Navigation – Plan du site

La littérature mondiale comme stratégie ?

Les littératures francophones et hispanophones chez Suhrkamp, objet d’une romanistique interculturelle
Gesine Müller
p. 65-79

Résumés

Cette contribution part de deux conceptions différentes du terme de littérature mondiale : d’une part du concept de littérature mondiale utilisé par Goethe, tendentiellement eurocentriste et fondé sur la relation entre centre et périphérie, et d’autre part du concept de « Littérature-monde » crée en 2007 par Édouard Glissant et d’autres auteurs francophones et basé sur une compréhension nomade et décentrée des textes de la littérature mondiale comme « littérature sans domicile fixe ». Le suite de la contribution étudie, sur la base des publications du célèbre Suhrkamp Verlag en Allemagne, de quelle manière la concept de littérature mondiale utilisé par Goethe a influencé depuis les années 1960 de façon décisive la réception et les traductions – très importantes chez Suhrkamp – de la littérature latino-américaine. En même temps, cette contribution met en lumière comment le manque d’ouverture du Suhrkamp Verlag devant le nouveau concept de « Littérature-monde », concept intensivement discuté aussi dans la romanistique allemande depuis 2007, a abouti à bloquer et à empêcher la traduction et la réception de nouvelles formes de littérature latino-américaine et francophone, comme par exemple les œuvres de Tahar Ben Jelloun ou de Jean-Marie le Clézio.

Haut de page

Texte intégral

1La romanistique interculturelle devra immanquablement s’intéresser à la sélection des littératures de langues romanes effectuée par les maisons d’édition. Quels sont les choix des grands éditeurs en matière de littérature étrangère ? Cette question constitue un défi, tant il est difficile de déterminer les stratégies éditoriales qui résultent de procédures très complexes et tacites.

2Si l’on veut comprendre l’histoire de la réception des littératures francophones et hispanophones en Allemagne, il est impératif de prendre en compte le catalogue de littérature internationale de l’éditeur Suhrkamp. Son directeur, Siegfried Unseld, décédé en 2002, a laissé son empreinte sur l’histoire de la maison pendant plus de quatre décennies et disait s’inspirer de l’idée du fondateur des anciennes éditions Insel-Verlag – Anton Kippenberg – en ce qui concerne sa politique de publication de littérature étrangère. Celle-ci consistait à considérer la littérature mondiale comme une biblioteca mundi, reposant sur des critères de qualité universels. Dans quelle mesure l’idée d’extraterritorialité peut-elle s’accommoder de ce critère de sélection reposant sur l’idée de l’universel, qui se laisse difficilement appréhender par l’approche théorique de la réception ? C’est la question que je souhaite aborder dans ces pages.

3Nous commencerons par une introduction théorique sur les concepts de littérature mondiale (Weltliteratur) et de littérature-monde (Literaturen der Welt), que je situe dans la tension sémantique entre universalisme et extraterritorialité. Ces concepts constituent la trame du deuxième aspect de mon article, le catalogue de littérature étrangère des éditions Suhrkamp, que je développerai en deux temps : une phase de succès entre 1951 et 1990 et la phase ultérieure de 1990 à aujourd’hui.

4Après quelques mots sur les sources qui étaieront mon propos – le fonds Suhrkamp des Archives littéraires allemandes de Marbach (Deutsches Literaturarchiv Marbach) –, j’esquisserai la première phase de réception de la littérature internationale chez Suhrkamp en me référant à Samuel Beckett, Marguerite Duras et Octavio Paz. Ces trois auteurs sont liés par le prisme de l’extraterritorialité à travers lequel l’éditeur définit sa stratégie en matière de littérature mondiale. La littérature non-allemande doit mettre en scène une extériorité – quelle que soit sa nature.

5La seconde phase de la politique de littérature internationale chez Suhrkamp, qui débute en 1990, montre combien l’éditeur est resté prisonnier d’un cadre de réception. Celui-ci sous-tendait une idée sclérosée de la littérature mondiale, hermétique au changement de paradigme qui s’était opéré dans les sciences de la culture et en romanistique à l’égard des littératures contemporaines francophones et hispanophones.

La tension « Littérature mondiale – Littérature-monde »

  • 1  Dieter Lamping, Die Idee der Weltliteratur. Ein Konzept Goethes und seine Karriere, Stuttgart, Krö (...)
  • 2  Johann Wolfgang von Goethe, « Aus dem Faszikel zu Carlyles Leben Schillers » [1830], in : Johann W (...)
  • 3  Johann Wolfgang von Goethe, « Brief an Zelter (vermutlich 6. Juni 1825) », in : Johann Wolfgang vo (...)
  • 4  Ibid. Version française reprise sur sa publication en ligne sur le site de l’ATLF, http://blog.atl (...)

6Il est bien connu que Goethe déplora devant des amis réunis autour d’une table en 1827, dont faisait partie Eckermann, que les Allemands étaient incapables de lever les yeux au-dessus du bord de leur assiette et qu’il leur recommanda de regarder ce qui se passait dans les nations étrangères. Sur quoi il déclara d’un ton péremptoire et plein de morgue : « La littérature nationale ne signifie pas grand-chose aujourd’hui, l’heure de la littérature mondiale est venue et chacun doit œuvrer à accélérer son avènement »1. Robert Stockhammer a déjà démontré de façon très convaincante l’actualité du concept de littérature mondiale de Goethe. Il attire l’attention sur l’aspect suivant développé par l’auteur de Faust : « La rapidité croissante du trafic »2 ne découle pas uniquement de conditions techniques comme les « chemins de fer, postes rapides, bateaux à vapeur et toutes les facilités imaginables de communication »3, mais aussi, pour ce qui concerne la circulation des textes, de traductions : « car, quoi qu’on puisse dire de l’insuffisance des traductions, elles sont, et restent, l’une des plus importantes et des plus nobles activités du monde »4.

  • 5  Robert Stockhammer, Susan Arndt, Dirk Naguschewski, « Einleitung. Die Unselbstverständlichkeit der (...)
  • 6  Robert Stockhammer, op. cit., p. 259.
  • 7  David Damrosch, What is world literature, Princeton, Princeton University Press, 2003, p. 288. Cit (...)
  • 8  Johann Wolfgang von Goethe, « Carlyles », p. 870. Cité d’après Robert Stockhammer, op. cit., p. 26 (...)

7Si Goethe, dans ces termes aussi pénétrants que célèbres, a déjà déduit sa conception de la littérature mondiale des possibilités de déplacement dans une phase si précoce de mondialisation accélérée5, il ne surprendra guère que les discussions sur le statut et la mission de la littérature comparée aient ravivé aussi le débat sur des concepts de la littérature mondiale à notre époque actuelle de globalisation6. Stockhammer renvoie également à David Damrosch qui a tenté dans son livre What is World Literature ? de fonder sur le plan théorique l’usage bien établi de coupler la littérature mondiale à l’existence de traductions : « World literature is writing that gains in translation »7. Damrosch se réfère ici également à Goethe, dont le concept de littérature mondiale désigne précisément ce qui commence à prendre forme dans sa réception supranationale. « Toutes les nations, secouées par les guerres effroyables […] ont pu se rendre compte qu’elles avaient pris conscience de ce qui leur était étranger, qu’elles l’avaient assimilé […] »8.

  • 9  Robert Stockhammer, op. cit., p. 263.

8Ainsi que Stockhammer le souligne avec justesse, si l’on considère les vastes implications possibles de l’assertion de Goethe « elles l’avaient assimilé », c’est-à-dire non pas seulement dans le sens de la « réception » mais aussi de « l’incorporation », de l’appropriation et de la transformation, il en découle que les nations ne peuvent (plus) guère être appréhendées comme des entités autonomes, intégralement tournées vers elles-mêmes et indépendantes les unes des autres. Les considérer de façon isolée induit une réduction profonde de leur richesse (culturelle)9.

  • 10  Ottmar Ette, « Erich Auerbach oder Die Aufgabe der Philologie », in : Frank Estelmann, Pierre Krüg (...)

9Le concept de littérature mondiale a connu une longue et intense histoire après sa définition par Goethe. Il a toutefois aussi fait l’objet d’une critique de plus en plus marquée, notamment avec l’article d’Erich Auerbach paru en 1952, « Philologie der Weltliteratur », portant en particulier sur la dimension eurocentrée et sur la possibilité de prendre la littérature nationale pour pivot référentiel10. À l’époque de Goethe cependant, les relations culturelles coloniales et les assymétries dans les processus d’appropriation qui en ont résulté n’étaient pas à l’ordre du jour.

  • 11  Le plurilinguisme et le nomadisme extrêmement spécialisé sont des catégories centrales de la défin (...)
  • 12  Ottmar Ette, « Wege des Wissens. Fünf Thesen zum Weltbewusstsein und den Literaturen der Welt », S (...)

10Quelle alternative propose-t-on à cette notion de littérature mondiale ? Quelques voix s’élèvent pour défendre l’idée d’une littérature-monde. Un concept qui se rattache certes à l’idée « classique » de la littérature mondiale, mais qui épouse une tout autre perspective. La littérature-monde est portée par l’ambition d’abolir, en adoptant une perspective globale, la distinction entre centre et périphérie dans les productions littéraires, et par conséquent de penser en termes de constellations transnationales dès le début de la production culturelle11. Ottmar Ette souligne qu’il est impossible de rattacher le concept de littérature-monde – à la différence du concept goethéen de littérature mondiale – à une fonction centripète et exemplaire de l’Antiquité occidentale ou de l’Europe. Ainsi la notion de littérature-monde donne un sens totalement inédit au vieux concept de littérature mondiale, qui transcende non seulement le cadre de l’État-nation mais aussi celui de la littérature nationale, bien que cette dernière dispose encore d’instances essentielles de production, de reproduction, de distribution et de réception. La littérature-monde aurait ainsi perdu de sa sédentarité et progressivement assimilé des modèles de pensée, d’écriture et de perception nomades et mobiles12. Le changement de paradigme de la littérature mondiale à la littérature-monde, sous-jacent à ces postures, a connu un succès croissant ces dix dernières années. Les deux concepts se rapportent à des caractéristiques assez similaires, mais elles sont abordées selon des perspectives souvent diamétralement opposées et favorisent ainsi le changement de paradigme :

  1. Le plurilinguisme : alors que le critère de la traduction est déterminant dans la littérature mondiale, une des caractéristiques de la littérature-monde est de mettre en scène le plurilinguisme dans les romans.

  2. Le mouvement : la construction du mouvement est toujours liée à une perspective européenne dès que l’on parle de littérature mondiale, alors que la littérature-monde défend la désagrégation du centre et de la périphérie.

  3. Global – local : l’intérêt du régional réside pour les partisans de la littérature mondiale dans la possibilité de présenter un microcosme, emblématique d’un macrocosme, alors que pour la littérature-monde sa mise en scène concrète a pour fin d’accentuer le particularisme

  4. Non-sédentarité : le lieu de rédaction est une condition indirecte, mais non contraignante, du classement des deux concepts. Les auteurs non-sédentaires sont mieux placés pour être admis dans le canon de la littérature-monde.

  5. Suprématie de l’interprétation européenne : les deux concepts veulent canoniser des littératures universelles, les littératures mondiales revendiquant un cadre d’interprétation européen. Les représentants de la littérature-monde soulignent certes son obsolescence, mais – étant donné la réalité des processus d’institutionnalisation – y recourent dans le monde occidental ou l’hémisphère nord.

11Il est important de considérer dans la comparaison de ces deux concepts qu’ils défendent deux alternatives de la formation paradigmatique de la théorie littéraire et de l’activité culturelle. Il n’est en ce sens pas étonnant que leurs critères se recoupent largement dans leur sélection de sources littéraires.

Quel rôle jouent les politiques éditoriales dans ces processus de dénomination éminemment dynamiques ?

Conditions : le fonds Siegfried Unseld aux Archives littéraires allemandes de Marbach

12En décembre 2009, la totalité du legs des éditions Suhrkamp, une « culture Suhrkamp » internationale pour reprendre les mots de George Steiner qui lui attribua ainsi une sorte de label de qualité de la littérature mondiale, fut versée aux Archives littéraires allemandes de Marbach, agrandissant d’un tiers environ le fonds total de cette institution.

13Voilà pour les conditions institutionnelles. Mais quel lien existe-t-il entre les auteurs ? Les trois textes paradigmatiques de jeunesse de Beckett, Duras et Paz – Molloy, Un barrage contre le Pacifique et El laberinto de la soledad – ont d’abord été publiés dans leur langue originale entre 1950 et 1952, soit en français pour Duras et Beckett et en espagnol pour Paz. Alors que Duras et Beckett sont déjà à cette date des auteurs Suhrkamp, Paz ne rejoint la maison qu’à la fin des années 1960. Il est frappant qu’ils aient tous les trois obtenu leurs plus grandes distinctions 20 à 30 ans après être entrés chez Suhrkamp. Samuel Beckett a reçu le prix Nobel en 1969, Marguerite Duras le prix Goncourt en 1984 et Paz le prix Nobel en 1990.

14La question est de savoir dans quelle mesure l’accueil chez Suhrkamp et le suivi particulier offert à ces auteurs a contribué, au moins partiellement, à les imposer dans le domaine de la littérature mondiale.

15Selon mon hypothèse, un concept tacite de littérature mondiale sous-tend la politique éditoriale de Suhrkamp, guidant les critères de sélection de la littérature non-germanophone. Ces références eurocentrées de la littérature mondiale se retrouvaient dans les romans à succès de la littérature d’abord francophone, puis hispanophone, qui visaient l’extraterritorialité.

16Dès lors que les littératures francophones et hispanophones n’ont visiblement plus satisfait aux critères latents de littérature mondiale, elles n’ont plus bénéficié de la même reconnaissance chez Suhrkamp.

17La perte de popularité de ces littératures au sein de la maison est une réponse à leur non-respect des règles eurocentristes de la littérature mondiale, qui se fondent sur l’universalisme mais aussi l’extraterritorialité – sous une forme exotique la plupart du temps. Ces dix dernières années, le concept de littérature-monde s’est progressivement établi en science de la littérature et dans l’activité littéraire, comme au sein de certaines maisons d’édition et d’institutions culturelles. De prime abord, Suhrkamp semble également s’être engagé dans cette voie, de façon tout aussi implicite que précédemment avec la notion de littérature mondiale. Or, comme je le montrerai dans les pages qui suivent, une étude plus minutieuse permet de mettre au jour que les apparences sont trompeuses.

18Commençons toutefois notre étude avec les schémas de réception dominants pendant la première phase de la politique en matière de littérature étrangère chez Suhrkamp.

La littérature internationale chez Suhrkamp, phase I (1969–1990) :
le filtre de la littérature mondiale

  • 13  En France le livre a été publié sous le titre Extraterritorialité. Essai sur la littérature et la (...)

19Pour les réflexions qui suivent sur la relation entre politique éditoriale et formation de canon, il nous faut prendre en compte un fait : lorsque George Steiner parle dès 1972 de la notion aujourd’hui établie de « culture Suhrkamp » dans le New York Times, il a déjà rédigé peu auparavant Extraterritorial, qui sera publié dès 1974 par cette maison d’édition sous le titre d’Exterritorial13. Or, notre enquête, qui consiste à opérer des recoupements entre les schémas de réception prédominants des textes déclarés canoniques au début des années 1950, nous conduira à découvrir que Samuel Becket, Marguerite Duras, comme Octavio Paz se sont attachés à mettre en scène l’extraterritorialité.

  • 14  George Steiner, Ibid., p. 8.
  • 15  Robert Stockhammer, Susan Arndt, Dirk Naguschewski, op. cit., p. 21.

20Pour Steiner, l’extraterritorialité commence là où l’écrivain quitte le système de référence familier de sa langue maternelle. Il est alors, nous dit-il, « délogé »14. Bien sûr, on peut appréhender l’extraterritorialité dans le sens premier du terme, renvoyant à un territoire politique, étatique ou à un univers culturel circonscrit sur le plan territorial, ainsi que l’illustre parfaitement l’Amérique latine avec son héritage colonial. Mais une conception radicale de l’extraterritorialité cherche à aiguiser la conscience de l’écriture en tant que telle. L’altérité linguistique ou « l’exophonie » dans la littérature ne serait en conséquence qu’un cas particulier de l’altérité linguistique de la littérature.15

Samuel Beckett : l’extraterritorialité comme exophonie

  • 16  Julia Weber, Das multiple Subjekt. Randgänge ästhetischer Subjektivität bei Fernando Pessoa, Samue (...)

21Les critiques ont souvent attiré l’attention sur un célèbre passage de Molloy dans lequel « deux voix guident le récit » sans qu’elles soient jamais rapportées explicitement à un locuteur et sans que le « je » qui écrit semble les identifier clairement16.

  • 17  Samuel Beckett, Molloy, Paris, Éditions de Minuit, 1982, p. 55 ; Julia Weber, op. cit., p. 110.

J’avais oublié qui j’étais (il y avait de quoi) et parlé de moi comme j’aurais parlé d’un autre, s’il m’avait fallu absolument parler d’un autre. Oui, cela m’arrive et cela m’arrivera encore d’oublier qui je suis et d’évoluer devant moi à la manière d’un étranger17.

  • 18  Lettre d’Unseld à Beckett : 01.09.1969 (Traduction GM).

22Pour Unseld, la radicalisation de l’extraterritorialité entendue comme altérité linguistique se présente dans la littérature par le biais d’une matérialisation exophone (puisqu’il prend pour point de départ de son activité d’éditeur la singularité de la littérature par rapport à tous les autres discours). Unseld écrit à Beckett le 1er juin 1962 : « J’aimerais donc publier une édition en trois langues. […] Que pensez-vous de ce projet ? Du projet d’une édition de vos œuvres dramatiques ainsi que du projet “triglotte” »18 ? Ainsi le plurilinguisme devient-il le principal critère d’appréciation de l’œuvre de Beckett aux yeux d’Unseld.

Marguerite Duras : l’extraterritorialité comme effet d’exotisme

  • 19  Doris Kolesch, Gertrud Lehnert, Marguerite Duras. Edition Text und Kritik, Munich 1996, p. 38.

23Les romans de jeunesse de Duras, dont Un barrage contre le pacifique est un exemple parfait, adoptent un ton triste et désespéré qui fait pressentir un « art de la pauvreté » comme Hélène Cixous qualifiera plus tard l’écriture de Duras. Les personnages sont soit indifférents et totalement désœuvrés, soit ils se lancent dans un activisme absurde19.

24Le cœur du récit met en scène une mère, sa fille et son fils. Ils vivent dans le plus grand dénuement en Indochine et essaient vainement de cultiver leurs terres et de les protéger contre les marées du Pacifique et la corruption des fonctionnaires. En Allemagne, la réception s’est focalisée autour de la mise en scène de l’étranger. À l’époque, plus encore qu’aujourd’hui, l’étrangéité était double : un extérieur dont l’exotisme est redoublé par le contexte colonial. Un monde, dans lequel les colons blancs – à l’inverse des clichés – ne sont précisément pas fortunés.

  • 20  Marcus Steinweg, Rosemarie Trockel, Duras, Berlin, Merve 2008, p. 22.

25D’autres critiques du roman s’adressent à la construction des protagonistes comme des sujets sans subjectivité20. Après avoir accueilli Beckett dans la maison d’édition, la combinaison d’exotisme et d’éléments du Nouveau roman constitue une deuxième variante du filtre extraterritorial de Suhrkamp.

Octavio Paz : l’extraterritorialité comme essentialisme

26El laberinto de la soledad a été écrit à Paris quelques années après la guerre. Dans un entretien devenu canonique avec Claude Fell, professeur de Lettres, Paz expliqua le contexte de la genèse de son roman :

  • 21  « Entrada on Paz » cité d’après Susanne Klengel, Die Rückeroberung der Kultur. Lateinamerikanische (...)

Journal de Voyage ? À la recherche du Mexique ou de moi-même ? Peut-être d’un lieu au Mexique : mon propre lieu. Ou un lieu en moi, le Mexique. Le voyage commence avec une sensation d’étrangéité et avec une question : Suis-je l’étranger sur cette terre ou cette terre que j’appelle mienne est-elle une terre étrangère ?21

27La mise en scène essentialiste de l’identité culmine ici dans la question centrale : « Quelle est l’essence du Mexicain, qui est profondément seul » ?

28Paz, à l’inverse de Beckett et Duras, emploie explicitement l’extraterritorialité dans son écriture. Il n’a pas besoin pour la faire intervenir de recourir à un procédé d’écriture radical ou à des transferts territoriaux.

29Mais comment expliquer que Suhrkamp ait mis 20 ans à découvrir Paz – ce qui n’est pas le cas pour Beckett et Duras ? Ne négligeons pas que Paz devait être repéré comme latino-américain. Ajoutons à cet endroit qu’au sein de la réception de la littérature hispanophone chez Suhrkamp, la littérature latino-américaine prévaut sur celle de la péninsule Ibérique.

Le catalogue latino-américain de Suhrkamp : la phase de succès 1969-1990. Entre universalisme et exotisme

30Le catalogue de Suhrkamp s’est constamment enrichi et développé depuis la fin des années 1960, entre la première édition de Vallejo en 1963 jusqu’au maximum des ventes avec La maison aux esprits d’Isabel Allende dans les années 1980 dont l’éditeur écoulera 7 millions d’exemplaires. Tandis que les années 1980 et 1990 sont marquées par ce succès, les années 2000 marquent le début de la stagnation. Entre 2000 et 2010, l’éditeur n’a publié que 34 titres dans le domaine latino-américain. En comparaison, Suhrkamp proposait 17 ouvrages de cette région pour la seule année 1976, alors que l’Amérique latine était l’invitée du salon du livre de Francfort.

  • 22  Ángel Rama, La novela latinoamericana 1920-1980, Bogotá, Procultura, 1982, p. 244.

31Comment écrire l’histoire de la réception de la littérature latino-américaine en Allemagne, pour laquelle Suhrkamp joue le rôle d’éditeur principal avec 380 ouvrages publiés à ce jour ? Commençons d’abord par une rétrospective très sommaire sur la production littéraire en Amérique latine même. Le boom de la littérature latino-américaine des années 1960 avec des romans qui deviennent rapidement des best-sellers, comme ceux de García Márquez, Vargas Llosa, Fuentes, Cortázar, etc., est corrélé à divers facteurs. On peut voir la révolution cubaine comme son point de départ, même si le terme de boom renvoie sans conteste aux succès purement économiques engrangés avant tout par les éditions Seix Barral à Barcelone. Mais quels contenus relient ces textes entre eux ? C’est sans doute Julio Cortázar qui résume le mieux leur plus petit dénominateur commun : « [...] qu’est-ce que ce boom sinon la plus extraordinaire prise de conscience par une part du peuple latino-américain de son idendité propre ? »22 Cette prise de conscience se réfère-t-elle aux mythes précolombiens, aux structures cycliques du temps, aux procédés narratifs expérimentaux ? Nous laisserons cette question en suspens.

  • 23  Vittoria Borsò, « Europäische Literaturen versus Weltliteratur – Zur Zukunft von Nationalliteratur (...)
  • 24  Cf. ibid.

32Quel accueil a reçu cette littérature en Allemagne ? À jeter un coup d’œil synthétique sur les critiques publiées à la suite des parutions de Cent ans de solitude (1967) de García Márquez et de La Maison verte (1965) de Vargas Llosa, il s’avère rapidement que ces romans sont appréciés à l’aune implicite de la notion de littérature mondiale. Vittoria Borsò a mis en relief avec grand discernement la corrélation entre le critère de sélection littérature mondiale et sa réception éditoriale. On peut ainsi transposer aux auteurs Suhrkamp, tels que Vargas Llosa, son analyse à propos du roman Cent ans de solitude paru chez Kiepenheuer & Witsch. Schématiquement, la critique littéraire a relevé les aspects suivants : pour faire partie du canon de la littérature mondiale, il faut assimiler des traditions européennes et internationales tout en intégrant des éléments narratifs oraux des civilisations précolombiennes23. Ainsi la critique enthousiaste a souligné que Vargas Llosa avait enrichi les traditions européennes et occidentales avec les couleurs exubérantes du monde tropical24.

  • 25  Cf. ibid.

33Une deuxième caractéristique qui élève les romans au rang de littérature mondiale, est, selon Borsò, le fait que non seulement l’histoire de l’Amérique latine mais plus largement l’histoire du monde prend sa source dans le lieu mythique qu’est l’Amazone, précisément près du río Marañón (similaire au Macondo de García Márquez). L’histoire du monde est évoquée au moyen de nombreuses allusions à la Genèse et aux mythes originels archétypiques. On peut donc en déduire, pour résumer, que la réception par la critique littéraire et la romanistique a surtout souligné la capacité de cette littérature à se raccrocher à la littérature mondiale moderne. Elle a en même temps souligné l’articulation entre des représentations de l’altérité les plus exotiques possibles et des procédés d’écriture postmodernes bien établis sur le continent européen. Le paradigme de l’identité, ici la quête d’une identité spécifique à l’Amérique latine, a été décisif pour faire accepter ces romans dans la littérature mondiale25.

34Quelles sont, en comparaison, les positions de l’entreprise éditoriale ? Les archives de Suhrkamp, au premier chef la correspondance d’Unseld avec les auteurs, mais aussi avec ses plus proches conseillers sur l’Amérique latine, Michi Strausfeld et Wolfgang Eitel, nous fournissent des sources évocatrices. Elles se font également l’écho de rencontres avec les figures tutélaires des latino-américanistes comme Klaus Meyer-Minnemann, Dieter Janik et Karsten Garscha.

  • 26  « Récit de voyage d’Unseld », Paris, 20-22 mai 1979 (Archives littéraires allemandes de Marbach).

35Unseld écrit en mai 1979 dans son carnet : « J’ai invité Paz, et aussi Carpentier, à venir en Allemagne »26. Une chose est sûre, pour faire partie du cercle illustre des auteurs Suhrkamp non-Allemands, il fallait pouvoir être admis dans le cénacle de la littérature mondiale. L’assimilation entre ligne éditoriale et littérature mondiale semble impossible à remettre en question. Si Octavio Paz a particulièrement bien rempli cette fonction, c’est sans doute aussi dû à son attachement à une modernité purement européenne.

  • 27  Ibid.
  • 28  Ibid.

36Unseld faisait volontiers appel aux classiques allemands comme mètre étalon de ses choix. Il note ainsi après avoir rencontré Carpentier à Paris : « [Carpentier] a parlé de façon tout aussi souveraine de son œuvre et du monde. Un Thomas Mann de l’Amérique latine »27. L’enthousiasme de l’auteur cubain pour les littératures germaniques confirme par effet de retour que le label de qualité Thomas Mann était l’un des critères d’Unseld. Je cite à nouveau son récit de voyage : « Cela donna matière à Carpentier pour parler en détail des sagas islandaises et celtes, des légendes héroïques allemandes, et j’ai été totalement bluffé lorsqu’il a affirmé tenir le Parzival de Wolfram von Eschenbach pour un document important »28.

37Si Unseld prend ici un classique de la modernité allemande comme Thomas Mann pour aune de comparaison, il convoque à d’autres moments des critiques culturels contemporains de gauche, comme Herbert Marcuse :

  • 29  Ibid.

Octavio Paz – une personnalité impressionnante, poète et scientifique, sage et savant ; on a le sentiment qu’une longue histoire d’expériences des révolutions sociales et littéraires a conflué en lui. Il est pour moi, à notre époque où la foi dans le progrès et la croyance dans le processus historique semblent s’évanouir, une figure importante. […] Il fait ses propres variations sur les idées formulées peu de temps auparavant par Marcuse29.

38C’est bien par l’intérêt politique direct pour l’Amérique latine que s’expliquent la fonction de « forge théorique » de la gauche hétérodoxe entre les années 1960 et 1980 assurée par les éditions Suhrkamp, mais aussi l’engagement sociopolitique de cette maison en général et d’Unseld en particulier, ou encore le rôle joué par la réception de la littérature du boom. Dans une certaine mesure, l’Amérique latine a été dans les années 1960 et 1970 un laboratoire sociopolitique de la gauche ouest-européenne, et tout particulièrement allemande, elle en a porté les espoirs avant que les dictatures militaires de ce continent ne permettent par la suite de légitimer la critique du capitalisme (sous l’angle de la théorie de la dépendance). L’intérêt littéraire pour l’Amérique latine pourrait donc être lu comme l’envers de l’intérêt et de l’engagement politique pour un monde socialement plus juste et comme un « soutien » fictionnel de la critique théorique du capitalisme. Ce que les auteurs latino-américains abordent comme une question d’identité est interprété par les Européens et Allemands comme une revendication de justice sociale et de reconnaissance culturelle.

Bilan intermédiaire

39Pour être accueillies dans la littérature mondiale chez Suhrkamp, les littératures internationales doivent mettre en scène ce qui est spécifiquement non-allemand (ou non-européen) tout en offrant tout de même un point d’ancrage dans une tradition spécifiquement allemande, notamment pour ce qui concerne les littératures extra-européennes, comme celle d’Amérique latine évoquée ici. La première étape de sélection, latente, porte sur la construction de l’extraterritorialité, sur un dépassement de toutes les frontières : il est géoculturel dans le cas de Duras et Paz, tandis que la question de l’extratériorité est déplacée à un niveau philosophique chez Beckett.

La littérature internationale chez Suhrkamp, phase II (1990–2010) : une réception par le filtre de la littérature-monde ?

40Dans quelle mesure les tendances littéraires des jeunes générations, c’est-à-dire à partir de 1990, sont-elles compatibles avec ce que l’on attendait autrefois du label de qualité littérature mondiale ?

Les littératures francophones : pour une littérature-monde en français

41Accordons notre attention à quatre romans francophones contemporains, Raga. Approche du continent invisible de J.M.G. Le Clézio, Ève de ses décombres de Ananda Devi, Cette aveugle absence de lumière de Tahar Ben Jelloun et La Possibilité d’une île de Michel Houellebecq :

  • 30  J.M.G. Le Clézio, Raga. Approche du continent invisible, Paris, Seuil, 2006, p. 9, publié dans la (...)

On dit de l’Afrique qu’elle est le continent oublié.
L’Océanie, c’est le continent invisible.
Invisible, parce que les voyageurs qui s’y sont aventurés la première fois ne l’ont pas aperçue, et parce que aujourd’hui elle reste un lieu sans reconnaissance internationale, un passage, une absence en quelque sorte30.

  • 31  Ananda Devi, Ève de ses décombres, Paris, Gallimard, 2006, p. 15 et 17.

Les touristes, eux, nous narguent sans le savoir. Ils ont l’innocence de leur argent. Nous les arnaquons pour quelques roupies jusqu’à ce qu’ils commencent à se méfier de nos gueules avenantes et fausses. Le pays met sa robe de ciel bleu pour mieux les séduire. […] Ici, on se construit une identité par défaut : celle des non-appartenants. On nous appelle bann Troumaron – les Troumaron –, comme s’il s’agissait d’une nouvelle communauté dans cette île qui en a déjà tellement31.

  • 32  Tahar Ben Jelloun, Cette aveugle absence de lumière, Paris, Seuil, 2001, p. 28.

[…] ici, je ne suis pas en prison. Ici, personne n’est un détenu avec une peine à purger. Je suis, nous sommes, dans un bagne d’où l’on ne sort pas. Cela me rappela l’histoire de Papillon, ce bagnard français qui avait réussi à s’échapper de la prison la plus dure du monde. Mais je ne suis pas Papillon32.

  • 33  Michel Houellebecq, La Possibilité d’une île, Paris, Fayard [2005] 2007, p. 31.

Au moment où une hôtesse annonçait l’embarquement du vol pour Madrid, je me dis que cette île au climat tempéré, égal, où l’ensoleillement et la température ne connaissaient tout au long de l’année que des variations minimes, était bien l’endroit idéal pour accéder à la vie éternelle33.

42Quatre ouvrages qui sont parus pratiquement au même moment, entre 2002 et 2006, dans de prestigieuses maisons d’édition parisiennes. Tous sont l’œuvre d’écrivains francophones originaires des anciennes colonies françaises, qui, à une exception près, sont des insulaires ou ont des liens personnels étroits avec les îles : le mouvement, le nomadisme et l’absence de centre figurent au cœur de leurs récits. Dans les constellations en archipels caractéristiques de la mondialisation, les îles servent à mettre en scène ces paramètres : Troumaron sur l’île Maurice chez Devi, Lanzarote chez Houellebecq, la prison de Tazmamart chez Ben Jelloun et Vanuatu dans l’océan Pacifique chez Le Clézio. Ces quatre romans s’insèrent de façon presque exemplaire dans le cadre de la littérature-monde. Aucun d’entre eux n’a été publié par Suhrkamp.

43L’abandon résolu du modèle classique de littérature mondiale, fondé sur la bipolarité centre – périphérie, est exprimé très clairement dans un manifeste signé par une grande partie des auteurs francophones contemporains cités dans ces pages.

  • 34  Manifeste « Pour une littérature monde en français ». Le Monde, 19/03/2007. In : http://www.etonna (...)

Nous pensons, au contraire : révolution copernicienne. Copernicienne, parce qu’elle révèle ce que le milieu littéraire savait déjà, sans l’admettre : le centre, ce point depuis lequel était supposée rayonner une littérature franco-française n’est plus le centre. Le centre jusqu’ici, même si de moins en moins, avait eu cette capacité d’absorption qui contraignait les auteurs venus d’ailleurs à se dépouiller de leurs bagages avant de se fondre dans le creuset de la langue et de son histoire nationale : le centre, nous disent les prix d’automne, est désormais partout, aux quatre coins du monde. Fin de la francophonie. Et naissance d’une littérature-monde en français34.

44Les auteurs de cet appel récent « Pour une “littérature-monde” en français » (2007), signé notamment par Maryse Condé, Edouard Glissant et Amin Maalouf, ne veulent pas se résigner à être une « variante exotique tout juste tolérée » d’une littérature encore pétrie de colonialisme. Ils veulent se débarrasser des vieilles étiquettes pour s’ouvrir à une idée de la littérature-monde dans laquelle il n’existe plus ni centres ni périphéries.

45Peut-on aller jusqu’à affirmer que les règles de la littérature mondiale à l’œuvre dans la réception des littératures de langue française en Allemagne reproduisent la construction d’une francophonie hermétiquement close sur elle-même ? Suhrkamp aurait pu continuer à constituer son catalogue de mise en scène extraterritoriale tout en s’inscrivant dans des débats relevant de la théorie culturelle. Mais l’éditeur privilégie la narration d’une extraterritorialité exotique destinée au grand public plutôt que de se mettre au service d’une avant-garde littéraire.

L’observation de la scène littéraire hispanophone nous révèle une autre facette de la conservation des filtres de réception bien établis.

Le catalogue latino-américain de la phase II de Suhrkamp : 1990-2010. Après le succès. Après l’exotisme

46Quelle évolution a suivi la littérature latino-américaine après le boom et avant d’arriver en Allemagne ? On constate que les auteurs phares abandonnent les grands projets identitaires dès les années 1970, au plus tard à partir de 1989, mais qu’ils reviennent également à des projets narratifs. Leurs stratégies de narration ainsi que le choix des thèmes s’orientent sur des modèles plutôt européens et nord-américains. Ces écrivains procèdent également à une mise en scène littéraire de leurs propres œuvres de jeunesse, principalement en s’en distanciant, mais simultanément en jouant sans cesse avec elles et en se rappelant leurs premiers succès. Au début des années 1990, les jeunes auteurs rejettent encore plus résolument que leurs « pères » littéraires les thèmes des années 1960. Les groupes Crack avec Jorge Volpi et McOndo avec Alberto Fuguet parodient dans leurs manifestes l’aspect spécifiquement latino-américain et se détournent dans leurs ouvrages, souvent avec ostentation, des sujets liés à cette partie du monde.

  • 35  Texte du rabat du roman de Sergio Álvarez.

47Comment réagit Suhrkamp à cette désaffection récurrente ? Observons la jaquette – aux visées nécessairement commerciales – d’un livre latino-américain récemment paru chez Suhrkamp. Le roman intitulé 35 Tote (35 morts) du colombien Sergio Álvarez, né en 1965, est recommandé dans les termes suivants : « Après Cent ans de solitude, voici le grand roman colombien. Dans ce pays, qui n’a jamais tué n’a aucun avenir. Vertigineux, bouleversant, captivant. Avec 35 Tote Sergio Álvarez répond au réalisme magique des Cent ans de solitude de García Márquez par un roman puissant »35.

  • 36  Cf. http://www.suhrkamp.de/news/samuel_fischer_gastprofessur_fuer_ literatur_1702.html [dernière c (...)

48Dans quelle mesure les inclinations littéraires de la jeune génération et l’ancien label de qualité littérature mondiale sont-ils compatibles ? En ce qui concerne le changement de paradigme dans la romanistique et les sciences culturelles mentionné en introduction, c’est-à-dire le passage de la littérature mondiale à la littérature-monde, Suhrkamp réagit dans la droite ligne de son ambition passée en dialoguant avec les tendances actuelles de l’avant-garde intellectuelle et en influençant massivement les débats par le choix de ses auteurs. Le site internet actuel de l’éditeur met par exemple en lumière Nedim Gürsel, un écrivain de Turquie orientale qui a obtenu la chaire Samuel Fischer Guest Professorship for Literature de la FU de Berlin, réservée à des professeurs invités. Suhrkamp cite explicitement le libellé de cette chaire et souligne son intention « de promouvoir une réflexion critique sur la littérature-monde »36. Cette réflexion se rapporte à des textes qui se situent eux-mêmes au sein de relations mondiales, impliquent des réflexions sur les positionnements culturels et les développent.

49Étant donné les conditions préalables de biographies transnationales et la situation privilégiée des littératures non-sédentaires, il est évident qu’il existe en Amérique latine, tout particulièrement, des textes littéraires autorisant ces lectures. C’est le cas de l’un des derniers romans de Mario Vargas Llosa, dont Suhrkamp est l’éditeur historique. El sueño del celta, publié par la prestigieuse maison d’édition espagnole Alfaguara, relate les mouvements transnationaux entre trois régions du monde, Irlande, Congo et l’Amazonie brésilienne. Or, Suhrkamp a tout d’abord décidé de ne pas le publier.

50À l’automne 2010, en plein salon de Francfort, on apprit le nom du nouveau prix Nobel de littérature, Mario Vargas Llosa. Suhrkamp se vanta immédiatement d’être l’éditeur vedette de l’Allemagne. Pourtant, on découvrit peu après que moins de quatre semaines plus tôt, des négociations avaient été menées au cours desquelles l’éditeur avait refusé de publier El sueño del celta en allemand. Rowohlt en avait déjà acheté les droits. Ce refus délibéré de publier le dernier roman de Mario Vargas Llosa avant la remise du prix Nobel déclencha outre-Rhin un scandale éditorial de plusieurs mois, qui s’acheva en mars 2011 par un renoncement de Rowohlt aux droits d’édition et par la parution du roman en septembre de la même année chez Suhrkamp. Publication qui donna lieu à une cérémonie de lancement dans le théâtre berlinois (Haus der Berliner Festspiele) à l’automne 2011. Dans son discours, la directrice Ulla Berkéwicz salua alors le roman comme le retour à une narration originelle, souligna l’altérité du ton spécifiquement péruvien, le style empruntant au merveilleux.

L’impact de Goethe sur le monde éditorial d’aujourd’hui

51Jusqu’à aujourd’hui, Suhrkamp trie les littératures contemporaines francophones et hispanophones à travers le filtre de la littérature mondiale, et ce, en toute conscience de son origine goethéenne. Ce volet de la littérature étrangère a été reconnu parce qu’il met en scène un discours identitaire se démarquant explicitement d’une définition de soi européenne. À partir du moment où les romans ne présentent plus leur extra-européanité sur un mode exotique, ils perdent leur attrait de littérature mondiale et, de ce fait, leur rang dans le catalogue éditorial de Suhrkamp.

52Les littératures francophones récentes font bien intervenir l’extraterritorialité, mais sans la rattacher à un centre implicite et sans lui donner une dimension exotique. Quant à leurs homologues hispanophones, elles exploitent moins l’idée extraterritoriale d’un Macondo trop lointain.

53Il ne surprend guère que l’éditeur s’abstienne sciemment de prendre une position théorique étayée. Il est symptomatique qu’il ne s’inscrive que de façon indirecte dans les débats contemporains sur la théorie culturelle, que ce soit dans la première ou dans la seconde phase de réception des littératures internationales.

54Certes, le concept de littérature-monde fonctionne actuellement avant tout comme un modèle avant-gardiste au sein des débats scientifiques sur la littérature. Il sert moins de description d’un état des lieux que d’un programme. Une programmatique que Suhrkamp a toujours su convertir en pragmatique. On peut ainsi souhaiter à l’éditeur que dans l’esprit d’une culture Suhrkamp, cette pragmatique s’implante entre extraterritorialité et universalisme – ce qui ouvrirait de nouveaux horizons.

Haut de page

Notes

1  Dieter Lamping, Die Idee der Weltliteratur. Ein Konzept Goethes und seine Karriere, Stuttgart, Kröner, 2010, p. 17.

2  Johann Wolfgang von Goethe, « Aus dem Faszikel zu Carlyles Leben Schillers » [1830], in : Johann Wolfgang von Goethe, Sämtliche Werke, Briefe, Tagebücher und Gespräche (Frankfurter Ausgabe), éd. de Friedmar Apel, Henrik Birus, et al., Francfort-sur-le-Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1999, Abt. I., Bd. 22, (p. 865-868), p. 866. Cité d’après Robert Stockhammer, « Das Schon-Übersetzte : auch eine Theorie der Weltliteratur », Poetica 41, 2009, (p. 257-292), p. 258-259.

3  Johann Wolfgang von Goethe, « Brief an Zelter (vermutlich 6. Juni 1825) », in : Johann Wolfgang von Goethe, Sämtliche Werke, 1993, Abt. II., Bd. 10, p. 277. Cité d’après Robert Stockhammer, op. cit., p. 259.

4  Ibid. Version française reprise sur sa publication en ligne sur le site de l’ATLF, http://blog.atlf.org/?tag=goethe, dans la traduction de Georges Khnopff, publiée par Charles Eliot Norton, Paris, Librairie française, 1921.

5  Robert Stockhammer, Susan Arndt, Dirk Naguschewski, « Einleitung. Die Unselbstverständlichkeit der Sprache », in : Robert Stockhammer, Susan Arndt, Dirk Naguschewski (éds.), Exophonie. Anders-Sprachigkeit (in) der Literatur, Berlin, Kadmos, 2007, (p. 7-30), p. 8.

6  Robert Stockhammer, op. cit., p. 259.

7  David Damrosch, What is world literature, Princeton, Princeton University Press, 2003, p. 288. Cité d’après Robert Stockhammer, op. cit., p. 259.

8  Johann Wolfgang von Goethe, « Carlyles », p. 870. Cité d’après Robert Stockhammer, op. cit., p. 263.

9  Robert Stockhammer, op. cit., p. 263.

10  Ottmar Ette, « Erich Auerbach oder Die Aufgabe der Philologie », in : Frank Estelmann, Pierre Krügel, Olaf Müller (éds.), Traditionen der Entgrenzung. Beiträge zur romanistischen Wissenschaftsgeschichte, Francfort-sur-le-Main et al., Peter Lang, 2003, (p. 22-42), p. 22-23 ; Stephan Grotz, « Mimesis und Weltliteratur. Erich Auerbachs Abschied von einem Goetheschen Konzept », in : Anne Bohnenkamp, Matías Martínez (éd.), Geistiger Handelsverkehr. Komparatistische Aspekte der Goethezeit, Göttingen, Wallstein, 2008, (p. 225-243), p. 225.

11  Le plurilinguisme et le nomadisme extrêmement spécialisé sont des catégories centrales de la définition de la nouvelle littérature mondiale d’Elke Sturm Trigonakis. Cf. Elke Sturm-Trigonakis, Global playing in der Literatur : ein Versuch über die Neue Weltliteratur, Würzburg, Königshausen und Neumann, 2007.

12  Ottmar Ette, « Wege des Wissens. Fünf Thesen zum Weltbewusstsein und den Literaturen der Welt », Sabine Hofmann, Monika Wehrheim (éds.), Lateinamerika. Orte und Ordnungen des Wissens. Festschrift für Birgit Scharlau, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2004, (p. 169-184), p. 179.

13  En France le livre a été publié sous le titre Extraterritorialité. Essai sur la littérature et la révolution du langage, Paris, Hachette, 2002, traduit de l’anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat.

14  George Steiner, Ibid., p. 8.

15  Robert Stockhammer, Susan Arndt, Dirk Naguschewski, op. cit., p. 21.

16  Julia Weber, Das multiple Subjekt. Randgänge ästhetischer Subjektivität bei Fernando Pessoa, Samuel Beckett und Friederike Mayröcker, Munich, Fink, 2010, p. 110.

17  Samuel Beckett, Molloy, Paris, Éditions de Minuit, 1982, p. 55 ; Julia Weber, op. cit., p. 110.

18  Lettre d’Unseld à Beckett : 01.09.1969 (Traduction GM).

19  Doris Kolesch, Gertrud Lehnert, Marguerite Duras. Edition Text und Kritik, Munich 1996, p. 38.

20  Marcus Steinweg, Rosemarie Trockel, Duras, Berlin, Merve 2008, p. 22.

21  « Entrada on Paz » cité d’après Susanne Klengel, Die Rückeroberung der Kultur. Lateinamerikanische Intellektuelle und das Europa der Nachkriesgjahre (1945-1952). Würzburg, Königshausen & Neumann, 2011, p. 231.

22  Ángel Rama, La novela latinoamericana 1920-1980, Bogotá, Procultura, 1982, p. 244.

23  Vittoria Borsò, « Europäische Literaturen versus Weltliteratur – Zur Zukunft von Nationalliteratur », sous :

www.uni-duesseldorf.de/Jahrbuch/2003/PDF/Borso.pdf, 2003, (p. 233-250), p. 236 [dernière consultation le 28.5.2013].

24  Cf. ibid.

25  Cf. ibid.

26  « Récit de voyage d’Unseld », Paris, 20-22 mai 1979 (Archives littéraires allemandes de Marbach).

27  Ibid.

28  Ibid.

29  Ibid.

30  J.M.G. Le Clézio, Raga. Approche du continent invisible, Paris, Seuil, 2006, p. 9, publié dans la collection « Peuples de l’eau » dirigée par Édouard Glissant.

31  Ananda Devi, Ève de ses décombres, Paris, Gallimard, 2006, p. 15 et 17.

32  Tahar Ben Jelloun, Cette aveugle absence de lumière, Paris, Seuil, 2001, p. 28.

33  Michel Houellebecq, La Possibilité d’une île, Paris, Fayard [2005] 2007, p. 31.

34  Manifeste « Pour une littérature monde en français ». Le Monde, 19/03/2007. In : http://www.etonnants-voyageurs.com/spip.php?article1574> (Consulté le 19/06/2011).

35  Texte du rabat du roman de Sergio Álvarez.

36  Cf. http://www.suhrkamp.de/news/samuel_fischer_gastprofessur_fuer_ literatur_1702.html [dernière consultation le 10.01.2013].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gesine Müller, « La littérature mondiale comme stratégie ? », Revue germanique internationale, 19 | 2014, 65-79.

Référence électronique

Gesine Müller, « La littérature mondiale comme stratégie ? », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/1468 ; DOI : 10.4000/rgi.1468

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org