Navigation – Plan du site

Introduction

Ségolène Débarre
p. 5-12

Texte intégral

  • 1 Vincent Berdoulay, La formation de l’école française de géographie (1870-1914), Paris, Bibliothèque (...)
  • 2 Sur l’émergence et la spécialisation des disciplines cf. Claude Blanckaert, « La discipline en pers (...)
  • 3 Parmi l’abondante littérature sur Alexandre von Humboldt, voir notamment Ottmar Ette, Alexander von (...)
  • 4 Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de l (...)
  • 5 Cf. entre autres Gert Schubring (éd.) « Einsamkeit und Freiheit » neu besichtigt. Universitätsrefor (...)
  • 6 Numa Broc, « La géographie française face à la science allemande (1870-1914) », Annales de géograph (...)
  • 7 Marie-Claire Robic, « La Bibliographie géographique (1891-1991), témoin d’un siècle de géographie : (...)

1Que l’on pense à la figure d’Alexandre de Humboldt, qui présida la Société de géographie de Paris en 1821, ou bien à celle de l’anarchiste libertaire Élisée Reclus, qui écouta le géographe prussien, Carl Ritter, sur les bancs de l’université de Berlin en 1850-1851, les circulations d’acteurs entre le monde germanique et la France semblent avoir été constitutives de la vie intellectuelle des géographies de part et d’autre du Rhin au cours des deux premiers tiers du xixe siècle. Après la guerre de 1870, l’exacerbation des rivalités internationales et l’inimitié croissante entre les nations d’un côté, l’institutionnalisation des disciplines et la formation d’écoles nationales1 de l’autre, auraient rendu doublement caduque le profil du savant universel et cosmopolite humboldtien. Les effets conjugués de la spécialisation disciplinaire2 et de l’érection de barrières nationales dans un contexte de vives tensions internationales, voire de conflits ouverts, rendent en effet doublement improbable la poursuite des mobilités intellectuelles et géographiques opérées quelques décennies plus tôt par le savant prussien3. Les entraves posées aux circulations d’acteurs dans les contextes de guerre et de rivalités ouvertes pourraient laisser supposer une moindre « circulation internationale des idées »4. Pourtant, la « référence allemande » dans le champ scientifique français en général5 et dans le champ de la géographie en particulier6 n’en est pas moins forte à partir de la fin du xixe siècle – bien au contraire : les géographes font comme leurs contemporains le « voyage en Allemagne » et, depuis la France, scrutent avec attention la production scientifique outre-Rhin, évaluent ses qualités comme ses défauts, se permettent des emprunts de concepts, de notions et de méthodes. Ces circulations passent pour beaucoup par le filtre de la Bibliographie géographique internationale, organe central en France de recensement des publications étrangères7. Côté allemand, en l’absence d’un support de recension équivalent, ce sont les grandes revues de géographie qui servent de vecteur à la diffusion et au filtrage des travaux étrangers telle la Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde, la Geographische Zeitschrift ou encore les Petermanns Geographische Mitteilungen.

  • 8 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 4.

2Faire référence suppose un processus d’importation fondé sur diverses opérations – que l’on peut résumer sous les termes bourdieusiens de sélection, de marquage et de lecture8. Ces opérations reposent, pour les contemporains, sur la reconnaissance implicite d’homologies entre des catégories permettant un processus de comparaison et d’identification, mais aussi de différentiels suffisants pour qu’il y ait circulation et éventuellement appropriation. La question de l’homologie des catégories se pose aussi pour le chercheur qui cherche à définir un espace de la circulation et délimite implicitement les géographies universitaires françaises et allemandes. Deux termes « géographie(s) » et « universitaire(s) » qui ne vont pas de soi. Voyons cela de plus près.

  • 9 Gaëlle Hallair, Histoire croisée entre les géographes français et allemands dans la première moitié (...)
  • 10 Marie-Claire Robic, « La réception de Friedrich Ratzel en France et ses usages au temps de l’instal (...)

3Si la langue française s’accorde sur le terme de « géographie » pour désigner la discipline enseignée dans les universités comme dans les écoles à la fin du xixe siècle, il n’en va pas de même pour l’allemande, qui accepte une plus grande diversité sémantique : alors que les termes d’Erdkunde ou d’Erdbeschreibung tombent, à cette époque, en désuétude, celui de Geographie est réservé à l’enseignement primaire et secondaire sauf lorsqu’il est adjectivé, comme pour la Wirtschaftsgeographie, l’Anthropogeographie, la politische Geographie ou encore la Kolonialgeographie. Aux chaires universitaires françaises de « géographie régionale » correspondent une large palette de notions allemandes, jamais tout à fait superposables mais toujours en concurrence entre elles, telles la Heimatkunde, la Landeskunde et son pluriel Länderkunde, sans oublier la Landschaftskunde, érigée en définition de la géographie par Siegfried Passarge9. C’est dire si les termes sont nombreux et si l’établissement de correspondances d’une langue et d’un univers intellectuel à l’autre est complexe – autant pour le chercheur actuel que pour le savant de l’époque. Il n’est qu’à suivre les multiples débats entourant l’importation du terme allemand d’Anthropogeographie en France au début du xxe siècle – présentés ici dans l’article de Marie-Claire Robic10 – pour se convaincre de l’importance de la question des transferts et de l’ambiguïté des importations mêlant arguments scientifiques et rationalité politique.

  • 11 Jean-Louis Fabiani, « Qu’est-ce qu’une discipline ? » in : Jean Boutier, Jean-Claude Passeron et Ja (...)
  • 12 Cf. Christophe Charle, Jacques Verger, Histoire des universités xiie-xxie siècle, Paris, PUF, 2012  (...)
  • 13 Pascal Clerc, « Des connaissances pour l’action. La géographie coloniale de Marcel Dubois et Mauric (...)

4L’adjectif « universitaire » s’est par ailleurs rapidement imposé à nous pour qualifier notre horizon de travail : il permettait en effet de préciser notre objet, à savoir une pensée géographique produite par des acteurs liés – à différents titres et à divers degrés – à une – ou à plusieurs universités – en France et en Allemagne. Cette approche, qui laisse donc de côté l’analyse de géographies populaires, vernaculaires ou appliquées – à l’exception, pour cette dernière, d’une analyse spécifique concernant l’ancrage de la géographie coloniale en dehors de l’université – assurait des problématiques communes et transversales aux différents articles réunis ici, notamment l’idée d’une discipline organisée « à partir d’un objectif pédagogique »11. Il convient cependant de garder à l’esprit que l’adjectif choisi renvoie à l’époque à des réalités diverses que de trop rapides analogies risqueraient d’occulter : les fonctionnements institutionnels sont en effet largement différenciés de part et d’autre du Rhin, en particulier les mécanismes de titularisation, la création de chaire ou encore d’inscription des enseignants dans la cité12. Nous aurons l’occasion d’interroger ces différences à l’aune d’une étude comparée de l’institutionnalisation des géographies coloniales en France et en Allemagne : les articles de Pascal Clerc, de Nicolas Ginsburger et notre propre article écrit avec Nicolas Ginsburger se répondent et dialoguent pour illustrer points communs et divergences13.

  • 14 On connaît en effet le rôle central de la géographie dans la définition d’une identité nationale (D (...)
  • 15 En témoigne l’ouvrage de Jürgen Osterhammel, Die Verwandlung der Welt, eine Geschichte des 19. Jahr (...)
  • 16 Cf. Hélène Blais et Isabelle Laboulais (éd.), Géographies Plurielles. Les sciences géographiques au (...)
  • 17 Cf. entre autres Charles Withers, « Place and the “spatial turn” in Geography and in History », Jou (...)

5Partant de ces catégories d’analyse et de travaux empiriques fouillés, les articles du dossier interrogent les mécanismes, les effets et les intérêts (individuels et collectifs) des circulations transnationales entre géographies universitaires françaises et allemandes. Sans traiter de façon exhaustive d’une histoire de la géographie de la fin du xixe siècle au milieu du xxe siècle, toutes les contributions s’interrogent sur le fonctionnement transnational d’une discipline en cours d’institutionnalisation en France comme en Allemagne, et examinent son rapport à diverses formes d’extériorité, que celle-ci soit disciplinaire, sectorielle ou encore nationale. Longtemps étroitement liée à un récit national14, l’écriture de l’histoire de la géographie ne s’est pas encore aujourd’hui complètement affranchie de ce cadre. Précisons que les conditions d’écriture de l’histoire de la géographie ne sont pas les mêmes en France et en Allemagne, puisque la géographie est, outre-Rhin, rattachée aux facultés de sciences, séparée donc des départements d’histoire intégrés, eux, aux facultés de lettres. Cela explique pour partie que le renouveau de l’histoire de la géographie en Allemagne émane essentiellement d’historiens du xixe siècle inspirés par un spatial turn anglo-saxon : le « retour de l’espace » (Wiederkehr des Raumes) dans l’historiographie allemande a ainsi entraîné un intérêt croissant pour l’analyse de la pensée géographique et de son enseignement15. Cet intérêt est aussi manifeste en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis où des travaux d’histoire de la géographie ont diversifié, ces dernières années, les pistes d’analyse ; la pluralité des savoirs et des pratiques constitutives de la géographie ont été mis en lumière, en soulignant l’imbrication de géographies savantes, vernaculaires, populaires et appliquées16. La diversité des lieux concernés par les pratiques géographiques (tels le terrain, le laboratoire ou l’amphithéâtre) ont été examinés, en insistant sur la diversité des espaces de référence et la relativité des centres et des périphéries dans la fabrique des savoirs17.

  • 18 Dans le champ francophone: Florence Deprest, Géographes en Algérie (1880-1950). Savoirs universitai (...)
  • 19 Nicolas Ginsburger : « Deux collègues géographes en Anatolie ? Chaput et Louis sur le terrain turc (...)
  • 20 Cf. Guy Baudelle, Marie-Vic Ozouf-Marignier, Marie-Claire Robic (éd.), Géographes en pratiques (187 (...)
  • 21 Wolf Feuerhahn et Pascale Rabault-Feuerhahn, « La science à l’échelle internationale », Revue germa (...)
  • 22 Sur les géographes allemands, britanniques et français dans la Première Guerre mondiale, cf. Nicola (...)
  • 23 Contrairement, donc, à l’approche « globale » proposée par Vincent Berdoulay et Josefina Gómez Mend (...)

6En France comme en Allemagne, en effet, la compétition coloniale à partir des années 1880 fut le catalyseur d’une demande sociale en même temps qu’une source de modification des pratiques académiques18. Dans un contexte non pas colonial mais de vive rivalité entre les puissances européennes, l’analyse comparée de la production scientifique de géographes français et allemand sur le terrain anatolien, proposée par Nicolas Ginsburger19 illustre bien l’influence des lieux sur les pratiques scientifiques. L’auteur souligne aussi la nécessaire étude du geste en histoire de la géographie que ce terme recouvre les techniques d’observation (dessiner, photographier, cartographier) ou encore la relation aux outils (la carte, le carnet de terrain, la photographie)20. En dépit des rivalités impérialistes et des conflits sanglants qui endeuillèrent l’Europe dans la première moitié du xxe siècle, la production scientifique continua de se jouer à l’échelle internationale21, notamment dans le cadre de congrès de géographie22 ou encore sur les terrains coloniaux. L’échelle d’analyse choisie dans ce dossier – celle des circulations franco-allemandes – qui ont comme horizon maximal, une extension spatiale occidentale ou bien transatlantique, ne permettent pas de prétendre à une échelle « globale » si celle-ci doit se confondre avec un niveau mondial. Par ailleurs, nous favorisons ici une approche transnationale, dans la mesure où les faits, les acteurs et les objets considérés conservent une inscription nationale particulière23.

  • 24 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 4.
  • 25 Denis Wolff, « Albert Demangeon, l’Allemagne et les géographes allemands : entre admiration et appr (...)
  • 26 Blaise Wilfert, « Cosmopolis et l’Homme invisible. Les importateurs de littérature étrangère en Fra (...)
  • 27 L’histoire transnationale des savoirs scientifiques renouvelle l’historiographie des sciences depui (...)
  • 28 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 4.
  • 29 Michel Espagne, « La notion… », op. cit., p. 2.
  • 30 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 4.

7Partant du principe que le « sens et la fonction d’une œuvre étrangère sont déterminés au moins autant par le champ d’accueil que par le champ d’origine »24, nous explorons ici les mécanismes, les supports et les effets de l’importation dans les géographies françaises et allemandes de notions, de concepts et de pratiques issus de champs académiques étrangers. Nous avons souhaité mettre l’accent sur la diversité des acteurs, des vecteurs et des objectifs impliqués dans ces circulations. Les trajectoires biographiques, comme celles d’un Alexandre de Humboldt ou d’un Élisée Reclus sont souvent placées au centre de l’analyse des transferts : elles permettent en effet d’étudier la façon dont se déroule la fabrique de la science dans le détail des relations interpersonnelles souvent pleines d’ambivalences – comme le montre l’article de Denis Wolff sur le géographe Albert Demangeon dans ce numéro25. Celles-ci seront présentes, mais non exclusives dans ce dossier. S’il est certain que la part des rencontres – formelles ou non – des sociabilités et des réseaux jouent un rôle central dans les échanges savants transnationaux26, les circulations d’acteurs ne résument cependant pas l’analyse transnationale des savoirs scientifiques27 : il convient ainsi de porter autant d’attention aux mécanismes de l’échange in absentia, aux circulations intellectuelles – qu’elles prennent la forme de traduction, d’éditions ou de recensions d’ouvrages – entre la France et l’Allemagne de la fin du xixe siècle au milieu du xxe siècle, ainsi qu’aux supports, lieux et conditions matérielles les rendant possibles. L’un des objectifs est de penser les différentes « opérations sociales28 », sous-jacentes aux échanges intellectuels franco-allemands, dans le champ de la géographie universitaire. Ces échanges intellectuels sont compris comme un ensemble de transferts immatériels de notions, de pratiques, de méthodes et de valeurs qui n’impliquent pas forcément de rencontres physiques entre les acteurs – mais qui supposent en revanche des transactions matérielles (d’ouvrages, de lettres ou encore de matériaux ou d’outils). Cette analyse distincte des circulations d’acteurs et des échanges intellectuels ne doit pas conduire à considérer une influence étrangère « magique », mais invite bien au contraire à étudier des contacts historiquement constatables29 en suivant les opérations de sélection, de marquage et de lecture propres à la circulation internationale des idées30.

8L’article de Gaëlle Hallair sur la réception de l’œuvre du géographe allemand Siegfried Passarge dans la Bibliographie géographique internationale, organe de recension français invite ainsi à réfléchir sur les mécanismes et les acteurs du « filtrage » à l’œuvre dans le processus d’importation. Les choix de traduction mettent en évidence les processus de resémantisation – de nouvelle construction de sens –, qui ont cours dans le champ de réception. Ce dernier a ses logiques propres : le processus d’importation participe en effet de tentatives plus ou moins abouties de reconfiguration des rapports sociaux, tant au sein de la discipline que dans ses relations avec les disciplines sœurs et concurrentes – en particulier, pour la géographie, avec la sociologie, l’économie, l’histoire, la géologie ou l’ethnologie. Marie-Claire Robic montre ainsi que la réception de la « géographie politique » de Friedrich Ratzel est instrumentalisée à la fois par les géographes vidaliens et les sociologues durkheimiens pour légitimer leur champ disciplinaire. L’analyse des circulations invite aussi à observer la capacité d’une innovation à s’affranchir d’un contexte. Comment les échanges scientifiques s’articulent-t-ils aux contextes idéologiques et s’en émancipent-ils ? Que reste-t-il des échanges académiques en temps de guerre ? Dans quelle mesure le champ intellectuel peut-il échapper aux déterminations « contextuelles » – que l’on pense, par exemple, à la production et la mobilisation de la thèse sur les « lieux centraux » de Walter Christaller ou à la conceptualisation de la Landschaftskunde de Siegfried Passarge dans le contexte politique et idéologique du national-socialisme – ?

  • 31 C’est là le cœur du projet de l’ANR « Matières à transfaire. Espaces-temps d’une globalisation (pos (...)
  • 32 Géraldine Djament-Tran : « Révolution scientifique et circulations en géographie : Christaller et l (...)

9La notion d’« emprunt » suppose que les « idées » saisies puissent être rendues. Elle implique donc que le mouvement ne soit pas à sens unique mais bien circulatoire. L’écueil consisterait cependant à penser que ces circulations seraient des étapes subséquentes à la production localisée des « idées » – concepts, notions ou méthodes31. Au contraire, il s’agit de considérer la façon dont celles-ci sont produites et modifiées, re-produites par la circulation, éventuellement dans le cadre de parcours complexes, affranchis d’un seul horizon binational, comme nous le verrons dans ce numéro à travers l’exemple du parcours de la thèse de Walter Christaller, passée de l’Allemagne aux Etats-Unis puis revenue en Europe sous forme de « théorie de la centralité » reconceptualisée par l’auteur lui-même32.

  • 33 Sur la question de la « délimitation disciplinaire », cf. George W Stocking « Delimiting Anthropolo (...)
  • 34 Michel Espagne, « La notion de transfert culturel », Revue Sciences/Lettres [En ligne], 1, 2013, mi (...)

10La révision des limites33 des géographies universitaires – que celles-ci soient paradigmatiques, institutionnelles et/ou nationales – à laquelle souhaite contribuer ce dossier, participe d’« un vaste terrain d’investigations, dont l’horizon serait une histoire transnationale des sciences humaines34 ». Sans en épuiser les pistes, ce dossier vise à montrer la pluralité des approches permettant de penser la fabrique transnationale de la géographie. Il associe notamment une sociologie des individus à travers des carrières biographiques, une histoire intellectuelle à travers des trajectoires de concepts, et enfin une étude de la structuration des champs et des pratiques disciplinaires dans le cadre de rapports de force intra- et internationaux. L’ensemble de ces points de vue doit permettre in fine de mettre en lumière la diversité des registres, supports et mécanismes de l’échange qui sont inhérents à la construction des savoirs et des communautés scientifiques.

Haut de page

Notes

1 Vincent Berdoulay, La formation de l’école française de géographie (1870-1914), Paris, Bibliothèque Nationale, 1981.

2 Sur l’émergence et la spécialisation des disciplines cf. Claude Blanckaert, « La discipline en perspective. Le système des sciences à l’heure du spécialisme (xixe-xxe siècle) », in : Jean Boutier, Jean-Claude Passeron et Jacques Revel (éd.), Qu’est-ce qu’une discipline ?, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2006, p. 117-148.

3 Parmi l’abondante littérature sur Alexandre von Humboldt, voir notamment Ottmar Ette, Alexander von Humboldt und die Globalisierung : Das Mobile des Wissens, Francfort-sur-le-Main, Leipzig, Insel Verlag, 2009. Sur l’inscription d’Élisée Reclus dans des échanges transnationaux, cf. Federico Ferretti, « De l’empathie en géographie et d’un réseau de géographes : la Chine vue par Léon Metchnikoff, Élisée Reclus et François Turrettini », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], document 660, mis en ligne le 13 décembre 2013, consulté le 04 mai 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/26127 ; sur l’importation de notions rittériennes par Elisée Reclus, cf. Isabelle Lefort, « L’articulation littorale : un principe rittérien relu par Elisée Reclus », Études rurales 133-134, 1994, p. 45-58.

4 Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales 145, 2002, p. 3-8.

5 Cf. entre autres Gert Schubring (éd.) « Einsamkeit und Freiheit » neu besichtigt. Universitätsreformen und Disziplinenbildung in Preussen als Modell für Wissenschaftspolitik im Europa des 19. Jahrhunderts, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1991 et l’ouvrage classique de Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, PUF, 1959.

6 Numa Broc, « La géographie française face à la science allemande (1870-1914) », Annales de géographie, 1979, (p. 71-94). Cette référence est particulièrement nette dans le domaine de la géopolitique : cf. Michel Korinman, Quand l’Allemagne pensait le monde. Grandeur et décadence d’une géopolitique, Préface d’Yves Lacoste, Paris, Fayard, 1990.

7 Marie-Claire Robic, « La Bibliographie géographique (1891-1991), témoin d’un siècle de géographie : quelques enseignements d’analyses formelles », Annales de Géographie 100 (561-562), 1991, p. 521-577.

8 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 4.

9 Gaëlle Hallair, Histoire croisée entre les géographes français et allemands dans la première moitié du xxe siècle : la géographie du paysage (Landschaftskunde) en question, Thèse de doctorat en géographie, université de Paris 1 et université de Leipzig, 2010, notamment p. 79-96 ; Gaëlle Hallair, « Siegfried Passarge dans la Bibliographie Géographique Internationale : mécanismes, enjeux et acteurs de la réception d’un géographe allemand en France » dans ce numéro.

10 Marie-Claire Robic, « La réception de Friedrich Ratzel en France et ses usages au temps de l’installation de la géographie à l’Université (années 1880-1914) » dans ce numéro.

11 Jean-Louis Fabiani, « Qu’est-ce qu’une discipline ? » in : Jean Boutier, Jean-Claude Passeron et Jacques Revel (éd.), op. cit., p. 11-34. Voir aussi Catherine Rhein, « La géographie, discipline scolaire et/ou science sociale ? (1860-1920) », Revue française de sociologie 23, 1982, p. 223-251.

12 Cf. Christophe Charle, Jacques Verger, Histoire des universités xiie-xxie siècle, Paris, PUF, 2012 ; Christophe Charle, Les intellectuels en Europe au xixe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, Seuil, 1996 ; Christophe Charle, La République des universitaires, 1870-1940, Paris, Seuil, 1994, en particulier p. 246-258.

13 Pascal Clerc, « Des connaissances pour l’action. La géographie coloniale de Marcel Dubois et Maurice Zimmermann » ; Nicolas Ginsburger, « Une école allemande de géographie coloniale ? Géographes universitaires et fait colonial dans l’enseignement supérieur allemand (1873-1919) » ; Ségolène Débarre et Nicolas Ginsburger, « Geographie der Kolonien, Kolonialgeographie ? Théorisation et objectifs de la géographie coloniale dans les leçons inaugurales de Fritz Jaeger (1911) et Hans Meyer (1915) » dans ce numéro.

14 On connaît en effet le rôle central de la géographie dans la définition d’une identité nationale (David Hooson, Geography and National Identity, Oxford, Blackwells, 1994 ; Hans-Dietrich Schultz, « Land – Volk – Staat. Der geografische Anteil an der “Erfindung” der Nation », Geschichte in Wissenschaft und Unterricht, 51, 2000, p. 4-16), impériale (Anne Godlewska, Neil Smith, Geography and Empire, Oxford, Blackwells, 1994), ainsi que son rôle d’expertise au service de prérogatives régaliennes – qu’il s’agisse de tracer des frontières ou de « faire la guerre » (Yves Lacoste, La Géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, Paris, Maspero, 1976, réed. La Découverte, 2013).

15 En témoigne l’ouvrage de Jürgen Osterhammel, Die Verwandlung der Welt, eine Geschichte des 19. Jahrhunderts, 2011, dont le chapitre 3 s’intitule : « Raum : Wo liegt das 19. Jahrhundert ? » Cf. aussi Sabine Höhler et Iris Schröder (éd.), Welt-Räume. Geographie, Geschichte und Globalisierung seit 1900, Francfort-sur-le-Main, Campus Verlag, 2005 ; Karl Schlögel, Kartenlesen oder : Die Wiederkehr des Raumes, Zürich, Vontobel-Stiftung, 2003 ; Karl Schlögel, Im Raume lesen wir die Zeit : Über Zivilisationsgeschichte und Geopolitik, München, Carl Hanser Verlag, 2003 ; Jürgen Osterhammel, « Die Wiederkehr des Raumes : Geopolitik, Geohistorie und historische Geographie », Neue Politische Literatur 43 (3), 1998, p. 374-397.

16 Cf. Hélène Blais et Isabelle Laboulais (éd.), Géographies Plurielles. Les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines (1750-1850), Paris, L’Harmattan, 2006.

17 Cf. entre autres Charles Withers, « Place and the “spatial turn” in Geography and in History », Journal for the History of Ideas 70 (4), 2009 ; Christian Jacob (éd.), Lieux de savoir 1, Espaces et communautés, tome 1, Paris, Albin Michel, 2007 ; Jean-Marc Besse, « Le lieu en histoire des sciences. Hypothèses pour une approche spatiale du savoir géographique au xvie siècle », MEFRIM 116 (2), 2004, p. 401-422 ; David N. Livingstone, Putting science in its place. Geographies of scientific knowledge, Chicago, University of Chicago Press, 2003.

18 Dans le champ francophone: Florence Deprest, Géographes en Algérie (1880-1950). Savoirs universitaires en situation coloniale. Paris, Belin, 2009.

19 Nicolas Ginsburger : « Deux collègues géographes en Anatolie ? Chaput et Louis sur le terrain turc (1928-1939) » dans ce numéro.

20 Cf. Guy Baudelle, Marie-Vic Ozouf-Marignier, Marie-Claire Robic (éd.), Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001 ; Ségolène Débarre, Du Méandre à l’Euphrate. L’Asie mineure au prisme des savoirs géographiques allemands, Thèse, université de Paris 1, 2011.

21 Wolf Feuerhahn et Pascale Rabault-Feuerhahn, « La science à l’échelle internationale », Revue germanique internationale 12, 2010, p. 5-15.

22 Sur les géographes allemands, britanniques et français dans la Première Guerre mondiale, cf. Nicolas Ginsburger, La guerre, la plus terrible des érosions. Cultures de guerre et géographes universitaires : Allemagne – France – États-Unis (1914-1921), Thèse, Université de Paris Ouest Nanterre, 2010 ; Sur les congrès internationaux de géographie : cf. Marie-Claire Robic, « Connaître son monde. Les géographes et les savoirs géographiques en congrès internationaux : spatialités et géographismes », Terra Brasilis (Nova Série) 2, 2013 ; Marie-Claire Robic, « À propos de transferts culturels. Les congrès internationaux de géographie et leurs spatialités », Revue germanique internationale 12, 2010, p. 33-45 ; Marie-Claire Robic, Anne-Marie-Briend, Mechtild Rössler (éd.), Géographes face au monde. L’Union géographique internationale et les congrès internationaux de géographie, Présentation de Philippe Pinchemel, Paris, L’Harmattan, 1996.

23 Contrairement, donc, à l’approche « globale » proposée par Vincent Berdoulay et Josefina Gómez Mendoza. Cf. Vincent Berdoulay, Josefina Gómez Mendoza, Voyage, circulation et transferts d’idées géographiques (xixe-xxe), Finisterra XXXIII (65), 1998.

24 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 4.

25 Denis Wolff, « Albert Demangeon, l’Allemagne et les géographes allemands : entre admiration et appréhension, ouverture et vigilance, une relation complexe (1902-1940) ? », dans ce numéro.

26 Blaise Wilfert, « Cosmopolis et l’Homme invisible. Les importateurs de littérature étrangère en France, 1885-1914, Actes de la recherche en sciences sociales, 144, septembre 2002, (p. 33-46), p. 37.

27 L’histoire transnationale des savoirs scientifiques renouvelle l’historiographie des sciences depuis les années 1990, grâce à une floraison d’études et de publications qui sont venues inquiéter les catégories d’« écoles » et de « productions nationales ». Citons notamment Michel Espagne et Michael Werner (éd.), Philologiques I – Contribution à l’histoire des disciplines littéraires en France et en Allemagne au XIXe siècle, Paris, Maison des Sciences de l’homme, 1990 ; Michel Espagne, Françoise Lagier et Michael Werner (éd.), Philologiques II – Les maîtres de langues. Les premiers enseignants d’allemand en France (1830-1850), Paris, Maison des Sciences de l’homme, 1991 ; Elisabeth Crawford, Terry Shinn et Sverker Sörlin (éd.), Denationalizig Science : The contexts of international scientific Pratice, Dordrecht, Boston, Londres, Kluwer Academic Publishers, 1993.

28 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 4.

29 Michel Espagne, « La notion… », op. cit., p. 2.

30 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 4.

31 C’est là le cœur du projet de l’ANR « Matières à transfaire. Espaces-temps d’une globalisation (post)ottomane » coordonné par Marc Aymes et financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR-12-GLOB-003) qui vise à étudier les instruments techniques et symboliques produits et reproduits par la circulation. Cf. la présentation de l’ANR publiée sur le site du Centre d’études turques ottomanes balkaniques et centrasiatique de l’EHESS : http://cetobac.ehess.fr/index.php?1257.

32 Géraldine Djament-Tran : « Révolution scientifique et circulations en géographie : Christaller et la genèse transnationale de l’analyse spatiale » dans ce numéro.

33 Sur la question de la « délimitation disciplinaire », cf. George W Stocking « Delimiting Anthropology : Historical Reflections on the Boundaries of a Boundless Discipline », Social Research 62 (4), décembre 1995, (p. 933-966), p. 933.

34 Michel Espagne, « La notion de transfert culturel », Revue Sciences/Lettres [En ligne], 1, 2013, mis en ligne le 18 avril 2013, consulté le 03 mai 2014. URL : http://rsl.revues.org/219

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ségolène Débarre, « Introduction », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 26 janvier 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/1483

Haut de page

Auteur

Ségolène Débarre

Maître de conférences en géographie à l’université Paris 1, chercheuse au laboratoire Géographie-Cités, équipe Épistémologie et histoire de la géographie (UMR 8504 – E.H.GO).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page