Navigation – Plan du site

Quelques remarques sur la situation de la recherche en herméneutique littéraire1

Peter Szondi
Traduction de Marc de Launay
p. 133-136

Texte intégral

  • 1 Texte tiré de Peter Szondi, Einführung in die literarische Hermeneutik, Studienausgabe der Vorlesun (...)
  • 2 Cf. Peter Szondi, « Sur la connaissance philologique », in Mayotte Bollack (éd.), Poésie et poétiqu (...)
  • 3 A. Boeckh, Enzyklopädie und Methodenlehre der philologischen Wissenschaften, Darmstadt, Wissenschaf (...)

1Lors de colloques sur l’herméneutique, le représentant de la discipline littéraire siège à côté du théologien et du juriste en faisant figure de parent pauvre. Sa place est, certes, justifiée par la tradition, et la lignée de ses ancêtres n’est ni la plus courte ni la moins digne. Mais sa contribution est mince. Aucune des différentes écoles que les philologies modernes (il ne sera question que d’elles) ont imprégnées n’a requis d’être formée par une herméneutique spécifiquement littéraire. Les positivistes ne s’attachent qu’aux faits, et dans la mesure où ils tiennent leur interprétation de ces faits pour acquise, la question de l’origine de cette interprétation comme celle de la connaissance des faits ne sont pas posées2. L’histoire des idées ne s’intéresse qu’aux idées : ce qui serait à interpréter passe pour simple habillage du sens véritable. Les différentes écoles de l’interprétation immanente s’efforcent de montrer que chaque œuvre d’art littéraire ne peut être comprise de manière adéquate qu’à partir d’elle-même : la question de savoir comment une telle compréhension se forme ne ferait que perturber l’emphase de pareille aspiration. Que l’« être-là » soit un comprendre, la critique littéraire imprégnée par la philosophie de l’être ne se l’est pas fait dire deux fois, et elle en a conclu : si la compréhension est être-là, les conditions de possibilité du comprendre sont l’affaire de l’ontologie fondamentale ; une critique de la raison littéraire serait moins que jamais souhaitable. Si l’on fait abstraction de certaines tentatives, en particulier dans le domaine de la philosophie du langage et de l’histoire, c’est à peine si l’herméneutique appliquée à la sphère de la philologie a évolué par rapport à la situation qui était la sienne au XIXe siècle, bien que l’intelligence de ce qu’est la littérature et tout à la fois de ce qu’est la connaissance historique s’est si radicalement transformée durant les cinquante dernières années que l’étude de l’Encyclopédie des sciences philologiques de Boeckh3, par exemple, n’enseigne pas tant ce que promet son titre qu’elle n’instruit sur les raisons pour lesquelles une nouvelle méthodologie de la philologie est nécessaire.

  • 4 Ibid., p. 81.
  • 5 Ibid., p. 86.

2Voilà qui permettrait de souligner deux choses : la prise en compte de la détermination langagière de la littérature et la thèse de la détermination de la connaissance historique par l’historicité du processus cognitif. À cet égard, comme, avant lui, des générations de théoriciens de l’herméneutique, Boeckh pense pouvoir faire abstraction « de tout ce qui, dans les œuvres littéraires, ne provient que de la spécificité du matériau [c’est-à-dire de la langue] », et ne prend en compte, « comme objet de l’herméneutique, que les représentations qui sont liées aux mots »4. Et bien que Boeckh sache comme Gorgias « que l’auditeur ne pense jamais la même chose, dans les paroles qu’il perçoit, que celui qui les prononce », il s’en tient à cette finalité traditionnelle de l’interprétation : dégager l’intention de l’auteur même si ce n’est qu’approximativement5.

3Lorsqu’on prend en compte la détermination langagière de la littérature, il s’ensuit que l’herméneutique littéraire ne peut pas situer l’objet de la compréhension au-delà de la langue, ce qui identifierait l’acte de comprendre à un simple déchiffrage, mais au sein de la langue même. La conception selon laquelle la connaissance historique est déterminée par la situation dans l’histoire de celui qui cherche impose à l’herméneutique la tâche d’acquérir des critères qui la préservent de tomber dans l’arbitraire d’une subjectivité se livrant à ses propres actualisations, parce qu’elle reconnaît trompeuse l’objectivité d’une empathie historique. Voilà ce que devraient être les deux points de cristallisation d’une nouvelle herméneutique littéraire. Dans la mesure où ils sont à peine admis, quelques indications les préciseront.

  • 6 Friedrich Daniel Ernst Schleiermacher, Hermeneutik, Heidelberg, 1959 (cf. la traduction française p (...)
  • 7 Cf. Peter Szondi, Introduction à l’herméneutique littéraire, chap. 10, Paris, Le Cerf (préf. J. Bol (...)

4Pour ce qui touche à l’ancrage de l’herméneutique littéraire dans l’analyse de la langue, la situation actuelle serait différente si la réception de Schleiermacher depuis Dilthey n’avait pas négligé l’interprétation grammaticale au profit de l’interprétation psychologico-technique, et, au sein de cette dernière, l’aspect technique – touchant donc aux questions des procédés – au profit de l’interprétation psychologique. On trouve, dans la théorie schleiermachérienne de l’interprétation grammaticale, des vues qui non seulement anticipent certains théorèmes de la linguistique moderne, mais montrent à la linguistique la voie qu’elle doit suivre pour s’appliquer à l’herméneutique littéraire. C’est pourquoi l’édition critique de l’Herméneutique de Schleiermacher6, suscitée par Gadamer et réalisée par Heinz Kimmerle, est de toute première importance pour soutenir les efforts faits en vue de promouvoir une nouvelle herméneutique littéraire. L’abandon par Schleiermacher de l’herméneutique traditionnelle qui bornait l’interprétation à la clarification des passages difficiles a conduit, au sein de l’herméneutique philosophique du XXe siècle, à une analyse du processus de la compréhension. La maxime de Schleiermacher, « je ne comprends rien dont je ne saisisse la nécessité et que je ne puisse construire » (p. 11), est la pierre fondatrice d’une théorie de l’interprétation génétique « en vue d’une intelligence supérieure du procédé interne des poètes et d’autres artistes du discours, de l’ensemble processus de composition, de la première ébauche jusqu’à l’ultime réalisation » (p. 170), voilà qui n’a nullement suscité l’attention, pas plus que les contributions, qu’on rencontre chez Schleiermacher, à une théorie de la métaphore, à une esthétique de la réception et à une théorie de la fonction des formes et genres littéraires7 – domaines partiels de la science littéraire qui avaient déjà été ébauchés par Schleiermacher du point de vue de leur importance pour l’herméneutique.

  • 8 Walter Benjamin, « Édouard Fuchs, collectionneur et historien » (1937), in Œuvres III, traduction d (...)
  • 9 Ibid., p. 174 sq.
  • 10 Walter Benjamin, « Sur le concept d’histoire », in Œuvres III, op. cit., p. 441 sq.
  • 11 Ibid., p. 431 et 437.
  • 12 Walter Benjamin, Œuvres I, op. cit., p. 246, 248 et 250.

5Un deuxième point de départ fécond pour l’herméneutique littéraire est représenté par la théorie de la « construction historique » telle que Walter Benjamin l’a conçue dans ses « Thèses historico-philosophiques »8, dans l’introduction de son étude sur Édouard Fuchs et dans certaines recensions d’ouvrages (tous ces textes datant de la fin des années 1930). Benjamin exige de l’historien, comme de l’historien de la littérature, qu’« il abandonne l’attitude sereine, contemplative à l’égard de son objet pour prendre conscience de la constellation critique dans laquelle tel fragment du passé entre avec tel présent »9. Il est censé « arracher une époque déterminée au cours homogène de l’histoire ; il arrache de même à une époque telle vie particulière, à l’œuvre d’une vie tel ouvrage particulier ». Le bénéfice de cette démarche consiste « à recueillir et à conserver dans l’ouvrage particulier l’œuvre d’une vie, dans l’œuvre d’une vie l’époque, et dans l’époque le cours entier de l’histoire »10. Cette théorie de la connaissance historique, Benjamin l’a comprise comme étant celle du matérialisme historique, comme le moment qui exige de maîtriser le passé comme « d’un instant de danger » et « le sujet de la connaissance historique comme la classe opprimée elle-même »11. Mais déjà avant sa phase marxiste, dans son essai, du début des années 1920, sur La tâche du traducteur, l’historicisme est dépassé par une théorie de la « survie » des œuvres, de la maturation continuée des mots bien définis ». Il incombe à la traduction comme forme sui generis de prendre en compte « la maturation posthume de la parole étrangère »12.

6Chez le benjamin des débuts la théorie de l’historicité de la connaissance débouche sur le traitement du langage par le traducteur et sur la justification de ce traitement du point de vue de la philosophie du langage. C’est ce qui confère à ses traductions de Baudelaire et à la préface qu’il rédigea à cette occasion leur importance quant aux deux points de cristallisations, évoqués ici, d’une nouvelle herméneutique littéraire : histoire de la réception et théorie du langage ont déjà été esquissées par Benjamin dans un rapport d’interdépendance. Sa conception ultérieure de la philosophie de l’histoire donne en revanche leur nom aux différents thèmes qui déterminent la théorie de la « construction historique ». Comparer sa tentative à d’autres, contemporaines ou entreprises par après, et qui visent également au dépassement de l’historicisme (c’est le cas de Vérité et méthode de Gadamer), devrait aider à clarifier les conditions historiques au sein desquelles s’est forgée la théorie d’une historicité de la connaissance. Certes, on quitterait ainsi le domaine de l’herméneutique littéraire, mais les connaissances qu’on a alors en vue formeraient une méta-herméneutique sans laquelle même l’herméneutique littéraire n’aurait aucune intelligence suffisante d’elle-même.

Haut de page

Notes

1 Texte tiré de Peter Szondi, Einführung in die literarische Hermeneutik, Studienausgabe der Vorlesungen, vol. 5, édité par J. Bollack et H. Stierlin, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1975, p. 404-408.

2 Cf. Peter Szondi, « Sur la connaissance philologique », in Mayotte Bollack (éd.), Poésie et poétique de la modernité, Lille, PUL, traduction de André Laks, p. 11-29.

3 A. Boeckh, Enzyklopädie und Methodenlehre der philologischen Wissenschaften, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, (1877), 1966 (cf. Revue germanique internationale, no 14, 2011).

4 Ibid., p. 81.

5 Ibid., p. 86.

6 Friedrich Daniel Ernst Schleiermacher, Hermeneutik, Heidelberg, 1959 (cf. la traduction française par Christian Berner, Paris, Le Cerf, 1987, à laquelle les pages indiquées se réfèrent).

7 Cf. Peter Szondi, Introduction à l’herméneutique littéraire, chap. 10, Paris, Le Cerf (préf. J. Bollack, trad. M. Bollack), 1989.

8 Walter Benjamin, « Édouard Fuchs, collectionneur et historien » (1937), in Œuvres III, traduction de Pierre Rusch et Rainer Rochlitz, Paris, Gallimard, p. 175.

9 Ibid., p. 174 sq.

10 Walter Benjamin, « Sur le concept d’histoire », in Œuvres III, op. cit., p. 441 sq.

11 Ibid., p. 431 et 437.

12 Walter Benjamin, Œuvres I, op. cit., p. 246, 248 et 250.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Peter Szondi, « Quelques remarques sur la situation de la recherche en herméneutique littéraire », Revue germanique internationale, 17 | 2013, 133-136.

Référence électronique

Peter Szondi, « Quelques remarques sur la situation de la recherche en herméneutique littéraire », Revue germanique internationale [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/1385 ; DOI : 10.4000/rgi.1385

Haut de page

Auteur

Peter Szondi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org