Navigation – Plan du site

Le substrat allemand de la pensée bakhtinienne

Ekaterina Dmitrieva
p. 135-154

Résumés

On se propose dans cet article d’explorer à partir de deux cas de figure (Karl Vossler et Leo Spitzer) la manière singulière de Mikhail Bakhtine de s’approprier la pensée d’autrui. Bakhtine fut formé de son propre aveu par l’école néokantienne de Marburg. Il avait parmi ses trois grands interlocuteurs, à qui il dédia chaque fois une étude spéciale François Rabelais (les deux autres étant Goethe et Dostoïevski). Or ce qui comptait toujours pour lui était moins l’appropriation des idées et des concepts venant d’ailleurs que la transformation qu’ils subissaient dans sa propre pensée suscitant des interférences avec d’autres idées et d’autres concepts sans devenir pour autant un palimpseste figé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  On retrouve, à vrai dire, le terme de Einfűhlung encore dans les écrits de Herder. Le terme esteti (...)
  • 2  « Un individu n’existe pas sans l’Autre », affirma Bakhtine dans son essai philosophique des année (...)

1Chercher à dégager un substrat étranger chez Mikhaïl Bakhtine, philosophe, historien et théoricien russe de la littérature des plus sophistiqués est une tâche particulièrement compliquée et, pourrait-on dire, ingrate. Et ceci pour plusieurs raisons. D’une part on est amené à penser à ce que pouvait être l’attitude envers l’Autre chez quelqu’un qui a passé des années et presque une vie entière en URSS, où le climat n’était pas très favorable aux idées cosmopolites. On peut s’interroger aussi sur la rupture qu’il a vécue lorsque le principe adopté dans les années 1910-1920 d’empathie esthétique (Einfűhlung, estetieskoe vživanie), concept de base de Wilhelm Worringer et de Théodor Lipps1, a cédé la place à la mise en valeur de la distance qui est nécessaire pour comprendre celui qui n’est pas moi, principe fondamental de la théorie du dialogisme de Bakhtine, référence incontournable dès qu’on parle de sa doctrine2.

  • 3  Voir : A.B. Boarov, « M.M. Bakhtine : ot filologii k filosofii, ot metalingvistiki (metaritoriki) (...)

2Lui-même définissait l’enjeu de la création artistique (tvorestvo) comme « l’articulation de la pensée à partir des mots d’autrui, adoptés mais pas appropriés »3. Il avait beaucoup insisté sur le caractère « mi-étranger » des mots de la langue. Aussi tout lexème se présentait-t-il pour lui comme un mot étranger (Fremdwort) qui ne devient familier qu’au moment où celui qui parle le dote de son intention, son accent et son expressivité ; ceci vaut également pour son approche méthodologique. Il se trouve que la complexité extrême de la pensée bakhtinienne – et cela de l’aveu de ses plus grands adeptes autant que de ses plus grands détracteurs – relève précisément de son approche de ce qu’il considère comme l’objet des sciences humaines. Or, cette approche ignore les frontières disciplinaires, ce qui rend impossible d’étudier les écrits de Bakhtine dans la mouvance stricte de telle ou telle discipline. En dépit de son côté érudit et rigoureux, sa pensée évolue librement entre la philosophie et la philologie, l’esthétique, l’éthique et la critique littéraire.

3D’où vient également le procédé d’interaction dans les écrits de Bakhtine, un usage de la mise en abyme qu’on pourrait également qualifier de palimpseste : une approche philologique y renvoie à une approche socio-culturelle, cette dernière à son tour à une approche philosophique qui, elle, peut subir une bifurcation entre des approches anthropologique, ontologique, phénoménologique, etc. On est pourtant loin de prétendre que Bakhtine se complaisait à brouiller les pistes : la raison en est plutôt le rejet de tout ce qui se présente comme figé et stable, revêtu une fois pour toute d’une forme fixe : c’est là l’héritage, pourrait-on dire, de l’esthétique des romantiques allemands, tels que F. Schlegel, Schelling, Novalis, un héritage également à la source de sa prédilection pour la variété des termes qu’il emploie pour traduire un seul et même phénomène.

  • 4  I.I. Lapšin, Problema užogo « Ja » v novejšej filosofii, Saint-Pétersbourg, 1910, p. 109-112.
  • 5  M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 1, Jazyki slavjanskoj kul’tury, Moscou, 2003, p. 500 (Notes).

4Une autre difficulté lorsqu’on parle des sources de la pensée bakhtinienne réside dans le paradoxe suivant : le philosophe qu’il était, toujours extrêmement soucieux de réagir aux idées des autres et d’entrer en dialogue avec l’Autre, n’aimait pas tellement citer les sources explicites de ses références (ou plutôt il le faisait beaucoup moins souvent qu’il ne l’aurait pu), laissant couler sa pensée librement. D’où vient que le constat de telle ou telle trace étrangère dans la théorie de Bakhtine sert souvent à peu de choses : ce qui vaut pour lui c’est moins la doctrine ou le concept d’autrui que leur capacité de déclencher un dialogue. Aussi, serait-il peut être plus correct de parler non pas des « influences » (dans le sens traditionnel du terme) que Bakhtine aurait subies, mais de la problématique philosophique et socioculturelle où s’inscrit sa propre pensée. C’est ce qu’on peut observer, par exemple, autour de ses concepts de dialogue et de dialogisme, considérés comme les bases de la réflexion bakhtinienne, et qui s’inscrivent en fait dans le courant de la philosophie anthropologique de l’époque. Je pense entre autre à Hermann Cohen et son éthique de la volonté pure, aux écrits de Martin Buber mais aussi à la philosophie de Feuerbach où la catégorie de l’Autre prend une place centrale et à laquelle notamment se réfère Bakhtine ; il se trouve pourtant que c’est surtout l’étude de I. Lapchine4 publiée en 1910 qui ranima en Russie l’intérêt pour le tuisme de Feuerbach et par conséquent fit beaucoup parler de la catégorie de l’Autre5.

  • 6  Voir l’interprétation que donnent Katerina Clark et Michael Holquist dans la biographie de Bakhtin (...)

5S’ajoutent à cela des raisons d’ordre herméneutique qui à vrai dire ne facilitent pas l’étude génétique de la pensée bakhtinienne. Le fait que les écrits plus tardifs de Bakhtine tel que son livre sur Dostoïevski (Problèmes de l’œuvre de Dostoïevski) ou celui sur Rabelais (L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance) furent connus des chercheurs beaucoup plus tôt que ses premiers écrits philosophiques tels que « Pour une philosophie de l’acte » ou bien « Auteur et personnage dans l’activité esthétique » : ces écrits, publiés à titre posthume, ont toutefois largement modifié la perspective. D’où le problème de l’inversion réceptive, dont parle B. Pool, la tentation de penser la genèse de Bakhtine sous le jour de ses études sur Rabelais et sur Dostoïevski, deux écrits correspondant à une période plus tardive où Bakhtine allégea le fondement philosophique de ses écrits en se limitant à l’étude de la poétique. Or des concepts tels que celui d’ambiguïté (ambivalence, ambivalentnost’), ainsi que le rejet du monologisme philosophique qui caractérisent le Bakhtine des années 1930-1940 (qu’on voit paraître surtout dans son livre sur Dostoïevski) ont été perçus fréquemment comme décisifs pour toute son œuvre, d’où la tendance assez prononcée à minimaliser l’emprise de l’école de Marburg, la vraie source du jeune Bakhtine en tant que philosophe6.

  • 7  Voir l’aveu de Bakhtine dans une lettre privée à Vadim Kožinov : « J’ai lu avec un grand interêt l (...)

6Le manque de références directes chez Bakhtine qu’on a évoqué plus haut rend le travail des commentateurs soucieux de dégager ses origines philosophiques d’autant plus difficile que, dans un certain nombre de cas, on ignore en fait ce qu’il avait pu lire lui-même et ce qu’il avait appris seulement de seconde main (c’est le cas, par exemple, de sa relecture de Feuerbach inspirée par l’étude de Lapchine qu’on a eu l’occasion de mentionner). On pourrait y ajouter un problème tout à fait particulier, dont les spécialistes de Bakhtine parlent de plus en plus souvent : je pense notamment à ce qu’on appelle les idées dans l’air du temps. La puissance de la pensée bakhtinienne est telle que souvent on est tenté d’y découvrir une certaine parenté avec des doctrines de philosophes occidentaux qu’il n’a connus que beaucoup plus tard. Tel est le cas de l’étude célèbre de M. Buber Je et Tu (1935), ou de certains écrits de Heidegger que Bakhtine avouait ne pas connaître du tout, et qui pourtant s’entrecoupent avec sa propre pensée7.

Parcours biographique

  • 8  « Un modeste candidat ès lettres de l’institut pédagogique de Saransk qui, il y a encore trente an (...)

7On ne saurait faire comprendre l’ampleur de ce problème sans évoquer quelques éléments décisifs du parcours biographique de Bakhtine. Celui qui a pour réputation d’être un des interlocuteurs les plus attentifs de la pensée occidentale avait, à vrai dire, très peu de raisons de l’être8. A la différence d’autres intellectuels de sa génération, Bakhtine (1895-1973) n’a jamais fait d’études à l’étranger n’ayant jamais franchi les frontières de l’empire russe, devenu par la suite soviétique. Plus encore, il a passé la plus grande partie de sa vie en dehors des grandes villes telles que Moscou ou Petrograd/Leningrad et a été privé ainsi des bibliothèques les plus importantes et des livres indispensables.

  • 9  Précisons : c’est le grand-père de Bakhtine qui était marchand tandis que son père exerçait l’acti (...)
  • 10  S.S. Konkin, L.S. Konkina, Mikhail Bakhtine. Stranicy žizni i tvorestva, Saransk, 1993, p. 18.
  • 11  On compte parmi ses publications : N. N. Lange, Velikie mysliteli XIX veka, Lekcija I. Kant i « Kr (...)

8La découverte de ce qu’on appelle en Russie la culture occidentale s’est opérée dans sa première jeunesse. Issu d’une famille cultivée de marchands de la ville d’Orel9, Bakhtine eut dans son enfance une bonne allemande qui lui apprit l’allemand, ainsi qu’à son frère aîné Nikolaï, à partir de la traduction en prose de l’Iliade et de l’Odyssée d’Homère10. Quant à sa formation secondaire, Bakhtine la reçut au lycée de Vilno (Vilnius) où la famille déménagea pour suivre le père venu travailler dans une des banques de la ville. En 1913 la famille de Bakhtine déménage de nouveau, cette fois à Odessa. Bakhtine, âgé de 18 ans, s’inscrit alors à l’université d’Odessa (son titre exact était à l’époque Université de Novorossiysk) au département de littérature et d’histoire où il profite surtout de l’enseignement de Nikolaï Nikolaevitch Lange (1958-1921), philosophe kantien11 et psychologue spécialisé en psychologie de la perception, par ailleurs ex-disciple de Wilhelm Wundt (il publia ses premiers essais dans les Philosophische Studien (vol IV)).

9En 1916 la famille se rend à Petrograd. Bakhtine continue sa formation supérieure, cette fois-ci comme auditeur libre, à la faculté d’histoire et de lettres de l’Université de Petrograd (on l’a dispensé de la conscription en raison d’une maladie osseuse héréditaire). La rencontre décisive de cette période fut celle du professeur Alexandre Vvedenski (1856-1925), néokantien russe d’une grande envergure, président de la Société philosophique de Saint-Pétersbourg. C’est dans son séminaire que Bakhtine s’inspira des idées du socialisme éthique et devint lui-même un néokantien profondément marqué par l’école philosophique de Marburg.

  • 12  Losski était entre autres l’auteur d’une étude intitulée « Les fondements de l’intuitivisme » « Ob (...)
  • 13  Voir : M.M. Bakhtine, Œuvres, Sobranie soinenij, t. 1, Jazyki slavjanskoj kul’tury, Moscou, 2003, (...)

10L’autre source d’inspiration pour Bakhtine fut l’enseignement du philosophe religieux Nikolaï Losski (1870-1965), le grand médiateur russe de la théorie de l’intuitivisme et du personnalisme12. C’est grâce à ses cours que Bakhtine s’initia également à la théorie de Lipps que Vvedenski lui-même considérait comme son maître, voire son analogue en Occident : certains concepts de Lipps tels que Einfühlung ou Sich-Ausleben seront par la suite transposés au cœur de l’esthétique de la vie du jeune Bakhtine, qui n’a pas manqué pour autant d’entrer en polémique avec lui13.

  • 14  Cf. Craig Brandist, David Shepherd and Galin Tihanov (éds), The Bakhtin Circle : In the Master’s A (...)
  • 15  B. Poole, « Le rôle de M. Kagan dans la genèse de la philosophie de Bakhtine (de H. Cohen à M. Sch (...)

11Étant du nombre de ceux qui en 1917 durent quitter Petrograd en quête de nourriture et de travail, la famille de Bakhtine, toujours errante, se rendit à Nevel, petite ville de la région de Vitebsk (de nos jours la ville est attachée administrativement à la région de Pskov). Tandis que le père de Bakhtine était employé au Conseil municipal (gorodskoj sovet), Bakhtine et sa sœur Marie devinrent enseignants à l’École ouvrière unie (Edinaja trudovaja škola). Ce fut à coup sûr une des périodes les plus brillantes (bien que courte) de la longue histoire de la ville, fondée au xvie siècle. Pour des raisons similaires à celles qui avaient amené la famille Bakhtine à quitter Petrograd, un groupe de jeunes intellectuels et d’artistes s’était retrouvé au même moment à Nevel : parmi eux le critique littéraire Lev Poumpianski, Valentin Voloshinov, qui était linguiste, philosophe et historien de la musique, Boris Zoubakine poète, philosophe et sculpteur, la pianiste et philosophe Maria Ioudina, le philosophe Moissei Kagan14. Ce dernier se retrouva à Nevel après avoir passé 8 ans en Allemagne. Kagan avait participé à Marburg au séminaire de Cohen, qui fut par la suite à l’origine de son étude La Religion dans les limites de la philosophie, il en devint le disciple et fut le passeur de ses idées, partageant avec Bakhtine un engouement pour l’école de Marburg, qui n’était pas très connue. « Il serait difficile de trouver une source plus précieuse, pour reconstruire le contexte réel des premiers écrits de Bakhtine, que les écrits de Kagan, rédigés entre 1915 et 1919. On y voit apparaître des concepts de la pensée bakhtinienne tels que la responsabilité, l’exigence morale, le Moi et le Toi, l’action individuelle, les catégories de temps et d’espace », affirme Brian Poole, éditeur et commentateur canadien des écrits de Bakhtine et de Kagan15.

  • 16  Il va de soi qu’une telle activité n’était pas toujours appréciée par les dirigeants communistes d (...)
  • 17  Ce texte ne fut redécouvert qu’après la mort de Bakhtine, en 1977. Voir : M.M. Bakhtine, Sobranie (...)

12C’est autour de Kagan et de Bakhtine que se forma en 1917 le cercle philosophique, connu de nos jours comme le cercle kantien de Nevel. Il faut souligner que les débats philosophiques et socio-culturels qui s’y déroulaient étaient loin d’être une sorte de Glasperlenspiel. Dix ans plus tard, lors d’un interrogatoire que le NKVD fit subir à Bakhtine, il attesta lui-même être marxiste, et ceci sans la moindre feinte. De fait, à l’époque, l’idée de porter la science dans les masses n’était pas une affaire de conjoncture. De même que ses camarades, Bakhtine donnait volontiers des conférences à la population locale, il organisait des discussions pour propager et pour populariser les idées dont on débattait au séminaire, comme l’idée de responsabilité, déterminante pour sa pensée à l’époque16. Ce n’est pas un hasard si c’est précisément à Nevel qu’eut lieu sa première publication : il s’agit d’un court texte intitulé « L’art et la responsabilité », publié dans un quotidien, Den’ iskusstva (1919, 13 sept.)17

  • 18  Cf. son édition française (L’Âge d’Homme, 2003).

13Et c’est également à Nevel que Bakhtine conçut le projet d’une étude sur la philosophie éthique, dont il nous reste un fragment connu aujourd’hui sous le titre Pour une philosophie de l’acte (voir plus haut)18.

  • 19  La littérature mondiale est un terme utilisé pour désigner l’enseignement de la littérature étrang (...)

14Cherchant une possibilité d’enseigner dans le supérieur, Bakhtine quitte Nevel en 1920 pour se rendre à Vitebsk : il y rejoint ses anciens camarades du cercle kantien de Nevel Poumpianski et Volochinov, qui avaient quitté Nevel dès 1918. C’est grâce à Volochinov que Bakhtine obtint le poste d’enseignant à l’institut pédagogique de Vitebsk : on lui confia le cours de littérature mondiale (mirovaja literatura19).

  • 20  Cf. l’édition française : Esthétique et théorie du roman, Gallimard, 1978.

15En 1924 Bakhtine, qui venait de se marier, se rend avec sa femme à Leningrad où il restera jusqu’en 1930. C’est durant cette période qu’il rédige une autre étude importante Auteur et personnage dans l’activité esthétique qu’on a déjà eu l’occasion d’évoquer plus haut (à l’égal de « Pour une philosophie de l’acte » ce texte fut publié après la mort de son auteur, le titre ayant été suggéré par les éditeurs). Un autre texte crucial de Bakhtine de cette époque, « Le problème du contenu, du matériau et de la forme dans l’œuvre littéraire », fut rédigé pour une revue qui cessa d’exister avant que le texte ait vu jour, et il ne fut publié que 51 ans plus tard dans le livre Voprosy literatury i estetiki (Questions de littérature et d’esthétique) où furent réunis les écrits de Bakhtine sur la théorie du genre romanesque20. Les années 1920 furent intellectuellement très denses pour Bakhtine : il retrouva à Petrograd-Leningrad presque tous ses anciens camarades du cercle kantien de Nevel et se fit également des amis ou plus précisément des interlocuteurs dans le milieu des philosophes religieux. Faute de pouvoir trouver en emploi plus stable, il accepta un poste non statutaire à l’Institut d’Histoire de l’Art, haut lieu du formalisme russe, dont Bakhtine commençait déjà à contester les idées. Par ailleurs il exerça l’activité de relecteur à la maison d’édition Lenizdat.

16Vers la fin des années 1920 Bakhtine rédigea son livre sur Dostoïevski (première version), qui fut publié en 1929 sous le titre Problemy tvorestva Dostoevskogo (Problèmes de l’œuvre de Dostoïevski). Sa deuxième version, reprise et remaniée, celle qui a aujourd’hui la réputation d’être la vulgate bakhtinienne, ne parut qu’en 1963 (Moscou, Sovetskij pisatel’).

  • 21  « Bakhtine, Volochinov et Medvedev dans les contextes russe et européen », sous la direction de Bé (...)

17Pour revenir à l’édition de 1929, force est de constater que ce fut le seul livre de Bakhtine de cette époque publié sous son propre nom. D’autres livres tels que Freudisme : Essai critique (1927) et Marxisme et philosophie du langage (1929) furent publiés sous le nom de Volochinov, La méthode formelle en critique littéraire (1928) étant publié sous le nom d’un autre ami de Bakhtine, P. Medvedev. La question de la paternité de ces œuvres, où on reconnait néanmoins le style et la pensée de Bakhtine, n’est pas définitivement résolue de nos jours et soulève des discussions souvent assez violentes21.

18C’est toujours en 1929 que Bakhtine fut accusé d’activités subversives antisoviétiques mises en rapport avec la cause du cercle des mystiques orthodoxes, connue sou le nom de Voskresenie (Résurrection). Grâce à l’intercession de sa femme et de ses amis, dont Volochinov et Medvedev, auprès de Lounatcharski, commissaire de l’Instruction publique, Bakhtine échappa au Goulag (dont le camp principal était à l’époque l’archipel des Solovki, autour d’un ancien monastère orthodoxe dont les origines remontent au xive siècle). Il fut assigné à résidence dans un kolkhoze de Koustanaï, au Kazakhstan, où il exerça l’activité de comptable.

  • 22  N.D. Tamarenko, Estetika slovesnogo tvorestva M.M. Bakhtina i russkaja filosofsko-filologieskaja t (...)
  • 23  Cité d’aprés N.A. Pan’kov, op. cit.

19Ce qui précéda l’arrestation de Bakhtine jette toutefois une lumière adjacente sur ses intérêts allemands de l’époque. De fait, durant les années 1920, son engouement pour Cohen céda peu à peu la place à un vif intérêt pour Max Scheler qu’il considérait comme le philosophe « le plus important d’aujourd’hui ». Bakhtine se référa notamment à ses écrits dans la première édition de son livre sur Dostoïevski comme à ceux qui « annoncent une nouvelle étape dans la philosophie contemporaine » (il s’y agissait notamment de Zur Phänomenologie und Theorie der Sympathiegefühle und von Liebe und Haß (1913) et de Der Formalismus in der Ethik und die materiale Wertethik (1913-1916))22. Même dans les années 1960, Bakhtine se souvient du rôle que Scheler avait joué dans l’élaboration de sa propre pensée, ce dont témoigne une des ses lettres à Vadim Kojinov, critique littéraire de l’Institut de la Littérature mondiale, un des premiers éditeurs de Bakhtine : « Parmi les disciples de Husserl (pour qui j’éprouve une grande estime et dont j’ai subi une certaine influence), celui qui m’est le plus proche est Max Scheler et son personnalisme »23.

  • 24  Voir : S.S. Konkin, L.S. Konkina, op. cit., p. 98.

20En 1928 Bakhtine donne en effet une série de conférences publiques sur Max Scheler. Arrêté par le NKVD et soumis à un interrogatoire, il reconnaît avoir réuni dans son appartement à Leningrad un certain nombre de philosophes pour parler de la philosophie contemporaine, et il évoque l’exposé sur Scheler qu’il avait fait le 5 janvier 1929 lors d’une de ces réunions. On retrouve également dans le dossier de Bakhtine conservé dans les archives du NKVD un résumé de cet exposé, qu’on l’avait forcé à rédiger en prison, où il développe la notion de confession comme concept central de Scheler24.

  • 25  V.L. Mahlin, Mikhail Bakhtine, Filosofija postupka, Moscou, 1990, p. 11.

21À l’issue de l’exil à Koustanaï, où Bakhtine séjourna au total 5 ans, il lui fut interdit, comme c’était toujours le cas pour les anciens condamnés, de résider dans les grandes villes de Russie. Pour pouvoir néanmoins avoir accès aux bibliothèques, il s’établit alors à Savelovo, un village situé, comme il était prescrit, à plus de 100 km de Moscou, dans la région de Kalinine (actuellement Tver), et il se mit à enseigner la littérature dans une des écoles locales. Juste avant la guerre, il réussit à obtenir un poste de chercheur non statutaire à l’Institut de la littérature mondiale à Moscou. Ce poste, à défaut de lui apporter de l’argent (ce type de chercheurs ne touchait aucun salaire, comme c’était déjà le cas à l’Institut d’histoire de l’art), lui donna accès à de grandes bibliothèques, lui fournit une atmosphère d’érudition et la possibilité de préparer une thèse qui fut soutenue en 1946. Le texte de sa thèse, issue de la recherche sur l’œuvre de François Rabelais qu’il avait entamée dès la fin des années 1930, le rendit par la suite mondialement célèbre, mais il fallut pour cela attendre qu’elle fût publiée, presque vingt ans plus tard, sous forme d’un livre intitulé L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance (Moscou, 1965). « La soutenance de sa thèse de doctorat, qui se déroula au début de 1946 à l’Institut de Littérature mondiale Gorki à Moscou, fut un cas hors du commun », selon Vitali Makhlin. Après sept heures de délibération, il fut décidé par le conseil scientifique de la qualifier en tant que thèse d’État. Mais, dans le climat délétère de lutte contre le cosmopolitisme et de nationalisme propre aux années d’après-guerre, la Commission supérieure de contrôle (le fameux VAK ministériel) refusa d’entériner la décision du Conseil scientifique. C’est ainsi que Bakhtine resta à vie simple docteur de 3e cycle (candidat ès lettres) »25.

22Afin de pouvoir enseigner dans le supérieur, Bakhtine se rendit en 1946 à Saransk, en Mordovie, ou il séjourna plus de 20 ans, jusqu’en 1969, où il prit sa retraite. Son activité d’enseignant est dans ces année-là très intense : il devient bientôt directeur du département de lettres à l’Institut pédagogique de Mordovie. Mais les conditions de la recherche laissent à désirer : il se plaint souvent de l’absence de bibliothèques et par conséquent du manque de livres. Aussi, entre 1930 et 1960 le nom de Bakhtine sombre-t-il dans l’oubli. Un certain regain d’intérêt pour son œuvre commence dans les années 1960 quand on se met également à (ré)éditer ses écrits. Lui-même se montre assez étonné de voir des gens qui se souviennent encore « de ce qu’il avait écrit dans les années 1920 ».

23Je passerai ici sous silence les détails assez douloureux des dernières années de la vie de Bakhtine, même si elles furent assez intenses sur le plan intellectuel. Son installation légale à Moscou ne fut possible qu’en 1972 où on lui accorda enfin un petit appartement, et il y est mort en 1975.

Les spécialistes allemands de langues romanes : Vossler et Spitzer

24Aujourd’hui on a tendance à déduire la pensée de Bakhtine de la philosophie de la vie et de la problématique du dialogisme : or cette question était déjà présente dans le projet de la nouvelle ontologie de Kierkegaard de même que dans la philosophie tardive de Schelling et les derniers écrits de Cohen, ainsi que ceux de Max Scheler. Lui-même pourtant, lorsqu’on l’interrogeait sur la source de son approche philosophique, la mettait en parallèle avec l’école des néokantiens allemands de Marburg, l’approche phénoménologique de Husserl, et enfin, avec le symbolisme russe.

  • 26  I.L. Popova. Kniga M.M. Bakhtina o François Rabelais i ee znaenie dlja teorii literatury, Moscou, (...)

25Pour évaluer, dans la pensée bakhtinienne, l’influence allemande autour de la notion de dialogue, il faut envisager également le rôle qu’y ont joué les spécialistes allemands de langues romanes. On doit en particulier à Vossler d’avoir attaché à Rabelais le développement métaphorique de la notion de « carnaval », carnaval lexical, que Bakhtine traduira « carnaval de mots ». Il faut souligner que c’est par cette citation entre guillemets dont l’auteur n’est toutefois pas mentionné que commence l’une des premières esquisses qu’on ait conservées du futur livre de Bakhtine sur Rabelais : « L’idée de carnaval. Définition du style de Rabelais comme “carnaval de mots” »26.

26Et bien évidemment, Leo Spitzer, dont la thèse intitulée Die Wortbildung als stilistisches Mittel exemplifiziert an Rabelais (La formation de mots comme moyen stylistique : l’exemple de Rabelais) fut soutenue à Halle en 1910, figure dans la « Liste bibliographique des auteurs cités ou évoqués » de la thèse de Bakhtine Rabelais dans l’histoire du réalisme qui fut soutenue en 1946. Comme on l’a vu, c’est cette thèse qui servira de matériau de base pour le livre qui est peut-être devenu le plus célèbre de Bakhtine, mais ne fut publié qu’en 1965, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen-Âge et sous la Renaissance.

27C’est presque un lieu commun aujourd’hui de regretter que la réflexion de Bakhtine sur Rabelais, conçue aussi bien comme un dialogue avec les spécialistes occidentaux de Rabelais, en particulier Vossler et Spitzer, n’ait pas pu être lue dans le contexte historique où elle est née. Alors qu’au départ le livre était pensé comme dialogue, le dialogue n’a pas eu lieu et pour cette raison, c’est aujourd’hui un texte dont beaucoup de significations nous échappent. Mais par ailleurs, il faut prendre en compte que le dialogue initié virtuellement par Bakhtine avec Vossler et Spitzer a débuté bien avant qu’il ne tourne son attention vers Rabelais

28Et on peut considérer en ce sens que Vossler et Spitzer étaient, au moins au même degré que par exemple Cohen ou Simmler, des « correspondants » ou interlocuteurs de Bakhtine.

  • 27  Logos (1) 1910 ; (1-2) 1912-1913.
  • 28  Poetika, Vypusk 2, Leningrad, Academia, 1927.

29Les premiers travaux de Vossler ont été traduits en russe dès le début des années 1910. Sa « Grammaire et histoire de la langue » (« Grammatik und Sprachgeschichte oder das Verhältnis von “richtig” und “wahr” in der Sprachwissenschaft ») a été publiée dans la revue Logos en 1910 et son « Rapport de l’histoire de la langue à l’histoire de la littérature » (« Das Verhältnis von Sprachgeschichte und Literaturgeschichte ») dans la même revue en 191227. Le public russe, pendant les années 1920, fut initié à l’école de linguistique esthétique de Vossler en grande partie grâce à V. Jirmounski et son article « Les nouveaux courants de la pensée historico-littéraires en Allemagne » (1927)28. C’est lui qui édita en 1928 le recueil Problèmes de la forme littéraire, où sont inclus les textes de Vossler « Les formes grammaticales et psychologiques dans la langue » (« Ueber grammatische und psychologische Sprachformen », 1919) et de Spitzer « Art du mot et science du langage » (« Wortkunst und Sprachwissenscaft, 1925). Dans sa préface, Jirmounski donnait aussi quelques indications sur les auteurs.

  • 29  V.V. Mahlin, « Commentaire », in M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 2, Moscou, Jazyki slavjansko (...)
  • 30  Zirmunskij V.M., « Zadai poetiki », in : Naala, Zurnal istorii literatury i istorii obšestvennosti(...)
  • 31  A.A. Smirnov, « Puti i zadai nauki o literature », in : Literaturnaja mysl’ (2), Petrograd, 1923, (...)
  • 32  V.N. Vološinov, Marksizm i filosofija jazyka : Osnovnye problemy sociologieskogo metoda v nauke o (...)

30Ce qui prédominait cependant durant les années 1920 en Russie, c’était l’objectivisme abstrait et le « philologisme », tant dans la théorie littéraire que linguistique. On peut considérer qu’il s’agit de la ligne française d’une réflexion philosophico-linguistique qui alliait le théoricisme cartésien à un sociologisme métaphysique et à l’utopie, et qui fut radicalisée sur le terrain russe29. C’est peut-être la raison pour laquelle Vossler et son école représentent pour les linguistes russes de cette époque un maillon s’inscrivant dans « les traditions de la linguistique romantique de Schlegel et de Humboldt », selon la définition qu’en donna Jirmounski30. Le philologue A. Smirnov, quant à lui, range Vossler dans une autre catégorie, celle de Lanson, Bédier, Veselovski, dont « le style est en lui-même souvent le moyen de transmettre ce qu’ils savent des auteurs »31. Par la suite, Bakhtine déclarera dans Marxisme et philosophie du langage publié sous le nom de Volochinov : « Autant l’école de Vossler est impopulaire en Russie, autant est populaire et influente l’école de Saussure »32.

31En ce sens, le jeune Bakhtine était en opposition avec la tendance dominante : sa philosophie du langage se développait dans la continuité de l’école de Vossler, qui polémique avec la ligne de Saussure. Mais en même temps, comme il le faisait habituellement, nous l’avons déjà vu, Bakhtine n’hésitait pas à se livrer aussi à des polémiques internes avec Vossler.

  • 33  Ibid., p. 100.

32On considère que ce qui témoigne le plus de l’intérêt qu’accordait Bakhtine à l’œuvre de Vossler se trouve dans son texte Marxisme et philosophie du langage où effectivement est donnée la caractérisation de cette école linguistique sous forme de synthèse. En réalité, cet intérêt est né bien plus tôt, sous une forme sans doute moins explicite. Dans son texte très antérieur « Auteur et héros dans l’activité esthétique », Bakhtine se réfère à la catégorie d’« expression » qui deviendra un des concepts-clés de sa pensée et qui renvoie à la théorie linguistique de Vossler et à l’accent mis sur « l’expression » et « l’énonciation », comme catégories supérieures, dont Bakhtine parlera de manière explicite dans Marxisme et philosophie du langage33.

33Et déjà Bakhtine, lorsqu’il analyse la « pièce lyrique » de Pouchkine Séparation, écrite en 1830, cherchant à démontrer l’opposition inévitable entre le héros et l’auteur dans une œuvre lyrique, affirme que « toute expression en tant que telle est en soi esthétique », et ce faisant, il cite quasiment Vossler bien que sans le nommer.

34Ceci n’est pas le seul endroit où Bakhtine montre qu’il a reçu de Vossler la notion d’expression (Ausdruck), même s’il la reçoit à sa façon, c’est-à-dire de manière critique ; on en trouve aussi la preuve dans Marxisme et philosophie du langage ouvrage dans lequel, plus que jamais, Bakhtine rend hommage au linguiste allemand et où, dans la troisième partie, il présente une analyse détaillée des fondements de son enseignement. Dans les archives de Bakhtine sont conservées également des notes philosophico-linguistiques sur les travaux de Vossler (et de Curtius) qui renvoient à l’époque où il commençait à travailler sur le livre (ce qui peut servir de preuve supplémentaire que l’auteur est bien Bakhtine et non Volochinov).

  • 34  V.N. Vološinov, Marksizm i filosofija jazyka, op. cit., p. 148.

35Il distingue parmi les courants de la linguistique de l’époque d’un côté l’objectivisme abstrait, où il range l’école de Saussure et le cercle linguistique de Prague en tant qu’ayant recours aux problèmes de genre, de discours, d’écriture, d’idiolecte, autrement dit aux éléments supra-individuels du mot, et de l’autre l’individualisme (individualistique) représenté par l’école de Vossler. Il relie cette dernière à la mouvance tracée par Humboldt en soulignant son refus du positivisme linguistique. Il apprécie aussi beaucoup l’accent mis sur le problème du discours de l’Autre et l’analyse des formes de sa transmission. En voulant caractériser l’école de Vossler, il met en avant l’aspect frontière de ses études, considérant que c’est ce qui peut enrichir la catégorie d’auteur. « On entend souvent critiquer Vossler et ses adeptes, leur reprochant de se préoccuper plus de stylistique que de linguistique au sens strict. En vérité, l’école de Vossler s’intéresse aux questions-frontières, au vu de leur caractère heuristique. C’est ce qui fait la qualité éminente de cette école34. La supériorité de l’idéalisme subjectif sur l’objectivisme abstrait et sa scientificité spécifique est ainsi mise en avant. Ce n’est qu’en se situant à la frontière des domaines scientifiques, affirme Bakhtine, qu’on peut distinguer et rendre signifiant l’auteur de n’importe quelle œuvre ou énoncé.

  • 35  P.N. Medvedev, Formal’nyj metod v literaturovedenii : Kritieskoe vvedenie v sociologieskuju poetik (...)

36Mais c’est précisément là que s’ouvre le dialogue de Bakhtine avec l’école de Vossler. Tout en s’appuyant sur le courant du subjectivisme individualiste où il inclut, mis à part Humboldt et Vossler, Croce et Potebnia, il énonce dans Marxisme et philosophie du langage sa compréhension nouvelle de la linguistique, qui sera par la suite appelée métalinguistique et qui désigne comme réalité fondamentale de la langue l’acte créateur individuel. C’est là une tendance qu’on remarque déjà dans La méthode formelle dans l’analyse littéraire qu’il a d’abord publié sous le nom de P. Medvedev35.

  • 36  V.N. Vološinov, Marksizm i filosofija jazyka, op. cit., p. 143-153. Cf. : Andrej Belyj, « Mysl’ i (...)

37Il juge par ailleurs irrecevable la thèse principale de Vossler (et donc de Potebnia), selon laquelle le langage est équivalent des autres éléments de l’idéologie, en particulier l’activité esthétique. Et que la création par le langage est une création assumée dans sa signification, comme la création artistique. Car si la source de la formation de nouvelles significations poétiques ne se situe que dans le langage, on laisse hors de la réflexion les liens architectoniques qui sont si importants pour Bakhtine36.

  • 37  V.V. Mahlin, « Commentaire », in M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 2, Moscou, Jazyki slavjansko (...)
  • 38  M.M. Bakhtine, « Iz arhivnyh zapisej k rabote “Problemy reevyh žanrov” », Sobranie soinenij, t. 5, (...)

38Polémiquant dans un autre ordre d’idées avec l’école de Vossler, Bakhtine demande : quelle est la réalité socio-historique objective qui permet à tout ce qui est nouveau et unique d’entrer dans une continuité (selon la terminologie du jeune Bakhtine) de l’un et unique évènement de l’être (sobytie bytija) ? Le formalisme linguistique, même dans ses variantes raffinées des travaux de l’école de Vossler, se limite à l’étude du procédé, compris de manière subjectiviste, qui transforme l’œuvre dans l’art et la vie en un « grand jeu du goût individuel », ce qui est une radicalisation par des épigones du mythologème de génie, dont le « pou esthétique » de Raskolnikov dans Crime et châtiment est la reprise grotesque de la formule37. C’est de là qu’est issue en partie la critique par Bakhtine du concept de goût linguistique qui remonte, là aussi, à l’école de Vossler38.

  • 39  Voir : M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 2, Moscou, Jazyki slavjanskoj kul’tury, 2000, p. 735-7 (...)

39On voit là que ce qui importe pour Bakhtine n’est pas le principe de subjectivisme individualisé mais justement la transgression des limites théoriques de ce principe, les points féconds où il trouve confirmation de sa propre méthode. Bakhtine prête une attention particulière à la typologie des formes de la communication, ce qui l’amène à distinguer parmi les disciples de Vossler Leo Spitzer et parmi les travaux de ce dernier un ouvrage, qui ne semble pas pour autant être l’œuvre la plus aboutie théoriquement : La langue parlée italienne (Italienische Umgangsprache. Bonn, Leipzig, 1922), que Bakhtine analyse avec soin à la fin des années 1920, c’est-à-dire à l’époque où il travaille sur Marxisme et philosophie du langage : il appelle alors ce livre « l’un des premiers essais sérieux d’approcher le problème des genres du langage ». Bakhtine est attiré par la conviction de Spitzer qui, effaçant la frontière entre la création langagière dans la vie et dans la poésie, donne pour modèle de la langue parlée (Umgangssprache) la conversation (das Gespräch), c’est-à-dire le dialogue39. L’irruption de la langue parlée dans les hauteurs du genre poétique est bien la prosaïcisation du monde à laquelle réfléchit intensément Bakhtine, à la fois comme philosophe et comme philologue. C’est ce qui détermine aussi bien la spécificité étonnante de sa langue de chercheur, qui ne sacralise pas, ne pontifie pas, ne s’affirme pas même comme langue de la philologie, mais plutôt comme une langue prosaïque, telle que l’a léguée Pouchkine… et qui a été évincée en période soviétique par le philologisme et la manie de la spécificité.

40Ce n’est pas un hasard si Bakhtine se réfère aussi à un autre livre de Spitzer : Die Umschreibung des Begriffs Hunger im Italienischen. Stilistisch-onomasiologische Studie auf Grund von unveröffentlichtem in Zensurmaterial (La paraphrase du concept de faim en italien. Étude stylistique et onomasiologique sur la base de matériel inédit lié à la censure) (Halle, 1920). On y trouve l’empreinte de l’expérience acquise par Spitzer lorsqu’il travaillait dans le service italien de la censure militaire durant la Première Guerre mondiale. En lisant les lettres des prisonniers de guerre italiens, Spitzer avait été frappé par la richesse et la variété stylistiques de ces écrits. Il avait été frappé, comme philologue et comme censeur, par les procédés et les astuces d’écriture permettant de communiquer aux proches les souffrances de la faim qui les tourmentaient. Bakhtine est très attentif aux possibilités métalinguistiques du matériau utilisé par Spitzer : l’adaptation souple du mot et de l’image aux conditions extrêmes de la situation vécue.

  • 40  Ibid., p. 103-106.

41Mais là encore, Bakhtine se lance dans une nouvelle polémique. Avant de se référer à ce livre dans Marxisme et philosophie du langage, il livre une phénoménologie sociologique de la faim dans différents types d’énoncés et différents types de conscience de classe40. D’après lui, l’homme est propriétaire de ses sensations physiologiques (sensation de faim), mais pas des énoncés qu’il produit sur cette sensation qui lui est propre. Bakhtine rend ainsi plus complexe le problème de l’intériorité et de l’extériorité, de la subjectivité et de l’objectivité dans l’énonciation (Ausdruck). Il affirme que « l’adaptation souple du mot et de l’image à telle ou telle situation, la mise en relation de l’énonciation avec tel ou tel contexte est la condition nécessaire à la production du mot ». C’est pourquoi, même chez Spitzer, qu’il distingue cependant de plus en plus des autres disciples de Vossler, il trouve que manque « la représentation du langage de l’Autre », dont il soulignera l’importance dans Problèmes de l’œuvre de Dostoïevski.

  • 41  Ibid., p. 112.
  • 42  Ibid., p. 102.

42Les disciples de Vossler, à ses yeux, restent trop centrés sur le caractère monologique de l’énoncé41. Même Spitzer, dans ses analyses stylistiques et linguistiques des œuvres européennes reste prisonnier des limites individualisantes du style et du langage, il reste étranger « encore plus qu’Auerbach » à l’idée de genre et de mémoire du genre et au dialogue intérieur, qui est la toile de fond de tout genre d’énoncé42. Et c’est là que Bakhtine situe le défaut propre au subjectivisme individualisant, la prise en compte incomplète de la nature sociale et chorale (dialogique) de l’activité langagière dans l’art.

En direction de Dostoïevski

  • 43  Voir : M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 2, Jazyki slavjanskoj kul’tury, Moscou, 2000, p. 735-7 (...)
  • 44  Voir : ibid., p. 5-175.
  • 45  Ibid., p. 746.
  • 46  Ibid., p. 432, 655.

43En fait, les notes et l’analyse que Bakhtine a effectuées sur le livre de Spitzer Italienische Umgangssprache (L’italien de tous les jours). (Bonn, Berlin 1922)43, si elles se rapportent à la période où il travaille sur Marxisme et philosophie du langage , renvoient tout autant à celle où il rédige la première version de son livre sur Dostoïevski Problèmes de l’œuvre de Dostoïevski (1929)44, où on trouve aussi des références à Vossler et à deux autres de ses disciples, Lorck et Lerch45. Les notes sur Grammaire et histoire de la langue de Vossler qu’on trouve dans les mêmes cahiers de 1927-1928, écrits de la main de la femme et de la sœur de Bakhtine, peuvent être rangées à titre équivalent dans les travaux préparatoires à la rédaction de son livre sur Dostoïevski46.

44Dans les citations qu’il transcrit du livre de Spitzer dans son Dostoïevski, on voit que Bakhtine n’utilise qu’une partie, qui renvoie au contexte de sa réflexion sur la nécessité de distinguer le mot parodique et le mot d’autrui. D’ailleurs dans la première version (1929) il se réfère à l’original, repris de ses notes, alors que dans la deuxième version, plus tardive, il recourt à une traduction assez libre de ces citations :

  • 47  Cf. : Mikhail Bakhtin, Problems of Dostoevsky’s Poetics (Ed. and transl. by Caryl Emerson). Minnea (...)

Quand nous reproduisons dans notre discours un morceau de l’énoncé de notre interlocuteur, déjà dans cette relève des individus locuteurs passe immanquablement un changement de ton : les paroles de l’Autre résonnent toujours dans notre bouche comme un discours étranger, très souvent marqué par une intonation ironique, qui exagère le trait et cherche à se moquer47.

Et on doit confronter cette citation au passage des Problèmes de l’œuvre de Dostoïevski (première version) où il affirme :

  • 48  M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 6, 2002, p. 217-218.

Mit der Übernahme eines Stücks der Partnerrede vollzieht sich schon an und für sich durch den Wechsel der sprechenden Individuen eine Transposition der Tonart : die Worte « des anderen » klingen in unserem Mund immer fremd, ja sehr leicht, hoehnisch, karikiert, fratzenhaft48.

  • 49  M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 3, Jazyki slavjanskoj kul’tury, Moscou, 2012, pp. 14, 17, 18, (...)
  • 50  Ibid., p. 514.
  • 51  Mikhail Bakhtin, « Dopolnenija i izmeninja k Dostoevskomu », M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. (...)

45En dehors du livre sur Dostoïevski, on trouve aussi des renvois à Vossler et Spitzer dans Le mot du roman (1934-1935)49, dans l’article « La préhistoire du discours romanesque » (1940)50 ainsi que dans les brouillons du quatrième chapitre des Problèmes de l’œuvre de Dostoïevski, où Bakhtine renvoie directement à la métalinguistique de l’école de Vossler qui a « étudié les phénomènes non pas dans le système de la langue mais dans les formes vivantes de leur fonctionnement dans les différentes sphères de la culture. Ces phénomènes, si on les envisage dans leur nature dialogique, dépassent le cadre strict de la linguistique, ils sont métalinguistiques »51. Il est vrai que cet extrait n’a pas été inclus dans le texte définitif de son étude.

Ce qui continue à intéresser Bakhtine dans les travaux de Spitzer et plus largement de l’école de Vossler, c’est le langage de l’Autre et sa représentation artistique :

  • 52  M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 3, p. 91.

Dans le même moment, parallèlement à l’intérêt pour les faits de stylisation, de parodie… se développait un intérêt pour la transmission du discours d’autrui, pour le problème des formes syntaxiques et stylistiques de cette transmission. Cet intérêt était croissant avant tout dans la recherche allemande en philologie des langues romanes. Ses représentants, centrés principalement sur l’aspect linguistico- stylistique (voire grammatical) du problème, ont cependant approché de très près, en particulier Spitzer, la question de la représentation artistique du discours de l’autre, qui est le problème central de la prose romanesque52.

  • 53  Cf. E. Auerbach, Literatursprache und Publikum in der lateinischen Spätantike und im Mittelalter, (...)

46Ce qui faisait la spécificité des travaux de Spitzer et qui fondait l’intérêt que leur portait Bakhtine était leur assise sur deux ou plusieurs langues, « le relativisme » ou le « perspectivisme » des langues nationales historiques, des mondes et des points de vue. En ce sens Bakhtine n’est pas éloigné de la réflexion d’Auerbach sur le fait que l’historisme s’est développé très activement dans la philologie des langues romanes pour cette même raison, mais sans prendre pour autant une orientation nationaliste (à la différence des tendances dominantes qu’on observe à la lisière des deux siècles), et que les langues romanes ne sont pas une mais plusieurs et qu’elles se distinguent moins entre elles que de la langue allemande, dans la mesure où elles sont liées entre elles par le substrat de la civilisation antique préchrétienne53.

  • 54  M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 3, p. 16.

47Un autre principe qui, aux yeux de Bakhtine, reste à la fois important et insuffisant dans la philologie des études romanes en Allemagne est, dans ses travaux des années 1930-1940, le principe d’individuation du discours, quand se manifeste « l’omission de l’idée de genre et de mémoire du genre ». Il considère que les chercheurs contemporains sont comme entre Charybde et Scylla. La stylistique moderne « n’aborde pas la particularité du dialogue social entre les langues ». L’analyse stylistique ne s’intéresse pas à l’entier du roman mais seulement à telle ou telle entité qui en dépend. Le chercheur ce faisant semble « effectuer la transcription d’un thème symphonique pour le piano »54. Bakhtine distingue ainsi deux types de cette sorte de substitution : soit le style renonce au genre et à l’œuvre et est considéré comme un fait de langue, soit l’individualité du locuteur est reconnue précisément par ce facteur de création stylistique qui transforme le phénomène linguistique, langagier, en une entité stylistique.

Il faut souligner que Bakhtine rapproche dès lors deux écoles pourtant opposées l’une à l’autre.

  • 55  Ibid., p. 17.

La réduction d’un fait stylistique à l’individuation d’un fait de langue est ce qui caractérise à la fois les deux écoles linguistiques contemporaines les plus importantes, l’école de Ferdinand de Saussure et celle de Karl Vossler (et de Spitzer, Lerch, etc.), quelles que soient leurs divergences dans leur compréhension du fait de langue et dans leurs méthodes d’analyse stylistique concrète55.

  • 56  Ibid., p. 20.

48L’état actuel des questions de stylistique romanesque montre, comme l’affirme Bakhtine, que toutes les catégories et les méthodes de la stylistique traditionnelle sont incapables de saisir la singularité du discours poétique dans le roman. La stylistique et la philosophie sont devant un dilemme : « soit il faut reconnaître que le roman n’est pas œuvre artistique ou est un genre quasi artistique, soit il faut revoir radicalement la conception du discours poétique sur laquelle repose la stylistique traditionnelle. Le dilemme n’est pas évident aux yeux de tous. Nombreux sont ceux qui ne voient pas et ne reconnaissent pas les racines philosophiques de la stylistique et de la linguistique dans lesquelles ils travaillent. D’autres, plus conséquents, sont ancrés dans un idéalisme philosophique solide et dans un individualisme qui fondent leur compréhension de la langue et du style (les disciples de Vossler et aussi Girt Ermattiger). Ils cherchent avant tout, dans le fait de style, l’expression directe et immédiate de l’individualité de l’auteur56. »

Et à nouveau Bakhtine distingue Spitzer d’entre les disciples de Vossler :

  • 57  Ibid., p. 20.

Ce n’est que depuis peu qu’on a vu le discours romanesque commencer à se faire une place dans la stylistique contemporaine. Il est apparu une série d’analyses stylistiques concrètes de la prose romanesque. Celui qui s’est approché au plus près des points clés de la stylistique de la prose est Leo Spitzer dans ses travaux sur la stylistique de Charles-Louis Philippe, de Charles Péguy et de Marcel Proust, qu’on trouve dans le deuxième tome des Études de style (Stilstudien (Bd. II- Stilsprachen, 1928)57.

  • 58  Ibid., p. 58. Bakhtine se réfère lui-même à cet ouvrage : Leo Spitzer, Stilstudien, 2e partie. « S (...)

49Bakhtine emprunte à Spitzer dans son article « Pseudoobjektive Motivierung bei Charles-Louis Philippe », le terme de la « motivation pseudo-objective » pour désigner un des aspects du discours caché d’autrui (ušaja skrytaja re58). Le terme de « Ansteckung » auquel Bakhtine prêtera attention vers la fin de sa vie en lisant l’article de W. Schmid sur le livre de B. Ouspenski Poétique de la composition (Poètika kompositsii) renvoie encore à Spitzer . Il note en allemand ces mots dans un cahier de travail des années 1960-début 1970 :

  • 59  M.M. Bakhtine, « Raboie zapisi 60-h – naala 70-h godov », M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 6, (...)

Die Erscheinung die durch Leo Spitzer’s Terminus « Ansteckung » der Autorsprache durch die Figurensprache bekannt ist59.

50Bakhtine se réfère encore à l’école de Vossler dans un article tardif, qui semble d’une toute autre nature : « Questions de stylistique pour les cours de langue russe des lycées ». Il y parle de l’absence d’une stylistique des formes grammaticales : « la grammaire stylistique ( et sa base, la stylistique linguistique) ont été élaborées avant tout en France. Ses bases scientifiques ont été posées dans les travaux de l’école de Saussure. En Allemagne, c’est l’école de Vossler qui s’en est occupée (Leo Spitzer, Lorck, Lerch, etc.). Et dans une note de 1961, Bakhtine peut désormais se référer pour parler de linguistique esthétique au « dernier travail » de Spitzer, « Romanische Literaturstudien » (Tübingen 1959).

Le livre sur Rabelais

51En Europe, les années 1930, celles où Bakhtine envisageait son livre sur Rabelais, furent celles où on dressait des bilans et cherchait de nouvelles voies. En 1933 Abel Lefranc, qui appartenait au courant positiviste de la critique littéraire, publia un article qui fit le point sur les œuvres complètes de Rabelais qu’on venait de rééditer. Il avait déjà largement contribué à faire étudier et éditer Rabelais et avait fondé la Société des études rabelaisiennes.

  • 60  Sur les sources de l’intérêt de Spitzer pour la langue de Rabelais voir : L. Spitzer, Linguistics (...)

52En Allemagne au début du siècle, Rabelais devient également l’une des figures les plus étudiées par les spécialistes de philologie romane. La langue de Rabelais est étudiée par Vossler, E. Lorck, Lerch. Quant à Spitzer, on l’a vu, il lui a consacré sa thèse qui fut éditée à Halle mais soutenue à Paris en 191060.

53Dans son cours « Zur Auffassung Rabelais » Spitzer a mis au jour ce qui fondait le désaccord entre l’école de Vossler et le cercle de A. Lefranc, autrement dit entre la critique esthétique et l’approche historico-philologique. Spitzer parle de la « Verschollenheit » de Rabelais et le range parmi les écrivains qu’on respecte sans les lire. Il pense qu’il y a en Rabelais une force qui effraie les Français, de la même manière que les détourne de Wagner le principe dionysiaque et chtonique qui marque sa musique. Rendre aux lecteurs l’œuvre de Rabelais dans son authenticité est la tâche de la critique esthétique. Spitzer oppose à la critique positiviste française le conceptualisme de la philologie allemande en donnant pour exemple l’étude de Heinrich Schneegans Histoire de la satire grotesque (Geschichte der grotesken Satire, 1894), où est envisagé non pas le réalisme mais le grotesque de Rabelais et où pour la première fois le rire est considéré comme un principe vivifiant, capable de dépasser la peur.

  • 61  I.L. Popova. Kniga M.M. Bakhtina o François Rabelais, op. cit., p. 15. Cf. V.M. Alpatov, Vološsino (...)

54Cependant les principaux travaux sur Rabelais des représentants de la linguistique esthétique n’étaient pas traduits en russe et peu discutés. Ils sont restés hors de la vue de Bakhtine durant les années 1920. Comme l’a montré Irina Popova, il s’est trouvé que la problématique du discours de l’Autre (ušoe slovo), base de la théorie du roman de Bakhtine, s’est nourrie de son intérêt pour la linguistique esthétique de Vossler, lequel voyait en Rabelais l’écrivain ouvrant le plus à une avancée théorique. Le principe métalinguistique de Vossler, extrapolé ensuite par Spitzer qui l’applique au langage et au style de Rabelais est une sorte de passerelle qui réunit dès lors les travaux de Bakhtine des années 1920 et son livre sur Rabelais. Après avoir assimilé et développé la méthodologie de Vossler et de Spitzer, Bakhtine l’a utilisée pendant les années 1920 dans sa recherche sur la langue de Dostoïevski et ce n’est qu’ensuite qu’il s’est tourné vers l’œuvre de Rabelais dont la langue lui a fourni le matériau pour la méthodologie qui l’intéressait. Aussi peut-on dire que le choix du héros pour le deuxième livre de Bakhtine n’était pas dû au hasard – la théorie de la représentation du discours de l’Autre qui est centrale dans Les problèmes de l’œuvre de Dostoïevski était liée, dans la linguistique européenne des années 1910, avant tout aux études consacrées à la langue de Rabelais61.

  • 62  Voir : I.L. Popova. Kniga M.M. Bakhtina o François Rabelais, op. cit., p. 22.

55Dans le livre de Bakhtine sur Rabelais, on ne trouve pas de références directes aux travaux de Spitzer et de Vossler, pour des raisons idéologiques, en particulier la lutte au cours des années 1940 contre le cosmopolitisme62. Il est vrai que la bibliographie de la thèse de Bakhtine mentionnait, comme on l’a vu, les œuvres de Spitzer. Et dans l’essai « L’idée du carnaval » où Bakhtine formule ce qu’il développera dans le livre qu’il n’a pas encore écrit, la tradition de l’école de Vossler et son approche de la langue de Rabelais (lexikalischer Karnaval) sont bien visibles, de même que la théorie du carnaval de Florens Christian Rang, qu’il a développée dans Psychologie historique de carnaval (Historische Psychologie des Karnevals, 1927), le carnaval comme spectacle sans rampe, le caractère mondialisant (vseob’emljuscij) du carnaval, son relativisme et sa liberté, etc.

Mais la trace qui est très marquante dans le livre de Bakhtine est avant tout celle de Spitzer.

  • 63  Ibid., p. 22.

56On voit aussi que dans l’esprit de Spitzer Bakhtine juge la méthode de Lefranc : « Tout ce matériau réuni avec un souci laborieux ne dépasse pas pour l’essentiel le cadre de la culture officielle, alors que Rabelais dans son ensemble ne s’inscrit pas dans ce cadre63. »  

57Bakhtine est solidaire de Spitzer dans l’interprétation de la langue de Rabelais : il fonde son inventivité langagière sur le mépris des formes verbales toute faites, sur « l’expression de sa manière de voir les choses » (« la contradiction entre une racine sérieuse et une terminologie comique »).

  • 64  I.L. Popova. Kniga M.M. Bakhtina o François Rabelais, op. cit., p. 20 ff. Cf. M.M. Bakhtine, « Fra (...)

58Même dans sa critique des idées de Heinrich Schneegans exposées dans Histoire de la satire grotesque qui intriguent Bakhtine, on l’a vu (la représentation grotesque et le dépassement de la peur par le rire) et sont cependant retravaillées par lui, il est proche de la critique énoncée par Spitzer64.

59C’est aussi dans l’esprit de Spitzer que Bakhtine étudie la nature du mélange des styles chez Rabelais. Un des éléments les plus déterminants, empruntés là encore chez Spitzer, est le recours au terme de coq à l’âne que Spitzer avait lui-même pris à Clément Marot et Thomas Sébillet. Ces derniers désignaient par ce terme un genre, alors que Spitzer l’appliquait à la définition d’un style : le coq à l’âne comme absurdité voulue du langage désigne aussi la dominante stylistique de Rabelais. Mais c’est là qu’apparaît dans toute son évidence le fait que les idées de Spitzer (et de Vossler) ne sont pas tant la source du livre de Bakhtine que le fond sur lequel s’ouvrent le dialogue et la polémique : Bakhtine oblige à élargir la définition de Spitzer du coq à l’âne, dans laquelle il voit une certaine étape du discours romanesque et le signe de la destruction de la rhétorique traditionnelle, et qu’il retrouve, par delà la littérature française du xvie siècle, dans la littérature russe du xixe et en particulier chez Gogol.

  • 65  M.M. Bakhtine, « Tetradi k Rabelais », M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 4 (1), p. 623. Voir ég (...)

60C’est ainsi que, parlant, dans l’esprit de Spitzer du rôle et de la signification du coq à l’âne dans la création des images du monde grotesque et du corps grotesque chez Rabelais, Bakhtine introduit, dès la première version de son livre sur Rabelais, une analyse comparative des éléments de coq à l’âne chez Rabelais et chez Gogol : « La représentation des procès (des disputes), de la médisance et de la confusion (putanica). Caractère Coq à l’âne. Le récit des deux Ivan. Ce n’est pas la satire du procès mais un jeu d’absurde et par absurde65. »

  • 66  M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 5, p. 157.

61En 1940 et 1941 Bakhtine fait deux exposés à l’IMLI (Institut de littérature mondiale), déjà évoqués : « Le mot dans le roman (sur les questions de stylistique du roman) » et « Le roman comme genre littéraire ». Le rire et la diversité langagière (multilinguisme) y sont vus comme les deux bases fondamentales de la prose littéraire. On retrouve cette idée dans l’essai « La diversité langagière comme fondement du développement du langage du roman » (« Mnogojasyie kak predposylka razvitija romannogo slova ») : « Nous considérons que deux facteurs importants ont préparé et créé le discours romanesque ; l’un d’eux est le rire, l’autre est la multiplicité langagière »66. A cette époque, dans la première moitié des années 1940, Bakhtine s’intéresse à l’histoire du développement du roman dans la littérature russe dont il considère que le moment marquant n’est désormais pas seulement l’œuvre de Dostoïevski mais celle aussi de Gogol. Il s’efforce de définir la place de la langue et Gogol en partant du contexte de l’histoire de la littérature européenne. Ainsi, il étudie la multiplicité langagière de Gogol en recourant aux méthodes et aux concepts qu’il a élaborés pour analyser la langue de Rabelais. Et le coq à l’âne devient alors une caractéristique fondamentale du style de Gogol alors que Spitzer en avait fait la caractéristique de Rabelais.

62Ainsi, de même que dans les années 1920 le problème de la représentation du discours de l’Autre découvert dans la linguistique esthétique de Vossler et de son école avait été transposé dans les romans de Dostoïevski, durant les années 1830-1840, la théorie du coq à l’âne élaborée par Spitzer à partir de Rabelais sera utilisée dans l’étude de la langue de Gogol.

Haut de page

Notes

1  On retrouve, à vrai dire, le terme de Einfűhlung encore dans les écrits de Herder. Le terme estetieskoe vživanie correspond également à Einleben allemand bien que Bakhtine ait tendance à le traduire comme Einfűhlung (voir V. Liapunov, « Notes », M.M. Bakhtin, Toward a Philosophy of the Art, University of Texas Press, Austin, 1993).

2  « Un individu n’existe pas sans l’Autre », affirma Bakhtine dans son essai philosophique des années 1920 Auteur et personnage dans l’activité esthétique. Voir : M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t.1, Jazyki slavjanskoj kul’tury, Moscou, 2003, p. 83, 818.

3  Voir : A.B. Boarov, « M.M. Bakhtine : ot filologii k filosofii, ot metalingvistiki (metaritoriki) k filosofii jazyka », Russkaja i evropejskaja filosofija : puti shoždenija. Sbornik materialov konferenzii, Saint-Pétersbourg, 1997, p. 87.

4  I.I. Lapšin, Problema užogo « Ja » v novejšej filosofii, Saint-Pétersbourg, 1910, p. 109-112.

5  M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 1, Jazyki slavjanskoj kul’tury, Moscou, 2003, p. 500 (Notes).

6  Voir l’interprétation que donnent Katerina Clark et Michael Holquist dans la biographie de Bakhtine : K. Clark, M. Holquist, Mikhail Bakhtin, Cambridge, Harvard University Press, 1984. Il y faudrait ajouter l’emprise des concepts philosophiques de M. Foucault et de J. Derrida, de même que l’interprétation à vrai dire assez fantaisiste mais ayant eu un impact énorme sur la perception de Bakhtine en Europe et aux États-Unis de Julia Kristeva qui ont contribué à cette inversion de la perspective.

7  Voir l’aveu de Bakhtine dans une lettre privée à Vadim Kožinov : « J’ai lu avec un grand interêt l’article de Gaidenko [il s’agit d’une doctorante de la faculté de philosophie à l’Université Lomonosov de Moscou qui était une des première à écrire en URSS sur Heidegger]. […] Malheureusement moi-même je n’ai pas eu l’occasion de lire Heidegger ». Cité d’après : N.A. Pan’kov, Voprosy biografii i naunogo tvorestva M.M. Bakhtina, Izdatel’stvo Moskovskogo universiteta, Moscou, 2009.

8  « Un modeste candidat ès lettres de l’institut pédagogique de Saransk qui, il y a encore trente ans, n’était connu que par très peu de gens est considéré aujourd’hui en Occident comme le plus grand philosophe du xxe siècle et une figure-clé de la culture russe en général : (Vitali Mahlin. « Bakhtine i zapad (Opyt obzornoj orientacii », Voprosy filosofii, no 1-2, 1993, p. 95.

9  Précisons : c’est le grand-père de Bakhtine qui était marchand tandis que son père exerçait l’activité d’employé de banque, qu’on rangeait à l’époque dans la classe des « petit-bourgeois » (mešane).

10  S.S. Konkin, L.S. Konkina, Mikhail Bakhtine. Stranicy žizni i tvorestva, Saransk, 1993, p. 18.

11  On compte parmi ses publications : N. N. Lange, Velikie mysliteli XIX veka, Lekcija I. Kant i « Kritika istogo razuma », Odessa, 1901 ; N. N. Lange, Teorija W. Wundta o naale mifa, Odessa, 1912.

12  Losski était entre autres l’auteur d’une étude intitulée « Les fondements de l’intuitivisme » « Obosnovanié intuitivizma » (1906), reéditée plusieurs fois au cours des années suivantes.

13  Voir : M.M. Bakhtine, Œuvres, Sobranie soinenij, t. 1, Jazyki slavjanskoj kul’tury, Moscou, 2003, p. 548-554, 659 (Notes).

14  Cf. Craig Brandist, David Shepherd and Galin Tihanov (éds), The Bakhtin Circle : In the Master’s Absence, Manchester, Manchester University Press, 2004. Voir plus spécialement le nécrologue rédigé par M.I. Kagan « Hermann Cohen (4 July 1842–4 April 1918). »

15  B. Poole, « Le rôle de M. Kagan dans la genèse de la philosophie de Bakhtine (de H. Cohen à M. Scheler) », « Rol M.I. Kagana v stanovlenii filosofii M.M. Bakhtina (ot Germana Kogena k Maksu Šeleru », in : Bahtinskij sbornik. III, Moscou, Labirint, 1997, p. 163.

16  Il va de soi qu’une telle activité n’était pas toujours appréciée par les dirigeants communistes de la ville. Le quotidien de Nevel Molot (« Marteau ») résume ainsi un de ces débats organisés par Bakhtine : « Dans ses discours, il défendait la muselière obscurantiste de la religion et tournait plutôt autour des régions célestes et au-dessus. À certains moments, il reconnaissait les buts du socialisme, mais c’était aussitôt pour pleurer et se lamenter sur le fait que le socialisme ne se préoccupait pas des morts » (cité d’après S.S. Konkin, L.S. Konkina, op. cit., p. 48).

17  Ce texte ne fut redécouvert qu’après la mort de Bakhtine, en 1977. Voir : M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 1, op. cit., p. 5-6.

18  Cf. son édition française (L’Âge d’Homme, 2003).

19  La littérature mondiale est un terme utilisé pour désigner l’enseignement de la littérature étrangère en Russie jusqu’à aujourd’hui.

20  Cf. l’édition française : Esthétique et théorie du roman, Gallimard, 1978.

21  « Bakhtine, Volochinov et Medvedev dans les contextes russe et européen », sous la direction de Bénédicte Vauthier, Slavica occitania, no 25, 2007 ; « The Contexts of Bakhtin : Philosophy, Authorship, Aesthetics », éd. David Shepherd (Studies in Russian and European Literature, vol. 2). Amsterdam : Harwood Academic Publishers, 1998 ; voir aussi : Patrick Sériot, Bakhtine en contexte : dialogue des voix et hybridation des langues (le problème des limites) (en ligne :

http://www.unice.fr/ChaireIUF-Nicolai/Archives/Tables_rondes/TR_2006/Voloshinov_Seriot.pdf). L’hypothèse suggérée par K. Clark, M. Holquist (op. cit.) selon laquelle le fait de cacher son nom sous le nom d’autrui fut pour Bakhtine une sorte de carnavalisation nous paraît plutôt discutable. Voir également A.B. Boarov, op. cit.

22  N.D. Tamarenko, Estetika slovesnogo tvorestva M.M. Bakhtina i russkaja filosofsko-filologieskaja tradicija, Moscou, Kulagina, 2011, p. 338.

23  Cité d’aprés N.A. Pan’kov, op. cit.

24  Voir : S.S. Konkin, L.S. Konkina, op. cit., p. 98.

25  V.L. Mahlin, Mikhail Bakhtine, Filosofija postupka, Moscou, 1990, p. 11.

26  I.L. Popova. Kniga M.M. Bakhtina o François Rabelais i ee znaenie dlja teorii literatury, Moscou, IMLI RAN, p. 15.

27  Logos (1) 1910 ; (1-2) 1912-1913.

28  Poetika, Vypusk 2, Leningrad, Academia, 1927.

29  V.V. Mahlin, « Commentaire », in M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 2, Moscou, Jazyki slavjanskoj kul’tury, 2000, p. 745.

30  Zirmunskij V.M., « Zadai poetiki », in : Naala, Zurnal istorii literatury i istorii obšestvennosti, (1) 1921, p. 57.

31  A.A. Smirnov, « Puti i zadai nauki o literature », in : Literaturnaja mysl’ (2), Petrograd, 1923, p. 105.

32  V.N. Vološinov, Marksizm i filosofija jazyka : Osnovnye problemy sociologieskogo metoda v nauke o jazyke, Leningrad, Priboj, 1929, p. 71.

33  Ibid., p. 100.

34  V.N. Vološinov, Marksizm i filosofija jazyka, op. cit., p. 148.

35  P.N. Medvedev, Formal’nyj metod v literaturovedenii : Kritieskoe vvedenie v sociologieskuju poetiku, Leningrad, Proboj, 1928.

36  V.N. Vološinov, Marksizm i filosofija jazyka, op. cit., p. 143-153. Cf. : Andrej Belyj, « Mysl’ i jazyk (Folosofija jazyka A.A. Potebni) », in : Logos (2), 1910, p. 253.

37  V.V. Mahlin, « Commentaire », in M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 2, Moscou, Jazyki slavjanskoj kul’tury, 2000, p. 750.

38  M.M. Bakhtine, « Iz arhivnyh zapisej k rabote “Problemy reevyh žanrov” », Sobranie soinenij, t. 5, Moscou, Jazyki slavjanskoj kul’tury, 1996, p. 219, 570.

V.N. Vološinov, Marksizm i filosofija jazyka, op. cit., p. 24.

Voir : M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 2, Moscou, Jazyki slavjanskoj kul’tury, 2000, p. 735-739.

Par la suite, Spitzer lui-même dira comment l’avaient frappé dans sa jeunesse les cours de Meyer-Luebke sur la grammaire française, si éloignés des réalités du peuple, une science dont on avait perdu de vue l’objet même, c’est à dire l’Homme ((L. Spitzer, « The Formation of the American Humanist », in : PMLA, vol. 66, No 1, p. 43). Cf. : V.V. Mahlin, « Commentaire », op. cit., p. 751-752.

39  Voir : M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 2, Moscou, Jazyki slavjanskoj kul’tury, 2000, p. 735-739.

40  Ibid., p. 103-106.

41  Ibid., p. 112.

42  Ibid., p. 102.

43  Voir : M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 2, Jazyki slavjanskoj kul’tury, Moscou, 2000, p. 735-743.

44  Voir : ibid., p. 5-175.

45  Ibid., p. 746.

46  Ibid., p. 432, 655.

47  Cf. : Mikhail Bakhtin, Problems of Dostoevsky’s Poetics (Ed. and transl. by Caryl Emerson). Minneapolis (Minnesota UP), 1984, p. 266.

48  M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 6, 2002, p. 217-218.

49  M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 3, Jazyki slavjanskoj kul’tury, Moscou, 2012, pp. 14, 17, 18, 20, 34, 58, 91.

50  Ibid., p. 514.

51  Mikhail Bakhtin, « Dopolnenija i izmeninja k Dostoevskomu », M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 6, Moscou, Jazyki slavjanskoj kul’tury, 2002, p. 356.

52  M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 3, p. 91.

53  Cf. E. Auerbach, Literatursprache und Publikum in der lateinischen Spätantike und im Mittelalter, Bern, 1958, p. 9.

54  M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 3, p. 16.

55  Ibid., p. 17.

56  Ibid., p. 20.

57  Ibid., p. 20.

58  Ibid., p. 58. Bakhtine se réfère lui-même à cet ouvrage : Leo Spitzer, Stilstudien, 2e partie. « Stilsprachen », Munich, 1928, p. 166-207.

59  M.M. Bakhtine, « Raboie zapisi 60-h – naala 70-h godov », M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 6, p. 661.

60  Sur les sources de l’intérêt de Spitzer pour la langue de Rabelais voir : L. Spitzer, Linguistics and Literary History. Essays in Stilistics, Princeton, 1974 (3e ed.), p. 2, 15).

61  I.L. Popova. Kniga M.M. Bakhtina o François Rabelais, op. cit., p. 15. Cf. V.M. Alpatov, Vološsinov, Bahtin i lingvistika, Moscou, 2005, p. 30.

62  Voir : I.L. Popova. Kniga M.M. Bakhtina o François Rabelais, op. cit., p. 22.

63  Ibid., p. 22.

64  I.L. Popova. Kniga M.M. Bakhtina o François Rabelais, op. cit., p. 20 ff. Cf. M.M. Bakhtine, « François Rablais v istorii realizma (1940) », M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 4 (1), p. 40, 299-314.

65  M.M. Bakhtine, « Tetradi k Rabelais », M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 4 (1), p. 623. Voir également : I.L. Popova. Kniga M.M. Bakhtina o François Rabelais, op. cit., p. 177-178.

66  M.M. Bakhtine, Sobranie soinenij, t. 5, p. 157.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ekaterina Dmitrieva, « Le substrat allemand de la pensée bakhtinienne », Revue germanique internationale, 19 | 2014, 135-154.

Référence électronique

Ekaterina Dmitrieva, « Le substrat allemand de la pensée bakhtinienne », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/1476 ; DOI : 10.4000/rgi.1476

Haut de page

Auteur

Ekaterina Dmitrieva

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org