Navigation – Plan du site

Ulrich Schulz-Buschhaus et la romanistique germanophone

Klaus-Dieter Ertler
p. 179-188

Résumés

Dans le développement de la romanistique germanophone, en particulier de 1968 à 2000, Ulrich Schulz-Buschhaus (1941-2000) a exercé une fonction-clef dans l’étude philologique des formes littéraires et de leur médiation transculturelle. Avec ses nombreux comptes rendus et contributions portant sur les littératures romanes, il s’est avéré non seulement être le grand architecte d’un champ épistémologique complexe mais aussi un observateur avisé de deux changements de paradigme dans les Sciences humaines : celui des années 60, notamment de l’année 68 et celui de la fin des années 80.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La romanistique allemande – ou plutôt germanophone, car elle inclut la recherche et l’enseignement des langues et littératures romanes non seulement en Allemagne, mais aussi en Autriche et en Suisse – est une discipline originale, née à l’époque du Romantisme, lorsqu’on commençait à s’intéresser aux chants et à la poésie des différentes cultures européennes. Romantisme et romanistique ont donc – aussi bien que le roman, la romance ou le roumain – des traits étymologiques communs, renvoyant aux sources des langues néo-latines, en particulier au français, à l’italien et à l’espagnol, sans oublier le portugais, le catalan ou le rhéto-roman. Depuis le milieu du xixe siècle, la discipline a adopté l’appellation de philologie romane, avant de se convertir, avec les réformes universitaires des années 60 et l’essor de la linguistique autonome, en « romanistique ».

2Dans la genèse d’un tel champ épistémologique, la réflexion sur les passages et échanges entre les langues et les littératures ainsi que la médiation entre les cultures ont toujours fait partie intégrante de cette discipline. Dans ce contexte, il semble être évident que le travail « avec » et « sur » les langues ou les cultures néo-latines relève d’une ouverture d’esprit ainsi que d’une conception transculturelle particulières. Et pourtant, le développement de la discipline au cours de l’histoire nous a appris que le travail « avec » et « sur » les langues romanes peut revêtir des formes très variées.

3La première remarque qui en résulte touche la question de la langue de travail privilégiée. Est-ce l’allemand ou le français, ou quelque autre langue néo-latine, ou même l’anglais ? Nous savons bien que le travail « sur » une langue, une littérature ou une culture donnera d’autres résultats qu’un travail « avec » une langue, une littérature ou une culture. Au cours de l’histoire contemporaine, au sens large du terme, les exemples sont nombreux – surtout en temps de conflit culturel – où la philologie romane s’est vue instrumentalisée ou phagocytée par une philologie germanique, avec toutes les conséquences qui pouvaient en résulter. Les tensions historiques entre la France et l’Allemagne ont donné lieu à de nombreux exemples de dérive idéologique, particulièrement à l’époque de la Première et de la Seconde Guerre mondiale. Dans l’histoire de la discipline, on peut donc constater des réserves concernant l’emploi privilégié de l’allemand dans la recherche en philologie romane. Cette réticence s’explique par un autre inconvénient : nous savons bien que la première réception des travaux publiés uniquement en allemand se limitera au marché germanophone et qu’il faudra souvent des années pour qu’ils traversent les barrières culturelles et pénètrent dans l’espace langagier des langues romanes.

4D’autre part, l’emploi de l’allemand comme langue de recherche peut justement être considéré comme un atout dans ce champ de réflexion aussi vaste qu’est la philologie romane de type germanophone. Dans la mesure où de nombreuses recherches portent sur des aspects comparatistes, l’emploi de l’allemand à une large échelle pourrait être justifié.

5Le choix de la langue peut être aussi diamétralement opposé à la tradition germanophone de la philologie romane. On peut se déclarer « observateur activement participant » de la culture sur et avec laquelle on travaille. Les avantages de cette pratique sont évidents dans la mesure où on s’inscrit dans un champ de réflexion à chaud, avec tout ce qui concerne les structures institutionnelles de la culture-cible, les publications, les comptes rendus ou les colloques, bien que le fait d’évoluer dans plusieurs cultures romanes à la fois constitue toujours un grand défi. C’est la raison pour laquelle de nombreux chercheurs ont tendance à sacrifier la pluralité de langues et cultures – inscrite en quelque sorte dans le code déontologique de la romanistique – à un seul champ de recherche, se concentrant sur une seule filière, comme les francisants, les hispanisants, les italianisants et autres. En ce cas, ils restent médiateurs, certes, mais la médiation se réduit généralement à une seule langue romane et à l’allemand.

6Depuis quelques années, on peut observer une tendance à ouvrir le volet des langues de travail à l’anglais afin de participer aux réseaux de publication mondialisés. Cette dynamique permet, certes, une augmentation de complexité communicationnelle, mais elle sera difficile à maintenir à tous les niveaux de la recherche dans le domaine. En outre, il semble hautement dysfonctionnel de promouvoir l’anglais comme langue de travail privilégiée dans un contexte qui devrait servir les langues romanes.

7Bref, le choix de la langue ainsi que la réduction de la spécialisation représentent un grand défi, en particulier pour les jeunes chercheurs en romanistique qui sont aux prises avec certaines tendances dont le but reste difficile à saisir. Bien que la romanistique germanophone se démarque de plus en plus par une spécialisation unique, il n’est pas certain que cette tendance puisse se maintenir, dans la mesure où le profil des postes de professeur en romanistique comprend généralement la maîtrise de deux ou trois langues romanes. En outre, l’attrait épistémologique de la romanistique reste son caractère comparatiste, et le regard sur plusieurs langues romanes offre une ouverture indispensable sur la genèse et le développement du complexe culturel en question.

8Comme nous venons de le constater, la discipline se trouve dans une phase de mutation, sans qu’on sache pourtant si l’avenir conduira à un renforcement du modèle traditionnel englobant plusieurs langues, littératures et cultures, ou bien s’il privilégiera la structure focalisée sur une seule langue et culture romane, ce qui est courant dans la plupart des autres systèmes universitaires européens.

Ulrich Schulz-Buschhaus, prototype du romaniste germanophone de la fin du xxe siècle

  • 1  Voir notre site Klaus-Dieter Ertler / Werner Helmich (éds.) : « Das Aufsatzwerk von Ulrich Schulz- (...)

9Afin de démontrer le fonctionnement du système traditionnel, nous nous pencherons sur un personnage bien connu dans la romanistique germanophone, Ulrich Schulz-Buschhaus (1941–2000), dont la langue de travail était plutôt l’allemand, mais pour qui les langues romanes constituaient généralement les langues de référence.1 Personnalité largement connue et respectée à l’intérieur du système de la romanistique germanophone, Ulrich Schulz-Buschhaus possédait une renommée qui ne dépassait pas dans la même mesure les frontières culturelles.

  • 2  Nous avons édité l’ensemble de ses 291 comptes rendus avec un appareil critique et des registres : (...)

10Le prédicat qui conviendrait le mieux pour présenter Ulrich Schulz-Buschhaus serait l’érudition. Ses contributions à la recherche ainsi que ses critiques ont fortement marqué la romanistique germanophone dans les dernières décennies du xxe siècle. C’est aussi par ses nombreux comptes rendus2 qu’il a pu participer à la création du réseau de la recherche et de l’enseignement ainsi que par sa participation aux évaluations des départements de romanistique en Allemagne et en Autriche. Une excellente critique de la part de Schulz-Buschhaus pouvait redorer le blason d’un département. Arbitre reconnu par le système académique, il pouvait aussi dynamiser une carrière de romaniste. En revanche, une critique sévère de sa part pouvait avoir des conséquences désastreuses pour l’auteur de l’ouvrage en question.

  • 3  Alois Hahn : Nachruf auf Ulrich-Schulz-Buschhaus. – Frankfurter Allgemeine Zeitung (7 novembre 200 (...)

11Ulrich Schulz-Buschhaus connaissait bien le canon des langues romanes. Un de ses collègues le caractérisait même de « Einmannuniversität »3, ce qu’on appelle en français une « encyclopédie ambulante », c’est-à-dire un homme dont le savoir dépassait les limites du concevable. Dans le réseau de la romanistique germanophone, Ulrich Schulz-Buschhaus opérait comme médiateur culturel dans la mesure où il avait choisi comme champ de travail les littératures en français, en italien et en espagnol, dont il offrait des interprétations de haute qualité.

12Né en Westphalie en 1941, Ulrich Schulz-Buschhaus a suivi une carrière de philologue. Il a étudié à l’université de Hambourg et s’est intéressé à plusieurs disciplines – la romanistique, la germanistique et la philosophie. Au cours de ses études, il a passé plusieurs semestres dans les trois pays emblématiques des langues romanes, en France (Aix-en-Provence), en Espagne (Séville) et en Italie (Florence) afin de s’initier aux langues et cultures étudiées. Ensuite, il a obtenu un poste de professeur à l’université de Trèves en 1973, à l’université de Klagenfurt en 1976 et à l’université de Graz en 1989, où il est resté jusqu’à sa mort en 2000.

13Son intérêt dans le domaine de la recherche portait sur les genres et les formes de la littérature classique, le madrigal et la pastorale, ainsi que sur le roman policier, la fonction du canon littéraire, la satire à l’époque de la Renaissance et des Lumières, la littérature morale en Espagne (Baltasar Gracián) et en France (La Bruyère), le pétrarquisme en Europe, le Réalisme et ses formes romanesques (en particulier chez Flaubert), la littérature de la décadence et du monde moderne. Ses auteurs préférés étaient, entre autres, Italo Calvino, Jorge Luis Borges et Mario Vargas Llosa. Ulrich Schulz-Buschhaus a publié peu de ses textes sous forme de livre, mais plutôt sous forme d’article ou de compte rendu dans les revues spécialisées en philologie romane germanophone, telles que le Romanistisches Jahrbuch [Annales de romanistique], Romanische Forschungen [Recherches romanes], Zeitschrift für romanische Philologie [Revue de Philologie romane], Arcadia, Italienische Studien [Études italiennes] Poetica et autres.

14La relation entre les sujets traités et les revues spécialisées démontrent un grand intérêt pour la construction de la romanistique germanophone proprement dite et son rayonnement dans les cultures germaniques. Sa médiation comprenait la réception et la critique des textes en langue française, italienne, espagnole ou portugaise, avec un traitement épistémologique particulier qui contenait de grands vecteurs théoriques de son époque. Cette médiation fonctionnait donc généralement de manière centripète, en privilégiant le texte importé dans le contexte germanophone.

15Sa formule poétique était sans doute le plaisir de communiquer ses réflexions en allemand, avec une attention particulière aux ressources stylistiques et logiques et avec un sens aigu des limites du dicible, c’est-à-dire des limites de l’expression langagière. Ainsi ses textes sont devenus des « joyaux » de l’expression romane en allemand, où le critique et philologue cherche à dire l’autre par soi-même, à exprimer le français, l’italien, l’espagnol par la voix germanophone. Cette médiation langagière se nourrit également d’un intérêt marqué pour la forme du paradoxe proprement dit, au niveau à la fois stylistique et représentatif.

16C’est aussi le paradoxe qui caractérise aussi sa position de théoricien. Ulrich Schulz-Buschhaus cherche à se dresser contre toute construction géométrique, unilinéaire, essentialiste ou métaphysique. Toute affirmation se voit contrecarrée par une démythification basée sur une argumentation philologique. Sa critique se dresse contre le mouvement de 68, dans lequel l’auteur décèle un engagement trop uniforme, géométrique, qu’il fallait déconstruire par une finesse d’esprit philologique. L’antithèse lui permet de se positionner contre l’esprit de son temps et de faire voir les isotopies alternatives. Il trouve des modèles chez des critiques comme Erich Auerbach, dont la Mimesis lui sert de référence principale, ou comme Theodor W. Adorno, Michel Foucault et Niklas Luhmann. Dans ces quatre références – dont trois sont d’origine allemande –, le romaniste germanophone retrouve l’esprit d’une critique paradoxale et la pratique d’une lecture à contre-courant des tendances à la mode de son époque.

17Dans la même dynamique se retrouve la valorisation des institutions critiques nationales. Selon le classement établi par l’auteur, les instances critiques des universités nord-américaines lui paraissent – à quelques exceptions près – les plus faibles, suivies par les instances critiques françaises, italiennes, espagnoles ou latino-américaines. La romanistique germanophone pourtant lui apparaît sous un jour bien plus positif, faisant jeu égal avec la critique britannique.

Ulrich Schulz-Buschhaus – critique et architecte du système romanistique germanophone

18Comme nous l’avons constaté, Ulrich Schulz-Buschhaus est considéré à juste titre comme un des architectes du réseau romanistique germanophone. Ses comptes rendus ont contribué à construire des carrières, si bien que le réseau continue à porter ses traces. Dans l’analyse qui suit, nous cherchons à décrire les aspects dominants de cette critique en établissant la distinction entre les trois décennies de sa carrière, les années 70, 80 et 90.

19Il est hautement significatif de constater que le premier compte rendu a paru en 1968, année des révoltes estudiantines. La conjoncture de la littérature engagée dans le sillage de Jean-Paul Sartre lui semble un fléau pour la critique. La pensée de la gauche « avec son obsession de la catégorisation » lui paraît insupportable et totalitaire dans la mesure où elle comporte trop de valorisations binaires. Cela ne veut pas dire que le critique allemand ne reconnaissait pas des arguments d’ordre sociologique, qui peuvent illustrer des textes pourvu qu’ils permettent une approche philologique. Selon lui, il faut aborder le texte d’une façon sensible et empathique sans tomber dans les valorisations catégoriques, définies, militantes. Ce genre de critique « martiale » ne permettrait pas l’analyse fine et précise, indispensable à la perception d’une polysémie textuelle.

20Une des faiblesses de la critique contemporaine se trouverait dans sa haute spécialisation du travail. Ulrich Schulz-Buschhaus se plaît à recourir au concept de la « départementalisation [néfaste] de l’esprit » de Theodor W. Adorno, concept qui s’opposerait directement à l’idéal universel de l’homme de la Renaissance ou de « l’honnête homme » du classicisme français, et qui serait par conséquent en contradiction avec l’idéal de l’Européen érudit. Celui-ci disposerait d’une connaissance approfondie de la systématique littéraire et d’une maîtrise de plusieurs langues qui le protègerait de tout attachement nationaliste. Derrière ce profil se dessine la silhouette du romaniste largement instruit qui arriverait à résister à toutes les tendances « dé-philologisantes » de son époque.

21Au cours des années 70, Ulrich Schulz-Buschhaus se positionne aussi face à la « nouvelle critique » et à son influence sur la science littéraire de son époque. Il ne peut pas la prendre au sérieux dans la mesure où ce courant français ne respecterait ni la tradition philologique ni son travail sur le texte et la forme. La catégorie de style de l’époque ne serait pas en mesure d’expliquer le processus historique du changement si on ne s’en tenait pas à la forme littéraire comme catégorie principale de référence. Selon lui, toute construction théorique en science littéraire doit impérativement s’appuyer au départ sur l’identification de la forme, et non pas sur celle de l’époque de style. Tout travail sur le texte prime sur les constructions hasardeuses dépourvues de lien avec la base textuelle.

22Dans les années 80, le critique allemand semble avoir moins d’opposants théoriques que dans la décennie précédente. Cela s’explique peut-être par sa position radicalement opposée à la critique engagée de type sartrien des années 60 et 70. Son discours n’en reflète pas moins une sorte de contrariété permanente face aux constructions théoriques de son temps. Ulrich Schulz-Buschhaus développe un goût pour la sociologie, inspiré par les travaux d’Alois Hahn, de Michel Foucault et de Niklas Luhmann. Il s’agit d’une sociologie née en réaction au discours consacré de 68, dont l’engagement est contrecarré par les concepts de la discursivité et de la fonctionnalité systémique. Selon cette axiologie, la bête noire est l’importance attachée aux Lumières dans l’évolution des sociétés européennes vers la modernité. Il est évident que les thèses de Jürgen Habermas, selon lequel la bourgeoisie du xviiie sièclese trouverait à l’origine du monde européen moderne, s’y voient vivement réfutées. Le regard se tourne donc vers l’époque du Classicisme français, période apparemment bien plus fertile en stimulations positives pour le développement moderne que les Lumières, dont le caractère restrictif est systématiquement mis en évidence. En suivant Foucault, le philologue allemand démontre à tout bout de champ que la société était moins oppressive à l’égard de la femme au xviie sièclequ’au siècle des Lumières. Et, à titre d’exemple, il souligne l’observation selon laquelle la figure du « cicisbeo », « sigisbée » ou « chevalier servant » était moins l’expression d’une mode néfaste du xviiie siècleque celle d’un comportement courant dans la société aristocratique du classicisme. Ce n’est qu’avec la répression sociale qui s’accentue à l’époque des Lumières, c’est-à-dire avec une règlementation des rôles au sein de la famille, que ce phénomène serait devenu l’objet de la réprobation. Ulrich Schulz-Buschhaus se réfère donc aux présupposés foucaldiens qu’il essaie d’appliquer aux textes des Lumières afin de prouver au niveau philologique ce que le sociologue critique avait constaté face aux discours engagés de mai 68. Par cette attitude, le philologue allemand se démarque nettement de la romanistique à orientation sociologique pratiquée en Allemagne et représentée par Erich Köhler (Heidelberg) ainsi que de son précurseur Georg Lukács (Budapest).

23Ulrich Schulz-Buschhaus préfère critiquer la sociologie traditionnelle en rappelant que beaucoup de ses théories ont perdu de leur attrait et de leur acuité et qu’il était grand temps d’écouter le discours des systémistes de tendance luhmannienne. Ceux-ci seraient capables d’apporter un renouveau de la science littéraire (et sociale), en particulier dans les questions se rapportant à l’histoire des genres.

  • 4  Ulrich Schulz-Buschhaus : « Nouvelles considérations sur le “baroque” littéraire ». Manuscrit [san (...)

24Le premier principe que je voudrais proposer pour chaque essai de périodisation linguistique ou littéraire serait donc de se rendre compte de son caractère conventionnel et non-essentiel (Luhmann : « semantic artefacts »). Chaque périodisation restera finalement le résultat d’une convention, d’un consensus et ne deviendra jamais – à proprement parler – l’aboutissement d’une recherche ou le triomphe d’une découverte. Toutefois, ce scepticisme à l’égard des périodisations n’équivaut pas à un renoncement, c’est-à-dire à un agnosticisme déclaré. Si je suis, d’un côté, convaincu de leur caractère conventionnel, je vois bien, de l’autre, ce qu’elles ont de nécessaire ou – plus précisément – ce qu’elles ont d’inévitable. En fait, nous avons besoin des périodisations parce que nous ne pouvons pas nous souvenir, nous ne pouvons pas vivre sans l’effort de structurer notre passé et de lui conférer un sens (soit de continuité, soit de rupture). Sans avoir établi le système général d’une (quelconque) périodisation, il nous serait même impossible de parler des événements particuliers, de les décrire, de les situer, de les évaluer. C’est-à-dire, appliqué à l’histoire littéraire : ce serait une illusion de refuser les concepts historiques sous le prétexte de recourir à la seule étude des œuvres et écritures, puisque tout discours visant à une écriture ou à un texte isolés resterait vide sans les instruments descriptifs que constituent – malgré leur caractère précaire et toujours provisoire – les notions de périodes, époques, âges, etc. On peut, d’ailleurs, trouver une preuve assez paradoxale de la nécessité de ces notions dans certains essais d’une périodisation numérique et, par-là, prétendue neutre, à la manière d’une structuration selon des générations (je pense à l’histoire de la littérature française d’Albert Thibaudet) ou selon des siècles (cette dernière largement répandue dans les lettres italiennes). Surtout l’usage italien d’une périodisation par siècles démontre amplement comment des notions d’abord purement numériques et chronologiques ne résistent point à la tentation ou – mieux – à la contrainte de se charger de connotations stylistiques : de cette manière, le terme « seicento » (dix-septième siècle) a fait dériver immédiatement le terme « secentismo » qui – pratiquement – ne veut pas dire autre chose que « baroque » ou « maniérisme ».4

25Luhmann refléterait mieux que beaucoup d’autres le malaise perçu dans les sciences humaines et fournirait des réponses adéquates aux événements de son époque. Mais, en même temps, Schulz-Buschhaus connaît les dangers de toute théorie nouvelle, de tout auteur vénéré, dont il faut toujours se méfier pour ne pas tomber dans les pièges de la « patrie spirituelle ». Selon lui, le caractère téléologique de toute théorie et la vénération enthousiaste de toute construction de l’esprit doivent être considérés avec circonspection, afin de ne pas se perdre dans des structures trop rigides et aveuglantes. Le critique allemand cherche de plus en plus à identifier un potentiel de résistance à l’encontre des discours socialement engagés de la société en question. Est-ce que nous pourrions y déceler l’indicateur d’une opposition à la nouvelle société technologique et hautement médiatisée ?

  • 5  Ulrich Schulz-Buschhaus, compte-rendu sur Bernard F. Scholz, Mimesis, 1998, in Ertler / Helmich, 2 (...)

26Dans les années 90, la pression du discours marchand dans les sociétés l’inquiète sérieusement. Le statut de la science de la littérature se voit de plus en plus sapé par les arguments du profit et de la rentabilité. En tant que médiateur littéraire, il se demande quel rôle sera dorénavant disponible dans une société de consommation où les « sales promotions » dominent le discours et les comportements. Dans un tel contexte, Ulrich Schulz-Buschhaus ne voit d’autre solution que de miser sur l’érudition historique qui semble garantir le maintien du cap dans la tourmente des nouveautés discursives, dont les versions au préfixe « post » pullulent dans les productions théoriques contemporaines : « Là où la science de la littérature […] est en train de perdre le sens pour les relations historiques, surgit une atmosphère du “anything goes” […], qui produit – avec des phrases arbitraires et en même temps assertoriques – moins de pluralité euphorique et plus de monotonie de l’arbitraire : elle risque de toute manière de ruiner toute une discipline jadis florissante comme chez Auerbach. »5

  • 6  Ulrich Schulz-Buschhaus, compte-rendu sur Critical Studies. A Journal of Critical Theory, Literatu (...)
  • 7  Ulrich Schulz-Buschhaus, compte-rendu sur Arnaldo Di Benedetto, Poesia e critica del Novecento, 19 (...)

27Dans cette prépondérance de la raison économique, le critique allemand nourrit un soupçon par rapport aux nouvelles créations théoriques comme « multiethnicité » ou « postcolonialisme », dans lesquelles il voit moins une germination heureuse d’idées qu’une réduction à une monoglossie, un monologue ou même un monopole anglophone.6 C’est un des exemples typiques où l’auteur recourt à la construction paradoxale pour mieux faire passer son message : là où le lecteur s’attend à un foisonnement ou à une apothéose, comme c’est le cas dans le terme de la « multiethnicité », le critique parle de « monoformation » affligeante et même mortelle. Selon lui, un phénomène comparable de dévalorisation concernerait les concepts de « trans-, multi- et interculturalité », auxquels l’épistémologie future ne réserverait pas plus de place qu’à une uniculturalité prononcée, d’autant plus que ces concepts résultent d’un contexte unilingue (anglais) qui équivaut à la « non-culture d’une uniculturalité, autrement dit unilinguisme ».7 Les mêmes réserves se trouvent exprimées par rapport aux études culturelles et aux études sur la civilisation, puisque celles-ci ne correspondraient pas aux codes de la philologie textuelle et s’attacheraient trop aux contextes non littéraires.

  • 8  Ulrich Schulz-Buschhaus, compte rendu sur Jean-Raymond Fanlo, D’une fantastique bigarrure,Le texte (...)

28Ulrich Schulz-Buschhaus craint un assujettissement de la critique littéraire à un discours idéologique quelconque dont les liens avec la mode lui paraissent suspects. C’est sa réponse particulière aux problèmes qui existaient dans la génération précédente entre la littérature et le totalitarisme. Il a souvent rappelé le fait que Carl Schmitt, un des philosophes marquants du national-socialisme, venait de la même ville westphalienne de Plettenberg que lui. Ce lien géographique créait une sorte de sensibilité critique exacerbée face aux liens existant entre la littérature et sa critique, et les recherches sur la civilisation. Selon lui, tout critique littéraire peut échapper aux dangers de tout système discursif à la mode, pourvu qu’il se concentre sur les questions spécifiques de la forme littéraire et de ses rapports avec le contexte historique. Il est évident qu’à partir des années 90 et de la focalisation généralisée sur le paradigme post-colonialiste, une telle position philologique traditionnelle est soumise à une pression grandissante. Selon Ulrich Schulz-Buschhaus, la vocation du philologue est toujours bien définie : « Le bon philologue ne manque jamais de plaisir (« Lust ») primaire du texte, et porte en même temps le fardeau (« Last ») d’une lecture professionnelle, liée au service d’un chercheur, qui le distingue des autres lecteurs non philologiques – historiens, sociologues, anthropologues etc. Ceux-ci peuvent attendre ce professionnalisme. »8

  • 9  Ulrich Schulz-Buschhaus, compte-rendu sur Ulrich Mölk, Europäische Jahrhundertwende, 1999, in : Er (...)

29Les derniers comptes rendus rédigés avant sa mort en 2000 révèlent le sarcasme par rapport à ces différentes évolutions, mais parfois aussi la mélancolie profonde du chercheur critique dont l’œuvre entière avait laissé entrevoir la grande passion de la lecture à la fois privée et professionnelle du philologue. Il établit une corrélation entre le déclin de la philologie et celui des universités germanophones dont la présence dans le système international académique avait perdu de son importance : « Même si on considère que la dépression actuelle de l’université germanophone – dépression premièrement induite par des contraintes politiques et économiques – signifie à la fin moins une crise que plutôt sa disparition définitive et salutaire, de laquelle devrait naître – telle que phénix de la cendre – une réserve des universités américaines moyennes (certainement pas l’université néo-humboldtienne à la Harvard ou Stanford), ne fournirait plus guère de consolation au contemplateur mélancolique. »9

Conclusion

30Avec ses nombreux comptes rendus et contributions portant sur la romanistique germanophone, Ulrich Schulz-Buschhaus s’est avéré non seulement être le grand architecte d’un champ épistémologique complexe mais aussi un médiateur avisé en ce qui concerne le passage du savoir philologique au nouveau millénaire. Dans sa trajectoire professionnelle, il a pu observer de près deux changements de paradigme dans les Sciences humaines : d’une part, les années 60, notamment l’année 68 et son champ discursif bien caractérisé, de l’autre, la fin des années 80, lorsqu’une nouvelle vague d’argumentation a saisi les sciences humaines dans le monde.

31Dans la première phase, Ulrich Schulz-Buschhaus a tranché contre Sartre et en faveur de Foucault dont la pratique d’argumentation de la critique épistémologique devait le marquer pour le reste de sa vie. De ce point de vue, le critique allemand a joué le rôle d’un grand médiateur théorique dans la mesure où ses écrits ont eu un impact non négligeable à l’intérieur de la romanistique germanophone, aussi bien chez les étudiants, les jeunes chercheurs que chez les professeurs établis. Dès son premier compte rendu, publié en 1968, le chercheur prend nettement position en faveur de la vocation philologique, de l’étude des formes littéraires et de leur cheminement à travers les systèmes littéraires dans les langues romanes. Cette philologie se comprend pourtant tout à fait comme une activité de lecture qui n’exclurait nullement l’histoire et son lien avec les formes littéraires. Dans la mesure où l’Italie lui était la culture la plus familière, ses premiers textes se consacrent à la genèse des formes littéraires telles que le madrigal. Par conséquent, Ulrich Schulz-Buschhaus agit en philologue convaincu dans cette époque de turbulences discursives, sans se laisser détourner de son entreprise de médiation au niveau des formes littéraires. On pourrait découvrir dans cette démarche une certaine « résistance contre la résistance », ce qui confirmera tout au long des années suivantes son attachement à la critique épistémologique de Foucault.

32La période de la fin des années 80 ou du début des années 90 constitue le deuxième changement de paradigme. Cette fois-ci, le danger ne vient pas des groupes politiques engagés dans le style de Jean-Paul Sartre, mais du côté du système économique et de ses pressions institutionnelles. Le critique continue à avoir recours à Foucault, lorsqu’il exprime sa pensée dans ses comptes rendus et ses articles. Mais il a recours à la sociologie des systèmes, ce qui lui permet de résister aux nouvelles tendances sans vraiment quitter le champ de la philologie qui demeure son domaine d’élection. Dans cette deuxième phase, peu avant sa mort, le critique fait preuve d’un esprit sarcastique très développé ainsi que – surtout vers la fin – d’une sorte de mélancolie devant les faits accomplis, sans pour autant lâcher prise et sans renoncer à sa fonction de médiateur. Dans les dernières années de sa vie, le philologue écrit non seulement contre les nouvelles structures universitaires et les discours omniprésents de la raison marchande, mais aussi en faveur d’une philologie menacée de délabrement et d’une perte de statut. Pendant cette période pourtant, il se consacre d’autant plus à ses auteurs préférés dont il devient la voix officielle au sein de la romanistique allemande : Baltasar Gracián, Gustave Flaubert, Mario Vargas Llosa, Jorge Luis Borges ou Italo Calvino figurent parmi ses auteurs favoris.

33Dans le développement de la romanistique germanophone, en particulier de 1968 à 2000, Ulrich Schulz-Buschhaus a donc exercé une fonction-clef dans la médiation des formes littéraires ainsi que dans la lecture philologique des textes littéraires. Sa médiation se construit pourtant de façon centripète dans la mesure où il importe les textes des cultures romanes pour les analyser selon les critères d’une philologie romanistique traditionnelle tout en ouvrant de nouvelles perspectives au lecteur principalement germanophone. C’est la raison pour laquelle le critique allemand a joui d’une grande renommée à l’intérieur de la discipline en question, sans pour autant passer les frontières vers l’autre direction, à savoir l’exportation de ses textes vers les pays de langue romane. Et nous savons – depuis Hegel et Nietzsche, depuis Auerbach et Luhmann – que ces passages transfrontaliers et transculturels peuvent prendre des décennies. La vocation d’Ulrich Schulz-Buschhaus semble être liée à la dynamique inverse, à l’importation et au renforcement d’un champ épistémologique bien établi dans la tradition germanophone, la « Romanistik ».

Haut de page

Notes

1  Voir notre site Klaus-Dieter Ertler / Werner Helmich (éds.) : « Das Aufsatzwerk von Ulrich Schulz-Buschhaus » : http://gams.uni-graz.at/usb/ (2007), où on voit que la majorité des textes sont de loin rédigés en allemand, un certain nombre en italien et quelques-uns en français.

2  Nous avons édité l’ensemble de ses 291 comptes rendus avec un appareil critique et des registres : Klaus-Dieter Ertler / Werner Helmich (éd.), Das Rezensionswerk von Ulrich Schulz-Buschhaus. Eine Gesamtausgabe, Tübingen, Gunter Narr, 2005. – Voir aussi : Klaus-Dieter Ertler, « Ulrich Schulz-Buschhaus und die Entwicklung der Romanistik zwischen 1968 und 2000 », Karl Acham (éd.), Kunst und Geisteswissenschaften aus Graz, Vol. I., Wien, Böhlau Verlag, 2009, (p. 544-555).

3  Alois Hahn : Nachruf auf Ulrich-Schulz-Buschhaus. – Frankfurter Allgemeine Zeitung (7 novembre 2000).

4  Ulrich Schulz-Buschhaus : « Nouvelles considérations sur le “baroque” littéraire ». Manuscrit [sans date]. http://gams.uni-graz.at/o:usb-068-250.

5  Ulrich Schulz-Buschhaus, compte-rendu sur Bernard F. Scholz, Mimesis, 1998, in Ertler / Helmich, 2005, p. 950.

6  Ulrich Schulz-Buschhaus, compte-rendu sur Critical Studies. A Journal of Critical Theory, Literature & Culture, 1989, in Ertler / Helmich, 2005, p. 526.

7  Ulrich Schulz-Buschhaus, compte-rendu sur Arnaldo Di Benedetto, Poesia e critica del Novecento, 1999, in Ertler / Helmich, 2005, p. 1041.

8  Ulrich Schulz-Buschhaus, compte rendu sur Jean-Raymond Fanlo, D’une fantastique bigarrure,Le texte composite à la Renaissance, 2000, in Ertler / Helmich, 2005, 981.

9  Ulrich Schulz-Buschhaus, compte-rendu sur Ulrich Mölk, Europäische Jahrhundertwende, 1999, in : Ertler / Helmich, 2005, p. 935.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Klaus-Dieter Ertler, « Ulrich Schulz-Buschhaus et la romanistique germanophone », Revue germanique internationale, 19 | 2014, 179-188.

Référence électronique

Klaus-Dieter Ertler, « Ulrich Schulz-Buschhaus et la romanistique germanophone », Revue germanique internationale [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 22 mai 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/1479 ; DOI : 10.4000/rgi.1479

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org