Navigation – Plan du site

Trajectoires romanistes

Des enjeux institutionnels aux expériences (auto)biographiques
Hans-Jürgen Lüsebrink
p. 25-39

Résumés

Cette contribution poursuit l’objectif de mettre en lumière à travers un éclairage intérieur l’autocompréhension de la discipline universitaire Romanistique avec ses potentiels et ses perspectives de développement, en prenant comme base plus de 80 textes autobiographiques de romanistes allemands nés avant 1945 et dont les récits ont été essentiellement publiés dans un ouvrage en 2 volumes intitulé Romanistik als Passion (2007-2011) sous la direction de Klaus-Dieter Ertler. Après une brève esquisse de l’histoire de cette discipline et de son développement, la contribution expose dans les deux parties suivantes, sur la base de témoignages autobiographiques parmi lesquels ceux de Harald Weinreich, Karlheinz Stierle et János Riesz, d’une part le potentiel scientifique, et d’autre part les défis et les questionnements posés par cette discipline, en questionnant ainsi les contours et les enjeux d’« une situation de crise » ressentie par certains des représentants de la romanistique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2017.

Plan

Le contexte institutionnel – la Romanistique comme discipline
universitaire, sa conception et son développement
Enjeux et potentialités heuristiques – témoignages de romanistes
Défis et mises en causes – crise de la romanistique et positions (auto)biographiques

Aperçu du texte

Le contexte institutionnel – la Romanistique comme discipline
universitaire, sa conception et son développement

La Romanistique qui sera questionnée dans cette contribution essentiellement à partir de la vision qu’en ont développé les romanistes allemands eux-mêmes dans des récits autobiographiques, occupe, en tant que discipline universitaire, au sein du paysage scientifique international, une place relativement singulière puisqu’elle n’existe, hors d’Allemagne, qu’en Autriche, en Suisse, en Belgique, en Pologne, et de façon marginale en Scandinavie, aux États-Unis, en Italie et en France.

Fondée en 1821 avec la nomination de Friedrich Diez à la chaire d’« Étude des littératures et des langues des pays de Sud », la romanistique s’établit ensuite sous ce terme successivement en 1835 à l’Université de Halle, en 1836 à Marburg, en 1844 à Tübingen, en 1862 à Leipzig, en 1867 à Gießen, en 1871 à Heidelberg et en 1872 dans les universités germanophones de Straßburg et Königsberg. La Romani...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hans-Jürgen Lüsebrink, « Trajectoires romanistes », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/1463

Haut de page

Auteur

Hans-Jürgen Lüsebrink

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page