Navigation – Plan du site

Karl Vossler : Le devenir des langues et l’histoire des cultures

Michel Espagne
p. 103-117

Résumés

Héritier du philosophe Croce qu’il a introduit en Allemagne Karl Vossler a développé une conception de la romanistique comme exploration de l’histoire des cultures à partir du devenir des langues. Auteur de travaux sur Dante, sur les troubadours français et sur le siècle d’or espagnol il a parcouru tout le domaine des études romanes. L’histoire de la langue française lui a tout particulièrement permis de jeter un pont entre l’histoire de la langue et celle de la culture. Il a souhaité développer sa propre philosophie du langage soulignant les articulations entre logique, grammaire et esthétique. Bien qu’il soit resté dans l’Allemagne nazie Vossler n’a jamais manifesté d’ambiguïté sur sa distance politique. Il marque dans le devenir de sa discipline un virage du positivisme philologique vers une réflexion sur les liens entre langue et histoire intellectuelle.

Haut de page

Texte intégral

1S’il est héritier de la romanistique traditionnelle, de son attention prêtée au moyen-âge dans l’ensemble des littératures romanes Karl Vossler a surtout contribué à désenclaver sa discipline d’origine en en faisant un lieu de réflexion sur la relation entre langue et histoire. Il a convaincu des romanistes parmi les plus éminents à poursuivre des recherches sur les voies qu’il avait ouvertes. Comprendre la nature de cette rupture implique l’analyse des textes théoriques qu’il a produits sur l’histoire de la langue comme histoire de la culture, l’observation des applications qu’il en a faites à quelques objets précis, par exemple en France et en Italie, mais aussi l’inventaire des impulsions qui l’ont conduit à ce renouvellement disciplinaire. Vossler n’a pas eu l’héroïsme des émigrés. Il est resté dans l’Allemagne nazie. Mais ni durant la première Guerre mondiale ni durant la seconde il ne semble jamais avoir sacrifié au ton belliqueux qui a emporté tant d’universitaires et l’on pourrait sans doute parler à son égard d’un exil intérieur. Attentif aux disciplines voisines de la romanistique et aux productions des sciences humaines en France comme en Italie il a fourni une contribution à l’étude des relations entre les langues et cultures qu’aucune historiographie des translations entre espaces culturels ne saurait négliger.

  • 1  Il est caractéristique que dans les Mélanges à Gröber, publiés en 1899 à Halle, Vossler rédige un (...)

2Pour comprendre le moment Vossler dans une histoire de la philologie moderne et plus particulièrement de la romanistique dans les pays de langue allemande, il convient d’abord de le situer dans l’histoire d’une discipline qui commence on le sait dans le sillage du comparatisme indoeuropéaniste. La Grammaire des langues romanes de Friedrich Diez engage la romanistique dans l’étude des variantes géographiques et historiques liées à un substrat linguistique commun. Dans cette approche positiviste et linguistique des monuments anciens des littératures de langue romane tous les véhicules linguistiques sont pour ainsi dire à égalité et dans l’esprit de Diez, qui a participé aux guerres de libération, la dissolution de l’histoire intellectuelle française dans un continuum de la « romania », en même temps qu’elle connectait les différentes littératures, permettait certainement de contourner la question des spécificité culturelles. Le moment virtuellement francophobe de la romanistique naissante n’empêcha pas au demeurant son succès en France même où Gaston Paris, traducteur de la Grammaire des langues romanes, implanta une romanistique à usage interne, reprenant les méthodes philologiques de son maître mais pour circonscrire leur objet au territoire national. Les chaires consacrées aux littératures régionales dans la France de la fin du xixe siècle, où l’on découvre l’intérêt de l’occitan ou du picard, sont un écho du succès de la romanistique allemande. Celle-ci aboutit à ces monuments d’érudition positiviste que sont par exemple les travaux de Gustav Gröber1.

3Ce n’est pas du tout l’image qu’offre la romanistique au milieu du xxe siècle. Elle n’est pas la seule des disciplines de sciences humaines allemandes à avoir payé son tribut au nazisme, mais les romanistes juifs émigrés, de Leo Spitzer à Erich Auerbach, ont eu une postérité qui dépasse largement le cadre d’une discipline nationale. Il est devenu courant de noter la filiation entre Auerbach proposant une synthèse de la littérature occidentale et Eduard Said pourfendeur des orientalismes. Sa théorie du « Sermo humilis », applicable à toutes les philologies a bénéficié d’un écho plus large encore. L’ouverture de son élève Werner Krauss (1900-1976) aux Lumières françaises et celle de l’élève de Krauss Erich Koehler (1924-1981) à la sociologie littéraire ont fait de la romanistique une science des interférences entre espaces culturels. Il n’est pas jusqu’à l’esthétique de la réception, héritière de diverses tendances du formalisme russe, qu’on ne puisse considérer comme un schéma de compréhension des liens entre les traditions culturelles.

  • 2  Karl Vossler, Leopardi, Munich, Musarion, 1923.
  • 3  Karl Vossler, Poesie der Einsamkeit in Spanien, Munich, Beck, 1940.
  • 4  Theodor Ostermann et Hans Heinfelder, Bibliographie der Schriften Karl Vosslers. Sitzungsberichte/ (...)

4Vossler se situe à la charnière entre ces deux grands moments. La rupture, nous le verrons, tient à un dépassement ciblé du positivisme au profit d’une compréhension de l’histoire de la langue qui est aussi une histoire de la littérature et de la culture définie en termes esthétiques, philosophiques, et largement contextuels. Une partie de ses livres sont des réflexions théoriques sur la langue et l’histoire culturelle en général. La continuité tient à l’éventail de ses curiosités, très conforme aux traditions de la discipline. Vossler a surtout appliqué son attention à l’étude de périodes anciennes des littératures romanes. Il s’intéresse au déplacement sémantique des unités élémentaires du langage, se confronte à des problèmes grammaticaux. Mais surtout ses publications sont a peu près également réparties entre la littérature française, italienne et espagnole. Pour la littérature française il y a notamment son livre sur l’histoire de la culture française à travers sa langue et quelques textes brefs mais très significatifs consacrés aux troubadours, un livre sur Racine, un autre sur La Fontaine. Pour l’Italie il y a le livre sur Dante et une histoire littéraire complétée par un travail sur la littérature de l’Italie du romantisme au futurisme, un livre sur Leopardi paru en 1923. Le livre sur Leopardi cherche à faire comprendre l’œuvre du poète italien au lecteur allemand en partant de Hölderlin et en insistant fortement sur la nécessité de cette passerelle interprétative.2 Pour l’Espagne, où Vossler a fait plusieurs séjours il faut noter un livre important sur l’expression poétique de la solitude, les livres sur Tirso de Molina, sur Lope de Vega, sur Luis de Leon. Paru en 1940 le livre sur la solitude dans la poésie espagnole3, une œuvre de vieillesse et sans doute le dernier grand livre de Vossler, aborde aussi la solitude des exclus, des persécutés, mauresques ou juifs dans l’histoire de l’expression littéraire de la solitude. Il apparaît presque comme une profession de foi en faveur de l’exil intérieur. Pas plus dans le cas de l’Espagne que dans celui de l’Italie ou de la France Vossler n’a pas non plus négligé de s’intéresser à l’histoire contemporaine et nombre de ses livres ont été traduits dans les diverses langues romanes. Sa bibliographie, qui n’a pas à être détaillée ici, est extrêmement vaste.4

  • 5  Sur le positionnement politique de Vossler durant l’époque nazie voir Hans-Ulrich Gumbrecht, Vom L (...)

5Karl Vossler, étudiant à Heidelberg, a publié en 1898 son premier ouvrage, sa thèse consacrée à l’introduction du madrigal dans l’espace germanophone. Son directeur de thèse Max Freiherr von Waldberg (1858-1938) n’était pas purement romaniste puisque sa propre dissertation rédigée à Cernowitz portait sur l’œuvre de Lessing. Max von Waldberg, qui était d’origine juive et compta singulièrement Goebbels au nombre de ses étudiants de thèse, fut, en raison de ses origines, mis d’office à la retraite en 1933. Vossler avait été étudiant à Tübingen, Heidelberg, Genève, Strasbourg et Rome. En Italie il avait rencontré son épouse, fille de l’historien d’art et aristocrate italien Domenico Gnoli. Il participa à la Première guerre mondiale comme lieutenant d’artillerie. Il prit plusieurs fois position contre l’antisémitisme, en particulier lorsqu’il fut question, en 1926-1927 d’écarter les juifs du jubilée de l’Université de Munich Il soutint Leo Spitzer au début de sa carrière, avant que celui-ci obtienne sa première chaire à Marburg en 1925. Durant les années 1930 il semble s’être réfugié dans un exil intérieur.5

  • 6  Karl Vossler, Das deutsche Madrigal. Geschichte seiner Entwicklung bis in die Mitte des XVIII. Jah (...)
  • 7  Ibid., p. 158-159.
  • 8  Karl Vossler, La Fontaine und sein Fabelwerk, Heidelberg, Carl Winter, 1919.

6On peut voir en germe dans la thèse de Vossler les grandes orientations de son œuvre ultérieure. D’abord il s’agit d’un objet de recherche à l’articulation de plusieurs espaces culturels puisque le genre du madrigal est né en Italie et a été adopté à une date ultérieure dans la littérature de langue allemande avec des transformations qui sont liées aux spécificités culturelles du contexte d’accueil. Ces transformations sont à la fois déterminées par l’horizon culturel, mais aussi par une dynamique des déplacements linguistiques. L’articulation des formes linguistiques et de l’histoire est déjà manifeste dans ce premier travail. Plusieurs disciplines doivent être sollicitées pour étudier le madrigal et Vossler fait appel à la romanistique, à la germanistique, à la musicologie et à la linguistique, l’ensemble de ces disciplines étant mises sous l’égide d’une perspective historique. Le passage de l’Italie à l’Allemagne n’est pas une simple réception mais bien une recréation : « A peine les compositions d’un maître connu avaient-elles plu en Italie qu’on les imprimait l’année suivante en Allemagne. Le plus engagé et le plus doué des diffuseurs de musique italienne est Valentin Hausmann, qui, avec l’aide de l’imprimeur Paul Kaufmann, s’est emparé des productions italiennes les plus importantes et pour les faire apprécier de ses concitoyens les assortit de jolis textes allemands qu’il avait lui-même composés. Il ne s’est jamais donné la peine d’une traduction mot à mot ; mais il a fait attention à reconstituer exactement le nombre de syllabes des textes originaux, ce qui affectait fréquemment le rythme. Il sait en outre adapter le caractère de ses poèmes à la musique. »6 L’histoire de l’introduction du madrigal n’est en aucun cas un pur phénomène de réception, puisque Vossler, ne perdant pas de vue l’étendue de la « Romania », observe une translation d’exemples français du genre du madrigal en Allemagne, en lien notamment avec la parution, à partir de 1619, d’une version allemande de l’Astrée d’Honoré d’Urfé. Vossler fait une sorte d’inventaire des voies de circulation européenne du madrigal et note par exemple que l’introduction par Schütz du récitatif en Allemagne, exigeant au préalable l’usage du vers libre, a facilité l’introduction des idylles et des opéras italiens, rapprochant une fois encore l’Allemagne de la tradition du madrigal.7 Vossler restera un amateur de madrigaux et fera du genre, en particulier de l’usage des vers libres, une clef d’interprétation de La Fontaine qui n’a presque écrit que des fables en vers libres.8 La Fontaine est clairement pour Vossler un moyen de renouer avec l’histoire intellectuelle française après la guerre.

  • 9  Carteggio Croce-Vossler 1899-1949, Edizione nazionale delle opere di Benedetto Croce, Naples, Bibl (...)
  • 10  Sur la place de Croce dans l’œuvre de Vossler voir Felicita Andisio, Filologia e filosofia. Sull’e (...)

7Peu de temps après la fin de sa thèse, Karl Vossler a connu Benedetto Croce (1866-1952). Ce fut une rencontre décisive, Vossler devenant un disciple et un continuateur allemand de la philosophie de Croce, particulièrement marqué par son Esthétique comme science de l’expression et linguistique générale de 1902. La correspondance des deux hommes, tantôt en allemand et tantôt en italien, s’étend sur un demi-siècle (1899-1949)9 En février 1920 Vossler sert de médiateur entre Croce et Julius von Schlosser qui se déclare prêt à traduire son livre sur Shalespeare pour l’éditeur Winter de Heidelberg. La même année il s’étend sur ses projets du moment, Dante, Leopardi, la philosophie du langage, l’histoire de l’ancienne poésie provençale. C’est au même moment qu’il conseille à Croce la lecture du livre de Erich Rothacker, fondateur de la Vierteljahrsschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte, Einführung in die Geisteswissenschaften. Les croisements opérés entre la philosophie et les sciences spéciales, de l’histoire de l’art à la grammaire, lui semblent faire de Rothacker un allié commun. Les échanges se poursuivent à l’époque nazie. Dans une lettre du 18 mai 1933 Croce s’inquiète de l’avenir de Spitzer et fait part à Vossler de ses souhaits de lui trouver un poste à l’étranger, vraisemblablement aux États-Unis. Et le 30 août 1933 Croce suggère que l’Espagne est en train de prendre la direction intellectuelle de l’Europe tandis que l’Allemagne s’abîme dans un « crétinisme heideggérien ». Vossler se montre un peu fuyant face à ces dénonciations, le contexte allemand ne lui permettant visiblement pas de répondre sur le même ton. Il apparaît toutefois comme un lecteur assidu de la revue de Croce Critica. Mais le véritable lien entre Vossler et Croce c’est la théorie esthétique de 1902 mettant l’accent sur la notion d’intuition dans la constitution des savoirs, faisant de l’expression un concept régulateur dans l’étude des phénomènes linguistiques, et de l’esthétique un principe moteur dans le devenir des langues. Croce faisait converger expression et intuition. Il fournissait les armes intellectuelles nécessaires pour émanciper la romanistique de cette accumulation toujours plus poussée de données positives à laquelle l’avaient réduite les travaux de Gustav Gröber (1844-1911), de Wilhelm Meyer-Lübke (18961-1936) ou d’un Eduard Wechssler (1869-1949). Croce renouait avec Vico auquel il consacra un livre et reprenait à son compte l’ambition de rapprocher à nouveau philologie et philosophie de l’histoire. Mais surtout Croce était un connaisseur averti de toute la tradition de l’esthétique allemande dont il rend compte dans son ouvrage, sans oublier les auteurs de second plan, et l’idéalisme hégélien lui était aussi familier. Avec Croce Vossler avait rencontré le médiateur idéal, susceptible d’ouvrir les réflexions allemandes sur la philologie et les sciences humaines à des impulsions extérieures.10

  • 11  Karl Vossler, Positivismus und Idealismus in der Sprachwissenschaft, Heidelberg, Carl Winter 1904.
  • 12  Ibid., p. 42.
  • 13  Ibid., p. 17.

8La première profession de foi explicite en faveur de l’esthétique de Croce est formulée par Vossler dans son livre sur le positivisme et l’idéalisme dans la linguistique : « Personne que je sache n’a avec la même clarté, sûreté et conséquence défini l’esthétique comme la science de l’expression intellectuelle et la linguistique comme une partie de l’esthétique. »11 Le livre est une déclaration de guerre au positivisme dans les sciences humaines. Certes le linguiste est soucieux d’analyser attentivement les phonèmes, les syllabes, les mots et les phrases, mais si l’on considère que dans cet ordre les éléments premiers forment peu à peu un discours, on passe d’un positivisme méthodologique à une métaphysique positiviste aussi absurde que si l’on définissait l’homme comme la somme des éléments physiques obtenus dans le cours d’une dissection. Parler de la langue ce sera désormais pour Vossler partir de la stylistique pour aboutir à la phonologie. La stylistique étant au demeurant une partie intégrante de l’esthétique, la philologie romane, telle que la conçoit Vossler, a partie liée avec l’histoire de l’art12, représentée par ses deux collègues et amis Schlosser et Wölfflin. Les règles de la syntaxe trouvent leur fondement dans les caractéristiques dominantes du peuple qui utilise la langue. Un des exemples qu’il développe volontiers est la disparition du cas oblique dans le français médiéval. On pourrait penser que ce cas disparaît parce qu’il est devenu inutile. Mais Vossler va rechercher une explication liée à l’idée d’esprit du peuple : « une fois que l’orientation rationnelle de la nation française eut conduit à des successions de représentations et à des ordres de mots bien définis le vieux système des déclinaisons pouvait sans dommage être uniformisé. »13 C’est l’histoire intellectuelle et culturelle de la France qui a eu raison du cas oblique en lui substituant la contrainte d’un ordre des mots plus rigoureux. De la même manière les transformations linguistiques les plus insignifiantes, les déplacements sémantiques en apparence les plus fortuits doivent être envisagés d’un point de vue esthétique c’est-à-dire du point de vue de l’orientation intellectuelle des locuteurs au moment où ils s’expriment et de leur horizon historique. Vossler en vient à une conclusion qui le rapproche de Wilhelm von Humboldt, la référence le plus souvent mise en avant après Croce : les langues ne pourraient pas s’enseigner mais on pourrait tout au plus éveiller l’esprit qui les traverse et leur imprime sa dynamique. C’est sur la base du programme esquissé dans son livre de 1904 que Vossler va s’engager dans un nouveau parcours du territoire des romanistes.

  • 14  Cette revue, éditée par les philosophes Richard Kroner et Georg Mehlis, se prévalait de la collabo (...)
  • 15  Karl Vossler, Frankreichs Kultur im Spiegel seiner Sprachentwicklung, Heidelberg, Carl Winter 1913 (...)

9L’application des théories linguistiques élaborées dans les échanges avec Croce et exprimées dans le livre sur positivisme et idéalisme se rencontre d’abord dans un ouvrage publié en 1913 sous le titre Frankreichs Kultur im Spiegel seiner Sprachentwicklung [La culture française au miroir de son évolution linguistique]. Il y a quelque ironie à avoir confié ce livre à une série de manuels élémentaires éditée par Meyer-Lübke. Ce travail qui fait suite à une série d’articles publiés dans la revue Logos, « Revue internationale pour la philosophie de la culture »14, est dédié au romaniste Heinrich Schneegans (1863-1914). Il s’agit ni plus ni moins de jeter un pont entre la philosophie de la culture et la romanistique, à partir de l’exemple français. C’est à ce titre qu’il suscitera l’admiration de Victor Klemperer que l’on peut considérer comme son élève, et la vive approbation d’Erich Auerbach, qui partageait avec lui un même intérêt pour Benedetto Croce. Pour Vossler on peut lire l’histoire politique de la France à partir du devenir de sa langue, elle-même abordée, pour les périodes anciennes, à partir de ses cristallisations littéraires. Il y a au départ une juxtaposition de dialectes dont un seul, le dialecte de l’Île de France, va émerger au point de fédérer et d’absorber les autres. Le normand parlé en France et en Angleterre était trop marqué par les influences étrangères et une culture paysanne pour l’emporter. Le picard était un dialecte plus important car la Picardie où l’accès à l’eau exige des puits profonds et donc un regroupement de l’habitat a eu très tôt une tradition urbaine ; il a été d’emblée aux avant-postes d’une résistance aux langues germaniques et a pu conforter un sentiment national embryonnaire. Mais il manquait à la Picardie une cour, en outre le picard est apparu très tôt comme marqué par des éléments germaniques et donc périphérique. La même remarque vaut pour la Lorraine mais moins pour la Bourgogne et la Champagne vite absorbées dans la cadre du dialecte francien. Les observations de Vossler sur la répartition des dialectes dans l’espace s’accompagnent de citations du géographe Vidal de la Blache. Les croisades, qui juxtaposent plutôt qu’elles ne fondent l’élément français et allemand, ont été une école d’identité nationale et des épopées comme la Chanson de Roland, mettant en scène une identité nationale, politique, religieuse ont contribué à affirmer linguistiquement une unité politique. Un premier classicisme linguistique français autour de Chrétien de Troyes serait à situer entre 1150 et 1250. A l’époque suivante, celle du Moyen français, celle du Roman de la rose et des poèmes de Rutebeuf, s’opère une différenciation sociale qui voit apparaître des castes et complexifie la langue par des importations, conduisant à des doublets. Le nouveau français représenté avant tout par Rabelais et Calvin ouvre la porte aux importations de la Renaissance italienne et surtout à une rigidification progressive qui va aboutir au français classique du xviie siècle : « Ici dans les cercle précieux de la troisième, quatrième et cinquième décennie du xviie siècle, où l’esprit français a réuni la culture espagnole et la culture italienne, on a rompu pour la première fois radicalement avec la langue spontanée et libre, et une parole et une prononciation correcte, conforme à l’écrit, sont devenues le but conscient. »15

  • 16  Ibid., p. 30.
  • 17  Ibid., p. 155.
  • 18  Ibid., p. 346.

10L’histoire de la culture française envisagée à travers l’histoire de la langue est une histoire d’importations et de réinterprétations successives. Dès le début sont apparues des chansons de geste franco-italiennes combinant les deux langues dans une création nouvelle.16 Des hébraïsmes, transmis par la vulgate, sont repérables dans la strate du vieux français. En effet la dimension épique de l’Ancien Testament correspondait bien aux caractéristiques de cet âge de la langue française. C’est le moyen français qui est le plus clairement marqué par des importations venues du provençal, de l’italien, du latin et de cette langue nouvelle que constitue l’argot.17 La Renaissance italienne a bien sûr donné lieu a des importations massives mais les villes du pourtour méditerranéen entretenaient depuis fort longtemps des relations commerciales avec des villes d’Italie et ce négoce a été aussi un vecteur linguistique. Vossler insiste régulièrement sur la porosité du français durant son histoire et sur les formes d’importations multiples, la création progressive d’une langue scientifique impliquant par exemple un alignement sur le latin ou un élargissement du vocabulaire par le biais des traductions. Cette multiplication des importations a entraîné jusqu’au xviie siècle un flottement des accents : « Il n’y avait pas au xvie siècle de canon de prononciation même à la cour royale. Sous François Ier et Henri II la cour fourmillait d’étrangers et d’aventuriers des origines les plus diverses. Sous Henri IV l’accent gascon corrompt la pureté de la diction française. »18

  • 19  Ibid., p. 88.
  • 20  Ibid., p. 98.
  • 21  Ibid., p. 201.
  • 22  Ibid., p. 318.
  • 23  Ibid., p. 368.

11La dimension culturelle des moments de l’histoire de la langue touche à des zones profondes de la perception du monde. Dans l’ancien français les déplacements sémantiques aboutissent à une projection de la subjectivité sur le monde extérieur.19 L’extension de l’article défini y met un terme en même temps qu’elle rationalise le discours sur le monde.20 Le passage de l’ancien au moyen français correspond au passage de l’état d’esprit au concept : « Par ce renversement du subjectif à l’objectif, de l’impondérable au pondérable, de l’intérieur à l’extérieur, le moyen français est parvenu à appréhender aussi des domaines de pensée qui jusque-là restaient étrangers au vulgaire. »21 Cette conquête de l’objectivité rationnelle par le sujet parlant va de pair avec un stoïcisme de l’âge classique et Maupas, dès 1607, légitime après des verbes exprimant l’opinion ou la croyance l’emploi d’un subjonctif qui conforte le sujet mais relativise ce qui ne dépend pas de lui.22 L’histoire de la langue française jusqu’au xviie siècle est le récit d’une conquête de l’objectivité rationnelle. La clarté de la communication impose une compréhension orale immédiate qui doit se reporter23 sur les textes écrits et destinés à une lecture perçue comme transposition de la conversation.

  • 24  Ibid., p. 127.

12Vossler n’oublie jamais que la langue est d’abord un matériel phonique progressivement corseté par une tradition écrite à laquelle il ne cesse d’échapper, à mesure que la dynamique esthétique du langage remet en question le carcan logique et fixiste de la grammaire. Il existe toutefois des moments d’équilibre entre ces deux exigences, comme par exemple le premier classicisme autour de 1200 : « A l’époque l’accent de phrase, pour autant qu’il était déjà défini, était en accord avec l’accent du mot, la structure rythmique était en harmonie avec celle de la pensée la structure syntaxique avec la structure phonique, celle de l’analogie avec celle de la spontanéité dans une mesure qui n’avait pas été atteinte deux cents ans auparavant ni cent ans plus tard. »24 Vossler voit dans le rythme octosyllabique de Chrétien de Troyes la synthèse de deux dimensions fondamentales de la langue, la dimension prosaïque et documentaire et la dimension poétique et monumentale. La philologie auditive n’est jamais très loin de ces appréciations historiques.

  • 25  Ibid., p. 239.
  • 26  Ibid., p. 266.

13L’histoire culturelle du français se termine pour Vossler à l’époque de Rabelais et de Calvin. Ils incarnent chacun une ouverture de l’histoire culturelle française à la Renaissance, majoritairement italienne, d’un côté et à la Réforme, principalement allemande, de l’autre. Ils se situent à un même stade de développement du français, époque d’exaltation de l’individualité, même si Rabelais se caractérise par une explosion linguistique qui transforme ses textes en carnaval lexical alors que la tradition calviniste, sensible jusque chez les jansénistes, privilégie la sincérité sans fioriture par rapport à l’efficacité de l’expression25. Calvin est l’apôtre d’une logicisme autoritaire appliqué à la théologie plus que d’une logique. Mais cette autorité est celle d’un sujet qui s’affirme et donc l’expression linguistique la plus achevée est pour Vossler fournie par Montaigne : « Correspondant à la tonalité subjectiviste et au tempérament de son époque Montaigne est un philosophe lyrique, un penseur qui, renonçant à toutes les techniques et tous les arts de l’argumentation, laisse entièrement agir la merveilleuse et parfaitement immédiate force de contamination de son cœur, la force de suggestion de sa personnalité. »26 Même s’il est difficile de suivre dans tous ses détails l’articulation entre histoire culturelle et caractéristiques grammaticales, proposée par Vossler, le rapprochement systématiquement engagé donne une dimension radicalement nouvelle à la philologie d’un côté et à la philosophie du langage de l’autre.

  • 27  Karl Vossler, Französische Philologie, Gotha, Perthes 1919, p. 6.
  • 28  Ibid., p. 7.

14Si le livre sur l’histoire culturelle de la France précède de peu la première Guerre mondiale Vossler, immédiatement à la suite de la guerre, a publié un compte rendu de l’état de la discipline pour la période 1914-1918. Les étrangers qui trouvent grâce à ses yeux sont d’une part Ferdinand Brunot (1860-1938) pour son Histoire de la langue française des origines à 1900 (9 volumes parus de 1905 à 1937) qui est à ses yeux une réserve prodigieuse de matériaux. Il manifeste également un grand respect pour les travaux de Jules Gilliéron (1854-1926) et principalement pour son Atlas linguistique de la France qui articule la géographie et la linguistique, enfin Gustave Lanson est positivement évoqué. Ce compte rendu fournit principalement à Vossler l’occasion d’argumenter en faveur de ses propres orientations de recherche. Il présente son travail comme une mise en perspective théorique des matériaux accumulés par Brunot : l’histoire d’une langue est celle de la disposition d’esprit « Geistesart » d’un peuple, telle qu’elle s’exprime jusque dans les détails des formes grammaticales.27 Ce n’est qu’en observant ce qu’il y a derrière les formes linguistiques, en dépassant la dissection grammaticale, c’est-à-dire la vie du peuple, que l’on peut comprendre l’histoire de la langue. Mais surtout « le français ne peut être compris scientifiquement de par lui-même mais seulement comme émanant du contexte des autres langues et comme une branche vivante sur l’arbre du discours humain. »28 L’histoire littéraire lui semble avoir sombré dans des axiologies arbitraires depuis qu’elle a cessé de s’intéresser à l’histoire de notre compréhension des auteurs eux-mêmes. On ne peut aborder Corneille, l’histoire de son œuvre et de notre compréhension de son œuvre, dans le cadre d’une philologie plus théorique. L’esthétique de Croce pourrait faire sortir l’histoire littéraire de son impasse. Le livre de Victor Klemperer (1881-1960) sur Montesquieu paru en 1914-1915 et l’édition de Bernhart de Ventadorn par Carl Appel(1857-1934) en 1915 font partie des contributions scientifiques qui retiennent son attention, tandis que l’application à l’histoire du style littéraire de la théorie des Grundbegriffe propre à l’historien de l’art Wölfflin lui apparaît comme une innovation prometteuse. Le compte rendu sur les recherches en philologie française devait entraîner les jeunes romanistes des années 1920 sur les voies esquissées dans le livre sur la culture de la France.

  • 29  Karl Vossler, Die Göttliche Komödie – Entwicklungsgeschichte und Erklärung, Heidelberg, Carl Winte (...)
  • 30  Ibid., p. 235.
  • 31  Ibid., p. 240.

15Karl Vossler en tant que romaniste s’est également engagé dans des travaux de facture apparemment plus classique comme l’ouvrage en plusieurs volumes consacré à Dante et à la Divine comédie. Deux grandes parties de ce grand travail paru chez Carl Winter en 1907-1908 sont prévues d’emblée. Dans la première, elle-même scindée en deux volumes, Vossler abordera la Divine comédie du point de vue de sa genèse, comme la cristallisation linguistique d’une histoire culturelle et psychologique, la seconde partie est plus directement consacrée à expliquer l’œuvre en mobilisant des catégories esthétiques. L’histoire de la Divine comédie est bien sûr une histoire personnelle, la mort de Béatrice plongeant le poète dans un abîme de tristesse qui ne pourra être dominée que par la philosophie et la religion. Mais surtout l’œuvre de Dante doit être considérée comme le résultat d’une histoire intellectuelle qui s’étend sur presque un millénaire. On ne peut la comprendre sans parcourir cette longue histoire religieuse et philosophique. La Divine comédie « est la conclusion, c’est-à-dire l’application et l’utilisation personnelle, des richesses accumulées par la spiritualité chrétienne. »29 Dante aurait découvert la philosophie à travers la lecture du De consolatione de Boèce et du De amicitia de Cicéron. Mais ce qui frappe surtout Vossler dans l’exploration de la culture philosophique de Dante, c’est la tendance du poète, en particulier dans le Convivio, à faire étalage d’érudition. Dante souhaite montrer tout ce qu’il a appris et ne peut utiliser le mot philosophie sans proposer un résumé de l’histoire de la philosophie.30 La figure à laquelle il s’identifie le plus volontiers est toutefois celle de Caton : « Pour la même raison et de la même manière que Dante était parvenu par la philosophie à la guérison spirituelle, son Caton a atteint le purgatoire. La véritable source de cette figure symbolique est l’expérience intérieure qui est à la base de tout le Convivio. »31 Pour Vossler, Dante représente une sorte d’encyclopédie théologique et philosophique dont il faut éclairer les arcanes en montrant chaque fois le type d’appropriation opéré par Dante.

  • 32  Karl Vossler, Die Göttliche Komödie – Entwicklungsgeschichte und Erklärung, Heidelberg, Carl Winte (...)
  • 33  Karl Vossler, Die Göttliche Komödie – Entwicklungsgeschichte und Erklärung, Heidelberg, Carl Winte (...)

16La seconde partie du travail de Vossler, celle consacrée à l’explication proprement dite de l’œuvre, à la mise en évidence de ses spécificités esthétiques, ne remet pas en cause l’aboutissement dans la Divine comédie. Une longue partie est consacrée aux références étrangères. Vossler s’interroge sur l’étendue des lectures françaises de Dante, des épopées jusqu’au Roman de la rose le poète italien a nécessairement pris connaissance de toute cette littérature qui l’a toutefois moins inspiré que la littérature provençale et plus particulièrement Peire d’Auvergne, Arnaut Daniel, Giraut von Bornelh : « Dante a parcouru cent ans de poésie provençale (1160-1260) : d’abord il apprenait et imitait, bientôt il critiquait et choisissait et finalement avec toute la liberté du maître il disposait et renversait. Les troubadours romantiques, par exemple Giraut de Bornelh, peut-être aussi Bernardt de Ventadorn, Peire Vidal et d’autres livrent des motifs et des impressions ; les classiques, par exemple Peire d’Auvergne, Arnaut Daniel peut-être aussi Folquet de Marseille et d’autres transmettent des formes, une technique et la critique ; des personnalités historiquement importantes comme Bertran de Born et Sordello livrent simplement le matériau de leur vie et doivent comme tout être mortel, servir de modèles au créateur de la Comédie. »32 Les poètes latins Ovide, Lucain et surtout Virgile ont offert d’autres matériaux à l’auteur de la Divine Comédie. Dante par exemple établirait dans l’ordre de l’esprit cet empire romain que Virgile établissait dans l’ordre de la réalité charnelle.33 Mais l’attention de Vossler se porte plus particulièrement sur les provençaux. Il faut dire qu’il a lui-même largement contribué à l’étude de la poésie provençale en ne consacrant pas moins de trois monographies à des troubadours, Marcabru (1913), Bertran de Ventadorn(1918) et Peire Cardenal (1916), qui reposent sur des conférences faites à l’Académie des sciences de Munich. Il faut dire en outre que Vossler avait préparé sa recherche sur Dante par un petit ouvrage consacré aux fondements philosophiques du « doux nouveau style » de Guido Guinicelli, Guido Cavalcanti et Dante (1904) et par un autre livre sur les théories poétiques de la première Renaissance italienne. Dante n’a pas échappé à cette mise en perspective d’un point de vue d’histoire culturelle qui aboutit durant les années de guerre, empreintes d’un chauvinisme guerrier, à la redécouverte attentive de l’art des troubadours.

  • 34  Karl Vossler, Die Göttliche Komödie – Entwicklungsgeschichte und Erklärung, Heidelberg, Carl Winte (...)
  • 35  Ibid., p. 247.
  • 36  Ibid., p. 253.

17Pour Vossler Dante est une figure historique de part en part. On ne peut le comprendre, c’est-à-dire pour le philologue comprendre sa langue au-delà des conventions grammaticales, qu’en suivant son insertion dans une histoire culturelles. Si son œuvre est le résultat d’une stratification complexe de références linguistiques, philosophiques et religieuses Dante est aussi et surtout un instituteur de l’Italie : « Comme notre Lessing, notre Schiller et Fichte, Dante est devenu un éducateur de son peuple. Il ne s’est pas ressenti d’abord ni comporté à l’instar Goethe comme une expression typique de son époque et comme un modèle symbolique de l’humanité mais comme un participant et un précurseur. »34 Il n’empêche que pour évoquer Dante dans son contexte Vossler, au début de son livre, s’étend longuement sur le Faust de Goethe. Dante fait partie des créateurs de la langue italienne et son De vulgari eloquentia serait tout particulièrement consacré à doter l’italien populaire d’une grammaire et à fondre les dialectes dans un type unique d’italien écrit.35 Dans l’enquête conduite par Vossler sur la langue de Dante s’esquisse déjà le cadre du futur livre sur l’histoire de la culture française à travers sa langue. En particulier un jeu entre la subjectivité et l’objectivité des représentations s’annonce chez Dante. Pour Vossler l’un des grands secrets de Dante tient à sa capacité à donner au produit de son imagination singulière une valeur objective qui en fait l’objet d’approches logiques et rationnelles : « Il dissèque ses rêves comme s’il s’agissait d’objets. Dans la mesure où la vive critique de sa propre illusion poétique est captivée, il captive aussi complètement le lecteur. »36 Conforté par une construction philosophique le paradis imaginaire de Dante est devenu un paradis réel, scientifiquement prouvé, a acquis une densité empirique. La limite entre la réalité empirique et la poésie s’emble s’être estompée, ouvrant la voie aux interprétations les plus platement positivistes. La philologie revue comme histoire culturelle est confrontée aux limites entre objectivité et constructions subjectives qui parcourt aussi l’histoire linguistique de la France.

  • 37  Karl Vossler, Gesammelte Aufsätze zur Sprachphilosophie, Munich, Max Hueber, 1923, p. 150.

18Karl Vossler a souhaité développer sa propre philosophie du langage, dont la trace la plus explicite apparaît dans un recueil d’articles paru en 1923. C’est là qu’il tente de systématiser sa conception des rapports entre logique, grammaire et esthétique. Sa conception du langage s’inscrit dans une tradition qui remonte à Giambattista Vico auquel Croce avait consacré un livre, c’est-à-dire qu’elle récuse les tentatives cartésiennes d’associer langue et mathématiques. « Alors que Descartes n’a fait qu’esquisser sa philosophie du langage sur une base mathématique sans la développer, Vico déploie d’autant plus richement la sienne sur la base de l’imagination (…) Il peut y avoir dans ces spéculations de philosophie de l’histoire bien des éléments arbitraires et biaisés, mais il reste la découverte que Vico lui-même considère comme le résultat du travail de sa vie et comme la clef de toute sa philosophie : c’est la découverte de l’imagination comme le principe spirituel de la vie du langage. »37 La langue est en perpétuel mouvement. Parcourue de métaphores et de mythes elle est le marqueur philologique de l’histoire des peuples.

  • 38  Ibid., p. 7.
  • 39  Ibid., p. 16.
  • 40  Ibid., p. 35.
  • 41  Ibid., p. 60.
  • 42  Ibid., p. 19.
  • 43  A Antoine Meillet Vossler emprunte l’analyse d’une désémantisation des suffixes réduits à une fonc (...)
  • 44  Ibid., p. 91.

19Pour Vossler les usages linguistiques ne peuvent pas s’expliquer par les lois de la logique ni par des lois naturelles : il faut dès lors les expliquer à partir de la langue même, de ses états successifs, à partir de considérations généalogiques sur les communautés linguistiques.38 Les usages linguistiques s’expliquent à partir de la grammaire historique. Celle-ci est à son tour déterminée par les règles du goût, par le sens esthétique du locuteur.39 L’histoire de la langue, qui est essentiellement une histoire culturelle, synthétise de nombreuses histoires spéciales, comme par exemple l’histoire politique, mais son véritable fondement est l’histoire culturelle et tout particulièrement l’histoire littéraire40, telle qu’elle est par exemple représentée par l’histoire de la littérature italienne de Francesco de Sanctis (1817-1883)41. De ce fait la production des grands écrivains d’une époque met en évidence les tendances d’une langue. L’histoire scientifique de la langue qui ne peut faire l’économie de considérations physiques, psychiques, économiques dans l’étude des transformations linguistiques doit aussi tenir compte des déterminations de l’idée, du goût, du sentiment de la langue pour appréhender dans un vocabulaire humboldtien « la forme interne de la langue » et aboutir au niveau supérieur des évaluations esthétiques.42 La langue est une réalité sociale qui se situe à la fois chez les individus eux-mêmes et entre eux. Elle précède et suit non seulement les actions humaines mais les formes d’individualité. Vossler qui se réfère volontiers aux travaux de linguistique d’Antoine Meillet (1866-1936)43 ou au livre du styliste Charles Bally (1865-1947) Le langage et la vie (1913) s’efforce de montrer que le mot vivant ne résulte pas de ce royaume des ombres que sont les systèmes grammaticaux mais qu’il descend vers ce royaume dans une sorte de phénoménologie de l’esprit.44

  • 45  Ibid., p. 213.
  • 46  Ibid., p. 221.
  • 47  Ibid., p. 212.
  • 48  Ibid., p. 256.

20Dans un livre dédié à l’historien de l’art Julius von Schlosser, Vossler s’efforce de mettre en évidence des parallélismes fondamentaux entre l’histoire de l’art et l’histoire culturelle de la langue. D’abord il y a l’affirmation selon laquelle les peuples ou les sociétés ou les classes sociales donnent au locuteur principalement des « états d’âme » (seelische Verfassungen). Comme l’a montré l’élève de Humboldt Heymann Steinthal dans son livre de 1855 Grammaire, logique et philosophie les mots ne sont pas des concepts ni les phrases des jugements mais tout au mieux des représentations de concepts45. Si les philosophes, comme l’a reconnu Hegel lui-même, ne cessent de reformuler leurs thèses d’imaginer de nouvelles versions c’est précisément parce que les formes linguistiques ne fixent en aucun cas la pensée mais ouvrent en permanence la voie à des ambiguïtés, chaque tentative de les corriger en suscitant de nouvelles : la langue n’est pas une forme logique. « La philosophie se couvre de l’armure des mots pour se protéger du dommage des mots comme les États se protègent des canons par des canons. »46 La langue dans son évolution répond à des critères esthétiques. Vossler est inspiré par un livre de Paul Frank (1878-1962) Die Entwicklungsphasen der neueren Baukunst [Phases de développement de la nouvelle architecture] (1914) et par le concept de « Zweckgesinnung », « état d’esprit finalisé », qui y est développé. « Car les langues aussi ont, grâce à leur ordonnance plus ou moins symétrique, à leur prétendue grammaire, une dimension architectonique dont on ne rend pas compte par une explication purement mécanique et encore moins par une référence exclusive aux nécessités d’une économie intralinguistique finalisée. »47 Les langues tendent à s’écarter des finalités de la communication immédiate et à entrer dans le domaine de l’ornementation, exactement comme les formes architecturales.48 Elles y sont d’ailleurs concrètement intégrées par les histoires particulières, extérieures à l’esprit humain, dont elles sont les marqueurs. Il existerait il est vrai dans l’histoire de la langue et par exemple de la langue française des moments d’équilibre entre la communication finalisée et le caractère purement ornemental qui fait de la langue un phénomène esthétique. La langue de la France du Nord vers 1200 ou encore celle du siècle de Louis XIV répondent précisément à cet équilibre.

  • 49  Ibid., p. 105.
  • 50  Ibid., p. 107.
  • 51  Ibid., p. 114.
  • 52  Ibid., p. 130.

21Dans le faisceau de composantes de la théorie de la langue chez Vossler, il y a une allégeance à Wilhelm von Humboldt sur deux points. La notion de « innere Sprachform » revient régulièrement sous la plume de Vossler. Surtout Vossler insiste sur la différenciation humboldtienne entre « Ergon » et « Energeia » qui devrait être prise plus au sérieux par les historiens. Il convient « de considérer et de comprendre vraiment la langue comme une force vivante et non comme quelque chose d’achevé ni comme un objet dont les transformations s’opèrent comme un destin. »49 Vossler qui recherche les théories confortant sa thèse d’une opposition entre la fixité et le mouvement les trouve par exemple chez le néogrammairien Hermann Paul pour lequel les catégories grammaticales entravent les libertés de la psychologie individuelle.50 Les catégories psychologiques échappent à vrai dire à la grammaire car il n’y a pas de grammaire plus englobante que la grammaire historique qui résulte elle-même d’une lutte contre le fixisme grammatical.51 Dès que se constitue une grammaire se dresse un mur « derrière lequel les nombreuses choses que l’on ne peut plus dire actuellement dans cette langue sommeillent comme une forêt merveilleuse pleine de princesses prisonnières. »52

  • 53  Ibid., p. 144.
  • 54  Ibid., p. 144.

22L’histoire culturelle de la langue est une entreprise émancipatrice qui relève en même temps de l’histoire et de l’esthétique. Cette dimension esthétique implique la prise en compte de la valeur proprement phonique du langage. A ce niveau se joue encore la tension entre les pétrifications formelles et les innovations. Vossler en contemporain d’Eduard Sievers (1850-1932), l’inventeur d’une philologie auditive, a intégré cette dimension dans son histoire culturelle de la langue.53 Un exemple emprunté à Sievers est celui du premier Faust (Urfaust)où Goethe avait adopté, en particulier dans les propos de Faust, une mélodie descendante qui faisait terminer chaque propos de Faust par une chute (Tiefschluß). Mais des remaniements ont été engagés lors de la rédaction du Faust. Il n’en reste par exemple plus rien dans le célèbre monologue de Faust qui privilégie les montées (Hochschluß). On voit ainsi, dans la genèse du Faust s’opérer la mise en place d’un schéma phonique figé suivi par une subversion liée à un déplacement sémantique : « En d’autres termes le schéma ancien, qui à l’origine correspondait à une notation psychologique, s’est vraisemblablement ossifié ou réduit au fil du temps, sans que Goethe l’ait su, pour aboutir à un schéma formel que le poète parvenu à sa maturité ne pouvait plus utiliser dans sa conception élargie et qu’il a rompu par de nouvelles notations psychologiques. »54 La philologie auditive montre que l’histoire culturelle de la langue connaît des transformations dans le cours même d’une vie.

23À partir de Vossler la romanistique allemande devient une science humaine susceptible d’exporter ses modèles intellectuels et de participer à la construction d’une histoire culturelle transnationale. Auerbach ou Klemperer peuvent être considérés comme ses élèves. C’est à partir de lui que l’étude micrologique de l’histoire des langues apparaît comme porteuse d’une histoire culturelle globale. On trouve des références à Vossler jusque chez les formalistes russes. Le renversement qui s’opère avec sa génération résulte d’une écoute particulièrement attentive des évolutions intellectuelles au-delà des disciplines philologiques même. Vossler a suivi l’application de la psychologie aux sciences humaines, a compris le tournant apporté à l’histoire de l’art par Wölfflin et sa théorie des concepts fondamentaux ou par l’Ecole de Vienne incarnée par Schlosser. Il a été séduit par la philosophie à la fois idéaliste et ancrée dans l’histoire de Benedetto Croce. La romanistique semble avoir été renouvelée par le champ qu’il lui a ouvert.

Haut de page

Notes

1  Il est caractéristique que dans les Mélanges à Gröber, publiés en 1899 à Halle, Vossler rédige un article sur le style de Benvenuto Cellini « Versuch einer psychologischen Stilbetrachtung ».

2  Karl Vossler, Leopardi, Munich, Musarion, 1923.

3  Karl Vossler, Poesie der Einsamkeit in Spanien, Munich, Beck, 1940.

4  Theodor Ostermann et Hans Heinfelder, Bibliographie der Schriften Karl Vosslers. Sitzungsberichte/Bayerische Akademie der Wissenschaften, 1951.

5  Sur le positionnement politique de Vossler durant l’époque nazie voir Hans-Ulrich Gumbrecht, Vom Leben und Sterben der großen Romanisten, Vienne, Carl Hanser, 2002.

6  Karl Vossler, Das deutsche Madrigal. Geschichte seiner Entwicklung bis in die Mitte des XVIII. Jahrhunderts. Weimar, Emil Felber 1898.

7  Ibid., p. 158-159.

8  Karl Vossler, La Fontaine und sein Fabelwerk, Heidelberg, Carl Winter, 1919.

9  Carteggio Croce-Vossler 1899-1949, Edizione nazionale delle opere di Benedetto Croce, Naples, Bibliopolis 1991.

10  Sur la place de Croce dans l’œuvre de Vossler voir Felicita Andisio, Filologia e filosofia. Sull’estetica di Benedetto Croce et altri staggi, Napoli, Bibliopolis, 2003.

11  Karl Vossler, Positivismus und Idealismus in der Sprachwissenschaft, Heidelberg, Carl Winter 1904.

12  Ibid., p. 42.

13  Ibid., p. 17.

14  Cette revue, éditée par les philosophes Richard Kroner et Georg Mehlis, se prévalait de la collaboration de Eucken, Husserl, Meinecke, Rickert, Simmel, Troeltsch, Max Weber, Windelband, Wölfflin.

15  Karl Vossler, Frankreichs Kultur im Spiegel seiner Sprachentwicklung, Heidelberg, Carl Winter 1913, p. 356.

16  Ibid., p. 30.

17  Ibid., p. 155.

18  Ibid., p. 346.

19  Ibid., p. 88.

20  Ibid., p. 98.

21  Ibid., p. 201.

22  Ibid., p. 318.

23  Ibid., p. 368.

24  Ibid., p. 127.

25  Ibid., p. 239.

26  Ibid., p. 266.

27  Karl Vossler, Französische Philologie, Gotha, Perthes 1919, p. 6.

28  Ibid., p. 7.

29  Karl Vossler, Die Göttliche Komödie – Entwicklungsgeschichte und Erklärung, Heidelberg, Carl Winter 1907 I,I, p. 134.

30  Ibid., p. 235.

31  Ibid., p. 240.

32  Karl Vossler, Die Göttliche Komödie – Entwicklungsgeschichte und Erklärung, Heidelberg, Carl Winter 1908 II,I, p. 685.

33  Karl Vossler, Die Göttliche Komödie – Entwicklungsgeschichte und Erklärung, Heidelberg, Carl Winter 1908 II,I, p. 900.

34  Karl Vossler, Die Göttliche Komödie – Entwicklungsgeschichte und Erklärung, Heidelberg, Carl Winter 1907 I,I, p. 247.

35  Ibid., p. 247.

36  Ibid., p. 253.

37  Karl Vossler, Gesammelte Aufsätze zur Sprachphilosophie, Munich, Max Hueber, 1923, p. 150.

38  Ibid., p. 7.

39  Ibid., p. 16.

40  Ibid., p. 35.

41  Ibid., p. 60.

42  Ibid., p. 19.

43  A Antoine Meillet Vossler emprunte l’analyse d’une désémantisation des suffixes réduits à une fonction grammaticale.

44  Ibid., p. 91.

45  Ibid., p. 213.

46  Ibid., p. 221.

47  Ibid., p. 212.

48  Ibid., p. 256.

49  Ibid., p. 105.

50  Ibid., p. 107.

51  Ibid., p. 114.

52  Ibid., p. 130.

53  Ibid., p. 144.

54  Ibid., p. 144.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Espagne, « Karl Vossler : Le devenir des langues et l’histoire des cultures », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/1473

Haut de page

Auteur

Michel Espagne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page