Navigation – Plan du site

Une école allemande de géographie coloniale ? Géographes universitaires et fait colonial dans l’enseignement supérieur allemand (1873-1919)

Nicolas Ginsburger
p. 147-166

Résumés

Comme en France, mais avec un décalage de quelques années, un courant de géographie coloniale se développe à la fin du xixe siècle dans l’enseignement supérieur allemand. De nombreux professeurs d’université se prononcent, à partir des années 1870, en faveur d’un mouvement d’expansion de plus en plus conquérant. Au début du xxe siècle, on constate l’arrivée à maturité professionnelle de plusieurs générations de spécialistes des terrains coloniaux qui avaient, notamment sous l’impulsion de Friedrich Ratzel et de Ferdinand von Richthofen, multiplié les travaux géographiques sur les territoires conquis par le régime wilhelmien. Un milieu spécifique est alors en cours de formation : il est inégalement implanté dans le champ disciplinaire mais a une vocation nationale. Après le traité de Versailles, ce groupe de spécialistes continue ses activités, malgré la perte des colonies, et évolue soit vers la géographie tropicale, soit vers un révisionnisme nostalgique particulièrement fort dans les années 1930.

Haut de page

Dédicace

À la mémoire de Gerhard Sandner (1929-2013)

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Introduction
Géographie de cabinet ou de terrain ? Lobby colonial, explorateurs et géographes universitaires pendant le IIe Reich
À l’école de Ratzel et Richthofen ? Générations de géographes coloniaux allemands
La géographie coloniale allemande : ancrage local, école nationale ?

Aperçu du texte

Introduction

Au début des années 1920 paraissent en Allemagne deux encyclopédies visant à faire le point, d’une manière générale et en particulier du point de vue germanique, sur le phénomène colonial et sur la géographie après les bouleversements politiques de la Première Guerre mondiale : il s’agit d’une part du « Lexique colonial allemand » (Deutsches Kolonial-Lexikon, DKL), déjà rédigé avant la Grande Guerre et publié en 1920, et d’autre part du « Lexique de géographie » (Banse’s Lexikon der Geographie, BLG), signé en 1923 par le géographe et orientaliste Ewald Banse (1883-1953), spécialiste de la Méditerranée orientale. Malgré leur taille (près de 1600 pages pour le BLG) et leur prétention à l’exhaustivité, aucun de ces deux ouvrages ne parle de Kolonialgeographie (« géographie coloniale »). Le DKL en restait à une conception non unitaire de l’usage de la géographie en contexte colonial, se bornant à distinguer les géographies humaine, animale et botanique, tandis que Banse se c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Ginsburger, « Une école allemande de géographie coloniale ? Géographes universitaires et fait colonial dans l’enseignement supérieur allemand (1873-1919) », Revue germanique internationale, 20 | 2014, 147-166.

Référence électronique

Nicolas Ginsburger, « Une école allemande de géographie coloniale ? Géographes universitaires et fait colonial dans l’enseignement supérieur allemand (1873-1919) », Revue germanique internationale [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/1496 ; DOI : 10.4000/rgi.1496

Haut de page

Auteur

Nicolas Ginsburger

Docteur en histoire contemporaine, enseignant, chercheur associé au laboratoire Géographie-Cités, équipe Épistémologie et histoire de la géographie (UMR 8504 – E.H.GO).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org