes autographiés du Wörterbuch der ägyptischen Sprache90, soit 16000 mots traduits sur plus de 2 700 pages, allaient obliger ces derniers à se rendre à l’évidence quant à l’apport de cette œuvre collective, et pas seulement allemande, à laquelle ils n’avaient pourtant quasiment pas participé91. Au final, il n’est pas inintéressant de remarquer qu’il revint sans doute au plus germanophobe d’entre eux, Lacau, alors professeur au Collège de France à partir de 1936, de confirmer « le ralliement fécond de l’école française à l’école dite de Berlin92 » ce qui montre à nouveau combien l’ancien directeur français sut faire la part des choses et distinguer les résultats scientifiques des sentiments patriotiques.

Haut de page

Notes

1  Cf. Jean Lacouture, Champollion. Une vie de lumières, Paris, Bernard Grasset, 1988, p. 308-318.

2  Sur les relations fécondes entre orientalistes français et allemands, cf. Revue Germanique Internationale 7, 2008, « Itinéraires orientalistes » sous la direction de Pascale Rabault-Feuerhahn et Céline Trautmann-Waller.

3  Cf. Yves Laissus, Jomard, le dernier Égyptien, Paris, Fayard, 2004, le chapitre « Jomard contre Champollion ». (p. 214-249).

4  Cf. Anne-Françoise Ehrhard, « Le renfort des frères Humboldt », in : Hubert Bari, Michel Dewachter (éd.), Mémoires d’Égypte. Hommage de l’Europe à Champollion, Strasbourg, La Nuée Bleue, 1990, p. 134-141 ainsi que, avec quelques compléments et modifications de la part du même auteur, « Champollion et les frères Humboldt », in : Michel Dewachter, Alain Fouchard (éd.), L’Égyptologie et les Champollion, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1994, p. 95-115.

5  Cf. Éric Gady, « L’égyptologie : une science française ? », Égypte. Afrique et Orient 12, 1999, p. 40-48.

6  Ève Gran-Aymerich, « L’archéologie française et la Méditerranée, 1850-1900 », in : Pier Luigi Ballini, Paolo Pecorari (dir.), L’Italia, la Francia e il Mediterraneo nella seconda metà dell’800, Venise, Istituto Veneto di Scienze, 2009, p. 44.

7  Voir à ce sujet la contribution de È. Gran-Aymerich dans ce numéro de la RGI.

8  Cf. R. Lepsius, « Lettre à Mr le Professeur H. Rosellini sur l’alphabet hiéroglyphique », Annali dell’instituto di corrispondenza archeologica IX, 1837, p. 1-100.

9  Cf. les comptes rendus des séances des 2.05.1842 et 15.05.1843 de l’Association, Archives Nationales [ = désormais AN], F 17/280², dossier Prisse.

10  Prisse d’Avennes au ministre de l’Instruction publique, 18.03.1843, AN F 17/2780², dossier Prisse ; sur l’histoire de ce transfert, cf. Élisabeth Delange, « La Chambre des Ancêtres de Thoutmosis III », in : Visions d’Égypte. Émile Prisse d’Avennes (1807-1879), Paris, Bibliothèque Nationale de France, 2011, p. 53-61.

11  Ce fut le cas pour la valeur du hiéroglyphe du serpent en 1847 ou encore sur des questions de chronologie en 1849, cf. sur cet aspect Gaston Maspero, Notice biographique du vicomte Emmanuel de Rougé, Paris, Ernest Leroux, 1908, p. 11-13 ou 25-27.

12  Brugsch rencontra même l’empereur à ce sujet avant de renoncer une fois que Lepsius, informé du projet de son compatriote, lui fit attribuer très rapidement une chaire à l’Université de Göttingen que Brugsch accepta sans délai, cf. sur cette affaire un dossier AN F 17/13553.

13  On consultera par exemple la correspondance de Chabas, la mieux conservée – l’auteur ayant lui-même relié par année les nombreuses lettres reçues de ses correspondants et ayant réalisé pour chaque année un index très complet – à l’Institut de France [désormais IdF], manuscrits 2572 à 2588.

14  Cf. le brouillon de Chabas à Lepsius, 28.08.1864, IdF 2575, fos 876-879.

15  Cf. Richard Karl Lepsius, « Die Sethos-Tafel von Abydos », Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde 2, oct-nov. 1864, p. 81-83 + 1 pl. h.t.

16  Cf. Mariette à Desjardins, 7.01.1865, Bibliothèque Nationale, Nouvelles acquisitions françaises [ =NAF] 11669, fos 22-24.

17  [Ernest Desjardins], « Découverte de 76 rois pharaons et de 130 noms géographiques du temple de Sésostris par Auguste Mariette », Moniteur universel 25 (25.01.1865), p. 76.

18  Alter [pseudonyme non identifié], « Chronique », Le Monde illustré (25.02.1865).

19  Cf. Élisabeth David, Mariette Pacha, 1821-1881, Paris, Pygmalion - Gérard Watelet, 1994, p. 161.

20  Sur ce point, cf. Frédéric Chabas, Philippe Virey, Notice biographique de François-Joseph Chabas, Paris, Ernest Leroux, 1898, p. 66-71.

21  Cf. Lettre de Lepsius et carte, 9.11.1870, IdF 2581, fos 457-460.

22  Chabas à Saulcy, 12.09.1871, IdF 2582, fos 891-894.

23  Saulcy à Chabas, 15.09.1871, IdF 2582, fos 929-932.

24  Sur l’importance de la guerre franco-allemande sur les relations entre égyptologues des deux pays, cf. Éric Gady, « La guerre de 1870-71 : une rupture entre égyptologues français et allemands ? », ZAS (n° spécial pour le 150ème anniversaire de la ZAS), à paraître, 2013.

25  Mariette à Brugsch, début 1871, cité par Gaston Maspero, Mariette. Notice biographique, Paris, Ernest Leroux, 1904, p. CLXXXII.

26  Chabas à Lepsius, 12.02.1873, IdF 2584, fos 144-153.

27  Cf. Ernest Desjardins, « Les découvertes de l’égyptologie française. Les missions et les travaux de M. Mariette », Revue des deux Mondes (15.03.1874), p. 299-302 notamment.

28  Mariette à Desjardins, 17.08.1874, Bibliothèque Nationale, NAF 11669, fos 120-122.

29  Gabriel Charmes, « La réorganisation du Musée de Boulaq et les études égyptologiques en Égypte », Revue des deux Mondes (1.01.1880), p. 209-210.

30  C’est l’origine de l’actuelle école, cf. Jean Vercoutter (éd.), Centenaire de l’école du Caire (ifao) 1880-1980, Le Caire, IFAO, 1981.

31  Cf. Hans Robert Roemer, « Relations in the Humanities between Germany and Egypt. On the Occasion of the Seventy Fifth Anniversary of the German Institute of Archaeology in Cairo (1907-1982) », in : Ägypten. Dauer und Wandel, Mayence, Philipp von Zabern, 1985, p. 1-6.

32  Minute du télégramme de Ferry au ministre égyptien des Affaires étrangères, 21.01.1881, Archives diplomatiques du Quai d’Orsay, Correspondance Politique, Égypte, vol. 68, f° 97.

33  S’il faut en croire une fiche de Daressy, Centre Wladimir Golénischeff, Paris, fonds Lacau/Mariette, « Notes d’études », enveloppe « Institut Égyptien, Expédition d’Égypte ».

34  Cf. Nicole Chevalier, La Recherche archéologique française au Moyen-Orient. 1842-1947, Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, 2002.

35  Cf. par exemple Daniel J. Grange, « Archéologie et politique. Égyptologues et diplomates français au Caire (1880-1914) », in : Michel Dewachter, Alain Fouchard (éd.), L’Égyptologie et les Champollion, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1994, p. 355-370.

36  Sur le retour des savants allemands dans la course à l’archéologie égyptienne, cf. l’excellent article de Susanne Voss, « La représentation égyptologique allemande en Égypte et sa perception par les égyptologues français du xixe au milieu du xxe siècle », dans ce numéro de la RGI.

37  Chassinat à Maspero, 1.12.1897, IdF 4011, fos 24-25.

38  Maspero à Naville, 5.01.1900 Bibliothèque Publique Universitaire de Genève, manuscrit [ = désormais BPU] 2529, fos 205-208.

39  Cf. Bouriant à Maspero, 10.05.1898, IdF 4005, fos 343-344.

40  Sur cette fondation, cf. Suzanne Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton, Princeton University Press, 2003, p. 196-197.

41  Voir Maspero à Naville, 15.10.1907, BPU 2529, fos 326-327.

42  Chassinat au ministère de l’Instruction publique, s. d. [1910], AN F 17/13602.

43  Chassinat à Maspero, 13.10.1900, IdF 4011, fo 71.

44  Sur le rôle d’Erman dans le renouvellement des études égyptologiques en Allemagne, cf. par exemple Suzanne Marchand, German Orientalism in the Age of Empire. Religion, Race and Scholarship, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, p. 203-206.

45  Cf. sur ce point John A. Wilson, Signs and Wonders upon Pharaoh, Chicago, The University of Chicago Press, 1964, p. 109-111.

46  Naville à Maspero, 2.05.[1905], IdF 4033, fos 452-454.

47  Maspero à Naville, 1.10.1907, BPU 2529, fos 324-325.

48  Il s’agit de la Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde, créée en 1863, première revue scientifique uniquement consacrée à l’égyptologie.

49  Maspero à Naville, 12.09.1910, BPU 2529, fos 359-360.

50  Maspero à Naville, 5.09.1912, BPU 2529, fos 392-393.

51  Von Bissing à Maspero, 30.05.1914, IdF 4005, fos 634-635.

52  Cf. Erman à Maspero, 5.06.1914, IdF 4017, fos 555-556

53  Maspero à Garstin, 24.04.1906, IdF 4019, fos 395-396.

54  Cf. Susanne Voss, « La représentation égyptologique... », op. cit.

55  Cf. von Bissing à Maspero, 9.12.1913, IdF 4005, fos 625-626.

56  Lacau à Maspero, 20.03.1912, IdF 4025, fos 84-88.

57  Von Bissing à Lacau, 17.11.1913, IdF 6336, fos 20-21.

58  Sur ce congrès, cf. Gaston Maspero, Comptes rendus du congrès international d’archéologie classique. 2ème session, Le Caire, 1909, sous la présidence de Son Altesse le Khédive, Le Caire, Imprimerie Nationale, 1909.

59  Brouillon de Maspero au ministre de l’Instruction Publique, 22.10.1908, IdF 4051, fos 8-11.

60  Gaston Maspero, Rapports sur la marche du Service des Antiquités de l’Égypte de 1899 à 1910, Le Caire, Imprimerie Nationale, 1912, p. 304.

61  J. Toutain, « Le deuxième congrès international d’archéologie classique. Alexandrie – Le Caire (7 avril – 15 avril 1909) », Le Journal des savants, 4e série, t. 7, 1909, p. 281.

62  Daressy à Lacau, 2.01.1915, IdF 6331, fos 114-115.

63  Les noms des 93 signataires allemands furent publiés pour la première fois par Gabriel Deschamps, « Les ‘intellectuels’ allemands », Le Temps (16.10.1914), p. 2.

64  Cf. Cordier à Naville, 19.10.1914 ; BPU 2516, fos 196-197 ; ou Naville à Maspero, 18.11.1914 et 27.06.1915, IdF 4033, fos 632-634 et 640-641.

65  Cf. sur ce point Anne Rasmussen, « La ‘science française’ dans la guerre des manifestes, 1914-1918 », Mots. Les langages du politique 76, 2004, p. 9-23.

66  Cf. Cordier à Naville, 20.02.1915.

67  Lacau au ministre des Affaires étrangères, 25.12.1914, Archives Diplomatiques, Guerre 14-18, Égypte, vol. 1581, fos 78-80.

68  Maspero à Naville, 26.11.1914, BPU 2529, fos 414-415. 

69  D’après Maspero à Breasted, 1915, publié par J. A. Larson, « More on Maspero », KMT (printemps 1994), p. 4.

70  Cf. George L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme : la brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette Littératures, 2003 [1990].

71  Louise Maspero à Naville, 9.10[1914], BPU 2529, fos 433-434.

72  Cf. Louise Maspero à Naville, s. d. [circa 13.10.1916], BPU 2529, fos 453-454.

73  Louise Maspero à Naville, 12.12.1918, BPU 2529, fos 465-467.

74  Cf. sur ce point Susanne Voss, « La représentation égyptologique... », op. cit..

75  Spiegelberg à Lacau, 28.05.1920, IdF 6340, fos 123-124. « Ich weiß nicht, ob es Ihnen erwünscht ist, die alten persönlichen Beziehungen zu deutschen Kollegen wieder aufzunehmen ».

76  Brouillon de Lacau à Spiegelberg, s. d. [circa juin 1920], IdF 6340, fos 123-124.

77  Golénischeff à Lacau, 15.11.1918, IdF 6338, fos 138-139.

78  Copie de Lacau à Lange, 28.04.1919, IdF 6339, fos 43-45.

79  Cf. Roswitha Reinbothe, « L’exclusion des scientifiques allemands et de la langue allemande des congrès scientifiques internationaux d’après la Première Guerre mondiale », Revue Germanique Internationale 12, 2010, p. 193-208.

80  Foucart au ministère de l’Instruction Publique, 01.09.1918, Archives Nationales F 17/13604.

81  Lacau à Weill, 12.06.1921, IdF 6341, fo 97.

82  Cf. Moret à Lacau, 18.01.1922, IdF 6335, fo 130.

83  Sottas à Lacau, 30.06.1923, IdF 6335, f° 253.

84  Cf. à ce propos la lettre de Borchardt du 18.11.1923, citée dans l’article de Susanne Voss présent dans ce même numéro de la RGI.

85  Cf. sur ce point Éric Gady, « Égyptologues français et égyptologues britanniques en Égypte dans la première moitié du XXe siècle : une ‘Entente cordiale’ ? », in : Diana Cooper-Richer, Michel Rapoport (éd.), L’Entente cordiale. Cent ans de relations culturelles franco-britanniques (1904-2004), Paris, Créaphis, 2006, p. 51-65.

86  Cf. par exemple Éric Gady, « Égyptologues français et britanniques au xixe siècle : entre coopération scientifique et considérations patriotiques » in : Sylvie Aprile, Fabrice Bensimon (éd.), La France et l’Angleterre au xixe siècle. Échanges, représentations, comparaisons, Paris, Créaphis, 2006, p. 471-488.

87  Pour se limiter au seul Maspero, on signalera par exemple l’opposition très forte avec des savants compatriotes comme Eugène Révillout, Victor Loret, Émile Amélineau, Jacques de Morgan, etc.

88  Cf. sur ce point Sabine Mangold, « France Allemagne et retour : une discipline née dans l’émulation », Revue Germanique Internationale 7, 2008, p. 109-124.

89  Cf. Adolf Erman, Hermann Grapow, Ägyptisches Handwörterbuch, Berlin, Reuther und Reichard, 1921.

90  Cf. Adolf Erman, Hermann Grapow, Wörterbuch der ägyptischen Sprache, Leipzig, Hinrichs, 5 vol. , 1926-1931.

91  Voir à ce propos les noms cités dans la préface du premier tome par Erman, p. II-XI.

92  Jean Yoyotte, Leçon inaugurale [au Collège de France] faite le vendredi 27.03.1992, Collège de France, Paris, 1992, p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Gady, « Le regard des égyptologues français sur leurs collègues allemands, de Champollion à Lacau », Revue germanique internationale [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 01 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/1349

Haut de page

Auteur

Éric Gady

Rattaché au « Centre d’Études Alexandrines » à Alexandrie

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page