Navigation – Plan du site

Trajectoires romanistes

Des enjeux institutionnels aux expériences (auto)biographiques
Hans-Jürgen Lüsebrink
p. 25-39

Résumés

Cette contribution poursuit l’objectif de mettre en lumière à travers un éclairage intérieur l’autocompréhension de la discipline universitaire Romanistique avec ses potentiels et ses perspectives de développement, en prenant comme base plus de 80 textes autobiographiques de romanistes allemands nés avant 1945 et dont les récits ont été essentiellement publiés dans un ouvrage en 2 volumes intitulé Romanistik als Passion (2007-2011) sous la direction de Klaus-Dieter Ertler. Après une brève esquisse de l’histoire de cette discipline et de son développement, la contribution expose dans les deux parties suivantes, sur la base de témoignages autobiographiques parmi lesquels ceux de Harald Weinreich, Karlheinz Stierle et János Riesz, d’une part le potentiel scientifique, et d’autre part les défis et les questionnements posés par cette discipline, en questionnant ainsi les contours et les enjeux d’« une situation de crise » ressentie par certains des représentants de la romanistique.

Haut de page

Texte intégral

Le contexte institutionnel – la Romanistique comme discipline
universitaire, sa conception et son développement
1

  • 1  Cet article reprend, dans sa première partie, partiellement des réflexions développées de manière (...)
  • 2  Voir sur l’histoire de la Romanistik les indications dans notre introduction écrite en commun avec (...)

1La Romanistique qui sera questionnée dans cette contribution essentiellement à partir de la vision qu’en ont développé les romanistes allemands eux-mêmes dans des récits autobiographiques, occupe, en tant que discipline universitaire, au sein du paysage scientifique international, une place relativement singulière puisqu’elle n’existe, hors d’Allemagne, qu’en Autriche, en Suisse, en Belgique, en Pologne, et de façon marginale en Scandinavie, aux États-Unis, en Italie et en France.2

  • 3  Voir sur ce sujet Hans Ulrich Gumbrecht : Vom Leben und Sterben der großen Romanisten. Carl Vossle (...)
  • 4  Fritz Nies, « Die Zukunft eines “unmöglichen Faches” », dans : Fritz Nies/Reinhold R. Grimm (éd.), (...)

2Fondée en 1821 avec la nomination de Friedrich Diez à la chaire d’« Étude des littératures et des langues des pays de Sud », la romanistique s’établit ensuite sous ce terme successivement en 1835 à l’Université de Halle, en 1836 à Marburg, en 1844 à Tübingen, en 1862 à Leipzig, en 1867 à Gießen, en 1871 à Heidelberg et en 1872 dans les universités germanophones de Straßburg et Königsberg.3 La Romanistique peut se définir comme l’étude, dans les domaines de l’enseignement et de la recherche, des cultures et des langues romanes dans toute la largeur de leur spectre, comprenant des langues principales comme le français, l’espagnol ou l’italien, et incluant une pluralité d’autres langues comme le portugais, le Roumain et même des langues minoritaires comme le Sarde ou le romanche. Fritz Nies, Président de l’association des romanistes allemands dans les années 1980, souligna dans son discours au congrès des romanistes à l’université de Siegen en 1985 intitulé « Le futur d’une discipline universitaire impossible », en même temps la légitimité et la trop grande largeur de définition de cette discipline à une époque d’internationalisation et de globalisation. L’objet de la romanistique « recouvre l’espace culturel d’une famille linguistique qui est de loin la plus grande de l’Europe et de l’Occident. Cet espace englobe nos partenaires les plus importants en Europe sur le plan historique, culturel, politique et économique. Même à l’intérieur de l’Europe, le savoir social disponible sur de nombreux domaines de cet espace culturel s’avère très réduit, voire d’une pauvreté affligeante, si l’on considère des pays comme le Portugal par exemple. Et en ce qui concerne des pays occupant une place centrale comme la France, on peut constater que le niveau de ce savoir social ne fait que reculer, ce qui parait inquiétant ».4

  • 5  Harald Weinrich : « Mein Schloß in der Provence. », dans : Ibid., p. 59-65, ici p. 60.

3Harald Weinrich, le seul romaniste allemand jusqu’ici ayant connu l’honneur d’occuper une chaire de philologie romane au Collège de France, a comparé, dans son discours rempli d’accents poétiques à l’occasion de la tenue du congrès bi-annuel des Romanistes allemands à l’Université de Siegen en 1985, la romanistique à un château en Provence comprenant un vaste dédale de pièces au sein desquelles la langue et la littérature françaises occupent un espace central. Dans ce château, que Weinrich fait visiter en endossant le rôle du châtelain, « la linguistique et les sciences littéraires ont été installées dans deux ailes séparées et les langues romanes ont été réparties sur différents étages : au rez-de-chaussée on trouve la langue et la littérature française, le premier étage est le domaine de l’espagnol et du portugais, le deuxième étage est celui de l’italien, et pour finir, sous les toits, on trouve pêle-mêle les autres langues et littératures romanes. »5 La France, sa langue, sa littérature et sa culture jouent donc un rôle central au sein de la romanistique, les études françaises regroupant institutionnellement en Allemagne l’étude de la langue française, de la littérature française et francophone ainsi que de l’espace culturel français et francophone. Sa position et son importance, avec la production de savoir sur la France et le transfert culturel entre la France et l’Allemagne qui y sont liés, sont caractérisées par une configuration et un développement très spécifiques de cette discipline. Cette configuration peut être définie à travers les quatre caractéristiques suivantes.

  • 6  Karlheinz Stierle : « Altertumswissenschaftliche Hermeneutik und die Entstehung der Neuphilologie. (...)

4La première caractéristique est l’étroite relation unissant les domaines de la langue et de la littérature, impliquant une liaison à la fois synchronique et diachronique entre linguistique et études littéraires. Ce lien a été important, voire constitutif, pour la discipline jusque dans les années 1970. Il caractérise l’œuvre de nombreux de ses représentants, comme Friedrich Diez, Carl Vossler, Léo Spitzer, Harri Meier, Mario Wandruska, Fritz Schalk, l’éditeur des Romanische Forschungen, mais également Harald Weinrich qui ont tous travaillé dans les deux domaines à la fois, la linguistique et la littérature, tout en conservant chacun leurs compétences spécifiques. Toutefois cette double compétence traditionnelle à l’intérieur de la romanistique n’est parvenue à se maintenir durablement que dans de très rares cas, comme le constate Karlheinz Stierle dans un article sur la naissance de la nouvelle philologie.6 Jusqu’à aujourd’hui, les étudiants en romanistique doivent toutefois mener parallèlement, dans la plupart des curricula, l’étude des deux branches majeures de cette discipline, celle de la langue et celle de la littérature, auxquelles est venue s’ajouter, depuis les années 1970, l’étude la civilisation française (sous les dénominations de « Landeskunde », de « Landeswissenschaft » ou de « Kulturwissenschaft ») comme nouvelle matière sous des configurations variées.

  • 7  Mario Wandruszka : « Deutsche Romanistik : kritische Bilanz und Perspektiven. » Dans : Nies/Grimm, (...)
  • 8  Gerhard Ernst : « ut delectet varietas » Dans : Ertler, Romanistik als Passion, p. 49-65, ici p. 5 (...)
  • 9  Voir à ce sujet : Hans-Jürgen Lüsebrink/Hans-Theo Siepe (éds.) : Romanistische Komparatistik. Bege (...)
  • 10  Manfred Tietz : « Hispanistische Autobiographie. » Dans : Klaus-Dieter Ertler (éd.) : Romanistik a (...)

6En troisième lieu, la romanistique est, dans sa conception fondamentale, orientée de façon comparatiste. Ce n’est pas un hasard si les études comparatistes ont trouvé leurs racines, dans la première moitié du xxe sicèle, principalement dans la romanistique allemande. Cette orientation comparatiste de la romanistique comme « l’étude dans une perspective historique et comparatiste des langues et des littératures romanes »7, s’est révélée déterminante dans la constitution du profil de cette discipline sur le plan international, tant dans le domaine de la linguistique que dans ceux des sciences littéraires et des études culturelles. Elle a abouti à la création d’œuvres fondamentales comme Mimesis (1945) d’Ernst Auerbach, Europäische Literatur und lateinisches Mittelalter (1947) d’Ernst Robert Curtius, le Grundriß der romanischen Literaturen des Mittelalters (1972-93) dirigé par Hans Robert Jauß, Erich Köhler et Hans Ulrich Gumbrecht, et aussi Romanischen Sprachgeschichte/Histoire linguistique de la Romania (2003-2008), dirigé par Gerhard Ernst, Martin-Dietrich Gleßgen et Christian Schmitt, des ouvrages qui considèrent tous volontairement l’évolution des langues romanes dans leur ensemble et non pas comme l’addition d’histoires séparées à étudier individuellement8. Même si l’importance de la romanistique comparatiste a nettement reculé au cours de ces quarante dernières années, malgré son indiscutable potentiel sur le plan de la recherche scientifique9, et en dépit de la constatation effectuée par Manfred Tietz en 2011 selon laquelle « plus personne ne pratique maintenant vraiment, à y regarder de plus près, une romanistique complète à dimension comparatiste »10, l’analyse d’une revue scientifique comme les Romanische Forschungen met cependant en lumière une certaine pérennité de cette caractéristique de la romanistique jusqu’à l’époque actuelle.

7En quatrième lieu, on peut constater que l’évolution de la romanistique depuis ses débuts a été marquée par quatre grandes césures qui ont eu une influence profonde sur l’auto-conception de cette discipline, se reflétant dans ses revues, et sur la production de savoirs sur les langues, littératures et cultures romanes. Les deux premières césures, au tournant du xixe au xxe sicèle puis à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, vont de pair d’abord avec la réintroduction, puis la marginalisation au sein de la romanistique du domaine de la « civilisation » et des études culturelles, de deux domaines qui disparurent quasiment après 1945 dans le sillage d’un recentrage de la discipline autour d’une orientation purement philologique, du fait de leur politisation idéologique et de leurs liens avec les modèles conceptuels issus de l’ancienne « psychologie des peuples ».

  • 11  Voir sur ce sujet : Hans-Jürgen Lüsebrink/Jérôme Vaillant (éds.) : Civilisation allemande – Landes (...)

8La troisième césure touchant également certains aspects de la discipline, est liée à la discussion sur l’enseignement de la civilisation française apparue au milieu des années 1970, qui a conduit à une réintégration partielle de ce domaine au sein de la romanistique – qui reste encore jusqu’à aujourd’hui assez fragmentaire. Cette réintégration s’est effectuée sous le terme assez contesté de « Landeskunde », puis de « Landeswissenschaft(en) », et enfin à travers le concept de « Kulturwissenschaft » qui fait l’objet d’un plus large consensus mais qui s’avère assez problématique car il est moins précis11.

  • 12  Manfred Tietz : « Hispanistische Autobiographie. » Dans : Klaus-Dieter Ertler (éd.) : Romanistik a (...)

9La quatrième césure, enfin, qui remet en question tendanciellement la structure même de la discipline, concerne l’autonomisation croissante des différentes disciplines au sein de la romanistique, et la spécialisation croissante de leurs représentants respectifs. Manfred Tietz, ancien président de l’Association allemande des Hispanistes (Hispanistenverband) fondé en 1977 et l’un des instigateurs principaux de ce changement de paradigme au sein de la romanistique, peut ainsi affirmer en 2011 que l’Hispanistik, mais aussi d’autres disciplines constitutives de la Romanistik, « sont parvenues à se libérer de la prison babylonienne de la romanistique, même si celle-ci n’était pas seulement désagréable ou honteuse. »12

Enjeux et potentialités heuristiques – témoignages de romanistes

  • 13  Klaus-Dieter Ertler (éd) : Romanistik als Passion. Sternstunden der neueren Fachgeschichte. Berlin (...)
  • 14  Klaus-Dieter Ertler ; « Vorwort. » Dans : Ibid., t. I, p. 11-13, ici p. 11 : « Die breit und kompa (...)
  • 15  Ibid., p. 11 : « Es ist noch offen, ob sich das Modell der Gesamtromanistik oder sein Kontrahent d (...)

10Les 60 textes autobiographiques de romanistes allemands nés avant 1945 et faisant ainsi partie des deux premières générations de la discipline dans l’après-guerre, qui ont été recueillis et édités dans l’ouvrage Romanistik als Passion. Sternstunden der neueren Fachgeschichte13, permettent de questionner, à partir de trajectoires biographiques représentatives et d’une « vision de l’intérieur », les enjeux et les potentialités de cette discipline singulière que représente la Romanistique allemande sur le plan international. Cet impressionnant ouvrage, paru en deux volumes et totalisant plus de 1 200 pages, a été conçu et édité par le romaniste autrichien Klaus-Dieter Ertler (Université de Graz) qui souligne d’emblée dans son introduction les profondes transformations de la discipline pendant les dernières décennies.14 Il pose d’emblée la question de savoir si le modèle traditionnel d’une « Romanistique intégrée » (Gesamtromanistik) ou celui, à première plus conforme aux processus de Bologna et aux réformes universitaires qu’il a entraînées depuis l’an 2000, d’une fragmentation et d’une autonomisation des différentes disciplines philologiques réunies depuis le début du xixe sicèle, en Allemagne et dans quelques autres pays, sous le toit de la romanistique, allaient s’imposer à l’avenir.15

  • 16  Fait tout à fait singulier pour l’époque, sa thèse d’habilitation parut en 1977 à Berlin-Est, dans (...)
  • 17  Michael Nerlich : « Weltfremd, oder : im (geistigen) Exil überall. » Dans : Ertler, Romanistik als (...)
  • 18  Voir notamment Michael Nerlich : « Romanistik und Anti-Kommunismus. » Dans : Das Argument, 1972, H (...)
  • 19  Annegret Bollée : « Linguistik unter Palmen. Ein Interview von Ursula Reutner. » Dans : Ertler, Ro (...)

11Cette approche autobiographique de l’histoire de la discipline, de sa conception et de ses enjeux, une approche tout à fait originale en histoire des sciences, donne d’abord à voir une grande diversité des trajectoires qui reflète le paysage extrêmement diversifié de la Romanistique elle-même. L’ouvrage – et ses lecteurs – tissent ainsi des relations entre des personnages et des œuvres aussi différents que ceux, par exemple, de Heinrich Bihler, spécialiste de la stylistique française, mais aussi de la littérature catalane et provençale du Moyen Age, et Karsten Garscha, éminent promoteur des études sur les littératures latino-américaines au sein de la discipline ; ou encore entre Jürgen Grimm, spécialiste surtout de La Fontaine et de Molière, et plus largement de la littérature française du sicèle classique, et János Riesz, à la fois romaniste et comparatiste à l’origine, puis auteur d’une thèse sur la poésie italienne du xvie sicèle (le genre de la « sestine ») devenu, à partir de la fin des années 1970, le plus grand spécialiste des littératures francophones subsahariennes en Allemagne ; entre Michael Nerlich, spécialiste internationalement reconnu à la fois du xviie sicèle espagnol (e.a. de Cervantes, et de Fray Luis de León), de l’œuvre de Stendhal, et de celles d’Umberto Eco, de Jean Genet et d’Alain Robbe-Grillet, et auteur d’une thèse d’habilitation portant sur la Kritik der Abenteuer-Ideologie16 embrassant un très large corpus allant des épopées du Moyen-Âge jusqu’aux récits de pirates du xviiie sicèle17, auxquels s’ajoutent des travaux (et des prises de position) engagés sur la Romanistik pendant le Troisième Reich,18 et l’œuvre scientifique d’Annegret Bollée, persévérante exploratrice des langues créoles des Amériques et de l’Océan Indien, depuis plus de trente ans.19 Malgré la très grande variété des trajectoires biographiques, des expériences et des champs de recherche et d’enseignement qui y sont liées, il semble utile et légitime d’interroger les enjeux et les potentialités heuristiques de la Romanistique à partir de deux questionnements : d’une part à partir de la dimension comparatiste de la Romanistique ; et, d’autre part, à partir des relations entre les études littéraires et culturelles et la linguistique – qui sont traditionnellement réunis, au sein de la discipline, sous le toit intégratif de la « philologie ».

  • 20  Hans-Jörg Neuschäfer : « Érase que se vera. » Dans : Ertler, Romanistik als Passion, vol. I, p. 42 (...)
  • 21  Voir sur ce point Hans-Jürgen Lüsebrink/Hans Theo Siepe (éds.) : Romanistische Komparatistik. Bege (...)
  • 22  Voir sur ce sujet aussi l’excellent article du romaniste Ulrich Schulz-Buschhaus : « Die Unvermeid (...)
  • 23  Hans Robert Jauß : « Von Combray nach Konstanz : Mein Weg von der Romanischen zur Allgemeinen Lite (...)
  • 24  Harald Weinrich : Conscience linguistique et lectures littéraires. Paris, Éditions de la Maison de (...)
  • 25  Harald Weinrich : « Le signe de Jonas. Du très grand et du très petit en littérature. » Dans : Wei (...)

12Même si certains romanistes, en particulier Manfred Tietz et Hans-Jörg Neuschäfer, semblent considérer la dimension comparatiste de la Romanistik comme « de nature essentiellement théorique »20, nombre de trajectoires romanistes réunies dans les deux volumes édités par K.-D. Ertler et de leurs œuvres illustrent toutefois les potentialités comparatistes de la discipline, tant dans le domaine de la linguistique que dans celui des littératures et cultures romanes. La romanistique offre, en effet, plus qu’aucune autre discipline au sein des philologies, les potentialités heuristiques de la comparaison.21 Seule la « Littérature comparée » (Komparatistik), née à la même époque que la Romanistique pendant les premières décennies du xixe sicèle qui doit, notamment en Allemagne et aux États-Unis, beaucoup aux travaux et impulsions données par des Romanistes (comme Erich Auerbach, Werner Krauss, Kurt Wais, Manfred Naumann, Ulrich Schulz-Buschhaus, Hans Robert Jauß, Rita Schober, Harald Weinrich et Hans Ulrich Gumbrecht), ainsi que la linguistique comparée, née également au début du xixe sicèle avec la constitution de la Indogermanistik conçue par Franz Bopp, auteur de l’ouvrage pionnier Über das Conjugationssystem der Sanskritsprache in Vergleichung mit jenem der griechischen, lateinischen, persischen und germanischen Sprache (1816), reflètent des potentialités comparables. Hans Robert illustre, dans son récit autobiographique « Von Combray nach Konstanz » et à partir de son étude sur la Querelle des Anciens et des Modernes, précisément l’incontournabilité de questionnements comparatistes22 dans de nombreux champs de recherche pour lesquels la romanistique s’avère être un cadre institutionnel, méthodologique et conceptuel particulièrement fructueux.23 Un ouvrage comme celui de Harald Weinrich, Conscience linguistique et lectures littéraires (1989)24, réunissant des études diverses de ce romaniste allemand, reflète à la fois les enjeux et les conséquences d’une heuristique comparatiste inhérente, en principe, à la Philologie Romane. Il réunit, en effet, des études couvrant des œuvres et des champs d’étude aussi divers que les Provinciales de Pascal, Andromaque de Racine, Le Curé de Village de Balzac, les poèmes de Baudelaire, l’Academia della Crusca en Italie, Vaugelas et la théorie du bon usage à l’âge classique, la conscience linguistique du sicèle d’Or espagnol et les anecdotes sur les langues chez l’Empereur Charles Quint, et pratiquant ainsi ce que l’on pourrait appeler un « comparatisme additif ». En même temps, certaines études de Weinrich réunies dans ce volume sont intrinsèquement comparatistes et doivent leur profil à la formation romaniste de son auteur, même si leurs références transgressent en partie très largement le champ culturel et linguistique des langues, littératures et cultures romanes. Dans « Le signe de Jonas. Du très grand et du très petit en littérature » il explore ainsi, à partir du thème mythique de la baleine-monstre et de la figure de Jonas qui l’affronte (avec succès), les frontières entre fiction et non-fiction, en distinguant, suite à Aristote, la « littérature de la vraisemblance », « l’écriture historique » (représentant l’aspiration au véridique) et « l’écriture affabulée représentant la littérature du non-véridique. »25 Centré autour d’un canon de textes de différentes littératures romanes (e.a. Dante, Pascal, La Fontaine, Racine, Julien Green, Stendhal, Ionescu, Balzac, Zola), intégrant en particulier les réflexions théoriques de deux grands philologues romanistes, Erich Auerbach et Leo Spitzer, les analyses de Weinrich dépassent toutefois allègrement – le sujet l’impose – la romanistique proprement dite en faisant notamment référence à Hermann Melville (Moby Dick), Ernest Hemingway (The Old Man and the Sea) et Martin Walser (Lügengeschichten) afin de saisir, à partir de la perspective d’une poétique comparée, les éléments majeurs d’une stylistique de la littérature non-véridique.

  • 26  Voir sur sa biographie Dirk Naguschewski : « Riesz, János. » Dans : Nicole Colin/Corine Defrance/U (...)
  • 27  Voir János Riesz : Léopold Sédar Senghor und der afrikanische Aufbruch im 20. Jahrhundert. Wuppert (...)
  • 28  János Riesz : « Einmal Romanistik – Aller et Retour. » Dans : Ertler, Romanistik als Passion, vol. (...)
  • 29  János Riesz : « Nachwort. » Dans : Il Novellino. Das Buch der hundert alten Novellen. Italienisch/ (...)

13La trajectoire de János Riesz, professeur émérite de Romanistik à l’Université de Bayreuth, et son œuvre donnent à lire une autre configuration, autrement créatrice, des potentialités comparatistes de la Romanistik. De formation à la fois romaniste, germaniste et comparatiste, Riesz s’orienta après une thèse de doctorat sur le genre poétique de la sestine en Italie et en France26 soutenu en 1968 à l’Université de Bonn, chez le comparatiste Horst Rüdiger, et une thèse d’habilitation en Romanistik, à l’Université de Mainz en 1975, sur Beat Ludwig von Muralts Lettres sur les Anglais et les Français und ihre Rezeption – Eine literarische « Querelle » der französischen Frühaufklärung vers l’étude des littératures francophones de l’Afrique subsaharienne. Professeur à l’Université de Bayreuth entre 1979 et 2004, auteur et directeur de nombreux ouvrages sur les littératures africaines francophones (dont une monographie sur Senghor et une récente synthèse27) auxquelles il donna, avec son équipe et son centre de recherche à Bayreuth, une certaine place au sein de la Romanistik allemande, mais aussi surtout dans le champ scientifique en Allemagne et en Europe. Caractérisée ainsi par l’exploration de trois champs d’étude très différents – la Renaissance italienne et française, les Lumières françaises et suisses et l’Afrique francophone subsaharienne – auxquels s’ajoutent, si l’on considère les publications de Riesz et les colloques qu’il a organisés, un intérêt constant pour la théorie littéraire et les relations littéraires franco-allemandes, son œuvre donne en même temps à voir, si on le regarde de près, de nombreux questionnements transversaux qui sont indissociables de son profil de philologue romaniste. Dans son texte autobiographique publié dans le premier volume de Romanistik als Passion, Riesz souligne d’emblée que son édition critique du Novellino, ouvrage majeur de la littérature narrative italienne de la fin du Moyen Âge, qui rencontra une réception critique très postive en Allemagne et qu’il publia en 1988 parallèlement à ses activités de recherche sur les littératures africaines, « doit beaucoup à mes recherches sur les littératires africaines orales et les connaissances que j’en ai tirées sur la dynamique de transition entre oralité et écriture. »28 La longue postface de la traduction commentée du Novellino, un recueil de contes et courts récits du xiiie sicèle, contient, en effet, outre des reférences aux travaux notamment de Karl Vossler et de Erich Auerbach sur le Novellino et la littérature nouvellistique italienne de la fin du Moyen Âge, des réflexions d’ordre socio-anthropologique très suggestives sur les relations entre oralité et écriture dans le domaine de la communication littéraire. Celles-ci font directement mention des sociétés non-européennes contemporaines, comme celles de l’Afrique subsaharienne, et aboutissent à une esquisse de typologie des formes et des fonctions spécifiques des récits narratifs dans des cultures orales qui sont susceptibles d’expliquer la structure narrative des récits du Novellino. Celle-ci avait été analysée jusque-là de manière trop étroitement littéraire et pour ainsi dire « téléologique », par rapport notamment au stade d’évolution littéraire et esthétique ultérieur, considéré par la critique littéraire traditionnellement comme plus « acompli », celui atteint par le Decamerone de Boccacio.29

  • 30  János Riesz : « Nachwort. » Dans : Torquato Tasso : Aminta. Favola boschereccia. Ein Hirtenspiel. (...)
  • 31  Voir Riesz, « Einmal Romanistik », art. cité, p. 519-520.
  • 32  János Riesz : Südlich der Sahara. Afrikanische Literatur in französischer Sprache. Tübingen, Stauf (...)

14Un semblable angle d’interprétation nouveau, bousculant les traditions interprétatives tracées et bien établies au sein de la discipline, mais en même temps rendu possible par ses soubassements comparatistes, est décrit par Riesz dans la postface de son édition de la traduction de la pastorale Aminta de Torquato Tasso qu’il place dans la tradition italienne, mais aussi transeuropéenne de la littérature pastorale, mais qu’il considère également, suite aux interprétations psychoanalytiques et anthropologiques du genre du conte par Bruno Bettelheim et en pensant aux fonctions des contes dans les sociétés africaines traditionelles, comme la représentation narrative et fictionelle d’un « rite de passage. »30 Même si Riesz a également pris des distances critique par rapport à la discipline de la Romanistik31, son dernier ouvrage de synthèse sur les littératures francophones subsahariennes demeure lié, dans ses avancées théoriques et ses approches, à ses impulsions comparatistes incitant à la mise en relation de continents littéraires à première vue distants ou déconnectés. Il souligne ainsi, dans sa préface, la nécessité de penser et d’analyser les littératures francophones subsahariennes à travers le double intertexte d’une part de l’« immense masse de textes produits par les Européens sur l’Afrique »32, et, d’autre part, par rapport aux littératures française, européenne et mondiale dans lesquelles les auteurs africains ont puisé en partie leurs modèles d’écriture, tout en les transformant et en les utilisant souvent à rebrousse-poil, et par rapport auxquelles ils se positionnent de manière souvent extrêmement inventive, critique et créatrice.

15L’étroite relation entre linguistique et études littéraires représente l’autre important héritage heuristique de la Romanistique. Elle a constitué un fondement majeur de la discipline au moins jusque dans les années 1950, voire jusqu’aux années 1970, dans le domaine des études littéraires, mais aussi et en premier lieu dans celui de la linguistique romane où l’approche comparatiste représente un élément important de la discipline jusqu’à aujourd’hui. L’introduction aux Études du style de Léo Spitzer, intitulée « Art du langage et linguistique » et publiée en 1948 d’abord en anglais dans le volume Linguistics and Literary History puis traduite en français par Michel Foucault, paraît à cet égard tout à fait programmatique :

  • 33  Leo Spitzer : « Art du langage et linguistique ». Traduit de l’anglais par Michel Foucault. Dans : (...)

Par ce titre, on entend suggérer l’unité dernière de la linguistique et de l’histoire littéraire. J’ai voué toute ma vie de savant à rapprocher ces deux disciplines : qu’on me pardonne, si en guise de préface, j’esquisse le récit de mes propres expériences universitaires. Je ne vous raconterai que ma propre expérience : comment, parti du dédale de la linguistique, j’ai fait mon chemin jusqu’au jardin enchanté de l’histoire littéraire ; comment j’ai découvert dans la linguistique un paradis, un labyrinthe dans l’histoire littéraire ; et comment je me suis aperçu que si les humanités aujourd’hui sont en procès (…), il n’y aurait pas de sens à prononcer un seul acquittement : s’il est vrai qu’on ne peut accorder aucune valeur à ce qui repose sur l’étude du langage, rien ne peut être sauvé : ni l’histoire littéraire, ni l’histoire culturelle, – ni l’histoire.33

  • 34  Romanica. Festschrift für Gerhard Rohlfs. Im Einvernehmen mit K. Wais, W. Th. Elwert, R. Baehr her (...)
  • 35  Harald Weinrich : « Münze und Wort. Untersuchungen an einem Bildfeld. Dans : ibid., p. 508-521 ; H (...)

16Les éditeurs des mélanges en l’honneur du romaniste Gerhard Rohlfs, Heinrich Lausberg et Harald Weinrich, soulignèrent dans la même perspective en 1957, dans leur préface, l’étroite « parenté spirituelle » (« geistige Verwandtschaft ») entre les approches du linguiste Rohlfs et du littéraire Ernst Robert Curtius : « gleiches Objekt, gleiche Methoden, ja letztlich gleiches Ethos verbinden Sprach- und Literaturwissenschaft ».34 Même si la majorité des contributions à ces Mélanges en l’honneur de Rohlfs se situaient clairement soit du côté de la linguistique (surtout diachronique) soit des études littéraires, on relève néanmoins parmi les 39 études réunies dans ce volume quelques-unes qui illustrent les potentialités heuristiques de l’imbrication entre approches littéraires et approches linguistiques propre à la conception traditionnelle de la Romanistique : telle l’étude de Harald Weinrich sur « Münze und Wort. Untersuchungen an einem Bildfeld » touchant, avec l’analyse de la métaphore, un domaine particulièrement riche situé à l’intersection entre les deux volets disciplinaires, dans lequel il fait référence aussi bien à des ouvrages littéraires (Gide, Goethe, Logau, Flaubert, La Bruyère, Valéry, Lichtenberg, Paul Claudel, Fénelon, Ronsard, Du Bellay) qu’à des études littéraires (Curtius, A. Spies, C. Spurgeon) et linguistiques (comme ceux de Jost Trier et de Franz Bopp ) ; ou celle de Hermann Weinert, étudiant la perception de la langue française dans l’œuvre de poètes allemands contemporains.35

  • 36  Harald Weinrich : « L’honneur presque oublié. » Dans : Weinrich, Conscience linguistique et lectur (...)
  • 37  Voir par exemple Karlheinz Stierle : Text als Handlung. Perspektiven einer systematischen Literatu (...)
  • 38  Stuttgart, Klett-Cotta, 1978.
  • 39  Voir Hans-Jürgen Lüsebrink : « Histoire conceptuelle (Begriffsgeschichte). » Dans : Christian Delc (...)
  • 40  Hans Ulrich Gumbrecht : Dimensionen und Grenzen der Begriffsgeschichte. München, Fink, 2006.
  • 41  Karlheinz Barck/Martin Fontius/Wolfgang Thierse : « Ästhetik, Geschichte der Künste, Begriffsgesch (...)
  • 42  Handbuch politisch-sozialer Grundbegriffe in Frankreich, 1680-1815. München, Oldenbourg, 1981 suiv (...)
  • 43  Rolf Reichardt : « Einleitung. » Dans : Handbuch politisch-sozialer Grundbegriffe in Frankreich, 1 (...)

17Harald Weinrich incarne peut-être plus qu’aucun autre romaniste contemporain, à travers sa trajectoire personnelle et le profil de son œuvre, la potentielle étroite imbrication entre linguistique et études littéraires que présuppose, dans ses principes fondamentaux, la philologie romane. Né en 1927, d’abord assistant et puis professeur de linguistique l’Université de Münster, Weinrich fut l’un des co-fondateurs de la faculté de linguistique et de littérature (« Facultät für Linguistik und Literaturwissenschaft ») de la nouvelle Université de Bielefeld en 1968 qui associa de manière novatrice les deux disciplines en fondant en même temps les différentes philologies « nationales » dans une conception proprement transculturelle. Ayant quitté Bielefeld pour Munich en 1978, afin d’y occuper une chaire d’Allemand langue étrangère (« Deutsch als Fremdsprache »), il retrouva pour ainsi dire ses origines romanistes au Collège de France où il fut nommé en 1992 à la Chaire de Langues et Littératures Romanes qu’il occupa jusqu’en 1998. Son œuvre témoigne d’une volonté de relier, dans une visée renouvelée de la Romanistik qui reste en même temps fidèle à ses traditions fondamentales, histoire littéraire, analyse philologique et approche linguistique dans l’étude de textes, d’auteurs et de concepts socio-politiques. Son étude sur le concept d’« honneur », paru dans son livre Conscience linguistique et lectures littéraires, qui s’inscrit dans le sillage de la « Begriffsgeschichte » (Histoire conceptuelle) développée en Allemagne, en fournit un exemple. Analysant l’« honneur » à travers son ancrage à la fois conceptuel et mental, comme « code » de comportement et comme imaginaire social, dans des textes littéraires, mais aussi philosophiques, Weinrich embrasse dans son étude un vaste champ discursif allant du xvie sicèle jusqu’au xxe sicèle. Tout en attribuant, dans ses analyses, une place importante, mais nullement exclusive, aux textes des littératures romanes (Corneille, La Rochefoucauld, Lorca, Claudel, Béranger), Weinrich met en lumière la notion d’« honneur » et le champ conceptuel, historiquement spécifique, qui lui est associé dans les différentes langues. Celui-ci renvoie aux « règles d’un “code” » qui est ancré dans l’écrit et à la fois représenté et diffusé par des fictions littéraires, mais dont le soubassement mental et communicatif est essentiellement oral : « un code non écrit bien entendu, dont on apprend habituellement les normes de comportement par imitation ou, à la rigueur, par un enseignement oral. Cependant, ses préceptes n’en ont pas moins valeur de loi, et, en cas de conflit, ils l’emportent sur les commandements divins ou les lois humaines. »36 Aboutissant, dans son analyse du champ conceptuel de l’« honneur » et de ses ancrages sociaux et mentaux, à son appropriation nationaliste et raciale dans le discours politique du Troisième Reich, l’étude de Weinrich illlustre de manière exemplaire les potentialités d’une approche historique associant linguistique et analyse littéraire. L’histoire conceptuelle a été, à côté de l’analyse étymologique et de la stylistique, et plus récemment de la théorie des actes de langage37, de la sémiotique et de l’analyse du discours, un champ privilégié, au sein de la Romanistik, alliant ces deux piliers de la discipline, comme le montrent notamment les travaux de Karlheinz Stierle (qui a co-édité la collection Sprache und Geschichte et le volume collectif Begriffsgeschichte und Sozialgeschichte38 avec l’historien Reinhart Koselleck, le Nestor de la Begriffsgeschichte en Allemagne39) et de Hans Ulrich Gumbrecht40 ; puis le projet monumental des Ästhetische Grundbegriffe conçu et dirigé par les romanistes Karlheinz Barck et Martin Fontius en coopération avec le germaniste Wolfgang Thierse41, ainsi que celui du Handbuch politisch-sozialer Grundnbegriffe in Frankreich, 1680-1815, développé depuis le début des années 1980 à travers une coopération étroite entre historiens et romanistes.42 Il est certes symptomatique pour la conception interdisciplinaire de ce Handbuch en histoire conceptuelle socio-politique, et le rôle joué par la romanistique dans son cadre, que les deux textes servant d’introduction au premier volume paru en 1985 proviennent précisément de l’historien Rolf Reichardt et de la linguiste romaniste Brigitte Schlieben-Lange (1943-2000),43 co-fondatrice de l’emblématique Zeitschrift für Literaturwissenschaft und Linguistik et une des socio-linguistes les plus réputées au sein de la romanistique allemande.

Défis et mises en causes – crise de la romanistique et positions (auto)biographiques

  • 44  Voir aussi sur cette problématique Hans-Jürgen Lüsebrink : « Postmoderne Herausforderungen. Die de (...)
  • 45  Voir sur la « Vermittlungsfunktion » (fonction médiatrice) de la discipline qui a aussi été soulig (...)

18Les récits autobiographiques de romanistes réunis dans les volumes édités par Klaus-Dieter Ertler, complétés par ceux publiés en 1988 par Fritz Nies et Reinhold R. Grimm, donnent à voir un paysage extrêmement riche et varié de la discipline, de son évolution depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale et des enjeux et défis auxquels elle se voit actuellement confrontée44. Ceux-ci résident d’abord dans l’internationalisation croissante des études, en Europe notamment avec le « processus de Bologne » depuis l’an 2000 et la création du modèle LMD qui pose d’emblée problème pour une discipline singulière comme la romanistique qui n’existe que dans un nombre limité de pays européens ; puis dans la professionalisation croissante des filières d’étude, impliquant une déconnection accrue entre enseignement et recherche dont l’unité avait constitué, depuis le début du xixe sicèle, une des bases non seulement de la romanistique, mais du modèle humboldtien de l’université dans son ensemble ; et, enfin, la spécialisation croissante en lettres et sciences humaines qui représente un défi particulier pour une discipline comme la romanistique dont la conception fondamentale va précisément à l’encontre d’une (trop) forte spécialisation et qui s’est toujours vue également, à côté de son volet recherche, comme une discipline médiatrice entre les cultures et l’espace public et ses institutions (école, université, médias, institutions culturelles, opinion publique).45

  • 46  Tietz, « Hispanistische Autobiographie », p. 495.
  • 47  Le même phénomène peut être observé, dans une moindre mesure, pour les congrès du Frankoromanisten (...)

19À regarder sous cet angle les récits autobiographiques de romanistes, deux grandes tendances et positions se dessinent. D’une part une mise en cause plus ou moins radicale de la conception traditionnelle de la Romanistik dont l’avenir serait à situer non pas dans une unité devenue problématique et surannée, mais dans sa fragmentarisation en disciplines spécifiques, comme les études françaises, italiennes et hispaniques. Le défenseur le plus engagé de cette position est certes Manfred Tietz, ancien président aussi bien du Deutscher Romanistenverband (DRV) que de l’Association Allemande d’Études Hispaniques (Hispanistenverband) qui souligne même que les différentes disciplines constitutives de la Romanistik, et en particulier la Hispanistik, auraient réussi à se « libérer » pendant ces dernières décennies de ce qu’il a appelé la « “babylonische Gefangenschaft” der Romanistik. »46 Cette position, qui est très controversée au sein de la discipline, mais qui a aussi gagné en influence, est basée, comme Tietz l’explique dans son récit autobiographique, sur l’expérience personnelle d’une coopération internationale intensifiée – qui a porté ses fruits par exemple en ce qui concerne la coopération régulière entre hispanisants allemands et français depuis 1987 –, sur le recours à l’espagnol comme langue de communication au sein des congrès des hispanisants allemands47 ; et sur une plus forte spécialisation des romanistes allemands dans ce nouveau contexte. Enfin, cette évolution serait cautionnée par le fait que seulement une minorité des étudiants allemands continue de choisir, dans le contexte de la réforme LMD, la romanistique comme filière d’études, ou au moins deux filières au sein de la discipline même (en combinant par exemple études françaises et études hispaniques au sein d’un « Zwei-Fach-Bachelor »), ce qui aurait entraîné son effritement successif au niveau de l’enseignement.

  • 48  Stierle, « Romanistik als Passion, als Wissenschaft und als Auftrag », p. 10 ; Dans son récit « Ro (...)
  • 49  Stierle, « Romanistik als Passion, als Wissenschaft und als Auftrag », p. 11 : « Andererseits hat (...)
  • 50  Ibid., p. 11 : « Ja, man möchte behaupten, daß linguistische Beschreibungskompetenz für eine kompe (...)

20L’autre position, majoritaire par conviction ou par nostalgie, tout au moins parmi la génération de romanistes représentée à travers les récits autobiographiques recueillis par Ertler, Nies et Grimm, est celle défendue entre autre, mais avec une verve particulière, par Hans Robert Jauß en 1985 et par Karlheinz Stierle en 2007 et de nouveau en 2013. Jauß et Stierle, représentants, notamment avec Wolfgang Iser et H.U. Gumbrecht, de l’École de Constance de l’esthétique de la réception, soulignent dans leurs récits (et les prises de position engagées qu’ils y formulent) non seulement la spécificité (allemande) de la romanistique, mais aussi ses apports heuristiques, méthodologiques et théoriques qui seraient indissociables de la conception singulière de la discipline. L’ancrage de la discipline (et de ses représentants) dans plusieurs langues, littératures et cultures majeures de l’Europe et du monde non-européen aurait non seulement contribué à développer des perspectives comparatistes innovatrices, mais également à élaborer des approches théoriques transgressant largement le domaine proprement dit de la Romanistik. Stierle et Jauß insistent dans ce contexte sur les potentialités de connaissance offertes par le fait que la Romanistik soit basée sur l’étude conjointe des langues, des littératures et des cultures d’au moins deux aires culturelles romanes, ce qui permettrait d’ancrer l’étude de phenomènes littéraires, linguistiques et culturels dans un double horizon à la fois théorique et très concret, le plus proche possible de leurs réalités culturelles, historiques (« geschichtliche Konkretheit ») et langagières (« Sprachlichkeit seines Gegenstandes »48). Stierle et Jauß soulignent dans ce contexte l’importance de la dimension philologique de la discipline qui implique la prise en considération, la plus minutieuse possible, des dimensions formelle et esthétique, mais aussi et en premier lieu de la dimension langagière de textes littéraires et culturels. Cette dernière dimension aurait été trop souvent négligée49, à une époque où la Romanistik en en train de s’ouvrir à de nouveaux médias et à de nouveaux questionnements théoriques, et présuppose non seulement une compétence approfondie de la langue des œuvres analysées, mais également des compétences linguistiques (« linguistische Beschreibungskompetenz ») que Stierle considère comme « indispensables ».50

  • 51  Voir Lüsebrink, « Die Romanischen Forschungen » (cité note 1).
  • 52  Voir sur ce point, en ce qui concerne les études françaises : Lüsebrink/ Vaillant, Civilisation al (...)

21Ces deux positions – qui dessinent plutôt des « pôles » – se retrouvent dans des configurations assez variées au sein des discussions controversées en cours qui sont menées autour de l’avenir de la discipline. Si la première s’est imposée en grande partie sur le plan des associations romanistes et dans le cadre de l’organisation des études et des enseignements universitaires, la seconde continue à influer fortement sur la définition des postes au niveau professoral, sur la programmatique des grandes revues de Romanistik comme les Romanische Forschungen51 et sur l’identité de la majorité des instituts de romanistique en Allemagne. Le plaidoyer, formulé notamment par K. Stierle, d’un retour de la discipline vers ses fondements philologiques, qui va de pair avec une orientation vers de nouveaux horizons théoriques et de nouveaux champs de recherche (médias et autres pratiques culturelles non-littéraires), implique des enjeux et des défis majeurs. Ceux-ci vont s’avérer cruciaux dans les années à venir, en particulier en ce qui concerne d’abord ces nouveaux domaines de la discipline que représentent les études culturelles et médiatiques (« Kultur- und Medienwissenschaft ») ; et ensuite l’intégration, controversée depuis le milieu des années 1970, restée cependant inachevée et très fragmentaire, du domaine de la « civilisation » (« Landeskunde/ Landes-wissenschaften »).52

Haut de page

Notes

1  Cet article reprend, dans sa première partie, partiellement des réflexions développées de manière plus ample et détaillée dans Hans-Jürgen Lüsebrink : « Die Romanischen Forschungen – ein Forum romanistischer Forschung in Deutschland. Institutioneller Kontext sowie Entwicklungen und Schwerpunkte frankreichbezogener Wissensproduktion. » Dans : Michel Grunewald, Hans-Jürgen Lüsebrink, Reiner Marcowitz und Uwe Puschner (éds.), France-Allemagne au xxe sicèle – La production de savoir sur l’Autre. Les médias. (Vol. 4) / Deutschland und Frankreich im 20. Jahrhundert – Akademische Wissensproduktion über das andere Land. Die Medien (Bd. 4). Bern, Peter Lang, 2014.

2  Voir sur l’histoire de la Romanistik les indications dans notre introduction écrite en commun avec Michel Espagne, ci-dessus, ainsi que Harald Weinrich : Leçon inaugurale, faite le vendredi 29 janvier 1993. Paris, Collège de France, 1993.

3  Voir sur ce sujet Hans Ulrich Gumbrecht : Vom Leben und Sterben der großen Romanisten. Carl Vossler, Ernst Robert Curtius, Leo Spitzer, Werner Krauss. München, Carl Hanser Verlag, 2002, p. 12-13.

4  Fritz Nies, « Die Zukunft eines “unmöglichen Faches” », dans : Fritz Nies/Reinhold R. Grimm (éd.), Ein « unmögliches Fach ». Bilanz und Perspektiven der Romanistik, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 1988, p. 9-12, ici p. 9-10.

5  Harald Weinrich : « Mein Schloß in der Provence. », dans : Ibid., p. 59-65, ici p. 60.

6  Karlheinz Stierle : « Altertumswissenschaftliche Hermeneutik und die Entstehung der Neuphilologie. », dans : Helmut Flashar/Karlfried Gründer/Axel Horstmann (ed.) : Philologie und Hermeneutik im 19. Jahrhundert. Göttingen, 19179, p. 287. Cité aussi dans Wolf-Dieter Stempel, « Die schwierige Einheit der romanischen Philologie », dans : Nies/Grimm, Ein « unmögliches Fach », p. 41-58, ici p. 50-51.

7  Mario Wandruszka : « Deutsche Romanistik : kritische Bilanz und Perspektiven. » Dans : Nies/Grimm, Ein « unmögliches Fach », p. 27-39, ici p. 27.

8  Gerhard Ernst : « ut delectet varietas » Dans : Ertler, Romanistik als Passion, p. 49-65, ici p. 58 : « Von Verlagsseite war wohl eine Geschichte der romanischen Sprachen geplant. Mit dem hiervon abweichenden Titel Romanische Sprachgeschichte/Histoire linguistique de la Romania wollten wir unsere spezielle Konzeption zum Ausdruck bringen : im Rahmen des Möglichen und Sinnvollen Unabhängigkeit von der Geschichte der Nationalsprachen bei Zurücktreten des teleologischen Gesichtspunktes sowie eine Akzentuierung der vergleichbaren Aspekte. »

9  Voir à ce sujet : Hans-Jürgen Lüsebrink/Hans-Theo Siepe (éds.) : Romanistische Komparatistik. Begegnungen der Texte – Literatur im Vergleich. Frankfurt/M. Lang-Verlag, 1993.

10  Manfred Tietz : « Hispanistische Autobiographie. » Dans : Klaus-Dieter Ertler (éd.) : Romanistik als Passion. Sternstunden der neueren Fachgeschichte II. Wien/Berlin, LIT, 2011, p. 463-501, ici p. 494.

11  Voir sur ce sujet : Hans-Jürgen Lüsebrink/Jérôme Vaillant (éds.) : Civilisation allemande – Landeskulturwissenschaft Frankreichs. Bilan et perspectives dans l’enseignement et la recherche. Bilanz und Perspektiven in Lehre und Forschung. Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2013.

12  Manfred Tietz : « Hispanistische Autobiographie. » Dans : Klaus-Dieter Ertler (éd.) : Romanistik als Passion. Sternstunden der neueren Fachgeschichte II. Wien/Berlin, LIT, 2011, p. 463-501, ici p. 495.

13  Klaus-Dieter Ertler (éd) : Romanistik als Passion. Sternstunden der neueren Fachgeschichte. Berlin/Wien. LIT, 2007-2011, 2 vols. S’y ajoutent cinq récits programmatiques, et partiellement autobiographiques, de Harald Weinrich, Wolf-Dieter Stempel, Hans Robert Jauß, Robert Picht et Mario Wandruszka, issus de conférences données au « Romanistentag » à Siegen en 1985, et publiés dans Nies/ Grimm, Ein « unmögliches Fach », 1988, p. 27-92 (cité ci-dessus note 4).

14  Klaus-Dieter Ertler ; « Vorwort. » Dans : Ibid., t. I, p. 11-13, ici p. 11 : « Die breit und komparatistisch angelegte Romanistik hat in den letzten Jahrzehnten eine Reihe von tiefgreifenden Veränderungen erfahren. Als Resultat einer Entwicklung, die mit der allmählichen Auflösung der Humboldtschen Bildungsidee einhergeht, muß sich das Fach den zeitgenössischen Fragen stellen und ist auf diese Weise in eine Phase neuer Anforderungen getreten. »

15  Ibid., p. 11 : « Es ist noch offen, ob sich das Modell der Gesamtromanistik oder sein Kontrahent der Einzelphilologien im Spektrum der neuen Universitäten durchsetzen können wird. »

16  Fait tout à fait singulier pour l’époque, sa thèse d’habilitation parut en 1977 à Berlin-Est, dans une collection éditée par la « Akademie der Wissenschaften der DDR, Zentralinstitut für Literaturgeschichte », sous le titre : Kritik der Abenteuer-Ideologie. Beitrag zur Erforschung der bürgerlichen Bewußtseinsbildung 1100-1750. Berlin, Akademie-Verlag, 1977, 2 vols. (Literatur und Gesellschaft).

17  Michael Nerlich : « Weltfremd, oder : im (geistigen) Exil überall. » Dans : Ertler, Romanistik als Passion, vol. II, p. 275-328.

18  Voir notamment Michael Nerlich : « Romanistik und Anti-Kommunismus. » Dans : Das Argument, 1972, Heft 3-4, p. 276-313 ; et Michael Nerlich, en coop. avec Gilbert Badia, Hans-Heinrich Baumann, Arno Euler (éds.) : Kritik der Frankreichforschung, 1871-1975. Berlin, Argument-Verlag, 1977 (Argument Sonderband 13), en particulier l’introduction de Nerlich : « Statt einer Einleitung. » Dans : ibid., p. 5-10.

19  Annegret Bollée : « Linguistik unter Palmen. Ein Interview von Ursula Reutner. » Dans : Ertler, Romanistik als Passion, vol. II, p. 17-46.

20  Hans-Jörg Neuschäfer : « Érase que se vera. » Dans : Ertler, Romanistik als Passion, vol. I, p. 424-440, ici p. 436.

21  Voir sur ce point Hans-Jürgen Lüsebrink/Hans Theo Siepe (éds.) : Romanistische Komparatistik. Begegnungen der Texte-Literatur im Vergleich. Frankfurt/Main, Berlin, Paris, Peter Lang, 1991.

22  Voir sur ce sujet aussi l’excellent article du romaniste Ulrich Schulz-Buschhaus : « Die Unvermeidlichkeit der Komparatistik. Zum Verhältnis von einzelsprachlichen Literaturen und Vergleichender Literaturwissenschaft. » Dans : Arcadia. Internationale Zeitschrift für Literaturwissenschaft / International Journal for Literary Studies, vol. 14/1-3, 2009, p. 223-236.

23  Hans Robert Jauß : « Von Combray nach Konstanz : Mein Weg von der Romanischen zur Allgemeinen Literaturwissenschaft ». Dans : Nies/Grimm, « Ein unmögliches Fach », p. 67-80, ici p. 71 : « Mein nächstes Forschungsgebiet, die Querelle des Anciens et des Modernes, erforderte eine Behandlung im gesamteuropäischen Zusammenhang ; das in Frankreich geradezu verachtete Werk von Charles Perrault ließ erst aus der Rezeption der Aufklärung und der Replik der deutschen Klassik erkennen, daß es die historsiche Betrachtung der Antike in Gang gebracht hatte. So stellt sich der Weg von Combray nach Konstanz, von der « amor de lonh » des Philologen ausgegangen, Schritt für Schritt als eine ständige Grenzüberschreitung von der Romanischen zur Allgemeinen Literaturwissenschaft dar. »

24  Harald Weinrich : Conscience linguistique et lectures littéraires. Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1989. Ce volume contient des études parues originellement en grande partie dans deux volumes édités en allemand : Wege der Sprachkultur (1985) et Literatur für Leser (1986).

25  Harald Weinrich : « Le signe de Jonas. Du très grand et du très petit en littérature. » Dans : Weinrich, Conscience linguistique et lectures littéraires, p. 25-35.

26  Voir sur sa biographie Dirk Naguschewski : « Riesz, János. » Dans : Nicole Colin/Corine Defrance/Ulrich Pfeil/Joachim Umlauf (éds.) : Lexikon der deutsch-französischen Kulturbeziehungen nach 1945. Tübingen, Narr Verlag, 2013 (vol. 28), S. 377-378.

27  Voir János Riesz : Léopold Sédar Senghor und der afrikanische Aufbruch im 20. Jahrhundert. Wuppertal, Peter Hammer Verlag, 2006 ; János Riesz : Südlich der Sahara. Afrikanische Literatur in französischer Sprache. Tübingen, Stauffenberg Verlag, 2013.

28  János Riesz : « Einmal Romanistik – Aller et Retour. » Dans : Ertler, Romanistik als Passion, vol. I, p. 514-522, ici p. 519 : « So verdankt meine Reclam-Ausgabe des altitalienischen Novellino (1988) viel der Beschäftigung mit afrikanischer Oral-Literatur und den daraus erwachsenenen Erkentnissen zur Dynamik des Übergangs von Mündlichkeit und Schriftlichkeit. »

29  János Riesz : « Nachwort. » Dans : Il Novellino. Das Buch der hundert alten Novellen. Italienisch/Deutsch. Übersetzt und herausgegeben von János Riesz. Stuttgart, Reclam, 1988, p. 307-342, en particulier p. 330-332.

30  János Riesz : « Nachwort. » Dans : Torquato Tasso : Aminta. Favola boschereccia. Ein Hirtenspiel. Italienisch/Deutsch. Übersetzt und herausgegeben von János Riesz. Stuttgart, Reclam, 1995, p. 243-260, ici p. 254-255.

31  Voir Riesz, « Einmal Romanistik », art. cité, p. 519-520.

32  János Riesz : Südlich der Sahara. Afrikanische Literatur in französischer Sprache. Tübingen, Stauffenberg Verlag, 2013, p. 23 : « In der ständigen Auseinandersetzung mit der europäischen bibliothèque coloniale, der ungeheuren Masse von Europäern produzierter wissenschaftlicher und belletristischer Literatur über Afrika ; das writing back der postcolonial studies muß dabei nicht im engeren Sinn als eine explizite Bezugnahme auf bestimmtze Texte oder Text-Ensembles verstanden werden, sondern zielt stets auf das Ganze der Ideen und Vorstellungen, die man mit der europäischen Aggression, der Eroberung und Ausbeutung des Kontinents verbindet. »

33  Leo Spitzer : « Art du langage et linguistique ». Traduit de l’anglais par Michel Foucault. Dans : : Études de style. Précédé de : Léo Spitzer et la lecture stylistique. Par Jean Starobinski. Paris, Gallimard, 1970 (Coll. TEL), p. 45-78, ici p. 45.

34  Romanica. Festschrift für Gerhard Rohlfs. Im Einvernehmen mit K. Wais, W. Th. Elwert, R. Baehr herausgegeben von Heinrich Lausberg und Harald Weinrich. Halle, VEB Max Niemeyer Verlag, 1958, p. 3-4, ici p. 3.

35  Harald Weinrich : « Münze und Wort. Untersuchungen an einem Bildfeld. Dans : ibid., p. 508-521 ; Hermann Weinert : « Die französische Sprache in der Sicht zeitgenössischer deutscher Dichter. » Dans : ibid., p. 491-521.

36  Harald Weinrich : « L’honneur presque oublié. » Dans : Weinrich, Conscience linguistique et lectures littéraires, p. 149-169, ici p. 153.

37  Voir par exemple Karlheinz Stierle : Text als Handlung. Perspektiven einer systematischen Literaturwissenschaft. München, Fink, 1975 ; et son récit autobiographique : « Romanistik als Passion. » Dans : Ertler (éd.), Romanistik als Passion, vol. I, p. 621-633, ici p. 631.

38  Stuttgart, Klett-Cotta, 1978.

39  Voir Hans-Jürgen Lüsebrink : « Histoire conceptuelle (Begriffsgeschichte). » Dans : Christian Delcroix/François Dosse/Patrick Garcia/Nicolas Offenstadt (éds.) : Historiographies, I : Concepts et débats. Paris, Gallimard, 2010 (Coll. Folio Histoire), p. 177-183.

40  Hans Ulrich Gumbrecht : Dimensionen und Grenzen der Begriffsgeschichte. München, Fink, 2006.

41  Karlheinz Barck/Martin Fontius/Wolfgang Thierse : « Ästhetik, Geschichte der Künste, Begriffsgeschichte. Zur Konzeption eines « Historischen Wörterbuchs ästhetischer Grundbegriffe. » Dans : Karlheinz Barck/Martin Fontius/Wolfgang Thierse (éds.) : Ästhetische Grundbegriffe . Studien zu einem historischen Wörterbuch. Berlin /DDR), 1990, p. 11-48.

42  Handbuch politisch-sozialer Grundbegriffe in Frankreich, 1680-1815. München, Oldenbourg, 1981 suiv. (19 vols. parus), fondé par Rolf Reichardt et Eberhard Schmitt en 1985, dirigé depuis 1991 par l’historien Rolf Reichardt et Hans-Jürgen Lüsebrink auxquels a été associé en 2011 l’historien Jörn Leonhard.

43  Rolf Reichardt : « Einleitung. » Dans : Handbuch politisch-sozialer Grundbegriffe in Frankreich, 1680-1820. Éd. par Rolf Reichardt et Eberhard Schmitt, en coopération avec Gerd van den Heuvel et Anette Höfer. Heft 1/2. München, R. Oldenbourg, 1985, p. 39-148 ; Brigitte Schlieben-Lange : « Die Wörterbücher der Französischen Revolution (1789-1804). » Dans : ibid., p. 149-189.

44  Voir aussi sur cette problématique Hans-Jürgen Lüsebrink : « Postmoderne Herausforderungen. Die deutsche Romanistik in Zeiten von Berufsbezogenheit und Internationalisierung ». Dans : Romanische Forschungen, vol. 120/3, 2008, p. 350-355.

45  Voir sur la « Vermittlungsfunktion » (fonction médiatrice) de la discipline qui a aussi été soulignée constamment par Fritz Nies, notamment Stierle, « Romanistik als Passion. » Dans : Ertler (éd.), Romanistik als Passion, t. I, p. 630 : « Die eigentliche Aufgabe der Romanistik sah und sehe ich nicht so sehr in hochspezialisierten Einzelforschungen als vielmehr in der Aufgabe der Vermittlung romanischer Sprachen, Literaturen und Kulturen in Deutschland. » Voir aussi dans le même sens Jauß, « Von Combray nach Konstanz », p. 19.

46  Tietz, « Hispanistische Autobiographie », p. 495.

47  Le même phénomène peut être observé, dans une moindre mesure, pour les congrès du Frankoromanistenverband (FRV).

48  Stierle, « Romanistik als Passion, als Wissenschaft und als Auftrag », p. 10 ; Dans son récit « Romanistik als Passion. » Dans : Ertler (éd.), Romanistik als Passion, vol. I, p. 631 Stierle utilise dans ce contexte l’expression : « umgriffen von der Arbeit der Sprache. »

49  Stierle, « Romanistik als Passion, als Wissenschaft und als Auftrag », p. 11 : « Andererseits hat die Literaturwissenschaft in der Romanistik sich einer Fülle neuer Fragestellungen geöffnet und dabei den fondamentalen Bezug literarischer Werke auf ihr Medium, die Sprache, allzusehr aus den Augen verloren, während sie sich neuen Medien öffnete. »

50  Ibid., p. 11 : « Ja, man möchte behaupten, daß linguistische Beschreibungskompetenz für eine kompetente Literaturwissenschaft nach wie vor eine unersetzliche Voraussetzung bedeutet. »

51  Voir Lüsebrink, « Die Romanischen Forschungen » (cité note 1).

52  Voir sur ce point, en ce qui concerne les études françaises : Lüsebrink/ Vaillant, Civilisation allemande – Landeskulturwissenschaft Frankreichs (cité note 11).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hans-Jürgen Lüsebrink, « Trajectoires romanistes », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/1463

Haut de page

Auteur

Hans-Jürgen Lüsebrink

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page