Navigation – Plan du site

Cartographies mobiles de la recherche littéraire

La poétique du mouvement dans les études sur les transferts entre aires culturelles
Ottmar Ette
p. 41-55

Résumés

En partant de l’essai Le dérèglement du monde (2009) de l’écrivain franco-libanais Amin Maalouf et en s’appuyant sur des exemples tirés de la littérature (E.S. Özdamar, C. Wajsbrot, et B. Cendrars), cette contribution esquisse les perspectives d’une littérature et d’études littéraires « transaréales ». On y trouve d’une part une réflexion sur la valeur anthropologique de la littérature comme savoir sur la vie et comme « laboratoire du plurilogique » ; et d’autre part des propositions conceptuelles concernant les études littéraires et culturelles, au centre desquelles on découvre une conception dynamique de l’espace et des concepts comme ceux de mouvement, de mobilité et de transfrontaliérité. Parallèlement, l’auteur effectue des différenciations à plusieurs niveaux entre les perspectives multi-culturelles, inter-culturelles et trans-culturelles pour parvenir à saisir les modèles de mouvement culturels spécifiques développés avec une particulière intensité dans les sociétés postmodernes.

Haut de page

Texte intégral

Dans un monde à la dérive

1Dans une analyse d’un monde sorti de ses gonds, parue au printemps 2009, le romancier et essayiste Amin Maalouf, né à Beyrouth et vivant entre Paris et l’Île d’Yeu a implacablement montré sous le titre Le dérèglement du monde tous les dangers qui au début du xxie siècle ont conduit l’humanité au bord du gouffre. Dès les premières lignes l’incipit de cet essai ambitieux révèle les dimensions de la réflexion de Maalouf :

  • 1  Amin Maalouf, Le dérèglement du monde. Quand nos civilisations s’épuisent. Paris, Grasset, 2009, p (...)

Nous sommes entrés dans le nouveau siècle sans boussole.
Dès les tout premiers mois, des événements inquiétants se produisent, qui donnent à penser que le monde connaît un dérèglement majeur, et dans plusieurs domaines à la fois – dérèglement intellectuel, dérèglement financier, dérèglement climatique, dérèglement géopolitique, dérèglement éthique.1

2Celui qui après cette entrée en matière attendrait une perspective très pessimiste sur la planète et une société mondiale qui – suivant la métaphore de la phrase initiale – se trouveraient irrémédiablement à la dérive se voit rapidement ramené à une meilleure appréciation dans ce volume dont le sous-titre annonce des civilisations en voie d’épuisement. Car Amin Maalouf essaie bien, dans Le dérèglement du monde (qui se conçoit parfois comme une correction indignée du livre aussi célèbre que sulfureux de Samuel P. Huntington sur Le choc des civilisations (1996) vers lequel l’administration américaine de George Bush avec ses manières antagonistes de penser paraissait se dirigeait sans hésitation ni doute, comme dans une prophétie autoréalisée) de montrer les nouveaux repères sur lesquels la nef des fous planétaire pourrait se réorienter. Car à la différence de Huntington, Maalouf ne se livre pas à une construction idéologique qui ne résisterait à aucune théorie authentique de blocs culturels homogènes opposés, mais il cherche une compréhension différenciée du long processus de globalisation dont les implications culturelles, longtemps sous-estimées, risquent, dans la crise financière actuelle, d’être à nouveau reléguées au second plan par des débats de politique économique portant sur des milliards. Mais ce sont ces dimensions culturelles lourdes de conflits – les réflexions de Maalouf ne permettent pas d’en douter – qui détermineront pour l’essentiel l’avenir de l’humanité.

3Le fait que le grand écrivain libanais, lauréat en 1993 du prix Goncourt pour son roman Le rocher de Tanios, considère la dimension culturelle comme décisive pour le présent et l’avenir d’une humanité qui se menace de plus en plus elle-même n’a certes pas de quoi nous étonner. Le rôle important voire fondamental que l’auteur de Léon l’Africain attribue précisément à la littérature se reconnaît déjà à l’exergue de William Carlos Williams mis en tête de tout le volume. Sous une forme poétique c’est le savoir de la littérature sur la vie au sens de savoir sur la survie de l’humanité qui est mis au premier plan :

  • 2  William Carlos Williams, The Collected Poems, 2 volumes, New Directions Publishing 1991.

Man has survived hitherto
because he was too ignorant to know
how to realize his wishes.
Now that he can realize them,
he must either change them
or perish.2

4Il est décisif, selon Maalouf, de cesser de voir les « autres » dans la perspective d’hétérostéréotypes que nous font miroiter des constructions idéologiques, religieuses ou liées à la culture de masse, mais de les percevoir pour ainsi dire avec des yeux autres – avec les yeux d’autres nombreux – de divers points de vue :

  • 3  Amin Maalouf, Le dérèglement du monde. Quand nos civilisations s’épuisent. Paris, Bernard Grasset, (...)

Ce qui ne peut se faire qu’à travers leur culture. Et d’abord à travers leur littérature. L’intimité d’un peuple, c’est sa littérature. C’est là qu’il dévoile ses passions, ses aspirations, ses rêves, ses frustrations, ses croyances, sa vision du monde qui l’entoure, sa perception de lui-même et des autres, y compris de nous-mêmes. Parce que en parlant des « autres » il ne faut jamais perdre de vue que nous-mêmes, qui que nous soyons, où que nous soyons, nous sommes aussi « les autres » pour tous les autres.3

  • 4  Ibid., p. 207.
  • 5  Amin Maalouf, « “Vivre dans une autre langue, une autre réalité.” Entretien avec Ottmar Ette, Ile (...)

5Dans cette réévaluation de la littérature, Maalouf voit une possibilité de sortir de l’« ère sinistre » où l’« inculture » de la culture de masse est devenue un signe d’authenticité, une attitude qui agit de façon très négative sur la constitution des structures démocratiques puisque sans le dire elle implique, dans un accord paradoxal avec la pensée élitiste traditionnelle, la représentation qu’une compréhension différenciée de la culture est réservée à une petite élite tandis qu’on peut abreuver ou neutraliser le « reste » de la population avec des paniers de marchandises, des slogans simplistes ou des amusements faciles4. Contre cette représentation, Amin Maalouf écrit avec la conscience de produire avec sa propre écriture un savoir spécifique de la vie et dans la vie5. Mais comment concevoir ce savoir de la littérature en termes de philologie ? Et la philologie et la science de la culture sont-elles préparées à s’opposer à une marginalisation apparemment de plus en plus marquée de la littérature ?

Savoir et/du mouvement

  • 6  Jochen Hörisch, Das Wissen der Literatur, Munich, Wilhelm Fink Verlag, 2007. – Ralf Klausnitzer, L (...)

6La question d’un savoir spécifique de la littérature est depuis quelques années au cœur des débats actuels sur la philologie6. Ce fait serait de plus en plus facile à mettre en relation avec la tendance qui se dessine nettement dans la philologie et la science de la culture à substituer à une thématique de la mémoire jusque-là dominante une problématique du savoir – sans égard à la question de vouloir ou non parler ici d’un changement de paradigme pertinent du point de vue de l’histoire des sciences.

7La question du savoir de la littérature est également – et les réflexions d’Amin Malouf vont aussi dans cette direction – celle de la pertinence sociale, politique et culturelle de ce savoir au sein des sociétés actuelles différemment développées de l’information et plus encore du savoir. Que veut donc et que peut donc la litérature ?

8Il me semble en effet qu’il n’y a pas de meilleur ni de plus complexe accès à une communauté, une société, une culture que la littérature. Car pendant de longs millénaires elle a rassemblé dans les « areas » géoculturelles les plus diverses un savoir sur la vie, la survie et la vie en commun qui s’est spécialisé dans le fait de n’être précisément spécialisé ni au niveau du discours ou des disciplines impliquées ni comme dispositif du savoir. Sa capacité à mettre à disposition des lectrices et des lecteurs des connaissances comme un savoir vécu et un savoir de la vie qu’on peut s’approprier en le reprenant pas à pas et même en le vivant de nouveau permet à la littérature malgré les grandes distances dans l’espace et le temps d’atteindre les hommes et d’être efficace.

  • 7  Michail M. Bachtin, Die Ästhetik des Wortes, Herausgegeben und eingeleitet von Rainer Grübel, Fran (...)

9En même temps la littérature est constituée pour donner lieu aux interprétations les plus différentes, et donc pour déployer ce cosmos de la variété linguistique qui depuis les réflexions de Mikhail Bakhtine7 a pénétré de façon beaucoup plus nette les consciences. La littérature est donc un espace de réflexion du polylogique dans la mesure où elle permet de penser et même oblige à penser simultanément selon les logiques les plus différentes. Son ambiguïté fondamentale, sa polysémie suscitent le déploiement de structurations polylogiques qui ne sont pas seulement orientées sur un unique point de vue solide, mais selon les mouvements sans cesse modifiés et renouvelés de la compréhension.

10La littérature révèle la mobilité du savoir et même assure que les domaines et les segments de savoir les plus divers d’une, de plusieurs, de nombreuses communautés et sociétés soient sans cesse rapportés l’un à l’autre de façon expérimentale. La littérature est par conséquent un savoir en mouvement dont la construction polylogique est d’une importance essentielle à la survie dans le monde du xxie siècle. Son plus grand défi sera en effet sans nul doute une coexistence globale dans la paix et la différence. Car la littérature permet, dans le jeu sérieux de ses expériences différemment assurées du point de vue esthétique et poétologique, de penser simultanément dans des contextes culturels, sociaux, politiques ou psychologiques différents et de mettre à l’épreuve ou de développer ce mode de pensée. Mais comment ces parcours frontaliers polylogiques de la littérature peuvent-ils être explorés d’un point de vue philologique et inserés dans les sociétés ?

  • 8  Edward W. Soja, Postmodern Geographies. The Reassertion of Space in Critical Social Theory. Londre (...)
  • 9  Karl Schlögel, Im Raume lesen wir die Zeit. Über Zivilisationsgeschichte und Geopolitik, Munich-Vi (...)

11C’est certainement le moment, dans le domaine de la philologie et de la science de la culture, de promouvoir une poétique du mouvement. Selon cette perspective contemporaine, on pourrait à bon droit affirmer que dans la postmodernité les fondements temporels, historico-chronologiques les plus dominants de notre pensée et de notre réflexion sur la réalité dans la modernité européenne ont perdu de leur puissance, tandis que des concepts et des façons de penser mais aussi des schèmes de perception fondés sur la spatialité se sont développés. Au plus tard depuis la seconde moitié des années 1980, de nouvelles conceptions de l’espace se sont développées, se cristalisant de la façon la plus convaincante dans les essais de Edward W. Soja8. Sur cet arrière-plan d’une relation problématique à l’espace, compréhensible dans le domaine germanophone, les conditions exceptionnelles d’un virage germanique en faveur de la spatialité se concrétisent, incarnées en particulier par l’historien Karl Schlögel, revendiquant « enfin un spatial turn »9, une simple orientation qu’on ne peut certes même plus qualifier de nouvelle dans l’actuel millénaire.

  • 10  Wai Chee Dimock, Bruce Robbins (éds.), « Remapping Genre », in : PMLA – Publications of the Modern (...)
  • 11  Voir sur ce point Julia Kristeva, Étrangers à nous-mêmes, Paris, Gallimard, 1991.

12Le processus ici esquissé n’aurait certainement pas pu se constituer de façon régulière ni se dérouler sans contradictions dans le cadre d’une logosphère postmoderne. Mais les discussions des années 1980 et 1990 – et jusqu’à l’époque actuelle – ont essentiellement été déterminées par des questionnements géoculturels et géopolitiques qui ne se limitaient nullement au cyber-espace mais produisaient des formes de spatialisations, de « mappings » et « remappings »10 sous le signe du postcolonial et du choc des civilisations. Même la représentation, propre à Samuel P. Huntington, du Choc des civilisations pourrait relever d’un « spatial turn » défini de façon géoculturelle et géostratégique. Les cartographies toujours renouvelées de lignes de front et de frontières jadis considérées comme stables sont à l’ordre du jour depuis des décennies. Mais dans le sillage des réflexions d’Amin Maalouf, il serait nécessaire de transférer ces cartographies, sur quelque banque de données, qu’elles alimentent des « mappings » mobiles, luttant ainsi efficacement contre la territorialisation dominante de toutes les formes d’altérité11.

13En particulier dans le domaine de la philologie on manque jusqu’à nos jours d’une terminologie suffisamment précise pour décrire le mouvement, la dynamique et la mobilité. On pourrait même parler d’une colonisation des mouvements par un débordement de concepts spatiaux qui figent les dynamiques et les vectorisations sous le signe d’une spatialisation obsédante et les réduisent sur le plan conceptuel en négligeant délibérément la dimension du temps.

14Au manque de concepts du mouvement correspond une réduction nuisible et déformante des processus d’évolution ou des chorégraphies spatio-temporelles à des statues dans l’espace et à des cartes mentales qui extraient et dissipent pour ainsi dire l’élément dynamique. Mais la spatialisation a un coût élevé tant qu’elle se prive du mouvement.

15Les espaces ne naissent que par des mouvements. Ceux-ci grâce à leurs motifs et leurs figures, avec leurs croisements et leurs transversalités spécifiques, sont les premiers à créer un espace. Pouvons-nous vraiment concevoir l’espace d’une ville sous une forme non vectorielle ? Pouvons-nous comprendre une salle de conférence ou un espace géopolitique après avoir extrait les mouvements des acteurs les plus divers ? Les structures ouvertes de la littérature montrent précisément le caractère désespéré d’une telle entreprise – et cela pas seulement dans le domaine de la littérature de voyage. Les Passages de Walter Benjamin ne tracent pas seulement des espaces mais ils configurent – comme le Passagen-Werk l’indique déjà dans son titre – des espaces dynamiques mobiles, vectorisés. C’est ainsi qu’un espace est créé par des modèles et des figures de mouvement, la continuité d’un espace déterminé dépendant de la continuité de ces chorégraphies qui pour commencer le génèrent. Si certains modèles de mouvement s’interrompent, ce sont aussi les espaces correspondants avec leurs limites qui s’effondrent : aussi bien au niveau des espaces architectoniques et urbains qu’à celui des espaces nationaux ou supranationaux. La mobilité des représentations de l’Europe offre à ce sujet à travers les siècles un riche éventail d’exemples.

16Le stockage de modèles de mouvement anciens (et même futurs) qui apparaissent dans les mouvements actuels et peuvent de nouveau être expérimentés peut être caractérisé de la façon la plus adéquate comme une vectorisation. Il va bien au-delà de l’expérience individuelle et des possibilités d’expérience au niveau du monde du vécu : la vectorisation appréhende précisément aussi le domaine de l’histoire collective dont elle stocke les modèles de mouvement dans le champ vectoriel post-euclidien, discontinu, et parcouru de ruptures, des dynamiques futures. Sous les mouvements actuels – c’est ce que vise le concept de vectorisation – on reconnaît et perçoit les anciens mouvements : comme mouvements ils sont présents dans la structure fixe et dans la structuration mobile des espaces. Par conséquent nous ne pouvons concevoir les espaces de façon adéquate que si nous examinons la complexité des mouvements qui les configurent et donc leurs dynamiques spécifiques.

  • 12  Ursula Mathis Moser / Birgit MertzBaumgartner (éds.), La Littérature « française » contemporaine. (...)

17Si nous nous interrogeons sur les conséquences de ces réflexions pour l’interprétation des textes littéraires, nous devons d’abord constater qu’au xxe siècle, le « siècle des migrations », les déplacements, les déportations, les migrations et les mouvements les plus divers commencèrent à occuper l’attention. C’est précisément le développement observé au siècle dernier des littératures sans domicile fixe au sens de formes d’écriture translinguales et transculturelles12 qui a conduit à ce que tous les éléments et aspects de la production littéraire ont été mis en mouvement de façon beaucoup plus radicale et durable qu’auparavant. Nous assistons à une vectorisation générale, saisissant même les structures littéraires nationales, de tous les repères (spatiaux), à laquelle il convient de réagir à la fois du point de vue terminologique et du point de vue de la théorie littéraire.

  • 13  Klaus Bade, Europa in Bewegung. Migration vom späten 18. Jahrhundert bis zur Gegenwart. Munich, Ve (...)
  • 14  Ottmar Ette, « Europäische Literatur(en) im globalen Kontext. Literaturen für Europa », in : Özkan (...)
  • 15  Jean Starobinski, Les mots sous les mots. Paris, Gallimard, 1971.

18La vectorisation littéraire ne s’empare pas seulement de l’histoire (collective) mais aussi du mythe, de ce réservoir de mythes dont la littérature « traduit » et intègre les mouvements accumulés et transmis par l’histoire dans des processus dynamiques actuels. Pour comprendre les littératures européennes nous devons intégrer à nos réflexions aussi bien une Europe en mouvement13 que, dans une perspectives transaréale, une Europe comme mouvement14. C’est seulement sous cet angle que derrière les mouvements d’un protagoniste, de nombreux modèles de mouvements antérieurs deviennent reconnaissables comme dans un stockage vectoriel. C’est ainsi par exemple que la sortie d’Egypte ou les errances d’Ulysse mais aussi la capture et le viol d’Europe ou le voyage légendaire de Colomb au Nouveau Monde donnent aux migrations du xxe siècle un potentiel de sens supplémentaire qui attribue même aux « chorégraphies » les plus simples une charge sémantique et une densité de sens. Ce ne sont pas seulement les mots sous les mots15 ou les lieux sous les lieux, mais précisément les mouvements sous les mouvements qui signalent aussi bien l’imbrication de la littérature et de la mobilité que l’importance centrale des modèles de mouvements vectorisés et stockés dans la compréhension des processus littéraires et culturels. Le large déficit de concepts de mouvement dû à la tradition des philologies nationales a pour conséquence qu’on ne peut à ce jour parler d’une poétique élaborée du mouvement.

19Les recherches scientifiques concernant les phénomènes culturels et littéraires devraient être orientées de manière plus marquée vers les formes et les fonctions du mouvement, et faciliter ainsi le passage d’une simple histoire de l’espace à une histoire du mouvement. A cette fin, il est nécessaire de développer un ensemble de concepts aiguisés par des processus largement vectoriels, de concepts dépassant l’analyse de la littérature de voyage ou des littératures nomades et traitant des questions fondamentales, esthétiques, sémantiques et narratives de la littérature. Il convient dès lors de procéder à une série de différenciations terminologiques.

Le niveau disciplinaire

20Dans le domaine des « area studies » les centres de recherche traditionnels en tant qu’institutions dépassant les disciplines singulières sont conçus d’un côté comme multidisciplinaires et de l’autre comme interdisciplinaires. Ils reposent d’une part sur une juxtaposition multidisciplinaire de sciences diverses et chaque fois ancrées dans une discipline et d’autre part sur un dialogue interdisciplinaire entre les représentantes et les représentants de certaines disciplines. Cette construction très statique et pour ainsi dire « disciplinée » devrait à l’avenir être complétée par des structures transdisciplinaires qui ne viseraient pas un échange interdisciplinaire entre des partenaires solidement ancrés dans des disciplines mais une transversalité continue des diverses disciplines. Et il va de soi que les évolutions de cette pratique scientifique « nomadique », transdisciplinaire au sens propre du terme, devront être verifiées et garanties par des contacts permanents (mono)disciplinaires et interdisciplinaires. Les domaines du savoir les plus divers peuvent être dynamisés de la sorte et communiquer entre eux de manière beaucoup plus forte et plus flexible.

21A l’instar de cette délimitation terminologique il faut par la suite introduire et traduire dans la logique de chaque domaine de recherche des définitions de concepts qui précisent les distinctions proposées aux divers niveaux d’analyse à l’aide des quatre préfixes énumérés, « mono », « multi », « inter » et « trans ». Le but de la démarche est de créer un haut niveau de transparence et de cohérence terminologique.

Le niveau culturel

  • 16  Fernando Ortiz, Contrapunteo cubano del tabaco y el azúcar. Prólogo y Cronología Julio Le Reverend (...)

22Du point de vue de l’analyse des phénomènes culturels il faut au-delà des monades monoculturelles opérer une distinction entre la juxtaposition multiculturelle de diverses cultures, qui du point de vue spatial s’établissent par exemple dans différents quartiers ou zones d’une ville, et la cohésion interculturelle qui caractérise les rencontres de tous ordres entre les membres de cultures qui pratiquent les échanges sans remettre en cause leur appartenance dominante à une culture déterminée. Le niveau transculturel se différencie – dans une continuation critique des travaux pionniers réalisés par l’ethnologue et théoricien cubain de la culture Fernando Ortiz, en 1940, sur la transculturalidad16 – des deux précédents dans la mesure où il s’agit maintenant de mouvements et de pratiques transversaux aux différentes cultures, d’un saut permanent entre les cultures sans qu’on puisse distinguer une relation ou une appartenance stable et dominante à un groupe culturel. Les « parcours frontaliers » transculturels continuent sans aucun doute à être, dans le cadre mondial, d’une importance croissante dans la phase actuelle de globalisation accélérée. Leur examen ne devrait pas viser la différenciation d’« espaces intermédiaires » plus ou moins stables mais l’exploration de surfaces où joueraient les modèles de mouvements et des figures de renversement en oscillation.

Le niveau linguistique

  • 17  Roman Jakobson, « On linguistic aspects of translation ». In (Id.) : Selected Writings. II. Word a (...)
  • 18  Pour une définition alternative du concept voir Lydia H Liu, Translingual Practice. Literature, Na (...)

23Du point de vue linguistique il conviendrait en principe de distinguer au-delà d’une situation monolinguale où la logosphère est clairement dominée par une langue déterminée entre une juxtaposition multilinguale de langues et d’espaces linguistiques divers qui ne se recouvrent pas ou seulement à la marge, et une cohésion interlinguale où deux ou plusieurs langues sont en relation et en communication intense. A la différence d’une traduction intralinguale que l’on pourrait caractériser au sens de Roman Jakobson comme un « rewording » au sein de la même langue17, une traduction interlinguale traduit d’une langue dans l’autre, les deux langues étant et restant clairement séparées l’une de l’autre. Par rapport à la situation multilinguale et interlinguale on peut distinguer une situation translinguale désignant un processus indéfini de transversalité linguistique permanente18. Deux ou plusieurs langues ne peuvent plus se distinguer mais se pénêtrent mutuellement.

24Mise en relation avec l’écriture littéraire une pratique translinguale désignerait par conséquent le saut permanent d’un auteur entre diverses langues dans l’ensemble de son œuvre comme dans le cadre d’un texte singulier. L’ampleur des espoirs liés à une politique linguistique concrète qui s’en réclamerait est attestée par Amin Maalouf dans un passage d’un de ses essais récents, réflexion sur ses propres activités en matière de politique linguistique.

  • 19  Amin Maalouf, Le dérèglement du monde, op. cit., p. 106-107.

Mais si l’on encourageait toute personne à se passionner, dès l’enfance, et tout au long de la vie, pour une culture autre que la sienne, pour une langue librement adoptée en fonction de ses affinités personnelles – et qu’elle étudierait plus intensément encore que l’indispensable langue anglaise –, il en résulterait un tissage culturel serré qui couvrirait la planète entière, réconfortant les identités craintives, atténuant les détestations, renforçant peu à peu la croyance à l’unité de l’aventure humaine, et rendant possible, de ce fait, un sursaut salutaire.19

Le niveau des médias

25Du point de vue de la constellation des médias on pourrait de façon parallèle – et au-delà du contexte monomédial – distinguer entre une situation multimédiale où coexistent une pluralité de médias sans recoupements ou contacts importants, et une situation intermédiale où divers médias entretiendraient des correspondances et des dialogues intenses sans jamais perdre leurs traits distinctifs et leurs frontières. Dans une situation transmédiale en revanche les divers médias se pénètrent et entretiennent des liens transversaux dans un processus indéfini de dépassement permanent des frontières, de croisement et de « transposition » comme c’est par exemple le cas dans les iconotextes et les phonotextes.

26Naturellement et comme dans les domaines de définition déjà évoqués, il est de règle que les phénomènes multi-, inter- et transprocessuels ne peuvent être clairement séparés ni d’un point de vue spatial ni d’un point de vue temporel. La transparence et l’exactitude ici visées en matière de définition cherchent toutefois dans une seconde étape à examiner avec une résolution et une précision supérieures et à mieux différencier les zones de recouvrement et de recoupement. Le but n’est pas de cartographier les « roots » mais de comprendre de façon aussi précise que possible la processualité sans fin des « routes » dans la littérature et la culture.

Le niveau temporel

27À l’intérieur de ce schéma terminologique, on pourrait aussi conceptuellement structurer la dimension temporelle dans sa processualité. Si des processus multitemporels concernent la juxtaposition de différents niveaux temporels indépendants les uns des autres, des processus intertemporels caractériseraient la correspondance et la communication permanente entre des niveaux temporels différents qui ne se mêlent ni ne se fondent entre eux. Des processus ou des structurations transtemporels se rapportent alors à une transversalité permanente entre des niveaux temporels différents, de telle sorte qu’une interaction des temporalités produit une temporalité très spécifique qui dans sa transtemporalité met aussi au premier plan des phénomènes transculturels ou translinguaux et peut déclencher des processus d’échange correspondants.

28Quant à la dimension temporelle et à sa périodisation, on peut seulement ici renvoyer aux quatre phases de la globalisation accélérée qui sont de la plus grande importance pour la structuration temporelle des processes économiques, politiques et sociaux, mais aussi et surtout culturels sous le signe du colonialisme et du postcolonialisme.

Le niveau spatial

29On ne s’étonnera pas dans ce contexte qu’en vue des structures spatiales, une distinction entre une juxtaposition multispatiale d’espaces qui se touchent à peine et une structure interspatiale d’espaces en étroite correspondance, mais sans mélange puisse être entreprise. Les structures transspatiales sont inversement marquées par des transversalités et des croisements permanents d’espaces divers et partant par un modèle de mouvement qui dans la suite doit être développé et précisé sur le plan conceptuel. Mais rappelons ici encore que les espaces sont produits par des mouvements et des modèles de mouvements si bien que dans la suite nous ne pouvons évidemment pas partir d’un concept statique de l’espace.

Le niveau vectoriel

  • 20  Ottmar Ette, Literatur in Bewegung. Raum und Dynamik grenzüberschreitenden Schreibens in Europa un (...)

30Partant d’une analyse des pratiques d’écriture propres à la littérature de voyage20 dont les résultats se comprennent souvent comme des textes « frictionnels », c’est-à-dire oscillant entre des formes d’écriture fictionnelle et dictionnelle, on peut d’abord séparer l’une de l’autre diverses dimensions du récit de voyage – à côté des trois dimensions de l’espace, celle du temps, de la structure sociale, de l’imagination, de l’espace littéraire, des genres et de l’espace culturel.

31Dans une seconde étape on peut ensuite séparer divers lieux du récit de voyage – notamment le départ, l’apogée, l’arrivée ou le retour – comme des lieux de densification sémantique particulière. Ces lieux sont de leur côté intégrés dans des figures de mouvement fondamentales qui – comme le cercle, le pendule, la ligne, l’étoile ou le saut – déterminent et pour ainsi dire mettent en scène du point de vue chorégraphique les mouvements herméneutiques du côté du public des lecteurs.

32Ces distinctions conceptuelles déjà introduites il y a quelques années sont précisément d’une grande importance quand il s’agit d’étudier le domaine extrêmement complexe de « l’écriture entre les mondes », car elles permettent de préciser les analyses de texte sur le plan spatio-temporel d’une manière généralement facile à vérifier de façon intersubjective. La dimension vectorielle de la littérature configure alors des espaces de mouvement qui ne se soumettent à aucune logique de la fixité, à aucune spatialisation bidimensionnelle et réductrice, mais permettent de reproduire et pour ainsi dire de revivre la structuration mobile de tout savoir littéraire. L’analyse des mouvements sous les mouvements dans la littérature prouve de façon particulièrement visible dans quelle mesure fondamentale les espaces sont d’abord formés par des mouvements, par des « motions » et des « émotions ». Mais comment rendre utile ce modèle conceptuel présenté dans une nécessaire brièveté pour dessiner une science transaréale de la littérature ?

Translocal-transrégional-transnational-transcontinental-transaréal

33Tentons d’abord – en vue du développement ultérieur des « area studies » et aussi d’une question éminemment importante – après avoir précisé les relations conceptuelle entre culture et langue, espace et temps, média et discipline, d’appréhender plus précisément du point de vue de la production d’une poétique du mouvement les mouvements proprement dits dans l’espace. Il faut d’abord distinguer cinq niveaux différents.

  • 21  Bharati Mukherjee, « Imagining Homelands ». In : André Aciman, (éd.), Letters of Transit. Reflecti (...)

34Les mouvements à un niveau translocal se situent entre des lieux urbains ou ruraux et des espaces d’étendue limitée (au sens des « landscapes and cityscapes » de Bharati Mukherjee21) tandis qu’à un niveau transrégional les mouvements se situent entre des paysages et/ou des espaces culturels déterminés qui ou bien (comme la Uckermark ou le Hegau) sont en dessous du niveau d’une nation ou bien (comme le fameux triangle de la Forêt noire, des Vosges et du Nord de la Suisse) se dégagent comme des unités appréhendables entre divers États-nations. Transnationaux sont les mouvements entre divers espaces nationaux ou États nations, tandis que les mouvements transaréaux se situent entre diverses « areas » (comme les Caraïbes ou l’Europe de l’Est) et les mouvements transcontinentaux entre divers continents (comme l’Asie, l’Afrique ou l’Amérique).

35Selon ce modèle, on comprend facilement que les dynamiques au niveau particulier peuvent se structurer d’après leur type de mouvement en processus multi-, inter- et transnationaux. De manière analogue, suivant la cohérence et la transparence terminologique choisie, des applications conceptuelles correspondantes sont réalisables.

36Des mouvements (y compris au sens de motions et émotions) contribuent aussi de façon décisive à constituer et donner une valeur sémantique à des espaces vitaux, car les relations à l’intérieur d’un espace donné dans leur rapport à des relations externes, qui relient un espace précis à un autre, sont déterminantes. C’est ainsi – pour donner un exemple concret – qu’on ne peut comprendre les Caraïbes dans leur spécificité que si l’on intègre historiquement non seulement leurs relations internes, archipéliques, aux nombreuses communications entre des îles, mais encore les dynamiques des relations externes transarchipéliques, avec les Canaries ou les Philippines, ou bien avec diverses puissances coloniales européennes, leurs possessions américaines, l’Afrique, les USA, la Chine, l’Inde ou le monde arabe. Si un espace est donc de façon essentielle caractérisé dans le présent comme dans l’avenir par les mouvements qui se rapportent à lui dans le passé, la combinatoire entre les cinq niveaux distincts est des plus signifiantes pour des phénomènes politiques, culturels ou spécifiquement littéraires qui sans ces mouvements ne pourraient pas être pensés de manière adéquate.

  • 22  Emine Sevgi Özdamar, Die Brücke vom Goldenen Horn, Cologne, Kiepenheuer & Witsch, 1998.

37La complexité d’une telle combinatoire ressort d’un rapide renvoi à un exemple pris dans la littérature de langue allemande. Dans le roman de Emine Sevgi Özdamar Le pont de la corne d’or22 se superposent notamment les grandes villes Istanbul et Berlin si bien qu’il en résulte pour l’héroïne un mouvement translocal entre des cités dans un contexte transnational et en même temps transaréal dépassant donc les frontières nationales comme celles entre diverses « areas » culturelles. Mais ce n’est pas assez : si nous observons les mouvements, très importants pour l’intrigue romanesque, de la jeune femme entre la partie européenne et asiatique d’Istanbul on voit s’instaurer un mouvement de balancier quotidien à travers le Bosphore qui est aussi un mouvement transcontinental restant pourtant en deçà du niveau national et même régional. La division d’Istanbul correspond à la division de Berlin avant la chute du mur, de telle sorte que le passage fréquent entre l’ouest et l’est de Berlin se révèle au niveau local comme un mouvement transnational et transareal qui est pour ainsi dire sémantisé et vectorisé par l’expérience d’Istanbul propre à l’héroïne. C’est de la plus grande importance pour les configurations de l’espace et de la perception dans la trilogie Istanbul-Berlin de Özdamar, construite selon une impressionnante cohérence.

  • 23  Amin Maalouf, Origines. Paris, Editions Grasset & Fasquelle, 2004.

38Mais restons encore brièvement au niveau translocal. Les relations migratoires et par la suite économiques et sociales – entre un village du Chiapas et un quartier de Los Angeles par exemple – s’établissent certes dans un contexte transnational et transaréal mais elles se concentrent sur ces deux niveaux du point de vue d’un modèle de mouvement translocal marqué à la fois par des caractéristiques rurales et urbaines. Si l’on considère des relations translocales comparables par exemple entre les exilés cubains à Miami et leurs familles d’origine dans « l’Oriente » de Cuba, il apparaît que dès le niveau translocal se manifeste un modèle de mouvement qui fait naître pour ainsi dire un monde intermédiaire de mouvements entre l’Amérique du Nord (comprenant les études nordaméricaines) et l’Amérique latine (comprenant les études latino-américaines). Ces mouvements sont indispensables à la compréhension des deux « areas », mais ils sont souvent gommés pour des raisons disciplinaires, comme l’est aussi le fait que par de tels mouvements se déplie un espace dynamique à la mesure de l’hémisphère du continent américain. Comme modèle exemplaire de la construction de réseaux mondiaux, construction consciemment vectorielle qui reproduit sans cesse, de façon différente, avec les mouvements du héros les migrations anciennes, on pourrait citer aussi le texte Origines d’Amin Maalouf23 : il n’est pas de chemin qui n’ait été tracé par des chemins antérieurs pour sans cesse ouvrir différemment l’origine à une pluralité d’origine. Les mouvements renvoient sans arrêt à des voies existantes et en tracent de leur côté de nouvelles.

  • 24  Sherko Fatah, Im Grenzland. Roman. Berlin, btb-Verlag, 2003.
  • 25  Eva Horn, Stefan Kaufmann,Ulrich Bröckling (éds.), Einleitung. In (Id, éds.), Grenzverletzer. Von (...)

39La constitution d’espaces régionaux se réalise souvent, comme par exemple dans le roman de Sherko Fatah Sur la frontière24, à l’aide de démarcations qui (comme dans ce cas entre l’Iran, l’Iraq et la Turquie) sont sans cesse traversées par un contrebandier, violeur professionnel de frontières. Mais le viol de la frontière subvertit et renforce en même temps des démarcations existantes25, si bien qu’une dialectique complexe de la construction spatiale est mise en œuvre par des modèles de mouvement souvent répétés (même si dans notre exemple ils sont interdits par l’État) – précisément en considérant une littérature de langue allemande qui élargit ses diégèses de façon transaréale.

  • 26  Wajsbrot, Cécile, Beaune-la-Rolande, Paris, Zulma, 2004.
  • 27  Wajsbrot, Cécile, Mémorial. Paris, Zulma, 2005.

40Un exemple emprunté à la littérature française démontre cette dynamique des passages de frontières transrégionaux : les textes de Cécile Wajsbrot Beaune-la-Rolande26 (2004) et Mémorial27 (2005) se situent dans un cadre transrégional à l’intérieur duquel un paysage précis au sud de Paris et la région d’Auschwitz ne cessent de se superposer. Ces textes ne relient pas seulement entre eux les voyages en train du sujet narrateur, mais aussi les voies qui conduisent du camp d’internement et de concentration français au camp d’extermination de la Pologne actuelle. Le niveau transnational et translocal convergent de façon transrégionale dans un paysage dont la physionomie met en scène la survie de la Shoah (et par cela on entend au moins une double signification comme génitif objectif et subjectif).

41La mise en scène de la transrégionalité au sens d’une articulation entre deux pays à la vérité très éloignés l’un de l’autre mais désormais si rapprochés devient ici un efficace procédé littéraire : les modèles de mouvements transrégionaux transmettent dans ces textes une image bien plus pénétrante parce que beaucoup plus familière à l’expérience individuelle de l’espace que cela pourrait être le cas à un niveau transnational nettement plus abstrait. Car les paysages littéraires – et la recherche très développée en France sur les paysages littéraires pourrait fournir ici de nombreux exemples – peuvent se lire dans la tradition occidentale depuis longtemps comme des paysages théoriques : ils incarnent de façon évocatrice ou pittoresque des mouvements de compréhension complexes au sein d’un espace dynamique qu’ils ont déployé.

  • 28  Ottmar Ette / Friederike Pannewick (éds.), ArabAmericas. Literary Entanglements of the American He (...)

42Les relations transnationales à un niveau transaréal et transcontinental à la fois caractérisent inversement les efforts politiques qui en mai 2005, à l’initiative du président brésilien, ont conduit à l’organisation d’un sommet entre les pays d’Amérique latine et des États de la Ligue arabe à Brasilia. Elles aussi se situent dans une longue tradition d’ouverture de voies nouvelles. Même si dans le domaine politique les relations transcontinentales et transnationales sud-sud sont au cœur du débat public, pour les relations culturelles arabo-américaines à renforcer28, le niveau transaréal est peut-être plus décisif encore. Cela ne concerne pas seulement les relations arabo-américaines mais aussi les relations culturelles américano-asiatiques, américano-africaines et américano-européennes dont les imbrications mobiles configurent l’hémisphère américain.

43Des recherches scientifiques régionales et des institutions de nature traditionnelle tendent à l’évidence à ignorer totalement de tels mouvements transaréaux ou au moins à en minimiser l’importance. Car les modèles de mouvements qui vont au-delà de « l’area » familière apparaissent souvent comme en principe moins pertinents tant qu’ils ne concernent pas les centres européens ou nord-américains. Le large oubli des relations arabo-américaines offre à cet égard un exemple aussi parlant que la répartition des études sur les Caraïbes sur les disciplines les plus diverses et leurs logiques disciplinaires.

44Il n’est pas rare que des « compétences » ou des « appartenances » disciplinaires soient responsables de déficits dans la perception dont font preuve des domaines de recherche entiers ou des centres de recherches régionales hautement spécialisés. Aussi présentes que soient les relations arabo-américaines dans les littératures d’Amérique latine, elles n’apparaissent pas ou à peine sur le radar d’études régionales ancrées dans une disciplines ou au mieux interdisciplinaires qui se concentrent entièrement sur leur « area » et au-delà ne prennent en considération que la relation de celle-ci à l’emplacement (européen) de l’institution.

  • 29  Roland Barthes, Comment vivre ensemble. Simulations romanesques de quelques espaces quotidiens. No (...)

45Et pourtant de tels mondes intermédiaires transaréaux sont précisément d’un intérêt gigantesque pour une science qui s’oriente sur le paradigme des « TransArea Studies ». Les littératures mondiales dégagent cette dimension vectorielle de l’espace transaréal avec toute la précision souhaitable. Et le savoir accumulé dans la littérature peut très bien servir de correctif à des modèles de perception limités aux disciplines. Ne pourrait-on dire avec Roland Barthes que la littérature est toujours en avance sur tout, à l’inclusion des sciences29 ? Et ne serait-ce pas une tâche importante de la philologie que de traduire et de transmettre ce savoir de manière appropriée ?

  • 30  Blaise Cendrars, Bourlinguer, Paris, Denoël, Folio, 2002.

46Le niveau transcontinental déjà largement débattu se dessine nettement – pour prendre à nouveau un exemple dans la littérature francophone – dans les romans et textes de prose de Blaise Cendrars, car dans ceux-ci, la dimension relevant de la littérature de voyage enfermée dans la cage de lignes énergétiques s’ouvre, pour ainsi dire, à une échelle planétaire. Ce n’est pas seulement dans son fascinant texte dynamique Bourlinguer30 que les figures de narrateur font sans cesse la navette entre les continents, attribuant aux ports ou aux petites structures insulaires – et donc à un niveau translocal – une fonction éminente dans une géométrie conçue de façon fractale et donc post-euclidienne. L’Europe et l’Amérique, l’Afrique et l’Asie deviennent des points cardinaux orientant un mouvement herméneutique dont la dimension transcontinentale allie un nomadisme incertain à l’échelle globale et la simulation d’une écriture sans domicile fixe. Dans l’interaction transcontinentale des lignes énergétiques naît un inter-monde discontinu qui chez Cendrars porte sans qu’on puisse s’y méprendre les traits d’une « glocalisation » gallocentrique sous le signe d’une ubiquité avantgardiste. Du point de vue du développement d’une poétique du mouvement le point décisif sera à l’avenir de rendre fécond par la philologie et la science de la culture ces inter-mondes de la littérature.

47L’avenir des « Area Studies » se situe par conséquent dans une ouverture en direction des « TransArea studies », qui associeraient la compétence en termes d’« areas » culturelles avec des pratiques de recherche transdisciplinaires. Les littératures sans domicile fixe qui ne sont perçues que marginalement par les philologies nationales offrent avec leur fascinante écriture des inter-mondes un riche champ d’application – et en même temps un inépuisable réservoir de savoir sur la vie. Avec la conscience de la signification de la litérature esquissée ici, la tâche de la philologie consiste à s’assurer de ce trésor et à le rendre disponible pour la société.

48Pour l’avenir de la philologie une réorientation transaréale et fixée sur le mouvement – et cela vaut aussi et avant tout pour des disciplines particulières comme la romanistique ou les études anglaises – est de la plus grande importance. Si l’on voulait distinguer, certes à grands traits, une philologie transaréale alliée aux disciplines les plus diverses des « TransArea Studies » des perspectives comparatistes traditionnelles, on pourrait dire que ces dernières comparent de manière statique et pour ainsi dire opposent les politiques, sociétés, économies ou productions symboliques de divers pays, alors qu’une science transaréale est davantage orientée sur la mobilité, l’échange et les processus de transformation réciproque. Dans les études transaréales il s’agit moins d’espaces que de chemins, moins de démarcations que de déplacements de frontières, moins de territoires que de relations et de communications. Car notre époque de mise en réseau exige des conceptions mobiles et relationnelles, transdisciplinaires et transaréales de la science et une conceptualité fondée sur le mouvement qui ne peut plus se développer sur la base de quelques rares littératures nationales européennes.

49Qu’il faille en même temps traduire ce savoir dans nos sociétés et le rendre socialement productif me semble évident, précisément dans le cadre d’une situation universelle de dérive et de dérèglement. La littérature comme laboratoire d’une logique plurielle a accumulé pendant des millénaires un savoir qui peut contribuer à jeter un pont par dessus ce gouffre de plus en plus menaçant sur lequel Amin Maalouf dans son dernier essai attirait l’attention :

  • 31  Amin Maalouf, Le dérèglement du monde. Quand nos civilisations s’épuisent, op. cit, p. 81.

Ce qui est en cause, c’est le fossé qui se creuse entre notre rapide évolution matérielle, qui chaque jour nous désenclave davantage, et notre trop lente évolution morale, qui ne nous permet pas de faire face aux conséquences tragiques du désenclavement. Bien entendu, l’évolution matérielle ne peut ni ne doit être ralentie. C’est notre évolution morale qui doit s’accélerer considérablement, c’est elle qui doit s’élever, d’urgence, au niveau de notre évolution technologique, ce qui exige une véritable révolution dans les comportements31.

Haut de page

Notes

1  Amin Maalouf, Le dérèglement du monde. Quand nos civilisations s’épuisent. Paris, Grasset, 2009, p. 11.

2  William Carlos Williams, The Collected Poems, 2 volumes, New Directions Publishing 1991.

3  Amin Maalouf, Le dérèglement du monde. Quand nos civilisations s’épuisent. Paris, Bernard Grasset, 2009, p. 206.

4  Ibid., p. 207.

5  Amin Maalouf, « “Vivre dans une autre langue, une autre réalité.” Entretien avec Ottmar Ette, Ile d’Yeu, 15 septembre 2007 », In : Lendemains (Tübingen) XXXIII, 129 (2008), p. 87-101.

6  Jochen Hörisch, Das Wissen der Literatur, Munich, Wilhelm Fink Verlag, 2007. – Ralf Klausnitzer, Literatur und Wissen. Zugänge – Modelle – Analysen. Berlin – New York, Walter de Gruyter, 2008. – Ottmar Ette, ÜberLebenswissen. Die Aufgabe der Literatur, Berlin, Kulturverlag Kadmos, 2004.

7  Michail M. Bachtin, Die Ästhetik des Wortes, Herausgegeben und eingeleitet von Rainer Grübel, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1979.

8  Edward W. Soja, Postmodern Geographies. The Reassertion of Space in Critical Social Theory. Londres, Verso, 1989.

9  Karl Schlögel, Im Raume lesen wir die Zeit. Über Zivilisationsgeschichte und Geopolitik, Munich-Vienne, Carl Hanser Verlag, 2003, p. 60.

10  Wai Chee Dimock, Bruce Robbins (éds.), « Remapping Genre », in : PMLA – Publications of the Modern Language Association of America (New York) CXXII, 5 (october 2007), p. 1377-1570.

11  Voir sur ce point Julia Kristeva, Étrangers à nous-mêmes, Paris, Gallimard, 1991.

12  Ursula Mathis Moser / Birgit MertzBaumgartner (éds.), La Littérature « française » contemporaine. Contact de cultures créativité. Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2007. – Ursula Mathis Moser / Julia Pröll (éds.) : Fremde(s) schreiben. Innsbruck, Innsbruck University Press 2008. – Ottmar Ette, ZwischenWeltenSchreiben. Literaturen ohne festen Wohnsitz. Berlin : Kulturverlag Kadmos, 2005.

13  Klaus Bade, Europa in Bewegung. Migration vom späten 18. Jahrhundert bis zur Gegenwart. Munich, Verlag C.H. Beck, 2000.

14  Ottmar Ette, « Europäische Literatur(en) im globalen Kontext. Literaturen für Europa », in : Özkan Ezli,Dorothee Kimmich, Annette Werberger (éds.) : Wider den Kulturenzwang. Migration, Kulturalisierung und Weltliteratur, Bielefeld, Transcript Verlag, 2009, p. 257-296.

15  Jean Starobinski, Les mots sous les mots. Paris, Gallimard, 1971.

16  Fernando Ortiz, Contrapunteo cubano del tabaco y el azúcar. Prólogo y Cronología Julio Le Reverend. Caracas, Biblioteca Ayacucho 1978.

17  Roman Jakobson, « On linguistic aspects of translation ». In (Id.) : Selected Writings. II. Word and Language. The Hague – Paris, Mouton, 1971, p. 260-266, ici p. 260.

18  Pour une définition alternative du concept voir Lydia H Liu, Translingual Practice. Literature, National Culture, and Translated Modernity – China, 1900 – 1937. Stanford, Stanford University Press, 1995.

19  Amin Maalouf, Le dérèglement du monde, op. cit., p. 106-107.

20  Ottmar Ette, Literatur in Bewegung. Raum und Dynamik grenzüberschreitenden Schreibens in Europa und Amerika. Weilerswist, Velbrück Wissenschaft 2001, p. 21-84.

21  Bharati Mukherjee, « Imagining Homelands ». In : André Aciman, (éd.), Letters of Transit. Reflections on Exile, Identity, Language, and Loss. New York, The New Press, 1999, p. 65-86.

22  Emine Sevgi Özdamar, Die Brücke vom Goldenen Horn, Cologne, Kiepenheuer & Witsch, 1998.

23  Amin Maalouf, Origines. Paris, Editions Grasset & Fasquelle, 2004.

24  Sherko Fatah, Im Grenzland. Roman. Berlin, btb-Verlag, 2003.

25  Eva Horn, Stefan Kaufmann,Ulrich Bröckling (éds.), Einleitung. In (Id, éds.), Grenzverletzer. Von Schmugglern, Spionen und anderen subversiven Gestalten, Berlin, Kulturverlag Kadmos, 2002, p. 722.

26  Wajsbrot, Cécile, Beaune-la-Rolande, Paris, Zulma, 2004.

27  Wajsbrot, Cécile, Mémorial. Paris, Zulma, 2005.

28  Ottmar Ette / Friederike Pannewick (éds.), ArabAmericas. Literary Entanglements of the American Hemisphere and the Arab World. Francfort-sur-le-Main, – Madrid, Vervuert Verlag – Iberoamericana, 2006.

29  Roland Barthes, Comment vivre ensemble. Simulations romanesques de quelques espaces quotidiens. Notes de cours et de séminaires au Collège de France, 1976-1977. Texte établi, annoté et présenté par Claude Coste, Paris, Seuil – IMEC, 2002, p. 167.

30  Blaise Cendrars, Bourlinguer, Paris, Denoël, Folio, 2002.

31  Amin Maalouf, Le dérèglement du monde. Quand nos civilisations s’épuisent, op. cit, p. 81.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ottmar Ette, « Cartographies mobiles de la recherche littéraire », Revue germanique internationale, 19 | 2014, 41-55.

Référence électronique

Ottmar Ette, « Cartographies mobiles de la recherche littéraire », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/1464 ; DOI : 10.4000/rgi.1464

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org