Navigation – Plan du site

Introduction

Michel Espagne et Hans-Jürgen Lüsebrink
p. 5-9

Texte intégral

  • 1  L’Association allemande des Romanistes spécialisés en études françaises (langue, littératures, civ (...)
  • 2  Willi Hirdt (éd.), Romanistik. Eine Bonner Erfindung. Bonn, Bouvier 1993, 2 vol. ; voir aussi sur (...)
  • 3  Voir sur Diez aussi Hans-Jürgen Lüsebrink, « Diez (Friedrich). » In : Élisabeth Décultot/ Michel E (...)
  • 4  Harald Weinrich, Leçon inaugurale, faite le Vendredi 29 janvier 1993. Collège de France, Chaire de (...)
  • 5  Ibid., p. 8.
  • 6  Ibid., p. 8.

1Il existe une romanistique en Allemagne comme des études sur la littérature, la langue et la civilisation françaises ou allemandes en France. Et pourtant ces disciplines sont très différentes, du moins si l’on cherche à comprendre leur développement dans la longue durée. La romanistique est la science des langues et littératures romanes. Bien sûr aucun romaniste ne les maîtrise toutes et il connaît celles qu’il maîtrise à des niveaux différents. Mais même si la tendance est à distinguer les Italianistes des Hispanistes ou des Francisants (ou Franco-Romanistes1), beaucoup ont pour le moins une connaissance approfondie d’une langue et plus passive d’une ou de deux autres. Ajoutons que si les études françaises s’inscrivent généralement dans une ancienne tradition de rhétorique dont le structuralisme d’un Gérard Genette pourrait être considéré comme une lointaine résurgence, la romanistique relève pleinement des sciences historiques et philologiques. On considère généralement qu’elle a été fondée à Bonn2 par Friedrich Diez dont la Grammaire des langues romanes est publiée à partir de 1836 et reproduit pour les langues romanes le modèle de la Grammaire allemande de Jacob Grimm qui paraît, elle, à partir de 1819, mais profite aussi du comparatisme indo-européaniste de Franz Bopp. L’attention de Friedrich Diez porte sur les périodes anciennes de l’histoire des langues romanes, sur les monuments littéraires médiévaux. À ce titre les diverses langues et les divers dialectes romans peuvent se situer sur un même plan. On a souvent soupçonné chez Diez3, qui a participé aux Guerres de libération et n’a jamais parlé un excellent français, une certaine animosité vis-à-vis de la culture française, comme si faire éclater le territoire français en zones dialectales et mettre sur un même plan les restes linguistiques du sarde, du rhéto-roman ou des diverses langues parlées en France relativisait le poids de la langue et surtout de la culture française. Les grands romanistes du xixe siècle, Wendelin Foerster ou Heinrich Schneegans, ont suivi la voie tracée par Diez, même si Schneegans a tenté de déplacer les accents vers les contenus culturels transmis par les langues romanes. Dans une monumentale publication qui débute dans les années 1880, le Grundriss der romanischen Philologie, Gustav Gröber, alors professeur à Strasbourg, a fixé pour longtemps les frontières de la discipline. Le romaniste allemand Harald Weinrich qui a occupé entre 1993 et 1997 la (nouvelle) Chaire de Philologie Romane au Collège de France, a non seulement souligné, dans sa leçon inaugurale le 29 janvier 1993, le fait que la philologie romane « est née du génie romantique, voire préromantique, et de la pensée historique qui en découle »4, mais également mis en lumière l’émergence proprement franco-allemande et interculturelle de la discipline dans les premières décennies du xixe siècle. Loin de considérer Friedrich Diez comme le seul « père » de la discipline, il affirme, suite à Hans Ulrich Gumbrecht, que « l’œuvre philologique de Diez n’est rien d’autre que la forme et la méthode de Grimm appliquées à la méthode de Raynouard. »5 Et il en conclut : « Quant à moi, l’idée me plaît beaucoup d’assigner à la Philologie romane une trinité de fondateurs : Raynouard, Grimm et Diez, et d’affermir ainsi une fois de plus le caractère européen de cette discipline. »6

  • 7  Cité d’après Weinrich, Leçon inaugurale, p. 9.

2De façon assez curieuse, le succès de la romanistique se mesure aux importations de ses objectifs et de ses méthodes dans divers pays européens. Dès 1863 commence à paraître une version française de la Grammaire des langues romanes, traduite par Gaston Paris, dont ce sera le grand titre de gloire. La découverte de cette discipline allemande par les universitaires français de la fin du xixe siècle va déboucher sur une curiosité nouvelle pour les langues régionales et les traditions médiévales. Des chaires consacrées à ces traditions locales vont être fondées un peu partout. Les professeurs qui les occupent iront parfois jusqu’à se former en Allemagne. Mais l’intérêt restera principalement focalisé sur le segment français de la Romania. L’École Pratique des Hautes Études a été l’un des lieux de développement de cette discipline à côté du Collège de France où enseigne à partir de 1876 et pour une trentaine d’années Paul Meyer qui fonda en 1872, avec Gaston Paris, la revue Romania. Même si les grands romanistes français qu’étaient Gaston Paris et Paul Meyer n’occupaient pas de chaire de philologie romane proprement dite, mais respectivement des chaires de « Langue et littérature française du Moyen-Âge » (1872-1903, G. Paris) et de « Langues et littératures de l’Europe méridionale » (1876-1906, P. Meyer), Marcel Bataillon n’hésita pas à affirmer en 1962 que « grande et diverse a été la contribution du Collège de France aux progrès du romanisme français. »7 Les études sur d’autres aires culturelles de langue latine ont également été inspirées par le modèle allemand. C’est le cas de l’hispanisme français et d’un de ses principaux représentants Alfred Morel-Fatio qui succède à Paul Meyer sur la chaire des langues romanes du Collège de France. Une tension structurelle va désormais s’instaurer entre la tradition plutôt rhétorique des études littéraires et une tradition plus philologique des études romanes.

  • 8  Sur l’histoire récente de la discipline voir notamment Klaus-Dieter Ertler (éd.) : Romanistik als (...)
  • 9  Sur la romanistique durant le IIIe Reich voir Frank-Rutger Hausmann, « Vom Strudel der Ereignisse (...)
  • 10  Voir Hans-Jürgen Lüsebrink, « La patrie des Droits de l’Homme. Zur Identifikation deutscher Frankr (...)
  • 11  Voir Victor Klemperer, LTI (Lingua Tertii Imperii). Notizbuch eines Philologen. Berlin, Aufbau Ver (...)
  • 12  Voir Hans-Jürgen Lüsebrink, « Les “Frankreichzentren” en Allemagne. Evolution, structures institut (...)

3La romanistique ne s’est pas seulement exportée, mais elle a toujours été aussi un point de passage vers l’espace germanophone de littératures ou d’écoles de pensée liées au monde roman. Une dimension de recherche sur les rencontres entre espaces culturels est profondément ancrée dans son auto-définition, et cette dimension va s’affirmer au xxe siècle8 qui constitue plus particulièrement l’objet du présent recueil. Ce sont des romanistes qui vont, tel Vossler, importer en Allemagne l’esthétique du philosophe italien Benedetto Croce ou, comme Ernst Robert Curtius, l’œuvre de Marcel Proust ou comme Erich Auerbach la philosophie de Giambattista Vico. Auerbach inspirateur d’Edward Said, envisageant l’ensemble de la culture européenne depuis une situation d’extraterritorialité, est d’ailleurs aussi l’un des pères des théories postcoloniales. Les Romanistes peuvent faire partie des grands spécialistes européens d’une œuvre française ou francophone comme Hugo Friedrich à propos de Montaigne, Frank Wilhelm, Romaniste à l’Université du Luxembourg, à propos de Victor Hugo, Ernst Ludwig à propos de Patrick Chamoiseau ou János Riesz à propos de Léopold Sedar Senghor. Ils ont largement contribué comme Werner Krauss, condamné à mort sous le IIIe Reich9 mais qui a survécu presque par miracle, à faire connaître en Allemagne les Lumières françaises10 ou à fonder comme Hugo Schuchardt la bascologie européenne. Ce sont eux qui avec Victor Klemperer ont fourni l’analyse la plus percutante des pathologies linguistiques de l’Allemagne nazie.11 Ils ont œuvré à la réconciliation franco-allemande et contribué de manière décisive à intensifier les échanges académiques franco-allemands comme Michael Nerlich qui fonda la revue Lendemains, Hansgert Schulte et Helmut Berchem, universitaires romanistes, mais aussi anciens présidents du DAAD, ou Fritz Nies qui inspira, en tant que président de l’Association allemande des Romanistes (Deutscher Romanistenverband) dans les années 1980, la création du Frankreichzentrum à l’Université de Freiburg, le premier des six centres interdisciplinaires d’études et de recherche sur la France existant actuellement dans les universités allemandes12. Sans doute leur vocation à étudier l’articulation entre des domaines culturels explique-t-elle pourquoi les impulsions théoriques les plus stimulantes dans les sciences humaines viennent souvent de leur espace disciplinaire. Les théories de la réception qui ont si profondément marqué le paysage de la théorie littéraire européenne et qui doivent une partie de leur contenu à la réinterprétation du formalisme russe ou tchèque sont liées à l’œuvre du romaniste Hans Robert Jauss. Mais c’est à un autre romaniste, Manfred Naumann, que l’on doit les critiques les plus constructives de la théorie de la réception selon le modèle de Jauss. C’est le romaniste Peter Bürger qui dans les années 1980 a initié une réflexion sur le fonctionnalisme littéraire. Le romaniste Erich Köhler a été l’un des pionniers de la sociologie littéraire et de l’application à la littérature d’un matérialisme inspiré de Marx.

4Pour aborder dans le présent recueil une discipline qui ne saurait en aucun cas être considérée de manière exhaustive, nous avons choisi de privilégier d’abord quelques thématiques puis ensuite quelques figures identificatoires. Dans une flânerie introductive qui lui permet d’aborder l’ensemble de la discipline et de dégager quelques perspectives, Fritz Nies (Düsseldorf) insiste sur la formation à la compréhension de l’interculturalité offerte par la romanistique. Hans-Jürgen Lüsebrink (Saarbrücken) dessine, en se penchant sur les trajectoires et des récits autobiographiques de la génération de romanistes nés avant la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, sur les « visions de l’intérieur » de la discipline, de son identité et de son évolution pendant ces 60 dernières années en Allemagne. Illustrant l’ouverture de la philologie romane aux nouveaux questionnements transculturels contemporains, Ottmar Ette (Potsdam) établit ensuite une typologie des mouvements littéraires observables dans les transferts entre aires culturelles : philologie transaréale ou translinguale où la recherche littéraire apparaît comme une sorte de laboratoire expérimental de la mobilité, des échanges et des processus de transformation réciproques. Fritz Peter Kirsch (Wien) s’interroge pour sa part sur la pertinence de la notion d’interculturalité ou plutôt sur l’équilibre à observer entre les tendances à la globalisation et au maintien de formes identitaires dans les études littéraires. Pour Gesine Müller (Köln) qui s’attache à un vecteur important des études romanes, la politique des maisons d’édition et en particulier celle de Suhrkamp, la globalisation est avant tout une question de stratégie éditoriale. Selon le modèle goethéen de la Weltliteratur la littérature étrangère échappe à l’opposition entre un centre et une périphérie pour se trouver dans une situation d’extraterritorialité.

  • 13  Voir son esquisse autobiographique : Ulrich Schulz-Buschhaus : « Autobiographische Mitteilungen an (...)

5Avec la contribution de Marc Crépon (Paris), on se situe entre l’étude d’une personnalité de romaniste, celle de Victor Klemperer, qui a choisi de traverser de l’intérieur la période nazie et en a analysé les dérives verbales, et une mise en évidence de la force critique propre à une discipline qui s’attache aux mots étrangers et retourne cette analyse sur une dynamique d’étrangeté de la culture allemande elle-même. Klemperer avait au moins en commun avec Erich Auerbach cette appartenance à un groupe persécuté. L’un choisit l’exil intérieur, l’autre l’exil extérieur. Mais quoi qu’installé à Istanbul, Erich Auerbach, comme le montre Kader Konuk (Ann Arbor/Michigan), n’était nullement coupé des ressources qui lui ont permis d’écrire Mimésis, contrairement à une légende tenace. Dans une présentation chronologique des représentants fondamentaux de la discipline, il convient toujours de commencer par Vossler qui marque la transition entre une science philologique et une réflexion plus large sur l’histoire, même si pour Vossler, comme le montre l’article de Michel Espagne (Paris), la réflexion sur l’histoire des cultures passe nécessairement par une analyse du devenir des langues. Vossler fait partie des romanistes qui ont rencontré le plus grand écho dans les études littéraires en Europe. Diana Sanz Roig (Barcelona) suit sa trace dans les études littéraires de la péninsule ibérique et plus particulièrement en Catalogne. Wolf Feuerhahn et Pascale Rabaut-Feuerhahn (Paris) montrent à travers la trajectoire biographique de Leo Spitzer et l’évolution de son œuvre, comment des contextes historiques et géo-culturels précis – comme sa difficile intégration dans l’Université allemande, son exil à Istanbul et ensuite aux États-Unis – ont déterminé et façonné son œuvre philologique et les processus de « redéfinition de soi » qui y sont liés. Si l’on veut distinguer une romanistique allemande rencontrant un large écho européen de celle qui a joué un rôle central en Allemagne même, il ne fait pas de doute que l’inépuisable auteur de recensions que fut Ulrich Schulz-Buschhaus, dont le rôle-clé au sein de la discipline entre 1968 et l’année de sa mort prématurée en 2000 est mis en lumière par Klaus-Dieter Ertler (Graz), appartient à la seconde catégorie. Ses recensions ayant fait et défait les carrières de nombreux romanistes allemands, il incarne, plus qu’aucun autre romaniste, le rôle de la fonction critique dans la structuration et dans l’évolution de la romanistique comme discipline.13

6Par la simple résistance que le plurilinguisme et le polyperspectivisme romans opposent au monolinguisme anglophone, la romanistique allemande constitue une ouverture aux réflexions sur la pluralité des cultures et leurs imbrications. Il est en tous cas difficile d’imaginer une réflexion sur les transferts culturels en Europe qui ne tienne pas compte des recherches et des apports théoriques de cette discipline.

Haut de page

Notes

1  L’Association allemande des Romanistes spécialisés en études françaises (langue, littératures, civilisations), fondée en 1995, s’appelle précisément « Franko-Romanistenverband. » À côté du terme de « Franko-Romanisten » il existe également ceux, maintenant plus rarement utilisés, de « Galloromanisten » et de « Franzisten ». Voir sur ce sujet : Roland Höhne, « Romanistenverbände in der Bundesrepublik Deutschland. » In : Nicole Colin/Corine Defrance/Ulrich Pfeil/Joachim Umlauf (éds.), Lexikon der deutsch-französischen Kulturbeziehungen nach 1945. Tübingen, Narr Verlag, 2013 (édition lendemains vol. 28), p. 379-381.

2  Willi Hirdt (éd.), Romanistik. Eine Bonner Erfindung. Bonn, Bouvier 1993, 2 vol. ; voir aussi sur l’histoire et la conception de la « Romanistik » : Albert Gier, Orientierung Romanistik : Was sie kann, was sie will. Reinbek, Rowohlt, 2000 ; Fritz Nies/Reinhold R. Grimm (éd.) : Ein « unmögliches Fach ». Bilanz und Perspektiven der Romanistik. Tübingen, Gunter Narr Verlag, 1988 ; Wolfgang Asholt : « Romanistik (Franko-Roamnistik ». In : Colin/Defrance/Pfeil/ Umlauf, Lexikon der deutsch-französischen Kulturbeziehungen, p. 381-382 ; Wolfgang Klein : « Romanistik in der DDR. » In : ibid., p. 382-384 ; Hans-Jürgen Lüsebrink : Romanistique (Romanistik). In : Élisabeth Décultot/ Michel Espagne/ Jacques Le Rider (éds.), Dictionnaire du Monde Germanique. Paris, Bayard, 2007, p. 1002-1003.

3  Voir sur Diez aussi Hans-Jürgen Lüsebrink, « Diez (Friedrich). » In : Élisabeth Décultot/ Michel Espagne/ Jacques Le Rider (éds.) : Dictionnaire du Monde Germanique. Paris, Bayard, 2007, p. 263.

4  Harald Weinrich, Leçon inaugurale, faite le Vendredi 29 janvier 1993. Collège de France, Chaire de langues et littératures romanes. Paris, Collège de France, 1993, p. 7.

5  Ibid., p. 8.

6  Ibid., p. 8.

7  Cité d’après Weinrich, Leçon inaugurale, p. 9.

8  Sur l’histoire récente de la discipline voir notamment Klaus-Dieter Ertler (éd.) : Romanistik als Passion : Sternstunden der neueren Fachgeschichte. Münster, LIT-Verlag vol. I, 2007 ; vol. II, 2011.

9  Sur la romanistique durant le IIIe Reich voir Frank-Rutger Hausmann, « Vom Strudel der Ereignisse verschlungen », in : Deutsche Romanistik im III. Reich. Frankfurt/Main, Klostermann, 2000, S. 135-138.

10  Voir Hans-Jürgen Lüsebrink, « La patrie des Droits de l’Homme. Zur Identifikation deutscher Frankreichforscher mit dem Frankreich der Aufklärung und der Französischen Revolution. » Dans : Michel Grunewald, Hans-Jürgen Lüsebrink, Rainer Marcowitz, Uwe Puschner (éds.) : France – Allemagne au xxe siècle – La production de savoir sur l’Autre (vol. 2) – Deutschland und Frankreich im 20. Jahrhundert – Akademische Wissensproduktion über das andere Land (vol. 2). Frankfurt/Main, Peter Lang, 2012 (Coll. Convergences Bd. 69), p. 301-314.

11  Voir Victor Klemperer, LTI (Lingua Tertii Imperii). Notizbuch eines Philologen. Berlin, Aufbau Verlag, 1947. Réédition, Stuttgart, Reclam, 2007.

12  Voir Hans-Jürgen Lüsebrink, « Les “Frankreichzentren” en Allemagne. Evolution, structures institutionelles et fonctions dans la coopération académique franco-allemande et la diffusion de savoirs sur la France. » In : Michel Grunewald, Hans-Jürgen Lüsebrink, Reiner Marcowitz und Uwe Puschner (éds.), France-Allemagne au xxe siècle – La production de savoir sur l’Autre. Les institutions. (Vol. 3) / Deutschland und Frankreich im 20. Jahrhundert – Akademische Wissensproduktion über das andere Land. Die Institutionen. (Bd. 3). Bern, Peter Lang, 2013. p. 191-203 ; Hans-Jürgen Lüsebrink : « Frankreichzentren. » In : Colin/Defrance/Pfeil/Umlauf, Lexikon der deutsch-französischen Kulturbeziehungen, p. 230-231.

13  Voir son esquisse autobiographique : Ulrich Schulz-Buschhaus : « Autobiographische Mitteilungen an die Österreichische Akademie der Wissenschaften. » In : Klaus-Dieter Ertler (éd.) : Romanistik als Passion. Sternstunden der neueren Fachgeschichte. Wien/Münster, LIT, 2007, vol. I, p. 577-581 ; ainsi que la publication de son importante œuvre de recensions critiques par Klaus-Dieter Ertler (éd.) : Das Rezensionswerk von Ulrich Schulz-Buschhaus. Eine Gesamtausgabe. Tübingen, Narr, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Espagne et Hans-Jürgen Lüsebrink, « Introduction », Revue germanique internationale, 19 | 2014, 5-9.

Référence électronique

Michel Espagne et Hans-Jürgen Lüsebrink, « Introduction », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 18 juin 2014, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://rgi.revues.org/1459

Haut de page

Auteurs

Michel Espagne

Articles du même auteur

Hans-Jürgen Lüsebrink

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org