Navigation – Plan du site

L’Interculturalité – une notion périmée ?

Fritz Peter Kirsch
p. 57-64

Résumés

Cette contribution discute les significations et les usages du terme d’interculturalité dans les études littéraires de la « Romanistique » en tenant compte de la valorisation d’une conception transculturaliste proposée par le philosophe Wolfgang Welsch et présentée parfois avec des nuances polémiques. Il semble raisonnable, toutefois, de plaider en faveur d’une combinaison des deux approches théoriques et méthodologiques dans les recherches consacrées aux littératures de la Romania qu’on envisage à la fois par rapport à leur autonomie portant l’empreinte de l’histoire et leur enchevêtrement favorisé par les progrès de la mondialisation. L’esquisse d’une analyse de deux écrivains dont les œuvres se situent dans le même contexte algérien, Albert Camus et Mohammed Dib, illustre la nécessité d’une coopération des deux approches qui, au lieu de s’opposer l’une à l’autre, sont appelées à se compléter.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Bachmann-Medick, Doris 2009, Cultural Turns. Neuorientierungen in den Kulturwissenschaften, Reinbe (...)

1Un premier inconvénient du terme d’interculturalité tient sans doute à sa richesse sémantique. Lorsqu’il est question de multi – ou de trans –, lorsqu’on parle de l’acculturation ou de la déculturation, il est plus facile de faire le tour des significations et de préciser de quoi il s’agit. L’interculturel, quant à lui, souffre d’une inflation véritable de significations et d’emplois. C’est la notion interdisciplinaire par excellence. Elle surgit, par exemple, dans le cadre de la sociologie, de la psychologie, de l’anthropologie, de la pédagogie, des sciences politiques, voire même de la philosophie et de la théologie. Dans chaque domaine, l’interculturel se présente sous un jour différent. À première vue, il est tentant de constater, tout simplement et avec Wikipédia, que l’interculturalité, « c’est la rencontre de deux ou de plusieurs cultures, plus ou moins violente, plus ou moins intense ». Mais une telle définition pose problème en renvoyant à la question cruciale entre toutes, à savoir celle de la signification du terme de culture au carrefour des définitions toujours trop abstraites et des réalités toujours complexes et contradictoires. Les approches, dans les différents domaines de la recherche scientifique, se ressentent de l’opacité de leur objet. Doris Bachmann-Medick a bien analysé la succession des cultural turns dans le cadre des sciences humaines au cours de la seconde moitié du xxe siècle, ce qui risque de donner des vertiges à l’observateur imprudent s’aventurant dans le labyrinthe culturaliste.1

2L’interculturel semble participer d’une façon plus immédiate que les termes voisins à cette évolution compliquée, parfois chaotique.

  • 2  Wolfgang Welsch, « Vielleicht gibt es Gründe für die Vermutung, dass « Interkulturalität » auf uns (...)

3Pour apporter un peu de clarté, on peut essayer de mettre les termes en relation. Cependant, des essais récents entrepris dans ce sens-là ne contribuent guère à la santé terminologique, puisqu’ils condamnent l’interculturalité, semble-t-il, à jouer un rôle d’étape historique déjà plus ou moins dépassée. Actuellement, la théorie relativement influente du philosophe Wolfgang Welsch fait entrevoir trois étapes dans le développement de la triade multi- inter- et trans- depuis la seconde moitié du xviiie siècle. La première, représentée par le penseur allemand Herder et le xixe siècle des nationalismes, se caractériserait par une conception selon laquelle chaque culture constitue une entité à part, close sur elle-même. Sur le plan de l’interculturel, ce cloisonnement serait remplacé par des rapports et des interactions entre cultures différentes, une conception qui, cependant, laisserait intacte l’autonomie fondamentale de chaque unité en jeu. Le transculturel, finalement, tendrait à dissoudre cette autonomie, en mettant l’accent sur l’interpénétration des cultures et leur enchevêtrement. En insistant sur la succession des phases, de la première à la troisième, Welsch souligne l’actualité du transculturel, correspondant le mieux aux tendances les plus marquantes du monde d’aujourd’hui. Dans une de ses publications, l’auteur qualifie de « poussiéreuse » la conception de l’interculturalité.2

  • 3  Dagmar Reichardt, Cf. un exemple parmi bien d’autres : « Eine vorurteilslose transkulturelle Sicht (...)
  • 4  Cf. aussi la version française « La francophonie du nord au sud : Manifestations du transculturel (...)

4La théorie de Wolfgang Welsch inspire Dagmar Reichardt qui enseigne les littératures romanes à l’Université de Groningen. Dans une de ses publications, Dagmar Reichardt propose à la « romanistique » de notre époque de se mettre – enfin – à la hauteur de l’approche nouvelle et appelée à jouer un rôle de plus en plus important à l’avenir.3 Ce qu’il faut dépasser, à son avis, c’est la conception « sphérique » de la culture qui nous est léguée par le xixe siècle et dont une variante moderne serait le multiculturalisme. La thèse transculturaliste s’opposerait au multiculturel aussi bien qu’à l’interculturalité, conception apparue au cours de la seconde moitié du xxe siècle. L’interculturel, selon l’idée que Dagmar Reichardt partage avec Wolfgang Welsch, accepte les contacts et les échanges entre les cultures, tout en maintenant l’idée du caractère relativement autonome de chaque culture considérée dans l’optique de ses contacts avec les autres. Le transculturel, se nourrissant de la tradition de l’interculturalité, tout en allant plus loin que celle-ci, se caractérise par l’abolition des frontières, par les interpénétrations et les mélanges. Un bon exemple de cet avènement du transculturel serait représenté par la francophonie, ensemble d’envergure planétaire de cultures métissées faisant éclater les cloisonnements d’autrefois. Malheureusement, cet article, voulant dire tout à la fois et se contredisant souvent4, se contente d’un appel à la promotion des études francophones d’inspiration transculturelle, sans vraiment profiter de l’excellente présentation que le Handbuch Französisch, pourtant cité par l’auteure, consacre au « voisinage lointain » des pays où la langue française joue un rôle plus ou moins important.

  • 5  Gyurcsik « (…) la modernité fait fonctionner le dialogue interculturel conformément à une logique (...)

5Dans l’état présent de notre réflexion, la conception présentée avec brio par les deux universitaires mentionnés ci-dessus suscite des réserves par son caractère mécanique et en partie superficiel. Certes, à première vue, on tend à donner raison aux militants du transculturel en constatant que, de nos jours, l’hybridité est à l’ordre du jour, dans les études littéraires aussi bien que dans les autres Geisteswissenschaften. À l’action subversive du post-structuralisme, de Jacques Derrida et Paul de Man à Michel Foucault et Deleuze/Guattari, s’est ajoutée la démarche postcoloniale avec l’épanouissement de l’Entre-deux à partir des découvertes d’Edward W. Said, Homi Bhabha et Edouard Glissant. La dissémination et les rhizomes ont remplacé l’unicité des cultures en apparence bien enracinées, mais en réalité traversées par toutes sortes d’impulsions déconstructrices. C’est sans doute une bonne chose, se dit l’observateur, que cet ébranlement des identités européennes se manifestant au niveau des littératures et des systèmes culturels trop longtemps considérés comme caractérisés par leur forte cohésion interne et détenant en apparence le monopole de l’hégémonie universelle. Parfois, des commentateurs ont apprécié pareille évolution avec un enthousiasme allant de pair avec un grain de polémique contre des conceptions considérées comme périmées. Après la chute du rideau de fer, la romaniste roumaine Margareta Gyurcsik a bien salué la nouvelle liberté du postmodernisme faisant triompher l’hybridité sur la tyrannie des structures trop bien établies, notamment dans le domaine des études littéraires dans les pays ex-communistes.5 Face à tant de frontières abolies, on se souvient des risques que comporte la mondialisation, mais aussi de la fascination qu’elle exerce et des espoirs qu’elle fait naître. La littérature semble accompagner sinon promouvoir une aspiration transculturelle à plus de liberté et plus d’infini.

  • 6  Boris Vormann, Cf. par exemple, notamment la Préface d’Ingo Kolboom, 2012.
  • 7  Raymond Queneau, Encyclopédie de la Pléiade, Histoire des Littératures III, Littératures française (...)

6Le scepticisme s’installe pourtant, lorsqu’on se souvient du fait que l’essentialisme et le nationalisme que l’on chasse par la porte reviennent souvent par quelque soupirail. De nos jours, des voix s’élèvent pour mettre en garde contre la tentation, souvent repérable dans le contexte des sciences humaines, d’adopter des points de vue pour ainsi dire téléologiques annonçant l’avènement du « postnational ».6 D’autre part, on se demande si l’interculturalité s’oppose vraiment, selon les définitions de Welsch et de Reichardt, au grand courant de l’hybridité/postmodernité/transculturalité, en séparant les cultures et en les faisant dialoguer à distance, par-dessus leurs clôtures respectives. S’il est arrivé jadis à l’auteur de ces lignes, d’opposer trop radicalement les cultures dominantes aux cultures dominées, il a vite compris que les oppositions, sur le plan des cultures de la Romania envisagées à partir de leurs littératures, vont de pair avec les jeux de relations et les interpénétrations. La confrontation de la littérature française avec les littératures « connexes »7 a fait mûrir la conviction que les diverses productions du domaine francophone, à l’intérieur et à l’extérieur de l’Hexagone, ne sauraient être considérées comme des « sphères » séparées l’une de l’autre. Avec une conviction non moindre, cependant, cet auteur a souligné l’individualité de chaque histoire littéraire se manifestant plus ou moins nettement, selon les temps et les relations socioculturelles. La littérature d’oc par exemple, sans se réduire à quelque régionalisme servile, ne saurait être comprise en faisant abstraction des contacts et échanges qui la rattachent à la culture dominante. D’autre part, la littérature française change d’aspect, lorsqu’on la considère à partir des domaines qui accueillent son influence, tout en lui résistant avec plus ou moins de succès. Alors, si inter- et trans- étaient les deux versants de la même médaille ? L’idée d’une évolution d’un autrefois interculturel aboutissant à un aujourd’hui transculturaliste serait inacceptable.

  • 8  Les ouvrages consacrés à la « communication interculturelle » (Interkulturelle Kommunikation) sont (...)
  • 9  Cf. Fritz Peter Kirsch, « Les Thèses de Norbert Elias et l’histoire littéraire de la France », in (...)

7La transculturalité a le mérite incontestable de mettre l’accent sur une tendance majeure du temps présent. Quant à l’interculturalité, elle peut profiter sans doute d’un accès plus direct au passé, à l’histoire, sans nécessairement tomber dans quelque traditionalisme réactionnaire. De nos jours, bien des chercheurs travaillant dans l’interculturel privilégient l’étude de la façon dont les êtres humains communiquent entre eux en cherchant à comprendre et à respecter leurs différences.8 Or, l’éclairage historique, au lieu de gêner une telle « culture de la rencontre », la rend plus cohérente et par là, plus efficace. Au lieu de considérer la culture et les cultures comme des objets à définir en observant, selon des méthodes héritées des sciences naturelles, leurs structures et leur situation par rapport à leur entourage, le chercheur inspiré par l’interculturel (et profitant de certaines suggestions émanant des théories du grand sociologue et historien Norbert Elias9) se penche sur les longues durées et les processus de formation des configurations qui ont fait naître des systèmes de normes et de valeurs socioculturelles entrant en contact et/ou conflit avec d’autres systèmes. En même temps, l’approche interculturelle tiendra compte des inégalités sur le plan du pouvoir politique et socio-économique que semble ignorer la thèse transculturaliste.

  • 10  Wolfgang Welsch, « Und dafür, so meine ich, sollte man auch einige Verluste an kultureller Vielfal (...)
  • 11  Cf. Wolfgang Welsch 1994, p. 162-164.

8Chez Wolfgang Welsch, la transculturalité est appréciée dans la mesure où elle vise à former une société mondiale toujours plus encline à la paix.10 L’interculturel, selon notre auteur, a tort de vouloir conserver à tout prix, comme dans un musée, les cultures survivant par l’inertie de leurs traditions et perdant de nos jours leur raison d’être par la mondialisation et ses brassages inévitables. D’où un parti pris qui consiste à présenter la position interculturelle comme une position inefficace ou dangereuse – dans la mesure où elle favorise les conflits, voire même les guerres. D’autre part, le chantre du transculturel n’est pas hostile à la diversité, du fait qu’elle se rétablira, selon lui, au cours du libre jeu des forces qui fera disparaître les « petites » cultures d’aujourd’hui pour en faire éclore d’autres, inédites, nées justement du brassage transculturel.11

9En fin de compte, une telle attitude, qui oublie les misères du passé et s’attache au présent pour ouvrir les portes de l’avenir, ne fait que tourner le dos à l’histoire. Cela rappelle étrangement les propos que l’on entend de temps à autre, dans les pays de langue allemande et sans doute aussi ailleurs, visant à « tirer un trait final » (Schlußstrich ziehen) et à cesser de commémorer les crimes et les souffrances des peuples d’autrefois. L’interculturalité, contrairement aux définitions trop rapides, ne se fourvoie pas dans les nostalgies « muséales » ou les essentialismes chauvins. Elle s’intéresse plutôt à la façon dont les antagonismes et les compromis socioculturels, qui agissent à l’intérieur d’une communauté humaine et dans les rapports historiques liant cette communauté à d’autres, ont fait naître des constructions de normes et de valeurs se coagulant en systèmes, subissant des érosions aussi bien que des transformations et s’imbriquant de façon plus ou moins durable et intense avec d’autres systèmes. En s’intéressant aux clivages de pouvoir et aux rapports de domination, elle étudie la façon dont les puissants ont construit les images de leur suprématie, aussi bien que la façon dont les moins forts ont organisé leurs résistances. Pour mieux comprendre ce jeu des structures et des processus, l’interculturalité se sert des littératures comme d’un instrument précieux, du fait de leur situation ambiguë entre les conformismes et les innovations.

  • 12  Dominique Combe, « Sous les multiples thèmes abordés, le fil conducteur reste la recherche de l’un (...)
  • 13  Cf. Quaghebeur 1993, 52 : « Loin de remettre en question les règles d’or d’un fonctionnement litté (...)

10La Romania peut être envisagée comme un ensemble international et intercontinental marqué par des relations interculturelles extrêmement diversifiées, dont la réalité complexe contredit la conception de Welsch selon laquelle l’hybridation galopante tendrait à réduire cette diversité en faisant triompher une loi de l’histoire, qui s’avère finalement être celle du plus fort. Pour reprendre l’exemple proposé par Madame Reichardt, la Francophonie avec majuscule, envisagée dans l’optique de ses relations trans- et interculturelles, ne vise pas à un métissage harmonieux des langues et cultures qui partagent ses territoires. Elle défend le français là où il se trouve sur la défensive, en situation de faiblesse, partout ailleurs elle aspire à l’hégémonie. Dans le domaine des études littéraires, plusieurs analyses mettent l’accent sur l’enrichissement de la langue française profitant des apports des langues autres, plus ou moins dominées.12 Cette approche est mise en question par une autre qui propose que l’on écrive « francophonie » avec le –s du pluriel à la fin, en relativisant la dépendance de chaque culture en voie d’émancipation par rapport aux modèles parisiens.13 L’interculturalité, loin de vouloir attiser de tels conflits, tâche de les comprendre à partir de leurs prémisses historiques et de créer ainsi une base solide pour les négociations inévitables d’aujourd’hui et de demain – par rapport aux problèmes de l’unité et de l’identité européennes, par exemple.

11Faut-il démontrer la complémentarité des préfixes trans- et inter- et l’intérêt de leur présence simultanée dans les recherches consacrées aux cultures et leurs manifestations littéraires ? En cherchant à approfondir la vision de la francophonie proposée par Dagmar Reichardt à l’aide de configurations typiques, on constate que des exemples particulièrement probants sont offerts par la situation à la fois trans- et interculturelle de l’Algérie du milieu du xxe siècle. Dans ce contexte, le colonisateur s’oppose au colonisé, le « Français » à l’« Arabe », le musulman au chrétien, dans un conflit à la fois politique et culturel qui dégénère finalement en catastrophe sanglante. Alors, si l’on s’oriente dans le sens du modèle transculturel, on constate que toutes les oppositions mentionnées ci-dessus sont « absurdes » en raison de l’hybridité totale caractérisant les acteurs du drame. Un écrivain tel que Camus est à la fois l’héritier de colonisateurs sans scrupules et l’enfant d’immigrés pauvres. Il est le pied-noir, le méditerranéen avec une forte dose d’hispanité, l’intellectuel français occupant une place forte au sein de la vie parisienne, l’Européen et citoyen du monde prix Nobel. Dans ses écrits, il défend l’homme élémentaire, rivé à une condition sans espoir, contre toutes les fixations identitaires et toutes les oppressions sanglantes accumulées au cours de l’histoire de l’humanité. Une situation analogue caractérise son contemporain et frère ennemi Mohammed Dib originaire de Tlemcen, Arabo-Berbère élevé dans un contexte marqué par les traditions andalouses, scolarisé à la française, proche des pieds-noirs dans le cadre de l’École d’Alger, transplanté en 1959 dans l’Hexagone, imprégné de spiritualité orientale et islamique, sensible à des impulsions venues de États-Unis ou de Scandinavie.

12Chacun des deux écrivains semble se détacher progressivement, au cours de sa carrière, des cultures en apparence « sphériques » pour s’implanter, chacun à sa façon, dans un entre-deux ou entre-plusieurs typiquement transculturel où s’effacent toutes les limites. L’interculturalité, quant à elle, accepte ces métissages comme un point de départ et une évidence peut-être un peu banale, allant de soi. Ensuite, elle s’interroge sur les processus faisant apparaître les deux auteurs et leur création à la lumière de leurs configurations sociales, formant pour ainsi dire le terrain de jeu où s’accomplit leur travail littéraire. L’élan créateur qui se manifeste au sein des deux sociétés « algériennes » en présence se nourrit des tensions et pressions auxquelles est exposée chacune de ces sociétés en contact et en conflit. Dans le cas de Camus, on a affaire à un système culturel conforme aux aspirations des groupes d’élite au sein d’une minorité privilégiée dans un contexte colonial, élite aux prises avec les défis émanant à la fois de la métropole colonisatrice et des autochtones colonisés. L’écrivain intervient au moment où ce système se transforme parce qu’il faut à la fois accueillir des éléments culturels provenant de la majorité autochtone opprimée (ou du moins en tenir compte) et tenir tête aux défis émanant des standards parisiens/hexagonaux. Par son écriture engagée, Camus cherche à apporter une contribution efficace à ce processus d’ouverture, sans pour autant tourner le dos à son monde d’origine remontant puissamment à la surface lorsqu’il établit dans Le premier homme le bilan de son univers culturel qui est aussi celui de sa vie. Camus meurt au moment où il veut expliquer au monde la dignité d’une culture pied-noir en pleine transformation, qui essaie de s’ouvrir à l’universel et d’accueillir tout ce qui arrive de l’extérieur pour se mêler à elle, sans pour autant se renier.

  • 14  Mohammed Dib, « Ce qu’il ne faut surtout pas que je fasse : tomber entre deux lieux. Dans l’un, ou (...)

13Quant à Dib, situé d’abord du côté des revendications autochtones et se rapprochant progressivement de la vie culturelle des pieds-noirs et des Français hexagonaux, il cherchera à édifier sur les ruines de la culture maghrébine ancienne, gravement endommagée par le colonialisme, une nouvelle culture en faisant dialoguer, dans son œuvre en prose et son théâtre, des acteurs sociaux peut-être capables de la fonder. Finalement, il reviendra aux thèmes de l’enfance – seule capable, d’après lui, d’opérer une espèce de synthèse entre l’Occident et le Maghreb musulman. L’infante maure Lyyli Belle, fille d’un père algérien et d’une mère russo-scandinave, trouve son bonheur dans une situation rêvée où l’on peut être deux ou plusieurs à la fois, en passant par des chemins dépourvus de barrages. Si Dib refuse de s’installer dans l’entre-deux ou l’entre-plusieurs des cultures qui sont les siennes et qu’il habite,14 cela ne signifie pas du tout qu’il opte pour quelque clash of civilizations, bien au contraire.

14Avec ces deux auteurs, l’histoire littéraire de l’Afrique du nord et de la France « métropolitaine » semble faire disparaître toutes les cloisons entre les cultures et préparer l’épanouissement de l’hybridité universelle. Il suffit cependant de considérer de près les productions des deux auteurs pour se rendre compte de l’implantation solide de chacun dans son univers culturel spécifique, point de départ pour le rapprochement avec l’autre ou les autres, mais aussi arrière-plan permanent.

Haut de page

Notes

1  Bachmann-Medick, Doris 2009, Cultural Turns. Neuorientierungen in den Kulturwissenschaften, Reinbek/H., Rowohlt. – Id. 2010, Cultural Turns, Docupedia-Zeitgeschichte 29.3.

2  Wolfgang Welsch, « Vielleicht gibt es Gründe für die Vermutung, dass « Interkulturalität » auf unsere Problemsituation nicht mehr recht passt, dass dieses Konzept etwas angestaubt, fast obsolet geworden ist. » « Transkulturalität. Lebensformen nach Auflösung der Kulturen », in : Kurt, Luger (Hg.), Dialog der Kulturen : die multikulturelle Gesellschaft und die Medien, Wien, St.Johann im Pongau, Österr. Kunst- u. Kulturverlag, 1994, p.147-169. Id., « Transkulturalität. Zur veränderten Verfassung heutiger Kulturen », in : Irmela, Schneider (Hg.), Hybridkultur. Medien, Netze, Künste, Köln, Wienand, 1997, p. 67-90. Id., « Was ist eigentlich Transkulturalität ? », in : Lucyna Darowska (Hg.), Hochschule als transkultureller Raum ? Beiträge zu Kultur, Bildung und Differenz, Bielefeld, Transcript, 2010, p. 39-66. Doris Bachmann-Medick, Cultural Turns. Neuorientierungen in den Kulturwissenschaften, Reinbek/H., Rowohlt. 2009. Id., Cultural Turns, Docupedia-Zeitgeschichte 29.3., 2010. Stefan Rieger/ Schamma Schahadat/ Manfred Weinberg, Interkulturalität. Zwischen Inszenierung und Archiv, Tübingen, Narr, 1999.

3  Dagmar Reichardt, Cf. un exemple parmi bien d’autres : « Eine vorurteilslose transkulturelle Sicht stellt dagegen eine komparatistische Perspektive der Fakultätentoleranz in den Vordergrund. Sie setzt kulturelle Heimatlosigkeit und Ubiquität etwa im Sinn von Görlings Heterotopia (als Name für den Reichtum des nicht Verorteten) voraus und sieht in der Frankophonie keine neue Vorherrschaftsbestrebung, sondern nur ein Programm unter vielen denkbaren. », in Zur Theorie einer transkulturellen Frankophonie. Standortbestimmung und didaktische Relevanz, PhiN (Philologie im Netz) no 38, 2006, p. 32-51.

4  Cf. aussi la version française « La francophonie du nord au sud : Manifestations du transculturel dans la littérature et le théâtre francophones », Relief. Revue électronique de littérature française 5 2 2011. Une version online est intitulée « Sur la théorie d’une francophonie transculturelle. État des lieux et intérêt didactique »

www.revue-relief.org/index.php/relief/article/view/665/752

5  Gyurcsik « (…) la modernité fait fonctionner le dialogue interculturel conformément à une logique identitaire qui enferme la différence dans des couples binaires : le Même et l’Autre, la relation et l’opposition, l’Un et le multiple (…). Le modèle culturel de la postmodernité tend à remplacer cette logique identitaire par une logique contradictoire et paradoxale. La culture postmoderne refuse tout choix en faveur de l’un des deux types unilatéraux (…) », 1995, 37 p. Horst Turk/ Brigitte Schulz/ Roberto Simanowski (Hg.), Kulturelle Grenzziehungen im Spiegel der Literaturen, Göttingen, Wallstein, 1998.

6  Boris Vormann, Cf. par exemple, notamment la Préface d’Ingo Kolboom, 2012.

7  Raymond Queneau, Encyclopédie de la Pléiade, Histoire des Littératures III, Littératures françaises, connexes et marginales, Paris, Gallimard, 1958.

8  Les ouvrages consacrés à la « communication interculturelle » (Interkulturelle Kommunikation) sont nombreux. Voir notamment :
Claude Clanet, Introduction aux approches interculturelles en éducation et en sciences humaines, Toulouse, PUduMirail, 1990.
Robert Dion, (Hg.), Interkulturelle Kommunikation in der frankophonen Welt : Literatur, Medien, Kulturtransfer. Festschrift zum 60. Geburtstag von Hans-Jürgen Lüsebrink, St. Ingbert, Röhrig, 2012.
Jacques Demorgon, Interkulturelle Erkundungen. Möglichkeiten und Grenzen einer internationalen Pädagogik, Frankfurt/M., Campus, 1999.
Id., Critique de l’interculturel. L’horizon de la sociologie, Paris, Economica, 2005.
Reinhold Görling, Heterotopia : Lektüren einer interkulturellen Literaturwissenschaft, München, Fink. 1997.
Hans-Jürgen Lüsebrink, « Kulturraumstudien und Interkulturelle Kommunikation », in : Nünning, Ansgar/ Nünning Vera (Hg.), Konzepte der Kulturwissenschaften. Theoretische Grundlagen – Ansätze – Perspektiven, Stuttgart-Weimar, Metzler, 1993.
Id., « Kulturtransfer – methodisches Modell und Anwendungsperspektiven », in : Tömmel, Ingeborg (Hg.), Europäische Integration als Prozess von Angleichung und Differenzierung, Opladen, Leske+Budrich, 2001.
Id., Interkulturelle Kommunikation. Interaktion-Fremdwahr-nehmung-Kulturtransfer, Stuttgart, Metzler, 20123.
Boris Vormann, Zwischen alter und Neuer Welt. Nationenbildung im transatlantischen Raum, Heidelberg, CIFRAQS, 2012.
Birgit Wagner, « First Contact und die Folgen. Eine Kulturwissenschaft der Begegnungen », in : Ästhetik und Kommunikation, no 126, Herbst, 2004, p. 37-43.

9  Cf. Fritz Peter Kirsch, « Les Thèses de Norbert Elias et l’histoire littéraire de la France », in littérature, no 84, 1991, p. 96-108.
Id., « À la recherche de l’interculturel. Appendice : Les études francophones en Autriche, 1991-1999 », in : Mémoires pour l’avenir. Naissance des études francophones en Europe centre-orientale, Cahiers francophones d’Europe centre-orientale, no 11, 2001, p. 57-78.
Id., « Lyyli Belle et le Petit Prince. Réflexions sur le thème de l’enfant chez Mohammed Dib », in : Naget Khadda (dir.), Mohammed Dib. 50 ans d’écriture, Université de Montpellier III, 2003, p. 69-84.
Id., « Textwelten und Kulturkonflikte. Neue Perspektiven der Literaturgeschichtsschreibung », in : Verena Berger/ Friedrich Frosch, 2005.

10  Wolfgang Welsch, « Und dafür, so meine ich, sollte man auch einige Verluste an kultureller Vielfalt in Kauf nehmen können » 2010, p. 14.

11  Cf. Wolfgang Welsch 1994, p. 162-164.

12  Dominique Combe, « Sous les multiples thèmes abordés, le fil conducteur reste la recherche de l’unité. Chaque situation, individuelle ou collective, fait apparaître des contradictions (…). Ces contradictions intensément vécues surgissent de la condition “multi-culturelle” et plurilingue de l’écrivain francophone qui vit, pense et crée dans “l’entre-deux”, quand ce n’est pas l’“entre-plusieurs” » 1995, Poétiques francophones, Paris, Hachette, p. 152.
Eva Vetter (Hg.), Zwischen Aneignung und Bruch. Studien zum Konfliktpotential von Kulturkontakten in der Romania, Wien, Löcker, 2005, p. 31-44.
Id., « Pour une historiographie littéraire inspirée par l’interculturel », in : Anikó Ádám, / Edit Bors/ Dorottya Szávai, (Hg.), Correspondances/ Kapcsolatok. Mélanges Eva Martonyi, Piliscsaba, Pázmány Péter Katolikus Egyetem, 2006, p. 282-291.
Id., Interkulturelle Literaturwissenschaft. Ein romanistischer Zugang, Hamburg, Dr. Kovać, 2011.

13  Cf. Quaghebeur 1993, 52 : « Loin de remettre en question les règles d’or d’un fonctionnement littéraire qui continue de se poursuivre pratiquement comme si de rien n’était, ces nouveaux espaces littéraires francophones continuent (…) de dépendre pour l’essentiel d’un seul pôle de reconnaissance : Paris. Ils y occupent, aujourd’hui encore, une position marginale à partir de laquelle il leur est impossible de renverser le courant, dans le sens d’une francophonie plurielle ». Ingo Kolboom, « Francophonie : weltweite “Fern-Nachbarschaft” und Global Player », in : Ingo Kolboom/ Thomas Kotschi/ Edward Reichel (Hg.), Handbuch Französisch. Sprache Literatur Kultur Gesellschaft. Für Studium, Lehre, Praxis, Berlin, Schmidt,2008, p. 506-519. Marc Quaghebeur, « Francophonie, ton nom s’écrira avec un “sˮ” à la fin », Cahiers francophones d’Europe centre-orientale, no 3, 1993, p. 51-58.

14  Mohammed Dib, « Ce qu’il ne faut surtout pas que je fasse : tomber entre deux lieux. Dans l’un, oui, dans l’autre, oui ; entre, non. Je veux que l’un m’appelle à partir de l’autre et que j’y coure et, aussitôt après, coure ailleurs. Parce que je crois qu’on naît partout étranger. Mais si on cherche ses lieux et qu’on les trouve, la terre alors devient votre terre. Elle ne sera pas cet horrible entre-monde auquel je me garde bien de penser », in L’Infante maure, Paris, Michel, 1994, p. 170. Birgit Mertz-Baumgartner, Ethik und Ästhetik der Migration. Algerische Autorinnen in Frankreich (1988-2003), Würzburg, Königshausen & Neumann, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fritz Peter Kirsch, « L’Interculturalité – une notion périmée ? », Revue germanique internationale, 19 | 2014, 57-64.

Référence électronique

Fritz Peter Kirsch, « L’Interculturalité – une notion périmée ? », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/1466 ; DOI : 10.4000/rgi.1466

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org