Navigation – Plan du site

Quelques éléments pour une histoire des relations entre la Romanistik et la philologie de la péninsule Ibérique

Diana Sanz Roig
p. 103-117

Résumés

La romanistique allemande occupe une place singulière dans la péninsule ibérique. Depuis le Romantisme, ses langues et ses littératures ont intéressé les romanistes allemands, qui ont intégré la philologie hispanique et catalane modernes au sein de la romanistique européenne. En médiateurs culturels, Johannes Fastenrath, Bernhard Schädel, Rudolf Grossmann ou Karl Vossler ont réussi à donner une plus grande visibilité internationale aux études sur les langues et les littératures de la péninsule, et ont favorisé son insertion dans un ensemble culturel européen plus large, et pas seulement latin. Cet article se propose d’offrir quelques éléments sur la relation de la romanistique à la philologie hispanique et catalane, et sur la valeur de son modèle. L’exemple de la réception de Vossler permet de montrer comment l’appropriation de la stylistique vosslérienne fut non seulement un modèle à importer mais aussi un processus de transformation, tel que l’illustre l’École de stylistique espagnole.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2017.

Plan

Une place pour la philologie hispanique moderne
La philologie catalane : le rôle médiateur de Johannes Fastenrath, Bernhard Schädel et Rudolf Grossmann
L’entre-deux-guerres : l’augmentation des échanges
Karl Vossler et la Catalogne
Karl Vossler et l’école philologique espagnole

Aperçu du texte

Une place pour la philologie hispanique moderne

En 1782 est publié le premier volume de la Géographie moderne, qui faisait partie de l’Encyclopédie méthodique éditée par Charles-Joseph Panckoucke. Signé par Nicolas Masson de Morvilliers (1740-1789), l’article « Espagne » exposait les fréquentes critiques dont ce pays était l’objet en raison, vraisemblablement, de ses maigres apports au progrès scientifique de l’humanité : « Que doit-on à l’Espagne ? Et depuis deux siècles, depuis quatre, depuis dix, qu’a-t-elle fait pour l’Europe ? […] Sans le secours des autres nations elle n’a rien de ce qu’il lui faudrait pour faire un siège ». Ce passage a bien entendu provoqué une large polémique qui eut des effets notables sur la mentalité des grands esprits espagnols, lesquels se décidèrent dans les années suivantes à combattre le mépris international.

Ceux qui contribuèrent significativement à une plus grande reconnaissance de la culture espagnole furent les Romantiques allemands qui réussire...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diana Sanz Roig, « Quelques éléments pour une histoire des relations entre la Romanistik et la philologie de la péninsule Ibérique », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/1474

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page