Navigation – Plan du site

Quelques éléments pour une histoire des relations entre la Romanistik et la philologie de la péninsule Ibérique

Diana Sanz Roig
p. 103-117

Résumés

La romanistique allemande occupe une place singulière dans la péninsule ibérique. Depuis le Romantisme, ses langues et ses littératures ont intéressé les romanistes allemands, qui ont intégré la philologie hispanique et catalane modernes au sein de la romanistique européenne. En médiateurs culturels, Johannes Fastenrath, Bernhard Schädel, Rudolf Grossmann ou Karl Vossler ont réussi à donner une plus grande visibilité internationale aux études sur les langues et les littératures de la péninsule, et ont favorisé son insertion dans un ensemble culturel européen plus large, et pas seulement latin. Cet article se propose d’offrir quelques éléments sur la relation de la romanistique à la philologie hispanique et catalane, et sur la valeur de son modèle. L’exemple de la réception de Vossler permet de montrer comment l’appropriation de la stylistique vosslérienne fut non seulement un modèle à importer mais aussi un processus de transformation, tel que l’illustre l’École de stylistique espagnole.

Haut de page

Texte intégral

Une place pour la philologie hispanique moderne

  • 1  Voir Nicolas Masson de Morvilliers, « Espagne », Encyclopédie méthodique ou par ordre des matières(...)

1En 1782 est publié le premier volume de la Géographie moderne, qui faisait partie de l’Encyclopédie méthodique éditée par Charles-Joseph Panckoucke. Signé par Nicolas Masson de Morvilliers (1740-1789), l’article « Espagne » exposait les fréquentes critiques dont ce pays était l’objet en raison, vraisemblablement, de ses maigres apports au progrès scientifique de l’humanité : « Que doit-on à l’Espagne ? Et depuis deux siècles, depuis quatre, depuis dix, qu’a-t-elle fait pour l’Europe ? […] Sans le secours des autres nations elle n’a rien de ce qu’il lui faudrait pour faire un siège »1. Ce passage a bien entendu provoqué une large polémique qui eut des effets notables sur la mentalité des grands esprits espagnols, lesquels se décidèrent dans les années suivantes à combattre le mépris international.

2Ceux qui contribuèrent significativement à une plus grande reconnaissance de la culture espagnole furent les Romantiques allemands qui réussirent à faire en sorte que l’étude de la littérature et de la culture espagnole trouve une place dans la romanistique qui commençait à se développer à partir de 1820.

  • 2  Sur la réception de Lope de Vega en Allemagne, voir Joan Oleza « Claves románticas para la primera (...)
  • 3  Pour une étude plus détaillée, voir Günther Haensch, « La aportación de los países de habla aleman (...)

3Alors que les frères Schlegel faisaient l’éloge de la tradition médiévale espagnole et qu’August Wilhelm Schlegel traduisait des œuvres du théâtre du Siècle d’Or espagnol (Calderón, surtout, dans Spanisches Theater, 1803-1809), nombreux étaient les hommages à Cervantès (les Romantiques allemands changèrent complètement l’interprétation scolastique du Quichotte) et à d’autres auteurs du Siècle d’Or espagnol (Gracián ou Tirso de Molina, entre autres)2. A cette époque, l’Allemagne vit fleurir un groupe notable d’hispanistes (la philologie hispanique moderne comme discipline naquit comme partie de la philologie romane), parmi lesquels se trouvaient Ludwig Tieck, qui avait traduit le Quichotte au tournant du siècle (1799-1801) ; Friedrich Bouterwek, qui rédigea une Geschichte der spanischen Poesie und Beredsamkeit (1804), et Friedrich Diez, qui donnait une place importante à la langue espagnole dans ses œuvres Altspanische Romanzen (1819), Grammatik der romanischen Sprachen (1836-1844) et Etymologisches Worterbuch der romanischen Sprachen (1853). Diez appliqua aux langues romanes la méthode historique comparative qu’avaient utilisée Franz Bopp dans son étude des langues indo-européennes et les frères Grimm dans le cas des langues germaniques. L’intérêt des Romantiques allemands pour la poésie et la musique populaire conduisit Jacob Grimm à éditer aussi le volume Silva de romances viejos (1816), qui incluait un prologue en espagnol. De son côté, le consul allemand Juan Nicolás Böhl de Faber se consacrait en Espagne à l’étude de Calderón et au théâtre classique espagnol, et Wilhelm von Humboldt étudiait lors de ses voyages un grand nombre de langues, parmi lesquelles l’espagnol et surtout le basque. Au cœur du xixe siècle, Adolf Friedrich von Schack faisait connaître la Geschichte der dramatischen Literatur and Kunst in Spanien (3 vols. 1845-1846) et Poesie und Kunst der Araber in Spanien and Sicilien (1865) ; Gustav Grober livrait la première grammaire historique espagnole dans son encyclopédie sur la philologie romane Die spanische Sprache (1888) et Wilhelm Meyer-Lübke publiait la Grammatik der romanischen Sprachen (1890-1899) et, au xxe siècle, Einführung in das Studium der rornanischen Sprachwissenschaft (1909), traduit par Américo Castro en 1914, et Romanisches etymologisches Worterbuch (1911-1920)3.

La philologie catalane : le rôle médiateur de Johannes Fastenrath, Bernhard Schädel et Rudolf Grossmann

  • 4  La première traduction complète de la littérature catalane apparaît très tôt. Il s’agit de L’espil (...)
  • 5  Clara Commer fut la première traductrice de l’Atlàntida, une de ses œuvres les plus connues, qui f (...)
  • 6  La première traduction de la poésie de Joan Maragall, par les soins de Vogel, fut publiée dans l’h (...)
  • 7  Voir Ferran Robles, op. cit., p. 219.

4Le milieu spécifique de la langue et de la littérature catalane intéressa aussi les romanistes allemands, conscients de l’existence d’un territoire avec une langue et une culture propre, différente du reste de la péninsule4. En 1890, Johannes Fastenrath publiait l’anthologie Catalanische Troubadoure der Gegenwart, qui comprenait 276 poèmes de 92 auteurs. Fastenrath offrait un ample panorama de la Renaixença, mouvement culturel du xixe siècle qui se proposait de renouer avec la langue catalane comme langue littéraire et de culture, et faisait connaître l’œuvre de ses poètes les plus remarquables. Dans le sillage des Jocs Florals (un concours littéraire qui diffusait la création en langue catalane), Fastenrath organisa entre 1899 et 1915 une réplique du concours dans la ville de Cologne. Jacint Verdaguer, le poète romantique catalan par excellence, fut plébiscité par le groupe de catholiques allemands qui traduisirent sept volumes de ses poèmes entre 1891 et 19115. De son côté, Peter Lang analysa le folklore musical catalan et publia en 1900 le travail Katalanische Volkslieder und andere hispanische Früchte. Le romaniste Eberhard Vogel, auteur du premier dictionnaire complet catalan-allemand (1911) et allemand-catalan (1916) (Taschenwörterbuch der Katalanischen und deutschen Sprache), s’intéressa également à la langue et à la littérature catalane. Quant à Meyer-Lübcke, précédemment mentionné, nous lui devons le volume Das Katalanische, seine Stellung zum Spanischen und Provenzalischen sprachwissenschaflich und historisch dargestellt (1925), et cette idée selon laquelle la langue catalane s’apparente à la langue occitane. La figure de Vogel est aussi remarquable comme traducteur de nombreux écrivains catalans contemporains, parmi lesquels il faut mentionner Joan Maragall6 (un des premiers écrivains qui traduisit la littérature allemande en langue catalane) et Àngel Guimerà, auteur de Terra baixa, œuvre sur laquelle se fonde le célèbre Tiefland : Oper in einem Vorspiel und zwei Aufzügen – mis en scène en 1903 avec le livret de Rudolf Lothar et la musique d’Eugen d’Albert –, et La filla del mar (Liebesketten : Oper in drei Aufzügen, 1912). Vogel fut aussi le traducteur du roman catalan contemporain : Els sots feréstecs (Lazarus’ Tod, 1909) de Raimon Casellas, Solitud (Sankt Pons : Roman, 1909) de Víctor Català, Revolta (Gori der Rebell : Roman, 1912) et Per la vida (Das Tomatenbeet, 1912) de Josep Pous i Pagès, Josafat (Josaphat, 1918) de Prudenci Bertrana, et de la prose naturaliste de L’escanyapobres (Der Vampyr, 1920) de Narcís Oller7.

  • 8  La correspondance publiée entre Bernhard Schädel et Antoni Maria Alcover Moll, directeur du Diccio (...)
  • 9  Pour une analyse des relations entre la culture allemande et catalane, voir Marició Janué, « Les r (...)

5L’intérêt de Vogel et Fastenrath pour la langue et la littérature catalane les amena à participer au Premier Congrès International de la Langue Catalane qui fut organisé à Barcelone en 1906. Dans le volume publié postérieurement figure un article du romaniste Bernhard Schädel sur l’avenir des études en langue et littérature catalane. Le rôle de ce romaniste comme médiateur culturel sera, incontestablement, fondamental8. Entre 1904 et 1911, Schädel travailla à l’Université de Halle – qui comprenait la plus ancienne chaire de romanistique après celle de Bonn –, et il fonda à son domicile le Katalanisches Institut, qui disposait d’une importante bibliothèque. Schädel fut aussi à l’initiative des premières bourses octroyées par la Diputació de Barcelona pour organiser le séjour d’étudiants catalans dans son université. En 1908, le premier groupe d’étudiants lauréats furent Pere Barnils, Antoni Griera et Manuel de Montoliu, auquel nous ferons référence ultérieurement. Antoni Maria Alcover, auteur du Diccionari Català-Valencià-Balear, passa quelques années à Halle et se lia d’amitié avec le romaniste Wilhelm Meyer-Lübke. En 1911, Schädel fut muté à l’Université de Hamburg où il créa le Seminar für Romanische Sprachen und Kultur et le mémorable Ibero-Amerikanisches Institut (1917). Après la Première Guerre mondiale, l’Université de Hambourg offrit pour la première fois des cours réguliers de langue catalane que dispensa précisément le critique et traducteur Manuel de Montoliu tout au long de l’année 1920. Hambourg se transforma en centre névralgique des études sur la catalanistique et les projets de Schädel furent poursuivis par Fritz Krüger, Rudolf Grossmann et Wilhelm Giese. Le médiévaliste Jordi Rubió i Balaguer donna également des cours de culture et de littérature espagnole dans le séminaire de romanistique de Schädel, où il fut lecteur de castillan et de catalan entre 1911 et 1913. Rubió sollicita une bourse de la Junta para Ampliación de Estudios (JAE- une commission pour le perfectionnement des études) de Madrid pour étudier la philologie romane en Allemagne, et devint à son retour le flamboyant fondateur et directeur de la Biblioteca de Catalunya, la bibliothèque nationale de Catalogne9.

  • 10  Voir Ferran Soldevila, « Homenatge al professor Heinrich Finke », in : Revista de Catalunya, 01/19 (...)

6Parmi les médiévistes, on compte également Heinrich Finke, qui s’intéressa aux Archivos de la Corona de Aragón (Archives de la Couronne d’Aragon) et lança à partir de 1928 une des revues allemandes les plus importantes sur la culture hispanique, Spanische Forschungen der Görresgesellschaft. Son œuvre était recensée dans les pages de l’influente revue de la haute culture catalane Revista de Catalunya10.

  • 11  Dans : Spanien. Zeitschrift für Auslandskunde, Hambourg, Organ der Ibero-Amerikanischen Gesellscha (...)
  • 12  Rudolf Grossmann, « Das Autonomieproblem in Spanien », in : Spanien. Zeitschrift für Auslandkunde, (...)
  • 13  Rudolf Grossmann, Katalanische Lyrik der Gegenwart, Hambourg, Casa Editorial Fausto, 1923.

7La figure de Rudolf Grossmann fut fondamentale pour l’intégration de l’histoire de la littérature catalane au sein de la romanistique européenne. Grossmann, disciple de Schädel, publia deux recueils de poésie catalane : « Charakterköpfe jungkatalanischer Lyrik : Joan Maragall » (1921)11, Katalanische Lyrik der Gegenwart (1923), ainsi qu’un article sur le mouvement nationaliste catalan12. L’anthologie de Grossmann compilait l’œuvre des poètes de l’époque, rattachant la littérature catalane aux dernières tendances de la poésie européenne. À ce titre, l’attention accordée à Grossmann, de la part de l’intelligentsia catalane, fut d’autant plus remarquable qu’elle joua un rôle fondamental dans la connaissance de la littérature catalane en Allemagne. De fait, il convient de rappeler qu’après l’anthologie de Grossmann il fallut attendre presque 50 ans avant que ne soit éditée une seconde anthologie, à Mainz en 1970 par Johannes Hösle (Katalanische Lyrik im zwanzigsten Jahrhundert). Grossmann traduisit plusieurs poèmes de Joan Maragall, mais, alors que celui-ci avait écrit un article sur le mouvement nationaliste catalan, Grossman négligea complètement la facette politique et engagée du poète catalan. Dans l’introduction à la Katalanische Lyrik der Gegenwart, il écrivait : « Cette fibre nordique est sans doute ce qui donne à beaucoup de ses poésies pour le lecteur allemand une sonorité si familière, si allemande », mais aussi : « Avoir donné à la nouvelle poésie catalane la direction qui se distingue aujourd’hui tellement du catalanisme politique, c’est le mérite de Joan Maragall »13. Directeur dans les années trente de l’Ibero-Amerikanisches Institut de Hambourg, il publia avec Rudolf Slaby un dictionnaire espagnol-allemand (Wörterbuch der spanischen und deutschen Sprache) (1932).

L’entre-deux-guerres : l’augmentation des échanges

  • 14  Voir Sandra Rebok, « Ciencia alemana en España : los comienzos de la cooperación institucional en (...)
  • 15  Voir 100 Jahre/Años Deutsche Schule Barcelona/Colegio Alemán, Chronik/Crónica, Memoria 1993-1994, (...)

8Comme nous l’avons vu précédemment, l’intérêt des romanistes allemands pour les langues et les littératures de la péninsule Ibérique fut notable, ce qui donna lieu chez les romanistes allemands à une multitude de voyages et de séjours, et à la création en Allemagne d’un groupe important d’hispanistes. Parallèlement, les demandes pour voyager en Allemagne augmentèrent chez les écrivains et philologues catalans et espagnols, mais aussi chez les universitaires d’autres disciplines (depuis la musicologie jusqu’à l’industrie chimique)14, tous à la recherche de modèles et de méthodes susceptibles d’être importées dans leurs domaines respectifs. C’est dans ce contexte qu’est créée à Barcelone en 1893 la première École allemande de toute l’Espagne, qui incontestablement joua un rôle fondamental15.

  • 16  En 1925 est créé à Madrid un autre Centre d’études avec des fonctions identiques. Pour une analyse (...)
  • 17  Voir Marició Janué, op. cit., p. 214.
  • 18  Voir Ferran Robles, op. cit.
  • 19  Dans le contexte des célébrations de l’Exposition Internationale le Graff Zeppelin survola la capi (...)

9Au cours des premières décennies du xxe siècle, les aspirations politiques de la nation catalane favorisèrent l’intérêt des écrivains et des intellectuels catalans pour la science et la culture allemande, tenue pour être plus développée et compréhensive envers les revendications nationales et la diversité linguistique. Enric Prat de la Riba, à l’initiative de l’Institut d’Estudis Catalans (IEC) (1907) et président de la Mancomunitat (1914-1917) (une institution qui, bien qu’elle n’ait pas de pouvoir législatif, jouissait de fonctions propres de Gouvernement), reconnaissait dans La nacionalitat catalana (1906), œuvre séminale du catalanisme, que le mouvement nationaliste romantique allemand était un modèle à suivre. Ainsi, durant la Première Guerre mondiale, se constitua à Barcelone un cercle d’intellectuels et de spécialistes de différents milieux, qui, sous le nom de « Amichs de Germania » essayèrent de défendre le pays des Allemands des attaques dirigées contre lui par l’opinion internationale. Dans le cadre de ces activités, fut organisé à Barcelone en 1917 un Cours universitaire de formation avancée hispano-allemand, auquel participèrent des professeurs allemands, espagnols et catalans. Le cours fut renouvelé l’année suivante avec une plus grande attention accordée aux études concernant les humanités. C’est dans la foulée que fut créée la Société hispano-allemande qui proposait, d’abord à Barcelone et ensuite à Saragosse, des cours d’allemand aux travailleurs de toutes branches. Au terme de la Grande Guerre européenne, plusieurs écrivains et intellectuels catalans qui s’étaient formés en pays germanique écrivirent une déclaration commune pour demander le rétablissement des relations avec l’Allemagne. En 1923, à l’occasion de la visite d’Albert Einstein à Barcelone (invité par l’Institut d’Estudis Catalans), fut créé le Centre d’études allemandes et d’échanges, qui veillait à la collaboration scientifique entre l’Allemagne et la Catalogne. Ce Centre se dota d’une importante salle de lecture qui réussit à réunir de nombreux volumes et publications en allemand16. La République de Weimar fut, malgré les difficultés survenues durant la dictature de Primo de Rivera (1923-1930), la période où on compta le plus d’échanges entre l’Allemagne et la Catalogne17, bien que le répertoire des traductions (du moins celui des traductions du catalan vers l’allemand) fît état d’une baisse considérable de traductions18. En 1925 une importante Exposition du livre allemand fut également organisée à Barcelone qui réussit à réunir près de 6 000 volumes. La participation germanique fut aussi tout à fait notable à l’Exposition internationale de 1929, où, comme il est de notoriété publique, le pavillon de Mies van der Rohe fit sensation19.

  • 20  On relèvera le travail de Hans Ulrich Gumbrecht qui dresse le portrait entre 1920 et 1960 des spéc (...)

10C’est dans ce contexte d’intenses échanges qu’il convient par conséquent de situer la réception de la romanistique germanique qui représentait pour la critique littéraire et philologique espagnole et catalane un modèle à importer. Pareillement, la romanistique allemande réussit de son côté à donner une plus grande visibilité internationale aux études sur la langue et la littérature hispaniques, développant ainsi la recherche scientifique sur la littérature médiévale et des langues romanes, et sur la littérature du Siècle d’or espagnol. Elle favorisa également la renaissance de l’espace culturel catalan comme objet d’étude et son insertion dans un ensemble culturel européen plus large, et pas seulement latin. De nombreuses correspondances et des articles dans la presse mettent en lumière la circulation et l’appropriation des idées des spécialistes allemands les plus éminents de langue romane : Karl Vossler, Leo Spitzer, Ernst Robert Curtius ou Rudolf Grossmann20. Bien qu’il ne soit pas possible d’analyser ici en détail la circulation de chacune d’elles, nous aimerions toutefois donner un aperçu de l’appropriation de la stylistique vosslérienne, qui non seulement fut importée dans le champ catalan et hispanique mais qui initia un processus de transformation, comme l’illustre surtout l’École de stylistique espagnole.

Karl Vossler et la Catalogne

  • 21  Voir Carteggio Croce-Vossler (1899-1949), préface de Vittorio de Caprariis, Bari, G. Laterza & Fig (...)

11La relation que Vossler entretint avec la Catalogne peut s’expliquer à travers trois jalons principaux : le séjour à Munich de Carles Riba (1892-1959), un des grands écrivains catalans du xxe siècle ; la découverte de Vossler par Manuel de Montoliu (1877-1961), éminent traducteur et critique littéraire, et les voyages de Vossler à Barcelone en 1929, 1932 et 1944. Vossler avait antérieurement voyagé en Espagne (en 1909 selon sa correspondance avec Benedetto Croce)21, mais son périple en terres andalouses et dans la capitale espagnole n’eut guère d’influence sur lui. De fait, ce seront ses amitiés catalanes qui permettront son entrée définitive dans la péninsule.

  • 22  Voir Jordi Malé, « El misticisme de Jacint Verdaguer segons Carles Riba (el pròleg de 1922 al volu (...)
  • 23  Voir Jaume Medina, Carles Riba (1893-1959), Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 198 (...)
  • 24  Cartes de Carles Riba 1 : 1910-1938, Carles-Jordi Guardiola (éd.), Barcelone, La Magrana, 1990, p. (...)
  • 25  L’analyse détaillée de cette question est consultable dans Jordi Malé, op. cit.
  • 26  Epistolari López-Picó Carles Riba, Barcelone, Barcino, 1976. Voir, en particulier, la lettre du 18 (...)
  • 27  Ibidem, p. 191.
  • 28  La réflexion sur l’idée d’historicité et la méthode utilisée dans les sciences sociales réunit dan (...)

12Carles Riba arriva à Munich en mars 1922 afin de rencontrer Vossler et de se familiariser avec sa méthode critique. Boursier du Consell de Pedagogia (Conseil pédagogique) de la Mancomunitat (à l’époque, le Gouvernement de la Catalogne), Riba se forma en Allemagne durant un an sous la tutelle de Vossler. Ce séjour ne fut pas seulement un point d’inflexion dans son développement intellectuel, il permit également l’établissement des premiers contacts entre les intellectuels catalans et le spécialiste allemand de langues romanes. Moins intéressé par la stylistique de Bally, qui focalisait son étude sur des questions de nature linguistique, Riba s’intéressa à la stylistique littéraire, qui essayait d’identifier les traits stylistiques du texte pour inférer ses correspondances respectives avec le contenu du texte et la personnalité de l’auteur. En 1922 Riba écrivit pour la « Biblioteca Literària », d’Editorial Catalana, une préface au volume de Poesies de Jacint Verdaguer, le poète romantique catalan le plus remarquable. Cette préface est le premier texte critique qu’il écrivit en Allemagne et la méthode employée ressemblait fortement au système critique vosslérien22. Le prologue aux Poesies de Verdaguer compose le début d’un ensemble d’articles où Riba conduit une critique pleinement stylistique ; un type de critique qu’il avait pratiqué dans des articles antérieurs, bien que de manière plus intuitive, sans approfondir ses approches ni son application. C’est par conséquent dans cette étude sur l’œuvre de Verdaguer, et dans celles qui suivront sur d’autres écrivains catalans, que Riba se propose d’approfondir la critique stylistique et décide d’adopter sa méthodologie. La préface est écrite en mars 1922, quand Riba était à Munich depuis à peine un mois (nous savons qu’il voyagea en Allemagne le 3 mars)23, mais l’empreinte de Vossler est perceptible depuis le début. De fait, Riba connaissait des œuvres antérieures comme Positivismus und Idealismus in der Sprachwissenschaft (1904), dont la traduction en catalan était disponible, la première de la péninsule, ainsi que Sprache als Schöpfung und Entwicklung (1905), qui doivent toutes deux aux idées sur le langage de Benedetto Croce. Dans une lettre du 23 septembre 1923 (qui répondait à une lettre de Vossler du 18 septembre de la même année), Riba se réjouissait des compliments de Vossler à l’égard de son anthologie de Verdaguer et le remerciait de ses enseignements, en reconnaissant qu’une impulsion majeure lui avait été donnée par le petit volume Dante als religiöser Dichter, que Vossler avait publié à Berne en 1921 dans la maison d’édition Verlag Seldwyla24. Dans ce travail, Vossler réunissait avec une dimension européenne quatre conférences sur l’œuvre de Dante. La première, qui donne son titre au volume, se consacre à la figure d’Alighieri comme poète religieux, et ce fut précisément ce texte qui intéressa Riba en lui donnant le point de départ pour réaliser son analyse stylistique de la poésie de Verdaguer. Les connexions entre la Divine Comédie et l’œuvre du poète catalan sont rares, il est toutefois intéressant d’analyser l’appropriation opérée par Riba de l’analyse stylistique vosslérienne25. En termes généraux, cette analyse se fonde sur la maîtrise de la spiritualité, et essaie de trouver chez l’auteur un principe d’ordre spirituel ou psychologique qui puisse rendre raison de la complexité de l’œuvre créée, le « noyau de l’être » selon les termes de Vossler. Ce qui prédominait jusque dans les années 1930 au sein des cercles universitaires était plutôt une tendance antipositiviste qui favorisait le retour à un type d’analyse capable de spéculer sur le langage et qui ne se consacrerait pas exclusivement à la compilation de données et à la création de typologies linguistiques. Riba, qui fut professeur de grec à la Fondation Bernat Metge (institution semblable à la fondation Guillaume Budé, en France), traduisit les classiques en catalan, et s’appropria la stylistique de Vossler pour disposer d’un modèle d’analyse et de concepts qui s’appliquerait à l’étude de la littérature catalane. Il est bien connu que Vossler ne publia jamais aucun texte littéraire, mais sa méthode de travail permit de donner une plus grande précision aux études de Verdaguer, et, par extension, au développement de la critique littéraire catalane. Comme on le voit dans les lettres échangées entre Riba et Josep Maria López-Picó, une autre des grandes figures de l’élite intellectuelle catalane de l’époque26, Riba admirait non seulement le travail de Vossler comme philologue (il s’y réfère fréquemment), mais également son humanité. Grâce à Vossler, mais aussi à Leo Spitzer, que Riba connut lors de son séjour en Allemagne27, l’écrivain catalan crée une nouvelle critique littéraire en langue catalane. Cette critique littéraire s’inspira des larges compétences linguistique de Vossler, rompu à toutes les méthodes de la philologie traditionnelle, et de sa conception romantique et humboldtienne de la langue. Vossler et Spitzer (mais aussi Croce ou Ernst Cassirer, très appréciés parmi les intellectuels catalans de l’époque) mettent au goût du jour les idées humboldtiennes pour donner vie à un nouveau courant linguistique, dans lequel se reconnaîtra, par exemple, Leo Weisgerber. Riba s’intéressa en particulier au concept de Weltansicht, que Wilhelm von Humboldt utilisait dans ses travaux linguistiques. Humboldt partageait avec Schlegel l’idée de la langue comme moyen pour connaître la nation, la langue comme support d’une histoire et d’une réflexion, autant de réflexions auxquelles bien entendu s’identifieront les écrivains et intellectuels catalans. Le style de Vossler se voulait un dépassement du positivisme, et prétendait insuffler une vitalité nouvelle à une science aux horizons trop limités28. Dans cette perspective, le séjour de Riba à Munich lui permettait d’approfondir la critique stylistique, une méthode qui avait des incidences non pas tant sur la plan du résultat que sur celui du processus créateur. Riba fut considéré comme un humaniste complet, un philologue avide de créer un nouveau concept de Weltliteratur.

  • 29  Voir Manuel de Montoliu, Memorias de infancia y adolescencia, Tarragone, Diputació Provincial, 195 (...)
  • 30  Il convient de rappeler que, malgré certaines tentatives antérieures, la première chaire de littér (...)

13Comme nous l’avons signalé, la première traduction d’une œuvre de Vossler dans une langue de la péninsule fut publiée précisément en langue catalane. Positivismus und Idealismus in der Sprachwissenschaft (1904) fut traduit en catalan en 1917 (Positivisme e idealisme en la ciència del llenguatge : investigació lingüístico-filosòfica) par le critique, traducteur et professeur de l’Université de Barcelone Manuel de Montoliu (1877-1961), qui traduira aussi le premier texte de Vossler en espagnol : Historia de la literatura italiana (1925) (Italienische Literaturgeschichte), publié chez l’éditeur Labor. Positivismus und Idealismus réfutait la thèse des positivistes, qui se fondait sur la collection de données, et décrivait l’objectif des idéalistes, qui recherchaient dans l’esprit de l’homme une explication causale des phénomènes littéraires et linguistiques. Lauréat d’une bourse délivrée par la Diputació de Barcelone en 1908, Montoliu étudia la philologie romane à Halle avec Bernard Schädel et se familiarisa tôt avec les méthodes de la romanistique allemande et avec les travaux de Karl Vossler, qu’il connut en 1910. Rédacteur prolifique, Montoliu écrivit entre 1904 et 1911 la série d’articles « L’organització de la vida intel·lectual a Alemanya » (l’organisation de la vie intellectuelle en Allemagne), qui sera publiée dans le quotidien El Poble Català. À son retour à Barcelone, en 1911, il travailla comme professeur de littérature à l’université et dans le Bureau Lexicographique de l’Institut d’Estudis Catalans, où il édita avec Pompeu Fabra un dictionnaire (le Diccionari Aguiló). En 1920 il repartit en Allemagne pour travailler comme lecteur d’espagnol et de catalan à l’Université de Hambourg, et à partir de 1925 il développa son activité à Buenos Aires, où il fut directeur de l’Institut de philologie de l’Université de Río de la Plata29. La présidence de Montoliu à l’Institut, créé en 1923, fut très importante dans la diffusion transatlantique de Vossler. En 1927, à son retour à Barcelone, le philologue Amado Alonso lui succéda et popularisa la stylistique vosslérienne dans sa collection « Estudios Estilísticos ». Il édita de nombreuses monographies de Raimundo Lida, Pedro Henríquez Ureña ou de lui-même, autant d’écrits proches des présupposés du romaniste allemand. Le soin pris par Montoliu à concilier son travail en tant que spécialiste et critique de la langue et de la littérature catalane (ses travaux sur la littérature catalane médiévale ou sur le lexique, l’étymologie et la toponymie sont très conséquents) avec celui d’hispaniste (nous devons à Montoliu une grammaire castillane, un essai sur l’espagnol latino-américain, un manuel d’histoire de la littérature castillane, mais aussi de nombreuses préfaces dans des publications espagnoles), mais aussi ses essais autour des figures les plus notables de la littérature universelle (son libre Goethe en la literatura catalana, paru en 1935 est en ce sens paradigmatique) renvoient à l’esprit de la romanistique allemande qui, durant les trente premières années du xxe siècle, essaya de dépasser les frontières de la « Romania » pour s’inscrire dans une Europe plus large et établir des liens forts avec des espaces littéraires et culturels d’un côté et de l’autre de l’Atlantique. L’esprit de Vossler lui permit, en ce sens, de cultiver une philologie transnationale, qui ne l’empêcha guère de renforcer les études de philologie catalane, dont il avait appris les premiers éléments en Allemagne30. Hormis l’attention particulière portée par Montoliu à la diffusion de la pensée vosslérienne et à la diffusion de la littérature et de la culture germanique en Catalogne, il appliqua les thèses apprises dans des livres comme Sprache als Schöpfung und Entwicklung (1905) – tributaire à son tour de Rickert – à ses études sur la littérature catalane. Dans le sillage de Vossler, Montoliu voulait que la critique esthétique du langage appartienne aussi bien à la linguistique qu’à l’histoire littéraire. Dans cette perspective, convaincu qu’il n’y avait pas de différences entre la science qui étudiait le langage et la science qui analysait l’œuvre littéraire, il sut conjuguer la tâche du linguiste et celle du critique littéraire, une complémentarité que nous avons probablement oubliée de nos jours. Cette attitude compréhensive avec la critique idéaliste allemande fut partagée à l’époque par des institutions catalanes notoires comme l’Oficina Romànica de Lingüística i Literatura (le Bureau de langue et littérature romanes), qui est la section philologique de la Biblioteca Balmes créée en 1928 et qui avait succédé à la Societat Catalana de Filologia (la Société Catalane de Philologie), une institution parallèle à l’Institut d’Estudis Catalans, lequel demeura en activité de 1928 à 1936. La réflexion développée par Montoliu sur les rapports existants entre langue, littérature d’un côté et réalité sociale et spirituelle des peuples – particulièrement du peuple catalan –, de l’autre, est d’autant plus manifeste dans L’art i la moral (1928) (L’art et la morale), publié aux éditions Balmes, ou dans le volume Llenguatge i poesia (1929) (Langage et poésie), qui comprenait quatre essais sur le thème. Ses idées furent également mises en valeur dans des conférences antérieures comme « El llenguatge com a fet estètic i com a fet lògic » (Le langage comme un fait esthétique et comme un fait logique, conférence prononcée à la Biblioteca Filològica, 1921) ou « El lenguaje como fenómeno estético » (Le langage comme un phénomène esthétique, Buenos Aires, 1926). Montoliu fut directeur de la collection « Ciencias literarias » (Sciences littéraires) de l’éditeur Labor disposant d’un siège à Barcelone et Buenos Aires, et qui publia la Historia de la Literatura Italiana (1925) de Vossler mentionnée plus haut, ou une Historia de la Literatura Rusa de A. Brückner, préfacée par Montoliu. Dans les années 1920, Vossler publia d’autres œuvres fondamentales comme Gesammelte Aufsätze zur Sprachphilosophie (1923), Geist und Kultur in der Sprache (1924), Tres motivos de literatura románica (1929) et Metodología filológica : con referencias a idiomas modernos, especialmente el alemán (1930), toutes ces œuvres étaient connues de la sphère intellectuelle catalane.

  • 31  De son activité en tant que journaliste, on peut souligner sa collaboration avec la presse catalan (...)

14Spécialiste de la littérature et de la culture germanique, Montoliu préfaça Las cien mejores poesías líricas de la lengua alemana (volume traduit par Fernando Maristany chez l’éditeur Cervantes en 1919), Las mejores poesías líricas francesas, inglesas y alemanas (avec des préfaces de Alexandre Plana, Enrique Díez-Canedo et Montoliu ; volume publié par l’éditeur Cervantes en 1936), et Antología de Poetas románticos, publiée par Montaner et Simón en 1942. Comme traducteur, il prit en charge la traduction catalane de Jörn Uhl de Gustav Frennsen, publiée en 1910 dans El Poble Català, et dans Estudio en 1914, et la traduction d’une œuvre de H. Sudermann (La felicitat en un recó : comèdia en tres actes, 1911), publiée dans la maison d’édition de Bartomeu Baxarias. Parmi ses traductions en castillan, certaines méritent d’êtres relevées : Mörike (s.d.) de Eduard Mörike, et Novalis (s.d.), deux ouvrages publiés aux éditions Cervantes. En 1925, Montoliu traduisit l’Historia de la literatura italiana (mentionnée précédemment), et ultérieurement, Alta selva de Adalbert Stifter, publié par Montaner et Simón en 1946. En tant que critique, on peut notamment citer ses travaux sur l’histoire de la littérature catalane et sur la littérature comparée : Estudis de literatura catalana (1912), Manual d’Història crítica de la literatura catalana moderna (1922) (recensé par H. Heiss dans le Die neueren Sprachen), Goethe en la literatura catalana (1935), Aribau i la Catalunya del seu temps (1936) ou les quatre volumes du Breviari Crític (1926, 1929, 1931, 1933), qui réunissent les articles qu’il écrivit pour le quotidien La Veu de Catalunya entre 1923 et 1936, et qui composent quelques-uns de ses travaux les plus reconnus31.

  • 32  Voir, par exemple, Ángel Valbuena y Prat, « Catalunya i Alemanya. Vossler i el centenari de Goethe (...)

15Le troisième jalon auquel nous faisions allusion tient aux voyages de Vossler en Catalogne, parmi lesquels figure sa première visite en avril 1929 quand l’Institut d’Estudis Catalans invite Vossler à prononcer une conférence à l’hôtel Ritz de Barcelone à l’occasion de la traduction en castillan de Positivismus und Idealismus in der Sprachwissenschaft par José Francisco Pastor. La conférence du Ritz, intitulée « La literatura universal i les literatures nacionals » (La littérature universelle et les littératures nationales), s’inscrit dans le programme des manifestations organisées par le Conferentia Club, et dans la suite des nombreuses autres manifestations auxquelles Vossler participa durant un mois lors de sa tournée en Espagne. Carles Riba prononça une allocution introductive et la conférence de Vossler fut publiée dans le volume Conferències de l’any 1929 (1931), qui incluait le texte de la conférence (des pages 25 à 39) que Vossler avait aussi prononcée à l’Ateneu Barcelonès le 8 avril 1929. Toutes les conférences que réunissait le volume étaient précédées d’un texte de présentation qui livrait quelques informations bio-bibliographiques sur le conférencier. Toutefois, dans le cas de Vossler, le texte de présentation surprend en ce qu’il diffère du reste. Il s’agit d’un texte plus interprétatif qui reflète l’admiration de l’auteur (anonyme malgré une attribution à Manuel de Montoliu) pour le romaniste allemand. Dans les premières pages de ce texte, il fait un éloge du dépassement du positivisme philologique et décrit Vossler comme un philologue qui a opéré des avancées remarquables dans sa discipline conçue comme une science historique de l’esprit. Il est certain que l’universalité de ses réflexions et le caractère dialogique et ouvert de Vossler furent du goût des cercles intellectuels catalans, qui surent apprécier sa capacité à comprendre la différence et les particularités du peuple catalan. En ce sens, de nombreux articles de journaux de l’époque diffusent ses idées et les activités que les hôtes catalans – Riba et Montoliu – lui avaient préparées : une réception d’ampleur wagnérienne, des banquets, des conférences à l’Ateneu et à l’Université de Barcelone, ainsi que des excursions sur la côte catalane et à Montserrat. Vossler reviendra en Catalogne en 1932 comme invité pour la célébration du centenaire de Goethe32, et Montoliu lui dédicacera le volume Goethe en la literatura catalana (1935).

Karl Vossler et l’école philologique espagnole

  • 33  Sur la relation entre Pidal et Vossler, voir Dietrich Briesemeister « Karl Vossler (1872-1949) », (...)
  • 34  Je reprends ces données de Günther Haensch, op. cit., pp. 13-14.

16L’école philologique espagnole de Ramón Menéndez Pidal (1869-1968)33, créée au tournant du siècle, s’orienta vers la recherche analytique fondée sur une méthode historique et philologique. Attentive à ce que publiaient les romanistes allemands, elle se fit l’écho de travaux de grande valeur comme ceux de : Werner Beinhauer dont les apports sur le registre familier de l’espagnol sont importants ; de Joseph Brüch, sur la phonétique historique ; de Emil Gamillscheg, sur la présence des langues germaniques dans les langues péninsulaires ; de Wilhelm Giese, sur l’étymologie, la dialectologie et la culture populaire ; Rudolf Grossmann, sur la littérature espagnole et hispano-américaine ; Helmut Hatzfeld, sur la stylistique et la langue du Quichotte ; Heinrich Kuen, sur la typologie de l’espagnol ; Alwin Kuhn, sur la formation des langues romanes et les dialectes aragonais ; Fritz Krüger, sur la dialectologie ; Harri Meier, sur la linguistique historique et l’étymologie ; Joseph-Maria Piel, sur la toponymie et l’anthroponymie des langues ibéro-romanes ; Gerhard Rohlfs, sur la linguistique historique, étymologique et toponymique ; Hugo Schuchardt, sur les langues pré-romanes et la langue basque ; Leo Spitzer, sur la syntaxe, la stylistique et la lexicologie de l’espagnol ; Arnald Steiger, sur la présence de l’arabe dans la langue espagnole ; Karl Vossler, sur la stylistique, la littérature et la culture espagnole ; Max Leopold Wagner, sur l’espagnol de l’Amérique, et Adolf Zauner, sur l’ancien castillan34.

  • 35  Sur la bibliographie de Vossler en espagnol, voir Juan Miguel Valero Moreno « Karl Vossler en espa (...)
  • 36  Les siennes sont précisément des nécrologies après la mort de Vossler : « Karl Vossler (1872-1949) (...)

17Les déplacements de Vossler (et ceux de Spitzer) dans le milieu hispanique ne permit pas seulement l’appropriation de sa méthode critique (des deux côtés de l’Atlantique), ils furent également propices à une plus grande reconnaissance de son travail qui, comme nous l’avons vu, fut fécond, dans l’histoire de la langue et de la littérature espagnole et hispano-américaine35. Dans les années d’entre-deux-guerres, l’approche de Vossler fut particulièrement bien accueillie par les membres du Centro de Estudios Históricos de Madrid (Centre d’Etudes Historiques de Madrid), parmi lesquels il convient de relever Menéndez Pidal (son principal représentant), mais aussi Américo Castro (éminent historien et premier ambassadeur à Berlin de la IIe République espagnole), José Francisco Pastor (boursier du Centro de Estudios Históricos et traducteur de Positivismus und Idealismus in der Sprachwissenschaft en 1929) ou encore Manuel García Blanco, boursier en Allemagne durant l’année 192636. La pensée de Vossler est ainsi fortement liée à la figure du philosophe Eugeni d’Ors, qu’il avait connu à Heidelberg en 1908. Lors de sa visite en 1929, Vossler connut aussi des intellectuels de renom comme Ernesto Giménez Caballero et José Ortega y Gasset, étroitement lié à un autre romaniste allemand, Ernst Robert Curtius. Bien que ce que l’on nomme la stylistique espagnole ne se soit pas développé avant la guerre civile espagnole, quelques jalons furent déjà posés entre 1923 et 1940 en ce qui concerne l’importation et l’appropriation de la stylistique vosslérienne. À ce propos, il convient de rappeler l’apport fondamental de l’Espagnol Amado Alonso (1896-1952) et du cercle des philologues et intellectuels qui se situèrent dans l’orbite de la prestigieuse Revista de Filología Hispánica, où seront publiés plusieurs essais des romanistes allemands. Depuis sa résidence à Buenos Aires, Alonso diffusa les idées de la stylistique allemande, influencé également par le structuralisme linguistique. Ses efforts pour faire connaître la pensée vosslérienne, portèrent leurs fruits non seulement en Argentine, mais aussi en Uruguay, au Brésil et au Mexique, où le critique, écrivain et diplomate Alfonso Reyes comptait parmi ses principaux partisans. Amado Alonso publia avec Raimundo Lida l’Introducción a la Estilística romance por K. Vossler, L. Spitzer y H. Hatzfeld (1932), et impulsa l’émergence de la stylistique vosslérienne avec la collection « Estudios Estilísticos ». Cette série et la publication de plusieurs travaux de Alonso, Lida et Pedro Henríquez Ureña assurèrent la diffusion de l’œuvre de Vossler en Argentine, et sur tout le continent latino-américain. À ce titre, le travail de la maison d’édition Espasa-Calpe fut remarquable avec sa collection Austral qui fit connaître la pensée vosslérienne de part et d’autre de l’Atlantique à partir de 1939. Dans la classification que Pierre Guiraud publie en 1955 (dans son livre La stylistique), celui-ci situe dans une même sphère Vossler, Spitzer et l’Espagnol Dámaso Alonso, comme représentants de la stylistique génétique ou stylistique de l’individu, laquelle analyse le langage en rapport avec les individus, mais il oublie le Mexicain Reyes et l’Espagnol Amado Alonso, qui tenta de se frayer un chemin entre la stylistique idéaliste de Vossler et la stylistique de Bally. Son œuvre fondamentale fut Materia y forma en poesía (1955), publiée par la maison d’édition Gredos.

18À Madrid, le philologue et poète Dámaso Alonso (1898-1990) (gravitant également dans l’orbite du Centro de Estudios Históricos) articula les idées de la stylistique allemande avec la linguistique de Saussure, menant à bien une combinaison singulière qui conjuguait la rigueur scientifique et la transcendance esthétique. Avec un optimisme excessif, Alonso adoptait alors une perspective supposément objective du phénomène littéraire, approche avec laquelle il prit bientôt ses distances pour reconnaître l’ineffable de la création. Alonso se référait ainsi à l’intuition du critique, pensée qui l’approchait de la stylistique de Spitzer, de telle sorte que le philologue espagnol acceptait l’intuition comme seule point de départ, convaincu que le critique ne pouvait atteindre l’âme de l’auteur. Dans l’après-guerre en Espagne, l’œuvre capitale de Dámaso Alonso fut Poesía española (1950). Alonso fut aussi l’auteur des plusieurs préfaces des traductions espagnoles des œuvres des romanistes allemandes.

19Les écrivains et intellectuels espagnols prêtèrent aussi beaucoup d’attention aux travaux de Vossler sur la littérature du Siècle d’or espagnol : Lope de Vega und sein Zeitalter (1932) (Lope de Vega y su tiempo, 1933), Introducción a la literatura española del siglo de oro (1934) (qui était le résultat d’un cours dispensé à l’Universidad Internacional de Santander en 1933) et Poesie der Einsamkeit in Spanien (1935). Plus tard, Vossler publiera Algunos caracteres de la cultura española (1941), La soledad en la poesía española (1941), La ilustración medieval en España y su trascendencia europea (1944) (dont l’analyse est fondée sur l’œuvre de Ramon Llull), La poesía de la Soledad en España (1946) et Lecciones sobre Tirso de Molina (1965). Certains de ces livres furent imprimés à Buenos Aires, où se constitua, comme nous le soulignions, un groupe important de partisans.


*

20Les relations entre la romanistique allemande et la philologie de la péninsule Ibérique, on l’a vu tout au long de cet article, ont été étroitement liées. Historiquement, elles font suite à l’intérêt des romantiques allemands pour l’étude de la littérature et de la culture espagnole. Il s’est cristallisé dans la romanistique qui commence à se développer à partir de 1820. L’Allemagne vit fleurir un groupe important d’hispanistes et la philologie hispanique moderne se développa comme un moment de la philologie romane. La langue et la littérature catalane intéressèrent aussi les romanistes allemands, conscients de l’existence d’un territoire avec une langue et une culture différentes du reste de la péninsule. Rudolf Grossmann joua un rôle fondamental dans l’intégration de l’histoire de la littérature catalane au sein de la romanistique européenne, et dans la connaissance de la littérature catalane en Allemagne. Médiateurs culturels, les romanistes allemands réussissent à donner une plus grande visibilité internationale aux études sur la langue et la littérature hispanique, facilitant ainsi la recherche scientifique sur la littérature médiévale et des langues romanes, et sur la littérature du Siècle d’or espagnol. La romanistique favorisa la renaissance de l’espace culturel catalan comme objet d’étude et son insertion dans un ensemble culturel européen plus large, et pas seulement latin. L’exemple de la réception de Vossler permet de montrer comment l’appropriation de la stylistique vosslérienne fut non seulement un modèle à importer mais aussi un processus de transformation, ce qu’illustre l’École de la stylistique espagnole (Dámaso ou Amado Alonso). Dans ce cas, ce seront surtout les amitiés catalanes qui permettront son entrée définitive dans la péninsule. L’esprit de Vossler leur permit de cultiver une philologie transnationale, qui n’empêcha guère de renforcer les études de philologie catalane, dont Montoliu ou Riba avaient appris les premiers enseignements en Allemagne. Ces figures renvoient à l’esprit de la romanistique allemande qui essaya de dépasser les frontières de la « Romania » pour s’inscrire dans une Europe plus large qui établirait des liens forts avec des espaces littéraires et culturels d’un côté et de l’autre de l’Atlantique.

Haut de page

Notes

1  Voir Nicolas Masson de Morvilliers, « Espagne », Encyclopédie méthodique ou par ordre des matières. Géographie moderne, vol. I, Paris, Panckoucke, 1782, p. 565. Je remercie Hourya Bentouhami pour son aide.

2  Sur la réception de Lope de Vega en Allemagne, voir Joan Oleza « Claves románticas para la primera interpretación moderna del teatro de Lope de Vega », Anuario Lope de Vega, no 1, 1996, pp. 119-135.

3  Pour une étude plus détaillée, voir Günther Haensch, « La aportación de los países de habla alemana a la lingüística hispánica (1800-1945) », dans VV.AA., Las aportaciones del hispanismo alemán y su recepción en España, Madrid, Instituto Cervantes, 1996, pp. 9-20. On relèvera notamment dans ce volume l’essai de María Teresa Echenique « Influencia y recepción de la filología hispánica de los países de lengua alemana en España (1859-1945) », pp. 33-45.

4  La première traduction complète de la littérature catalane apparaît très tôt. Il s’agit de L’espill de la vida religiosa (Desiderius : dialogus vere pius, et cumprimis iucundus de expedita ad Dei amorem via) de Miquel Comalada, publiée en 1583 et réimprimée trois fois entre 1617 et 1709. Le poème anonyme, attribué à Anselm Turmeda, La disputa de l’ase (Gespräch desz Esels wider Bruder Anshelmen de Turmeda), fut la première traduction en vers, qu’entreprit Jacob R. von Speyer en 1606. L’œuvre de Raymond Lulle, le grand auteur médiéval catalan, et le roman chevaleresque du Tirant lo Blanc, étaient également connus. Voir Ferran Robles, « Les traduccions alemanyes de literatura catalana », Zeitschrift für Katalanistik 18 (2005), pp. 215-229.

5  Clara Commer fut la première traductrice de l’Atlàntida, une de ses œuvres les plus connues, qui fut publiée par la maison d’édition Herder, à Fribourg, en 1897.

6  La première traduction de la poésie de Joan Maragall, par les soins de Vogel, fut publiée dans l’hebdomadaire Cataluña le 3 février 1912.

7  Voir Ferran Robles, op. cit., p. 219.

8  La correspondance publiée entre Bernhard Schädel et Antoni Maria Alcover Moll, directeur du Diccionari català-valencià-balear, est à ce titre très intéressante. Voir L’inici de la lingüística catalana : Bernhard Schädel, Mn. Antoni M. Alcover, Joan Julià i Muné (éd.), Barcelone, Curial/PAM, 2000.

9  Pour une analyse des relations entre la culture allemande et catalane, voir Marició Janué, « Les relacions culturals mútues entre Catalunya i Alemanya en l’etapa d’auge del catalanisme fins la fi de la Guerra Civil ». Dans : Ramon Arnabat & Antoni Gavaldà (éds.), Projectes nacionals, identitats i relacions Catalunya-Espanya. Homenatge al doctor Pere Anguera (II), Catarroja/Barcelone, Afers, 2012, pp. 207-220.

10  Voir Ferran Soldevila, « Homenatge al professor Heinrich Finke », in : Revista de Catalunya, 01/1926, pp. 70-71.

11  Dans : Spanien. Zeitschrift für Auslandskunde, Hambourg, Organ der Ibero-Amerikanischen Gesellschaft, hg. vom Ibero-Amerikanischen Institut, 1921, pp. 69-73.

12  Rudolf Grossmann, « Das Autonomieproblem in Spanien », in : Spanien. Zeitschrift für Auslandkunde, 1, 2, 1919, pp. 115-136.

13  Rudolf Grossmann, Katalanische Lyrik der Gegenwart, Hambourg, Casa Editorial Fausto, 1923.

14  Voir Sandra Rebok, « Ciencia alemana en España : los comienzos de la cooperación institucional en los albores del siglo xix », dans VV.AA., Traspasar fronteras. Un siglo de intercambio científico entre España y Alemania, Madrid, CSIC/DAAD, 2010, pp. 109-137, pp. 113-114.

15  Voir 100 Jahre/Años Deutsche Schule Barcelona/Colegio Alemán, Chronik/Crónica, Memoria 1993-1994, Barcelone, Der Vorstand des Schulvereins, 1994.

16  En 1925 est créé à Madrid un autre Centre d’études avec des fonctions identiques. Pour une analyse plus détaillée, voir Jesús de la Hera Martínez, La política cultural de Alemania en España en el período de entreguerras, Madrid, CSIC, 2002, et Ernst-Wolfgang Pöppinghaus, Moralische Eroberungen ? Kultur und Politik in den deutsch-spanischen Beziehungen der Jahre 1919-1933, Francfort, Vervuert, 1999, pp. 280-289.

17  Voir Marició Janué, op. cit., p. 214.

18  Voir Ferran Robles, op. cit.

19  Dans le contexte des célébrations de l’Exposition Internationale le Graff Zeppelin survola la capitale de Catalogne et des représentations de différents opéras de Wagner furent données au Théâtre du Liceo.

20  On relèvera le travail de Hans Ulrich Gumbrecht qui dresse le portrait entre 1920 et 1960 des spécialistes les plus remarquables de langues romanes : Vom Leben und Sterben der großen Romanisten. Carl Vossler, Ernst Robert Curtius, Leo Spitzer, Erich Auerbach, Werner Krauss, Munich/ Vienne, Carl Hanser Verlag, 2002.

21  Voir Carteggio Croce-Vossler (1899-1949), préface de Vittorio de Caprariis, Bari, G. Laterza & Figli, 1951.

22  Voir Jordi Malé, « El misticisme de Jacint Verdaguer segons Carles Riba (el pròleg de 1922 al volum de Poesies) », in : Anuari Verdaguer, no 10, 2001, p. 19.

23  Voir Jaume Medina, Carles Riba (1893-1959), Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1989, vol. 1, pp. 50-51. Medina étudia la relation de Vossler à la Catalogne dans « Karl Vossler i Catalunya », in : Estudis de Llengua i Literatura Catalanes XVIII (1989), Miscel·lània Joan Bastardas, Barcelone, PAM, 1989, pp. 245-294.

24  Cartes de Carles Riba 1 : 1910-1938, Carles-Jordi Guardiola (éd.), Barcelone, La Magrana, 1990, p. 263.

25  L’analyse détaillée de cette question est consultable dans Jordi Malé, op. cit.

26  Epistolari López-Picó Carles Riba, Barcelone, Barcino, 1976. Voir, en particulier, la lettre du 18 novembre 1922 (p. 212), dans laquelle il fait l’éloge de la manière dont Vossler s’était fait à l’idée de la disparition de son épouse.

27  Ibidem, p. 191.

28  La réflexion sur l’idée d’historicité et la méthode utilisée dans les sciences sociales réunit dans le débat des historiens tels que Lamprecht, des philosophes comme Dilthey ou Rickert, des psychologues comme Wundt ou des sociologues comme Weber. L’amitié entre Weber et Vossler et ses positions face au polémique Positivismus und Idealismus in der Sprachwissenschaft ont été étudiées par Wolf Feuerhahn et Pascale Rabault-Feuerhahn. Voir : « Heidelberg um 1900 : eine Hochburg des Idealismus ? Max Weber und Karl Vossler », Grenzüberschreitende Diskurse Festgabe für Hubert Treiber, Kay Waechter (dir.), Harrassowitz Verlag, Wiesbaden, 2010, pp. 279-300.

29  Voir Manuel de Montoliu, Memorias de infancia y adolescencia, Tarragone, Diputació Provincial, 1958.

30  Il convient de rappeler que, malgré certaines tentatives antérieures, la première chaire de littérature catalane ne fut pas créée avant 1965, quand fut concrétisée une revendication qui remontait à la fin du xixe siècle.

31  De son activité en tant que journaliste, on peut souligner sa collaboration avec la presse catalane, mais aussi avec la presse espagnole et la presse internationale. Dans le journal La Prensa de Buenos Aires, il écrivit entre 1926 et 1940 de nombreux articles dans une rubrique intitulée « Hombres y cosas de Cataluña ». Dans le quotidien El Debate de Madrid, il publia la série « Pláticas literarias », articles qui paraîtront entre 1927 et 1931.

32  Voir, par exemple, Ángel Valbuena y Prat, « Catalunya i Alemanya. Vossler i el centenari de Goethe », in : Mirador, 14/04/1932, p. 6. Mirador, une des publications les plus notoires des années trente, qui donna un écho également à la situation de Spitzer en Allemagne et aux voyages de Curtius dans la péninsule.

33  Sur la relation entre Pidal et Vossler, voir Dietrich Briesemeister « Karl Vossler (1872-1949) », in : Boletín de la Asociación Internacional de Hispanistas, 12 (2005), pp. 31-34.

34  Je reprends ces données de Günther Haensch, op. cit., pp. 13-14.

35  Sur la bibliographie de Vossler en espagnol, voir Juan Miguel Valero Moreno « Karl Vossler en español : bibliografía analítica », in : Hápax, no 4, pp. 139-149, et « Karl Vossler en España », in : Literatura medieval y renacentista en España : líneas y pautas, Salamanca, SEMYR, 2012, pp. 939-958. La bibliographie plus complète est, cependant, celle de Theodor Ostermann, Bibliographie der Schrift en Karl Vosslers 1897-1951, München, Verlag der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, 1951.

36  Les siennes sont précisément des nécrologies après la mort de Vossler : « Karl Vossler (1872-1949) », in : Revista de Filología Española, 33 (1949), pp. 480-485 et « Recuerdos españoles de Karl Vossler », in : Ínsula, 43 (1949), p. 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diana Sanz Roig, « Quelques éléments pour une histoire des relations entre la Romanistik et la philologie de la péninsule Ibérique », Revue germanique internationale, 19 | 2014, 103-117.

Référence électronique

Diana Sanz Roig, « Quelques éléments pour une histoire des relations entre la Romanistik et la philologie de la péninsule Ibérique », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/1474 ; DOI : 10.4000/rgi.1474

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org