Navigation – Plan du site

« Un balancier au-dessus de l’abîme » (Victor Klemperer et la langue du troisième Reich)

Marc Crépon
p. 81-91

Résumés

Dans cette étude, on s’attache à mettre en évidence ce qui lie, dans le travail de Victor Klemperer : LTI, la langue du troisième Reich, l’expérience de la violence, l’analyse du langage et l’écriture. Il s’agit de comprendre comment la violence ici se dédouble entre la « violence faite à la langue » et la violence, autrement plus meurtrière, qu’elle sert et dont elle vise à préparer et accompagner le « consentement meurtrier ».

Haut de page

Texte intégral

1La puissance des systèmes totalitaires ne repose pas seulement sur la terreur qu’ils mettent en place qui fait craindre chacun pour sa survie et celle de ses proches, elle se distingue aussi par leur emprise sur les esprits. C’est ainsi qu’il n’est pas de système de cet ordre qui ne commence par embrigader l’université, censurer la presse, interdire les journaux qui lui sont hostiles, museler les journalistes, écrivains, professeurs et autres intellectuels susceptibles de faire entendre une voix opposée en même temps qu’elle met les autres à son service. Mais parce que les consciences ne peuvent être contrôlées en permanence et qu’il n’est pas d’organisation ni d’appareil répressif qui soit en mesure de surveiller toutes les paroles, encore moins les pensées de ceux et celles qui subissent les contraintes imposées par ces systèmes, de telles mesures ne constituent que la partie la plus immédiatement visible de cette emprise. Ce n’est pas ainsi, en d’autres termes, qu’ils parviennent à ce que des millions d’hommes et de femmes sentent, pensent et raisonnent à l’unisson de la violence qui les distingue. Il y va de l’efficacité d’une propagande. Or celle-ci n’est effective que dans la mesure où ses innovations sémantiques, ses tournures linguistiques, ses façons de dire et de faire avec une langue que tout le monde comprend finissent par s’imposer comme une évidence, au point de ne plus heurter ni indigner ceux et celles, de plus en plus nombreux, qui, petit à petit, les reproduisent mécaniquement. Ainsi l’emprise sur les esprits n’est-elle jamais aussi forte que lorsque c’est la langue elle-même qui est infectée des mots de l’idéologie.

2Or le plus redoutable de cette infection est qu’elle est insidieuse. Les substitutions d’un sens à l’autre, le changement de valeur des mots, les innovations qu’elle impose ne font pas l’objet d’une réforme prescrite d’un seul coup. Elle se fait souvent à l’insu même de ceux qui en sont les premières victimes. Pour les inventorier, les répertorier, les décrypter même, afin d’en mesurer toute la gravité, il faut – il fallait donc en Allemagne, en Italie, en Russie, en Chine, au Japon et au Cambodge, partout où le gouvernement des hommes ne se concevait pas sans une emprise de cet ordre – une intelligence, douée de compétence et de savoir, que l’habitude de traquer dans les textes toutes les ruses du langage prédispose à une telle enquête et qui ait en elle la force et le courage de ne pas céder au nouvel « esprit du temps », un philologue, en d’autres termes, qui garde les yeux ouvert et l’oreille attentive, comme « un balancier au-dessus de l’abîme ». Un numéro d’équilibriste sur une corde tendue au-dessus du vide, avec pour seul balancier l’analyse des transformations que l’idéologie nazie faisait subir à la langue allemande, c’est de fait en ces termes que Victor Klemperer résume la façon dont, pendant douze ans, de 1933 à 1945, dans les conditions les plus difficiles, il mit ses compétences de philologue, spécialiste des auteurs français des Lumières, au service d’une critique rigoureuse des « violences linguistiques » du troisième Reich :

  • 1  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, traduit de l’allemand et annoté par Elisabeth (...)

C’est donc littéralement et au sens proprement philologique à la langue du troisième Reich que je m’accrochais le plus fermement et c’est elle qui constituait mon balancier pour surmonter le vide des dix heures d’usine, l’horreur des perquisitions, des arrestations, des mauvais traitements1.

I

3La violence et le langage. Il y a trois façons de comprendre ce qui les lie. En un premier sens, on peut, en effet, ressentir et décrire comme une violence l’ensemble des transformations qu’une idéologie donnée impose à la langue : son appauvrissement syntaxique et sémantique, ses éventuels néologismes, ses simplifications grossières et ses abréviations. Le sujet sur lequel s’exerce cette violence est alors la langue elle-même. C’est ainsi que, dès les premiers mois qui suivent l’arrivée des Nazis au pouvoir, Klemperer observe divers phénomènes linguistiques qui attestent cette imprégnation de l’idéologie. Le premier est l’apparition récurrente de mots qui, pour n’être pas nouveaux, prennent néanmoins une importance accrue, au point de devenir de véritables leitmotivs de la pensée. Trois d’entre eux retiennent plus particulièrement son attention : le verbe aufziehen (monter) et les deux noms communs Strafexpedition (expédition punitive) et Staatsakt (cérémonie officielle). L’essentiel alors n’est pas seulement leur usage accru, mais ce qu’ils connotent et la façon dont ils agissent comme un symptôme. Ce qu’il signalent, en effet, et impriment d’entrée de jeu dans la langue, c’est la puissance menaçante de l’État, maître des artifices qu’il imagine et des moyens brutaux qu’il se donne pour les imposer. Car tous les trois renvoient à son pouvoir absolu d’organisation et d’orchestration – autrement-dit à son omniprésence. Voilà que des mots que leur emploi jusqu’alors ne distinguait pas particulièrement des autres rappellent sur toutes les lèvres le pouvoir illimité qu’il s’est octroyé de faire apparaître ou disparaître, d’honorer ou d’éliminer d’un côté ceux et celles qui le servent, de l’autre ceux et celles qui le dérangent. Aussi pressentons-nous déjà que cette « violence » faite à la langue en cache une autre, autrement plus meurtrière. Nous comprenons surtout que c’est là le fil conducteur qui guide la vigilance de Klemperer.

  • 2  On rappellera que, au moment de la prise de pouvoir des Nazis, Klemperer travaillait à une Histoir (...)
  • 3  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 90.
  • 4  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 106.

4Il en va de même du second et du troisième phénomènes que l’auteur de LTI, la langue du troisième Reich observe avec tout autant d’acuité. Il s’agit d’abord de ces mots, dont le nazisme inverse la valeur – à commencer par celui de « fanatisme ». En lecteur attentif de la philosophie des Lumières, familier des textes de Voltaire dénonçant l’intolérance meurtrière propre à toute forme d’exaltation et d’engagement « fanatiques »2, ce que cette inversion a de menaçant n’échappe pas au philologue. Dès lors que le nom et l’adjectif perdent leur connotation péjorative pour acquérir le sens laudatif d’« une surenchère par rapport aux concepts de témérité, de dévouement et d’opiniâtreté, ou, plus exactement, une énonciation globale qui amalgame glorieusement toutes ces vertus3 », tous les débordements de colère, les appels à la vengeance, les expéditions destructrices qui le caractérisent s’en trouvent légitimés. Quand au troisième phénomène qu’on retiendra ici, parmi tous ceux sur lesquels s’attarde Klemperer, il concerne la ponctuation et plus précisément l’usage systématique des guillemets ironiques pratiqué par les thuriféraires de l’idéologie nazie. Ce que le philologue remarque, en effet, c’est la pratique systématique du discrédit de toute pensée divergente, de toute parole étrangère au moyen de ces artifices. Ils accréditent l’idée qu’il n’existe qu’une parole et qu’une pensée légitimes : celle qu’invoque, à longueur de pages et de discours la LTI. Tout le reste, par conséquent, est, par principe, suspect, dévalorisé, sujet à caution – et la ponctuation est là pour le rappeler. S’il est vrai qu’il faut distinguer, dans l’usage neutre des guillemets, un emploi neutre et cet emploi ironique, il faut reconnaître, comme il le précise, que « dans la LTI, l’emploi ironique prédomine largement sur le neutre. Parce que la neutralité justement lui répugne, parce qu’il y a toujours un ennemi à déchirer4 ». Autant dire que derrière les arguties de la ponctuation, c’est encore et toujours la violence qui étend son ombre sur la langue.

5Plus généralement, ces différentes opérations imposées à la langue reposent toutes sur un même présupposé et une même volonté : l’idée que celle-ci, loin d’être au service d’une vérité universelle, exprime la « particularité organique » de « l’âme d’un peuple ». Ce n’est pas la vérité qui importe, mais la façon dont ce qui se pense, s’écrit et se dit avec les mots de la langue sert les intérêts du « peuple » et de la « race ». Seuls comptent les effets de l’invocation, la conviction emportée, comme l’atteste le contraste entre les « phrases grossières » de Hitler, leur « syntaxe indigne d’un Allemand », leur « rhétorique criante » qui sont pour Klemperer contraires « au caractère de la langue maternelle allemande » et leur pouvoir envoûtant, leur aptitude à captiver les masses. D’où l’indignation du philologue, nostalgique d’une Allemagne authentique, qui n’est pas sans naïveté. Ce qu’elle présuppose, en effet, c’est une pureté originelle de la langue allemande, à laquelle la LTI serait étrangère :

  • 5  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 86.

De mon point de vue de philologue, je continue de croire que si l’impudence rhétorique de Hitler a produit un effet aussi monstrueux, c’est justement parce qu’elle a pénétré, avec la violence d’une épidémie nouvelle, dans une langue qui jusqu’ici avait été épargnée par elle, c’est parce qu’elle était au fond si peu allemande, tout comme le salut et l’uniforme imités des fascistes5.

  • 6  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 184. La conclusion de ce chapitr (...)

6Telle est l’ambiguïté qui caractérise toute dénonciation qui fait de la langue elle-même l’objet de la violence – comme cela se produit chaque fois que l’on se plaint de son appauvrissement ou de sa contamination par des mots qui lui sont étrangers, quelle qu’en soit la provenance. Elle fait la supposition, comme semble le suggérer la citation qui précède, de quelque chose comme une « identité » préalable de la langue, dont elle déplore la perte, avec tristesse. Aussi Klemperer ne peut-il résister à la tentation d’en appeler à une problématique « authenticité » de la langue allemande que la LTI, exemplifiée par la rhétorique de Hitler et de Goebbels, serait venue compromettre. A vrai dire, cette compromission trouve ses racines en amont, puisque court tout au long de ses analyses le procès répété du romantisme allemand. Relisant Ernst Moritz Arndt et Friedrich Ludwig Jahn, c’est dans leur pensée qu’il trouve l’origine de ce racisme allemand contraire à « l’essence » ou aux « traits éternels » de l’Allemagne, dont nous verrons qu’il constitue in fine le trait le plus significatif de la LTI et la raison d’être de tous ses artifices – ce « racisme inventé de toutes pièces pour en faire un privilège et un monopole d’humanité de la germanité, et qui, en son ultime conséquence, s’est transformé en permis de chasse autorisant les crimes les plus atroces commis contre l’humanité6 ».

II

7Reste l’épidémie. La seconde façon de comprendre le lien entre violence et langage tient, en effet, à la contagion de la langue qui constitue de fait l’un des motifs les plus récurrents et sans doute aussi les plus douloureux des notes de Klemperer. C’est la complainte du livre et son sujet le plus apparent : « voyez les hommes reprendre à leur compte ces mots connotés, ces expressions meurtrières, sans distance et sans recul et dans le déni de tout esprit critique ! », nous avertit le philologue qui adopte, à l’inverse, la position d’un surplomb vigilant, « au-dessus de la mêlée », comme la seule qui permette d’identifier et de reconnaître la LTI comme telle, avec la violence qui lui est propre. « Voyez l’homogénéité qui en résulte entre ce qui s’imprime dans les livres, les journaux, les courriers administratifs, les circulaires officielles » et la parole, non seulement celle, publique, des discours officiels, mais celle également qui ponctue les échanges les plus intimes avec des êtres de confiance. Aussi Klemperer n’a-t-il pas de mots assez durs pour exprimer son indignation devant la capitulation de ceux et celles, auxquels le liaient des liens d’amitié ou d’estime professionnelle, qu’il voit reprendre, les uns après les autres, les clichés assassins de la LTI, tel Béranger observant la métamorphose de ses concitoyens et de ses proches en rhinocéros dans la pièce de Ionesco. Rien ne semble plus pouvoir les choquer, les émouvoir, les révolter. Tout ce qu’ils lisent et tout ce qu’ils entendent se retrouve dans leur bouche, frappé du sceau d’une évidence incontestable qui relève, écrit-il, à longueur de pages, d’une véritable « intoxication » sinon d’un « empoisonnement ».

  • 7  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 86.

Le nazisme s’insinua dans la chair et le sang du grand nombre à travers des expressions isolées, des tournures, des formes syntaxiques qui s’imposent à des milliers d’exemplaires et qui furent adoptées de façon mécanique et inconsciente. […] Elle ([la langue nazie] imprègne les mots et les formes syntaxiques de son poison, elle assujettit la langue à son terrible système, elle gagne avec la langue son moyen de propagande le plus puissant, le plus public et le plus secret7.

8Autant dire que le sujet sur lequel la violence s’exerce n’est plus alors la langue elle-même, mais le peuple indifférencié qui l’entend et la reproduit quasi mécaniquement – l’ensemble des hommes et des femmes que cette machinerie puissamment orchestrée rassemble pour les soumettre à son emprise. C’est pourquoi cette capitulation est à la fois morale et politique. Elle découple, plus exactement les convictions politiques de toute considération morale. Dès lors que la LTI gouverne les sentiments de ceux et celles qu’elle a intoxiqués, régissant tout leur « être moral », aucun attachement, aucune amitié, aucune solidarité, aucun savoir partagé avec amis et collègues philologues, ne résistent aux trahisons, fussent-elles inconscientes ou à-demi conscientes, qu’elle rend possible. Mais qui trahit qui ? Ce sont d’abord les hommes et les femmes qui cèdent aux emportements de la LTI qui se trahissent eux-mêmes, reniant ce qu’ils avaient aimé, souscrivant individuellement, à des jugements discriminants. Comme ils ne perçoivent ni conçoivent rien des blessures qu’ils infligent par là même à ceux et celles qui en sont les premières victimes et auxquels ils infligent l’évidence de leurs convictions, ce sont eux qu’ils renient à leur tour. Si le livre de Klemperer est bien davantage qu’un ouvrage savant sur la langue du troisième Reich, c’est qu’il est ponctué de récits qui racontent tous la même surprise, la même déception et la même rupture des relations. C’est toujours au gré de rencontres, dans un échange qu’il interrompt, que le poison de la LTI manifeste son emprise sur l’esprit, mais également du même coup sur le cœur de ceux et celles avec lesquels la communication n’est dès lors plus possible. En quelques mots, toute l’amertume de cette « anesthésie » des sentiments moraux est résumée :

  • 8  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 47.

La LTI s’efforce par tous les moyens de faire perdre à l’individu son essence individuelle, d’anesthésier sa personnalité, de le transformer en tête de bétail, sans pensée ni volonté, dans un troupeau mené dans une certaine direction et traqué8

III

  • 9  Voir, sur ce point, l’échange à l’usine que raconte Klemperer, dans le chapitre intitulé « Une jou (...)

9Et pourtant, les deux points qui précèdent ne suffisent pas à caractériser le lien entre violence et langage propre au troisième Reich. Tant que la langue est le sujet de la violence, celle-ci s’entend, en effet, en un sens qui reste encore, malgré tout, métaphorique, comme lorsqu’on parle des « blessures » qui lui sont infligées ou d’une syntaxe « torturée ». Quant au fait que la contagion s’étende à l’ensemble du peuple et qu’elle touche toutes les catégories de la population, que personne ainsi n’échappe à ses automatismes, il ne dit rien de ce qui fait sa radicalité extrême qui tient à son effet – rien de moins que la légitimation de la violence elle-même, une violence dont le sujet n’est plus la langue, mais ceux que le nazisme stigmatise, exclue, spolie et finit par assassiner : les Juifs. Voilà sans doute le point le plus décisif : le propre de la LTI – et peut-être, au bout du compte, n’a-t-elle pas d’autre objectif – c’est de faire du peuple allemand tout entier le sujet, actif et passif à la fois, d’un consentement meurtrier commun : celui qui admet de désigner les Juifs comme des ennemis qu’il est du devoir du peuple et de la responsabilité de ceux qui les gouvernent de combattre par tous les moyens. Tout ce qui précède n’annonce rien d’autre, en effet, que cette sédimentation de l’inacceptable qui rend légitime, acceptable, sinon même désirable aux yeux des Allemands l’antisémitisme d’État. Tous les récits de Klemperer s’accordent dans ce sens avec la même douleur. Ils montrent comment la langue introduit, dans les mœurs, la séparation radicale (et finalement meurtrière) entre les « Aryens » et les « Juifs », au moyen d’expressions comme « étranger à l’espèce », « de sang allemand », « racialement inférieur », « nordique » et souillure raciale »9. S’il est vrai que le travail du philologue a pour vocation de découvrir à même la langue ce dont elle est le symptôme, c’est finalement, avant toute autre considération, la violence du meurtre préparé, annoncé et légitimé à l’avance qu’il met au jour. Tout, dans la LTI, respire, dit Klemperer, « l’élévation du crime au rang de profession ». Et il précise un peu plus loin :

  • 10  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 57.

Il faudrait qu’un jour on étudie l’hystérie de la langue en particulier. Cette sempiternelle menace de la peine de mort10 !

10Le consentement meurtrier, on le sait, est l’éclipse de la responsabilité du soin, du secours et de l’attention qu’appellent, de partout et pour tous, la vulnérabilité et la mortalité d’autrui. Il consiste au mieux dans une résignation ou une accoutumance à leurs souffrances, au pire dans leur encouragement. Ce faisant, il divise l’humanité en deux parties : ceux dont l’appel sera entendu et ceux auxquels est dénié le simple droit de le faire entendre. Toutes les analyses linguistiques et philologiques de Klemperer convergent alors pour rappeler, d’un côté, la chose suivante : le travail de la LTI, son appauvrissement de la langue, ses simplifications, ses abréviations, ses raccourcis n’ont pas d’autre finalité que de cibler l’objet de cette éclipse dans une logique de discrimination, d’exclusion et de persécution qui conduit à l’extermination. Tandis que, de l’autre, toutes les histoires, dont il émaille ces réflexions, sont rapportés pour attester malheureusement le succès de cette entreprise de désensibilisation et de deshumanisation du « peuple » : ceux et celles, auxquels il tente de rappeler cette logique destructrice, comme un coin enfoncé dans l’enthousiasme de leur adhésion, n’ont pas d’yeux pour le voir et déjà plus d’oreilles pour entendre sa plainte.

  • 11  Cf. Marc Crépon, La culture de la peur, Paris, Galilée, 2008.

11Il y va, autrement-dit, d’un retournement : celui qui renverse la compassion, la sollicitude, le soin et l’attention partagée en indifférence, sinon, plus fréquemment encore, en hostilité déchaînée. Toute la question alors est d’en comprendre les ressorts – et c’est peu dire que de souligner combien Klemperer s’y efforce, d’un bout à l’autre de son travail, comme s’il n’était pour lui d’autre moyen de percer l’énigme de ce basculement qui renverse les amitiés, défait tous les liens (ou presque) qui font le tissu de l’existence que de comprendre ce qui se passe avec et dans la langue. Aussi trois d’entre eux peuvent-ils être mis en évidence : la foi, l’aveuglement et l’absence de honte. C’est sur le premier que l’’auteur de LTI, la langue du troisième Reich s’attarde le plus longuement, les deux suivants n’en étant que la conséquence la plus manifeste. Klemperer le souligne à maintes reprises : jusqu’à la fin, la phrase qui revient dans la bouche de ses interlocuteurs, même quand la défaite semble inéluctable et que la catastrophe est avérée, est la suivante : « Je crois en lui ». De quelque milieu que soient issus ceux et celles qui la profèrent, la proposition autoritaire (et du même coup menaçante) qui clôture à chaque fois toute discussion, en même temps qu’elle atteste les ravages de la LTI, n’exprime rien d’autre qu’une profession de foi en la personne de Hitler, élevé au rang de « sauveur de l’Allemagne ». On soulignait plus haut combien l’effet premier de la LTI était ce qu’on a pu appeler ailleurs « la sédimentation de l’inacceptable11 ». Le socle sur lequel elle repose est lui-même un concentré de sédiments : il rassemble l’ensemble des qualificatifs systématiquement accolés au nom du Führer qui rendent incontestable chacune de ces décisions et chacune de ces actions, faisant du jugement qui les annonce, les commente ou les explique une parole d’évangile. Comme le rappelle le philologue, dans un chapitre saisissant de son livre, intitulé « Petit memento de LTI », en témoigne, pendant la guerre, le libellé des nécrologies qui signalent la mort d’un soldat sur le front : « Il est mort pour son cher Führer » ou encore « Il est mort avec une foi inébranlable dans son Führer ». Tout ce que Hitler aura pu ordonner, tout ce que Goebbels aura pu relayer de sa pensée et de sa volonté, toute la violence et tous les crimes accumulés se trouve donc à l’avance justifié et disculpé par la foi quasi-religieuse qui anime de bout en bout la LTI. Tel est peut-être, au bout du compte, la conclusion la plus radicale, à laquelle aboutissent les analyses de Klemperer : ce qui rend la LTI si profondément meurtrière n’est rien de plus et rien de moins, au bout du compte, que le caractère prétendument sacré de la parole qu’elle relaie :

  • 12  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 154.

De 1933 jusqu’à 1945, jusqu’au cœur de la catastrophe berlinoise, cette élévation du Führer au rang de Dieu, cette assimilation de sa personne et de sa conduite au Sauveur et à la Bible eurent lieu jour après jour et marchèrent toujours comme sur des roulettes, et jamais on ne put le contredire le moins du monde12.

  • 13  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 201.
  • 14  Cf. Marc Crépon, Le consentement meurtrier, Paris, éditions du Cerf, 2012.

12Le second ressort du consentement meurtrier qui éclipse la responsabilité du soin, du secours et de l’attention qu’appellent la vulnérabilité et la mortalité d’autrui, est l’aveuglement qui doit beaucoup à la foi. Il lui est même intrinsèquement lié, dès lors que l’adverbe « aveuglément » désigne dans le même esprit que « fanatique », comme le rappelle le critique de la LTI, « la disposition d’esprit idéale d’un nazi envers son Führer et son chef ad hoc [Unterführer] ». Il reste que l’adverbe doit être lu au pied de la lettre. Agir, obéir à un ordre, suivre aveuglément sont des expressions qui ne témoignent pas seulement d’une fidélité inconditionnelle ; elles signalent également que cet acte d’allégeance, la preuve apportée d’une foi inébranlable exigent qu’on se « rende aveugle » – au sens propre du terme, c’est-à-dire qu’on prenne la décision, en toute connaissance de cause, de ne pas voir ou de faire semblant de ne pas voir, de détourner le regard ou de fermer les yeux. C’est ainsi que l’adverbe, dont le philologue précise qu’il est « l’un des maîtres mots de la LTI13 », inscrit le consentement meurtrier au cœur du dispositif linguistique. S’il est vrai que la révolte, la bonté, la critique et la honte14 comptent parmi les voies de dégagement qui permettent d’en répondre et de proposer une alternative à son emprise nihiliste, la langue du troisième Reich procède de la façon systématique à leur barrage et à l’effacement des possibilités qu’offre chacune d’elles d’une « attestation de l’humain », sauvée ou restaurée. Elle indique clairement qu’il n’y a assurément pas de place pour aucune de ces façons « humaines » de répondre à la violence ou de s’opposer à elle.

  • 15  Cf. Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 205 : « Dans la LTI, aucun a (...)

13En témoigne également cet autre mot de la LTI qui désigne peut-être la condition préalable de l’aveuglement, sinon même la « mise en condition » qui le rend possible : « mettre au pas [gleichshalten]15 ». Une mise au pas, ce n’est rien d’autre en effet que la contrainte disciplinaire d’un comportement mécanisé, automatisé, d’un pas de l’oie généralisé qui fond toute démarche singulière dans l’ordre rigoureusement réglé d’une « avancée » collective, à l’unisson d’une armée en ordre de bataille. Comme toutes les autres métaphores mécaniques que relève Klemperer, à commencer par celle qui exalte, dans le travail et dans l’effort humain, « un moteur tournant à plein régime », l’expression porte donc dans la langue, de façon délibérée, et elle grave dans le cœur et l’esprit de ceux qui se laissent emporter par ses envolées rhétoriques, la négation de toute invention d’une singularité propre. Cette inventivité nécessaire, nous en connaissons pourtant le chemin. Un geste de révolte, une protestation indignée suffiraient à l’attester, tout comme un geste de bonté gratuite, l’offrande d’un secours inattendu pourraient la manifester, sans rien dire du courage de la vérité, qui courrait le risque de la critique. Durant les douze années, au cours desquelles les Nazis étendent leur emprise sur l’Europe, Klemperer ne manque jamais une occasion de noter le moindre signe qui, au gré de ses rencontres, lui semble présenter une attestation de cet ordre. Chacun d’eux apparaît, dans son journal, comme une bénédiction, source de joie, de réconfort, une raison, toujours fragile et réversible, de tenir.

  • 16  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 231.

14Il est un signe pourtant qui ne se rencontre pour ainsi dire jamais, un signe, attendu peut-être, dont tout le livre de Klemperer revient à mesurer l’effacement – un signe enfin qui confirme mieux qu’aucun autre l’emprise de la LTI sur le peuple inféodé : l’absence de honte. Qu’une partie entière de la population (les voisins, les collègues, les amis d’hier) soit stigmatisée, humiliée, persécutée et pourchassée, traitée en hors-la loi, voilà qui aurait dû susciter de la part du peuple (les supposés « Aryens »), au nom duquel ces crimes étaient commis, un sentiment de honte – cette honte que l’on ressent devant ce que des hommes peuvent infliger à d’autres hommes. Au gré des récits qui ponctuent les réflexions du philologue, on croise bien, ici où là, des protestations, embryons de critique et de révolte, formulées à mots couverts, des gestes de bonté discrets, comme cette pomme déposée sur la machine à l’atelier, mais jamais aucun signe de honte, jamais la moindre manifestation d’une désolidarisation avec la politique raciale mise en place par les nazis. Cet effacement de la honte qui ouvre la porte à tous les crimes, c’est l’effet, le résultat et, du point de vue de ses idéologues, le succès le plus puissant de la LTI, le calcul de la langue et la raison de ses artifices. Il confirme l’emprise sur la population de son motif le plus propre (celui qui la distingue de tout autre système de propagande), la signature de son idéologie : « la guerre juive ». De fait, tous ses éléments convergent pour en faire un syntagme indéracinable : la base initialement populaire de la « conscience de race » la plus primitive et la plus régressive, le fondement pseudo-scientifique que les nazis entendent lui donner, les vociférations, les imprécations qui font le style propre de la LTI. « Le Juif », voilà in fine le mot central de la LTI, le pilier sur lequel repose tout l’édifice, la preuve par la langue que « l’antisémitisme racial […] est l’affaire centrale du nazisme, bien réfléchie et développée dans les moindres détails jusqu’à devenir un système16 » :

  • 17  Ibid., p. 230.

Le Juif – ce mot occupe dans l’usage linguistique des nazis un espace encore plus grand que « fanatique », mais l’adjectif « juif » apparaît encore plus fréquemment que le substantif, car c’est surtout grâce à l’adjectif que l’amalgame de tous les adversaires en un seul ennemi est effectif : la Weltanschauung judéo-marxiste, l’inculture judéo-bolchévique, le système d’exploitation judéo-capitaliste, l’intérêt qu’ont les cercles judéo-anglais et les cercles judéo-américains à la destruction de l’Allemagne : ainsi, à partir de 1933, littéralement tous les adversaires, d’où qu’ils viennent, conduisent toujours à un seul et même ennemi, au ver caché dans le fruit hitlérien, au Juif […]17.

15Dans les pages qui précèdent, on a choisi de faire de la légitimation de la violence inscrite au cœur de la langue le fil conducteur d’une lecture du livre de Klemperer. C’est ici qu’elle culmine. Douze années durant, inlassablement, la LTI alimente la supposée « guerre des Juifs » – fournissant l’alibi de leur persécution et de leur extermination. Les épithètes en forme d’insultes, les mots injurieux, les accusations diffamantes s’y répètent incessamment, sédimentant l’inacceptable, buvant toute honte des crimes qu’ils légitiment.

IV

16Il reste néanmoins que si l’on veut faire de la dénonciation du consentement meurtrier que la langue autorise, sinon favorise le fil conducteur de la lecture des réflexions de Klemperer sur la LTI, cette dénonciation trouve ses limites dans la géopolitique qui accompagne ses analyses philologiques. Que des éléments de cette nature doivent entrer en considération dans une étude minutieuse de la langue du troisième Reich n’a rien de surprenant, tant il est vrai que cartographie du monde et spéculations sur l’origine des peuples constituaient un axe central de sa propagande. Klemperer rappelle ainsi comment au cœur de l’idéologie nazie se trouve la conviction que ce sont les hommes du Nord, à commencer par les Germains qui ont fait l’essence de l’Europe – y compris en Grèce, où elle s’évertue de trouver aux Hellènes de telles origines. De là l’idée que l’Allemagne a pour mission historique de défendre l’Europe contre les deux dangers qui la menacent, au sud (la Syrie et la Palestine) et à l’est (le bolchévisme), Goebbels allant jusqu’à inventer l’idée repoussante d’une « steppe envahissante », menaçant d’asiatisme le continent européen.

  • 18  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 213 et 215.
  • 19  Cf. chap. 1, « LTI », dans Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 32 : (...)

17Ces éléments sont bien connus. Le plus surprenant alors est que, loin de s’en tenir à la mise en perspective de ces constructions nazies, le philologue, s’improvisant politologue, leur substitue une autre géopolitique : celle qui consiste à faire de Moscou « le centre de gravité » de l’Europe intellectuelle » et de la Russie son « flambeau18 ». Comparant la « mécanisation de l’homme » mise en œuvre par les nazis et celle dont il ne peut ignorer qu’elle est un élément constitutif de l’idéologie soviétique, il n’a pas de mots assez forts pour faire l’éloge de la seconde. Tandis que, dans le cas du nazisme, elle relève d’un « asservissement de l’esprit », elle s’identifie à sa libération, pour ce qui est du stalinisme. S’il est vrai que l’un et l’autre des deux « systèmes totalitaires » se caractérisent par la profusion de métaphores techniques utilisées pour désigner la puissance du peuple en mouvement, elles désignent, affirme-t-il sans hésitation, pour la métaphore allemande l’esclavage et pour la métaphore russe la liberté. Quelques dix ans après les procès de Moscou, alors que déjà de nombreux récits de voyage ont commencé de mettre en évidence une tout autre réalité du système soviétique, une telle illusion appelle trois remarques. La première est que le philologue prend ici le contre-pied de la LTI. Parce que la propagande nazie n’a cessé de donner de l’Union Soviétique l’image la plus dépréciative, Klemperer se persuade qu’en prenant la position inverse, il rétablit la vérité, sans se douter un instant que la réalité est encore tout autre et que la terreur stalinienne n’a rien envié aux crimes des nazis. La seconde est que, malgré tout, au moment où paraît LTI, la langue du troisième Reich (en 1947) des éléments de cette réalité meurtrière ont déjà filtré. Publiée dans la partie de l’Allemagne contrôlée par les soviétiques, l’éloge du système est dès lors pour le moins sujette à caution. Elle suppose le parti-pris de ne pas voir, de ne pas entendre, la volonté de ne rien croire de ce qui pourrait enlaidir l’image idéale que le philologue s’est donnée de l’URSS : un consentement meurtrier. Dernière remarque enfin : dans ces quelques paragraphes consacrés au bolchévisme et à sa langue, Klemperer redit ce qu’il affirmait déjà dans les premières pages19 : « rien ne nous conduit au plus près de l’âme d’un peuple que la langue ». Ce faisant, il ne pouvait avoir avec la langue russe (son histoire, sa littérature, ses idiolectes et ses sociolectes) le même rapport qu’avec la langue allemande. Il ne pouvait percevoir, à distance, ce qui constitue, dans le système soviétique, le pendant de la LTI. En un sens, ses « illusions » confirment, à rebours, la grandeur et la difficulté du travail accompli, années après années, pour décrypter la langue du troisième Reich. Il n’était pas donné à tout un chacun de le mener à bien, il y fallait cette oreille particulièrement exercée, dont parle Nietzsche dans la préface d’Aurore, des compétences d’analyste exceptionnelles. Il y fallait surtout un courage exemplaire pour braver la menace, au risque de sa vie, en se procurant les journaux, les livres et autres documents (preuves accablantes) interdits aux Juifs. Il fallait enfin, envers et contre tout, croire aux vertus du savoir, tant décrié, et à la force de la vérité pour affronter le mensonge et la terreur.

Haut de page

Notes

1  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, traduit de l’allemand et annoté par Elisabeth Guillot, Paris, Albin Michel, 1996, p. 33.

2  On rappellera que, au moment de la prise de pouvoir des Nazis, Klemperer travaillait à une Histoire de la littérature française au xviiie siècle qui paraîtra en deux volumes, en 1954 et 1966.

3  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 90.

4  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 106.

5  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 86.

6  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 184. La conclusion de ce chapitre intitulé 3 « La racine allemande » est sans appel : « Tout ce qui fait le nazisme se trouve déjà en germe dans le romantisme : le détrônement de la raison, la bestialisation de l’homme, la glorification de l’idée de puissance, du prédateur, de la bête blonde… », ibid., p. 188.

7  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 86.

8  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 47.

9  Voir, sur ce point, l’échange à l’usine que raconte Klemperer, dans le chapitre intitulé « Une journée de travail », op. cit., p. 132.

10  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 57.

11  Cf. Marc Crépon, La culture de la peur, Paris, Galilée, 2008.

12  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 154.

13  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 201.

14  Cf. Marc Crépon, Le consentement meurtrier, Paris, éditions du Cerf, 2012.

15  Cf. Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 205 : « Dans la LTI, aucun autre terme technique, en empiétant sur un domaine qui n’est pas le sien, ne saurait révéler aussi crûment la tendance à la mécanisation et à l’automatisation que ce “gleichshalten”. »

16  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 231.

17  Ibid., p. 230.

18  Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 213 et 215.

19  Cf. chap. 1, « LTI », dans Victor Klemperer, LTI, la langue du troisième Reich, op. cit., p. 32 : « Tout comme il est courant de parler de la physionomie d’une époque, d’un pays, de même on désigne l’esprit d’un temps par sa langue. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Crépon, « « Un balancier au-dessus de l’abîme » (Victor Klemperer et la langue du troisième Reich) », Revue germanique internationale, 19 | 2014, 81-91.

Référence électronique

Marc Crépon, « « Un balancier au-dessus de l’abîme » (Victor Klemperer et la langue du troisième Reich) », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://rgi.revues.org/1470 ; DOI : 10.4000/rgi.1470

Haut de page

Auteur

Marc Crépon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org