Navigation – Plan du site

Le substrat allemand de la pensée bakhtinienne

Ekaterina Dmitrieva
p. 135-154

Résumés

On se propose dans cet article d’explorer à partir de deux cas de figure (Karl Vossler et Leo Spitzer) la manière singulière de Mikhail Bakhtine de s’approprier la pensée d’autrui. Bakhtine fut formé de son propre aveu par l’école néokantienne de Marburg. Il avait parmi ses trois grands interlocuteurs, à qui il dédia chaque fois une étude spéciale François Rabelais (les deux autres étant Goethe et Dostoïevski). Or ce qui comptait toujours pour lui était moins l’appropriation des idées et des concepts venant d’ailleurs que la transformation qu’ils subissaient dans sa propre pensée suscitant des interférences avec d’autres idées et d’autres concepts sans devenir pour autant un palimpseste figé.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2017.

Plan

Parcours biographique
Les spécialistes allemands de langues romanes : Vossler et Spitzer
En direction de Dostoïevski
Le livre sur Rabelais

Aperçu du texte

Chercher à dégager un substrat étranger chez Mikhaïl Bakhtine, philosophe, historien et théoricien russe de la littérature des plus sophistiqués est une tâche particulièrement compliquée et, pourrait-on dire, ingrate. Et ceci pour plusieurs raisons. D’une part on est amené à penser à ce que pouvait être l’attitude envers l’Autre chez quelqu’un qui a passé des années et presque une vie entière en URSS, où le climat n’était pas très favorable aux idées cosmopolites. On peut s’interroger aussi sur la rupture qu’il a vécue lorsque le principe adopté dans les années 1910-1920 d’empathie esthétique (Einfűhlung, estetieskoe vživanie), concept de base de Wilhelm Worringer et de Théodor Lipps, a cédé la place à la mise en valeur de la distance qui est nécessaire pour comprendre celui qui n’est pas moi, principe fondamental de la théorie du dialogisme de Bakhtine, référence incontournable dès qu’on parle de sa doctrine.

Lui-même définissait l’enjeu de la création artistique (tvorestvo) comme «...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ekaterina Dmitrieva, « Le substrat allemand de la pensée bakhtinienne », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 24 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/1476

Haut de page

Auteur

Ekaterina Dmitrieva

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page