Navigation – Plan du site

Albert Demangeon, l’Allemagne et les géographes allemands : entre admiration et appréhension, ouverture et vigilance, une relation complexe (1902-1940)

Denis Wolff
p. 63-81

Résumés

Nombre de géographes français ont eu des liens étroits avec leurs collègues allemands et avec l’Allemagne dans la première moitié du xxe siècle : ils complètent leur apprentissage en allant y écouter les maîtres ou travaillent sur ce pays qui fait partie de leur terrain. La présente contribution examine les relations entretenues avec l’Allemagne par un géographe français, Albert Demangeon, dont les liens avec ce pays voisin sont justement plus faibles que ceux de beaucoup de ses collègues. Comment ce spécialiste du monde britannique reçoit-il les travaux de ses collègues allemands ? Comment les siens sont-ils reçus outre-Rhin ? Quel regard porte-t-il sur l’Allemagne ? Passionné par l’histoire du temps présent, il suit de près l’actualité de ce pays, sans se limiter à la géographie. De leur côté, les géographes allemands rendent compte de ses œuvres et de ses prises de position. Ces relations bilatérales sont très marquées par la fluctuation des rapports entre les deux États. On passe ainsi d’une cordialité distante au début du vingtième siècle à une rupture des relations pendant la Grande Guerre. Puis, alors qu’Albert Demangeon semble tourner le dos à l’Allemagne dans les années vingt, il se trouve au début des années trente au centre d’une polémique sur la Geopolitik. Celle-ci s’apaise, mais alors le régime nazi ne permet pas aux géographes des deux pays d’entretenir des relations d’ordre scientifique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Introduction
À la Belle Époque : une cordialité distante (1902-1914)
La Grande Guerre (1914-1920) : de la mobilisation pour la victoire au bilan pour l’Europe
Les années vingt : le monde britannique et l’Europe sans l’Allemagne
Les années trente : au cœur d’une polémique

Aperçu du texte

Introduction

Au tournant du vingtième siècle, nombre de géographes ont des liens étroits avec l’Allemagne. Ainsi, Louis Raveneau, Pierre Camena d’Almeida, Jean Brunhes et Emmanuel de Martonne vont étudier dans les laboratoires des universités allemandes. Lucien Gallois, féru de géographie historique, développe une familiarité avec l’Allemagne au travers de sa thèse (Les géographes allemands de la Renaissance) et de ses études de géographie politique liées à la Grande Guerre (par exemple sur la Sarre). Bertrand Auerbach, professeur à l’université de Nancy, est un spécialiste de l’Europe centrale, passeur entre géographes français et allemands, mais il se détourne de cette discipline pour reprendre l’histoire diplomatique de l’Europe centrale à partir des années 1910. Emmanuel de Martonne, enseignant à la Sorbonne à partir de 1909 et rapidement mentor de la géographie physique en France, « tisseur de réseaux » à l’échelle nationale et internationale, s’intéresse d’abord à la Roumanie, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Wolff, « Albert Demangeon, l’Allemagne et les géographes allemands : entre admiration et appréhension, ouverture et vigilance, une relation complexe (1902-1940) », Revue germanique internationale, 20 | 2014, 63-81.

Référence électronique

Denis Wolff, « Albert Demangeon, l’Allemagne et les géographes allemands : entre admiration et appréhension, ouverture et vigilance, une relation complexe (1902-1940) », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/1488 ; DOI : 10.4000/rgi.1488

Haut de page

Auteur

Denis Wolff

Docteur en géographie, enseignant, chercheur associé au laboratoire Géographie-Cités, équipe Épistémologie et histoire de la géographie (UMR 8504 – E.H.GO).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org