Navigation – Plan du site

La philologie peut-elle s’exporter ?

À propos de l’itinéraire identitaire et disciplinaire de Leo Spitzer
Wolf Feuerhahn et Pascale Rabault-Feuerhahn
p. 155-177

Résumés

Les promoteurs d’un « tournant philologique » qui veulent remettre à l’honneur une lecture attentive des textes, se sont volontiers réclamés d’une tradition incarnée par les grands noms de la romanistique germanophone. Leo Spitzer fait ainsi l’objet d’une attention renouvelée et est souvent convoqué comme exemple d’un humanisme véritablement universaliste. Dans le souci d’échapper à une lecture présentiste de son œuvre, cet article revient sur la manière dont Spitzer a, au fil de sa carrière, caractérisé lui-même sa propre démarche scientifique. En fonction du contexte local, régional et national auquel il fut confronté, Spitzer fut en effet amené à redéfinir son identité scientifique autant que son appartenance nationale. Il ne s’agit ni de prendre ces auto-étiquetages au mot, ni de les déconstruire comme autant d’illusions, mais de les éclairer à la lumière des contextes très divers qui jalonnèrent la carrière de Spitzer – Empire austro-hongrois, Allemagne, Turquie, États-Unis. Surtout, cet article analyse la portée performative des auto-définitions du savant, qui façonnent autant qu’elles décrivent son activité scientifique. De son engagement internationaliste et pacifiste pendant la Première guerre mondiale à sa défense de la philologie « allemande » aux États-Unis, le parcours de Spitzer interroge l’exportabilité supposée de la pratique philologique.

Haut de page

Texte intégral

  • 2  Sur le panthéon philologique de Edward Said, voir : Pascale Rabault-Feuerhahn, « Edward Said et la (...)

1Telles qu’elles se sont imposées au xxe siècle, les sciences sociales pouvaient sembler avoir relégué la philologie au rang de vestige du siècle précédent. Considérée comme une science pratiquée par des savants de cabinet dont on reconnaissait certes la capacité à lire une multitude de langues, mais dont on raillait l’absence de contact avec les peuples dont elle étudiait les œuvres, la philologie a en effet pu être considérée comme désuète voire définitivement marquée par l’époque coloniale. Depuis une dizaine d’années toutefois, des voix s’élèvent en faveur d’un « retour à la philologie ». Le fait est d’autant plus notable qu’il émane entre autres d’Edward Said, critique pourtant virulent de ce qu’il désignait comme les errements colonialistes de la philologie orientaliste pratiquée en Occident. En contrepoint à cette charge critique, c’est bien dans la tradition philologique occidentale que Said a puisé les figures de son propre panthéon intellectuel. Dans leur grande majorité, les philologues dont il estime que l’œuvre échappe aux travers impérialistes de leurs collègues et qu’elle fournit une base pour redéfinir un humanisme échappant à l’européocentrisme, sont des spécialistes des langues romanes : ceux que le découpage intellectuel du monde promu par l’université allemande du xixe sièclea nommés « romanistes ». Parmi eux, Leo Spitzer (1887-1960) et son élève Erich Auerbach (1892-1957) figurent au premier rang2.

  • 3  Sur ce « retour », voir : Geoffrey Galt Harpham, « Roots, Races and the Return to Philology », Rep (...)

2Il ne s’agit pas ici, de juger de la légitimité de l’usage que Said fait de ces auteurs ; quelle que soit la pertinence de sa démarche, elle n’en répond pas moins à une logique interne à son œuvre dont l’analyse critique constitue un sujet en soi. L’objet de cet article n’est pas non plus de développer le débat actuel sur l’opportunité et les formes possibles du « retour à la philologie »3. Pour autant, il est illusoire pour l’historien d’espérer échapper totalement à son temps et à son lieu. Ainsi l’importance même attribuée actuellement à Spitzer est bien un ressort de notre motivation à revenir sur son œuvre et sa trajectoire. En effet, si le recours à des figures passées afin d’esquisser l’avenir est une pratique savante usuelle, elle comporte au moins un risque non négligeable, à savoir de décontextualiser leur travail et de les lire à l’aune de critères contemporains. L’effort d’historicisation peut dès lors offrir un nouvel éclairage sur une œuvre fortement sollicitée. Il permet, en particulier de revenir sur une question qui, aujourd’hui comme hier, taraude les philologues : celle de l’ancrage national de leurs pratiques.

3Le cas de Leo Spitzer est d’autant plus intéressant que le natif de Vienne qu’il était a vu son objet d’étude – la langue et la culture romanes – devenir pour longtemps l’ennemi de ses compatriotes. En outre sa carrière s’apparente à une véritable pérégrination transnationale dont Vienne (jusqu’en 1918), Bonn (1918-21), Marbourg (1921-30), Cologne (1930-33), Istanbul (1933-36) et enfin Baltimore à partir de 1936 ont constitué les stations. Elle offre ainsi un point de vue sur la singularité de ces lieux de savoirs. Notre objectif n’est pas biographique, mais il est de mettre en évidence le rôle des étiquetages et auto-étiquetages locaux, nationaux et disciplinaires pour les pratiques scientifiques. Nous souhaitons montrer qu’à chacune des étapes de son parcours, Spitzer fut conduit à redéfinir son identité nationale et savante en fonction du contexte où il se trouvait et que cela éclaire en creux les limites à l’export de la pratique philologique. Ce travail de reconstitution des autofigurations d’un auteur est bien entendu tributaire des sources dont dispose l’historien. En fonction de ses supports de publication ou bien de ses correspondants, Spitzer ne s’autodéfinit pas de la même manière ; il y eut sans doute autant de Spitzer que de situations d’échanges dans lesquelles il s’est inscrit. Les figures de Spitzer que nous traçons ne sont donc que des esquisses. Nous espérons toutefois qu’elles donneront à réfléchir sur une œuvre qui retrouve une actualité en ce début du xxie siècleet, plus largement, sur les limites de l’universalité revendiquée par la pratique philologique.

Un linguiste internationaliste et pacifiste dans la guerre

  • 4  Spitzer à Schuchardt, 6 juin 1917 publiée in : Bernhard Hurch (éd.), Leo Spitzers Briefe an Hugo S (...)
  • 5  Spitzer à Schuchardt, 23.11.1915, in Hurch, op. cit., p. 17 : « Je ne me trouve pas seulement dans (...)
  • 6  Die Umschreibungen des Begriffes « Hunger » im Italienischen. Stilistisch-onomasiologische Studie (...)

4Une « philologie de guerre » (Kriegsphilologie) : voilà comment Leo Spitzer, alors jeune Privatdozent à l’Université de Vienne, désigne toute une série de travaux et de conférences qui l’occupent au cours de la Première Guerre mondiale4. De quoi s’agit-il plus précisément ? L’expression renvoie à la forte conscience de Spitzer que la science de l’interprétation des textes est perméable au contexte politique dans lequel elle est pratiquée. La « philologie de guerre » de Spitzer prendra ainsi des formes variées. Agé de 27 ans en 1914, Leo Spitzer fut affecté dans ce qu’il nomme avec humour la « romanistique militaire »5, une division de l’armée autrichienne chargée de censurer la correspondance des prisonniers de guerre italiens. Cette expérience lui fournira la matière de plusieurs études publiées après la guerre et portant par exemple sur les circonlocutions du terme « faim », ou l’emploi d’expressions familières dans les lettres de captivité6.

  • 7  Spitzer à Schuchardt, 31.07.1916, in Hurch, op. cit., p. 21.
  • 8  « Guerre et langue », « Le combat contre les mots étrangers », « Quelle est la meilleure langue ? (...)
  • 9  Pour ces éléments biographiques, voir Hurch, op. cit., notamment p. XXIV.

5En dépit de son enrôlement, Spitzer était farouchement hostile au conflit et décrivait volontiers son point de vue comme « purement international et pacifiste »7 – qualificatifs risqués s’il en était à l’époque. Son engagement s’exprimait dans des conférences critiques qu’il donnait régulièrement sur la mobilisation de la linguistique pendant la guerre8. Prononcées dans le cadre d’universités populaires de Vienne (Ottokarring, Urania)9, elles attiraient un public nombreux. Dans sa correspondance à Hugo Schuchardt (1842-1927), ancien professeur de philologie romane de l’Université de Graz, alors âgé de 75 ans, le jeune Spitzer se plaît à les présenter comme des performances d’acteurs :

  • 10  Hurch, op. cit., p. 39-40.

Ma conférence à la Urania a été, je crois, ce que l’on appelle un « succès » (mot qui, tout comme « école », relève plutôt de la langue des comédiens et des virtuoses) – l’état d’esprit cosmopolite (…) a même fait beaucoup de bruit parmi les officiers supérieurs de mon service qui étaient venus. On affichait complet, pour poursuivre dans le jargon théâtral. La première sera d’ailleurs suivie d’une reprise au « Volksheim », puis d’une deuxième conférence à la Urania sur « Le combat contre le mot étranger », en outre celle-ci a déjà été prononcée à l’Université populaire avec une distribution de second ordre et il y en aura une nouvelle représentation au Arbeiter Bildungsverein (Association pour l’éducation des ouvriers, NdT).10

  • 11  Sur ce point et, de manière générale, sur les activités de Spitzer au cours de la Première Guerre (...)

6Dans ces conférences au public très varié, Leo Spitzer n’hésitait pas à dénoncer les usages chauvins de la linguistique. L’une de ses cibles de prédilection était l’idéologue antisémite Houston Stewart Chamberlain (1855-1927). Après avoir connu la notoriété avec son ouvrage Die Grundlagen des neunzehnten Jahrhunderts [La Genèse du xixe siècle] (1899) qui promouvait une lecture racialiste de l’histoire de l’humanité, dont le moteur aurait été le conflit entre les prétendues « races » germanique et juive, Chamberlain avait publié en 1915 des Kriegsaufsätze [articles de guerre] faisant l’éloge de la langue allemande, qu’il considérait comme la seule langue vivante car encore innervée par les dialectes. A contrario, la langue française était rejetée comme foncièrement artificielle parce qu’elle aurait résulté de l’imposition d’une langue unique par le pouvoir central du roi sous l’Ancien Régime11.

  • 12  Ibid., p. 5.
  • 13  Ibid., p. 30.
  • 14  Ibid., p. 18.
  • 15  Ibid., p. 22.
  • 16  Ibid., p. 29.
  • 17  Ibid., p. 80.

7Sans doute frappé par le succès de librairie de cet ouvrage qui, l’année même de sa publication, en était déjà à sa dixième édition, Spitzer ne tarda pas à en dénoncer l’argumentation linguistique, transformant pour ce faire l’une de ses conférences populaires en opuscule. Dans ce texte paru en 1918 sous le titre Anti-Chamberlain. Betrachtungen eines Linguisten über Houston Stewart Chamberlains « Kriegsaufsätze » und die Sprachbewertung im allgemeinen (Anti-Chamberlain. Considérations d’un linguiste sur les « Essais de guerre » de Houston Stewart Chamberlain et sur l’évaluation des langues en général) Spitzer se présente en « linguiste », en porte-voix des savants et considère son texte comme « la protestation purement scientifique d’un savant de métier »12 contre des affirmations infondées. A ses yeux, l’erreur centrale de Chamberlain consiste à considérer langue et race comme dépendantes l’une de l’autre. En effet, Chamberlain cherche, par l’examen de la langue allemande, à confirmer le statut de « peuple élu » des Allemands et ainsi garantir leur future domination sur le monde13. Pour ce faire, il s’appuie notamment sur l’étymologie, chargée de révéler l’âme des peuples. C’est cet usage essentialiste de l’étymologie que Spitzer dénonce avant tout14, car il conduit Chamberlain à déterminer une fois pour toutes le statut d’une langue. A rebours de cette démarche, Spitzer souligne que l’étymologie ne témoigne que de la période où ces mots ont émergé et qu’elle ne fournit pas la clé d’un développement « nécessaire » des langues15. La langue française aurait ainsi tout à fait pu prendre un autre tour que celui qu’on lui connaît. Entrent aussi en jeu des facteurs sociologiques et politiques16. En définitive, l’Anti-Chamberlain se présente comme un éloge de la science du langage. Dédié au linguiste Hugo Schuchardt avec lequel il entretenait une correspondance depuis 1912, il se conclut avec l’injonction suivante : « Pratiquez l’étude des langues, pas leur critique ! Qu’on ne se demande pas quelle langue est la meilleure, mais que l’on commence par apprendre les langues à fond avant de les juger ! »17

  • 18  Spitzer à Schuchardt, 7.09.1916 (Hurch, op. cit., p. 23). Spitzer s’adresse ensuite régulièrement (...)
  • 19  Spitzer à Schuchardt, 05.06.1918 (ibid., p. 89).
  • 20  Lettre du 25.1.1918 (ibid., p. 82) ainsi que celle du 24.02.1926 (ibid., p. 392).
  • 21  Hugo Schuchardt, « Leo Spitzer, Wien, Anti-Chamberlain », Literaturblatt für germanische und roman (...)
  • 22  Ibid., col. 283.
  • 23  Ibid., col. 287.
  • 24  Lettre du 30.5.1918 (Hurch, op. cit., p. 89).
  • 25  Lettre du 04.10.1918 (ibid., p. 96) : Spitzer accepte la plupart des critiques de Schuchardt, et p (...)

8Spitzer rencontra les plus grandes difficultés pour faire paraître ce texte, comme en témoigne sa correspondance avec Schuchardt. Il fit à plusieurs reprises appel à lui à partir de septembre 1916 pour tenter de trouver un éditeur18. L’opuscule ne paraîtra finalement qu’en juin 191819, après avoir été refusé par plusieurs maisons. A en croire Spitzer, le thème n’y était pas étranger. De fait, bien que le texte se présentât comme une défense du point de vue de la linguistique professionnelle, Hugo Schuchardt et un autre maître de la romanistique de l’époque, Karl Vossler (1872-1949), avec qui Spitzer entretenait aussi une correspondance suivie, ne se privèrent pas de le critiquer. Schuchardt, auquel l’ouvrage sera malgré tout dédié, semble ainsi avoir joué un double jeu : encourageant Spitzer dans ses démarches, il marquait d’un autre côté ses distances vis-à-vis du contenu lorsqu’il correspondait directement avec les éditeurs. Spitzer s’en rendit compte au mois de janvier 1918 et lui en tint grief jusqu’à sa mort20. Schuchardt fit paraître dès l’automne 1918 un compte rendu peu amène de l’ouvrage. Il émettait l’hypothèse que cette publication de Spitzer aurait été motivée « peut-être davantage (par sa) parenté formelle avec Chamberlain que (par) son opposition à lui sur le plan du contenu »21. Selon lui, Spitzer oscillait entre un rejet radical de l’évaluation des langues et l’hypothèse qu’une juste évaluation puisse être envisagée. Schuchardt défendait pour sa part l’idée d’une évaluation des langues reposant sur des différences non pas d’espèces, mais de degrés22. L’article se clôt sur une accusation qui ne pouvait laisser indifférent le pacifiste Spitzer : « ici comme à d’autres occasions L. Spitzer cède trop à la tentation de classer, d’étiqueter, de créer des rubriques ; il se rapproche aussi de manière préoccupante de la “militarisation de la science” qu’il évite par ailleurs »23. Piqué au vif par cette critique, Spitzer, dans ses lettres à Schuchardt, intitule ce compte rendu « Anti-Anti-Chamb. »24, ou bien encore « Pro/Anti-Anti-Chamberlain »25.

  • 26  Karl Vossler, « Leo Spitzer, 2. Anti-Chamberlain, Betrachtungen eines Linguisten über H. St. Chamb (...)

9Karl Vossler publia un compte rendu tout aussi acerbe, dénonçant la confusion que Spitzer aurait commise entre « évaluer » (Werten) et « interpréter » (Deuten). Spitzer n’aurait pas été pas assez radical dans sa critique de l’évaluation, car, estime Vossler, évaluer n’est qu’un « pur non sens, pour la simple et bonne raison que chaque langue porte en elle-même sa propre aune individuelle, qui n’appartient qu’à elle »26.

  • 27  Hugo Schuchardt, Ueber die Lautgesetze. Gegen die Junggrammatiker, Berlin, Verlag von Robert Oppen (...)
  • 28  Wolf Feuerhahn/Pascale Rabault-Feuerhahn, « Heidelberg um 1900 : eine Festburg des Idealismus ? Ma (...)

10Cristallisées sur la question de l’évaluation des langues, les critiques de Schuchardt et Vossler dénotent l’imbrication étroite des enjeux scientifiques et politiques. Leur sévérité à l’encontre de l’Anti-Chamberlain est à replacer dans le contexte de l’opposition qu’eux-mêmes contribuèrent largement à faire émerger entre « positivistes » et « idéalistes » au sein de la communauté des romanistes. Leo Spitzer avait soutenu sa thèse de doctorat en 1910 sur Die Wortbildung als stilistisches Mittel exemplifiziert an Rabelais (La formation des mots comme moyen stylistique, à l’exemple de Rabelais) sous la direction du romaniste Wilhelm Meyer-Lübke (1861-1936). Représentant par excellence à Vienne des néo-grammairiens qui, à partir des années 1870, cherchaient à dégager des lois du développement phonétique des langues, Meyer-Lübke était perçu tant par Schuchardt que par Vossler comme appartenant au camp des « positivistes ». Dès 1885, Schuchardt avait publié une plaquette où il se déclarait hostile aux néogrammairiens et à leur conviction de dégager des lois valant sans exception. Contre eux, il défendait l’inscription de la science du langage parmi les « sciences de l’esprit »27. Quant à Karl Vossler, il avait inauguré la vision des études romanes comme champ de bataille entre « idéalistes » et « positivistes » dans deux opuscules parus coup sur coup : Idealismus und Positivismus in der Sprachwissenschaft (Idéalisme et positivisme dans la science du langage, 1904) et Sprache als Schöpfung und Entwicklung (La langue comme création et développement, 1905). Vossler se faisait le champion d’un idéalisme philologique contre le positivisme linguistique prôné par les néo-grammairiens. La virulence de sa critique tenait aux enjeux politiques qu’il mettait dans ce débat : le positivisme scientifique et le radicalisme politique étaient, selon lui, étroitement liés, convergeant dans une appréhension déterministe des productions humaines28.

  • 29  Leo Spitzer, « Karl Vossler, “Form und Bedeutung (Die Grundfragen der Sprachwissenschaft)”, Litera (...)
  • 30  Spitzer à Schuchardt, 14.12.1917 (Hurch, op. cit., p. 79).
  • 31  Spitzer à Schuchardt, février 1917 et janvier 1918 (Ibid., p. 40, 42, 81).

11Dans sa discussion par comptes rendus interposés avec Vossler au cours de la Première Guerre mondiale, Spitzer ne manque pas de railler le rapport « magique » de Vossler aux faits linguistiques, tandis que Vossler dénonce l’absence de sens philologique, « l’étroitesse de cœur méthodologique » de l’élève de Meyer-Lübke29. Depuis sa thèse, Spitzer lui-même avait pourtant pris quelques distances vis-à-vis de Meyer-Lübke. Mais il ne se ralliait pas pour autant entièrement au point de vue idéaliste. Dans sa correspondance avec Schuchardt, il se présente certes comme beaucoup plus proche de ce dernier : « La science et l’art sont deux choses différentes. Monsieur le conseiller à la Cour (Schuchardt, NdT) domine les deux, Meyer-Lübke est exclusivement-scientifique, Vossler, exclusivement-artiste »30. Mais l’essentiel est, pour Spitzer, de ne plus apparaître comme disciple de Meyer-Lübke31. Pour affirmer son autonomie, il insiste sur ce que l’on doit entendre par la notion d’« école » :

  • 32  Spitzer à Schuchardt, 26.02.1917 (Ibid., p. 42).

S’il y a une chose dont on ne peut pas me soupçonner, c’est d’être asservi à une individualité, puisque je ne me laisse classer dans aucune « école ». Je ne suis ni exclusivement-historien, ni exclusivement-styliste ni exclusivement-syntacticien. Et c’est bien dans cet « exclusivement » que réside le caractère d’école. A Berlin on fait des études syntaxiques, à Paris on édite des textes, à Munich on s’occupe de stylistique : voilà ce que j’appelle une école. Cela n’empêche pas que j’aie moi-même été formé (geschult). Je crois en effet qu’en tout chercheur, il doit y avoir un élève et un maître : à mesure que la part de l’élève disparaît, ressort celle du maître.32

  • 33  Leo Spitzer, Fremdwörterhatz und Fremdwörterhass. Eine Streitschrift gegen die Sprachreinigung, Vi (...)
  • 34  Voir les principes de 1886.

12Les prises de position de Spitzer sur la linguistique ne se limitent pas à dénoncer l’immixtion, dans ce champ scientifique, de dilettantes belliqueux comme Chamberlain ; Spitzer s’en prend aussi férocement aux linguistes professionnels qui tiennent un discours chauvin. Son court ouvrage intitulé Fremdwörterhatz und Fremdwörterhass. Eine Streitschrift gegen die Sprachreinigung (Traque des mots étrangers, haine des peuples étrangers. Polémique contre le nettoyage de la langue33) et publié en juillet 1918 a ainsi pour cible l’Association générale pour la langue allemande (Allgemeiner Deutscher Sprachverein). Fondée en 1885 par l’historien d’art Hermann Riegel qui était farouchement hostile à la France, l’Association se fixait pour but de supprimer du lexique allemand tous les termes étrangers au profit de mots considérés comme allemands, afin de « renforcer la conscience nationale générale du peuple allemand »34. Sa revue, la Zeitschrift des Allgemeinen Deutschen Sprachvereins (Revue de l’Association générale pour la langue allemande), était sa face la plus visible et visait à renforcer son crédit académique. L’Association connut immédiatement un grand succès public : en 1890, elle comptait déjà 12000 membres et avait essaimé sur tout le territoire germanophone. La Première Guerre mondiale allait en outre radicaliser les prises de position nationalistes et permettre sa pénétration dans les rangs du monde académique. Karl Vossler a ainsi signé avec 92 autres représentants de l’Université allemande l’« Aufruf an die Kulturwelt » (Appel au monde civilisé) du 4 octobre 1914 qui défendait l’armée allemande contre les accusations d’exactions portées contre elle après l’invasion de la Belgique. Cet appel fut suivi le 16 octobre d’une « Erklärung der Hochschullehrer des Deutschen Reiches » (« Déclaration des enseignants des établissements supérieurs de l’Empire allemand »), signée par 3000 membres de l’Université et qui justifiait l’entrée en guerre pour la défense de la culture allemande. Outre Karl Vossler, les romanistes Eduard Wechssler (Marbourg) ou Fritz Neumann (Heidelberg), mais aussi les néo-grammairiens August Leskien (Leipzig), Karl Brugmann (Leipzig) ou Berthold Delbrück (Iéna) figurent parmi les signataires.

  • 35  Pour une présentation exhaustive du texte, voir Agnès Steuckardt, « Présentation », art. cit., p. (...)
  • 36  Ibid., p. 62 (traduction française citée ici p. 95).
  • 37  Ibid., p. 62-63 (traduction française modifiée ici p. 95-96).
  • 38  Ibid., p. 34-35 (Mauthner) et p. 33, 38, 60, 62 (Kraus). Spitzer a publié un compte rendu très élo (...)

13Dénonciation virulente de la purification de la langue (Sprachreinigung), l’opuscule de Spitzer35 vise tous les membres du monde académique qui, cautionnant le type de pratiques de l’Association, favorisent le glissement de la traque des mots étrangers vers une haine des peuples étrangers. Hugo Schuchardt y est décrit comme une incarnation typique des savants qui, « avec le déclenchement de la guerre, (…) ont `changé brusquement d’avis’«36. A ces savants, il oppose ceux, « très peu nombreux », qui, comme lui, « sont restés fidèles à l’orientation internationale de la science »37. Dans cette lutte contre les dérives de ses collègues, Spitzer n’hésite pas à mobiliser des auteurs étrangers au monde universitaire, comme Fritz Mauthner et Karl Kraus, qui s’étaient fait connaître dans l’espace austro-hongrois pour leur dénonciation virulente de l’usage de la langue à des fins de propagande38.

14Face à cette nouvelle publication de Spitzer, Karl Vossler et Hugo Schuchardt se présentèrent en arbitres et pacificateurs cherchant à résoudre le conflit entre Spitzer et les représentants de l’Association. Vossler ramène ainsi leur oppositioin à une simple « question de goût » (Geschmackssache) et il attribue des identités symétriques aux protagonistes :

  • 39  Karl Vossler, « Leo Spitzer, Fremdwörterhatz und Fremdvölkerhass », Die neueren Sprachen. Zeitschr (...)

En tant que Viennois, en tant qu’Autrichien, et étant d’un tempérament serein, pacifique et ouvert vis-à-vis de l’étranger, Spitzer a naturellement un autre goût en matière linguistique que les chefs de l’Association pour la langue, qui sont des ressortissants de l’Empire allemand, des Prussiens, des Berlinois, belliqueux et en guerre contre l’étranger. Si des deux côtés on reconnaît la sincérité des convictions (de l’autre, NdT) et que l’on se garde de toute suspicion prématurée, il ne peut y avoir que des avantages à cultiver notre langue en étant sorti de ces escarmouches.39

  • 40  Spitzer à Schuchardt, 18.07.1918 (Hurch, op. cit., p. 92).
  • 41  Hugo Schuchardt, « Leo Spitzer, Fremdwörterhatz und Fremdvölkerhass », Literaturblatt für germanis (...)
  • 42  Spitzer à Schuchardt, 22.02.1919 (Hurch, op. cit., p. 114-115, les caractères gras sont dans l’ori (...)
  • 43  Leo Spitzer, « Antikritik », Literaturblatt für germanische und romanische Philologie, XL. Jahrgan (...)
  • 44  Spitzer, « Antikritik », art. cit., col. 273.
  • 45  Spitzer à Schuchardt, 08.02.1919 (Hurch, op. cit., p. 112).
  • 46  Spitzer, « Demokratisierung der Universitäten », Die Wage XXII.1, 1919, p. 80-86. Sur l’activité p (...)
  • 47  Spitzer à Schuchardt, 08.02.1919 (Ibid., p. 111).
  • 48  Ibid., p. 114.

15Quant à Schuchardt, dans le compte rendu du livre de Spitzer qu’il écrivit à la demande de ce dernier40, il estime, dans la même ligne que Vossler, que les « exagérations et les errements » se situent des « deux côtés »41. Spitzer fut très affecté de voir ainsi rabaissé son engagement politique : « Vous ne mentionnez nulle part mes motivations, le combat contre des démarches brutales, contre l’exagération (qui ne peut être lui-même mené que par une exagération en retour) ; même la dimension politique est sous-estimée : (…) et voilà que s’élève une voix qui préconise la tempérance (…) en taisant une chose : il était nécessaire de faire front face à ces fichus bonimenteurs »42. Dans une « Anticritique » parue l’été suivant, Spitzer dénonça cette posture de « Salomon » adoptée par Schuchardt43, qui cachait selon lui en réalité une dissymétrie de traitement en faveur de l’Association44. Spitzer assume pleinement le reproche que lui avait adressé Schuchardt de faire œuvre de militant, et affirme crânement regretter d’avoir choisi d’être romaniste plutôt que « critique de la société » (Gesellschaftskritik), dans la ligne de Karl Kraus45. De fait c’est bien dans cette veine que Spitzer écrivit, cette même année 1919, un article sur la démocratisation de l’université publié dans le périodique politique Die Wage. Il y dénonçait le caractère aristocratique du système universitaire et récusait autant la collusion de la science libre avec le capital qu’avec le militarisme46. Cet « article `bolchévique’« , comme il l’écrivit à Schuchardt, « a eu pour conséquence que l’union socialiste des travailleurs intellectuels (commission des professeurs d’université) a voulu me choisir pour Président (Goldschmidt, Max Adler, Kammerer) »47. Alors que les révolutions secouaient les puissances vaincues à l’issue de la Première Guerre mondiale, et qu’elles inquiétaient nombre d’universitaires, en particulier dans les disciplines philologiques et historiques, Spitzer revendiquait son « spartakisme universitaire » (« Universitäts-Spartakismus ») et inscrivait donc son action dans le sillage austro-marxiste promu par Max Adler48.

Un « stylisticien » victime de l’antisémitisme dans l’Allemagne
de Weimar

  • 49  Spitzer à Schuchardt, 01.12.1916 (Ibid., p. 30).

16Le diagnostic sévère de Spitzer sur la structure mandarinale de l’Université germanophone avait très probablement un lien avec son expérience personnelle. C’est en effet sous l’aile protectrice, mais aussi dans une certaine dépendance vis-à-vis de son maître Meyer-Lübke que Spitzer, après avoir soutenu son habilitation en 1912 (Die Namengebung bei neuen Kulturpflanzen im Französischen – La dénomination des plantes de culture en français) devint Privatdozent en philologie romane à l’Université de Vienne. Lorsque Meyer-Lübke quitta Vienne pour prendre un poste de professeur ordinaire à Bonn en 1915, Spitzer en ressentit une profonde solitude49. Finalement, grâce au soutien de Meyer-Lübke, il obtint lui-même un poste de Privatdozent à Bonn en 1918 et put ainsi rejoindre son maître. Toutefois, ce rapprochement suscita en lui plus de remises en cause qu’elle ne lui apporta de réconfort. Expérimentant la situation d’étranger dans un nouveau pays, qui plus est en contexte de guerre et d’occupation, Spitzer était en effet amené à penser sa propre appartenance identitaire et donc à faire retour sur ses représentations internationalistes :

  • 50  Spitzer avait obtenu l’habilitation allemande qui s’était substituée à son habilitation autrichien (...)
  • 51  Spitzer à Schuchardt, 08.11.1918 (Hurch, op. cit., p. 99-100).

Surtout, mon cas est bien triste maintenant : n’étant plus habilité à Vienne, l’étant certes à Bonn50 mais sans avoir le droit de faire cours (puisque la rive gauche du Rhin est occupée), étant en tant que soldat hongrois un ennemi de l’Allemagne et un étranger en Autriche, je ne sais plus du tout quelle est mon appartenance : vous savez que je pense en termes supranationaux mais que naturellement je me sens surtout Allemand. Mais qui le croira ? Maintenant on va dire que je suis opportuniste… – Les principes wilsoniens sont bien beaux, mais le principe de nationalité qu’ils soulignent est un désastre pour l’humanité, qui ne l’utilise pas seulement comme une source de création féconde mais aussi comme un moyen pour refouler ses semblables.51

  • 52  Spitzer à Schuchardt, 09.01.1919 (Ibid., p. 106).
  • 53  Spitzer à Schuchardt, 22.04.1919 (Ibid., p. 120).

17Deux mois plus tard, la situation semble même avoir empiré : « Avant j’étais Privatdozent à Vienne sans pouvoir donner de cours parce que le militarisme de l’Autriche ne le permettait pas, et maintenant, c’est parce que les ennemis (les Français, NdT) ne le permettent pas. Avant je ne pouvais pas avoir d’avancement parce que j’étais `Non-Allemand’, maintenant c’est parce que je suis Allemand. On ferait mieux de s’habiliter sur la lune »52. La situation de Bonn, occupée par l’armée française, a manifestement beaucoup compliqué la position de Spitzer. Il fait également part de sa « nostalgie de sa terre natale » et du fait que ses convictions socialistes renforcent son isolement53.

  • 54  Spitzer écrivit à Schuchardt le 18.05.1921 (Ibid., p. 200) : « Je suis convaincu que nous les Juif (...)
  • 55  A Dresde en août 1919 (Spitzer à Schuchardt, 28.08.1919 in Hurch, op. cit., p. 132), à Cologne en (...)

18Les idées pour lesquelles Spitzer avait déjà dû lutter en Autriche pendant la guerre se voyaient mises à l’épreuve des faits dans l’Allemagne occupée de l’après-guerre. Spitzer, qui se retrouvait donc à nouveau en porte-à-faux, relate en outre avoir été confronté à de nombreuses reprises à l’antisémitisme en Allemagne. Né dans une famille juive, il n’avait en fait pas reçu d’éducation juive. Sa mère étant décédée très tôt, son père vécut par la suite avec l’actrice Antonie (Tony) Janisch, comtesse Arco-Valley (1848-1920) qui n’était pas juive, et dont Spitzer a toujours souligné l’importance pour son éducation littéraire et culturelle. Spitzer ne se convertira pas, mais il se mariera lui-même en 1919 avec la protestante Emma Kandziora, et son fils Wolfgang né en 1922 sera baptisé protestant54. Au cours de la première moitié des années 1920, Spitzer se plaignit à plusieurs reprises d’avoir été évincé de postes de professeur extraordinaire du fait de l’antisémitisme universitaire en Allemagne55.

19Ces expérience douloureuses réveillèrent en lui les souvenirs d’une enfance autrichienne marquée par le hiatus entre sa propre identification à la culture allemande d’une part, et son ostracisation par ces mêmes Allemands (c’est-à-dire, les Autrichiens chrétiens) d’autre part :

  • 56  « “leopoldstädtisches” Wesen », d’après le quartier juif de Vienne, très densément peuplé.
  • 57  Respectivement rois ostrogoth et wisigoth, NdT.
  • 58  Spitzer à Schuchardt, 30.04.1919 (Hurch, op. cit., p. 121).

Pendant toute mon enfance je n’ai reçu aucune éducation de caractère juif (éducation au sionisme, par exemple). Les contes et légendes allemands et d’ailleurs aussi l’histoire de la Révolution française et de Napoléon et la musique italienne firent sur moi la plus forte impression. Jusqu’au lycée, j’étais persuadé de la grandeur de l’être allemand. Ces poètes, ces musiciens ! Même mes camarades d’école pensaient comme moi : l’insulte suprême, c’était d’être typiquement « leopoldstadien ».56 En 8e, les Allemands furent séparés des Juifs : nous étions 40 élèves au total, dont 20 juifs, 20 chrétiens, sur les 13 meilleurs élèves, 12 étaient juifs. Les Juifs étaient contre l’alcool, les Chrétiens buvaient. Les Juifs appréciaient Goethe et Wagner, les Chrétiens se surnommaient Totila et Gundomar57. Je ne comprenais pas comment les Allemands pouvaient se montrer si hostiles envers nous alors qu’ils copiaient sur nous pendant les contrôles… A l’université en revanche tout était allemand. Mais mon enthousiasme pour l’être allemand s’était évaporé, comme je ne pensais plus voir l’esprit d’Eichendorff, de Goethe, de Beethoven mais celui de l’oppression de tout être étranger lorsque derrière moi dans l’amphithéâtre on parlait à voix haute de ces « sales juifs » (…) ou bien encore lorsque, une fois devenu Privatdozent, des Allemands membres de corporations étudiantes qui étaient invités avec moi chez Meyer-Lübke ne savaient trop s’ils devaient me serrer la main.58

20Spitzer semble représentatif d’un bon nombre d’intellectuels juifs du monde germanophone qui, à l’épreuve de l’antisémitisme, furent amenés à réfléchir leur appartenance confessionnelle.

  • 59  Spitzer à Schuchardt du 24.07.1918 (ibid., p. 93) : « Ma leçon inaugurale à Bonn s’intitule “Métho (...)

21Changer de pays impliquait bien sûr aussi de s’insérer dans un nouvel univers académique. C’est donc également son identité disciplinaire que Spitzer eut à redéfinir. Dans la leçon inaugurale que, selon les rites de l’université allemande, il prononça après avoir obtenu l’habilitation, il se confronte directement à cette question et choisit de se caractériser comme « stylisticien » (Stilist)59.

  • 60  Leo Spitzer, Stilstudien, Band I : Sprachstile, München : Max Hueber Verlag, 1928, p. IX.
  • 61  Ibid.

22Trois ouvrages parus alors que Spitzer enseignait en Allemagne témoignent de cette orientation et illustrent ce qu’il entend par là. Il s’agit des Aufsätze zur romanischen Syntax und Stilistik (Essais sur la syntaxe et la stylistique romanes, 1918), des Stilstudien (Etudes de style, 1928) et des Romanische Stil- und Literaturstudien (Etudes de style et de littérature romanes, 1931). La préface au deuxième ouvrage fonctionne comme un manifeste dans lequel Spitzer décrit ce qu’il présente comme un projet singulier : étudier aussi bien les « styles linguistiques » (Sprachstilen) c’est à dire les « prégnances stylistiques de certaines tournures d’esprit dans les détails de la langue commune »60 que les « langues des styles » (Stilsprachen) autrement dit « les systèmes expressifs que des esprits élus ont créés dans leur langue individuelle »61. Ce faisant, Spitzer souhaite articuler les résultats de l’étude syntaxique promue par l’école néo-grammairienne à laquelle il avait été initialement formé, avec ceux de la pratique philologique telle que défendue par Vossler. La démarche du stylisticien apparaît dès lors comme une synthèse entre les dimensions techniques et humanistes de la romanistique :

  • 62  Ibid., p. XI.

Dans la lutte pénible entre idéalistes et positivistes, où les premiers affirment qu’eux aussi peuvent travailler de manière « positive » et les seconds, qu’ils n’ont jamais oublié les « idées », je voudrais défendre un idéalisme positif ou un positivisme idéaliste qui ne méprise pas le côté artisanal et technique du philologue (cette tradition aussi « nourrit bien son homme » !) mais qui ne mène pas non plus à l’exclusion de l’âme ni de l’esprit, ni à la mécanisation d’une tradition particulière par excès de méticulosité et de prudence.62

  • 63  Pour cette citation et celles des lignes précédentes, voir Spitzer à Schuchardt, 28.02.1925 (Hurch (...)
  • 64  Leo Spitzer, « L’état actuel des études romanes en Allemagne », Revue d’Allemagne et des Pays de L (...)

23L’enjeu était donc de dépasser l’opposition mise en scène par Vossler au début du xxe siècle. Mais pour Spitzer, la synthèse n’était pas de l’ordre du compromis, elle s’inscrivait dans une démarche dynamique d’opposition. Se déclarant plus à l’aise dans « les extrêmes », Spitzer rejetait la solution de « juste milieu », de valorisation du « sérieux » adoptée par Schuchardt. Si celui-ci avait pris sa retraite de l’Université de Graz dès 1900, Spitzer en revanche subissait quotidiennement le « caractère routinier et la médiocrité » du monde universitaire. Confronté à un contexte où « sous le prétexte de l’absence de `travail philologique solide’, on étouffe les plus géniaux »63, il ne pouvait, estimait-il, que donner la priorité à l’esprit et s’en prendre avec rage au manque d’élévation de ses collègues encroûtés dans leurs chaires. La stylistique apparaît ainsi comme une discipline de combat. En 1932, présentant au public français les études romanes en Allemagne, Spitzer reviendra sur l’aspect à la fois militant et existentiel de son choix de la stylistique, le présentant comme une réponse aux attentes des étudiants, « anciens combattants » qui, ayant « regardé la mort en face » rejetaient les analyses linguistiques de détail au profit de « savoirs plus globaux et profonds »64 :

  • 65  Ibid., p. 583-584.

La mort avait fait un tri parmi les valeurs. Les anciens combattants demandaient des connaissances essentielles et totales et ils avaient hâte d’arriver à ces connaissances parce que la patrie avait assez retardé leur carrière. Un spécialiste de la linguistique comme moi, que devait-il faire ? D’abord brûler ses paperasses devenues inutiles, ses fiches couvertes de notes trop spéciales et ensuite tâcher de trouver le lien entre la linguistique et quelque chose d’autre. Quelle devait être cette autre chose ? Eh bien, j’optais pour l’analyse artistique des faits de langue.65

  • 66  Nous remercions Frank-Rutger Hausmann pour les éclaircissements qu’il nous a livrés sur le déroule (...)
  • 67  « J’ai ici devant moi l’ombre de deux éminents fous de littérature, Wechssler et Curtius (le secon (...)
  • 68  Spitzer, « L’état actuel des études romanes », art. cit., p. 584.
  • 69  Ibid., p. 584.
  • 70  Ibid., p. 585.
  • 71  Ibid., p. 586.
  • 72  Ibid., p. 590.
  • 73  Ibid., p. 591.
  • 74  Ibid., p. 592.

24À son arrivée à l’Université de Bonn, pour ne pas empiéter sur le domaine d’Ernst Robert Curtius qui y occupait un poste d’Extraordinarius, Spitzer avait délaissé ce qui concernait la France au profit de l’ancien espagnol. C’est à la faveur du départ de Curtius pour l’Université de Marbourg en 1920, qu’il put accéder à l’Extraordinariat en 1921, trois ans après son arrivée à Bonn. Il dut encore attendre plusieurs années pour obtenir un poste de professeur ordinaire, à nouveau en remplacement de Curtius qui quittait Marbourg pour Heidelberg et qui avait insisté pour que Spitzer fût choisi pour lui succéder66. Assuré désormais dans sa subsistance matérielle, absorbé par le travail et n’ayant donc plus le loisir de douter, aiguillonné, enfin, par le fait d’avoir eu à Marbourg d’illustres prédécesseurs en la personne d’Eduard Wechssler (1869-1949) et d’Ernst Robert Curtius (1886-1956), Spitzer se mit en devoir de se mesurer à eux67 en s’attaquant à une nouvelle cible : la Wesenskunde (science de l’essence). L’article de 1932 sur les études romanes en Allemagne permet de mieux comprendre la position de Spitzer. Après avoir expliqué son choix de la stylistique, il y définit en effet cette dernière comme « un pont entre l’histoire de la langue et celle de la littérature, en même temps qu’une façon de pénétrer dans l’âme des grands auteurs et par là dans l’âme d’un peuple ».68 Spitzer insiste néanmoins sur la dimension profondément concrète de ce travail : aux analyses linguistiques coupées de la vie et du contexte, au comparatisme favorisant le passage décousu d’une langue à l’autre, il s’agit de substituer la lecture : « lire et relire, lire sérieusement et profondément, devenait désormais le seul instrument de travail ».69 Cette confrontation étroite au texte est alors censée restaurer le lien, précédemment perdu de vue, entre la langue du texte étudié et l’âme de ses locuteurs. La stylistique apparaît ainsi, selon la propre analyse de Spitzer, comme le résultat du transfert, en Allemagne, de l’explication de texte à la française, mais « conquise par un Allemand prenant son point de départ dans sa sensibilité allemande (…). Et (…) tâchant de trouver un principe unitaire auquel tout dans un texte, le style, le tour d’idées, la composition, le contenu, peut être ramené »70. De manière rétrospective, Spitzer l’envisage même comme une étape dans le cheminement qu’il aurait suivi de la linguistique à l’histoire littéraire.71 Mue, donc, par la quête de l’âme du peuple auquel appartient l’œuvre étudiée, en quoi la stylistique de Spitzer se distingue-t-elle de la Wesenskunde qu’il critique par ailleurs ? La différence est d’échelle comme d’intention. La Wesenskunde comme ses déclinaisons (Frankreichkunde, Deutschlandkunde, Spanischkunde…) déborde largement le cadre philologique dans la mesure où elle prend en compte tous les aspects de la civilisation du pays concerné (littérature, musique, droit, économie…). Celui qui l’entreprend aborde donc nécessairement des domaines dont il n’est pas compétent. Au sein de la Frankreichkunde Spitzer distingue deux tendances représentées respectivement par Wechssler et Curtius. Son jugement est particulièrement sévère à l’encontre de Wechssler, qui aurait perdu de vue toute dimension historique et donné une définition à la fois caricaturale et figée du Français, construite de surcroît dans « une antithèse terrifiante avec l’Allemand ». Consciencieux et zélé, Wechssler serait donc malgré tout coupable d’avoir « laissé envahir la science par les luttes nationales ».72 Curtius est certes moins critiqué que Wechssler, mais Spitzer souligne malgré tout qu’« il y a dans les prémisses qui sont à la base du livre de Curtius [Die Französische Kultur, 1931] – à savoir que le Français est un être foncièrement différent de l’Allemand et ne pouvant être compris que par son idéologie – un inévitable reste du “Dauerfranzose” »73. Ceci conduit Spitzer à louer ce qu’il nomme la « politique cosmopolite de l’esprit » de Curtius et le fait qu’il tienne « si l’on veut le ministère de la défense de l’esprit occidental et (qu’il le tienne) non pas d’un État ou d’un peuple particulier, mais de la civilisation entière ».74

  • 75  Frank-Rutger Hausmann, « Vom Strudel der Ereignisse verschlungen » : Deutsche Romanistik im « Drit (...)
  • 76  Ibid., p. 301 sq.
  • 77  Ibid., p. 303-305.
  • 78  Ibid., p. 308. Le 20 juillet 1939, Spitzer sera déchu de la nationalité allemande par le régime na (...)

25Lorsque, en 1930, Spitzer prit un poste à Cologne où il lui incombait de consolider et d’agrandir le séminaire d’études romanes – il fondera l’Institut d’études portugaises et brésiliennes – cette métropole moderne lui apparut d’abord comme un contrepoint inconfortable à la petite ville de Marbourg.75 Il s’y adapta toutefois rapidement, et poursuivit ses travaux dans la même veine qu’à Marbourg. Sa formation positiviste semblait désormais bien derrière lui et étudier un style particulier était pour lui un moyen d’atteindre l’âme particulière qui l’avait produit.76 L’école qu’il développa à Cologne, associée à une revue très active (Kölner Romanistische Arbeiten : Travaux de romanistique de Cologne), fut interrompue brutalement après la prise du pouvoir par les nationaux-socialistes. Son congé lui fut signifié dès le 29 avril 1933 et son licenciement suivit en juillet de la même année, sur la base d’une lettre de dénonciation émanant de son collègue romaniste Sepp Thomas.77 Privé de travail et devenu un étranger dans son propre séminaire, interdit de cours à partir du semestre d’été, Spitzer se tourna alors vers l’émigration et se porta candidat successivement à Manchester, Amsterdam et l’Espagne – en vain. Forcé à la retraite le 11 septembre 193378, c’est finalement à Istanbul que Spitzer, à l’instar de nombreux autres universitaires allemands, trouvera refuge dès octobre 1933.

Le représentant de la « philologie ouest-européenne » à Istanbul

  • 79  Spitzer à Vossler, 30.09.1933 (München, BSB NL Vossler, Ana 350-12A, No 149) in : Hausmann, op. ci (...)

On pourra travailler, même si c’est dans de mauvaises conditions : il faudra justement venir à bout d’une forêt vierge, mais tant mieux (en français dans le texte, NdT), on aura besoin de nous, nous serons honorés et estimés (…). Au total, 35 professeurs allemands vont là-bas. Je n’enseignerai pas seulement à l’université mais dirigerai aussi une Ecole pratique de langues que les étudiants doivent obligatoirement fréquenter pour apprendre le français et l’allemand.79

  • 80  Sur tous ces points, nous renvoyons au livre de Kader Konuk, East West Mimesis. Auerbach in Turkey(...)

26Une forêt vierge où tout reste à faire, mais investie par une immense délégation de savants allemands : voilà comment Leo Spitzer se représentait Istanbul avant même de s’y installer. Son recrutement s’inscrivait dans le cadre de la politique volontariste de Reşit Galip, le ministre de l’éducation de Mustafa Kemal. Estimant que Darülfünun, institution d’enseignement qui avait été réformée plusieurs fois depuis le milieu du xixe siècle, restait encore en-deçà de la politique d’européanisation voulue par Atatürk, Galip l’avait refondée le 1er août 1933 sous le nom d’Université d’Istanbul (Istanbul Üniversitesi). Cette réforme qui visait à effacer toute trace d’héritage ottoman avait été effectuée sur la base d’un rapport commandé à Albert Malche (1876-1956), professeur de pédagogie de l’Université de Genève. Désormais sous la coupe directe du ministère, l’université perdait son autonomie. Les deux tiers de ses enseignants furent limogés pour être remplacés par des professeurs européens ou des Turcs formés en Europe. Ce renouvellement du personnel prenant place au moment même où le IIIe Reich allemand excluait de ses universités tous les savants juifs, la quasi-totalité des enseignants recrutés en Turquie furent des Juifs allemands fuyant le régime nazi80.

  • 81  Konuk, op. cit., p. 60.

27Dans son rapport, Malche soulignait que la latinisation de l’alphabet en 1928 n’avait pas désenclavé la Turquie, et il préconisait comme solution que tous les étudiants maîtrisent au moins une des trois langues principales ouest-européennes (anglais, allemand ou français)81. Telle était la fonction de l’Ecole de langues dont Spitzer avait la responsabilité.

  • 82  La première a exploité une revue universitaire datant de 1937, la seconde la liste des enseignemen (...)
  • 83  Spitzer créa également le « département de langues et littératures romanes » dans lequel K. Konuk (...)

28Emily Apter et Kader Konuk ont montré la manière dont l’importation de l’humanisme européen en Turquie, imaginée par Atatürk et mise en place par Spitzer a contribué à transformer la philologie allemande en une discipline globale, laquelle connut une fortune considérable aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale sous le nom de Comparative Literature82. Comme le souligne Kader Konuk, à Istanbul Spitzer n’occupait pas, comme à Cologne, une chaire de « romanistique », mais une chaire de « philologie ouest-européenne » et sa mission consistait à bâtir une « faculté de langues et littératures occidentales »83. Si, à son arrivée en Allemagne, Spitzer avait eu à redéfinir son appartenance disciplinaire du point de vue de la pratique et de la méthode, à Istanbul, face au découpage du monde entre Orient et Occident prôné par Atatürk, ce sont les contours géographiques de son activité scientifique qui furent amenés à évoluer, s’élargissant du périmètre des langues et littératures romanes à une aire « occidentale ». A la fin du long essai de sémantique historique qu’il publia en 1942 aux États-Unis sur « Milieu et ambiance » (« Milieu and Ambiance »), Spitzer se prononce encore en faveur d’un redécoupage des frontières disciplinaires :

Dans cet article j’espère avoir fourni de nombreuses preuves de la solidarité européenne qui n’a jamais cessé d’exister : solidarité dans le matériau des mots (qui était exclusivement celui des Anciens), et solidarité dans les développements sémantiques qui, à travers les âges, ont apporté leur contribution au matériau originel.

  • 84  Leo Spitzer, « Milieu and Ambiance : An Essay in Historical Semantics », Philosophy and Phenomenol (...)

De ceci on doit déduire l’affirmation pratique selon laquelle notre organisation de la philologie en départements repose sur une base artificielle. La « philologie moderne » n’existe pas, pas plus que les philologies modernes ; elles tendent toutes naturellement à confluer dans une philologie occidentale unifiée qui aurait pour but de retracer les développements des 2500 ans de la vie culturelle occidentale.84

  • 85  Sur l’article « Milieu and Ambiance », voir : Wolf Feuerhahn, « “Milieu” : seine Prägung durch Leo (...)

29Si son expérience turque avait convaincu Spitzer d’élargir son champ d’investigation, elle l’avait également persuadé de la séparation légitime entre Orient et Occident85.

  • 86  F.-R. Hausmann, op. cit., en donne la liste (p. 237-238).
  • 87  Spitzer à Vossler, 10.11.1934 (München, BSB NL Vossler, Ana 350-12A, No 152) in Hausmann, op. cit. (...)
  • 88  Spitzer à Vossler, 25.08.1934 (München, BSB NL Vossler, Ana 350-12A, No 152) in ibid., p. 314.

30Spitzer avait réussi à faire venir à Istanbul ses plus proches collaborateurs menacés par le régime hitlérien86. Mais il ne se fit guère à la manière dont l’administration turque contrôlait le travail des universitaires, consignait le moindre retard, favorisait ceux qui s’adressaient en turc au recteur…87. Relevant en outre les lacunes de ses étudiants, Spitzer déplorait ce qu’il percevait comme un ensemble de signes de médiocrité, et il exprimait sa nostalgie de l’Autriche, parangon de scientificité : « ici, ma patrie est justement la science sans territoire et l’identité autrichienne dont j’apprends de plus en plus à apprécier en moi les aspects positifs ».88 L’expérience de l’exil et du déracinement ne ramenait donc pas Spitzer à l’internationalisme qu’il défendait pendant la guerre ; ou plutôt, il y trouvait une formulation différente : la science sans frontière est moins universelle que déterritorialisée, transplantée, et Spitzer semble ici œuvrer avec une conscience ravivée de son propre arrière-plan autrichien.

  • 89  Ibid., p. 314. Voir aussi p. 238 sur les renseignements que Spitzer collecte à propos de Johns Hop (...)
  • 90  Dans l’intervalle, il avait réussi à convaincre Erich Auerbach de lui succéder (ibid., p. 238-239)

31Dès 1934, Spitzer obtint un poste de professeur de « Romance Philology » à l’Université Johns Hopkins89. Son contrat le liant néanmoins à Istanbul pour une durée de trois ans, il demanda et obtint auprès de ses collègues américains un report jusqu’à l’automne 193690. Malgré ses critiques de la vie académique turque, c’est sur un mode mélancolique qu’il vécut son départ de Turquie. Dans une lettre à Karl Vossler, il le décrit comme un arrachement où se mêlent la séparation d’avec son assistante (et amante) Rosemarie Burckhardt, l’adieu au milieu culturel européen et la perte de la Romania :

  • 91  Spitzer à Vossler, 16.12.1936 (München, BSB NL Vossler, Ana 350-12A, No 152) in ibid., p. 315.

Je sentais que je prenais congé de presque tout ce qui m’était précieux en dehors de ma famille et de la science : le milieu allemand, l’Europe, une culture ancienne, un être cher et aimé, de nombreux jeunes collaborateurs, des étudiants compréhensifs (…) Le moment où le bateau se mit en branle et où mes amis et mes élèves qui étaient parus sur le dock, – à une exception près, qui m’emplissait le plus de tristesse – rentrèrent en eux-mêmes, très affectés, tandis que derrière eux se dressait sombrement la tour génoise comme un symbole de la Romania, ce moment fut l’un des plus douloureux de ma vie.91

Un défenseur de la philologie allemande aux États-Unis

32Même après son installation à Baltimore, Spitzer ne se défit jamais de son sentiment de déracinement. Sa correspondance comme les ouvrages qu’il fit paraître après avoir pris son poste à l’Université John Johns Hopkins témoignent de ce qu’il ne s’est jamais accommodé du contexte américain, qu’il n’a jamais cessé d’émettre des critiques sur le pays comme sur son monde académique. Cette vision négative dénote d’autant plus l’inadaptation de Spitzer à son nouvel environnement qu’elle repose sur une lecture très germanique de la vie américaine ; Spitzer projette en effet sur le monde universitaire américain l’opposition entre positivisme et idéalisme qui polarisait le débat au sein de la romanistique allemande depuis le début du xxe siècle. La description qu’il fit de Baltimore à son arrivée en est une bonne illustration :

  • 92  Germaniste, 1860-1940, professeur à Marbourg de 1895 à 1928.
  • 93  Spitzer à Vossler, 16.12.1936 (München, BSB NL Vossler, Ana 350-12A, no 161) in Hausmann, op. cit. (...)

La ville de Baltimore est une sorte de Bonn aux dimensions de Cologne, avec du vert et des villas, sans le Rhin ni la mer ni quoi que ce soit de remarquable. Il n’y a que des rues ennuyeuses, construites en série, avec à peine quelques passants parce que chacun a sa voiture ; 25 % des habitants sont des nègres. (…) Les étudiants sont très peu nombreux, il n’y en a pas plus qu’en Turquie et en langues ils sont beaucoup moins bien formés, plus travailleurs bien sûr, mais moins originaux, surtout ils ont peu de vision en histoire intellectuelle (Geistesgeschichte) et peu de sentiment du beau. Comme l’enseignant de langues dans les écoles n’a besoin d’aucune formation univ(ersitaire), c’est certes la soi-disant élite qui vient chez nous mais elle n’a que 3 ans d’études devant elle, et la troisième année est dévolue à la « Thesis », donc cela ne fait que 2 ans d’études. (…) il s’ensuit que personne ne sait ce qu’il y a dans un texte mais que tout le monde connaît bien sûr le Lanson par cœur – comme c’était le cas autrefois en Turquie. Le fonctionnement est purement positiviste, comme par exemple chez Ernst Elster92 à Marbourg : apprentissage par cœur des sources et de la bibliographie, il n’exige aucune disposition intellectuelle (Geistigkeit). Et il s’imagine que le département fonctionne à merveille !93

  • 94  Leo Spitzer, « The Formation of the American Humanist », Publications of the Modern Language Assoc (...)
  • 95  Spitzer à Vossler, 20.01.1937 (München, BSB NL Vossler, Ana 350-12A, no 162), in Hausmann, op. cit(...)

33Cette projection de la situation allemande sur celle des universités américaines n’était toutefois pas fortuite, mais reposait sur la conviction de Spitzer que le positivisme se serait développé aux États-Unis du fait de l’influence de la science allemande en Amérique du Nord après 187094. Aussi le remède envisagé diffère-t-il de celui que Spitzer avait promu à Marbourg. Il n’est plus question de chercher une voie moyenne entre positivisme et idéalisme. Il est au contraire urgent de « livrer à nouveau le vieux combat contre le positivisme que nous avions depuis longtemps liquidé en Allemagne »95.

  • 96  Wolf Feuerhahn, « Les sciences morales : des sciences historiques ? », Écrire l’histoire, 5, 2010, (...)
  • 97  Spitzer à Vossler, 20.01.1937, lettre citée.
  • 98  Ainsi à propos de son collègue Henry Carrington Lancaster (1892-1954), directeur du département de (...)

34Pour mener à bien ce combat, Spitzer réactualise surtout les topoi qui avaient été forgés en Allemagne à partir des années 1860 par les promoteurs des sciences de l’esprit (Geisteswissenschaften) pour lutter contre le positivisme, considéré comme franco-britannique96. Il met ainsi l’accent sur l’unité des facultés humaines et critique l’atomisation de la vie de l’esprit résultant du positivisme97 ; ou encore met en exergue l’aptitude des sciences philologiques et historiques à saisir la vie sans la dénaturer, contre le caractère désincarné de l’objet du positivisme98.

  • 99  Daniel J Wilson, Arthur O. Lovejoy and the Quest for Intelligibility, Chapel Hill, N.C., Universit (...)
  • 100  René Wellek, « Leo Spitzer (1887-1960) », Comparative Literature, vol. 12/4, 1960, p. 310 ; Geoffr (...)

35Ce sont ainsi des cadres d’intelligibilité directement hérités de sa formation intellectuelle allemande que Spitzer applique aux productions de ses collègues américains, au premier rang desquels Arthur Lovejoy (1873-1962). Professeur de philosophie de 1910 à 1938 à l’Université Johns Hopkins, Lovejoy avait créé en 1923 un « History of Ideas Club » dont l’ambition était d’attirer les représentants des humanités au-delà du seul département de philosophie99. La réussite du club de Lovejoy se traduisit par la création d’une nouvelle revue en 1940 : le Journal of the History of Ideas qui allait rapidement s’imposer comme une publication majeure du champ de l’histoire intellectuelle aux États-Unis. Spitzer qui avait l’impression d’être isolé et de ne rencontrer aucun écho aux États-Unis100 engagea rapidement un vif débat avec celui qui, de toute évidence, incarnait les humanités au sein de son université.

  • 101  Arthur Lovejoy, « Reflections on the History of Ideas », Journal of the History of Ideas, 1 (1940) (...)
  • 102  Spitzer, « History of Ideas », art. cit., p. 600-601.
  • 103  Ibid. À partir de 1942 et de son article sur « Milieu and Ambiance » (cf. supra) Spitzer se présen (...)

36Il fit notamment paraître dans la Southern Review un article critique sur les « Réflexions sur l’histoire des idées » avec lesquelles Lovejoy avait inauguré le premier numéro de sa revue101. Dans ce texte, Spitzer soutient l’autonomie du texte littéraire, et dénonce la confusion que Lovejoy aurait commise entre l’histoire des idées et la lecture de la poésie et de la littérature. Si l’histoire des idées peut fournir certaines informations contextuelles, celles-ci ne doivent en aucun cas être mises au premier plan. Les poèmes supposent en effet une expérience esthétique qui peut être comprise sans élément contextuel. Par ailleurs, Spitzer souligne que les objets de l’histoire des idées sont majoritairement empruntés au XVIIIe siècle, époque « unpoetic par excellence », où les idées auraient remplacé la beauté102. Il émet ainsi un doute sur la pertinence de l’histoire des idées pour d’autres périodes. Surtout, il souligne la proximité terminologique, conceptuelle et d’objets de l’History of Ideas de Lovejoy avec « l’histoire des idées » des positivistes français : Lanson, Mornet, Chinard, qui se situent dans la lignée de l’Essai sur les mœurs de Voltaire. Il revendique contre elle la critique qu’en a faite Herder et se fait le promoteur de la « Geistesgeschichte »103.

  • 104  Arthur Lovejoy (1941) : « The Meaning of Romanticism for the Historian of Ideas », Journal of the (...)
  • 105  Ibid., p. 272.

37Cette même année 1941, A. Lovejoy publia un article sur la signification du romantisme pour l’historien des idées, un texte qui était au moins autant l’exposé de la méthode propre de l’History of Ideas qu’une analyse de la signification historique du romantisme104. Il restreignait sa définition de ce courant aux écrivains allemands qui, dans les années 1790, avaient introduit le terme pour désigner une nouvelle forme de pensée. Selon lui, les trois idées centrales du romantisme – das Ganze/holism or organicism, das Streben/voluntarism or dynamism, die Eigentümlichkeit/diversitarianism – avaient été des « facteurs dans la production de l’état d’esprit dont les idéologies totalitaires dépendent pour exercer leur attrait »105. Il suggérait ainsi un lien historique spécifique entre la révolution intellectuelle des Romantiques et le tragique spectacle contemporain de l’Europe auquel il assistait.

  • 106  Spitzer, « History of ideas », art. cit., p. 200. Voir aussi Spitzer, « Das Eigene und das Fremde (...)
  • 107  Ibid., p. 201.
  • 108  Ibid., p. 202-203.

38Dans sa réponse publiée en 1944, Spitzer radicalisa davantage encore l’opposition entre sa méthode et celle de Lovejoy en mettant en exergue l’opposition entre Geistesgeschichte et History of Ideas. L’opposition méthodologique y était franchement adossée à une opposition nationale. Pour Spitzer, faire du romantisme une des causes de l’hitlérisme était une erreur. Il pouvait d’autant moins l’accepter qu’elle remettait en question toute la tradition herméneutique revendiquée par la philologie idéaliste qu’il promouvait. Spitzer dénonçait en outre l’abstraction de la méthode de Lovejoy et sa tendance à la décontextualisation. Ce faisant, il utilisait le même type d’arguments que ceux que les romantiques avaient utilisés pour critiquer le raisonnement analytique empiriste de l’Ecosse des Lumières d’une part, et le sensualisme de Condillac d’autre part, incapable selon eux de saisir l’esprit du peuple à l’œuvre dans les productions littéraires singulières106. Spitzer pourfendait particulièrement l’analogie chimique utilisée par Lovejoy, qu’il jugeait, comme les romantiques, typique de la pensée française107. L’objectif premier de la Geistesgeschichte dont se revendiquait Spitzer consistait à saisir le sens historique des productions culturelles dans leurs « climats » intellectuels respectifs. Dans ce but, il réactualisait une autre opposition romantique, entre holisme organiciste (l’approche en termes d’esprit du peuple) et positivisme (la définition du tout comme un simple agrégat de parties)108.

  • 109  Sur l’isolement effectif de Spitzer : voir Timothy Bathy, « Literary Criticism and the history of (...)

39Spitzer se voyait donc à Baltimore comme l’ultime rempart contre la domination du positivisme109, ce qui ne semblait pas lui déplaire. Après-guerre, en 1946, Fritz Schalk, doyen de la faculté de philosophie de Cologne, s’adressa à lui pour qu’il réintègre cette université. Spitzer répondit :

  • 110  Willi Jung, « Leo Spitzers Brief an den Dekan der Philosophischen Fakultät der Universität Köln (1 (...)

Ici j’ai une tâche singulière : par un hasard que je ne comprends pas moi-même, je suis sans doute l’un des seuls linguistes et médiévistes aux États-Unis à pouvoir mener jusqu’au bout le combat contre le positivisme scientifique qui en Allemagne avait été achevé après la Première Guerre mondiale mais qui ici déploie une vitalité beaucoup plus tenace que dans n’importe quel pays. Cela requiert beaucoup de temps, plus que les dix années de mon séjour ici (…) Le plus simple pour le savant serait de renouer en Allemagne là où il s’est arrêté ; je dois choisir l’option la plus difficile, qui est en même temps une continuation du combat pour des idées scientifiques que je dois (verdanke) à l’Allemagne.110

  • 111  Voir par exemple l’autoprésentation de Spitzer (1948) où il se revendique successivement de Dilthe (...)
  • 112  Leo Spitzer, « The Formation of the American Humanist », Publications of the Modern Language Assoc (...)
  • 113  Spitzer, « The Formation », art. cit., p. 39.
  • 114  Ibid., p. 41.
  • 115  Ibid., p. 44-45.

40Spitzer se conçoit explicitement comme un défenseur de l’héritage philologique allemand. Par-là il n’entend pas seulement une approche (la Geistesgeschichte) et son étendard (le cercle philologique111), mais il promeut aussi une réforme des institutions. Invité à s’exprimer lors de l’assemblée générale de la Modern Language Association en 1950, Spitzer insiste sur tout ce qui, dans le contexte américain, empêche le plein développement de l’humanisme dont le modèle est pour lui la formation qu’il a reçue dans le cadre du Gymnasium à Vienne112. Les obstacles qu’il identifie agissent comme des révélateurs de traits nationaux américains opposés à ceux de l’Allemagne et de l’Autriche. En premier lieu, le bagage scolaire des étudiants laisse à désirer. Aux États-Unis, on privilégie en effet une vie « de bien-être matériel ou d’accomplissement technique » tandis que dans son Gymnasium viennois, on lui présentait la vie de Socrate et de Goethe comme les formes de vie « les plus nobles que l’homme puisse vivre »113. Ensuite, les doctorants sont contraints de travailler pour gagner leur vie. En effet l’État ne subventionne pas les études supérieures, et en outre les étudiants se marient trop tôt et sont donc incapables d’être tout à fait libres pour quelque « aventure de l’esprit que ce soit »114. Surtout, une fois docteur, plutôt que de laisser à l’étudiant « le loisir d’élargir son horizon », on l’accable de tâches d’enseignement basiques et d’administration. Spitzer dénonce également la course à la productivité par l’accumulation de courts articles. Héritage du positivisme allemand, cette tendance se justifierait par le but d’apporter sans cesse de nouvelles pierres à une vaste construction future, mais déboucherait en réalité sur l’émiettement et la désorganisation des humanités, sur une « footnote-scholarship » telle qu’en aurait connu l’Allemagne au tournant du siècle115.

  • 116  Ibid., p. 46-47.
  • 117  Ibid., p. 48.

41Marque ultime de la référence de Spitzer au modèle allemand, c’est par l’introduction du statut de Privatdozent qu’il envisage la transformation du système universitaire américain de manière à favoriser l’émergence de véritables humanistes. Lui qui, au sortir de la Première Guerre mondiale avait dénoncé l’autocratisme du système universitaire allemand, fait désormais l’éloge de ce qui en était la pierre angulaire : « Le Privatdozent est un jeune docteur dont l’existence matérielle est modestement assurée de même que son poste et qui, sans surcharge d’enseignement ou de travail administratif (…) dédie sa vie entièrement à son développement personnel et à l’écriture de travaux scientifiques. Il est la fierté de sa faculté ». Et Spitzer de se souvenir, ému, de la première fois où, devenu Privatdozent, il eut accès à la salle de la faculté de Vienne et où il vit les « statues en marbre de Sophocle et d’Hippocrate qui (l’)exhortaient calmement à mener une vie similaire aux leurs »116. Répondant par avance aux possibles objections de ses collègues, Spitzer clôt son allocution en faisant l’éloge d’un élitisme démocratique, moyen de sortir de l’autoritarisme sans tomber dans une démocratie « sans relief ni profil »117.

Conclusion

42L’histoire transnationale des savoirs met à juste titre l’accent sur la spécificité des contextes d’importation pour comprendre l’appropriation et la resémantisation des œuvres ou des pratiques savantes lorsqu’elles passent d’un espace national à un autre. Quand ce qui voyage n’est plus un texte, un livre ou un corpus, mais un savant, une strate supplémentaire vient se superposer. S’ajoutent en effet à ces processus d’appropriation et de sélection extérieurs, un travail du savant sur lui-même. En situation de voyage, de séjour prolongé à l’étranger ou d’exil, il est amené à s’interroger voire à redéfinir ce qu’il considérait comme son identité nationale mais aussi professionnelle en fonction de l’espace dans lequel il arrive. L’itinéraire de Leo Spitzer est un cas particulièrement intéressant de ces processus d’auto-définition. Au cours de la Première Guerre mondiale, il se considérait comme un linguiste internationaliste luttant contre tous les usages de la langue à des fins nationalistes. Dans l’Allemagne des années 1920 où il fut souvent victime d’antisémitisme, il devint un défenseur d’une stylistique cherchant à dépasser l’opposition entre l’idéalisme philologique et le positivisme linguistique. Il insista dès lors sur la singularité historique des œuvres passées qu’il étudiait et préférait l’environnement chargé d’histoire de la ville universitaire de Marbourg à la capitale économique moderne qu’était Cologne. Son exil forcé à Istanbul après l’accession de Hitler au pouvoir fit de lui un représentant d’une « philologie ouest-européenne » et le conduisit à étendre ses intérêts bien au-delà de ce que les universités germanophones définissaient comme relevant de la « romanistique ». Arrivé aux États-Unis en 1937, Spitzer allait déchiffrer cette dernière terre d’émigration à l’aune de l’opposition vosslerienne entre idéalisme et positivisme. Erigée au rang de parangon du positivisme, la vie académique de cette nouvelle terre d’exil devenait pour lui un lieu hostile où il s’agissait de faire valoir les valeurs de la philologie allemande, y compris dans leur versant réactionnaire. La caractérisation nationale de sa pratique philologique l’emportait désormais.

  • 118  Spitzer, « Art du langage et linguistique », art. cit., p. 48.
  • 119  Ibid., p. 46.
  • 120  Edward Said, « Le retour à la philologie », Humanisme et démocratie, Paris, Fayard, 2005, p. 127.
  • 121  Said, op. cit., p. 126.

43Le cas de Leo Spitzer n’est pas qu’un exemple de processus de redéfinition de soi en contexte d’exil. Il interroge de façon plus profonde la pratique philologique elle-même. Spitzer, en effet, ne se considérait pas comme le représentant d’une science sans ancrage, mais au contraire d’une pratique qu’il présentait comme historiquement et nationalement située. Il rappelait en effet très régulièrement que la philologie dont il se faisait le promoteur était née en Allemagne du travail des romantiques et en particulier de Friedrich Diez au début du xixe siècle118. Pour pouvoir un jour s’approprier la méthode philologique, les Américains devaient se faire Allemands et adopter les valeurs et les institutions néo-humanistes promues dans l’Allemagne du xixe siècle. De façon plus aiguë encore, en reprenant le mot d’ordre de Friedrich Gundolf, disciple du poète hermétique Stefan George selon lequel « la méthode, c’est l’expérience vécue » (Methode ist Erlebnis)119, Spitzer semble insister sur le caractère ésotérique, intransmissible et ineffable de la pratique du cercle philologique. Les réflexions de Spitzer posent donc la question de la possible transmission, exportation voire universalisation d’une méthode dont le caractère situé semble si essentiel à sa pratique même. Mobilisée tantôt à des fins émancipatrices pour s’ouvrir aux autres cultures, tantôt pour des objectifs nationalistes d’essentialisation des différences, l’histoire de la philologie témoigne de cette ambivalence. L’éloge qu’Edward Said a fait de Leo Spitzer manifeste également cette tension. En le caractérisant comme « l’inimitable Spitzer »120, et en commentant ce même article sur le cercle philologique, Said pointe les difficultés qu’il y a à exporter une telle pratique savante. En même temps il affiche sa confiance dans la fécondité de Spitzer pour le contexte des États-Unis des années 2000, et s’en inspire pour rappeler « que la réalité de la lecture revient, fondamentalement, à un acte d’émancipation et d’édification humaine qui, tout modeste qu’il soit, transforme nos connaissances à d’autres fins que la réductibilité, le cynisme ou la vaine volonté de se maintenir en retrait »121.

Haut de page

Notes

2  Sur le panthéon philologique de Edward Said, voir : Pascale Rabault-Feuerhahn, « Edward Said et la philologie allemande », in : Pascale Rabault-Feuerhahn : Théories intercontinentales. Aux sources du comparatisme postcolonial, Paris, Demopolis, à paraître en 2014.

3  Sur ce « retour », voir : Geoffrey Galt Harpham, « Roots, Races and the Return to Philology », Representations 106, 2009, p. 34-62 ; Markus Messling, « Nach der Theorie ? Der “philological turn” und das Erkenntnisinteresse der Fachgeschichte », Geschichte der Germanistik 43/44, 2013, p. 70-78.

4  Spitzer à Schuchardt, 6 juin 1917 publiée in : Bernhard Hurch (éd.), Leo Spitzers Briefe an Hugo Schuchardt, unter editorischer Mitarbeit von Niklas Bender und Annemarie Müllner, Berlin/ New York, Walter de Gruyter, 2006, p. 55.

5  Spitzer à Schuchardt, 23.11.1915, in Hurch, op. cit., p. 17 : « Je ne me trouve pas seulement dans ma ville natale, mais aussi en territoire familier : certes, ce n’est pas la romanistique, mais tout de même quelque chose à mi-chemin entre l’armée et la romanistique, à savoir la censure italienne. Dans l’armée je ne suis que chef de section, mais dans cette armée romaniste ou cette romanistique militaire je suis chef d’équipe suppléant et je deviendrai bientôt chef d’équipe ».

6  Die Umschreibungen des Begriffes « Hunger » im Italienischen. Stilistisch-onomasiologische Studie auf Grund von unveröffentlichtem Zensurmaterial (1920) ; Die italienischen Kriegsgefangenenbriefe (1921) ; Italienische Umgangssprache (1922).

7  Spitzer à Schuchardt, 31.07.1916, in Hurch, op. cit., p. 21.

8  « Guerre et langue », « Le combat contre les mots étrangers », « Quelle est la meilleure langue ? », « Langue et race », « La tâche sociale du langage humain » sont quelques-uns des titres de ces conférences.

9  Pour ces éléments biographiques, voir Hurch, op. cit., notamment p. XXIV.

10  Hurch, op. cit., p. 39-40.

11  Sur ce point et, de manière générale, sur les activités de Spitzer au cours de la Première Guerre mondiale, voir Agnès Steuckardt, « Présentation : Spitzer, analyste de l’emprunt : une sémantique contre le nationalisme linguistique » in Leo Spitzer, Traque des mots étrangers, haine des peuples étrangers. Polémique contre le nettoyage de la langue, traduction Jean-Jacques Briu, Limoges, Lambert-Lucas, p. 11-43 (sur Chamberlain p. 21). Voir aussi : Leo Spitzer, Anti-Chamberlain. Betrachtungen eines Linguisten über Houston Stewart Chamberlains « Kriegsaufsätze » und die Sprachbewertung im allgemeinen, Leipzig, Reisland, 1918, p. 21-22.

12  Ibid., p. 5.

13  Ibid., p. 30.

14  Ibid., p. 18.

15  Ibid., p. 22.

16  Ibid., p. 29.

17  Ibid., p. 80.

18  Spitzer à Schuchardt, 7.09.1916 (Hurch, op. cit., p. 23). Spitzer s’adresse ensuite régulièrement à Schuchardt à ce propos : lettres du 12.08.1917 (ibid., p. 59), du 12.09.1917 (ibid., p. 65), du 03.11.1917 (ibid., p. 73), du 27.11.1917 (ibid., p. 75), du 11.12.1917 (ibid., p. 78), du 25.1.1918 (ibid, p. 82), du 28.1.1918 (ibid., p. 83).

19  Spitzer à Schuchardt, 05.06.1918 (ibid., p. 89).

20  Lettre du 25.1.1918 (ibid., p. 82) ainsi que celle du 24.02.1926 (ibid., p. 392).

21  Hugo Schuchardt, « Leo Spitzer, Wien, Anti-Chamberlain », Literaturblatt für germanische und romanische Philologie, Nr 9-10, Sept.-Okt. 1918, col. 282.

22  Ibid., col. 283.

23  Ibid., col. 287.

24  Lettre du 30.5.1918 (Hurch, op. cit., p. 89).

25  Lettre du 04.10.1918 (ibid., p. 96) : Spitzer accepte la plupart des critiques de Schuchardt, et pense que ce compte rendu lui sera « malgré tout » très utile.

26  Karl Vossler, « Leo Spitzer, 2. Anti-Chamberlain, Betrachtungen eines Linguisten über H. St. Chamberlains « Kriegsaufsätze » u. die Sprachbewertung im allgemeinen », Die neueren Sprachen. Zeitschrift für den neusprachlichen Unterricht, XXVI. Bd, 1919, p. 275.

27  Hugo Schuchardt, Ueber die Lautgesetze. Gegen die Junggrammatiker, Berlin, Verlag von Robert Oppenheim, 1885, p. 34.

28  Wolf Feuerhahn/Pascale Rabault-Feuerhahn, « Heidelberg um 1900 : eine Festburg des Idealismus ? Max Weber und Karl Vossler », in : Kay Waechter (éd.), Grenzüberschreitende Diskurse. Festschrift für Hubert Treiber, Wiesbaden, Harassowitz Verlag, 2010, p. 279-300.

29  Leo Spitzer, « Karl Vossler, “Form und Bedeutung (Die Grundfragen der Sprachwissenschaft)”, Literaturblatt für germanische und romanische Philologie, XXXVIII. Jahrgang, Nr. 5-6, Mai-Juni 1917, col. 145-149 ; K. Vossler, « Leo Spitzer, 3. Über einige Wörter der Liebessprache », Die neueren Sprachen. Zeitschrift für den neusprachlichen Unterricht, XXVI. Bd, 1919, p. 277.

30  Spitzer à Schuchardt, 14.12.1917 (Hurch, op. cit., p. 79).

31  Spitzer à Schuchardt, février 1917 et janvier 1918 (Ibid., p. 40, 42, 81).

32  Spitzer à Schuchardt, 26.02.1917 (Ibid., p. 42).

33  Leo Spitzer, Fremdwörterhatz und Fremdwörterhass. Eine Streitschrift gegen die Sprachreinigung, Vienne, Manzsche Hof-, Verlags- und Universitäts-Buchhandlung, 1918 ; Leo Spitzer, Traque des mots étrangers, op. cit.

34  Voir les principes de 1886.

35  Pour une présentation exhaustive du texte, voir Agnès Steuckardt, « Présentation », art. cit., p. 22-38.

36  Ibid., p. 62 (traduction française citée ici p. 95).

37  Ibid., p. 62-63 (traduction française modifiée ici p. 95-96).

38  Ibid., p. 34-35 (Mauthner) et p. 33, 38, 60, 62 (Kraus). Spitzer a publié un compte rendu très élogieux du livre de Mauthner (Leo Spitzer, « Fritz Mauthner, Beiträge zu einer Kritik der Sprache », Literaturblatt für germanische und romanische Philologie, XL. Jahrgang, Nr. 7-8, Juli-August 1919, col. 201-211).

39  Karl Vossler, « Leo Spitzer, Fremdwörterhatz und Fremdvölkerhass », Die neueren Sprachen. Zeitschrift für den neusprachlichen Unterricht, XXVI. Bd, 1919, p. 278.

40  Spitzer à Schuchardt, 18.07.1918 (Hurch, op. cit., p. 92).

41  Hugo Schuchardt, « Leo Spitzer, Fremdwörterhatz und Fremdvölkerhass », Literaturblatt für germanische und romanische Philologie, XL. Jahrgang, Nr. 1-2, Januar-Februar 1919, col. 8.

42  Spitzer à Schuchardt, 22.02.1919 (Hurch, op. cit., p. 114-115, les caractères gras sont dans l’original).

43  Leo Spitzer, « Antikritik », Literaturblatt für germanische und romanische Philologie, XL. Jahrgang, Nr. 7-8, Juli-August 1919, col. 277. Celle-ci est annoncée dans une lettre du 22.04.1919 à Schuchardt (Hurch, op. cit., p. 120).

44  Spitzer, « Antikritik », art. cit., col. 273.

45  Spitzer à Schuchardt, 08.02.1919 (Hurch, op. cit., p. 112).

46  Spitzer, « Demokratisierung der Universitäten », Die Wage XXII.1, 1919, p. 80-86. Sur l’activité politique de Spitzer à cette époque, voir Hurch, op. cit., p. XXV, 113n260.

47  Spitzer à Schuchardt, 08.02.1919 (Ibid., p. 111).

48  Ibid., p. 114.

49  Spitzer à Schuchardt, 01.12.1916 (Ibid., p. 30).

50  Spitzer avait obtenu l’habilitation allemande qui s’était substituée à son habilitation autrichienne (Umhabilitierung).

51  Spitzer à Schuchardt, 08.11.1918 (Hurch, op. cit., p. 99-100).

52  Spitzer à Schuchardt, 09.01.1919 (Ibid., p. 106).

53  Spitzer à Schuchardt, 22.04.1919 (Ibid., p. 120).

54  Spitzer écrivit à Schuchardt le 18.05.1921 (Ibid., p. 200) : « Je suis convaincu que nous les Juifs devons mourir en tant que Juifs et nous fondre dans le peuple allemand. Si j’avais des enfants, ils seraient chrétiens comme ma femme est chrétienne ». Wolfgang Spitzer naîtra un an plus tard, le 11 mai 1922. Il est décédé le 14 janvier 2013.

55  A Dresde en août 1919 (Spitzer à Schuchardt, 28.08.1919 in Hurch, op. cit., p. 132), à Cologne en mars 1920 (Spitzer à Schuchardt, 07.03.1920 in ibid., p. 146) par exemple. Voir aussi p. 196.

56  « “leopoldstädtisches” Wesen », d’après le quartier juif de Vienne, très densément peuplé.

57  Respectivement rois ostrogoth et wisigoth, NdT.

58  Spitzer à Schuchardt, 30.04.1919 (Hurch, op. cit., p. 121).

59  Spitzer à Schuchardt du 24.07.1918 (ibid., p. 93) : « Ma leçon inaugurale à Bonn s’intitule “Méthode syntaxique dans la science des langues romanes” (syntaktische Methoden in der romanischen Sprachwissenschaft, NdT) et elle tord le cou à Tobler le logicien ainsi qu’à Haas le psychologue, pour hisser sur le pavois Spitzer le stylisticien. »)

60  Leo Spitzer, Stilstudien, Band I : Sprachstile, München : Max Hueber Verlag, 1928, p. IX.

61  Ibid.

62  Ibid., p. XI.

63  Pour cette citation et celles des lignes précédentes, voir Spitzer à Schuchardt, 28.02.1925 (Hurch, op. cit., p. 356).

64  Leo Spitzer, « L’état actuel des études romanes en Allemagne », Revue d’Allemagne et des Pays de Langue Allemande, 1932, p. 583.

65  Ibid., p. 583-584.

66  Nous remercions Frank-Rutger Hausmann pour les éclaircissements qu’il nous a livrés sur le déroulement de la carrière de Spitzer.

67  « J’ai ici devant moi l’ombre de deux éminents fous de littérature, Wechssler et Curtius (le second étant bien au-dessus du premier) et je dois me battre avec eux, c’est un besoin intérieur » (Hurch, op. cit., p. 364).

68  Spitzer, « L’état actuel des études romanes », art. cit., p. 584.

69  Ibid., p. 584.

70  Ibid., p. 585.

71  Ibid., p. 586.

72  Ibid., p. 590.

73  Ibid., p. 591.

74  Ibid., p. 592.

75  Frank-Rutger Hausmann, « Vom Strudel der Ereignisse verschlungen » : Deutsche Romanistik im « Dritten Reich », Francfort-sur-le-Main, V. Klostermann, 2000, p. 297-298.

76  Ibid., p. 301 sq.

77  Ibid., p. 303-305.

78  Ibid., p. 308. Le 20 juillet 1939, Spitzer sera déchu de la nationalité allemande par le régime national-socialiste.

79  Spitzer à Vossler, 30.09.1933 (München, BSB NL Vossler, Ana 350-12A, No 149) in : Hausmann, op. cit., p. 312.

80  Sur tous ces points, nous renvoyons au livre de Kader Konuk, East West Mimesis. Auerbach in Turkey, Stanford, Stanford University Press, 2010, p. 61.

81  Konuk, op. cit., p. 60.

82  La première a exploité une revue universitaire datant de 1937, la seconde la liste des enseignements dispensés par Spitzer au sein du département des langues et littératures romanes. Voir Emily Apter, « Global Translatio : The “Invention” of Comparative Literature, Istanbul, 1933 », Critical Inquiry 29, no 2, 2003, 253-280 republié dans Translation Zone : A New Comparative Literature, Princeton, NJ, Princeton University Press, 2006 et Kader Konuk, « Jewish-German Philologists in Turkish Exile : Leo Spitzer and Erich Auerbach », Exile and Otherness : New Approaches to the Experience of Nazi Refugees, ed. Alexander Stephan, Oxford, Peter Lang, 2005, 31-48, ici p. 37.

83  Spitzer créa également le « département de langues et littératures romanes » dans lequel K. Konuk indique qu’était aussi enseignée la philologie germanique ou la grammaire grecque (art. cit, p. 36-37).

84  Leo Spitzer, « Milieu and Ambiance : An Essay in Historical Semantics », Philosophy and Phenomenological Research, Vol. 3, No. 2, Dec. 1942, p. 198 n. 70.

85  Sur l’article « Milieu and Ambiance », voir : Wolf Feuerhahn, « “Milieu” : seine Prägung durch Leo Spitzer und Georges Canguilhem », in Florian Huber/Christina Wessely (éds.), Milieu. Konzeptionen und Transformationen von Umgebungswissen, à paraître en 2015.

86  F.-R. Hausmann, op. cit., en donne la liste (p. 237-238).

87  Spitzer à Vossler, 10.11.1934 (München, BSB NL Vossler, Ana 350-12A, No 152) in Hausmann, op. cit., p. 313.

88  Spitzer à Vossler, 25.08.1934 (München, BSB NL Vossler, Ana 350-12A, No 152) in ibid., p. 314.

89  Ibid., p. 314. Voir aussi p. 238 sur les renseignements que Spitzer collecte à propos de Johns Hopkins et du salaire qui lui est proposé.

90  Dans l’intervalle, il avait réussi à convaincre Erich Auerbach de lui succéder (ibid., p. 238-239).

91  Spitzer à Vossler, 16.12.1936 (München, BSB NL Vossler, Ana 350-12A, No 152) in ibid., p. 315.

92  Germaniste, 1860-1940, professeur à Marbourg de 1895 à 1928.

93  Spitzer à Vossler, 16.12.1936 (München, BSB NL Vossler, Ana 350-12A, no 161) in Hausmann, op. cit., p. 318-319. Sur Leo Spitzer aux États-Unis voir Angela Bianchini, (traduction et commentaire de Frank-Rutger Hausmann), « Rückkehr nach Johns Hopkins – Hommage an Leo Spitzer », Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte 35, H. 1-2, 2011, p. 135-160.

94  Leo Spitzer, « The Formation of the American Humanist », Publications of the Modern Language Association 66, 1951, p. 39-48, en particulier p. 45.

95  Spitzer à Vossler, 20.01.1937 (München, BSB NL Vossler, Ana 350-12A, no 162), in Hausmann, op. cit., p. 315.

96  Wolf Feuerhahn, « Les sciences morales : des sciences historiques ? », Écrire l’histoire, 5, 2010, p. 41-48.

97  Spitzer à Vossler, 20.01.1937, lettre citée.

98  Ainsi à propos de son collègue Henry Carrington Lancaster (1892-1954), directeur du département de romanistique à Baltimore. Voir Spitzer à Vossler, 16.12.1936 (München, BSB NL Vossler, Ana 350-12A, no 161) in Hausmann, op. cit., p. 317.

99  Daniel J Wilson, Arthur O. Lovejoy and the Quest for Intelligibility, Chapel Hill, N.C., University of North Carolina Press, 1980, p. 188.

100  René Wellek, « Leo Spitzer (1887-1960) », Comparative Literature, vol. 12/4, 1960, p. 310 ; Geoffrey Green, Literary Criticism and the Structures of History. Erich Auerbach and Leo Spitzer, Lincoln/London, University of Nebraska Press, 1982, p. 107.

101  Arthur Lovejoy, « Reflections on the History of Ideas », Journal of the History of Ideas, 1 (1940), p. 3-23 ; Leo Spitzer : « History of Ideas versus Reading of Poetry », Southern Review, VI (1941), number 3, p. 584-609.

102  Spitzer, « History of Ideas », art. cit., p. 600-601.

103  Ibid. À partir de 1942 et de son article sur « Milieu and Ambiance » (cf. supra) Spitzer se présentera aussi comme un défenseur de la « Historical Semantics » dont il soulignera également l’origine allemande (voir Essays in Historical Semantics, New York/San Francisco, Vanni, 1948).

104  Arthur Lovejoy (1941) : « The Meaning of Romanticism for the Historian of Ideas », Journal of the History of Ideas, 2 (1941), p. 257-278.

105  Ibid., p. 272.

106  Spitzer, « History of ideas », art. cit., p. 200. Voir aussi Spitzer, « Das Eigene und das Fremde », art. cit., p. 190.

107  Ibid., p. 201.

108  Ibid., p. 202-203.

109  Sur l’isolement effectif de Spitzer : voir Timothy Bathy, « Literary Criticism and the history of ideas », in The Cambridge History of Literary Criticism, vol 9 : 20th century historical, philosophical and psychological perspectives, Cambridge, Cambridge University Press, p. 33. Au cours des mêmes années, Spitzer mena une controverse analogue (dans la critique et les oppositions nationales qu’elle mobilisait) contre le behaviorisme de Leonard Bloomfield. Cf. Leo Spitzer, « Why does language change ? », Modern Language Quarterly, 4 (1943), 413-431 ; Leonard Bloomfield, « Secondary and Tertiary Responses to the Language », Language, 20 (1944), p. 45-55 ; Leo Spitzer, « Answer to Mr Bloomfield », Language, 20 (1944), p. 245-251. Voir sur ce débat : James V. Catano, Language, History, Style. Leo Spitzer and the Critical Tradition, Urbana and Chicago, University of Illinois Press, 1988, p. 100-111.

110  Willi Jung, « Leo Spitzers Brief an den Dekan der Philosophischen Fakultät der Universität Köln (1946) », in Hans-Helmut Christmann/Frank-Rutger Hausmann in Verbindung mit Manfred Briegel (éds.), Deutsche und österreichische Romanisten als Verfolgte des Nationalsozialismus, Tubingen, Stauffenburg Verlag, 1989, p. 79-84, ici p. 83. Dans un article écrit juste après la fin de la guerre pour le premier numéro de la revue Die Wandlung fondée par Werner Krauss, Karl Jaspers, Dolf Sternberger et Alfred Weber, Spitzer donne son explication de la situation à Johns Hopkins : fondée dans les années 1870 sur le modèle allemand, axé sur la recherche pure, mais aussi marqué par l’héritage positiviste. Cet héritage aurait été mis à mal par le behaviorisme qui aurait porté atteinte à la croyance dans l’esprit (Leo Spitzer, « Das Eigene und das Fremde », art. cit., p. 185).

111  Voir par exemple l’autoprésentation de Spitzer (1948) où il se revendique successivement de Dilthey, Schleiermacher, Diez, Raynouard, Heidegger et Rosenzweig pour défendre le cercle philologique comme « l’opération fondamentale de toutes les disciplines humanistes ». Contre « les linguistes d’inspiration mécaniste de Yale » (ici il vise Leonard Bloomfield) qui considèrent ce cercle comme vicieux, Spitzer réfute l’idée que la connaissance philologique procède « graduellement d’un détail à un autre, mais par anticipation ou divination du tout ». Pour lui, la démarche est la suivante : « observer d’abord les détails à la superficie visible de chaque œuvre en particulier (...) ; puis grouper ces détails et chercher à les intégrer au principe créateur qui a dû être présent dans l’esprit de l’artiste ; et finalement revenir à tous les autres domaines d’observation pour voir si la “forme interne” qu’on a essayé de bâtir rend bien compte de la totalité. ». Cf. « Art du langage et linguistique », traduction M. Foucault, in Leo Spitzer, Etudes de style, Paris, Gallimard, 1970, p. 60-61 et 72-75.

112  Leo Spitzer, « The Formation of the American Humanist », Publications of the Modern Language Association, 66 (1951), p. 39-48. A confronter aux critiques déjà exprimées dans : Leo Spitzer, « A New Program for the Teaching of Literary History », The American Journal of Philology, vol. 63, no 3 (1942), p. 308-319 et en particulier p. 312-316.

113  Spitzer, « The Formation », art. cit., p. 39.

114  Ibid., p. 41.

115  Ibid., p. 44-45.

116  Ibid., p. 46-47.

117  Ibid., p. 48.

118  Spitzer, « Art du langage et linguistique », art. cit., p. 48.

119  Ibid., p. 46.

120  Edward Said, « Le retour à la philologie », Humanisme et démocratie, Paris, Fayard, 2005, p. 127.

121  Said, op. cit., p. 126.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wolf Feuerhahn et Pascale Rabault-Feuerhahn, « La philologie peut-elle s’exporter ? », Revue germanique internationale, 19 | 2014, 155-177.

Référence électronique

Wolf Feuerhahn et Pascale Rabault-Feuerhahn, « La philologie peut-elle s’exporter ? », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 19 juillet 2017. URL : http://rgi.revues.org/1477 ; DOI : 10.4000/rgi.1477

Haut de page

Auteurs

Wolf Feuerhahn

Articles du même auteur

Pascale Rabault-Feuerhahn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org