Navigation – Plan du site

Aux origines de la muséalisation des objets d’art juif(s), 1890‑1920

Dominique Jarrassé
p. 99-112

Résumés

Les objets religieux juifs sont à l’origine des premières collections d’art juif. Leur muséalisation se produit dans le cadre d’une mutation de la situation historique des Juifs européens et américains, en lien avec une redéfinition de leur identité. Soit, comme en France, le modèle de l’intégration nationale induit en 1890 l’entrée au Musée de Cluny de la plus ancienne collection de ce genre, celle du chef d’orchestre Isaac Strauss, soit, comme dans la majorité des autres pays, c’est au sein des communautés, en annexe à la synagogue ou au séminaire, qu’apparaissent les premiers musées juifs. Autour de 1900 se créent, surtout en Europe centrale, des sociétés pour sauvegarder le patrimoine d’une culture et d’une religion en voie d’assimilation, mais aussi parfois, dans une perspective autonomiste ou sioniste, censées disparaître sous leur forme diasporique. Il en découle des modalités variées de muséalisation des objets, mais aussi une diversité des statuts des institutions qui les conservent.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Plan

Une collection princeps et son entrée dans un musée national : la collection Strauss
La naissance des musées juifs autour de 1900 : le maintien d’une privatisation
Des musées dans des synagogues aux synagogues muséalisées

Aperçu du texte

La diversité des appellations, rien qu’en contexte français, « musée juif », « musée judaïque », « musée d’art juif » « musée d’art et d’histoire du judaïsme », laisse présager les variations de conceptions de ce que l’on nomme le plus souvent de manière générique « musée juif ». Certes tous les musées juifs ne sont pas des lieux de conservation d’une collection – et l’option initiale de dépouillement radical du Jüdisches Museum de Berlin, d’abord une œuvre de Daniel Libeskind avant d’être l’écrin de collections, a suscité le débat –, néanmoins il demeure que, dès l’origine de ce type de musée, les objets réunis par des collectionneurs ont joué un rôle primordial. Le passage de la collection au musée est évidemment crucial, cependant elle n’est pas toujours synonyme d’entrée dans le domaine public, comme tendrait à le signifier muséalisation. Un second facteur joue sur un autre plan patrimonial, il tient à la transformation fréquente de synagogues historiques en musée, associant par...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Jarrassé, « Aux origines de la muséalisation des objets d’art juif(s), 1890‑1920 », Revue germanique internationale, 21 | 2015, 99-112.

Référence électronique

Dominique Jarrassé, « Aux origines de la muséalisation des objets d’art juif(s), 1890‑1920 », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 29 mai 2018, consulté le 17 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/1520 ; DOI : 10.4000/rgi.1520

Haut de page

Auteur

Dominique Jarrassé

Professeur d’histoire de l’art contemporain, Université Bordeaux Montaigne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org