Navigation – Plan du site

Deux collègues géographes en Anatolie ? Parcours, méthodes et analyses de terrain des professeurs Ernest Chaput et Herbert Louis en Turquie (1928-1939)

Nicolas Ginsburger
p. 83-106

Résumés

Les relations entre géographes français et allemands dans la première moitié du xxe siècle furent parfois marquées par des rencontres et des échanges directs et visibles, mais aussi par des situations plus discrètes, plus difficiles à interpréter mais pas forcément moins significatives. L’exemple choisi dans cette contribution semble inattendu : l’Anatolie n’est-elle pas chasse gardée des Allemands, parmi lesquels la figure savante du professeur de géographie de Bonn Alfred Philippson (1864-1953) domine la bibliographie scientifique ? Pourtant cet espace en marge de l’Europe, en pleine réorganisation politique et institutionnelle après 1923, fut, au cours des années 1930, le terrain d’activités parallèles de la part de deux savants, Chaput et Louis, dont la présence et le travail sont restés assez confidentiels, malgré leurs qualités scientifiques. L’étude précise de leurs actions montre que leurs approches différenciées du terrain turc sont à bien des égards comparables, avec des points de jonction et des regards échangés dans le cadre plus large du champ des rapports internationaux entre spécialistes de la géographie.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Introduction
Aller sur le terrain, mais où et pourquoi ? La planification des excursions
Observer le terrain ? Les pratiques géologiques de la géographie physique
Pratiques collectives et dimension politique du terrain

Aperçu du texte

Introduction

L’histoire des relations entre les communautés académiques de géographes allemands et français est marquée par une concurrence certaine, dès avant la Première Guerre mondiale et pendant toute la période de l’Entre-deux-guerres, en particulier sur les terrains périphériques de l’Europe, par exemple dans les États nés de l’éclatement des empires après 1918 et de la Conférence de la Paix à Paris, en Europe centrale, balkanique et orientale.

Dans ce cadre, il est significatif de noter la présence, dans la Turquie kémaliste des années 1930, de deux représentants importants de la discipline : Jules Ernest Chaput (1882-1943), professeur de géologie et de géographie physique à l’université de Dijon, mais aussi de géographie physique à Istanbul, et Herbert Louis (1900-1985), professeur de géographie à Ankara. Ces deux spécialistes de géographie physique, exemples typiques de professeurs et de savants, ont mis en œuvre, pendant une durée presque équivalente, un travail de terrain i...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Ginsburger, « Deux collègues géographes en Anatolie ? Parcours, méthodes et analyses de terrain des professeurs Ernest Chaput et Herbert Louis en Turquie (1928-1939) », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/1490

Haut de page

Auteur

Nicolas Ginsburger

Docteur en histoire contemporaine, enseignant, chercheur associé au laboratoire Géographie-Cités, équipe Épistémologie et histoire de la géographie (UMR 8504 – E.H.GO).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page