Navigation – Plan du site

La représentation égyptologique allemande en Égypte et sa perception par les égyptologues français du xixe au milieu du xxe siècle1

Susanne Voss
Traduction de Daniel Baric
p. 171-192

Résumés

On a voulu voir dans l’arrivée d’égyptologues allemands en Égypte à la fin du xixe et au début du xxe siècle des motivations liées à la politique extérieure de l’Empire allemand nouvellement fondé. Derrière la nomination de Ludwig Borchardt au Consulat général du Caire et la fondation de l’Institut allemand du Caire se trouvait en fait l’École de Berlin d’égyptologie, dirigée par Adolf Erman, qui avec son ambitieux projet de Dictionnaire de la langue égyptienne avait engagé une confrontation avec la production scientifique traditionnelle française. Alors que Erman et Borchardt réclamaient constamment une reconnaissance internationalle de l’égyptologie allemande, la diplomatie allemande, circonspecte, observait non sans méfiance cet antagonisme scientifique franco-allemand.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cette présentation repose sur une recherche consacrée à l’histoire de la section cairote de l’Inst (...)
  • 2  Stephan Seidlmayer, Altägyptisches Wörterbuch, Berlin, Brandenburgische Akademie der Wissenschafte (...)
  • 3  Voir : Eva Börsch-Supan, « Der Ägyptische Hof im Neuen Museum », in : Ingelore Hafemann (éd.), Pre (...)

1Une présentation de l’intérêt manifesté en Allemagne pour le développement des connaissances scientifiques portant sur l’Antiquité pharaonique au xixe siècle doit faire porter le regard en premier lieu sur la Prusse, où Alexandre von Humboldt s’était penché sur ce thème de recherche alors florissant en France. Après que Humboldt eut dû renoncer une nouvelle fois en 1798 à un voyage d’exploration scientifique en Égypte, en raison de la campagne militaire imminente de Bonaparte2, il se consacra à ce thème depuis Berlin, si bien que dans les années 1820 des achats assez importants d’Aegyptiaca furent réalisés à son instigation et furent entreposés à partir de 1830 au château de Monbijou3. Dans la mesure où depuis la mort de Champollion la philologie égyptienne semblait délaissée par les Français, les savants prussiens virent la possibilité d’y déployer leur talent. Depuis la moitié des années 1830, le conseiller Humboldt et l’ambassadeur de Prusse à Rome Christian von Bunsen encourageaient donc l’étude de l’égyptien ancien. Il s’agissait dans leur esprit d’établir une égyptologie systématique suivant le modèle de la philologie critique, à l’instar du domaine des sciences de l’Antiquité classique, où une telle démarche avait déjà été couronnée de succès en Prusse.

  • 4  Lettre de Bunsen au secrétaire de l’Académie August von Boekh du 15 juillet 1834, cité d’après Bär (...)
  • 5  Hartmut Mehlitz, Richard Lepsius. Ägypten und die Ordnung der Wissenschaft, Berlin, Kulturverlag K (...)
  • 6  Voir Bärbel Holtz, « Weltoffenheit… », op. cit., p. 181 et suivantes ; Ingelore Hafemann, Préface, (...)

2Bunsen écrivait ainsi en 1834 qu’il lui semble que « le moment est venu où l’Allemagne doit entrer en lice, dans les domaines où elle le cède aux Français, Anglais et Italiens4 ».Afin de remplir cette tâche, Bunsen recommanda le jeune philologue Richard Lepsius, qui depuis 1833 séjournait à Paris et se consacrait, sur les conseils de Bunsen, aux recherches linguistiques sur l’Égypte ancienne5. L’occasion d’organiser une expédition prussienne en Égypte sous la direction de Lepsius ne survint cependant qu’avec le début du règne du roi Frédéric-Guillaume IV (1840-1858), à la cour duquel, sous l’influence de Humboldt et de Bunsen, cette méthodologie systématique, qui fut la plus influente dans l’égyptologie allemande moderne put se développer. Car le roi cultivé et sensible aux arts qu’était Frédéric-Guillaume IV tenait à développer la Prusse comme puissance culturelle6.

  • 7  D’après une citation de Humboldt par Varnhagen le 18 mars 1843, cité d’après Eva Börsch-Supan, op. (...)
  • 8  Johannes Althoff, Das Ägyptische Museum, Berlin, Berlin Edition, 1998, p. 24 ; Holtz, « Weltoffenh (...)
  • 9  Mehlitz, Richard Lepsius, op. cit., p. 180 et 217.
  • 10  Cf. Bärbel Holtz, « Weltoffentheit… », op. cit., p. 202.

3De 1842 à 1845, Frédéric-Guillaume IV finança la première et seule expédition prussienne en Égypte, dont les frais importants furent expressément mesurés à l’aune des « expéditions pacifiques dans les arts et les sciences de Napoléon »7. Entre 1849 et 1859, Lepsius publia sur douze planches une partie des dessins qu’il avait effectués durant son voyage sous la dénomination de « Monuments d’Égypte et d’Ethiopie » (Denkmäler aus Ägypten und Äthiopien), alors que les pièces arrivées à Berlin prirent place en 1850 au rez-de-chaussée dans les salles d’apparat du Nouveau Musée (Neues Museum) sur l’île de la Spree à Berlin. La ville détenait désormais, avec Paris, Londres, Turin et Leiden, l’une des collections égyptiennes les plus riches et les mieux structurées en Europe8. En 1846 fut en outre créée pour Lepsius la première chaire d’égyptologie dans une principauté allemande ; en 1865, après une direction tout d’abord commune avec Giuseppe Passalacqua, il fut nommé directeur général de la collection égyptienne du Nouveau Musée9. Il reçut par la suite un siège à l’Académie des sciences prussienne également, condition préalable à l’obtention d’un financement scientifique de la part de l’État prussien. Ainsi la Prusse avait-elle pris en compte la concurrence entre nations et cours européennes dans le domaine des politiques culturelles. Dans ce contexte, de luxueuses publications conféraient à cet engagement toute sa pertinence10.

  • 11  Heinrich Brugsch, Mein Leben und mein Wandern, Berlin, Allgemeiner Verein für deutsche Literatur, (...)
  • 12  Ibid., p. 74.
  • 13  Ibid., p. 121-126.

4Durant la seconde moitié du xixe siècle, l’intérêt prussien pour l’Égypte était par conséquent comblé : « Le roi et l’État avaient rendu à l’égard de l’Égypte ancienne tout ce dont ils lui étaient redevables », notait l’égyptologue Heinrich Brugsch11. Bien que « l’école de Lepsius » fût en train de s’établir, la relève scientifique ne faisait pas l’objet d’investissements, alors que l’ensemble des activités se concentraient sur ce dernier, du moins pour celles qui relevaient du soutien étatique. Heinrich Brugsch, dont Lepsius avait refusé les services, acquit son savoir en autodidacte et désigna Emmanuel de Rougé comme son maître12. En 1851, Humboldt, impressionné par les dons de Brugsch, essaya vainement de susciter chez le roi l’envie de financer un voyage en Égypte de Brugsch à l’invitation du Britannique Anthony George Harris. En 1852 Humboldt vit la chance lui sourire lorsque Auguste Mariette fit la découverte d’inscriptions démotiques au Sérapeum de Saqqara, car seuls de Rougé et Brugsch s’étaient occupé de démotique. Frédéric-Guillaume IV finança de fait un voyage d’étude en Égypte pour Brugsch à partir de janvier 185313.

  • 14  Ibid., p. 27 et 334 ; Thomas L. Gertzen, « Der „Große“ (1827-1894) und der „Kleine“ Brugsch (1842- (...)
  • 15  Heinrich Brugsch, Mein Leben…, op. cit., p. 156-258 ; Thomas L. Gertzen, « Der ‚Große’… » , op. ci (...)
  • 16  Johannes Dümichen, Geographische Inschriften Altaegyptischer Denkmäler nebst einem Anhange, enthal (...)
  • 17  Brugsch, Mein Leben…, p. 265.
  • 18  Ibid., p. 277-78 ; cf. Éric Gady, Le Pharaon, l’égyptologue et le diplomate. Les égyptologues fran (...)

5Mariette reçut très cordialement Brugsch. Il l’invita spontanément à effectuer un séjour prolongé dans sa résidence au Sérapeum, suite à quoi les deux hommes développèrent une amitié qui les lia pour le reste de la vie14. Après la mort de Humboldt, Brugsch trouva un appui dans la personne du prince Hermann von Pückler-Muskau, qui le recommanda auprès de Guillaume Ier (régent jusqu’en 1858, roi à partir de 1861, empereur à partir de 1871). De 1864 à 1866, Guillaume Ier envoya Brugsch sur les bords du Nil en tant que vice-consul de Prusse, mais cet envoi n’ouvrait pas à une possibilité de faire de nouvelles acquisitions sur place, ni d’effectuer des fouilles. Le vice-consul, qui survivait difficilement, dépourvu qu’il était de solde, aurait dû mettre complètement fin à sa carrière scientifique, n’était le rôle que joua Said Pascha, le souverain égyptien qui le soutint par de généreuses donations15. Ainsi, même Johannes Dümichen, étudiant de Brugsch qui de 1863 à 1865 de son propre chef, « doté de modestes moyens », entreprit de recopier des inscriptions en Égypte dut réduire ses ambitions : « une lamentable pauvreté, je peux bien le dire, fut le sort qui m’échut au cours de ce voyage », écrivait-il dans sa publication parue en 1866, « mais riche en est la récompense (…). C’est avec joie que je peux me présenter à vous, mes chers professeurs Lepsius et Brugsch16 ». En 1866, Brugsch revint en Allemagne à contrecœur, ses moyens financiers étant épuisés17. Il dut tous ses séjours égyptiens ultérieurs uniquement au financement et au soutien des souverains égyptiens : Ismaïl Pascha fonda en 1870 une école locale pour égyptologues, la « Madrasat al-Lisan al-Qadim » ou « École de Langue ancienne », à la direction de laquelle à l’automne 1869 le ministre des Travaux publics d’Ismaïl Pascha, Ali Pascha Mubarak, ne nomma point Mariette, mais bien Heinrich Brugsch. En octobre 1869, alors que Mariette était momentanément absent, il fut même question dans la presse de nommer Brugsch à la tête du futur Musée de Bulaq18. Malgré la politique d’Ismaïl Pascha, qui tentait de jouer l’un contre l’autre, leur amitié perdura. L’école ferma dès 1874 cependant et Brugsch reçut d’Ismaïl Pascha d’autres tâches à accomplir.

  • 19  Concernant la situation familiale de Brugsch, cf. Theodor Brugsch, Arzt seit fünf Jahrzehnten, Ber (...)

6À ce moment, il fit venir, par l’entremise de Mariette, son plus jeune frère Emil Brugsch19 au Musée égyptien du Caire, ce qui fit d’Emil le premier et dernier Allemand qui eut jamais de poste fixe au « Service des Antiquités ». Dans les années 1870, Georg Ebers, élève de Lepsius, voyagea en Égypte pour le compte de l’éditeur Baedecker, dans le but d’effectuer des recherches pour un guide, ce que Ebers utilisa aussi pour répondre à ses propres intérêts scientifiques. Après que Ismaïl Pascha lui eut concédé en 1872, contre l’avis de Mariette, d’effectuer des moulages de plâtre au Musée du Caire, il fut également en délicatesse avec Mariette. La politique d’Ismaïl Pascha se montrait là aussi couronnée de succès.

  • 20  Bernd U. Schipper, « Adolf Erman (1854-1937) – Leben und Werk », in : Bernd U. Schipper (éd.), Ägy (...)
  • 21  Thomas L. Gertzen, École de Berlin, op. cit., p. 25-29 ; cf. Suzanne Marchand, German Orientalism (...)
  • 22  Thomas L. Gertzen, École de Berlin, op. cit., p. 31-32.

7Après que Lepsius se fut retiré en 1874 du champ scientifique, la chaire berlinoise fut délaissée jusqu’en 1881, lorsque Adolf Erman, un étudiant de Lepsius et Ebers, proposa des cours. À la mort de Lepsius en 1884, Erman reprit à la fois la chaire et la direction au Nouveau musée. En 1892 il fut nommé professeur ordinaire à la place de Lepsius et obtint en 1895 son siège à l’Académie des sciences de Prusse20. Ainsi étaient de nouveau réunies les conditions pour une activité égyptologique en Égypte avec un soutien de l’État. Mais Erman ne se montrait pas le moins du monde intéressé par cette perspective. Lorsque le privat-dozent de Heidelberg August Eisenlohr fit parvenir entre 1881 à 1890 cinq demandes de création en Égypte d’une bibliothèque dotée de manuels d’apprentissage pour savants allemands au ministère prussien des Affaires culturelles, il réussit à bloquer l’initiative à chaque fois. Car Erman ne voyait pour l’égyptologie allemande de chance de regagner une place dans la concurrence internationale qu’à Berlin, et non en Égypte. Il ne lui venait pas à l’esprit, et d’ailleurs le projet n’avait certes pas de chance d’aboutir, de créer un centre de formation pour égyptologues allemands en Égypte, comme les Français en avaient installé un avec la Mission Archéologique Française du Caire en 1881. Dans la tradition des sciences de l’Antiquité prussiennes, il renforça la spécialisation philologique de l’égyptologie allemande, afin que la part allemande dans le développement des connaissances sur l’Égypte pharaonique fût assurée sur le long terme. Ce projet prit forme avec son « École de Berlin », en prenant appui sur la traditon de l’ « École allemande » de Lepsius, et l’égyptologie allemande de fait acquit une renommée mondiale21. Sa caractéristique fondamentale résidait dans son mode opératoire systématique, que le successeur de Mariette, Gaston Maspero, voyait comme une manière de « mettre la charrue avant les bœufs22 ».

  • 23  Hans Fischer, Der Ägyptologe Georg Ebers. Eine Fallstudie zum Problem Wissenschaft und Öffentlichk (...)

8Ce fut donc Georg Ebers et non Erman qui au début des années 1880 apparut comme le défenseur public d’une participation allemande à la gestion des Antiquités en Égypte et tenta, en mettant en exergue l’attitude perçue comme nationaliste du ministère français de l’Instruction en Égypte, de gagner le jeune empire allemand à ses vues. Il critiqua sans ambages Mariette, qu’il présenta comme un despote jaloux, qui considérait les ruines égyptiennes comme « ses domaines » : « Ceux qui entrent dans le domaine dont il estime être le gérant suprême, voient son dard se retourner contre eux, et il s’est souvent montré insupportable et injuste jusqu’à l’insensibilité. » Dans un article paru en 1885, Ebers s’en prit au transport par voie maritime de l’obélisque de Louxor jusqu’à Paris, entreprise à l’initiative de Maspero, une action qu’il tint « si ce n’est pour celle d’un vandale [sic], du moins pour égoïste et démontrant un manque de piété ». En 1887, Ebers, qui soutenait August Eisenlohr dont les projets étaient constamment rejetés, prit publiquement parti pour « un institut allemand pour orientalistes au Caire », sous couvert d’une formation pour interprètes et diplomates, afin d’ancrer ses intérêts égyptologiques en Égypte23.

  • 24  Martin Kröger, „Le bâton égyptien“ – Der ägyptische Knüppel. Die Rolle der „ägyptischen Frage“ in (...)

9Mais le gouvernement allemand n’y songeait même pas. Le chancelier Otto von Bismarck préférait, non seulement au nom de considérations politiques, se tenir loin de la vallée du Nil. En effet, même s’il désapprouvait l’opération militaire de l’Angleterre, la présence de deux pointes acérées en Égypte lui agréait, car l’entrecroisement égyptien de l’Angleterre et de la France lui semblait, comme il s’en ouvrit à son fils, « le meilleur moyen pour maintenir une constante désunion des deux ». Bismarck utilisa donc les disputes entre Londres et Paris à propos de la « question égyptienne », afin d’éloigner de l’espace centre-européen les cercles politique anglais, mais aussi surtout français, dont il supposait qu’ils nourrissaient des projets de revanche suite à la guerre de 1870-1871. En fixant pour longtemps les intérêts en politique étrangère des deux grandes puissances sur l’Égypte, il espérait éviter leur possible coalition contre l’Allemagne24.

  • 25  Erman en était chargé depuis 1888 : Thomas L. Gertzen, École de Berlin, op. cit., chapitre 4. Les (...)
  • 26  Ludwig Borchardt, « Die Entstehung des Generalkatalogs und seine Entwicklung in den Jahren 1897-99 (...)
  • 27  Cf. Stephan Seidlmayer, Altägyptisches Wörterbuch, op. cit., p. 11 et suivantes ; id., « Das Ägypt (...)

10Pour Erman cette position du gouvernent allemand n’entraînait aucun désavantage. Dans la mesure où il avait l’assurance de pouvoir continuer à faire des acquisitions en Égypte et d’échanger régulièrement des vues avec Maspero, il ne se montra pas du tout intéressé par une intrusion dans la gestion franco-britannique des antiquités bien établie sur place jusqu’au milieu des années 1890. Le changement intervint avec son projet arrivé à maturité de rédiger un dictionnaire de la langue égyptienne (Wörterbuch der ägyptischen Sprache) pour lequel il reçut en juillet 1895 le soutien de l’Académie des sciences de Prusse25. Dès la même année, Erman envoya son élève Ludwig Borchardt avec l’aide financière de l’Académie des sciences de Prusse et du ministère prussien des Affaires culturelles en Égypte. Borchardt devenait ainsi le premier égyptologue depuis Lepsius, qui avec une mission confiée par un gouvernement poursuivait des buts scientifiques en Égypte. Borchardt, qui outre des études d’égyptologie, avait également reçu une formation d’architecte, devait collaborer au sein d’une équipe internationale qui avait pour tâche d’étudier la statique du temple de Philae. En fait, sa tâche consistait surtout à fournir des copies d’inscriptions pour le dictionnaire, car Erman ne faisait pas confiance aux relevés français. À la suite des travaux à Philae, Borchardt devait rentrer à Berlin, car Erman avait prévu de l’y employer au Dictionnaire. Mais Borchardt demeura au Caire en toute autonomie et offrit ses services au musée du Caire. Le nouveau directeur du Service des Antiquités Jacques de Morgan venait d’y débuter l’inventaire de tous les objets se trouvant au musée et cherchait un assistant. « Le fait que cet assistant soit justement un Allemand ne répondait pas, comme je dus l’apprendre bientôt, aux vœux de Morgan. » Il admira d’autant plus semble-t-il « l’amabilité » de Morgan qui annonça le rattachement pour six mois de Borchardt en tant qu’assistant scientifique. Borchardt s’occupa du catalogue de la statuaire et participa à l’élaboration de propositions quant à l’organisation interne. La collaboration se déroula au début dans une atmosphère harmonieuse. Les moyens mis à disposition n’étant pas suffisants, il se tourna au printemps 1897 avec l’approbation de Morgan et du consul général d’Allemagne avec une proposition de projet vers les autorités militaires britanniques, afin d’entreprendre en trois ans, avec l’aide de cinq assistants l’établissement du catalogue et la présentation des objets dans le nouveau musée26. Il ne put à ce moment compter sur l’aide de Erman : celui-ci avait fait parvenir à l’empereur le 26 février 1897 une demande d’aide pour un financement de longue durée du dictionnaire égyptien et ce faisant il avait d’un seul coup lié l’égyptologie allemande pour un longtemps au soutien de l’État27. De plus, l’Académie des Sciences de Prusse avait dans sa demande indiqué qu’elle estimait que l’avenir de l’égyptologie allemande en Égypte ne méritait pas d’être soutenu. Dans la mesure où la France et l’Angleterre disposaient d’une prépondérance politique, cela ne faisait aucun sens d’entrer en compétition avec eux sur place : 

  • 28  Message à l’empereur, 26.02.1897 : GStA PK, I. HA, Rep. 76, Vc, Sekt. 1, Tit. XI, Teil VD, Nr. 15, (...)

À l’encontre de ces efforts, la science allemande doit, elle qui n’occupe pas de position privilégiée en Égypte et ne peut être si largement subventionnée, obligatoirement se trouver désavantagée - mais sur un point uniquement, sur lequel Anglais et Allemands concentrent tout leur travail : dans la mise au jour de nouveaux matériaux, les fouilles et la copie d’inscriptions. Le véritable travail scientifique, l’analyse et l’interprétation philologique et historique de cette matière nouvellement mise à disposition se trouve hier comme aujourd’hui pour sa meilleure part dans les mains des égyptologues allemands. (…) Aussi est-il d’autant plus de notre devoir de maintenir dans notre véritable domaine scientifique l’avance dont nous avons héritée, et tandis que ceux-ci apportent toujours un nouveau matériau brut, nous devons au contraire montrer que la véritable égyptologie scientifique, hier comme aujourd’hui, a son siège principal en Allemagne28.

  • 29  Lettre de Erman au ministre des Affaires culturelles du 20.01.1900 : GStA PK, I. HA Rep. 76 Kultus (...)
  • 30  Ludwig Borchardt, « Die Entstehung… », op. cit., p. 9.
  • 31  « Denkschrift die Verwaltung der Kunstdenkmäler in Aegypten betreffend », signé Borchardt et Bissi (...)
  • 32  Bissing était peu apprécié de Erman et de ses disciples en raison de son manque de qualification s (...)
  • 33  Lettre de Borchardt au ministère des Affaires culturelles du 6.06.1899 : GStA PK, I. HA Rep. 76 Ku (...)

11En mai 1897 le projet de dictionnaire fut approuvé par l’empereur, si bien que les activités développées par Borchardt de son côté au Caire devaient perdre de leur élan. Erman trouvait que le Catalogue Général du Musée du Caire était digne d’être soutenu, mais il ne se trouvait pas en Allemagne de personnel et de moyens suffisants pour les deux projets29. Le gouvernement militaire britannique en Égypte soutint cependant le projet et en assura le financement par la Caisse de la Dette Publique. Le personnel fut constitué dès lors par les États créanciers de l’Égypte et par un pays neutre. Le choix du personnel fut effectué par les deux « doyens » de la discipline, Maspero et Erman. Émile Chassinat occupa le poste français, Walter Ewing Crum le britannique, Bissing l’allemand et George Reisner, citoyen des États-Unis, le quatrième, celui d’une puissance neutre, alors que Borchardt dirigeait les travaux et que le projet était placé sous la direction du Service des Antiquités français. Tous débutèrent leur travail le 1er octobre 189730. Poussé par le succès de cette opération, Borchardt présenta en avril 1898 un mémorandum rédigé avec Bissing à l’attention des autorités militaires britanniques, dans lequel il proposait une réorganisation de tous les travaux du Service des Antiquités et une réforme en profondeur de l’administration des antiquités, sans qu’il soit clair s’il rédigea celui-ci à sa propre initiative, ou bien à la demande des autorités britanniques. Dans le mémorandum, les auteurs déploraient la situation dans laquelle se trouvait le Service dirigé par les Français : des objets disparaîtraient constamment du musée, les méthodes de restauration employées sur les monuments seraient dommageables, le marché local des antiquités serait florissant et des principes scientifiques feraient défaut dans le travail. Le nombre de fonctionnaires formés à l’égyptologie devrait donc être augmenté et une structuration de la collection en trois grandes sections chronologiques devrait être effectuée. Des prises de vue architectoniques et photographiques systématiques devraient être faites, ce pour quoi on disposerait en Allemagne des instruments techniques nécessaires. Les plans devraient être rendus accessibles à tous les fouilleurs, toutes nations confondues. Le marché local des antiquités devrait être combattu par la mise en place d’un monopole d’État sur les monuments31. Les Britanniques rejetèrent la réforme pour raisons financières, mais signalèrent leur compréhension à l’égard du projet si les Allemands prenaient la chose en mains. Mais le ministère des Affaires étrangères à Berlin ne réagit pas à cette recommandation. Lors de l’élection au Comité d’Archéologie composé d’une équipe internationale qui devait avoir lieu peu de temps après, la candidature de Borchardt échoua devant celle de Victor Loret, le nouveau directeur du Service des Antiquités. Afin de calmer les esprits, la diplomatie allemande vota pour le jeune Bissing, bien que Erman ne lui eût fait crédit ni des capacités scientifiques, ni personnelles pour cette fonction32. Erman s’en plaignit ouvertement auprès des services du ministère et Borchardt critiqua également la décision de la diplomatie allemande33.

La représentation égyptologique allemande en Égypte, de 1899 à 1914

  • 34  Copie de la lettre du chancelier à Schmidt du 26.04.1899 : GStA PK, I. HA Rep. 76 Kultusministeriu (...)

12C’est en 1890 que Erman élabora pour la première fois le plan d’attacher un égyptologue au Consulat général d’Allemagne, afin de procurer aux travaux sur le dictionnaire en cours d’élaboration un accès sûr aux sources originales. Ce plan ne fut plus d’actualité lorsque Borchardt s’établit au Caire en 1896 et fournit dès lors nombre de transcriptions et de prises de vues qu’il envoyait à Berlin, en plus de son travail sur le catalogue. Au printemps 1898, le Service des Antiquités français interdisait pour la première fois ses copies d’inscriptions et fit recouvrir les accès aux pyramides d’Abusir, dans lesquels Borchardt était justement en train de travailler à reprendre le texte des pyramides qui s’y trouvait et dont l’importance était si grande pour le dictionnaire. Par la suite, Erman poursuivit son projet de création d’un poste d’attaché au Caire pour Borchardt, avec l’argument que le projet lexicographique financé par l’empereur était mis à mal par les Français. La diplomatie allemande, qui en raison de l’élection de Bissing avait montré qu’elle souhaitait accorder une compensation, approuva la demande et la nomination de Borchardt mais sous certaines conditions, à savoir qu’il pouvait à tout moment être suspendu, qu’il ne jouirait pas du statut diplomatique, qu’il resterait sous le contrôle du Consulat général et que les représentations britanniques et françaises n’émettent pas d’avis contraire. Une fois les accords diplomatiques obtenus, Borchardt fut nommé au 1er septembre 1899 au Caire au poste d’expert scientifique34.

  • 35  Lettre de Erman à Maspero du 4.11.1899 : BStUB, NL Erman.
  • 36  Lettre du ministre des Affaires étrangères au ministre des Affaires culturelles du 31.10.1899 : GS (...)
  • 37  Lettre de Müller à Hohenlohe du 10.11.1899 : GStA PK, HA Rep. 76 Kultusministerium Ve 1 Sekt. 1 Ab (...)

13En même temps, avec l’accord des Britanniques, Gaston Maspero fut rappelé à la tête du Service des Antiquités, la gestion de Loret ayant suscité des plaintes non seulement des Allemands, mais aussi des Britanniques et des Américains. Erman, qui depuis 1876 échangeait scientifiquement avec Maspero, salua ce choix. En novembre 1899, il écrivit (en français) à Maspero : « J’ai toujours tenu votre nomination comme la solution naturelle à toutes les difficultés et je me suis exprimé en ce sens cet hiver au Caire35 ». La diplomatie allemande, qui se trouvait en situation délicate, se montra par conséquent soulagée : « Comme il est plus proche de l’égyptologie allemande que son prédécesseur, nos savants employés en Égypte espèrent pouvoir attendre plus de compréhension36 ». Le consul général d’Allemagne le dit en ces termes : « Lord Cromer a formulé dans un entretien l’espoir que, au vu des nombreux différends qui avaient précédé l’élection du savant français, que la direction de Monsieur Maspéro [sic] réussira à calmer quelque peu l’esprit guerrier de ces Messieurs les égyptologues37. »

  • 38  Lettre de Steindorff à Erman du 15.05.1900 : GStA PK, I. HA Rep. 76 Kultusministerium Ve 1 Sekt. 1 (...)

14Mais les vœux du diplomate ne se réalisèrent pas. Quelques mois seulement après la nomination de Maspero, Erman changea d’attitude, après qu’un de ses élèves, Georg Steindorff, lui eut rendu compte d’une brusquerie de la part de Maspero à l’encontre de Heinrich Schäfer et Borchardt qui travaillaient au catalogue général : la situation de Schäfer au sein du catalogue serait devenue « indigne et intenable » depuis l’arrivée de Maspero, écrivait Steindorff. Maspero se serait installé à l’égard de Borchardt et Schäfer dans un comportement de rejet, aussi bien d’un point de vue personnel qu’administratif, et ne leur aurait pas rendu leur visite. Schäfer dans les questions de personnel serait évité par Maspero, alors que Bissing, qui n’était pourtant pas apprécié à Berlin, jouissait de sa confiance. L’attitude de Maspero ne serait donc « malheureusement pas le moins du monde due à l’attitude ambiguë de M. v. Bissing », qui néglige en raison de la situation de concurrence avec Borchardt et Schäfer la participation allemande à l’établissement du catalogue38 ».Erman élabora dès lors une stratégie : 

Pour ce qui est du catalogue, nous retirons nos hommes et laissons le champ libre aux seuls Français. Nous retirons Schäfer avec une note de protestation contre les agissements de Maspero et nous nous en remettons à Bissing, sur lequel nous n’avons pas juridiction, pour décider s’il veut ou non à titre privé continuer à collaborer au catalogue.

15En échange de quoi le ministère des Affaires étrangères doit aviser le consul général que le poste de Emil Brugsch, entretemps devenu premier conservateur au musée, doit rester allemand : 

  • 39  Lettre de Erman au ministère des Affaires culturelles du 17.05.1900 : GStA PK, I. HA Rep. 76 Kultu (...)

Au cas où cette demande ne serait pas complètement satisfaite, nous déclarons qu’à l’avenir nous ne nous occuperons plus du tout de la gestion des antiquités égyptiennes et renonçons à être représentés au sein du Comité39

16Dans un rapport sur la situation de l’égyptologie allemande au Caire pour le ministère des Affaires culturelles, Erman esquissa un scénario négatif sans concession, selon lequel Maspero certes contre la volonté, mais avec le consentement des Britanniques, poursuivait ouvertement une politique dédaigneuse à l’égard des intérêts allemands :

  • 40  Rapport de Erman au ministre des Affaires culturelles en mai (sans indication de date) 1900 : GStA (...)

La continuation du catalogue ne peut plus être faite selon les critères plus sévères qu’exigent la science allemande et anglaise. Cette grande entreprise, qui doit rendre accessible à la recherche de loin la plus importante de toutes les collections égyptiennes, doit plutôt être achevée suivant les directives de Monsieur Maspero, c’est-à-dire d’après la pratique approximative des Français et ce que ceci signifie dans l’égyptologie n’est que trop bien connu. Je me permets de présenter en annexe la singulière et regrettable position que l’égyptologie française occupe dans la science ; il y a tout à craindre que le catalogue du Musée du Caire établi une sous-direction française sera un ouvrage certes important en nombre de volumes produits, mais auquel on ne pourra faire une confiance absolue et qui scientifiquement sera à peine utilisable. (…) Tous les savants qui représentent une tendance plus sérieuse dans l’égyptologie doivent être éliminés. (…) Aucun doute n’est donc malheureusement possible, Monsieur Maspero veut fondamentalement éliminer du Musée la science allemande et ses adeptes sérieux, et cet objectif ne saurait être masqué par le fait qu’il garde au Musée un autre jeune Allemand qu’il tente de gagner à ses vues en tant qu’homme de confiance. (…) Nous nous sommes efforcés jusqu’à présent de toujours rester en paix avec les égyptologues français et le Service des Antiquités mais cela reviendrait à nous déprendre nous-mêmes de toute réputation, si nous ne voulions pas nous défendre avec la dernière énergie contre cette attaque. Ce n’est qu’en montrant que nous ne laisserons pas marginaliser qu’à l’avenir au Caire nous serons considérés et traités justement40.

  • 41  Cf. Hermann Grapow, Meine Begegnungen mit einigen Ägyptologen, Berlin, Seitz, 1973 (1963), p. 11 e (...)

17De fait, Maspero avait touché le point le plus sensible chez Erman, en ignorant les exigences méthodiques « sérieuses » de l’école berlinoise et en mettant en danger des informations « sûres » et « utiles » en raison d’une qualification scientifique jugée insuffisante41. Car Maspero, selon Erman, se serait juste une fois « essayé à l’égyptologie » et ne voudrait, au lieu de faire de sérieusement de la science, qu’être « connu » :

  • 42  Adolf Erman, Mein Werden und mein Wirken, Erinnerungen eines alten Berliner Gelehrten, Berlin, 192 (...)

Ainsi se mit-il à faire de l’égyptien et le fit avec zèle et habilité ; certes, il n’en fit pas comme un savant allemand le ferait, ni même comme les anciens grands orientalistes de France, un Sacy ou un Quatremère l’auraient fait. (…) Lepsius me montra une fois une lettre de lui, dans laquelle il dit clairement qu’il voulait désormais « travailler en grand ». On peut imaginer ce que Lepsius ressentit à ce beau principe42.

18En mai 1900 Erman expliqua ses vues au ministre prussien des Affaires culturelles quant à la situation en présence. Il mit précisément l’accent sur l’antagonisme scientifique franco-allemand et sa lettre mérite pour cette raison d’être citée intégralement :

  • 43  Rapport de Erman au ministre prussien des Affaires culturelles de mai (sans date) 1900 : GStA PK, (...)

Durant son premier demi-siècle d’existence, l’égyptologie, comme toutes les jeunes sciences, eut à souffrir que des personnes qui n’en avaient pas la vocation, qui ne possédaient pas la préparation intellectuelle préalable nécessaire, s’y sont engagés et souvent y tinrent le haut du pavé ; une chose montre où nous en étions arrivés, la confiance très limitée que l’égyptologie inspirait dans les années 1860, malgré l’activité sérieuse de Lepsius, auprès des orientalistes et des historiens allemands. Dans les deux dernières décennies un changement est intervenu ; le charme du sensationnel, qui attirait les dilettantes, a en grande partie disparu et une direction plus sérieuse, comme elle fut représentée dans les années récentes par quelques hommes peu nombreux comme Lepsius, de Rougé, Chabas, Goodwin, est maintenant reconnue. Elle présuppose des connaissances linguistiques systématiques et une formation philologique générale, exige une observation précise sans a priori et des conclusions prudentes. Cette direction est en Allemagne, si l’on excepte deux messieurs, dont l’un par son âge appartient à cette génération plus ancienne, la seule en présence. En Amérique en font partie les trois seuls égyptologues qui peuvent entrer en ligne de compte. En Russie elle est reconnue par les trois égyptologues de ce pays (Golenischeff, von Lemm, Turajeff) ; dans les pays nordiques, en Suisse et en Hollande, les plus jeunes représentants en font absolument partie (Lange, Knudtzon, J. J. Heß, Boeser). De même en Angleterre, durant la dernière décennie une génération a commencé à travailler, selon de sévères exigences scientifiques, et des hommes tels que Griffith et Crum montrent la voie à suivre. Le fait que dans l’opinion publique en Angleterre le traitement marqué de dilettantisme, tel qu’il est représenté par le conservateur du British Museum M. Budge joue encore un rôle, ne doit pas étonner, étant donné les particularités de la situation anglaise. Même une manière plus ethnographique, fondée par le découvreur méritant Petrie, jouit d’une certaine faveur auprès du public anglais.
À la différence de ce progrès scientifique tous azimuts de l’égyptologie, dans les pays latins en France et en Italie, l’ancienne manière dénuée de méthode est demeurée absolument prédominante. Ceci est dû d’une part au marasme que traverse toute la philologie dans ces pays, mais aussi à la grande influence personnelle dont jouit dans ces pays l’égyptologue parisien Gaston Maspero. Personne ne niera que ce grand savant par ses idées brillantes a plus d’une fois été stimulant et a pu faire avancer l’égyptologie par des trouvailles heureuses, mais comme lui-même en est venu à l’égyptologie dépourvu de la préparation scientifique suffisante, il n’éprouve pas le sentiment d’une telle nécessité, si bien que ce ne sont que des dilettantes qui sont issus de son école. Tous cherchent, comme lui-même, à remplacer la formation scientifique qui leur manque par de l’activisme. Mais comme ils n’ont pas l’esprit de Maspero, leurs travaux ne sont pour la plupart pas utilisables. Ainsi dans une publication officielle française, une des plus importantes inscriptions de l’Antiquité (celle de Rekhmire), a-t-elle été traduite littéralement en sens inverse (si bien que la dernière ligne apparaît à la place de la première et ainsi de suite), sans que le traducteur de ce texte n’éprouve face à ces 39 longues lignes quelques doutes quant à sa traduction (Mémoires publiés par les membres de la mission archéologique française du Caire [ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts] V, 19 ff.) ; et de tels exemples sont légion. Même en recopiant les inscriptions les plus simples, les égyptologues français n’arrivent pas à donner une ligne sans que celle-ci soit fautive en plusieurs endroits. C’est un fait largement connu qu’aucune publication égyptologique française ne doit être utilisée sans un travail préalable de collationnement.
Cette incroyable situation s’explique justement par le fait que leurs auteurs ne saisissent qu’imparfaitement ce qu’ils copient et qu’ils s’efforcent souvent d’en faire le plus possible en quantité. Ces messieurs français qui ont copié les importantes tombes d’Assouan en peu de jours (nous-mêmes osons à peine, après des années d’étude, en publier les principales inscriptions) ont littéralement parié entre eux qui effectuerait son pensum le plus vite ; ce qu’il est advenu de ce pari est tristement visible dans la publication officielle de Monsieur de Morgan.
Cette situation dans l’égyptologie française nous semble, d’après nos vues allemandes, incompréhensibles, mais il ne faut justement pas oublier que les personnes qui font de l’égyptologie en France ont été en fait formées à des métiers fort différents et n’en sont venues à l’égyptologie que par hasard, ou bien par le biais des conférences populaires de Maspero. De sorte que si ma mémoire est bonne :
Maspero, Professeur au Collège de France et actuellement Directeur général du   Musée du Caire - était jounaliste
Chassinat, Directeur de l’Institut français au Caire - lithographe
Legrain, Assistant au Musée du Caire – dessinateur
Darèssy [sic], idem - pharmacien ( ?)
Loret, Professeur à Lyon et ancien Directeur général au Caire - musicien
de Morgan, ancien directeur général au Caire– ingénieur
Bénédite, Prof. à Paris – historien de l’art
Virey – propriétaire foncier
Gayet – architecte
Guieyesse, enseignant à l’École des hautes études – homme politique (ministre des Colonies par intermittence)
Amélineau, idem - homme d’Église
Scheil – assyriologue
De l’ancienne génération :
Grébaut, ancien Directeur général au Caire – était avocat
Revillout, Conservateur au Louvre – était moine
Pierret, Directeur du Louvre – fonctionnaire des chemins de fer
Baillet (Orléans) – juge des affaires commerciales
Si cette triste situation de l’égyptologie française n’a été qu’à peine évoquée dans la littérature scientifique, c’est que cette dissimulation de la réalité repose en partie sur le besoin de maintenir dans le petit cercle des égyptologues, autant que faire se peut, des relations mutuelles. Par ailleurs jouait aussi le souhait de ne pas heurter l’administration des antiquités d’Égypte, qui se trouve entre les mains des Français, dans l’intérêt des collections européennes. Malheureusement il semble que cette considération n’ait fait que flatter l’orgueil du côté français43.

  • 44  Les professions des égyptologues ne sont que partiellement exactes (cf. Warren R. Dawson, Eric P. (...)
  • 45  Lettre de Borchardt à Hatzfeld du 16.01.1912 : DAIK, Mappe o. Nr., Service des Antiquités 1 [1907- (...)

19Le jugement irrespectueux et calomnieux44 exprimé par Erman montre clairement d’où la confrontation tirait sa charge conflictuelle. De petites impolitesses, comme le manquement de Maspero à rendre à Borchardt et Schäfer leur visite et l’opposition à la participation active de Schäfer au Catalogue général du Caire, furent interprétées comme un déni démonstratif des résultats atteints sous la direction de Erman. La soumission pour raison politique des égyptologues berlinois à la méthode française dans le travail d’exploitation scientifique de leur sujet commun de recherche représentait pour cette raison un défi permanent quant à leur « sérieux » et mettait à rude épreuve l’exigence de reconnaissance internationale chez Erman, qui était désormais acquise dans les pays nordiques et aux États-Unis. Par la suite, Borchardt aussi réclama continuellement une place pour la science allemande45.

20Le consul général d’Allemagne Felix von Müller, qui connaissait les sensibilités internes au monde scientifique, conseillait cependant la retenue. Le 2 février 1901, il écrivit au ministre des Affaires étrangères Bernhard von Bülow :

  • 46  Lettre de Müller à Bülow du 19.02.1901 : GStA PK, I. HA Rep. 76 Kultusministerium Ve 1 Sekt. 1 Abt (...)

Par la présente, je me permets d’intervenir, pour dire que je ne peux croire, à la suite de mes rapports constants avec cet homme remarquable, à un parti-pris à l’encontre de tout ce qui est allemand et contre la science allemande de M. Maspero, que l’administration des musées de Berlin croit pouvoir trouver dans les buts qu’il poursuivrait.
Je ne puis non plus souscrire à l’idée qu’existerait de longue date un plan qui viserait à éliminer l’élément allemand de sa position privilégiée au musée de Guizeh, ce à quoi Monsieur Maspero aurait conspiré avec mon collègue français, le représentant britannique et le conseiller au ministère de l’Instruction publique. Les promotions attendues aux plus hauts postes du musée ne peuvent à mon sens représenter que superficiellement une preuve de l’existence d’un tel plan. Comme Monsieur le Professeur Erman le reconnaît lui-même, la création du musée du Caire repose sur des traditions françaises. Il est connu que la France y protège jalousement la nomination d’un Français au poste de directeur. Nous avions accepté en son temps sans broncher la nomination de Maspero, puisque nous ne pouvions faire autrement. Maintenant nous devons en supporter les conséquences, reconnaître quelle est notre position quant au musée et chercher à conformer notre position en conséquence. Si comme des savants étrangers le reconnaissent, notre égyptologie est actuellement la première du monde, nous n’avons des exigences avant tout que d’ordre moral, et aucunement juridique, d’occuper dans le cadre de l’administration du musée à Guizeh une situation prépondérante. A mon sens il serait bien plus de notre intérêt de faire venir à la troisième place quelqu’un de capable, qui le moment venu, lors du départ de Daressy, pourrait occuper son poste. D’ici là, nous devrions tendre nos efforts vers le maintien en nombre et intact du personnel allemand au musée autant que faire se peut et non, comme ce fut le cas l’automne dernier par la demande soudaine du dr. Schäfer à être relevé de ses fonctions, d’affaiblir notre position : si l’on part du principe que Monsieur Maspero agit sous l’influence de tendances germanophobes, cela reviendrait à lui faciliter la victoire que de retirer nos propres troupes sur un mouvement de mécontentement. Il me semble qu’une protestation énergique, un éclat et une retraite en masse seraient bien plus adaptés. Il ne faudrait pas se bercer d’illusion et croire que la politique des petites provocations du musée de Berlin reste inaperçue ici et n’a pas contribué à sa manière à l’augmentation de la tension dans les rapports mutuels46.

  • 47  Lettre de Ludwig à Mimi Borchardt du 11.11.1909 : SIK.
  • 48  Cf. Élisabeth David (éd.), Gaston Maspero. Lettres d’Egypte. Correspondance avec Louise Maspero (1 (...)
  • 49  Lettre de Borchardt à Erman du 11.04.1912 : BStUB, NL Erman.
  • 50  Rapport de Borchardt à Bethmann Holeweg du 14.05.1912 : DAIK, Mappe o. Nr., Service des Antiquités (...)
  • 51  Cf. Bénédicte Savoy (éd.), Nofretete. Eine deutsch-fanzösische Affaire 1912-1931, Cologne, Vienne, (...)

21L’attitude de retenue de la diplomatie allemande n’entama cependant pas celle adoptée par Borchardt. Il refusa constamment de montrer du respect à Maspero et livra des années durant aux autorités des Affaires étrangères pour preuve de son avis, dans ses rapports spéciaux, les manquements des collaborateurs du Service des Antiquités. Il réagit avec irritation lorsque le 18 septembre 1911 Maspero reçut à l’instigation de Erman la décoration de l’aigle rouge de deuxième classe de la part de l’empereur et évalua ce geste comme une manière indigne de rentrer dans ses bonnes grâces47, alors que lui-même ne portait que l’insigne de l’aigle rouge de troisième classe, donc de rang inférieur, ce qui a dû jouer un certain rôle. Les rencontres informelles initiées par Erman autour de bières et de limonades dans une brasserie berlinoise, que Maspero décrivait à son épouse48, ne réussirent donc pas à calmer les esprits. Borchardt insistait sur le ce qu’il percevait comme un « droit » d’ancrer l’égyptologie allemande scientifiquement supérieure dans le sol égyptien et s’efforçait de créer une présence durable sur place. Alors que Erman soutenait une demande d’étatisation de son poste d’assistant afin de faire sortir Borchardt de ce rôle socialement et financièrement mineur d’attaché spécial, les choses prirent un nouveau cours en 1907, après que l’Académie prussienne eut réprouvé le statut incertain dans lequel se trouvait Borchardt. Erman souhaitait que Borchardt et le fonds accumulé sur place comprenant les archives photographiques, la bibliothèque et l’équipement pour le travail sur le terrain trouvent une forme stable sous la forme d’une « station », puisque Borchardt exerçait ses activités depuis sa villa privée, qu’il avait acquise en 1903 après son mariage avec la riche Emilie Cohen dans le quartier huppé de Zamalek au Caire. Mais le consul général d’Allemagne trouvait le terme de « station » sujet à critique, dans la mesure où en anglais et en français il pouvait être compris au sens de « station de chemin de fer », et pourrait donner lieu à des plaisanteries. Contre la volonté de Erman, qui mettait en garde contre un « palais » qui ne serait pas à la hauteur de l’appellation, le ministère des Affaires étrangères décida sur les recommandations de Borchardt d’adopter l’appellation d’Institut impérial allemand du Caire pour les Antiquités égyptiennes (Kaiserlich Deutsches Institut für Ägyptische Altertumskunde in Kairo). La fondation de l’institut en août 1907 eut pour conséquence une séparation brutale entre Borchardt et le cercle berlinois réuni autour de Erman, qui redoutait non seulement que les intérêts du dictionnaire fussent mis en danger, mais aussi des pertes économiques pour l’égyptologie en Allemagne. Ceci ne se produisit pourtant pas : l’institut demeura dans la villa privée de Borchardt, ne bénéficia d’aucune augmentation en terme de personnel employé, et continua donc à fonctionner avec lui et un assistant temporaire, ne disposant que d’un budget modeste, qui n’aurait pu être versé sans l’apport personnel de Borchardt, qui demeura invariablement le directeur exécutif. L’institut avait pour tâche, d’après son règlement, de transmettre pour le monde savant et les musées allemands des informations scientifiques, des données sur des acquisitions et apporter un soutien dans le règlement de questions administratives dans le cadre de fouilles. L’ensemble des frais, y compris de port, de matériel et de déplacements, restait à la charge des parties intéressées. L’institut n’entreprit aucune campagne de fouilles, le ministère des Affaires étrangères n’ayant prévu aucuns moyens à cette fin. Les fouilles de Borchardt, Schäfer et Bissing à Abu Gurob (1898-1901) étaient financées par Bissing ; celles d’Abusir (1901-1904 ; 1907-1908) et d’Amarna (1907 ; 1911-1914) le furent en grande partiepar James Simon le mécène des musées de Berlin et qui se trouvait à la tête de la Société allemande des orientalistes (Deutsche Orient-Gesellschaft [DOG]), alors que Borchardt lui faisait espérer qu’il reprendrait lui-même une part du financement, dans la mesure où les moyens de la DOG étaient liés depuis 1898 aux fouilles de Babylone. En 1908 Borchardt acquit sur ses propres fonds une villa qui se trouvait immédiatement adjacente à sa propre maison et y installa une institution modèle (Musteranstalt49), qui ne pouvait selon ses dires qu’être une source d’inspiration pour les Français. Il ne pouvait cependant pas se mesurer à la Mission française et au Service des Antiquités dirigé par des Français. En 1912 le budget annuel du Service des Antiquités était de l’ordre de 560 000 marks, plus 30 800 marks produits par la vente d’antiquités et de billets aux touristes50 et dépassa de la sorte encore considérablement celui-ci en 1914, lorsque le budget de l’institut allemand atteignit sa plus forte dotation, soit 25 500 marks (en 1899, lorsque le rattachement officiel eut lieu, le budget était de 10 000 marks) ; quant au personnel, il était composé de nombre d’archéologues français, britanniques et égyptiens rattachés institutionnellement, alors que de l’autre côté, il ne s’agissait toujours que de deux personnes (Borchardt et un assistant), qui représentaient en permanence l’égyptologie allemande. Mais l’effet d’image fonctionna à plein et assura à l’institut le statut de concurrent qu’il s’agissait de combattre sérieusement51.

  • 52  Lettre de Borchardt au comte Metternich du 9.05.1911 avec liste jointe des employés du 8.05.1911. (...)
  • 53   Lettre de Borchardt au Chancelier du 11.05.1914 : DAIK, Mappe o. Nr., Service des Antiquités 2 [1 (...)

22Les tentatives de Borchardt d’ancrer la méthodologie de l’école berlinoise au sein du Service des Antiquités restèrent sans résultat : « Aujourd’hui encore, mettait-il en garde l’ambassadeur d’Allemagne à Londres en 1911, nous occupons, en prenant en compte l’ensemble de l’administration muséale, c’est-à-dire y compris Alexandrie, la dernière place52 ». Lorsque Maspero voulut, au moment où Emil Brugsch faisait valoir ses droits à la retraite en tant que Premier conservateur du Musée du Caire, faire nommer au dernier poste de conservateur, avec l’accord de la diplomatie allemande, un élève de Bissing, Hermann Kees, qui n’appartenait pas à l’École de Berlin, Erman et Borchardt manifestèrent leur opposition et abandonnèrent le poste. Georges Daressy remplaça donc Brugsch à son poste, alors que l’égyptologue local Ahmed Kamal occupa sa position. Fin 1913, à la veille de la Première Guerre mondiale, le dernier poste occupé par un Allemand fut donc perdu. Borchardt n’en rendit cependant pas responsables les diplomates allemands, mais bien Lord Kitchener et Maspero, dont il ne doutait plus de « l’attitude germanophobe » depuis les événements liés à la rétrogradation de Schäfer des travaux liés au Catalogue général du Caire qu’il rendait responsable de la définitive « expulsion de l’élément allemand du Service ».53

Les conséquences de la guerre (1914 à 1923)

  • 54  Nécrologie de Rösch par Borchardt, classée en novembre 1925 : DAIK, Mappe A XXV, Assistenten (1923 (...)
  • 55  Lettre de l’agence diplomatique au Caire à l’ambassadeur américain à Berlin, du 24.08.1916 : PA AA (...)
  • 56  Copie du rapport de séquestre du ministre égyptien des Finances Youssef Pacha Wahba du 31.10.1916  (...)
  • 57  Zählblatt für geschädigte Auslandsdeutsche des Reichskommissars zur Erörterungvon Gewalttätigkeite (...)

23Après le début de la Première Guerre mondiale, l’assistant de Borchardt présent au Caire Friedrich Rösch ferma l’institut et se rendit sur le front en passant par l’Allemagne. Il mourut le 31 août 1914 dans un hôpital de campagne à Petitmont en France, « mortellement blessé par le plomb meurtrier d’un franc-tireur français54 ». En novembre 1915, les autorités militaires britanniques firent raser la maison d’hôtes allemande de Thèbes conçue par Borchardt et construiteen 1904 sur les moyens personnels de l’empereur, en alléguant un trafic illégal d’antiquités du gardien, d’après d’autres sources en raison d’une attaque de la confrérie des senoussisou à l’instigation de Howard Carter, sans que les autorités françaises du Service des Antiquités en eussent été informées55. Le 1er novembre 1916 les maisons cairotes de Borchardt furent mises sous séquestre et remises au ministère égyptien des Finances56. Borchardt se fit inscrire sur la liste des « Allemands de l’étranger ayant subi des pertes » en Égypte57. Des publications et des déclarations hostiles aux Allemands de la part de savants français, britanniques et à partir de 1917 américains également, firent le tour de Berlin. Erman subit comme Maspero le drame de la perte de l’un de ses fils. En décembre 1916, l’un de ses anciens étudiants, Jean-Jacques Heß de Zürich, lui écrivit :

  • 58  Lettre de Heß à Erman du 5.12.1916 : BStUB, NL Erman.

J’espère cependant que le temps, qui seul peut guérir de telles blessures, vous apportera également le soulagement et que le travail gigantesque que vous avez eu la chance d’initier et de mener - je veux dire le dictionnaire égyptien - vous aidera à traverser les moments les plus difficiles ! C’est bien le signe de l’immensité de la catastrophe que vous-même comme Maspero ayez perdu un enfant, qui laissait augurer des plus belles espérances. Si seulement l’année à venir pouvait nous apporter la paix58 !

  • 59  Deutsches Institut für ägyptische Altertumskunde in Kairo im Jahre 1923/4, 15.09.1924 : PA AA, R 6 (...)

24Au cours de l’été 1920, la britannique Egypt Exploration Society reprit la concession de fouilles allemande de Tell el-Amarna, y compris la maison de fouilles. En septembre 1920 les autorités militaires britanniques inscrivirent sur la base de déclarations d’officiels égyptiens la propriété privée de Borchardt comme bien du gouvernement allemand et donnèrent leur accord pour expropriation. Conformément à l’article 153 du Traité de Versailles, les deux villas et le terrain du Caire étaient officiellement remis aux autorités égyptiennes59. Le ministère des Affaires étrangères put, après avoir mis au net la situation juridique, remettre à plus tard la vente, alors que l’inspecteur britannique du Service des Antiquités Cecil Firth put sauver la bibliothèque de la vente en s’installant provisoirement dans la maison de Borchardt. Ce n’est qu’après une demande de savants suisses qui avaient répondu à l’appel de Borchardt à titre privé auprès Foreign Office britannique qu’il put récupérer ses deux maisons du Caire à l’automne 1921, sans toutefois recevoir l’autorisation d’y revenir. Il ne reçut de la part de Erman que peu de soutien, alors même que ce dernier estimait que les conséquences de la guerre pour les travaux allemands en Égypte étaient injustes. À son collègue britannique Alan Gardiner, qui lui écrivait en août 1920 que les Allemands n’avaient de la part de l’administration des antiquités en Égypte plus aucune sympathie à attendre : 

  • 60  Lettre de Erman à Gardiner du 24.08.1920 (en allemand : il était de coutume dans le milieu des égy (...)

Et lorsque vous vous demandez, comment un Français pourrait encore être juste à l’égard d’un Allemand, après qu’un tiers de son pays a été dévasté, je vous demande aussi de prendre en considération la difficulté dans laquelle nous devons nous trouver nous autres Allemands à rester justes contre ceux qui sont à l’origine de toutes les horreurs que nous avons vécues, surtout le blocus de la faim après l’armistice qui a livré à une mort lente presque un million de femmes, d’enfants et de personnes âgées. Et pourtant nous nous efforçons de rester justes et de ne pas porter la haine dans la science [...]. Mais il faut supporter tout cela en plus de tout ce que la guerre nous a apporté. Portez-vous bien, cher Gardiner, puissiez-vous connaître encore l’époque où la guerre et la haine entre les peuples ne seront plus qu’un mauvais rêve loin derrière vous, alors peut-être rejoindrez-vous mes vues60.

La reconstruction (1923 à 1929)

  • 61  Par exemple lettre de Borchardt à Erman du 21.06.1919 : BStUB, NL Erman ; lettre de Borchardt au m (...)

25Après la fin des négociations franco-britanniques et le règlement des conditions futures d’installation pour ressortissants allemands en Égypte par le gouvernement national égyptien devenu entre-temps indépendant, Borchardt eut la permission en octobre 1923 de retourner au Caire, où il trouva sa propriété délabrée et partiellement occupée. Ce n’est qu’après avoir vécu un an dans un bateau qui lui servit de résidence provisoire amarré sur les bords du Nil devant sa maison que le couple Borchardt put de nouveau y emménager. Borchardt ne se fit pas beaucoup d’illusions sur l’attitude des savants de toutes nationalités qui se trouvaient sur place. Ceci s’appliquait en particulier au successeur de Maspero, Pierre Lacau, dont l’hostilité à l’égard des Allemands suite au conflit mondial était bien connue et dont on s’attendait à Berlin qu’il exprime de forts ressentiments61. Un an plus tôt, son attitude avait été présentée à Erman dans les couleurs les plus noires : 

  • 62  Lettre de Heß à Erman du 17.05.1922 : BStUB, NL Erman.

« Les déclarations de Lacau sont tristes, mais que ne dit-on pas dans l’atmosphère de psychose de guerre ; non seulement dans les pays belligérants, mais chez nous aussi la moitié des gens était hors de ses gonds, et moi-même j’ai été traité à Fribourg, à mon amusement, de sale boche ! Maintenant il faut essayer de tout oublier et de ne pas regarder en arrière. Je sais que l’attitude des Français à votre égard, vous Allemands ne vous facilite pas la tâche, mais il ne faut pas oublier non plus que les Français ont terriblement souffert pendant la guerre, si bien que je pense qu’ils ne s’en remettront pas, alors que l’Allemagne dans une à deux générations redeviendra de nouveau la puissance la plus forte sur le continent. J’espère pouvoir faire quelque chose afin d’apaiser les esprits à Paris. On croit toujours en France qu’en Allemagne règne l’abondance, en partie parce que des étrangers qui voyagent avec des francs et des dollars dans les restaurants et les lieux de divertissement ne vont pas voir dans les familles, et de fait ils doivent en venir à ces vues. Je dirai à Paris ce qu’il en est réellement de la situation en Allemagne ! »62

26La première visite de Borchardt auprès de Lacau se déroula cependant complètement différemment de qu’il attendait : 

  • 63  Lettre de Borchardt concernant « la reprise des relations avec les savants étrangers » au ministèr (...)

Je peux dire ici que mes attentes ont été plus que comblées. Non seulement M. Lacau se montra très correct à mon égard, mais encore plutôt prévenant. Il discuta d’affaires internes à son Service, comme si j’étais encore membre du Comité d’Archéologie. La seule chose qui fut dite et qui rappelait les neuf dernières années était sa remarque selon laquelle sur certaines choses nous avions chacun nos propres vues, et qu’il vaudrait mieux ne pas les aborder et en rester aux relations professionnelles […] Par ailleurs nous aurions du point de vue scientifique les mêmes buts, à savoir soutenir l’archéologie en Égypte, et donc aurions toujours à entrer en contact les uns avec les autres, etc. Comme je savais que M. Lacau il y a deux ans encore avait refusé toute coopération avec des Allemands […], je fus particulièrement étonné lorsqu’il en vint à parler de manière tout à fait inattendue d’un thème […], à savoir la collaboration d’Allemands à l’édition du Catalogue général du Caire. Il me demanda si moi-même et le directeur Schäfer […] voulions reprendre le travail de préparation à l’impression de nos volumes, qui avait été interrompu par la guerre63.

27En 1924 et à l’automne 1925 Lacau, avec lequel pour sa part Borchardt interagissait avec des égards particuliers, lui confia plusieurs petites fouilles, recherches et calculs complémentaires, notamment à Meidum, Saqqara, Gizeh, Abusir el-Meleq et Karnak, sans confirmation préalable du Comité d’Archéologie et mit à sa disposition pour Abusir el-Meleq la maison de fouilles du Service. Les travaux de Borchardt à Saqqara furent qui plus est soutenus par des travailleurs du Service des Antiquités, dans la mesure où Borchardt ne pouvait plus faire appel à des mécènes allemands et qu’il ne pouvait plus régler lui-même des travailleurs. Avec l’expérience des hostilités qui avaient déjà alourdi les relations depuis la guerre de 1870/71 et qui avaient déjà libéré leur matière explosive nationaliste dès avant la Première Guerre mondiale, Borchardt en jugea de la manière suivante : 

  • 64  Ibid.

Si je résume l’impression que je garde de ma visite à M. Lacau, c’est que la relation entre notre institut et la direction générale de l’administration des antiquités sera après la guerre identique à ce qu’elle fut avant la guerre, c’est-à-dire que de même que M. Maspero autrefois, M. Lacau aujourd’hui sont bien conscients du fait qu’aux postes qu’ils occupent, ils ne sont pas des Français, mais des fonctionnaires égyptiens.64

  • 65  Lettre de Borchardt à Erman du 8.11.1923 : BStUB, NL Erman.

28Erman, qui par peur « de se faire peut-être traiter de ‘boche’ en Égypte », déclina une invitation de Borchardt à se rendre en Égypte, qui chercha à le rasurer en novembre 1923 en ces termes : « Vous ne vous exposerez pas, je puis vous en assurer, à ce genre de choses ici65 ».

  • 66  Cf. Bénédicte Savoy, Nofretete, op. cit., p. 90-215.
  • 67  Lettre de Borchardt à Gardiner du 16.03.1927 : DAIK, dossier sans numéro. Service des Antiquités 2
  • 68  Lettre de Borchardt au ministère des Affaires étrangères du 23.08.1927 : DAIK, dossier sans numéro (...)

29Ce n’est qu’à l’automne 1925 que les relations basculèrent, après que Borchardt eut reçu une fin de non-recevoir définitive concernant la concession allemande à Amarna, et que le conflit à propos d’un retour du buste de Néfertiti en échange de la concession se fut déclaré66, de sorte que les raisons de la rupture ne peuvent être mises en relation directe avec les événements de la Première Guerre mondiale. Borchardt modifia certes bientôt aussi son appréciation positive quant aux développements attendus, mais continua à soutenir fermement l’idée que l’attitude de Lacau était due à ses fonctions au sein du jeune État égyptien, non à son antipathie personnelle à l’égard des Allemands. Le reproche qui pointait alors à l’encontre de Lacau était que, au lieu de défendre les intérêts des savants étrangers, il voulait se faire bien voir du gouvernement local : « Récemment encore je ne me rangeais pas à votre manière de caractériser Lacau », écrivait en ce sens Borchardt en mars 1927 à Gardiner à propos de Lacau, « mais aujourd’hui je suis convaincu que votre jugement est juste67 ». Le « despotisme mesquin » de Lacau, écrit-il plus avant, rendrait à tous les archéologues étrangers la tâche « impossible » de continuer à œuvrer « avec succès » en Égypte.68

  • 69  Lettre de Stohrer au ministère des Affaires étrangères du 20.02.1929 : BU Li, R 901/69524.

30Avec la mise à la retraite de Borchardt, le ministère allemand des Affaires étrangères voulut mettre un terme aux différends entre archéologues. Le consul général von Stohrer avait recommandé expressément dans son rapport sur les questions culturelles du 28 mai 1927 de choisir une personnalité opposée à celle de Borchardt pour lui succéder, à savoir l’égyptologue Hermann Junker, un ecclésiastique germano-autrichien, en sa qualité de « savant remarquable », « connaisseur du pays » et « caractère conciliant »69. Borchardt, qui voyait l’avenir de l’institut comme un lieu de recherche consacré à l’histoire de l’architecture s’était opposé à Junker, subit l’opposition du comité de spécialistes et des autorités à Berlin, et fut mis à la retraite anticipée.

Haut de page

Annexe

Abréviations archives

BStUB, NL Erman Staats- und Universitätsbibliothek Bremen, Nachlass [fonds] Adolf Erman

BU Li : Bundesarchiv Lichterfelde, Berlin

DAIK : Deutsches Archäologisches Institut Kairo (Archiv)

GStA PK : Geheimes Staatsarchiv, Preußischer Kulturbesitz, Berlin

PA AA : Politisches Archiv, Auswärtiges Amt, Berlin

SIK : Schweizerisches Institut für Ägyptische Bauforschung und Altertumskunde in Kairo (Privatnachlass Ludwig Borchardt)

Haut de page

Notes

1  Cette présentation repose sur une recherche consacrée à l’histoire de la section cairote de l’Institut archéologique allemand (Deutsches Archäologisches Institut, DAI) entreprise dans le cadre de l’un des groupes de recherche constitués au sein du DAI (DAI-Forschungscluster 5). La publication est prévue sous forme de deux volumes : Susanne Voss, Die Geschichte der Abteilung Kairo des DAI im Spannungsfeld deutscher politischer Interessen, vol. I : 1881 bis 1929 (Menschen - Kulturen - Traditionen. Studien aus den Forschungsclustern des Deutschen Archäologischen Instituts), Rahden, VML, 2012 ; vol. II : 1929 bis 1966, en préparation. Voir à la fin de cet article les abréviations utilisées.

2  Stephan Seidlmayer, Altägyptisches Wörterbuch, Berlin, Brandenburgische Akademie der Wissenschaften, 1999, p. 5.

3  Voir : Eva Börsch-Supan, « Der Ägyptische Hof im Neuen Museum », in : Ingelore Hafemann (éd.), Preußen in Ägypten. Ägypten in Preußen, Berlin, Kulturverlag Kadmos, 2010, p. 13-37.

4  Lettre de Bunsen au secrétaire de l’Académie August von Boekh du 15 juillet 1834, cité d’après Bärbel Holtz, « Weltoffenheit oder Machtkalkül ? Friedrich Wilhelm IV. und sein Interesse am Orient », in : Ingelore Hafemann (dir.), Preußen…, op. cit., (p. 180-202), p. 196 et note 35.

5  Hartmut Mehlitz, Richard Lepsius. Ägypten und die Ordnung der Wissenschaft, Berlin, Kulturverlag Kadmos, 2011, p. 30 et suivantes.

6  Voir Bärbel Holtz, « Weltoffenheit… », op. cit., p. 181 et suivantes ; Ingelore Hafemann, Préface, in : eadem (éd.), Preußen…, op. cit., p. 12.

7  D’après une citation de Humboldt par Varnhagen le 18 mars 1843, cité d’après Eva Börsch-Supan, op. cit., p. 13. Pour l’influence de la Description de l’Égypte sur l’œuvre iconographique de Lepsius, voir Mariana Jung : « Die Zeichnungen der Lepsius-Expedition und ihre Umsetzung in Lithografien und Gemälden am Beispiel der Insel Philae », in : Ingelore Hafemann (dir.), Preußen…, op. cit., p. 216-218.

8  Johannes Althoff, Das Ägyptische Museum, Berlin, Berlin Edition, 1998, p. 24 ; Holtz, « Weltoffenheit… », op. cit., p. 194.

9  Mehlitz, Richard Lepsius, op. cit., p. 180 et 217.

10  Cf. Bärbel Holtz, « Weltoffentheit… », op. cit., p. 202.

11  Heinrich Brugsch, Mein Leben und mein Wandern, Berlin, Allgemeiner Verein für deutsche Literatur, 1894. Réédition, Berlin, Elibron classics series, 2005, p. 124.

12  Ibid., p. 74.

13  Ibid., p. 121-126.

14  Ibid., p. 27 et 334 ; Thomas L. Gertzen, « Der „Große“ (1827-1894) und der „Kleine“ Brugsch (1842-1930) », in : Kemet, 4, 2007, (p. 78-80), p. 79.

15  Heinrich Brugsch, Mein Leben…, op. cit., p. 156-258 ; Thomas L. Gertzen, « Der ‚Große’… » , op. cit., p. 80.

16  Johannes Dümichen, Geographische Inschriften Altaegyptischer Denkmäler nebst einem Anhange, enthaltend die im Tempel von Edfu aufgefundenen Recepte in den Jahren 1863-1865 an Ort und Stelle gesammelt und erläutert, Leipzig, Hindrichs, 1866, p. 4.

17  Brugsch, Mein Leben…, p. 265.

18  Ibid., p. 277-78 ; cf. Éric Gady, Le Pharaon, l’égyptologue et le diplomate. Les égyptologues français en Égypte, du voyage de Champollion à la crise de Suez (1828-1956), Thèse, Paris IV-Sorbonne, 2005, p. 261-262 ; Hazim Attiatalla, « Die Rolle der einheimischen Ägyptologen in der Entwicklung der Ägyptologie als Wissenschaft », in : Göttinger Miszellen 75, 1984, (p. 59-72), p. 65 ; Donald Malcolm Reid, Whose Pharaos ? Archaeology, Museums and Egyptian National Identity from Napoleon to World War I, Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press, 2002, p. 116.

19  Concernant la situation familiale de Brugsch, cf. Theodor Brugsch, Arzt seit fünf Jahrzehnten, Berlin, Ruetten und Loening, 1961. Sur les frères, voir : Harry Nehls, Der große und der kleine Brugsch, Berlin, Luisenstadt, 1998 ; Thomas L. Gertzen, « École de Berlin und Goldenes Zeitalter (1882-1914) der Ägyptologie als Wissenschaft. Das Lehrer-Schüler-Verhältnis von G. Ebers, A. Erman und K. Sethe », Berlin, De Gruyter (sous presse), p. 138-147.

20  Bernd U. Schipper, « Adolf Erman (1854-1937) – Leben und Werk », in : Bernd U. Schipper (éd.), Ägyptologie als Wissenschaft. Adolf Erman (1854-1937) in seiner Zeit, Berlin, New York, De Gruyter, 2006, (p. 1-26), p. 5-6. L’élection à l’Académie eut lieu le 8 novembre1894 et fut confirmée le 18 février 1895, cf. Hermann Grapow, « Worte des Gedenkens an Adolf Erman anlässlich seines hundertsten Geburtstages am 31. Oktober 1954 », Sitzungsberichte der Deutschen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, Klasse für Sprachen, Literatur und Kunst 3, 1954, Berlin, 1955, p. 12-13.

21  Thomas L. Gertzen, École de Berlin, op. cit., p. 25-29 ; cf. Suzanne Marchand, German Orientalism in the Age of Empire. Religion, Race and Scholarship, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2009, p. 127.

22  Thomas L. Gertzen, École de Berlin, op. cit., p. 31-32.

23  Hans Fischer, Der Ägyptologe Georg Ebers. Eine Fallstudie zum Problem Wissenschaft und Öffentlichkeit im 19. Jahrhundert, Ägypten und Altes Testament 25, 1994, p. 19-23.

24  Martin Kröger, „Le bâton égyptien“ – Der ägyptische Knüppel. Die Rolle der „ägyptischen Frage“ in der deutschen Außenpolitik von 1875/76 bis zur „Entente Cordiale“, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 1991, p. 56-57 ; Salvador Oberhaus, „Zum wilden Aufstande entflammen“. Die deutsche Propagandastrategie für den Orient im Ersten Weltkrieg am Beispiel Ägypten, thèse, Université Heinrich-Heine Düsseldorf-Sarrebruck, 2007, S. 43.

25  Erman en était chargé depuis 1888 : Thomas L. Gertzen, École de Berlin, op. cit., chapitre 4. Les discours à l’Académie sont publiés dans : Hans Kloft (éd.), avec la collaboration de Thomas Elsmann et Sabine Gorsemann, Der Nachlass Adolf Erman, in : Veröffentlichungen der Abteilung Gesellschaftswissenschaften und der Spezialabteilung, 38, Brême, 1982, p. 20-21 ; version légèrement modifée éditée chez Hermann Grapow, « Worte des Gedenkens », op. cit., p. 16-17.

26  Ludwig Borchardt, « Die Entstehung des Generalkatalogs und seine Entwicklung in den Jahren 1897-99 », in : Catalogue Général des Antiquités égyptiennes du Musée du Caire, vol. 1, Berlin, Reichsdruckerei, 1937, p. 4-12.

27  Cf. Stephan Seidlmayer, Altägyptisches Wörterbuch, op. cit., p. 11 et suivantes ; id., « Das Ägyptische Wörterbuch an der Berliner Akademie : Entstehung und Konzept », in : Bernd U. Schipper (éd.), Ägyptologie als Wissenschaft. op. cit., p. 169-192 ; id., « Vom Raten zum Wissen. Adolf Erman und das Wörterbuch der ägyptischen Sprache an der Berliner Akademie », in : Anette M. Baertschi, Colin G. King (éd.), Die modernen Väter der Antike. Die Entwicklung der Altertumswissenschaften an Akademie und Universität im Berlin des 19. Jahrhunderts, Berlin, New York, De Gruyter, 2009, p. 481-502.

28  Message à l’empereur, 26.02.1897 : GStA PK, I. HA, Rep. 76, Vc, Sekt. 1, Tit. XI, Teil VD, Nr. 15, Bd. 1 : « Die Herausgabe eines aegyptischen Wörterbuchs », Bl. 3.

29  Lettre de Erman au ministre des Affaires culturelles du 20.01.1900 : GStA PK, I. HA Rep. 76 Kultusministerium Ve 1 Sekt. 1 Abt. X Nr. 2 Bd. 2, Bl. 54-55 et ebenda Vc Sekt. 1 Tit. 11 Teil IX Nr. 6 Bd. 1, Bl. 105-106.

30  Ludwig Borchardt, « Die Entstehung… », op. cit., p. 9.

31  « Denkschrift die Verwaltung der Kunstdenkmäler in Aegypten betreffend », signé Borchardt et Bissing, 15.04.1898 : GStA PK, I. HA Rep. 76 Kultusministerium Ve 1 Sekt. 1 Abt. X Nr. 2 Bd. 2, Bl. 14-18.

32  Bissing était peu apprécié de Erman et de ses disciples en raison de son manque de qualification scientifique et de sa tendance à intriguer. Avec le temps, il en vint à exprimer ouvertement son antisémitisme (Borchardt, Erman, Steindorff et le mécène de la DOG, James Simon, étaient d’origine juive) : « Interviendrez-vous, de sorte que cela ne devienne pas une affaire entre Juifs berlinois ? », demanda-t-il à l’occasion de la fondation de l’Institut allemand pour les Antiquités égyptiennes au Caire directeur général des musées de Berlin Wilhelm von Bode. Cf. Peter Raulwing et Thomas Gertzen, « Friedrich Wilhelm Freiherr von Bissing im Blickpunkt ägyptologischer und zeithistorischer Forschungen : die Jahre 1914 bis 1926 », in : Journal of Egyptian History 4.2, 2011, (p. 34-104), p. 44.

33  Lettre de Borchardt au ministère des Affaires culturelles du 6.06.1899 : GStA PK, I. HA Rep. 76 Kultusministerium Vc Sekt. 1 Tit. 11 Teil IX Nr. 6 Bd. 1, Bl. 44.

34  Copie de la lettre du chancelier à Schmidt du 26.04.1899 : GStA PK, I. HA Rep. 76 Kultusministerium Vc Sekt. 1 Tit. 11 Teil IX Nr. 6 Bd. 1, Bl. 67-68 ; lettre du ministre des Affaires étrangères au ministre des Affaires culturelles du 1.09.1899 : GStA PK, I. HA Rep. 76 Kultusministerium Vc Sekt. 1 Tit. 11 Teil IX Nr. 6 Bd. 1, Bl. 79 ; instructions du 20.08.1899 : PA AA, R 138392.

35  Lettre de Erman à Maspero du 4.11.1899 : BStUB, NL Erman.

36  Lettre du ministre des Affaires étrangères au ministre des Affaires culturelles du 31.10.1899 : GStA PK, HA Rep. 76 Kultusministerium Ve 1 Sekt. 1 Abt. X Nr. 2 Bd. 2, Bl. 35.

37  Lettre de Müller à Hohenlohe du 10.11.1899 : GStA PK, HA Rep. 76 Kultusministerium Ve 1 Sekt. 1 Abt. X Nr. 2 Bd. 2, Bl. 47.

38  Lettre de Steindorff à Erman du 15.05.1900 : GStA PK, I. HA Rep. 76 Kultusministerium Ve 1 Sekt. 1 Abt. X Nr. 2 Bd. 2, Bl. 89-91.

39  Lettre de Erman au ministère des Affaires culturelles du 17.05.1900 : GStA PK, I. HA Rep. 76 Kultusministerium Ve 1 Sekt. 1 Abt. X Nr. 2 Bd. 2, Bl. 66.

40  Rapport de Erman au ministre des Affaires culturelles en mai (sans indication de date) 1900 : GStA PK, I. HA Rep. 76 Kultusministerium Ve 1 Sekt. 1 Abt. X Nr. 2 Bd. 2, Bl. 76-81.

41  Cf. Hermann Grapow, Meine Begegnungen mit einigen Ägyptologen, Berlin, Seitz, 1973 (1963), p. 11 et suivante.

42  Adolf Erman, Mein Werden und mein Wirken, Erinnerungen eines alten Berliner Gelehrten, Berlin, 1929. Réédition Sarrebruck, VDM, 2007, p. 258.

43  Rapport de Erman au ministre prussien des Affaires culturelles de mai (sans date) 1900 : GStA PK, I. HA Rep. 76 Kultusministerium Ve 1 Sekt. 1 Abt. X Nr. 2 Bd. 2, Bl. 84-88.

44  Les professions des égyptologues ne sont que partiellement exactes (cf. Warren R. Dawson, Eric P. Uphill, Who was Who in Egyptology, Londres, The Egypt Exploration Society, 19953), alors que par ailleurs la présence d’amateurs et d’égyptologues formés sur le tard était très commune à cette époque dans le domaine égyptologique, ce que Erman critiquait sévèrement en Allemagne aussi.

45  Lettre de Borchardt à Hatzfeld du 16.01.1912 : DAIK, Mappe o. Nr., Service des Antiquités 1 [1907-1913].

46  Lettre de Müller à Bülow du 19.02.1901 : GStA PK, I. HA Rep. 76 Kultusministerium Ve 1 Sekt. 1 Abt. X Nr. 2 Bd. 2, Bl. 137.

47  Lettre de Ludwig à Mimi Borchardt du 11.11.1909 : SIK.

48  Cf. Élisabeth David (éd.), Gaston Maspero. Lettres d’Egypte. Correspondance avec Louise Maspero (1883-1914), Paris, Seuil, 2003, S. 428.

49  Lettre de Borchardt à Erman du 11.04.1912 : BStUB, NL Erman.

50  Rapport de Borchardt à Bethmann Holeweg du 14.05.1912 : DAIK, Mappe o. Nr., Service des Antiquités 1 [1907-1913].

51  Cf. Bénédicte Savoy (éd.), Nofretete. Eine deutsch-fanzösische Affaire 1912-1931, Cologne, Vienne, Böhlau, 2011, p. 45 sq.

52  Lettre de Borchardt au comte Metternich du 9.05.1911 avec liste jointe des employés du 8.05.1911. Se trouvaient d’après ce document en 1911, 7 Français employés au Service des Antiquités : (avec de plus un directeur au Musée d’Ismaïlia), 3 Anglais, 1 Égyptien, 1 Italien (et un directeur au musée d’Alexandrie) et 1 Allemand : DAIK, Mappe o. Nr., Service des Antiquités 1 [1907-1913].

53   Lettre de Borchardt au Chancelier du 11.05.1914 : DAIK, Mappe o. Nr., Service des Antiquités 2 [1912-1928].

54  Nécrologie de Rösch par Borchardt, classée en novembre 1925 : DAIK, Mappe A XXV, Assistenten (1923-1928).

55  Lettre de l’agence diplomatique au Caire à l’ambassadeur américain à Berlin, du 24.08.1916 : PA AA, R 138399 ; lettre de Borchardt à Kalisch du 25.11.1922 : DAIK, Mappe XXVIII, Dienstgebäude in Ägypten, Korrespondenz über Unterhalt, Abbruch in Theben etc. (1914-1923) ; lettre de Borchardt à Erman du 3.02.1925 : BStUB, NL Erman.

56  Copie du rapport de séquestre du ministre égyptien des Finances Youssef Pacha Wahba du 31.10.1916 : DAIK, Mappe XXVIII, Dienstgebäude in Ägypten, Korrespondenz über Unterhalt, Abbruch in Theben etc. (1914-1923).

57  Zählblatt für geschädigte Auslandsdeutsche des Reichskommissars zur Erörterungvon Gewalttätigkeiten gegen deutsche Zivilpersonen im Feindesland vom 14. April 1917 : DAIK, Mappe XXVIII, Dienstgebäude in Ägypten, Korrespondenz über Unterhalt, Abbruch in Theben etc. (1914-1923).

58  Lettre de Heß à Erman du 5.12.1916 : BStUB, NL Erman.

59  Deutsches Institut für ägyptische Altertumskunde in Kairo im Jahre 1923/4, 15.09.1924 : PA AA, R 64658.

60  Lettre de Erman à Gardiner du 24.08.1920 (en allemand : il était de coutume dans le milieu des égyptologues d’écrire dans sa langue maternelle) : BStUB, NL Erman.

61  Par exemple lettre de Borchardt à Erman du 21.06.1919 : BStUB, NL Erman ; lettre de Borchardt au ministère des Affaires étrangères du 15.11.1923, p. 4 : PA AA, R 64657 ; cf. Éric Gady, « Le Pharaon… », op. cit., p. 743-753 ; Bénédicte Savoy, Nofrete…, op. cit., p. 35 sq.

62  Lettre de Heß à Erman du 17.05.1922 : BStUB, NL Erman.

63  Lettre de Borchardt concernant « la reprise des relations avec les savants étrangers » au ministère des Affaires étrangères du 18.11.1923 : PA AA, R 64657.

64  Ibid.

65  Lettre de Borchardt à Erman du 8.11.1923 : BStUB, NL Erman.

66  Cf. Bénédicte Savoy, Nofretete, op. cit., p. 90-215.

67  Lettre de Borchardt à Gardiner du 16.03.1927 : DAIK, dossier sans numéro. Service des Antiquités 2.

68  Lettre de Borchardt au ministère des Affaires étrangères du 23.08.1927 : DAIK, dossier sans numéro, Service des Antiquités 2.

69  Lettre de Stohrer au ministère des Affaires étrangères du 20.02.1929 : BU Li, R 901/69524.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Susanne Voss, « La représentation égyptologique allemande en Égypte et sa perception par les égyptologues français du xixe au milieu du xxe siècle », Revue germanique internationale [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/1351

Haut de page

Auteur

Susanne Voss

Rattachée à lInstitut archéologique allemand (DAI), Le Caire

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page