Navigation – Plan du site

Glanures aux champs et sur les chemins de ma discipline

Fritz Nies
p. 11-23

Résumés

Dans quelle mesure la romanistique a-t-elle une vocation particulière pour s’occuper de problèmes de l’interculturalité ? Après avoir jeté un regard sur les origines à l’époque romantique, j’esquisse notre champ de recherche, excessivement vaste, puis mentionne un idéal de polyglottisme solidement enraciné, un penchant à dépasser les limites, pourtant peu étroites, imposées par la discipline, enfin les expériences transculturelles des nombreux expatriés sous le régime nazi. L’ensemble de ces qualités propres aux romanistes est, semble-t-il, fort apprécié dans l’aire romane et au-delà. En outre la formation plurivalente de nos étudiants les rend aptes aux carrières universitaires, voire dans maintes institutions extra-universitaires, ayant un champ d’activité interculturel. Je ne passe pas sous silence les points faibles, presque inévitables, de ma discipline – surtout un certain manque de professionalisme dans la maîtrise de plusieurs langues romanes ou la connaissance de détails familiers aux spécialistes des philologies nationales. Et je ne tais pas non plus des partis pris et fausses pistes en temps de crise. Pour terminer mon tour d’horizon j’en viens à quelques tendances nouvelles puis aux expectatives à moyen terme.

Haut de page

Notes de l'auteur

Après la lecture des pages suivantes on comprendra mieux pourquoi j’ai préféré, moi romaniste de la vieille école, la flânerie à l’étude microscopique, parfaitement centrée sur un seul objet, ou au portrait en gros plan d’une de nos célébrités d’antan.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2017.

Plan

Fouille préventive d’archéologie universitaire
Une discipline parfois qualifiée d’« impossible »
Une tradition polyglotte
Transgressions des limites linguistico-culturelles imposées par la discipline
Expériences transculturelles, faites sans le vouloir
Appréciation transculturelle, dans l’aire romane et au-delà
Formation des étudiants
Métiers, carrières, champs d’activité extra-universitaires
Pratique et analyse d’interactions transculturelles
Un avantage et le défaut de la cuirasse de notre champ d’activité
Partis pris et fausses pistes
Tendances nouvelles, expectatives à moyen terme

Aperçu du texte

Fouille préventive d’archéologie universitaire

Je n’ai pas l’ambition d’approfondir la question de savoir dans quelle mesure la romanistique germanophone fut, entre Novalis et Ernst Robert Curtius – donc à l’époque des nationalismes farouches et fratricides en Europe – un produit nostalgique rêvant à l’unité transnationale, semblable à celle d’un Moyen Age enjolivé. Toujours est-il que la romanistique est née du romantisme. Or le grand mérite des romantiques allemands était justement que leurs visions se distinguaient par un caractère transnational. Ainsi ils étaient à l’origine d’une « véritable analyse littéraire à l’échelle européenne ». Contrairement à la plupart des sciences humaines, et seule parmi les philologies consacrées aux époques médiévale et postmédiévale, la romanistique ne dut pas sa naissance au cloisonnement ethnique ou à l’exaltation d’ une idée nationale. Pour elle, le principe unificateur de son domaine n’était ni un territoire national ou une charte constitution...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fritz Nies, « Glanures aux champs et sur les chemins de ma discipline », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/1461

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page