Navigation – Plan du site

Une entreprise orientaliste. Identité scientifique et échelles de rayonnement du Musée Guimet à l’époque de sa fondation

Pascale Rabault-Feuerhahn
p. 79-98

Résumés

La biographie d’Émile Guimet, fondateur en 1879 à Lyon d’un musée des religions, est bien connue. Guimet a en effet laissé des écrits autobiographiques dont les faits saillants furent, dès son époque, largement relayés dans différents comptes rendus relatifs au musée. Sa figure d’industriel voyageur semble inscrire d’emblée le musée dans une dimension transnationale. Mais au-delà de cet arrière-plan biographique, la dimension transnationale du Musée demande à être envisagée de manière plus globale et systématique. Si, en philanthrope, Émile Guimet souhaitait contribuer à la diffusion du savoir vers les classes populaires à travers tout le territoire, le déménagement du Musée de Lyon à Paris, en 1889, incite à lire l’histoire de l’institution à différentes échelles : locale, nationale, internationale. À cet égard, la stratégie de positionnement scientifique du Musée s’avère cruciale. Combinant salles d’exposition, bibliothèque et séries éditoriales, le Musée se comprenait bien comme un véritable institut scientifique et entendait participer pleinement au mouvement contemporain d’essor des sciences religieuses en Europe. En analysant ses stratégies constantes de rayonnement international, cet article démontre l’importance, dans une perspective d’histoire transnationale, de prendre en compte la politique scientifique des institutions muséales.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Plan

Philanthropie, vulgarisation scientifique et dynamiques territoriales
La construction d’une identité scientifique
Réseaux transnationaux : le musée, les congrès internationaux et les expositions universelles
Troc international et politique patrimoniale
Mesurer l’insertion internationale du musée
Épilogue. Refonte du musée et statut des objets

Aperçu du texte

Bien souvent, les musées refoulent la part transnationale de leur histoire. L’étranger est mobilisé plutôt comme échelle par rapport à laquelle se situer : tel musée appartient aux plus grands du genre dans le monde, tel autre fut parmi les premiers créés etc. À cet égard, le Musée Guimet de Paris représente un cas singulier. La personnalité haute en couleur de son fondateur Émile Guimet (1836‑1918) retient l’attention et situe d’emblée le musée éponyme dans le contexte de la découverte et de l’attrait de l’Occident pour l’Orient qui caractérise le XIXe siècle. Industriel issu d’une famille à la sensibilité artistique, Émile Guimet eut tôt le goût des voyages lointains et l’opportunité financière de les réaliser ; les collections qu’il constitua au cours de ses pérégrinations formèrent l’embryon de son musée et ceux qu’il eut l’occasion de visiter à l’étranger furent déterminants dans la genèse de ses conceptions muséographiques. Ces éléments sont connus des historiens et font parti...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Rabault-Feuerhahn, « Une entreprise orientaliste. Identité scientifique et échelles de rayonnement du Musée Guimet à l’époque de sa fondation », Revue germanique internationale, 21 | 2015, 79-98.

Référence électronique

Pascale Rabault-Feuerhahn, « Une entreprise orientaliste. Identité scientifique et échelles de rayonnement du Musée Guimet à l’époque de sa fondation », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 29 mai 2018, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/1519 ; DOI : 10.4000/rgi.1519

Haut de page

Auteur

Pascale Rabault-Feuerhahn

Chercheur, UMR Pays germaniques-Transferts culturels, CNRS-ENS, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org