Navigation – Plan du site

Indexation historique et références personnelles. La dynamique des Études sur Celan

Werner Wögerbauer
p. fr91-102

Résumés

Rédigées en 1970 et 1971, les trois Études sur Celan de Peter Szondi suivent une progression rigoureuse. Dans Poétique de la constance, l’historicité est déposée dans une coupure représentée par Mallarmé, donc interne à l’histoire de la littérature. Placée au début, cette étude sur la traduction du sonnet 105 de Shakespeare permet de définir une poétique de la textualité qui oriente l’étude suivante, la lecture programmatique et quasi expérimentale du poème Strette, dont le mouvement interne finit par dépasser le cadre de la textualité et conduit jusqu’au seuil où la référence directe à l’événement historique s’impose. Le statut des références externes, biographiques autant qu’historiques, est ensuite au cœur d’Eden, la troisième étude, qui formule les interrogations qui ont été particulièrement fécondes pour l’interprétation de Celan.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lettre (brouillon) à Gisèle-Celan Lestrange, 5 février 1971, in : Paul Celan, Peter Szondi, Briefwe (...)
  • 2 Peter Szondi, Celan-Studien, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1972. Nous citerons les études d’après la (...)
  • 3 Cf. la lettre du 8 février 1971 à Jean Bollack, in : Peter Szondi, Briefe, éd. par Christoph König (...)
  • 4 « Je me suis donc précipité, le dernier jour de travail à l’Université avant Noël, sur mon bureau e (...)

1Les Études sur Celan de Peter Szondi témoignent d’une évolution de sa réflexion méthodologique qui va se développer sur une période relativement brève, si l’on ne tient compte que du temps consacré à leur rédaction, entre décembre 1970 et septembre 1971. Certes, les questions que soulève l’interprétation de la poésie de Celan occupaient Szondi depuis longtemps. Lorsqu’il envoie à Gisèle Celan-Lestrange le texte de la deuxième étude, il fait état de ses hésitations passées : « En l’écrivant au cours de ces derniers quinze jours, je me suis rendu compte qu’il y avait en moi depuis très longtemps une sorte de silence, mêlé de peur et de vénération, qui m’avait empêché pendant des années d’écrire quelque chose sur sa poésie – ce dont j’avais l’intention depuis plus de dix ans ! »1 Les études, qui ont été éditées par Jean Bollack en 19722, avaient été précédées de notes et d’ébauches sur d’autres poèmes ; aussi, le volume devait selon le projet initial se décliner en cinq chapitres, au lieu de trois3. Pour définir sa démarche, Szondi s’inspirait dans un premier temps de positions théoriques qu’il emprunte aux courants du structuralisme des années 1960, ou encore à Walter Benjamin4, mais leur mise en œuvre dans l’écriture, en raison de la concomitance de réflexion théorique et de pratique de l’exégèse qui caractérise les travaux de Szondi, le conduira à modifier certaines hypothèses de départ. Un mouvement de réflexion et d’élaboration théoriques traverse les trois études, qui, pour différents que soient leurs objets et les approches qui caractérisent chacune d’elles, sont de ce point de vue solidaires et forment un enchaînement logique.

  • 5 Peter Szondi, « Poetry of Constancy – Poetik der Beständigkeit. Celans Übertragung von Shakespeares (...)
  • 6 Peter Szondi, « Lecture de Strette. Essai sur la poésie de Paul Celan », Critique, 288, mai 1971, p (...)
  • 7 Paul Celan, Strette, traductions d’André du Bouchet, de Jean-Pierre Burgart et de Jean Daive, Paris (...)
  • 8 Peter Szondi, « Zu einem Gedicht Paul Celans. Manuskript aus dem Nachlass », Neue Zürcher Zeitung, (...)

2L’ordre dans lequel les études ont été publiées ne relève pas d’un arrangement, il s’agit de l’ordre chronologique de la rédaction. La première étude est consacrée à la traduction par Celan d’un sonnet de Shakespeare ; elle a été publiée sous le titre bilingue « Poetry of constancy – Poetik der Beständigkeit » dans une revue de germanistique5 ; la seconde est une lecture du poème « Strette » écrite directement en français, d’ailleurs à la demande de Celan, pour la revue Critique6, à l’occasion de la parution d’un choix de poèmes en traduction française7 ; la troisième, inachevée, porte sur le poème « Tu es couché » (« Du liegst ») ; elle a d’abord paru dans les pages culturelles de la Neue Zürcher Zeitung8, avant d’être reprise sous le titre « Eden » dans l’édition posthume des Celan-Studien.

Poétique de la constance : une coupure dans l’histoire du lyrisme

3Il est remarquable que la première des études soit consacrée à l’étude d’une traduction. Szondi reconnaissait par là, dans un geste effectif et fort, que l’œuvre de Celan traducteur est indissociable de son œuvre poétique ; il fait, au-delà de ce simple constat, de la traduction la figure même de l’écriture de Celan. L’analyse de la traduction d’un sonnet de Shakespeare, qui est aujourd’hui sans doute la plus méconnue des trois études, lui permet d’emblée de poser l’écart entre un texte et un autre comme un élément constitutif de la poétique celanienne.

  • 9 Acte II, scène 5 (« Drum sei sie, wie sie ist, klug, schön und treu, / Mir in beständigem Gemüt ver (...)

4Le sonnet 105 est une sorte d’« arétalogie », si l’on entend par là un catalogue analytique des vertus que possède la personne aimée, et de leurs effets. L’amant est excellent, il est beau (« fair »), aimable (« kind ») et loyal (« true »), il est tout cela à la fois, et de manière constante. La triade « fair, kind and true » est d’ailleurs une formule conventionnelle qui apparaît dans le théâtre de Shakespeare dans la variante « wise, fair and true » dans The Merchant of Venice, où Jessica, héroïne juive (la fille de Shylock dans la pièce), est vantée par Lorenzo en des termes semblables : « And therefore like herself, wise, fair, and true, / Shall she be placed in my constant soul »9.

5Dans ce passage de la pièce, la constance est du côté de l’admirateur-amant, comme l’expression ou la promesse d’une fidélité. Dans le sonnet, les choses sont plus complexes. Le poète fait l’éloge de l’amant et de la constance qui le caractérise, tout en transférant celle-ci à la poésie qui en fait l’éloge, et donc à soi-même. La constance dans les trois vertus que réunit l’amant imprime sa marque au chant. Il y a donc dans ce sonnet deux unicités, d’un côté, un seul destinataire du chant, et de l’autre, une seule chose qui est dite, puisque, dans une allusion ironique au dogme de la Trinité, la perfection de l’amant met un terme à la séparation habituelle des trois vertus : « “Fair, kind, and true” have often lived alone, / Which three till now never kept seat in one ». L’amour offre cette unicité à la poésie. En retour, par un mouvement dialectique, c’est le chant qui réalise l’unité en se confinant à l’expression « d’une seule chose ». Le passage à la langue et à l’exploit poétique, déjà préparé chez Shakespeare, sera fortement accentué dans la traduction de Celan : « “Schön, gut und treu” so oft getrennt, geschieden. / In Einem will ich drei Zusammenschmieden ».

  • 10 Poésies et poétiques, p. 151 (« die ebenso plausible wie gern gehörte, darum auch noch nicht notwen (...)
  • 11 « An dem einen, dem / einzigen / Faden, an ihm / spinnst du […] », Paul Celan, Gesammelte Werke, Bd (...)
  • 12 « Das Endliche sang, das Stete », ibid., p. 261.

6Le choix de consacrer la première étude à la traduction d’un sonnet de Shakespeare était peut-être conforté par une actualité. Les traductions de Celan étaient contestées. On lui reprochait de « celaniser » en traduisant : Szondi, en évoquant cette thèse « plausible et accueillie sans déplaisir » concède ironiquement qu’« il n’est pas nécessairement faux pour autant de dire qu’il a traduit Shakespeare dans sa propre langue, et que ses traductions des sonnets sont des poèmes de Celan »10. C’est dit à propos des répétitions, mais Szondi, au lieu de faire de la récurrence des figures itératives un marqueur idiomatique, la rapporte à une rupture dans le domaine de la poétique, à un changement plus général des paradigmes rhétoriques. Le choix de ne pas étudier la manière dont la traduction se rapporte aux propres poèmes de Celan restreint d’ailleurs fortement le champ de vision. Le parallélisme ne concerne pas seulement la forme de la langue, mais aussi le fond, dans la mesure où constance et unicité sont des thèmes importants dans la poésie de Celan, de « Hawadalah »11 à « Nachmittag mit Zirkus und Zitadelle »12, pour ne citer que deux exemples de La Rose de personne.

  • 13 Peter Szondi, Schriften II, p. 326 ; Poésies et poétiques, p. 148.
  • 14 Schriften II, p. 326 ; Poésies et poétiques, p. 147.
  • 15 Schriften II, p. 325 ; Poésies et poétiques, p. 147.
  • 16 Schriften II, p. 338 ; Poésies et poétiques, p. 157.
  • 17 Schriften II, p. 329 ; Poésies et poétiques, p. 150.
  • 18 Poésies et poétiques, p. 157 (« Beständigkeit wird zum Konstituens des Verses, statt daß der Vers s (...)

7À un moment, pour un vers, Szondi introduit une comparaison avec la solution trouvée par Stefan George. Cependant, il ne cherche pas à faire l’histoire des traductions d’un texte dans le but de retracer les évolutions du style ou des possibilités expressives, ni non plus dans celui de mettre en évidence les altérations du sens ou les préjugés des traducteurs. La perspective historique adoptée par Szondi vise un usage, voire une conception de la langue (« Sprachkonzeption »13), un « mode du vouloir-dire » (« Art des Meinens »14), ou, en détournant une expression de Walter Benjamin, la « visée sur la langue » (« Intention auf die Sprache »15). En l’occurrence, cette visée sur la langue est présentée comme la volonté d’abolir, ou de dépasser, la distinction du signifié et du signifiant, dans une terminologie empruntée à la linguistique saussurienne16. Szondi met en évidence un ensemble cohérent et impressionnant d’éléments qui semblent créer un lien substantiel entre les deux faces du signe linguistique : les répétitions, en effet, mais aussi la linéarisation du propos, les chaînes paradigmatiques, et en particulier les paronomases. Une rhétorique mimétique prend le relais de la rhétorique ancienne qualifiée de « pur ornement » (« Zierat »17), simple habillage d’une construction intellectuelle. À la différence de celle de Shakespeare, la langue de la traduction est ce dont elle parle. Elle ne parle pas de la constance, elle la met en oeuvre dans sa matérialité. « La constance devient l’élément constitutif du vers, au lieu que le vers, comme dans Shakespeare, la célèbre ou la décrive en variant son expression »18.

  • 19 « Der historische Index einer Übersetzung […] verweist nicht so sehr auf eine bestimmte Sprachstufe (...)
  • 20 « Celans Sprachverwendung, welche die der modernen Lyrik seit Mallarmé zu sein scheint », Schriften (...)

8Si, comme le dit Szondi, l’« indice historique » d’une traduction est donné par la visée sur la langue particulière qui s’y manifeste19, et si cette visée sur la langue fonde en même temps sa poétique, il faut s’interroger sur la portée de cette indexation. Elle s’inscrit manifestement dans un schéma de rupture très englobant qui dépasse les oeuvres particulières et permet de distinguer, dans l’histoire de la poésie, un « avant » et un « après », en l’occurrence un « après Mallarmé ». Or, quel peut être le sens, c’est-à-dire le pouvoir distinctif du passage d’une visée sur la langue à une autre, si ce passage vaut pour la modernité poétique toute entière ? Et que devient le poème particulier, en l’occurrence la traduction (en langage « mallarméen », pourrait-on dire) d’un sonnet de Shakespeare, dans ce vaste mouvement ? Dans la mesure où l’on considère que l’usage de la langue que fait ici Celan « semble être celui du lyrisme moderne depuis Mallarmé »20, ce critère à lui seul n’est évidemment pas apte à saisir la singularité de l’œuvre. Ce n’était pas l’objectif que Szondi s’était fixé pour cette étude préparatoire qui permet cependant de problématiser la relation possible entre une coupure dans le domaine poétique et l’expérience historique d’une personne, comme étant la relation entre deux types d’historicités qu’il s’agissait de mettre en adéquation.

« Strette » : l’immersion dans le texte

9« Strette » (« Engführung »), le long poème qui clôt le recueil Grille de la langue (Sprachgitter) de 1959, a été parfois comparé et opposé à Fugue de la mort, dont le succès avait d’une certaine manière fini par occulter le reste de l’œuvre et dont une critique malveillante s’était servi pour dénoncer la supposée esthétisation de l’horreur dont Celan se serait rendu coupable. Le problème posé est donc celui des poèmes dont on pense qu’ils se réfèrent directement, expressément (« expressis verbis ») à l’extermination des Juifs, et, par là même, celui du statut et de la place de ces poèmes dans l’œuvre, de la relation qu’ils entretiennent avec d’autres poèmes qui « n’en parlent pas ». L’un des enjeux de la lecture minutieuse qu’entreprend Szondi en suivant pas à pas la progression du poème, en tenant le pari d’une immersion radicale dans le texte, sera précisément de s’interroger sur la portée de cet « expressis verbis ».

  • 21 Peter Szondi, « Über philologische Erkenntnis », in Die Neue Rundschau, 73 (1962), no 1, p. 146-165 (...)
  • 22 Schriften II, p. 346 ; Poésies et poétiques, p. 166.
  • 23 Schriften II, p. 349 ; Poésies et poétiques, p. 168.

10D’entrée, il prend un certain nombre de décisions qui s’appuient sur les conclusions de la première étude, mais aussi d’un texte plus ancien, fondateur pour la démarche szondienne, le Traité sur la connaissance philologique de 196221. Ainsi, il écarte comme une question à la fois incontournable et fausse la question de savoir ce que « l’étendue / à la trace sans faille », au début du poème, « veut dire », dans la mesure où elle ne tient pas compte, justement, du « mode du vouloir-dire » spécifique d’une écriture qui n’est pas descriptive d’une réalité, ni ne la désigne ni la représente, mais se confond avec elle. Le lecteur est déporté dans un paysage-texte, « déplacé à l’intérieur du texte de telle façon qu’il n’est plus possible de distinguer entre celui qui lit et ce qu’il lit, le sujet lecteur coïncidant avec le sujet de la lecture »22. Du point de vue de la « visée sur la langue », le texte de « Strette » est ainsi affecté du même indice historique que la traduction du Shakespeare : dans la mesure où le texte n’évoque pas le paysage, mais se confond avec lui, « la poésie cesse d’être mimésis, représentation : elle devient réalité »23.

  • 24 Schriften II, p. 347 ; Poésies et poétiques, p. 167.

11Se définissant comme un acte de connaissance, ou une connaissance en acte, la lecture s’accommode mal d’un quelconque savoir extérieur préexistant. La méthode des « passages parallèles », qui s’appuie sur des références internes à l’œuvre, est à nouveau bannie comme inappropriée, parce qu’elle risque de préempter la compréhension ; elle avait déjà été remise en cause dans le Traité dans la mesure où, utilisée naïvement, elle relevait d’une logique propre aux sciences de la nature, commandée par l’établissement de règles et la recherche de causalités. Dans « Strette » Szondi écrit à propos des « pierres » introduites dans le vers 4 : « Les pierres sont-elles des pierres tombales ou seulement ces corps durs, mats, fermés, formes à la fois détériorées et protectrices des étoiles et des yeux, qui ont une place importante dans l’univers imaginaire de Paul Celan ? Nous ne le savons pas et cela veut dire très précisément que nous n’avons pas à le savoir. Ce qui se sait et se voit, c’est la textualité de l’étendue »24.

12Dans le Traité, la méthode des passages parallèles avait été simplement assortie d’une mise en garde : ils n’avaient valeur de preuve qu’en vertu d’une interprétation, et ne devaient pas faire obstacle à la reconnaissance d’un sens inédit et singulier. En renonçant catégoriquement aux passages parallèles, comme c’est le cas dans cette lecture, Szondi se prive aussi de la possibilité de faire appel à une cohérence idiomatique, telle qu’elle se construit poème après poème, et au fil de l’œuvre.

  • 25 Schriften II, p. 349 ; Poésies et poétiques, p. 168.
  • 26 Schriften II, p. 355 ; Poésies et poétiques, p. 172.

13La lecture « immergée » fait table rase et n’admet d’autres savoirs que ceux qui seront construits par le texte. Mais en dépit du retrait méthodique proclamé, le commentaire introduit, sans doute nécessairement, des détreminations sémantiques, des rapprochements suggérés par une symbolique générale, quand ils ne sont pas fondés sur une connaissance préalable de l’œuvre, des prises de positions de l’auteur, voire son expérience historique et biographique. La lecture, bien qu’elle s’en défende, opère avec des fragments de sens apportés de l’extérieur. C’est le cas quand elle précise à propos de l’« étendue » qu’elle est « funeste et funèbre », « un paysage où règnent la mort et l’ombre ». Les exemples sont multiples ; tous, ou presque, concernent l’événement historique et ses modes de présence dans la poésie de Celan. Ainsi, lorsque il écrit que « la mort, la mémoire des morts (le Eingedenken), est à l’origine de toute la poésie de Celan »25, ou encore lorsqu’il s’interroge à propos du « retour » (« du bist – / bist zuhause », dans la strophe II,1), s’il s’agit d’un retour « à ses origines ? à sa mère ? à ce souvenir ineffaçable qu’a été pour Celan la mort de sa mère dans un camp de concentration »26.

  • 27 Schriften II, p. 354 ; Poésies et poétiques, p. 172.

14Cette apparente contradiction ne concerne peut-être pas seulement la poétique que Szondi essaie de dégager : elle tient en partie, il en est conscient, à l’inévitable retraduction de la langue du poème dans la langue du commentaire qui, elle, est discursive27. Mais elle contient aussi un élément de critique interne, propre à la démarche autoréflexive du poème, que la lecture de Szondi met en évidence, et qui pourrait bien s’appliquer aussi à sa propre démarche.

  • 28 Schriften II, p. 363 ; Poésies et poétiques, p. 179.

15Dans la strophe 5, qui est la strophe médiane, le chemin que le sujet lisant emprunte le conduit à une opposition radicale, sans médiation aucune, « entre l’univers de la “parole” qui vient “à travers la nuit” […], d’une part, et le monde des “cendres”, de cette “Nuit” absolue qui ne connaît qu’elle-même »28. La langue du poème, pour nocturne qu’elle soit, et l’expérience historique de la destruction, sont ainsi séparées par un abîme infranchissable :

  • 29 Schriften II, p. 364 ; Poésies et poétiques, p. 179.

Or, rien ne serait plus étranger au discours celanien que de parler expressément de cette opposition. Strette se limite à la réaliser (si limitation il y a et non pas plutôt dépassement du langage poétique traditionnel, qui, jusqu’à Mallarmé, était en général celui de la représentation), à la réaliser, en affrontant les deux strophes de la cinquième partie. Accomplissant l’affrontement en son propre centre […] au lieu d’en faire un sujet de description, de représentation, le poème se révèle être la progression même.29

  • 30 Schriften II, p. 376 ; Poésies et poétiques, p. 188.
  • 31 Schriften II, p. 377 ; Poésies et poétiques, p. 189.

16Au-delà de la réaffirmation de la poétique post-mallarméenne, cette insistance sur la réalité qu’est le texte, sur la « substitution du texte-réalité au texte-représentation » met en évidence le caractère démiurgique de l’entreprise ; de fait, ce long poème prend l’aspect d’une cosmogonie verbale, qui aboutira dans la partie VI, la plus longue du poème, à la formation d’un monde cristallin : « die Welt / ein Tausendkristall, / schoß an, schoß an » (« le monde, cristal pluriel, / fusa, fusa », dans la traduction de Jean Daive). Or, ce monde fait de formes abstraites (les nuits sont « démêlées », « entmischt ») a le défaut de ne pas être un monde du mélange. « Il y manque un élément, qui, peut-être même, est essentiel »30. Szondi refuse pour l’instant de se prononcer sur la nature de l’absence, mais constate que « le monde, cristal pluriel, qui se compose d’éléments géométriques, est insuffisant. […] Ce monde est trop pur. »31

17Devant ce constat, il est significatif que la partie suivante, à laquelle il revient de surmonter le manque, introduit l’événement historique sur le mode de la dénotation, puisque Szondi, en critiquant le choix de Jean Daive pour traduire le mot « Verwerfung » (il choisit « éversion », qui renvoie à la géologie), exige, comme il faut sans aucun doute le faire, de le comprendre comme une référence directe à l’extermination :

  • 32 Schriften II, p. 382 ; Poésies et poétiques, p. xxx. C’est moi qui souligne.

Or l’ultime réprobation [c’est le terme qu’il choisit contre la traduction de Jean Daive] ne peut désigner autre chose que le sort qu’ont subi durant l’ère nazie des millions de juifs, et parmi eux les parents du poète, la dernière des réprobations que subit Israël depuis le début de son histoire. Le lieu que décrivent et datent les différents « compléments circonstantiels » de cette strophe est donc sans doute celui de la « solution finale » : le camp d’extermination32.

  • 33 Schriften II, p. 382 ; Poésies et poétiques, p. 193.

18À cet endroit du parcours, l’irruption du fait historique, de la date, d’un événement situé dans le temps et l’espace met à mal la clôture jusqu’ici tant bien que mal préservée, comme si la cosmogonie du verbe était appelé à se transcender et à conduire le sujet lisant (le « tu » du poème), mais aussi le commentateur, au seuil où il est forcé, au terme du cheminement autoréflexif, à reconnaître la nécessité d’un point de vue extérieur à la langue : « L’évocation des faits qui appartiennent à la réalité historique, se trouve dans le poème, dont elle constitue la fin, au sens double du mot, pour en former la leçon »33.

  • 34 Schriften II, p. 384 ; Poésies et poétiques, p. 194 (« Nach Auschwitz ist kein Gedicht mehr möglich (...)

19Ce revirement ne remet pas en cause le présupposé de départ ; il l’inscrit dans une dynamique. La poésie de Celan « re-présente » bien les camps de la mort, au sens où elle leur donne une nouvelle présence dans la langue, au terme d’un parcours que le poème retrace ; en même temps, l’événement historique intervient dans la formation de la langue. L’actualisation des camps, si elle est une finalité de cette poésie, est aussi sa condition préalable puisque la langue de Celan se sépare de la langue et de la poésie héritées précisément pour faire référence à l’événement là même où il n’est pas désigné expressis verbis. Szondi cite ici, dans sa version imprécise, déformée et ambivalente, la formule canonique (« devenue trop célèbre ») d’Adorno, selon laquelle il ne serait plus possible d’écrire de poèmes « après Auschwitz » ; il la redresse, à la lumière de la poésie de Celan, qu’il considère comme une « réfutation » de la thèse d’Adorno, en la reformulant en ces termes : « Après Auschwitz, l’on ne peut faire de poésie qu’en vertu d’Auschwitz »34.

20Ainsi, au centre des deux premières études, on trouve deux coupures de nature différente : la première est interne à l’histoire de l’art (de la poésie), elle distingue un « mode du vouloir-dire » avant et après Mallarmé (dont le nom représenterait ici la modernité poétique issue du symbolisme français). La seconde appartient à l’histoire événementielle, même si elle sert couramment à désigner les effets de l’événement historique (nommé, selon une convention de langage qui paraît aujourd’hui datée, « Auschwitz ») sur la production culturelle. L’un des principaux enjeux d’une lecture de Celan, telle qu’elle est ici entreprise par Szondi, consiste en effet à définir la relation qui s’établit entre ces deux coupures, entre ce « depuis Mallarmé » et cet « après Auschwitz ».

Données en contrebande

21Le poème « Du liegst » est un « poème hivernal » (« Wintergedicht »), selon le titre qu’il porte dans les premiers états, écrit en décembre 1967, après un bref séjour de Celan à Berlin, où il avait été invité pour une lecture. Il y rencontre des amis, passe du temps avec Szondi, discute avec les étudiants de son séminaire à la Freie Universität. Le poème a d’abord paru dans un volume d’hommage à Peter Huchel en 1968, puis dans le recueil posthume Part de la neige (Schneepart) au printemps 1971, peu de temps avant que Szondi ne commence la rédaction de son commentaire. Dans chaque mot, il se réfère à des faits précis qui concernent le séjour de Celan à Berlin : l’hiver, la neige, son logement, le parc environnant, les promenades, les visites, le marché de Noël berlinois, la visite des lieux d’exécution des conjurés du 20 juillet 1944, les trajets en voiture devant l’ancien emplacement de l’hôtel Eden, qui fut en janvier 1919 le quartier général des assassins de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, la lecture d’un livre de documents sur ces événements qui d’ailleurs lui avait été prêté par Szondi. Les circonstances faisaient de ce dernier un témoin privilégié de la genèse du poème ; il en était conduit à faire état de la présence des éléments référentiels dans le poème et à s’interroger sur leur statut.

  • 35 Hans-Georg Gadamer, Wer bin Ich und wer bist Du ? Kommentar zu Celans “Atemkristall”, Frankfurt am (...)
  • 36 Hans-Georg Gadamer, « Was muß der Leser wissen ? Aus Anlaß von Peter Szondis “Zu einem Gedicht Paul (...)

22Ce texte aussi court que célèbre est probablement inachevé ; le tapuscrit se termine par trois points. Sa première publication dans un quotidien suisse a suscité la réaction presque immédiate de Hans-Georg Gadamer, qui était lui-même en train de préparer un commentaire d’un cycle de poèmes de Celan35. Il y posait la question polémique « Que doit savoir le lecteur ? » (« Was muss der Leser wissen ? »36) pour dénoncer l’excès de savoir mis à la disposition du public. D’évidence, le tenant de l’herméneutique philosophique, défenseur du general reader, éprouvait une gêne devant la précision qui s’imposait à lui, devant les contraintes d’une lecture informée, et donc savante, à laquelle le texte de Szondi ouvrait la voie ; son conservatisme politique sans doute fut troublé par l’obligation d’admettre que l’univers poétique de Celan fasse une place aussi importante à deux grandes figures du mouvement ouvrier allemand.

  • 37 Lettre à Jean Bollack, 8 février 1971, in Peter Szondi, Briefe, p. 336.

23Comment ce texte de quelques pages doit-il être lu après les études sur la traduction de Shakespeare et après la lecture de Strette ? À certains signes on devine que Szondi était gêné, lui aussi, mais autrement, par la situation dans laquelle il était placé, tout en relevant avec curiosité le défi méthodologique posé par cette constellation. La précision référentielle risquait de figer le sens des passages en amont de toute interprétation, et de la supplanter. En même temps, l’essai sur Strette s’était achevé par un dépassement des positions poétologiques initiales, rendu nécessaire par l’introduction de la référence historique, d’abord « en contrebande », puisqu’elle contrariait le présupposé de départ, puis ouvertement, en commentant le dépassement interne au poème, qui prenait acte de l’insuffisance d’un monde linguistique pur, rapporté à Mallarmé. Eden devait donc être une « anti-lecture », selon l’expression même de Szondi : « Dans ce dernier article j’essaierai de donner tous les détails qui aident à comprendre le poème (« Du liegst im großen Gelausche… ») sur Rosa Luxemburg et Liebknecht, tout en montrant combien il faut connaître de détails pour comprendre les poèmes des dernières années. Une anti-lecture donc, mais pour cause »37.

  • 38 Schriften II, p. 395 ; Poésies et poétiques, p. 205.

24L’étude se compose de quatre parties. En introduction, Szondi communique des informations sur la date de rédaction, les versions, les conditions de publication ; il pose une première fois la question de la transformation (« Verwandlung ») du vécu et annonce vouloir retracer le processus de cristallisation (« Kristallisation »), dans une reprise à peine voilée aux vers à la fin de la partie VI de « Strette », qui disent l’aboutissement de la cosmogonie verbale. Il donne ensuite les informations biographiques et littéraires qu’il possède, soit pour avoir été lui-même aux côtés de Celan pendant ces journées berlinoises, soit pour avoir pu les recueillir auprès d’autres témoins. La troisième partie, un simple paragraphe qui fonctionne comme une charnière, aborde les problèmes méthodologiques posés par ce savoir essentiellement biographique, qui place le texte dans une tension entre hétéronomie et autonomie : « dans quelle mesure le poème est-il déterminé par des éléments qui lui sont extérieurs, et cette détermination extérieure est-elle évincée par la logique propre du poème ? »38 La fin du texte est consacrée à une interprétation du poème, qui s’appuie essentiellement sur l’ambiguïté du mot « Eden », qui d’un côté évoque une harmonie propre à la période de Noël, comme il est de l’autre lié aux meurtres et aux exécutions sommaires. Szondi écrit pour les Allemands, comme s’il fallait, avec une certaine prudence, faire accepter à ses lecteurs l’idée que la naissance du Christ et les massacres puissent être réunis non seulement dans une rencontre fortuite pouvant s’expliquer par le fait biographique (tout ce que Celan avait vu pendant son séjour à Berlin), mais parce qu’ils forment une unité profonde.

25Étant donné le statut provisoire du texte, son inachèvement, il est difficile de se prononcer sur l’interprétation esquissée dans ces pages finales. Elles font du poème l’expression de vérités assez générales sur l’indifférence (l’« in-différence ») de l’Histoire et des hommes, sur l’absence de séparation nette entre le Bien et le Mal, sans franchir le pas de lier plus intimement ces éléments, dans une chaîne de causalités, et de montrer la complicité qu’entretiennent la fête fondatrice du christianisme et la violence répressive.

  • 39 Les manuscrits et correspondances de Szondi sont conservés au Deutsches Literaturarchiv de Marbach.

26L’avancée majeure de cette dernière étude ne tient pas dans cette amorce d’une interprétation, mais dans l’énoncé des questions méthodologique dans la troisième partie qui forme l’articulation entre ce que Szondi nommait ironiquement « anti-lecture » (le catalogue de références), d’une part, et ce qui était destiné à devenir une « lecture » (qui se détourne des références), d’autre part. Les premières versions d’« Eden » 39montrent que l’intention première de Szondi était en effet de destituer, voire d’effacer les informations qu’il venait de donner :

  • 40 « Dans la mesure où il s’agira d’examiner la question, ou plutôt : de partir de l’hypothèse de trav (...)

Wenn im folgenden die Frage untersucht werden soll, oder vielmehr : von der Arbeitshypothese ausgegangen, dass es diese Autonomie des Gedichts gibt und dass sie zu erfragen ist, werden die zuvor aufgezeichneten Wege von der Biographie zum Gedicht vernachlässigt. Wenn Interpretation und Strukturanalyse oft von der Verlegenheit gefärbt sind, dass dem Verständnis keine biographisch-historischen Daten zur Verfügung stehen, wie sie der Positivismus liebte, so kann sie hier, en connaissance de cause, in einem von methodologischen Erwägungen motivierten absichtlichen Absehen von ihnen versucht werden. Rekurriert wird auf sie nur, um zu überprüfen, ob die Analyse ihr Material insgeheim nicht doch von ihnen bezieht, als Schmuggelware. Zugleich wird dank ihrer Kenntnis, die dem Leser vorgängig der Interpretation vermittelt worden ist, auch dieser die Arbeitshypothese verifizieren können, derzufolge die Determiniertheit des Gedichts durch den Erlebnishintergrund einer Autonomie hat weichen müssen, die in der immanenten Logik des Gedichts besteht40.

  • 41 Schriften II, p. 384 ; Poésies et poétiques, p. 194.
  • 42 Pour la postérité d’Eden, voir en particulier Jean Bollack, « Eden, encore », in : Mayotte Bollack (...)

27Si on suit la logique de ce paragraphe, Szondi aurait rassemblé les éléments référentiels dans l’unique but de ne pas s’en servir, et d’en condamner le recours, dans une perspective à laquelle aurait pu souscrire Gadamer. Or, la logique de son essai est très différente. Szondi était persuadé, comme le montre la lettre à Bollack, de l’importance de ce matériau pour la compréhension, même s’il semblait aller à l’encontre des principes esthétiques formulés dans les deux études précédentes. Aussi, lorsqu’on examine le tapuscrit de Szondi à cet endroit du texte, les ratures et couches de correction multiples donnent l’impression qu’il s’y est produit un véritable affrontement ; il s’est terminé par la suppression pure et simple du paragraphe, par une inflexion de la démarche. L’allusion à une éventuelle introduction des informations biographiques en « contrebande » disparaît, et avec elle la condamnation quasi morale des préalables empiriques que ce terme implique. Le paragraphe reprenait, dogmatiquement, les présupposés d’une « lecture » telle qu’il avait essayé de la conduire pour « Strette » ; sa suppression est caractéristique de l’avancée réalisée dans cette dernière étude. À la fin de « Strette », lorsque Szondi attribue à la poésie de Celan un « caractère essentiellement non-confessionnel, non-personnel »41, il semblait penser à une forme d’objectivité obtenue à la fois par le fonctionnement autonome du langage et par l’introduction de la référence historique. Sur ce point, les nouvelles propositions programmatiques qui sont au centre de l’étude sur « Tu es couché » renversent clairement la perspective. À la recherche d’une détermination propre qui fasse contrepoids à la détermination externe par les références au réel, Szondi entrevoit le principe d’une perception sélective préformée, qui agit comme une grille de lecture. Elle limite la détermination du poème par les hasards de la vie, car elle oppose à ce principe d’ouverture un principe d’organisation qui est lié à l’expérience d’une personne. Cette intuition de Szondi, bien qu’incomplète, en raison notamment d’un préjugé méthodologique qui l’empêchait de reconnaître l’importance structurante des références internes à l’œuvre, est à l’origine d’un programme d’élucidation qui a été particulièrement fécond pour le développement des études célaniennes42.

Haut de page

Notes

1 Lettre (brouillon) à Gisèle-Celan Lestrange, 5 février 1971, in : Paul Celan, Peter Szondi, Briefwechsel, éd. par Christoph König, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 2005, p. 241.

2 Peter Szondi, Celan-Studien, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1972. Nous citerons les études d’après la réédition dans Peter Szondi, Schriften, Bd. II, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1978, p. 319-398, pour le texte allemand ; pour le texte français, d’après Peter Szondi, Poésies et poétiques de la modernité, éd. par Mayotte Bocllack, Presses Universitaires de Lille, 1981, p. 143-208.

3 Cf. la lettre du 8 février 1971 à Jean Bollack, in : Peter Szondi, Briefe, éd. par Christoph König et Thomas Sparr, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1993, p. 335, et la lettre du 19 avril 1971 à Siegfried Unseld, ibid., p. 341.

4 « Je me suis donc précipité, le dernier jour de travail à l’Université avant Noël, sur mon bureau et j’ai écrit un article sur la traduction du sonnet 105 de Shakespeare par Paul. Je crois qu’il n’est pas mauvais. Fortement influencé par une lecture de Jakobson, Derrida – et Benjamin bien sûr. » Lettre du 29 décembre 1970 à Jean Bollack, in : Peter Szondi, Briefe, p. 320. Pour une présentation des études qui les situe dans les débats théoriques contemporains, voir la préface de Jean Bollack à la traduction castillane : Peter Szondi, Estudios sobre Celan, traduit par Arnau Pons, Madrid, Trotta, 2005, p. 9-14 ; en allemand : Jean Bollack, « Szondis “Celan-Studien” heute », Mitteilungen des Marbacher Arbeitskreises für Geschichte der Germanistik, 19/20, 2001, p. 5-9.

5 Peter Szondi, « Poetry of Constancy – Poetik der Beständigkeit. Celans Übertragung von Shakespeares Sonett 105 », Sprache im technischen Zeitalter, 37, 1971, p. 9-25. L’article semble avoir été prévu d’abord pour le cahier d’hommage à Paul Celan que les Études germaniques ont publié après sa mort (no 3, juillet-septembre 1970), mais n’a pu être achevé à temps.

6 Peter Szondi, « Lecture de Strette. Essai sur la poésie de Paul Celan », Critique, 288, mai 1971, p. 387-420.

7 Paul Celan, Strette, traductions d’André du Bouchet, de Jean-Pierre Burgart et de Jean Daive, Paris, Mercure de France, 1971.

8 Peter Szondi, « Zu einem Gedicht Paul Celans. Manuskript aus dem Nachlass », Neue Zürcher Zeitung, 15 octobre 1972.

9 Acte II, scène 5 (« Drum sei sie, wie sie ist, klug, schön und treu, / Mir in beständigem Gemüt verwahrt », traduction A. W. Schlegel).

10 Poésies et poétiques, p. 151 (« die ebenso plausible wie gern gehörte, darum auch noch nicht notwendig falsche These […] er habe Shakespeare in die eigene Sprache übertragen, Celans Shakespeareübersetzungen seien Celangedichte »), Schriften II, p. 331.

11 « An dem einen, dem / einzigen / Faden, an ihm / spinnst du […] », Paul Celan, Gesammelte Werke, Bd. I, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 2000, p. 259.

12 « Das Endliche sang, das Stete », ibid., p. 261.

13 Peter Szondi, Schriften II, p. 326 ; Poésies et poétiques, p. 148.

14 Schriften II, p. 326 ; Poésies et poétiques, p. 147.

15 Schriften II, p. 325 ; Poésies et poétiques, p. 147.

16 Schriften II, p. 338 ; Poésies et poétiques, p. 157.

17 Schriften II, p. 329 ; Poésies et poétiques, p. 150.

18 Poésies et poétiques, p. 157 (« Beständigkeit wird zum Konstituens des Verses, statt daß der Vers sie, wie der Shakespearesche, besingen, mit wechselnden Ausdrücken beschreiben würde », Schriften II, p. 339).

19 « Der historische Index einer Übersetzung […] verweist nicht so sehr auf eine bestimmte Sprachstufe als auf eine bestimmte Sprachkonzeption », Schriften II, p. 326 ; « Ainsi l’indice historique d’une traduction […] ne renvoie pas tant à un stade déterminé dans l’évolution linguistique qu’à une conception déterminé de la langue », Poésies et poétiques, p. 147-148.

20 « Celans Sprachverwendung, welche die der modernen Lyrik seit Mallarmé zu sein scheint », Schriften II, p. 338 ; Poésies et poétiques, p. 157, avec la référence à Jacques Derrida.

21 Peter Szondi, « Über philologische Erkenntnis », in Die Neue Rundschau, 73 (1962), no 1, p. 146-165. Repris dans P. S., Hölderlin-Studien. Mit einem Traktat über philologische Erkenntnis. Frankfurt am Main, Insel, 1967.

22 Schriften II, p. 346 ; Poésies et poétiques, p. 166.

23 Schriften II, p. 349 ; Poésies et poétiques, p. 168.

24 Schriften II, p. 347 ; Poésies et poétiques, p. 167.

25 Schriften II, p. 349 ; Poésies et poétiques, p. 168.

26 Schriften II, p. 355 ; Poésies et poétiques, p. 172.

27 Schriften II, p. 354 ; Poésies et poétiques, p. 172.

28 Schriften II, p. 363 ; Poésies et poétiques, p. 179.

29 Schriften II, p. 364 ; Poésies et poétiques, p. 179.

30 Schriften II, p. 376 ; Poésies et poétiques, p. 188.

31 Schriften II, p. 377 ; Poésies et poétiques, p. 189.

32 Schriften II, p. 382 ; Poésies et poétiques, p. xxx. C’est moi qui souligne.

33 Schriften II, p. 382 ; Poésies et poétiques, p. 193.

34 Schriften II, p. 384 ; Poésies et poétiques, p. 194 (« Nach Auschwitz ist kein Gedicht mehr möglich, es sei denn, aufgrund von Auschwitz »).

35 Hans-Georg Gadamer, Wer bin Ich und wer bist Du ? Kommentar zu Celans “Atemkristall”, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1973.

36 Hans-Georg Gadamer, « Was muß der Leser wissen ? Aus Anlaß von Peter Szondis “Zu einem Gedicht Paul Celans” », Neue Zürcher Zeitung, 5 novembre 1972. Le texte de la réplique a été intégré dans la postface de son commentaire de Cristal de souffle.

37 Lettre à Jean Bollack, 8 février 1971, in Peter Szondi, Briefe, p. 336.

38 Schriften II, p. 395 ; Poésies et poétiques, p. 205.

39 Les manuscrits et correspondances de Szondi sont conservés au Deutsches Literaturarchiv de Marbach.

40 « Dans la mesure où il s’agira d’examiner la question, ou plutôt : de partir de l’hypothèse de travail selon laquelle cette autonomie du poème existe et qu’il faut la découvrir, on négligera les chemins précédemment tracés qui mènent de la biographie au poème. Tandis que l’interprétation et l’analyse structurale sont si souvent teintées de l’embarras de ne pouvoir disposer, pour la compréhension, de données biographiques et historiques telles que le positivisme les aimait, elle peut dans le cas présent être tentée en connaissance de cause, dans une démarche qui pour des considérations méthodologiques a pris le parti de ne pas en tenir compte. On y aura recours uniquement pour contrôler que l’analyse ne tire malgré tout sa matière première de ces données, secrètement, sous forme de contrebande. En même temps, grâce à leur connaissance, qui a été communiquée au lecteur préalablement à l’interprétation, celui-ci sera lui aussi à même de vérifier l’hypothèse de travail selon laquelle la détermination du poème par un arrière-fond d’expériences vécues a dû céder le pas à une autonomie qui consiste en la logique immanente du poème. » Le texte est reproduit dans les annexes des Celan-Studien (Peter Szondi, Schriften II, p. 429-430) ; voir aussi le facsimilé dans Christoph König (unter Mitarbeit von Andreas Isenschmid), Engführungen. Peter Szondi und die Literatur, Marbach am Neckar, Deutsche Schillergesellschaft, 2005, p. 64.

41 Schriften II, p. 384 ; Poésies et poétiques, p. 194.

42 Pour la postérité d’Eden, voir en particulier Jean Bollack, « Eden, encore », in : Mayotte Bollack (dir.), L’Acte critique. Sur l’œuvre de Peter Szondi. Presses Universitaires de Lille / Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1985 (p. 267-290) ; repris sous une forme actualisé sous le titre « Biographismes » dans Jean Bollack, Poésie contre poésie. Celan et littérature, Paris, P.U.F., 2001 (p. 205-219) ; une nouvelle actualisation du chapitre dans Jean Bollack, Dichtung wider Dichtung. Paul Celan und die Literatur, Göttingen, Wallstein, 2006, p. 315-336.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Werner Wögerbauer, « Indexation historique et références personnelles. La dynamique des Études sur Celan », Revue germanique internationale, 17 | 2013, fr91-102.

Référence électronique

Werner Wögerbauer, « Indexation historique et références personnelles. La dynamique des Études sur Celan », Revue germanique internationale [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/1379 ; DOI : 10.4000/rgi.1379

Haut de page

Auteur

Werner Wögerbauer

Werner Wögerbauer, Professeur de littérature allemande à l’Université de Nantes, a publié des nombreux ouvrages sur la littérature autrichienne, l’histoire de la philologie, la traduction poétique et la poésie allemande contemporaine. Il a traduit en allemand trois ouvrages de Jean Bollack sur Paul Celan : Pierre de Cœur (1992), LÉcrit (2000) et Poésie contre poésie (2006). Prépare actuellement une édition commentée en français des Études sur Celan de Peter Szondi.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org