Navigation – Plan du site

Glanures aux champs et sur les chemins de ma discipline

Fritz Nies
p. 11-23

Résumés

Dans quelle mesure la romanistique a-t-elle une vocation particulière pour s’occuper de problèmes de l’interculturalité ? Après avoir jeté un regard sur les origines à l’époque romantique, j’esquisse notre champ de recherche, excessivement vaste, puis mentionne un idéal de polyglottisme solidement enraciné, un penchant à dépasser les limites, pourtant peu étroites, imposées par la discipline, enfin les expériences transculturelles des nombreux expatriés sous le régime nazi. L’ensemble de ces qualités propres aux romanistes est, semble-t-il, fort apprécié dans l’aire romane et au-delà. En outre la formation plurivalente de nos étudiants les rend aptes aux carrières universitaires, voire dans maintes institutions extra-universitaires, ayant un champ d’activité interculturel. Je ne passe pas sous silence les points faibles, presque inévitables, de ma discipline – surtout un certain manque de professionalisme dans la maîtrise de plusieurs langues romanes ou la connaissance de détails familiers aux spécialistes des philologies nationales. Et je ne tais pas non plus des partis pris et fausses pistes en temps de crise. Pour terminer mon tour d’horizon j’en viens à quelques tendances nouvelles puis aux expectatives à moyen terme.

Haut de page

Notes de l’auteur

Après la lecture des pages suivantes on comprendra mieux pourquoi j’ai préféré, moi romaniste de la vieille école, la flânerie à l’étude microscopique, parfaitement centrée sur un seul objet, ou au portrait en gros plan d’une de nos célébrités d’antan.

Texte intégral

Fouille préventive d’archéologie universitaire

  • 1  Novalis, Die Christenheit oder Europa, 1799. Ernst Robert Curtius, Europäische Literatur und latei (...)
  • 2  Cf. à ce sujet, et aussi pour la suite, Alexander Kalkhoff, Romanische Philologie im 19. und frühe (...)
  • 3  Hans-Jörg Neuschäfer, « Romanistik, Hispanistik », in Cahiers d’Histoire des Littératures romanes, (...)
  • 4  Voir Nies, « Herausforderung Europa », in Cahiers d’Histoire des Littératures romanes, no 16, 1992 (...)
  • 5  Politiques, économiques, juridiques, pédagogiques, sociologiques, anthropologiques, etc.
  • 6  Zur Culturgeschichte im 17. und 18. Jahrhundert.

1Je n’ai pas l’ambition d’approfondir la question de savoir dans quelle mesure la romanistique germanophone fut, entre Novalis et Ernst Robert Curtius1 – donc à l’époque des nationalismes farouches et fratricides en Europe – un produit nostalgique rêvant à l’unité transnationale, semblable à celle d’un Moyen Age enjolivé. Toujours est-il que la romanistique est née du romantisme.2 Or le grand mérite des romantiques allemands était justement que leurs visions se distinguaient par un caractère transnational. Ainsi ils étaient à l’origine d’une « véritable analyse littéraire à l’échelle européenne ».3 Contrairement à la plupart des sciences humaines, et seule parmi les philologies consacrées aux époques médiévale et postmédiévale, la romanistique ne dut pas sa naissance au cloisonnement ethnique ou à l’exaltation d’ une idée nationale. Pour elle, le principe unificateur de son domaine n’était ni un territoire national ou une charte constitutionnelle, ni une langue commune ou une communauté « raciale » mais une parenté linguistico-culturelle, et cela pour une raison bien simple. Dans le cas des régions de langues romanes, il aurait été fort difficile de se repaître de la chimère de cultures nationales autonomes. Grâce surtout à leur parenté linguistique, ces pays se sont distingués, et se distinguent encore, par une grande intensité de leurs rapports intellectuels et culturels comme par une osmose non moins intense entre leurs élites culturelles. D’autant plus que ces élites ont redécouvert, au cours du sicèle dernier, ce qu’ils appellent « l’esprit de la latinité ».4 Quoi de plus naturel que l’évolution de notre discipline ? La philologie des origines s’est ouverte, depuis longtemps, à l’étude des cultures et des civilisations – études d’ensemble ou de phénomènes autres que linguistico-textuels,5 et de ce qui les rapproche. Cette ouverture, depuis le début des années 1920, est généralement attribuée à Karl Vossler (1872-1949). Mais il n’était ni le premier ni le seul à vouloir ouvrir des horizons nouveaux. Dès 1889 apparut, au titre d’un livre posthume de Ferdinand Lotheissen, le fameux mot-clé « Cultur »6, qui devait se retrouver trois décennies plus tard chez plusieurs contemporains de Vossler. Et la revue Volkstum und Kultur der Romanen, du Seminar für romanische Sprachen und Kultur de l’Université de Hambourg, sera publiée de 1929 à 1973.

Une discipline parfois qualifiée d’« impossible »7

  • 7  F. Nies/R. R. Grimm (éd.), Ein « unmögliches Fach ». Bilanz und Perspektiven der Romanistik, Tübin (...)
  • 8  Avant 1945 n’existaient que quelques rares études sur l’Amérique latine, de romanistes comme R. Gr (...)
  • 9  Résultat d’une exploitation des bibliographies ajoutées aux 60 biographies de romanistes chez K.-D (...)

2Quant au nombre des sphères linguistico-culturelles, le champ des recherches de la romanistique était, dès le début, bien plus étendu que celui des autres philologies. Surtout après la Seconde Guerre mondiale, ce champ s’est rapidement agrandi8 bien au-delà de la « Romania antiqua » européenne. Une « Romania nova » d’Outre-Mer des anciennes colonies a pris un ascendant surprenant sur un nombre de plus en plus grand de collègues. De nos jours la famille des langues étudiées passe pour la plus importante non seulement de l’Europe, mais du monde occidental, avec leurs nombreuses variantes régionales et culturelles. Actuellement, les listes de langues romanes oscillent entre 10 et 47 idiomes, selon les différentes définitions du concept de « langue ». En ce qui concerne le nombre des littératures francophones, hispanophones, lusophones, etc., on hésite entre une trentaine et une quarantaine. Impossible donc de dominer la totalité de cette énorme masse linguistico-culturelle, que ce soit par un seul individu, par un institut universitaire ou par tout un centre de recherches. Partant trois sur quatre des romanistes se sont contentés dans leur recherches, au cours du dernier demi-siècle, de deux à trois aires culturelles.9 Mais comment satisfaire aux conditions requises même pour l’approche partielle d’un espace aussi vaste ?

Une tradition polyglotte

  • 10  Victor Tissot, Les Prussiens en Allemagne, Paris, Dentu, 1876, t. II, p. 293.
  • 11  Nies, « Verschämte Verdeutscher », in R. Baum et al. (éd.) : Lingua et Traditio, Tübingen, Narr, 1 (...)

3Depuis longtemps les érudits allemands, y compris les scientifiques, ont joui d’une solide réputation de multilinguisme. Ce n’est point par hasard si le précepteur de Candide se nomme déjà Pangloss, lui qui rêve d’une brillante carrière « dans quelque université d’Allemagne ». Par la suite les philologues, censés maîtriser toutes les langues dont ils avaient besoin pour leur travail, formèrent le noyau de l’université humboldtienne. Vers la fin du xixe sicèle, l’auteur d’un récit de voyage mentionne sa rencontre avec un professeur allemand « qui parlait dix-neuf langues et pouvait converser aussi facilement en chinois qu’en allemand »10. On croit savoir qu’un Leo Spitzer maîtrisait dix langues. Et fort d’un tel prédécesseur, notre collègue Johannes Kramer affirmera l’égaler vers 1990. Bien d’autres romanistes se flatteront au même moment de leur maîtrise de cinq, six, voire sept ou huit langues étrangères11.

Transgressions des limites linguistico-culturelles imposées par la discipline

  • 12  Dépouillement d’une documentation rassemblée, dans les répertoires biographiques et autres (éditio (...)
  • 13  Nies : « Glanz und Elend eines « unmöglichen » Fachs », Neusprachliche Mitteilungen, 1986, Heft 3, (...)
  • 14  Documentation sur l’histoire des instituts de romanistique, rassemblée, elle aussi, par F. Beckman (...)
  • 15  Ne rappelons que peu d’ouvrages de fond ou de best-sellers, comme Mimesis d’E. Auerbach (prise en (...)
  • 16  Cf. F. Estelmann et al. : Traditionen der Entgrenzung. Beiträge zur romanistischen Wissenschaftsge (...)

4Malgré tous les efforts d’apprentissage des langues, c’est peut-être l’impossibilité d’une étude exhaustive de notre domaine qui a entraîné les plus grands de la discipline, tout comme le cortège de leurs émules, à se promener ailleurs. Les romanistes qui ont travaillé, en même temps, sur des régions extérieures à l’aire romane se comptent par centaines.12 Dans la grande majorité des cas il s’agit bien sûr du domaine germanophone, suivi de près par le monde anglo-saxon. Mais les transgresseurs de limites familières se sont même intéressés à maintes zones de moindre importance, ainsi à celles du grec, de l’irlandais, du néerlandais, du russe et du slavon, du danois et du norvégien, de l’albanais et du serbo-croate, du celtique et du basque. Ce n’est donc point fortuitement si le premier manifeste de littérature comparée fut lancé par le romaniste Ernst Robert Curtius. Et ce n’est pas non plus par hasard si nombre de ses confrères ont été nommés au cours de leur carrière à des postes de linguistique ou de littérature générale et comparée.13 Avant d’arriver à un statut autonome (entre le dernier quart du xixe sicèle et le premier quart du xxe), lors de la genèse des institutions philologiques de nos universités, les romanistes se sont partagé le même institut (« Seminar ») surtout avec des anglicistes, parfois avec des germanistes.14 Une de nos premières revues, fondée en 1909 et qui existe toujours, s’appelle Germanisch-Romanische Monatsschrift. Cette cohabitation originaire au niveau des institutions se reflète, dès le début et encore de nos jours, dans le comportement des individus. De tout temps, la fine fleur15 comme la piétaille de notre discipline16 étaient avides d’en reculer les bornes culturelles, soit en revenant aux cultures de l’ère gréco-romaine, soit pour se divertir au-delà des confins géographiques de l’aire romane ou de la philologie traditionnelle. Mais malheureusement de telles transgressions volontaires, faites sans contraintes extérieures, ne sont pas restées les seules à noter ici.

Expériences transculturelles, faites sans le vouloir

  • 17  Voir pour ce paragraphe H. H. Christmann et al. (dir.), Deutsche und österreichische Romanisten al (...)
  • 18  Fritz Krüger, Moldenhauer.
  • 19  Citations : Titre de Hans-Ulrich Gumbrecht, « Ins Exil geboren », puis suggestion d’Ottmar Ette. V (...)

5Entre 1933 et 1945, la « prise du pouvoir » par les nazis a forcé un groupe important de romanistes, dont quelques-uns des plus éminents, à l’expatriation. Frank-Rutger Hausmann chiffrera le pourcentage de ces émigrés à 25 % des romanistes universitaires. Comme leurs collègues d’autres disciplines, ils sont partis, dans leur cas pour une quinzaine de pays différents, d’abord surtout vers l’Italie, pays de langue romane, mais aussi vers la Turquie, aire linguistico-culturelle bien plus exotique, et plus tard vers les États-Unis. De ces expatriations douloureuses sont nés certains ouvrages des plus impressionnants, comme Mimesis d’Erich Auerbach.17 Ironie de l’Histoire : après la défaite de 1945 quelques romanistes partisans des nazis, émigrés en Amérique latine,18 ont dû faire la même expérience de l’expatriation que les persécutés des années 1930. Mais il ne faut pas pour autant, me semble-t-il, prétendre que toute la romanistique serait « née en exil pour y vivre » ni préconiser une nouvelle romanistique « sans domicile fixe » en modèle d’avenir à suivre.19

Appréciation transculturelle, dans l’aire romane et au-delà

  • 20  Voir Nies, Les enjeux scientifiques de la traduction. Échanges franco-allemands en sciences humain (...)
  • 21  Inutile des souligner qu’ils n’étaient pas les premiers à être invités. Dès 1926-1928 un Wilhelm M (...)
  • 22  Le paragraphe précédent résulte, lui aussi, d’un dépouillement de la documentation fournie par F. (...)

6Parfois certains collègues romanistes se plaignent de l’écho assez faible que trouvent leurs travaux, généralement écrits en allemand, dans les pays de culture romane. Est-ce donc parce que la réputation de nous autres, tas de dilettantes et d’hommes-orchestres, de touche-à-tout n’est plus que médiocre au-delà des marches germanophones ? On croit certes savoir qu’il y a longtemps, au début du xxe sicèle, les ouvrages de nos éminents médiévistes étaient fort estimés parmi leurs confrères du monde roman. Mais qu’on y cite, encore vers 1960 et tout naturellement, leurs éditions critiques et autres ouvrages de fond20 nous semble un fait plutôt surprenant. Au même moment les médiévistes les plus renommés de l’aire romane ont encore apporté leur pierre à l’édifice lors de la transformation du vieux Grundriss der romanischen Literaturen des Mittelalters, de Gustav Gröber, en un énorme bloc de 11 volumes, sous la direction de Hans Robert Jauss et de Erich Köhler. Sans aucun doute, ce fut un reflet de l’excellente opinion que les grands pontifes universitaires « extra muros » avaient de leurs jeunes émules germaniques. Même constat pour les lexicographes et grammairiens, de Meyer-Lübke avec son Romanisches etymologisches Wörterbuch, puis Schwan, Behrens et Tobler jusqu’à Wartburg, en passant par Lommatzsch, Baldinger et bien d’autres. De nos jours encore, on a nommé professeurs au Collège de France d’abord Harald Weinrich, ensuite Theodor Berchem, à une chaire à vocation transnationale, « européenne ». Mais dès l’époque d’un Wendelin Foerster (1846-1915) et d’un Hermann Suchier (1848-1915), une cinquantaine de romanistes germanophones ont été membres d’une ou de plusieurs académies romanes, une trentaine élus membres d’honneur, présidents ou vice-présidents de sociétés savantes des plus renommées aux mêmes pays. Autant de confrères y ont été couronnés de prix académiques ou culturels, d’autres invités à une bonne soixantaine de postes temporaires, en particulier depuis le milieu du xxe sicèle.21 Bien plus nombreux encore sont les romanistes sollicités de contribuer aux volumes collectifs de mélanges destinés à honorer un confrère éminent de l’aire romane. Enfin, nombre de nos collègues ont obtenu, depuis le milieu du xxe sicèle, une quarantaine de titres de docteur in honoris causa par des universités des six pays de la Romania antiqua et autant de pays de la Romania nova.22

  • 23  Literaturgeschichte als Provokation der Literaturwissenschaft de H.-R. Jauss a été traduit en 16 l (...)
  • 24  Voir Nies, Enjeux , note 20, p. 145, surtout aux notes 17, 18 ; et ibid., p. 155 note 30. Citation (...)
  • 25  Voir ibid.

7Durant le xxe sicèle, maints ouvrages de romanistes à sujets transculturels, autrement dit les « vastes synthèses », les « études d’ensemble » et quelques dictionnaires volumineux, ont fait autorité au-delà de nos frontières. Quant aux premiers, on les a traduits23, réédités et cités tout au long des décennies.24 Contentons-nous de trois exemples éminents : entre 1970 et 2011 on a publié 12 réimpressions des Etudes de style de Leo Spitzer en traduction française. En 1954 six éditions francophones des Essais sur la littérature européenne de Curtius ont vu le jour au cours d’une seule et même année. Aux années 1990, la Mimesis d’Auerbach a été l’ouvrage le plus cité d’un romaniste allemand par les historiens de la littérature en France.25

8Depuis longtemps, la considération dont jouit la romanistique dans l’aire romane a dépassé les milieux universitaires. À partir des années 1950, plus d’une soixantaine de romanistes ont reçu une centaine d’insignes d’un ordre honorifique par les autorités de la France, de l’Italie, de l’Espagne et de neuf autres États de langue romane. Ajoutons un dernier exemple qui en dit long. Au congrès du Romanistenverband de 1987, huit nations romanes, dont les plus importantes, tinrent à être représentées par leurs ambassadeurs, sans compter nombre de diplomates occupant un rang plus modeste.

9Somme toute : depuis un sicèle et demi, la communication interculturelle avec l’aire romane a été meilleure qu’on ne pense, et le rôle des romanistes en tant que passeurs interculturels efficaces y est officiellement reconnu depuis, au moins, un demi-siècle. Ajoutons que l’estime qu’on leur porte dans les milieux intellectuels s’étend même jusqu’à l’aire anglo-saxonne (Grande-Bretagne et États-Unis) et bien au-delà.

Formation des étudiants

10Depuis la fondation des instituts de romanistique au cours de la seconde moitié du xixe sicèle, ceux-ci avaient pour mission de former surtout les futurs professeurs de langues étrangères pour l’enseignement secondaire, et en outre les romanistes pour le supérieur. Leur clientèle était obligée, et elle l’est encore de nos jours, d’étudier une à deux matières principales et, en plus, une ou deux matières secondaires. Si une grande langue/culture romane était leur matière principale, on leur a demandé d’habitude des connaissances, certes plus rudimentaires, dans le domaine d’une autre. Ainsi la formation des étudiants romanistes a été, de tout temps, essentiellement transculturelle, même en ce qui concerne les différentes régions à l’intérieur de l’aire romane. Ajoutons que cette transculturalité n’était jamais purement théorique. L’exemple des romanistes répertoriés par les dictionnaires biographiques nous montre que, dès le début du xixe sicèle, la plupart des étudiants avaient pris l’habitude de passer au moins un semestere dans un pays de langue romane, souvent un autre semestre dans un deuxième de ces pays. Jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, la France était le pays d’accueil le plus apprécié, suivie de l’Italie et de la Suisse romande. Parmi une quinzaine de villes universitaires c’était Paris qui remportait la victoire, suivie de Florence et de Rome. Notons en passant un phénomène curieux : la France de la Belle Epoque, c’est-à-dire de la période entre la guerre de 1870/71 et le début de la Première Guerre mondiale, a attiré bien plus qu’avant les étudiants romanistes, malgré les sentiments d’antipathie collective qui furent alors à leur apogée dans la population française.

Métiers, carrières, champs d’activité extra-universitaires

  • 26  Lothar Wittmann. Pour la suite : Elisabeth Gorecki-Schöberl. (Les exemples donnés dans le paragrap (...)
  • 27  Eva Sabine Kuntz, Rudolf Herrmann. Pour la suite : Stefan Geifes.
  • 28  Werner Paravicini, Gudrun Gersmann.
  • 29  Werner Ross, Günther Bär, Hans Rudolf Picard, Georg Lechner, Klaus Ferkinghoff, Joachim Umlauf. – (...)
  • 30  Patricia Oster-Stierle, vice-présidente, succédera au président actuel.

11Leur plurivalence transculturelle a permis aux diplômés de notre discipline d’ambitionner des postes de cadres dirigeants dans maintes institutions ayant un champ d’activité homologue. Nombreux sont les romanistes qui ont fait carrière dans ces domaines : ambassadeur ou directeur des services culturels du ministère des Affaires étrangères,26 responsable des affaires européennes au ministère de la Culture, « chargé des relations publiques européenes auprès du gouvernement fédéral », ou bien secrétaire générale ou coordinateur de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse,27 secrétaire général de l’Université franco-allemande, directeur de l’Institut historique allemand à Paris,28 directeur de filiales à l’étranger de l’Institut Goethe29 ou du Deutscher Akademischer Austauschdienst. Hans-Gerd Schulte (de 1971 à 1987) et Theodor Berchem (de 1988 à 2007) ont été présidents du même DAAD pendant plusieus décennies de suite. Gesine Schwan fut la première présidente d’une « Europa-Universität » trinationale à Francfort-sur-l’Oder, Helene Harth la première présidente de l’Université franco-allemande,30 Rita Süssmuth présidente du Mouvement européen, de l’Association allemande pour la politique étrangère, d’une commission pour l’intégration des immigrés, etc.

  • 31  Nous avons vu que, longtemps avant la création du fameux « Romanistenprogramm » du DAAD et les pro (...)
  • 32  Ainsi les nombreux successeurs de Walther Küchler, lecteur dès 1901-1902.
  • 33  Même parmi les romanistes rentrés à leur pays d’origine après une activité professionnelle ou des (...)

12La même plurivalence a permis à bien des romanistes allemands, souvent après une période d’études31, d’être assistant d’allemand au lycée ou lecteur universitaire en France,32 et de devenir germanistes ou comparatistes naturalisés. On n’a qu’à feuilleter le Répertoire de la germanistique française (2001) pour être impressionné par une multitude de patronymes et de prénoms à tournure germanique, qui laissent supposer soit un passé de romaniste d’Outre-Rhin, soit un mariage franco-allemand,33 voire les deux à la fois. Contentons-nous de deux de ces noms, ceux de romanistes convertis en germanistes français assez connus : Michaël Werner et Jürgen Ritte. Le nombre approximatif des romanistes germanophones entrés dans l’enseignement universitaire ou secondaire en France reste à explorer. Pour finir, n’oublions pas des écrivains tels que Stefan George, insigne traducteur, et Hugo von Hofmansthal, dont l’œuvre et la culture personnelle avaient une envergure paneuropéenne.

Pratique et analyse d’interactions transculturelles

  • 34  Ainsi Klaus Heitmann (Italie), Wolfgang Leiner (France) et bien d’autres.
  • 35  Cf. l’index dans Nies, Schnittpunkt Frankreich. Ein Jahrtausend Übersetzen. Tübingen : Narr 2009.
  • 36  Voir Nies, « Verschämte Verdeutscher », note 11, p. 710.

13Depuis longtemps les romanistes ont étudié de près l’impact d’un Dante, d’un Cervantès, des grands auteurs français et autres sur leurs homologues étrangers et sur le grand public de leurs compatriotes. Ils se sont penchés de même sur le problème des stéréotypes nationaux véhiculés par les littératures romanes.34 Enfin, ils se sont intéressés, tels les directeurs de ce numéro spécial, aux traductions et à leur histoire.35 Car l’acclimatation linguistique est, sans aucun doute, l’activité interculturelle par excellence. Elle confère un caractère transculturel aux savoirs et faits littéraires, au sens large de ce mot. Or de tout temps, les romanistes ont fait office eux-mêmes de passeurs de textes, littéraires et autres. Le premier ouvrage du fondateur légendaire de notre discipline, Friedrich Diez, était une traduction de poésies espagnoles médiévales, suivie par sa thèse d’habilitation, une autre traduction. Nommé professeur à Bonn, Diez resta fidèle à une chère habitude de ses jeunes années, ses célèbres adaptations des troubadours. Depuis ces origines lointaines de la romanistique, nous devons des centaines de versions allemandes aux successeurs d’un devancier si exemplaire. Par dizaines ils ont traduit à partir de plusieurs langues romanes, et les champions du classement étaient responsables à eux seuls d’une vingtaine d’ouvrages acclimatés.36 Ajoutons que souvent ce n’étaient pas les moindres d’entre ces savants, ceux qui, autrement dit, ne se croyaient pas capables de travaux plus ambitieux, mais les universitaires les plus distingués de leur génération. Méfions-nous pourtant de tout narcissisme collectif et ne mentionnons pas que nos exploits.

Un avantage et le défaut de la cuirasse de notre champ d’activité

  • 37  Nies, Enjeux, note 20, p. 145 et note 18.

14L’horizon transculturel implique un recul permettant, en principe, une appréciation plus objective de l’objet observé. Pourtant, nous verrons que ce recul n’est point une garantie de jugements toujours impartiaux. Venons-en à notre talon d’Achille. Le premier handicap à prendre en considération est une négligence de bien des détails familiers aux spécialistes, partant des lacunes dans la connaissance de ces détails. Ainsi Diane Meur a pu reprocher à Erich Auerbach « son éclectisme dans l’aire francophone », sa versatilité, sa tendance à « effleurer » en passant des domaines très divers.37 Le grand nombre d’aires linguistiques à étudier fait que parmi les collègues un peu moins doués pour les langues – ou tout simplement plus sincères lorsqu’il s’agit de répondre aux questionnaires des répertoires biographiques –, la maîtrise de ces langues laisse beaucoup à désirer. Il n’est pas rare qu’elle reste purement passive. On comprend ce qu’on lit, mais on ne serait guère capable de s’exprimer soi-même dans l’idiome-objet. Bornons-nous à un cas aussi extrême que tragique : Victor Klemperer, romaniste juif de renom persécuté par les nazis, confie à son journal la raison qui l’empêche de suivre l’exemple d’un ami prêt à s’exiler en Amérique du Sud :

  • 38  Klemperer, Ich will Zeugnis ablegen bis zum letzten…, Berlin, Aufbau Verlag, 1995, t. I, p. 180 (2 (...)

Le sentiment de mon impuissance m’écrase. Je suis un spécialiste des langues vivantes qui ne parle aucune langue étrangère. Mon français est complètement rouillé […] Mon italien ne vaut pas grand-chose. Et ne parlons pas de mon espagnol. Je ne connais rien d’utile.38

  • 39  Ibid., p. 91 (21 février 1934).
  • 40  Voir Nies, « Cessera le combat », note 19, p. 10.
  • 41  Cf. Joseph Jurt, « Helvetia mediatrix ? », in P. Rück, Grenzerfahrungen, Marburg/L., 1991, p. 201.
  • 42  Ne mentionnons qu’un signe entre bien d’autres. Parmi les revues scientifiques consacrées à la Rom (...)
  • 43  Klemperer, note 38, t. I, 1936 et 1937, (p. 314-338).

15En dépit de telles faiblesses réelles, l’idéalisation collective du multilinguisme nous a conduit insensiblement au mépris ostentatoire, encore largement répandu au milieu du xxe sicèle, des services rendus par les traducteurs et à une grande indifférence pour leur formation. Rappelons-nous que le gros de nos publications universitaires consiste en thèses de doctorat ou d’habilitation. Suivant une tradition profondément enracinée, on écrit ces ouvrages dans la langue de notre pays, pour permettre à tout membre non-romaniste de la Faculté d’apprécier la juste valeur du travail. Mais cette coutume non seulement poussera un Victor Klemperer à la déclaration « [j’ai besoin d’] exprimer en allemand ce que je sens en allemand ».39Cette même coutume, qui implique peu de conséquences pour bien d’autres disciplines, coupe de plus en plus la romanistique actuelle de la moitié de son public naturel, celle des aires culturelles étudiées. En outre, l’extension de notre champ d’activité à l’échelle mondiale semble avoir entraîné certains collègues à travailler d’une manière un peu superficielle. N’oublions pas qu’actuellement notre rayon d’action englobe une soixantaine d’aires culturelles. Le risque de la superficialité s’est accru sous le signe d’une « Kulturwissenschaft » dont un concept de « Kultur » très large et encore assez vague constitue le fondement.40 Toujours est-il que ce label à la mode amène certains romanistes, bien trop vite, à l’oubli complet de leurs origines philologiques. Rappelons en passant que par moments, surtout en temps de guerre, la romanistique n’est arrivé que difficilement à justifier son intérêt pour des nations ennemies dont faisait toujours partie la France, « ennemie héréditaire » de l’Allemagne.41 Longtemps après ces périodes pénibles, un dernier désavantage nous colle à la peau, en dépit de notre bonne renommée. Exception faite pour quelques rejetons rabougris dans le monde anglo-saxon et dans l’Europe du Nord, la romanistique est restée, pour l’essentiel, un phénomène des pays germanophones.42 Or nous manquons d’interlocuteurs justement dans les pays de l’aire culturelle que nous étudions, au moment même où, plus que jamais, l’échange scientifique transculturel s’impose. Pour finir l’enseignement de l’allemand en France et en Italie, du français en Allemagne est en baisse depuis des décennies, après une période de prospérité dans l’immédiat après-guerre. Ce processus de dégradation linguistique, au profit du « tout-anglais », sape les bases de la communication interculturelle dans notre domaine, il nous fait perdre des lecteurs potentiels de nos publications germanophones et surtout des jeunes censés s’intéresser aux filières universitaires que propose notre discipline. Rappelons-nous que la crise du français langue étrangère ne date pas du moment de la mondialisation récente. Elle a été déclenchée par la politique linguistique de l’Allemagne vaincue dès 1919, puis continuée par une « réforme » des nazis aux années 1930. Victor Klemperer dénoncera, à plusieurs reprises, cette « absurdité » en constatant que « l’enseignement du français sera probablement réduit à quelques pensionnats de jeunes filles ».43

Partis pris et fausses pistes

  • 44  Cf. surtout, pour la première phase historique de notre discipline, Hausmann, « Auch eine national (...)

16Pour la majorité des romanistes les objectifs nationalistes n’étaient jamais primordiaux. Pourtant, surtout pendant les périodes de tensions politiques, certains parmi eux n’étaient point immunisés contre la tentation du chauvinisme. Ainsi les professeurs Suchier et Birch-Hirschfeld, dans leur Geschichte der französischen Literatur, cinq fois rééditée entre 1900 et 1913, ne se gênaient guère de dénigrer même les vedettes littéraires de leurs voisins du rang d’un Ronsard, d’un Rabelais, d’un Corneille. Entre les guerres de 1870/1871 et de 1914/1918 puis dans les années 1920, certains programmes scolaires, tout comme plusieurs parmi les nombreuses Programmschriften des lycées pour leur fête de fin d’année, ont exposé les vues des enseignants allemands concernant les classiques français. Ils ne cachent pas leur malveillance, leur tendance au dénigrement en comparant Racine à ses prédécesseurs grecs ou à Goethe, rien que pour assurer qu’il leur reste bien inférieur s’il ose traîter les mêmes sujets.44

  • 45  Hausmann ibid., résumé, p. 313. Pour la suite voir ibid., passim.

17Après la « prise du pouvoir » par les nazis, la romanistique était, comparée à d’autres disciplines, « beaucoup moins contaminée ».45 Pourtant certains parmi les romanistes connus, et de même quelques-uns des instituts d’universités renommées ne cachaient pas leur sympathie pour les nouveaux maîtres. D’autres se mettaient, bon gré mal gré, au service des puissants. Nommons Fritz Neubert, directeur d’un « projet commun des romanistes allemands » sous le titre Frankreich : Sein Weltbild und Europa. Ou encore Walter Mönch, Ernst Gamillscheg, Fritz Krüger, Friedrich Schürr, Edgar Glässer, Mario Wandruszka ou Kurt Wais. Pour des linguistes soumis, l’étude des noms de lieux ou l’importance du vocabulaire d’origine germanique se prêtaient à merveille à chacun qui tenait à préparer le terrain à une annexion territoriale de la France du Nord. En outre on prônait la collaboration avec des États fascistes : l’Italie, l’Espagne et le Portugal, la Roumanie. Et les cas de Krüger, Mönch et Gamillscheg montrent clairement qu’un séjour d’études en France n’est point la panacée contre le complexe de supériorité et le mal de la gallophobie.

Tendances nouvelles, expectatives à moyen terme

  • 46  Voir M. Tietz, « Zur Lage der Hochschulromanistik », Tranvia, 1989, p. 43.
  • 47  Voir pour tout ce qui précède Nies : « Herausforderung Europa », note 4, (p. 203-205).

18Confrontés d’une part à la mondialisation de notre champ de recherche et à la concurrence internationale, de l’autre à la diminution du nombre des étudiants de français, d’italien et d’espagnol, en même temps à une décroissance des échanges intellectuels par la traduction, nous éprouvons le besoin d’une réorientation de la discipline. Or certains collègues croient trouver le salut dans la linguistique et la littérature « générales ». Mais est-ce que les romanistes, comparatistes en miniature, n’étaient-ils pas des gens plus réalistes (puisque plus modestes) que les cousins des sciences prêtes à tout comparer ? D’autres collègues nous assurent qu’il faut plutôt se cantonner dans une spécialisation toujours plus forte, prétendue nécessité commune à toutes les sciences. C’est une tendance qu’ils nous présentent quasiment en loi de la nature, inéluctable.46 Pourtant une maxime valable pour la Faculté des Sciences « dures » ne l’est pas forcément pour les Sciences de l’Homme. Et même si la spécialisation s’imposait, il resterait la question de savoir quel en serait le domaine idéal. On nous dit que ce serait celui qui correpond à l’horizon « naturel » de nos confrères (vus en concurrents) faisant partie de l’aire culturelle étudiée. Or nous savons que généralement leur horizon est limité par celui de leur propre nation, que la vue transculturelle leur fait défaut. Fut-ce donc vraiment la bonne voie de réclamer des postes de professeurs, de fonder des associations spéciales pour hispanistes, italianistes, lusitanistes, catalanistes, etc., au moment même où nous aspirions à un regroupement supranational de notre continent, où il fallait tâcher de « penser l’Europe » ? Et n’est-ce pas plutôt un trait caractéristique des sciences humaines d’appréhender par la pensée les vastes ensembles et leurs relations, d’orienter ainsi les hommes dans un monde devenu bien complexe et déroutant ?47 Le succès transculturel des best-sellers de notre discipline semble confirmer cette hypothèse.

  • 48  Quant au rôle joué par d’éminents germanistes français pour le rapprochement franco-allemand, voir (...)

19A mon avis, notre discipline a mal utilisé les atouts de l’unification européenne. Elle a omis d’insister, au bon moment, sur le fait que la famille des langues romanes est la plus importante d’un continent à la recherche de sont identité. Nous avons oublié de faire voir plus clairement en quoi consiste l’unité culturelle de cette famille linguistique, quelle est la part qui lui revient au patrimoine européen. Il y a bien des champs laissés en friche qu’il faudrait cultiver de toute urgence. Ainsi nos rapports au niveau des associations entre romanistes et les germanistes des grands pays de l’aire romane, nos homologues48, font complètement défaut. C’est une situation intolérable au moment où les réseaux interculturels prennent une importance de plus en plus grande.

  • 49  Pour ce terme-clef de Bourdieu voir par ex. l’esquisse de Joseph Jurt, « Bourdieus Kapital-Theorie (...)

20Or il semble bien que de nos jours la discipline, purement universitaire, de la romanistique au sens habituel du mot, ne subsiste plus que grâce à quelques arguments peu propres à convaincre un public sceptique. D’un côté, il y a un passé quasi mythique ; origine des vieux noms, sans réelle signification actuelle, de nombreuses institutions et de deux associations vétustes. De l’autre côté, il y a la parcimonie de ceux qui gèrent le trésor public. Embaucher trois à quatre professeurs (de français, d’espagnol, d’italien, de portugais) coûterait nettement plus cher que d’en payer un seul par institut universitaire, homme-orchestre rendu responsable à lui seul du gros de la Romania. Une fois de plus, on garde donc la dénomination traditionnelle pour ces postes de « bonne à tout faire ». Partant il y a obligation pour tout candidat à un tel poste de « romanistique » d’avoir publié des travaux sur deux aires linguistico-culturelles ou plus pour avoir une chance d’être nommé professeur. Est-ce que cette nouvelle génération d’aspirants aux places dorénavant plus rares aura la clairvoyance nécessaire, et aussi la main heureuse de bien distinguer ce qu’il faut garder d’une tradition ambivalente de ce qu’il en faut laisser pour faire valoir notre « capital symbolique »49 si riche et pour garantir des lendemains qui chantent à notre discipline.

Haut de page

Notes

1  Novalis, Die Christenheit oder Europa, 1799. Ernst Robert Curtius, Europäische Literatur und lateinisches Mittelalter, 1948.

2  Cf. à ce sujet, et aussi pour la suite, Alexander Kalkhoff, Romanische Philologie im 19. und frühen 20. Jahrhundert, Tübingen, Narr, 2010.

3  Hans-Jörg Neuschäfer, « Romanistik, Hispanistik », in Cahiers d’Histoire des Littératures romanes, no 29, 2005, (p. 385-388).

4  Voir Nies, « Herausforderung Europa », in Cahiers d’Histoire des Littératures romanes, no 16, 1992, p. 200.

5  Politiques, économiques, juridiques, pédagogiques, sociologiques, anthropologiques, etc.

6  Zur Culturgeschichte im 17. und 18. Jahrhundert.

7  F. Nies/R. R. Grimm (éd.), Ein « unmögliches Fach ». Bilanz und Perspektiven der Romanistik, Tübingen, Narr, 1986.

8  Avant 1945 n’existaient que quelques rares études sur l’Amérique latine, de romanistes comme R. Grossmann (né en Argentine), F. Kluge, G. Jacob, W. Giese, H. Petriconi (dont le père était né au Pérou).

9  Résultat d’une exploitation des bibliographies ajoutées aux 60 biographies de romanistes chez K.-D. Ertler (ed.) : Romanistik als Passion. Sternstunden der neueren Fachgschichte, 2 vol. , Berlin, LitVerlag, 2007, 2011 (2 aires = 47,4 % ; 3 aires = 26,3 %).

10  Victor Tissot, Les Prussiens en Allemagne, Paris, Dentu, 1876, t. II, p. 293.

11  Nies, « Verschämte Verdeutscher », in R. Baum et al. (éd.) : Lingua et Traditio, Tübingen, Narr, 1994, note 3.

12  Dépouillement d’une documentation rassemblée, dans les répertoires biographiques et autres (éditions successives de Kürschners [Deutscher]Gelehrten-Kalender, Wer ist wer ?, Who is who ?, etc.) par mon ancien collaborateur Friedhelm Beckmann.

13  Nies : « Glanz und Elend eines « unmöglichen » Fachs », Neusprachliche Mitteilungen, 1986, Heft 3, note 16.

14  Documentation sur l’histoire des instituts de romanistique, rassemblée, elle aussi, par F. Beckmann.

15  Ne rappelons que peu d’ouvrages de fond ou de best-sellers, comme Mimesis d’E. Auerbach (prise en compte des littératures grecque et anglaise), Handbuch der literarischen Rhetorik de H. Lausberg (prise en compte des terminologies grecque et allemande), Struktur der modernen Lyrik de H. Friedrich (prise en compte de poètes anglo-saxons et allemands), Französisches etymologisches Wörterbuch de W. von Wartburg (prise en compte des langues germaniques et orientales, etc.), plus récemment les travaux de H. Weinrich ou de H.-R. Jauss. Pour la suite voir la documentation de F. Beckmann [note 12].

16  Cf. F. Estelmann et al. : Traditionen der Entgrenzung. Beiträge zur romanistischen Wissenschaftsgeschichte, Francfort, M. : Lang, 2003/2007.

17  Voir pour ce paragraphe H. H. Christmann et al. (dir.), Deutsche und österreichische Romanisten als Verfolgte des Nationalsozialismus, Tübingen, Stauffenberg, 1989

Hausmann, « Auch eine nationale Wissenschaft ? Die deutsche Romanistik unter dem Nationalsozialismus », Cahiers d’Histoire des Littératures romanes, no 22, 1998, (p. 1-39, 261-313)

Hausmann, Deutsche Geisteswissenschaft im Zweiten Weltkrieg, Dresde, 2007.

18  Fritz Krüger, Moldenhauer.

19  Citations : Titre de Hans-Ulrich Gumbrecht, « Ins Exil geboren », puis suggestion d’Ottmar Ette. Voir à ce sujet Nies : « Cessera le combat faute de combattants ? Literatur und ihre Deuter – frankogermanisch », Cahiers d’Histoire des Littératures romanes, no 31, 2007, p. 7.

20  Voir Nies, Les enjeux scientifiques de la traduction. Échanges franco-allemands en sciences humaines et sociales, Paris, Eds de la Maison des Sciences de l’Homme, 2004, p. 157 sq.

21  Inutile des souligner qu’ils n’étaient pas les premiers à être invités. Dès 1926-1928 un Wilhelm Meyer-Lübke avait enseigné à Coimbra.

22  Le paragraphe précédent résulte, lui aussi, d’un dépouillement de la documentation fournie par F. Beckmann [note 12]. Nombre d’autres grades de docteur in honoris causa ont été décernés aux romanistes au-delà de la Romania : en Grande-Bretagne, aux États-Unis, au Danemark, en Grèce, en Russie, etc.

23  Literaturgeschichte als Provokation der Literaturwissenschaft de H.-R. Jauss a été traduit en 16 langues, Mimesis d’Auerbach en 19 langues, Die Struktur der modernen Lyrik, de H. Friedrich, en 14 langues.

24  Voir Nies, Enjeux , note 20, p. 145, surtout aux notes 17, 18 ; et ibid., p. 155 note 30. Citation suivante ibid., p. 156.

25  Voir ibid.

26  Lothar Wittmann. Pour la suite : Elisabeth Gorecki-Schöberl. (Les exemples donnés dans le paragraphe suivant se bornent aux romanistes diplômés que j’ai connus personnellement.)

27  Eva Sabine Kuntz, Rudolf Herrmann. Pour la suite : Stefan Geifes.

28  Werner Paravicini, Gudrun Gersmann.

29  Werner Ross, Günther Bär, Hans Rudolf Picard, Georg Lechner, Klaus Ferkinghoff, Joachim Umlauf. – Pour la suite : Hansgerd Schulte, Rüdiger Stephan, Stefan Geifes.

30  Patricia Oster-Stierle, vice-présidente, succédera au président actuel.

31  Nous avons vu que, longtemps avant la création du fameux « Romanistenprogramm » du DAAD et les programmes de bourses à l’échelle européenne, une bonne centaine d’étudiants appelés à une brillante carrière de romanistes universitaires ont fait, souvent à leurs frais, des séjours d’études dans l’aire romane. Citons, pour les jeunes années de notre discipline, quelques noms des plus connus : Schuchardt (né en 1842), Vollmöller (*1848), Morf (*1854), Schultz-Gora (*1860) ; Meyer-Lübke (*1861) et Philipp August Becker (*1862), Vossler, Hilka et Jaberg, Walter Suchier, Hoepffner, etc.

32  Ainsi les nombreux successeurs de Walther Küchler, lecteur dès 1901-1902.

33  Même parmi les romanistes rentrés à leur pays d’origine après une activité professionnelle ou des études dans la Romania, les mariages transnationaux ont été fréquents, au moins depuis la Deuxième Guerre mondiale.

34  Ainsi Klaus Heitmann (Italie), Wolfgang Leiner (France) et bien d’autres.

35  Cf. l’index dans Nies, Schnittpunkt Frankreich. Ein Jahrtausend Übersetzen. Tübingen : Narr 2009.

36  Voir Nies, « Verschämte Verdeutscher », note 11, p. 710.

37  Nies, Enjeux, note 20, p. 145 et note 18.

38  Klemperer, Ich will Zeugnis ablegen bis zum letzten…, Berlin, Aufbau Verlag, 1995, t. I, p. 180 (2 février 1935).

39  Ibid., p. 91 (21 février 1934).

40  Voir Nies, « Cessera le combat », note 19, p. 10.

41  Cf. Joseph Jurt, « Helvetia mediatrix ? », in P. Rück, Grenzerfahrungen, Marburg/L., 1991, p. 201.

42  Ne mentionnons qu’un signe entre bien d’autres. Parmi les revues scientifiques consacrées à la Romania, une seule a paru à Paris, une à Genève, une troisième paraît à Strasbourg. Trois autres, fondées au cours du xxe sicèle, paraissent encore aux États-Unis, mais six en Allemagne.

43  Klemperer, note 38, t. I, 1936 et 1937, (p. 314-338).

44  Cf. surtout, pour la première phase historique de notre discipline, Hausmann, « Auch eine nationale Wissenschaft ? », note 17, (p. 1-27).

Pour Racine voir F. Nies, « Le premier poète moderne ravalé au rang de farce bigarrée ? Prolégomènes à un Racine allemand », Œuvres & Critiques no 24, 1999, (p. 264-280).

45  Hausmann ibid., résumé, p. 313. Pour la suite voir ibid., passim.

46  Voir M. Tietz, « Zur Lage der Hochschulromanistik », Tranvia, 1989, p. 43.

47  Voir pour tout ce qui précède Nies : « Herausforderung Europa », note 4, (p. 203-205).

48  Quant au rôle joué par d’éminents germanistes français pour le rapprochement franco-allemand, voir Rüdiger Stephan, « Edmond Vermeil, la germanistique française et les relations franco-allemandes d’après-guerre », in Jean-Marc Roger/Jacques Meine (dir.), Edmond Vermeil, le germaniste (1878-1964), Paris, L’Harmattan, 2012.

49  Pour ce terme-clef de Bourdieu voir par ex. l’esquisse de Joseph Jurt, « Bourdieus Kapital-Theorie », in M. M. Bergman et al. : Bildung – Arbeit – Erwachsenwerden, Springer VS, 2012, (p. 35-40).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fritz Nies, « Glanures aux champs et sur les chemins de ma discipline », Revue germanique internationale, 19 | 2014, 11-23.

Référence électronique

Fritz Nies, « Glanures aux champs et sur les chemins de ma discipline », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/1461 ; DOI : 10.4000/rgi.1461

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org