Navigation – Plan du site

Révolution scientifique et circulations en géographie : Christaller et la genèse transnationale de l’analyse spatiale

Géraldine Djament-Tran
p. 107-133

Résumés

Cet article présente les grands jalons de la circulation de la thèse de Christaller. Rompant avec la vulgate d’une œuvre complètement ignorée puis découverte sur le tard, il restitue les débats épistémologiques complexes qui marquent sa diffusion des années 1930 aux années 1970. Après avoir souligné la rupture christallerienne avec le régime de scientificité de la Landschaftsgeographie, il montre que le débat autour de son épistémologie modélisatrice s’internationalise dès l’entre-deux-guerres. À partir des années 1940, la réception de la théorie christallerienne se dédouble en une application à la planification de l’Allemagne nazie, qui fait débat puis deviendra taboue, et une diffusion théorique aux États-Unis, où Christaller est bientôt proclamé « père de la géographie théorique » naissante. Consacrée outre-atlantique, la référence christallerienne retourne en Europe : l’analyse spatiale se diffuse dans les années 1950en Scandinavie et en Grande-Bretagne, avant de gagner la France et l’Allemagne. Dans son pays d’origine, la théorie christallerienne s’impose à la fin des années 1960, à la veille du renversement du paradigme de la Landschaftsgeographie. C’est alors que Christaller publie son récit d’une découverte reconstruite comme paradigmatique. La genèse de l’analyse spatiale, fondamentalement transnationale, plaide en faveur d’une investigation systématique des transferts culturels à l’œuvre dans l’histoire de la géographie.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Introduction
La redéfinition christallerienne du régime de scientificité de la géographie (1933) et son internationalisation
Une rupture épistémologique avec la Landschaftsgeographie
Le débat allemand et européen autour de l’épistémologie modélisatrice de Christaller
À partir des années 1940 : un double basculement dans la circulation de la thèse de Christaller
L’application de la théorie des lieux centraux à la planification nazie
Christaller proclamé « père de la géographie théorique » américaine naissante
Dans les années 1960, les effets en retour de la « réception »-promotion américaine de Christaller
Christaller, référence transnationale d’une analyse spatiale à la diffusion inégale
La consécration allemande de Christaller à la veille du renversement du paradigme de la Landschaftsgeographie
Reconstruction a posteriori d’une découverte paradigmatique (1968)

Aperçu du texte

Introduction

Proclamé « père de la géographie théorique » par Bunge, Walter Christaller (1893-1969) représente un pivot célèbre dans la circulation internationale à l’origine de l’analyse spatiale. La reprise américaine de la théorie allemande des lieux centraux, dont elle retient d’abord la redéfinition de la scientificité et de la méthode de la géographie, constitue un maillon essentiel de la révolution scientifique des années 1950-1960 par laquelle la géographie rompt avec le paradigme naturaliste et idiographique dominant depuis l’institutionnalisation de la discipline pour se constituer en science sociale nomothétique. Tandis qu’une rapide histoire de la géographie attribue l’institutionnalisation disciplinaire de la géographie à l’École allemande puis l’analyse spatiale aux États-Unis, l’examen de la circulation de la thèse de Christaller soutenue en 1932 à Erlangen et publiée en 1933 à Iena met en évidence la genèse fondamentalement transnationale de l’analyse spatiale. Elle p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Géraldine Djament-Tran, « Révolution scientifique et circulations en géographie : Christaller et la genèse transnationale de l’analyse spatiale », Revue germanique internationale, 20 | 2014, 107-133.

Référence électronique

Géraldine Djament-Tran, « Révolution scientifique et circulations en géographie : Christaller et la genèse transnationale de l’analyse spatiale », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/1492 ; DOI : 10.4000/rgi.1492

Haut de page

Auteur

Géraldine Djament-Tran

Maître de conférences en géographie à l’université de Strasbourg, chercheuse au laboratoire SAGE – Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe – UMR 7363.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org