Navigation – Plan du site

La philologie peut-elle s’exporter ?

À propos de l’itinéraire identitaire et disciplinaire de Leo Spitzer
Wolf Feuerhahn et Pascale Rabault-Feuerhahn
p. 155-177

Résumés

Les promoteurs d’un « tournant philologique » qui veulent remettre à l’honneur une lecture attentive des textes, se sont volontiers réclamés d’une tradition incarnée par les grands noms de la romanistique germanophone. Leo Spitzer fait ainsi l’objet d’une attention renouvelée et est souvent convoqué comme exemple d’un humanisme véritablement universaliste. Dans le souci d’échapper à une lecture présentiste de son œuvre, cet article revient sur la manière dont Spitzer a, au fil de sa carrière, caractérisé lui-même sa propre démarche scientifique. En fonction du contexte local, régional et national auquel il fut confronté, Spitzer fut en effet amené à redéfinir son identité scientifique autant que son appartenance nationale. Il ne s’agit ni de prendre ces auto-étiquetages au mot, ni de les déconstruire comme autant d’illusions, mais de les éclairer à la lumière des contextes très divers qui jalonnèrent la carrière de Spitzer – Empire austro-hongrois, Allemagne, Turquie, États-Unis. Surtout, cet article analyse la portée performative des auto-définitions du savant, qui façonnent autant qu’elles décrivent son activité scientifique. De son engagement internationaliste et pacifiste pendant la Première guerre mondiale à sa défense de la philologie « allemande » aux États-Unis, le parcours de Spitzer interroge l’exportabilité supposée de la pratique philologique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2017.

Plan

Un linguiste internationaliste et pacifiste dans la guerre
Un « stylisticien » victime de l’antisémitisme dans l’Allemagne
de Weimar
Le représentant de la « philologie ouest-européenne » à Istanbul
Un défenseur de la philologie allemande aux États-Unis
Conclusion

Aperçu du texte

Telles qu’elles se sont imposées au xxe siècle, les sciences sociales pouvaient sembler avoir relégué la philologie au rang de vestige du siècle précédent. Considérée comme une science pratiquée par des savants de cabinet dont on reconnaissait certes la capacité à lire une multitude de langues, mais dont on raillait l’absence de contact avec les peuples dont elle étudiait les œuvres, la philologie a en effet pu être considérée comme désuète voire définitivement marquée par l’époque coloniale. Depuis une dizaine d’années toutefois, des voix s’élèvent en faveur d’un « retour à la philologie ». Le fait est d’autant plus notable qu’il émane entre autres d’Edward Said, critique pourtant virulent de ce qu’il désignait comme les errements colonialistes de la philologie orientaliste pratiquée en Occident. En contrepoint à cette charge critique, c’est bien dans la tradition philologique occidentale que Said a puisé les figures de son propre panthéon intellectuel. Dans leur grande majorité, l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wolf Feuerhahn et Pascale Rabault-Feuerhahn, « La philologie peut-elle s’exporter ? », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/1477

Haut de page

Auteurs

Pascale Rabault-Feuerhahn

Articles du même auteur

Wolf Feuerhahn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page