Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La réception de Peter Szondi en France est restée comme en suspens après la publication, grâce à Jean Bollack, de son livre sur la poétique de l’idéalisme allemand et de son étude sur l’herméneutique littéraire, malgré la traduction de plusieurs autres essais et recueils ; on peut incriminer la brièveté de sa carrière brutalement interrompue par son suicide en 1971 alors qu’il n’avait que quarante-deux ans, mais peut-être l’isolement auquel il semble avoir été confiné tient-il à des raisons similaires à celles qui ont maintenu Cassirer en lisière des intérêts français : l’un et l’autre allaient à contre-courant des modes régnantes ici et représentaient un état de l’art qui n’apparaît qu’aujourd’hui dans sa force d’anticipation. La presque totalité de son œuvre, y compris ses cours universitaires très travaillés, a entre-temps paru en allemand sous la direction de Jean Bollack.

2Aussi, l’ensemble des textes qu’on va lire a-t-il pour objectif premier de donner à l’œuvre de Peter Szondi une sorte de deuxième chance et d’être mieux reçue ; mais le décalage de plusieurs décennies qui s’est creusé entre sa disparition précoce et l’évolution tant française qu’européenne de la critique littéraire et de l’esthétique imposait également un regard plus aigu sur l’inachèvement de sa propre œuvre. Il fallait montrer tout à la fois les perspectives qu’elle a su ouvrir et les hésitations méthodologiques ou philosophiques grevant naturellement le travail pionnier qu’elle avait accompli. Christoph König, qui a pris une part active à l’édition des œuvres de Szondi, s’est attaché à offrir au lecteur français une biographie intellectuelle. Elle fait apparaître plus nettement les différents contextes et courants où s’est formé Szondi, en éclairant quelles positions il a prises durant son travail universitaire et ses recherches, tant à Berlin qu’à Zurich.

3Szondi fut d’abord un grand germaniste, mais il a été formé par Adorno et la « théorie critique » de l’École de Francfort : il a donc eu très vite une approche où la sociologie philosophique et l’esthétique sont indissociablement mêlées dans un cadre philosophique marqué par l’opposition avec un autre courant de l’herméneutique, une autre manière de l’envisager et de construire ses ascendances : l’herméneutique telle que Heidegger et Gadamer l’ont comprise à partir de Dilthey en effaçant si possible la matrice kantienne à partir de laquelle Schleiermacher a conçu sa propre œuvre. La controverse tourne, notamment mais pour l’essentiel, autour de la conception de l’historicité couplée avec celle du langage et du statut des textes, autrement dit autour de la science du particulier que doit être l’herméneutique, autour de ce qu’est la singularité de toute œuvre de l’art littéraire et poétique.

4Cette problématique est discutée par Christian Berner dans une double perspective : montrer plus spécifiquement l’enracinement du travail de Szondi dans l’herméneutique de Schleiermacher et prolonger la discussion proprement méthodologique à travers les débats avec Gadamer puis Karl-Otto Appel afin de préciser davantage l’opposition qui ne s’est finalement pas apaisée dans les travaux consacrés par Paul Ricœur à l’étude des textes littéraires, au statut du récit, à la question de l’historicité, pas plus que ne s’est aplani le différend touchant à la manière de se rapporter à la « tradition ».

5La contextualisation de l’ensemble du domaine embrassé par l’esthétique littéraire était nécessaire, grâce, notamment, à l’exploration des sources de la pensée de Szondi qui débordent largement le contexte de la « Théorie critique » adornienne. Denis Thouard a donc entrepris de montrer la dette contractée par Szondi à l’égard de Lukàcs et de sa théorie du roman, mais aussi à l’égard des travaux de Simmel réfléchissant au statut d’une « science du singulier » faite pour aborder l’interprétation des œuvres, littéraires spécialement.

6Cette science du particulier renvoie inévitablement à l’esthétique de Hegel, et c’est à partir de la Logique et de sa conception du tragique, dans l’Esthétique, que Pierre Judet de La Combe construit son analyse des rapports entre philologie et philosophie qui ont, depuis, évolué au cours du travail effectué au sein de ce qu’on appelle désormais l’École de Lille. L’examen des textes de Szondi sur le drame et la tragédie débouche sur une nouvelle conception du tragique qui montre à la fois le rôle pionnier joué par l’auteur et les limites de sa recherche, Pierre de La Combe ayant, dans ce domaine, lui-même apporté une contribution décisive.

7Il fallait donc aussi poursuivre l’examen systématique de l’essai de Szondi sur la « connaissance philologique » et en présenter un exposé didactique qui permette au public français de comprendre mieux cette articulation de la philologie sur les disciplines de l’interprétation lato sensu ; c’est à quoi Rossella Saetta Cottone s’est attachée en faisant ressortir les différentes conceptions de la philologie développées par la philosophie au cours des deux derniers siècles. Sa contribution est étayée par les premiers efforts accomplis par Szondi pour prendre parti dans les débats littéraires dont on trouvera témoignage dans le texte traduit en appendice : « Quelques remarques sur la situation de la recherche en herméneutique littéraire ».

8On le sait, Szondi a consacré nombre de ses travaux à l’analyse effective d’œuvres précises, outre ses développements sur les genres. Sa longue amitié avec Celan l’a tout naturellement conduit à donner des interprétations de certains poèmes. Werner Wögerbauer examine en détail la manière dont Szondi a procédé, de même qu’il montre les enjeux de la controverse avec Gadamer, née du conflit des interprétations et des méthodes, à l’occasion d’un poème de Celan. Le lecteur aura ainsi la possibilité d’observer en acte la démarche interprétative de Szondi à propos d’un débat sur le statut accordé aux éléments de contextualisation dans la compréhension d’une poésie où la recherche de l’événementialité est mobilisée contre les formes traditionnelles du lyrisme.

9Pedro Süssekind nous permet d’apprécier la réception toute récente de Szondi dans un contexte qui, cette fois, n’est plus européen (italien, par exemple) ni anglo-saxon, mais brésilien où l’herméneutique de Szondi commence d’être discutée en posant toujours la question centrale de l’historicité des œuvres et de leurs matériaux, mais dans une perspective où le travail interprétatif rencontre d’autres traditions dont même les apports européens se retrouvent autrement disposés.

10La place de Benjamin est tout à fait décisive dans la manière dont Szondi a pensé l’implication entre l’histoire, la mémoire et la langue. Il a consacré sa leçon inaugurale à la Freie Universität à l’interprétation d’Enfance berlinoise, dans un essai dont on trouvera une traduction en appendice. C’est sur le rapport avec Benjamin que Patricia Lavelle nous instruit dans le détail d’une discussion qui prend appui sur les sources kantiennes de Benjamin et sur son rapport aux conceptions du langage développées par Hamann. Les textes « littéraires » d’Enfance berlinoise révèlent alors leur charge philosophique de manière plus profonde, paradoxalement, que les essais benjaminiens dont la teneur semble de prime abord philosophique. Ce n’est nullement un hasard si Szondi met en rapport Benjamin et Proust lors de sa lecture d’Enfance berlinoise et, d’abord, sur les différences qu’il fait apparaître entre les deux auteurs à propos des souvenirs.

11« L’espoir dans le passé », formule dont Szondi fait le titre de son étude sur Benjamin est également celle adoptée comme ligne directrice par les auteurs de ce numéro à l’égard de leur interprétation de Szondi : dégager la présence effective de son travail et sa valeur anticipatrice dans nos intérêts actuels.

12Jean Bollack nous a quittés le 4 décembre dernier. C’est lui qui avait été à l’origine de ce numéro, s’engageant inlassablement pour faire connaître l’œuvre de son ami Peter Szondi en Allemagne et en France.

13Qu’il trouve ici l’expression de l’hommage respectueux et cordial que nous lui rendons toutes et tous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc de Launay, « Présentation », Revue germanique internationale [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/1366

Haut de page

Auteur

Marc de Launay

Marc de Launay est chercheur au CNRS en philosophie (Archives Husserl de Paris) et traducteur de philosophie et de poésie allemandes (Kant, Nietzsche, Habermas, Blumenberg ; Rilke). Qu’est-ce que traduire ?, Paris, Vrin, 2006 ; Lectures philosophiques de la Bible, Paris, Hermann, 2008.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page