Navigation – Plan du site

Le musée d’art populaire contre le folklore. L’Institut International de Coopération Intellectuelle à l’époque du Congrès de Prague

Annamaria Ducci
Traduction de Michela Passini
p. 133-148

Résumés

Cette étude retrace les premières phases de la discussion sur les arts populaires au sein de l’Institut International de Coopération Intellectuelle (SdN). Les archives de l’IICI à l’Unesco témoignent des conflits qui ont marqué le débat sur le folklore, en raison du rôle diplomatique et institutionnel de la Société des Nations, à laquelle l’IICI devait répondre. En particulier, sont ici analysés les documents relatifs à l’organisation du premier Congrès International des Arts Populaires (Prague 1928). L’IICI préféra le terme d’« art populaire » à ceux d’ethnologie, ethnographie ou folklore, qui faisaient nécessairement référence aux notions de race, de frontière et d’identité, et renvoyaient à des rivalités et revendications territoriales. Le Congrès fut donc axé sur la muséographie, sur la matérialité des objets et les problèmes de leur exposition, censés être des thèmes neutres. Bien qu’une Commission Internationale des Arts Populaires existât au sein de l’IICI, la réflexion sur la culture populaire fut largement déléguée à l’Office international des Musées et à sa revue Mouseion. Retracer l’histoire complexe du Congrès de Prague, et du rôle joué dans son organisation par différents acteurs, permet d’apporter un élément intéressant à l’histoire transnationale des politiques muséales au cours de l’entre-deux-guerres.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l'italien par Michela Passini

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Plan

Un contexte international géré par la France
Vers le Congrès : premières difficultés et rivalités internationales
Vers le Congrès : le choix de van Gennep
Vers le Congrès : les objets contre le folklore
Le Congrès : les arts populaires gérés par l’OIM

Aperçu du texte

L’Institut international de coopération intellectuelle (IICI), organe de la Société des Nations et l’une des principales organisations culturelles internationales, joua un rôle primordial dans le débat muséologique de l’entre-deux-guerres. Les différentes actions entreprises par l’Office international des musées de l’IICI et l’activité de sa revue Mouseion, qui culminèrent dans la célèbre Conférence de Madrid sur la muséographie et l’aménagement des musées en 1934, ont fait l’objet de nombreuses recherches. En revanche, la politique de l’IICI sur les « arts populaires » – un thème prioritaire pour l’Institut – a été beaucoup moins étudiée. En retracer les évolutions permet non seulement d’éclairer la construction transnationale de la muséographie dans l’entre-deux-guerres, mais également de faire ressortir les tensions et les conflits qui ont traversé le débat sur le folklore, et qui sont directement tributaires du rôle diplomatique éminent de la SdN, dont l’IICI dépendait. Ainsi, i...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annamaria Ducci, « Le musée d’art populaire contre le folklore. L’Institut International de Coopération Intellectuelle à l’époque du Congrès de Prague », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 29 mai 2018, consulté le 28 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/1525

Haut de page

Auteur

Annamaria Ducci

Chercheur en histoire de l’art, Scuola Normale Superiore di Pisa

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page